Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusVariaLaure Flandrin, Le Rire. Enquête ...

Comptes rendus
Varia

Laure Flandrin, Le Rire. Enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions

Laurent Sébastien Fournier
p. 272-274
Référence(s) :

Laure Flandrin, Le Rire. Enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions. Paris, La Découverte, 2021, 392 p., notes bibliogr. (« Laboratoire des sciences sociales »).

Texte intégral

  • 1 Cf. Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, Félix Alcan, 1900 (« Bibl (...)

1Dans cet ouvrage solide, Laure Flandrin livre les résultats d’une enquête sur le rire, « la plus socialisée de toutes nos émotions », comme l’indique le sous-titre. Elle considère le rire en termes tour à tour sémiotiques, pragmatiques et symboliques. D’un point de vue sémiotique, d’abord, elle explique en quoi le rire peut être défini par ses objets. Elle identifie là quatre grands registres : dégradation, profanation, prétention et suspension des automatismes pratiques. Si le comique de dégradation joue des contrastes entre « le haut et le bas, le grand et le petit, le noble et le vulgaire, le spirituel et le matériel, le public et le privé » (p. 27), le comique de profanation oblige à se poser la question « peut-on rire de tout ? » (p. 90). Cela ouvre la voie à une appréhension socialement différenciée du rire, car les ouvriers ne riraient pas des mêmes choses que les intellectuels. Le comique de prétention est un autre registre important du rire, correspondant au schème de la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf. Enfin, la suspension des automatismes pratiques renvoie à la thèse bergsonienne du « plaquage du mécanique sur le vivant »1. Elle se rapporte à un « rire de l’impratique », qui advient en réaction aux « découplages comiques entre les savoir-faire corporels et l’environnement matériel » (p. 150), comme dans le principe clownesque de la chute. Dans cette identification des grands registres universels du rire, la force de l’autrice est de parvenir à trouver un équilibre entre la discussion théorique et des témoignages précis d’enquêtés. À l’issue de la première partie de l’ouvrage, le lecteur discerne bien les ressorts du comique, selon une perspective qui révise les postulats de Bergson au prisme de la sociologie de la socialisation et des habitus de classe.

2La deuxième partie du livre, « pragmatique », porte sur la performativité du rire. Si l’approche sémiotique a démontré que le rire avait des significations personnelles, l’approche pragmatique indique en quoi le rire constitue une ressource discursive pour faire connaître aux autres nos principes de classement. Ainsi le rire procède-t-il par mimétisme et par communion ; il est souvent excluant lorsque les rieurs se réjouissent sur le dos de l’« Autre » lointain. Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’il suive les plis de la race, de la classe et du genre. Laure Flandrin offre ici une belle analyse du rire raciste et nationaliste, depuis le Persan de Montesquieu (p. 182) jusqu’aux stéréotypes ethniques contemporains. Elle note avec finesse les fondements ambigus du rire raciste qui, en se moquant de l’Autre, se moque aussi bien souvent de soi (p. 197). Concernant le rire de classe, elle constate, comme pour la race, que « ce sont plutôt les relations de contiguïté positionnelle qui déclenchent l’urgence à se séparer par [les] moyens symboliques [du rire] » (p. 219). Le rire de classe consisterait ainsi à se tenir à distance, par la moquerie, des gens dont on se sent proches. On rit donc de l’Autre « en tant qu’il est une part de soi » (p. 245). Laure Flandrin appuie ses démonstrations sur des portraits détaillés d’enquêtés, qui peuvent parfois se prolonger sur plusieurs pages. Enfin, elle interroge le genre du rire, qui semble avoir été une prérogative surtout masculine dans les sociétés traditionnelles. Elle fait ainsi l’hypothèse d’une « division sexuée du rire » (p. 254), le rire masculin s’opposant au pathos féminin et aux qualités féminines que sont la beauté, la bienséance et la bienveillance. Cependant, l’histoire récente du café-théâtre a encouragé les vocations de femmes humoristes après 1968, ce qui a transformé en profondeur les modalités genrées du rire. L’époque contemporaine rit volontiers des figures de la femme adultère-séductrice, de celles de la mégère et des homosexuels afin de s’en démarquer. L’autrice évoque aussi les stéréotypes des femmes à l’égard des hommes, qui remplacent de nos jours les stéréotypes attachés au féminin. Elle note que le rire, lorsqu’il devient rire de soi, manifeste une distance de soi à soi propice à désactiver les angoisses fondamentales, comme celles liées au célibat ou à la performance sexuelle. Le rire de moquerie laisse dès lors la place à un rire de libération.

