Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusVariaDominique Casajus, Le Hasard mode...

Comptes rendus
Varia

Dominique Casajus, Le Hasard mode d’emploi. Divination, arithmétique et machines littéraires

Stéphanie Homola
p. 274-276
Référence(s) :

Dominique Casajus, Le Hasard mode d’emploi. Divination, arithmétique et machines littéraires. Aubervilliers, Éd. de l’Ehess, 2022, 196 p., bibl., fig. (« Apartés » 2).

Texte intégral

1Anthropologue spécialiste des Touaregs du Sahel, initialement formé aux mathématiques, Dominique Casajus publie un livre insolite où il explore l’« étrange parenté » entre certaines formes de divination, de jeux, de mathématiques et d’écriture. Son intérêt pour cette question remonte à sa rencontre en 1984 avec Ghabdallah, un Touareg du nord du Niger, qui lui a enseigné une forme de géomancie appelée igezan. Comprenant que ce savoir se rapproche d’autres activités a priori sans rapport avec la divination, il examine dans cet ouvrage, bien des années après, la nature de cette affinité. Alors que d’autres avant lui ont pu noter une parenté entre divination et jeux, jeux et mathématiques ou encore divination et mathématiques, Dominique Casajus retrace une tradition intellectuelle qui, à différentes époques à travers le monde, s’est interrogée sur ce que ces activités de l’esprit ont de similaire. Comme le montre l’éclectisme de la bibliographie – des mathématiques à la littérature, en passant par les neurosciences –, saisir ce lien qui échappe aux regards trop spécialisés nécessite de confronter un grand nombre de sources disparates et éparpillées dans des champs particuliers du savoir. Ainsi, l’auteur n’explore pas la notion de hasard en tant que telle (le titre est une référence à Georges Perec), mais plutôt les modes opératoires dans lesquels il intervient et leurs similitudes dans différents contextes.

2Parmi les formes de divination, Dominique Casajus s’intéresse aux procédés divinatoires à caractère algorithmique, c’est-à-dire qui impliquent une suite d’opérations consistant à tirer au sort un élément parmi un corpus fini d’éléments. Simone Weil avait déjà noté la parenté entre devins, joueurs et mathématiciens qui se donnent un « système parfaitement clos » où « tous les possibles sont en quantité dénombrable et même finie » (citée p. 11). Autre nom incontournable de cette tradition, Leibniz qui, dans son Ars combinatoria (« Art combinatoire », 1690), ramenait l’art d’inventer, voire la pensée tout entière, « à des manipulations combinatoires sur les éléments d’un ensemble fini » (p. 14).

3Dans la lignée de ces prédécesseurs, Dominique Casajus explicite l’arithmétique sous-jacente à certains procédés divinatoires et à certains jeux tels que l’awélé, dont des variantes sont pratiquées sous divers noms de l’Afrique à l’Asie centrale et méridionale, puis étend la comparaison à l’écriture narrative, en montrant comment les géomanciens s’appuient sur un ensemble fini de séquences divinatoires pour raconter des histoires. Il explore les similitudes entre ces activités du point de vue de leurs caractéristiques formelles, mais aussi de l’expérience des acteurs, toutes marquées par une part de contrainte et de liberté. Alors que le travail ethnographique réalisé avec Ghabdallah constitue le fil directeur du livre, l’auteur introduit tour à tour des devins, des joueurs, des mathématiciens et des écrivains de diverses époques. Le lecteur est guidé pas à pas à travers les chapitres sur la divination (chap. I, II et III), le jeu (chap. IV), les mathématiques (chap. V), l’écriture (chap. VI) et diverses machines combinatoires (chap. VII et VIII).

4Le chapitre I, « L’élégance de la division par 2 », s’intéresse à une particularité formelle commune aux géomancies arabe, chinoise et touarègue, qui implique des notions d’arithmétiques modulaires – la division ou succession de décomptes par 2 (ou 4) dont seul le reste importe. Selon Dominique Casajus, « Choisir un nombre au hasard puis déterminer son reste dans la division par un entier n donné (ou sa classe d’équivalence modulo n) est sans doute la manière la plus économique et la plus élégante d’opérer un tirage aléatoire dans un ensemble fini en étant sûr que tous les résultats auront la même probabilité d’apparaître » (p. 30). Dans le chapitre II, l’auteur examine deux de ces systèmes divinatoires, la sélection d’un hexagramme parmi les 64 composant le classique chinois du Yi-King, et la géomancie arabe où les figures (au nombre de 65 536) sont construites à partir d’une série de division par 2.

