Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusVariaUrsula Hemetek, Inna Naroditskaya...

Comptes rendus
Varia

Ursula Hemetek, Inna Naroditskaya & Terada Yoshitaka, eds, Music and Marginalisation beyond the Minority-Majority Paradigm

Hélène Sechehaye
p. 276-278
Référence(s) :

Ursula Hemetek, Inna Naroditskaya & Terada Yoshitaka, eds, Music and Marginalisation beyond the Minority-Majority Paradigm. Osaka, National Museum of Ethnology, 2021, 310 p., bibl., index, ill., fig., tabl., cartes (« Senri Ethnological Studies » 105).

Texte intégral

1Cosigné par Ursula Hemetek (University of Music and Performing Arts, Vienne, Autriche), Inna Naroditskaya (Northwestern University, Michigan, États-Unis) et Terada Yoshitaka (Musée national d’ethnologie, Osaka, Japon), cet ouvrage rassemble seize essais tirés du 8e symposium international du groupe d’études « Musique et minorités » (Music and Minorities) de l’International Council for Traditional Music (Ictm), qui s’est déroulé au Musée national d’ethnologie d’Osaka, du 19 au 23 juillet 2014.

2Les études de cas présentent une grande diversité géographique, allant de l’Extrême-Orient et l’Asie du Sud-Est à la Scandinavie et au Maghreb, en passant par les Balkans et la Sibérie. Cette variété spatiale ne constitue toutefois pas un obstacle à la lecture du recueil, qui trouve son unité dans les approches disciplinaires principalement centrées sur l’ethnomusicologie, avec des apports de la musicologie, de l’anthropologie, de la sociologie, ou encore de l’histoire.

  • 1 « Minorities can only be defined in relation to a dominant group, since these two poles co-define e (...)

3Les contributeurs mettent l’accent sur la dynamique relationnelle du concept de minorité, reflet d’un travail de fond mené depuis plus de vingt ans. Les groupes ne sont pas définis comme minoritaires uniquement d’après des critères fixés qui diffèreraient de la culture dominante (profil ethnique, langue, genre, pratique religieuse), mais aussi d’après la place que prennent ces marqueurs d’identité dans leurs relations entre eux. La nouvelle définition de « minorité » proposée souligne ainsi que : « Les minorités peuvent seulement être définies par rapport à un groupe dominant, puisque ces deux pôles se définissent mutuellement dans le discours hégémonique. Cette relation est une relation de pouvoir, et non une relation numérique » (p. 2, ma traduction)1.

  • 2 « [T]he inability to possess the kinds of power and agency that the majority deems important and re (...)

4Ricardo D. Trimillos interroge, dès les premières pages, cette nouvelle définition de la minorité. Selon lui, les groupes minoritaires ne se distinguent pas par un manque de pouvoir d’action, mais plutôt par « l’incapacité à posséder les types de pouvoirs et d’agentivité que la majorité considère comme importants et pertinents » (p. 15, ma traduction)2. Divers processus leur permettant de développer ces types de pouvoir sont examinés : le premier est l’utilisation de l’humour comme chez les artistes suédois de Finlande (Johannes Brusila, pp. 31-46). Le deuxième est la mise en scène délibérée des répertoires musicaux dans des projets réflexifs (Lin Wei-Wa, pp. 46-61). Le troisième concerne la performance musicale elle-même, avec l’exemple des lamentations, qui ont pendant longtemps été l’occasion de l’« empouvoirement » (empowerment) des femmes, mais qui sont aujourd’hui sur le déclin (Marko Kölbl, pp. 209-226). Le rôle de la musique dans la construction du genre et de la sexualité est également examiné par Kai Viljami Aberg (pp. 227-246).

5Les différenciations au sein des minorités sont une manière pour certains de se légitimer, comme c’est le cas pour les joueurs balinais de tambour sur cadre appelé rebana qui, bien que musulmans, ont calqué leurs structures musicales sur celles du gamelan hindou pour justifier leur appartenance à la communauté historique de l’île, et non à une immigration plus récente (Mashino Ako, pp. 81-97). Dans d’autres situations, des traditions liées à une minorité spécifique en viennent à devenir emblématiques de tous les groupes minoritaires de la région, à l’instar de la musique bouddhiste en Malaisie (Chow Ow Wei, pp. 99-114). Un autre article approfondit la manière dont certains groupes dominants adoptent et adaptent des répertoires issus de groupes minoritaires particuliers, faisant montre d’une plus grande tolérance envers des minorités qui ont la même religion (Chinthaka Prageeth Meddegoda, pp. 115-131).