3Dans la dernière partie du livre, Laure Flandrin considère que, dans le rire, se joue un rapport symbolique à la légitimité culturelle. Elle y examine les stratégies de positionnement culturel par le rire en interrogeant en premier lieu « le légitimisme et le populisme du rire » (p. 289). En effet, le rire peut être attribué aux élites (légitimisme) ou au contraire au peuple (populisme). Selon la théorie légitimiste, seuls les dominants rient, tandis que le peuple est jugé « trop sérieux » et incapable de se distancier de soi-même. À l’inverse, la théorie populiste prétend que les élites sont inaptes au rire et que seul le peuple rit. De cette opposition structurante se dégagent deux types spécifiques de rires : le rire des dominants est fait de formes brèves, d’aphorismes, qui se poursuivent de nos jours dans l’éthos de la décontraction valorisé par les managers ; le rire populaire est un comique du refoulé corporel, volontiers scatologique. Ces deux figures du rire se regardent comme en miroir et encouragent l’autrice à étudier « l’introuvable culture partagée autour du comique et du rire » (p. 320). Laure Flandrin fait ici référence à la production historique des hiérarchies culturelles du rire. Elle indique comment la partition entre l’élite et le peuple, qui est un processus moderne entamé au xvie siècle, a conduit à dissocier le « rire d’en haut » spirituel et mental du « rire d’en bas » grossier et gras. Elle montre enfin en quoi les industries culturelles, à partir de la fin du xixe siècle, ont permis le partage social du rire. Elle considère néanmoins que les positions sociales des rieurs restent déterminantes aujourd’hui, avec une préférence pour le registre parodique et l’ironie narquoise chez les dominants, et un goût plus prononcé pour la franchise et les plaisanteries explicites chez les dominés.

4Ainsi, Laure Flandrin entreprend avec beaucoup de finesse une déconstruction des logiques sémiotiques, pragmatiques et symboliques du rire. Elle démontre qu’il est une disposition sociale structurée selon des schèmes fondamentaux hérités historiquement. Les nombreuses sociobiographies citées en exemples permettent de dépasser le déterminisme bergsonien et de proposer une enquête approfondie sur les conditions sociales de production du rire. L’autrice attire aussi l’attention sur le fait que le comique suppose des catégories ontologiques binaires, puisqu’on se moque toujours de l’Autre. Plus fondamentalement, elle définit le rire comme « l’aboutissement d’un processus d’affectation soudainement court-circuité qui se résout en plaisir » (p. 365). Si la démonstration est d’une belle tenue, appuyée sur l’histoire (Mikhaïl Bakhtine, Roger Chartier) et sur la sociologie (Pierre Bourdieu, Bernard Lahire, Richard Hoggart), on pourra cependant s’interroger sur les biais propres aux méthodes sociologiques pour enquêter sur le rire. En effet, celui dont il est ici question semble parfois un peu abstrait, dans la mesure où il est médiatisé par le discours des enquêtés qui parlent surtout de leurs goûts et des œuvres comiques qu’ils apprécient. Ainsi, on sait de quoi les enquêtés disent rire, mais on ne les voit jamais en train de rire. Cela tient à la méthode d’enquête qui se fonde surtout sur des entretiens réalisés « à froid », à des moments où les enquêtés se racontent bien plus qu’ils ne rient.

  • 2 Cf., par exemple, l’ouvrage d’Alan Dundes, Cracking Jokes. Studies of Sick Humor Cycles and Stereot (...)

5Une ethnographie des rires « en situation » aurait pu sans doute donner d’autres résultats, afin de renforcer cette enquête qui se limite en l’état à interroger le comique en tant que production officielle, et le rire comme une réaction à des situations comiques proposées sur le marché des spectacles comiques radiophoniques ou télévisés. Qu’en est-il du rire festif ordinaire, partagé simplement entre amis, en dehors de toute sollicitation médiatique spectaculaire ? Laure Flandrin apparaît ici comme une bonne connaisseuse de la scène comique contemporaine française, de ses publics et de leurs différenciations sociales internes, mais elle manque une partie de la dynamique anthropologique du rire. La perspective sociologique est un peu écrasante lorsqu’elle insiste sur les rires de classe. Une ethnographie plus fine aurait sans doute mieux perçu la diversité des rires coexistant chez une même personne, au-delà des catégorisations sociales, en fonction des moments de sa vie ou des contextes changeants de socialisation. Aussi le rire aurait-il mérité d’être décliné au pluriel, pour mieux comprendre les modalités concrètes au travers desquelles il se manifeste. Une approche des formes diverses du rire selon les cultures reste également à faire, afin de compléter par une véritable anthropologie la sociologie du rire proposée ici. À cet égard, l’ouvrage pouvait tirer parti des travaux des folkloristes américains, qui ont depuis longtemps attiré l’attention des chercheurs sur les spécificités psychoculturelles de l’humour dans la dynamique des interactions communicatives2.

Haut de page

Notes

1 Cf. Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, Félix Alcan, 1900 (« Bibliothèque de philosophie contemporaine »).

2 Cf., par exemple, l’ouvrage d’Alan Dundes, Cracking Jokes. Studies of Sick Humor Cycles and Stereotypes, Berkeley, Ten Speed Press, 1987.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Laurent Sébastien Fournier, « Laure Flandrin, Le Rire. Enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions »L’Homme, 243-244 | 2022, 272-274.

Référence électronique

Laurent Sébastien Fournier, « Laure Flandrin, Le Rire. Enquête sur la plus socialisée de toutes nos émotions »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44931 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44931

Haut de page

Auteur

Laurent Sébastien Fournier

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search