5Alors que dans le chapitre II Dominique Casajus fondait sa démonstration sur des sources secondaires, dans le chapitre III, il présente une ethnographie de la géomancie touarègue, remarquablement enrichie par un ensemble de séquences divinatoires proposé en annexe. S’appuyant sur l’analyse actantielle des récits du linguiste et sémioticien Algirdas Greimas, l’auteur montre comment chaque élément de la séquence divinatoire correspond à un élément de langage constitutif de la narration (sujet, prédicat…). L’anthropologue Wim Van Binsbergen rapproche, quant à lui, la divination arabe et certains jeux africains – dont l’awélé, un « jeu de semailles » où deux joueurs déplacent et prélèvent des pions dans des cases, détaillé dans le chapitre IV – de la littérature narrative, les considérant comme des « machines à fabriquer des histoires » (cité p. 17). Pour Dominique Casajus, l’habileté du joueur n’est pas seulement sa maîtrise des fondements arithmétiques mais aussi son « sens du jeu », c’est-à-dire la capacité à apprécier immédiatement – sans calcul – les configurations.

6Parmi les trois étapes de la découverte mathématique exposées dans le chapitre V – l’apprentissage des règles formelles, la « contemplation » et la rédaction de la démonstration –, la deuxième est celle qui rapproche le plus le mathématicien du joueur et de l’écrivain. Selon Colas Duflo, pour qui le jeu est « l’invention d’une liberté dans et par une légalité » (cité p. 98), le mathématicien qui suit son intuition en tâtonnant est comparable au joueur lorsqu’il s’oriente dans l’incertitude du jeu. Le cas du poète et mathématicien Jacques Roubaud, lui, illustre la parenté entre poésie et mathématiques dans la recherche d’un « rapport unique et nécessaire » (p. 93) entre les choses. La comparaison avec la littérature narrative est poursuivie dans le chapitre VI, avec, entre autres exemples, celui du livre d’Italo Calvino, Le Château des destins croisés (1973), dont la trame est construite à partir de cartes de tarot utilisées comme une « machine narrative combinatoire ». Chez Calvino, la littérature est un processus combinatoire à l’instar de la géomancie touarègue exposée par Dominique Casajus : les opérations suivies « reviennent toutes à produire un récit à partir de la combinaison d’un nombre fini d’éléments » (p. 115).

7Dans les chapitres VII et VIII, l’auteur rapproche diverses « machines à roues », dont la « machine à penser » du catalan Raymond Lulle (1232-1315) et le « Quintuple anneau de la langue allemande » de Georg Philipp Harsdörffer (1607-1658). En permettant de manipuler et de rendre visibles les produits d’un jeu combinatoire, ces machines tiennent à distance le « vertige de l’innombrable » (p. 117) qui règne en dehors des limites de l’esprit humain. Le jeu combinatoire est aussi source de création littéraire, à l’instar des « vers protéiques » appréciés de l’Oulipo, le groupe de littérature inventive.

8Soulignant la tension entre, d’un côté, la finitude des processus combinatoires et, de l’autre, la complexité permise par la multiplication exponentielle du nombre de combinaisons, Dominique Casajus conclut que la parenté entre ces activités de l’esprit ne repose pas tant, comme l’énonçait Simone Weil, dans le fait qu’elles se donnent « un système parfaitement clos », mais en ce « que les combinaisons [que les acteurs] manipulent sont si nombreuses qu’elles leur paraissent infinies, au point qu’ils ne soupçonnent souvent même pas ce qu’il y a de combinatoire dans l’activité à laquelle ils se livrent » (p. 166). Cette illusion de l’infini mériterait d’être davantage développée : elle ne semble pas s’appliquer, par exemple, aux devins chinois que j’ai étudiés, mais qui s’interrogent néanmoins sur la façon de construire un savoir sur la diversité du monde en tenant compte des limites des capacités humaines.

9La singularité de cet ouvrage réside dans la richesse de son entreprise comparative. Les analyses propres à chaque domaine ne seront peut-être pas nouvelles pour les spécialistes – bien que l’auteur offre une vision « de l’intérieur », rare en anthropologie, de l’activité des mathématiciens –, mais leur rapprochement est unique. Il ouvre la voie à des questionnements transversaux fascinants sur les activités intellectuelles humaines et leurs fondements cognitifs : en quoi, par exemple, consistent précisément l’« élégance » et l’« économie » des figures divinatoires d’un devin, des coups d’un joueur, de la résolution d’un problème mathématique ou des vers d’un poète ?

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Stéphanie Homola, « Dominique Casajus, Le Hasard mode d’emploi. Divination, arithmétique et machines littéraires »L’Homme, 243-244 | 2022, 274-276.

Référence électronique

Stéphanie Homola, « Dominique Casajus, Le Hasard mode d’emploi. Divination, arithmétique et machines littéraires »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44936

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search