Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusVariaPhilippe Aldrin, Pierre Fournier,...

Comptes rendus
Varia

Philippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser & Yves Mirman, eds, L’Enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales

Noël Jouenne
p. 259-263
Référence(s) :

Philippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser & Yves Mirman, eds, L’Enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales. Malakoff, Armand Colin, 2022, 379 p., notes bibliogr. (« Sociologia »).

Texte intégral

1Les auteurs des dix-sept contributions présentées dans cet ouvrage collectif s’interrogent sur l’existence d’un « nouveau régime de surveillance », généralisé et attesté dans des domaines variés, dont celui des sciences sociales. Composé en trois parties, le volume propose ainsi un éventail assez complet des situations dans lesquelles ces auteurs font état, par leurs témoignages, d’un renforcement du contrôle de l’enquête de terrain comme du chercheur lui-même. Dans la préface, l’économiste et politiste Ahmet Insel nous éclaire sur la montée d’une « vague d’autoritarisme » à l’échelle mondiale. Selon lui, cette « propension des régimes de démocratie libérale à pousser par petits coups successifs le curseur du côté de la sécurité […] se manifeste aussi dans le champ académique, notamment dans la recherche en sciences sociales » (p. 17). Sous de multiples motifs imputés à une forme de « puritanisme méthodologique » (Id.), le contrôle social opère par l’intériorisation d’un conformisme entre l’institution, les pairs et les enquêtés. Quand ils ne sont pas totalement écartés, les objets d’étude sont atténués, épurés, modifiés ou détournés en fonction de leur supposé intérêt social, souvent lié à un intérêt politique, économique ou religieux. Le préfacier met en garde et donne la tonalité de cet ouvrage sérieux : « Le désir d’imposer de nouveaux dogmes au nom d’un néo-progressisme particulariste représente aussi un réel danger pour la liberté de la recherche » (p. 20).

  • 1 Je pense à l’ouvrage dirigé par Christian Ghasarian, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. (...)
  • 2 Cf. L’Enquête sociologique. Sociogenèse du fait social, Paris, L’Harmattan, 2019 (« Logiques social (...)

2Certes, la relation à l’enquête de terrain n’a jamais été simple ni facile, et beaucoup de travaux ont déjà abordé cette question1. Dans une publication récente, Patrick Gaboriau compare l’enquête à une « politique de la curiosité »2. En rattachant sa genèse à l’Inquisition, il attribue à l’enquête une charge « policière » qui semble nous suivre depuis lors. L’ethnographe collecte des faits sociaux qu’il objective comme preuve de ses hypothèses. La quête de la vérité, sous couvert d’une liberté de la recherche, évoque cette politique de la curiosité tant du côté du chercheur que de l’institution, notamment lorsqu’elle se rigidifie comme actuellement dans nos démocraties. La recherche de la preuve n’est-elle pas au centre des enjeux de pouvoir entre le chercheur et l’État ? Et lorsque les intérêts divergent pour des raisons politiques, économiques ou religieuses, le chercheur ne doit-il pas endosser une armure symbolique pour se protéger des effets dévastateurs des réactions adverses ? Et « dévastateur » n’est pas un vain mot, comme le montre l’histoire tragique de ce jeune doctorant italien, Giulio Regeni (1988-2016), torturé et assassiné par la police égyptienne en 2016, alors qu’il enquêtait sur les syndicats ouvriers indépendants et dans des milieux révolutionnaires. Cette histoire est rapportée à plusieurs reprises dans l’Enquête en danger, qui est d’ailleurs dédié à la mémoire de l’étudiant.

3Fort heureusement, les actions policières n’aboutissent que rarement à des situations aussi dramatiques. Cela se traduit généralement par une surveillance à distance, des tentatives d’intimidation, un refus de visa ou d’attestation de recherche. En dehors de l’État, d’autres formes de contrôle existent, opérées notamment par les pairs ou les institutions académiques lorsque les intérêts sont divergents. Je prendrai, parmi les nombreux exemples donnés dans l’ouvrage, ceux qui m’ont le plus marqué.

