Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusHistoire & ÉpistémologieDonna Haraway, Quand les espèces ...

Comptes rendus
Histoire & Épistémologie

Donna Haraway, Quand les espèces se rencontrent

Maurizio Esposito La Rossa
p. 257-258
Référence(s) :

Donna Haraway, Quand les espèces se rencontrent. Trad. de l’anglais (États-Unis) par Fleur Courtois-l’Heureux. Paris, La Découverte, 2021, 476 p., notes bibliogr., ill. (« Les Empêcheurs de penser en rond »).

Texte intégral

  • 1 Companion Species Manifesto. Dogs, People, and Significant Otherness, Chicago, Prickly Paradigm Pre (...)
  • 2 When Species Meet, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2008 (« Posthumanities » 3).
  • 3 Cf. Manifeste des espèces de compagnie. Chiens, humains et autres partenaires, Paris, L’Éclat, 2010 (...)
  • 4 Cf. Manifeste Cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes. Éd. par Laurence Allard, Del (...)

1Sorti en 2008, cinq ans après son Companion Species Manifesto1, le livre de Donna Haraway When Species Meet2 s’inscrivait dans la continuité et l’approfondissement du projet de s’affranchir du Grand Partage entre nature et culture en interrogeant les relations entre les humains, les autres animaux et toutes « altérités significatives » (significant otherness). Alors que le Manifeste a mis sept ans pour être traduit en français3, il a donc fallu patienter treize ans avant de pouvoir lire la présente suite dans une traduction soignée, que Fleur Courtois-l’Heureux a réalisée pour la collection « Les Empêcheurs de penser en rond » aux éditions La Découverte. Il est vrai que cette collection à la ligne éditoriale hétérodoxe est certainement la mieux adaptée pour accueillir l’excentricité de la pensée de Donna Haraway, qui se nourrit, dans ce livre, des idées des principaux auteurs des « Empêcheurs », à savoir Isabelle Stengers, Vinciane Despret et Bruno Latour. À l’instar des figures hybrides du cyborg4 ou des espèces compagnes, Quand les espèces se rencontrent est un objet composite : s’appuyant sur une variété de concepts (et de néologismes) de philosophes, scientifiques et féministes, les douze chapitres présentent une série d’histoires de chiens sans queue ni tête (shaggy dog stories), de réflexions sur plusieurs « compagnons de tablée » (p. 55) souvent indigestes, mais d’une « indigestion » recherchée et « nourrissante » (p. 439), ainsi que Donna Haraway le revendique. Les chiens (domestiques, bergers ou de laboratoire) sont sans doute les personnages principaux de ces histoires, mais ils ne sont pas les seuls puisque nous trouvons également des rencontres entre humains et d’autres espèces animales (le chat de Derrida, des babouins du Kenya, la meute de loups de Deleuze et Guattari, les moutons de la zoologiste Thelma Rowell), ou encore entre animaux et supports technologiques (caméras, fauteuils roulants jusqu’aux béquilles du père de l’autrice). Autant de rencontres évoquant, à ses yeux, des histoires politiques, affectives et bioéthiques à la fois complexes et entremêlées, auxquelles les humains doivent prêter attention.

2Les chiens et, plus généralement, les animaux de compagnie n’épuisent donc pas le collectif des « espèces compagnes » de Donna Haraway, contrairement à ce que suggérait le titre de la première traduction française du Manifeste en 2010 (cf. note 3). Composée des mots « espèce » (du latin specere : « voir », « contempler ») et « compagne » (du latin cum panis : « avec le pain », renvoyant aux « convives d’une même tablée », ceux avec qui l’on partage le pain), la figure de l’« espèce compagne » représente, pour sa créatrice, moins une catégorie définissant des entités qu’une manière alternative de « faire monde » (become wordly, p. 10) avec les autres espèces non humaines. Ce sont les relations qui constituent les espèces compagnes, nouées lors de rencontres ordinaires et situées dans des « zones de contact » (p. 334). Ainsi que l’affirme Donna Haraway : « les partenaires ne préexistent pas à la rencontre » (p. 12). Ces relations constitutives se tissent au niveau intime de l’« intra-action », un néologisme que l’autrice emprunte à la physicienne et féministe Karen Barad, et qui, à la différence du terme « interaction », permet de dépasser l’idée de l’existence d’entités conçues en dehors de leur relation. À l’encontre du présupposé humaniste qui exalte l’exceptionnalisme humain et essentialise l’individu, Donna Haraway considère, en accord avec Anna Tsing, que : « la nature humaine est un réseau de relations interspécifiques » (p. 35). Plus généralement, en reprenant cette fois les théories de la biologiste Lynn Margulis, elle affirme que tous les organismes sont des « écosystèmes de génomes » (p. 56) de différentes espèces, mis en relation principalement par l’intermédiaire de l’espèce compagne que sont les bactéries. En outre, si nous nous plaçons du point de vue de ce qui formerait l’origine de l’individu, à savoir l’embryon, la théorie de l’« épigenèse interspécifique » (p. 58) du biologiste Scott Gilbert laisse entendre qu’il serait lui aussi le résultat d’une « intra-action » avec d’autres créatures. Si bien que, en recourant à ces théories d’une hybridation à différentes échelles entre espèces compagnes, le but de Donna Haraway est de démontrer que « nous n’avons “jamais” été individuels » (p. 59) et qu’« aucun moment initial n’existe » (p. 442). C’est dans cette perspective fractale de régression à l’infini que « les relations constituent les plus petits schémas possibles d’analyse » (p. 46).