  • 3 Cf. Jacob Golomb, In Search of Authenticity. From Kierkegaard to Camus, London, Routledge, 1995.

6La représentation culturelle des minorités touche à la notion d’authenticité (Gisa Jähnichen, pp.135-146) qui, à l’inverse de la « perspective d’objectivité »3 que le concept laisse supposer, serait une construction perçue différemment selon que l’on appartient aux groupes majoritaires, aux groupes minoritaires représentés ou non représentés. Rumiko Uyeda (pp. 249-266) questionne les programmes de soutien aux arts des minorités dans l’optique des rapports de pouvoir : initiés par l’État japonais, ces programmes donnent aux Aïnous le choix d’y participer ou non et constituent un marqueur de visibilité au sein de la société. Nakamura Mia (pp. 63-77) met en garde sur les processus top-down d’aide aux minorités (dans son étude de cas sur les victimes du tremblement de terre au Japon en 2011), qui peuvent parfois s’avérer contre-productifs et réactiver des traumas et des colères.

  • 4 L’auteur emprunte ce concept à Gilles Deleuze et Félix Guattari (cf. Mille plateaux, 2. Capitalisme (...)

7Suwa Jun’ichiro introduit le concept de « capital culturel ethnique » (ethnic cultural capital) en examinant l’utilisation de techniques de « facialité »4 chez les musiciens roms de Roumanie, mais aussi chez les musiciens non roms souhaitant rattacher à cette « romanitude » (p. 164). Fujita Rinko (pp. 283-295) fait un constat similaire avec l’émergence du chindonya, un genre musical populaire de rue initialement lié à la marginalisation sociale du Japon : de par l’intérêt qu’il suscite auprès des jeunes de classes sociales plus aisées, le genre n’est aujourd’hui plus pratiqué par les seuls groupes minoritaires socio-économiques d’antan. Dans le même ordre d’idées, Yves Defrance (pp.169-193) retrace l’histoire de la représentation de la confrérie des Gnawa au Maroc, de leur perception comme « tsiganes africains » (p. 181) jusqu’à ce que leur style de musique s’impose comme l’un des emblèmes culturels de la nation.

8Pour finir, les représentations du pays d’origine dans les communautés migrantes sont abordées dans deux articles. Dans le premier, Bozena Muszkalska (pp. 195-206) étudie un village sibérien peuplé de descendants polonais où, alors que beaucoup d’anciennes chansons polonaises sont toujours interprétées mais ont perdu leur fonction originelle de chants de travail ou de chants rituels, de nouvelles ont récupéré ces fonctions traditionnelles et sont ritualisées dans des spectacles pour touristes. Dans le second, Arisawa Shino (pp. 267-281) analyse l’enseignement musical dans les écoles chinoises du Japon dans une perspective historique, montrant l’évolution entre une volonté initiale de nourrir le patriotisme et celle, contemporaine, d’accompagner les enfants dans leur double appartenance.

9Au-delà de la conception des groupes minoritaires comme victimes de dynamiques sociales, politiques et culturelles, les nombreuses études de cas présentées dans Music and Marginalisation font donc surtout le point sur les stratégies sociales, politiques et culturelles par lesquelles ces groupes minoritaires exercent leur agentivité à travers la musique.

Haut de page

Notes

1 « Minorities can only be defined in relation to a dominant group, since these two poles co-define each other in hegemonic discourse. This relation is a power relation, not a numerical one ».

2 « [T]he inability to possess the kinds of power and agency that the majority deems important and relevant ».

3 Cf. Jacob Golomb, In Search of Authenticity. From Kierkegaard to Camus, London, Routledge, 1995.

4 L’auteur emprunte ce concept à Gilles Deleuze et Félix Guattari (cf. Mille plateaux, 2. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Minuit, 1980). Il désigne ici la capacité des musiciens à lire sur le visage de leur public pour ensuite lui proposer un répertoire adapté.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Hélène Sechehaye, « Ursula Hemetek, Inna Naroditskaya & Terada Yoshitaka, eds, Music and Marginalisation beyond the Minority-Majority Paradigm »L’Homme, 243-244 | 2022, 276-278.

Référence électronique

Hélène Sechehaye, « Ursula Hemetek, Inna Naroditskaya & Terada Yoshitaka, eds, Music and Marginalisation beyond the Minority-Majority Paradigm »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44941

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search