4Vanessa Codaccioni travaille sur la répression politique des mouvements sociaux en France, de Notre-Dame-des-Landes à Bure, en passant par les Gilets jaunes. À différentes occasions, ses recherches furent entravées par les services de police et la chercheuse témoigne d’une montée en puissance de l’appareil répressif lui interdisant de mener ses enquêtes. Dans ce qu’elle nomme « une criminalisation des mouvements sociaux » (p. 56), elle pose la question du déni de légitimité des sciences sociales dans ce type de recherche. De fait, le chercheur n’est pas protégé comme peut l’être le journaliste et la diffusion des sources peut faire l’objet d’une obligation policière. Cependant, écrit-elle, « il vaut mieux se trouver face à un juge que face à un policier » (p. 74). L’article est riche et soulève des interrogations que nous retrouverons ailleurs, par exemple dans celui de Gilles Chantaine et David Scheer issu d’une enquête dans un Quartier d’évaluation de la radicalisation (Qer), mis en place entre 2017 et 2018 en France. Parce qu’ils intervenaient auprès de personnes « radicalisées », leurs informations furent scrutées par les services de l’administration pénitentiaire, tout du moins en apparence, et les deux chercheurs durent établir un protocole sécurisé – « codage du journal de terrain, cryptage des données et des appareils informatiques, usage d’un cloud sécurisé, utilisation de copies cachées, absence de communication électronique » (p. 83) – de manière à protéger leurs matériaux d’éventuelles intrusions : « Ces protocoles sont source de stress et d’angoisse pour les chercheurs » (Id.). Mais n’est-ce pas finalement le but recherché par les institutions policières, que de susciter suffisamment de crainte pour que le chercheur s’autocensure ou renonce à mener ses recherches par peur de représailles ?

5Dans les enquêtes de terrain effectuées à l’étranger, ces phénomènes d’angoisse sont exacerbés au point de se transformer en paranoïa, comme en témoigne Laurence Dufresne Aubertin dans un chapitre portant sur l’Algérie. Ce sentiment est-il le résultat d’une mauvaise préparation au terrain, ou bien les enjeux sont-ils si forts que la dangerosité de la mission est réelle ? Quoi qu’il en soit, les difficultés fondées ou imaginées de collecte de données conduisent parfois le chercheur à abandonner ou à changer d’objet. La démarche scientifique n’a pas vocation à se montrer héroïque, comme cela peut être le cas pour un reporter de guerre. Et, même pour ce dernier, la recherche de vérité a ses limites, que beaucoup se représentent mentalement comme une ligne rouge à ne pas franchir. Or, tout le problème est de déterminer à quel moment cette ligne rouge est le fruit de l’imagination ou bien une réalité tangible. La part de subjectivité est inévitable, par exemple lorsqu’il s’agit d’évaluer le motif, bienveillant ou non, d’une surveillance : « Le suivi et la surveillance dont nous faisions l’objet, volontairement discrets ou volontairement grossiers, s’insèrent dans un rapport dialectique entre protection et surveillance » (p. 89).

6L’anthropologue Lise Foisneau relate ses déboires pendant qu’elle effectuait l’ethnographie de gens du voyage sur une aire d’accueil. Pour pouvoir séjourner en immersion sur un tel terrain, il lui fallait appartenir à la catégorie administrative particulière des « sans domicile fixe » et acquérir un livret anthropométrique de circulation. Or, bien qu’elle soit parvenue à obtenir un tel livret grâce à son compagnon, tous deux furent expulsés après quelques mois d’enquête : considérés comme de « faux gitans » par l’entreprise privée gestionnaire du site, ils furent en effet exhortés à quitter les lieux, ce qui nécessita un ajustement par rapport à la population étudiée car « le retour sur ce terrain essentiel à mon enquête devenait impossible », nous explique l’autrice (p. 105). Dérangés dans leur dispositif de surveillance, l’administration et les gestionnaires ont donc considéré la chercheuse comme indésirable et profité de leur pouvoir pour l’évacuer, sans prendre en compte le temps passé à se faire accepter par le groupe, ni le travail restant à accomplir : « L’expérience qui consiste pour l’ethnographe à endosser le statut du surveillé transforme radicalement les conditions de son terrain » (p. 107). Si bien que la surveillance a fini ici par influencer le choix de l’objet d’étude.

7La contribution suivante aborde la question très contemporaine du financement de la recherche par le secteur privé. Alina Surubaru remarque que ce sont les doctorants ou jeunes chercheurs qui sont le plus souvent employés par les entreprises privées sous couvert des Conventions industrielles de formation par la recherche (Cifre). Très critique à l’égard de ce dispositif, l’autrice s’interroge sur l’autonomie dont peut encore jouir un chercheur sous contrat et sur l’avenir de la recherche fondamentale ainsi soumise à des enjeux financiers. Cette libéralisation de la recherche, perçue comme une tendance actuelle, mérite donc à ses yeux une attention particulière de la part de la « communauté scientifique », si toutefois cette expression a encore un sens.