3À partir de la conscience de cette métamorphose réciproque entre espèces – de ce « devenir-avec » (p. 30), pour le dire avec Vinciane Despret –, une nouvelle manière ordinaire de faire monde avec les autres espèces devient dès lors possible. Mais, d’après Donna Haraway, il faut d’abord s’attaquer au narcissisme de l’exceptionnalisme humain pour pouvoir construire cette « altermondialisation » (p. 9). Freud avait déjà déterminé trois blessures infligées à ce narcissisme : la révolution copernicienne, qui a mis un terme à la position centrale de la terre et des créatures terrestres ; l’évolutionnisme darwinien, qui a rétabli la continuité entre l’espèce humaine et les autres espèces animales ; et la découverte de l’inconscient, qui a miné la suprématie de la raison comme faculté distinctive de l’être humain. Avec la figure du cyborg, l’un des membres du collectif de ses espèces compagnes, Donna Haraway essaie, quant à elle, d’infliger une quatrième blessure, en brouillant la distinction entre organique et technologique, naturel et culturel, humain et non humain. Or, il ne s’agit pas de s’élever vers le sublime et de produire des théories générales par le biais de ces critiques au paradigme de la modernité, mais simplement de redescendre dans la boue – cette zone de contact et de mélange qui imprègne l’œuvre de l’autrice – des rencontres ordinaires et situées.

4C’est donc pour bâtir une nouvelle sensibilité morale, parfois « d’un prosaïsme brutal » (p. 127), que toutes les histoires composant le livre, souvent anecdotiques mais chargées de questionnements hautement théoriques, sont racontées. Car, en se demandant et en nous demandant au fil des pages « Qui et qu’est-ce que je touche quand je touche mon chien ? », l’objectif de Donna Haraway est avant tout de mettre en place une « cosmopolitique » (Isabelle Stengers), définie avec Bruno Latour et Vinciane Despret comme une forme de politesse (de polis) ou de respect (de re-specere) réciproques entre humains et non-humains, et ce, afin de prendre des décisions « en présence de celles et ceux qui en porteront les conséquences » (p. 140).

Haut de page

Notes

1 Companion Species Manifesto. Dogs, People, and Significant Otherness, Chicago, Prickly Paradigm Press, 2003 (« Paradigm » 8).

2 When Species Meet, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2008 (« Posthumanities » 3).

3 Cf. Manifeste des espèces de compagnie. Chiens, humains et autres partenaires, Paris, L’Éclat, 2010 (« Terra cognita »). L’ouvrage a été réédité en 2018 avec une nouvelle traduction de Jérôme Hansen : Manifeste des espèces compagnes. Chiens, humains et autres partenaires, Paris, Climats, 2018.

4 Cf. Manifeste Cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes. Éd. par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan. Paris, Exils, 2007 (« Essais »).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Maurizio Esposito La Rossa, « Donna Haraway, Quand les espèces se rencontrent »L’Homme, 243-244 | 2022, 257-258.

Référence électronique

Maurizio Esposito La Rossa, « Donna Haraway, Quand les espèces se rencontrent »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44902 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44902

Haut de page

Auteur

Maurizio Esposito La Rossa

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search