8Dans le cinquième chapitre, Félix Treguer traite de la surveillance numérique des chercheurs et propose quelques pistes pour renforcer la protection de leurs données, notamment lors de leur diffusion via internet et les visioconférences. Il nous rappelle que « Internet apparaît tout entier comme une gigantesque machine de surveillance de la société » (p. 129) et souligne, plus loin, que « les formes de contrôle étatique et capitalistique se développent ainsi en symbiose » (p. 130). Philippe Aldrin et Anne-Sophie Petitfils amorcent leur contribution, consacrée à l’enquête qu’ils ont menée au Parti socialiste (Ps) et à l’Union pour un mouvement populaire (Ump), en écrivant que « la surveillance est une composante première de la relation partisane qui tend à être naturalisée, donc invisibilisée, par les “indigènes” comme par les observateurs » (p. 145). Les auteurs font état de différentes formes de surveillances, qui sont autant le fait de l’« indigène » envers le chercheur que des « indigènes » entre eux. En effet, le fonctionnement des partis politiques révèle un contrôle interne constant des agissements et des idées de chaque membre, cependant que « le processus d’enquête permet de mettre au jour l’existence d’une surveillance faillible » (p. 159). Ainsi, selon la place occupée dans l’organigramme, les partisans sont soumis à une surveillance plus ou moins active, pouvant, dans certains cas, déboucher sur leur exclusion du parti.

  • 3 Cf. Yves Winkin, « Brûlures fertiles : traces mnésiques et travail ethnographique », in Béatrice Ga (...)

9Le paroxysme de la surveillance dans l’enquête est peut-être atteint dans le septième chapitre, dans lequel Marie-Laure Cuisance étudie les usages d’écoute des appels téléphoniques des employés au sein d’une plateforme de régulation. Travaillant elle-même à partir des écoutes et de leurs transcriptions, sa démarche pose une question épistémologique de taille, car il n’est possible de voir ni les interactants ni les interactions. De plus, je ne suis pas certain que « l’ethnographe, invisible, n’influe aucunement sur le déroulement de l’action en cours » (p. 178), à moins d’être totalement invisible. Cela signifierait alors que les interactants ne disposent d’aucune information leur ayant précisé qu’ils sont ou seront écoutés. Cela relève d’une curieuse posture éthique que nous ne pouvons taire, mais dont l’ethnologue ne porte pas la responsabilité dans la mesure où ce protocole est établi par l’entreprise. Dans un registre similaire, Stéphane Beaud évoque le principe d’autocensure qu’il justifie du point de vue du rapport à l’informateur : jusqu’à quel point les chercheurs sont-ils prêts à livrer une écriture censurée afin de protéger leurs informateurs d’enjeux qu’ils sont les seuls à percevoir ? Dans l’exemple présenté, il s’agissait d’effacer un élément d’un récit biographique familial, de soustraire une pièce de ce « petit puzzle » (p. 192) pour ne pas divulguer un « secret de famille » (p. 199) : « La question se posait, pour moi, de savoir ce que je pouvais révéler de cette histoire singulière de couple dans un livre » (p. 200). Stéphane Beaud décide dans son article de dévoiler ce secret de famille, ce qui renvoie à la longue construction du rapport entre l’informateur et le chercheur lorsqu’il ajoute que : « “comprendre” des situations sociales et des enquêtes, ce n’est pas seulement leur “prendre” des parties de leur histoire, c’est aussi leur rendre une forme de considération et de respect » (p. 201). Il serait intéressant, comme l’a fait Yves Winkin, de réfléchir à ces « brûlures fertiles », qu’il définit comme « des moments émotionnellement douloureux »3 liés au terrain ou à sa valorisation, et d’en proposer un dépassement.

10L’existence d’une « communauté académique » dont la vigilance contribuerait à garantir la qualité des terrains et des conditions d’enquête (p. 219) va-t-elle de soi ? L’article de Pierre Fournier portant sur un secteur sous influence, à savoir le nucléaire, nous permet d’en douter. Dans le cas d’une recherche matière à controverse, il interroge l’indépendance des « pairs » amenés à évaluer le travail du chercheur dénonçant des conflits d’intérêts avec lesquels ils ont partie liée et se demande comment ne pas se méfier de la valeur des évaluations. Or, ces « gardiens du temple » (gatekeepers) ont pour mission de veiller à ce que ce genre de débordement ne survienne pas. Ce que l’auteur appelle des « activités politiquement sensibles » nécessite donc de réfléchir à « la bonne distance vis-à-vis des forces de surveillance du secteur » (p. 235). Il insiste sur le fait que « la posture d’observation qui est négociée doit être discutée pour ce qu’elle fait voir et ce qu’elle empêche de voir, pour ce qu’elle impose de prendre en considération et ce qu’elle oblige à laisser de côté » (Id.).

  • 4 Cf. Daniel Terrolle, « Glissements de terrain », in Jacques Gutwirth & Colette Pétonnet, eds, Chemi (...)

11Quatre des cinq contributions qui clôturent l’ouvrage renvoient à des terrains effectués dans des contextes autoritaires en Syrie (Thomas Pierret), Algérie (Laurence Dufresne Aubertin), Égypte (Marianna Ghiglia) et Turquie (Aysen Uysal). Ces pays qui n’ont ni l’apanage de l’autoritarisme ni de la surveillance sont néanmoins très soucieux de leur image et l’arbitraire est souvent au cœur d’une « surveillance imparfaite » qui, selon Thomas Pierret enquêtant auprès des oulémas sunnites, « est elle-même le reflet d’une stratégie de contrôle du champ religieux » (p. 290) par les mukhabarat (service de renseignement militaire syrien). Le dernier article fait office de conclusion générale. Yves Mirman y développe la question de « la rupture de terrain » (p. 349), qui instille l’incertitude sur la recherche et n’est que rarement réinvestie dans une réflexion épistémologique. Le manque d’expérience et les terrains « casse-gueule », comme pouvait les qualifier Colette Pétonnet, engagent, de mon point de vue, la responsabilité du directeur de thèse laissant un jeune chercheur, insuffisamment préparé ou aguerri, naviguer dans des eaux troubles et dangereuses. Les conditions d’enquête sous contraintes doivent être délimitées et bien définies. Victime d’une expulsion ou d’un « glissement de terrain »4, le chercheur peut exploiter cette expérience par un retour réflexif et une mise en écriture de ses savoirs nouvellement acquis.

12En définitive, cet ouvrage permet de repenser les rapports de domination en jeu dans l’enquête de terrain lorsqu’elle fait l’objet d’une surveillance, quelle que soit la forme que revêt cette dernière, et met en valeur le travail des artisans de la connaissance que sont les chercheurs en sciences sociales. L’absence d’une bibliographie et d’un index est compensée par les nombreuses références proposées en notes de bas de page, grâce auxquelles le lecteur trouvera de quoi prolonger ses questionnements.

Haut de page

Notes

1 Je pense à l’ouvrage dirigé par Christian Ghasarian, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin, 2002 (« U. Anthropologie »), ou encore à celui dirigé par Georges Ravis-Giordani, Ethnologie(s). Nouveaux contextes, nouveaux objets, nouvelles approches, Paris, Éd. du Cths, 2009 (« Le Regard de l’ethnologue » 21), pour ne citer que ces deux ouvrages.

2 Cf. L’Enquête sociologique. Sociogenèse du fait social, Paris, L’Harmattan, 2019 (« Logiques sociales ») : 33.

3 Cf. Yves Winkin, « Brûlures fertiles : traces mnésiques et travail ethnographique », in Béatrice Galinon-Mélénec, ed., L’Homme-trace. Des traces du corps au corps-trace, Paris, Cnrs Éd., 2017 : 183.

4 Cf. Daniel Terrolle, « Glissements de terrain », in Jacques Gutwirth & Colette Pétonnet, eds, Chemins de la ville. Enquêtes ethnologiques, Paris, Éd. du Cths, 1987 (« Le Regard de l’ethnologue » 1) : 73-85.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Noël Jouenne, « Philippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser & Yves Mirman, eds, L’Enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales »L’Homme, 243-244 | 2022, 259-263.

Référence électronique

Noël Jouenne, « Philippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser & Yves Mirman, eds, L’Enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44911 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44911

Haut de page

Auteur

Noël Jouenne

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search