Navigation – Plan du site

AccueilNuméros243-244Comptes rendusVariaPaul Charest, Des tentes aux mais...

Comptes rendus
Varia

Paul Charest, Des tentes aux maisons. La sédentarisation des Innus

Jean Copans
p. 289-291
Référence(s) :

Paul Charest, Des tentes aux maisons. La sédentarisation des Innus. Québec, Éd. Gid, 2020, 1024 p., bibl., ill., fig., photogr., cartes.

Texte intégral

  • 1 Signalons qu’environ un quart de ces photographies sont le fait de l’épouse de Paul Charest, Andrée (...)

1L’essentiel de l’œuvre d’une vie en un seul ouvrage de mille pages (et de 1,5 kg !), telle est la gageure de l’impressionnante synthèse de quarante ans de recherches sur la population autochtone innue par l’anthropologue québécois Paul Charest, figure immanquable du Département d’anthropologie de l’Université Laval. L’introduction nous rappelle d’ailleurs le détail précis de tous ses programmes de recherche, aussi bien fondamentale qu’appliquée, échelonnés de 1976 à 2016. À la fois chronologique, thématique et historico-ethnographique, cet imposant volume se présente comme une sorte d’encyclopédie enrichie de près de 300 photographies1 et illustrations (cartes, plans et listes variées), qui rendent sa lecture non seulement attrayante, mais surtout très concrète.

  • 2 Il faut rappeler que la province du Québec fait partie du Canada, composante de l’Empire britanniqu (...)

2Pendant longtemps, les Innus ont occupé de manière nomade le Québec sur environ 500 000 km2,de la ville actuelle de Québec jusqu’à la côte Nord du Labrador et le long de la baie du Saint-Laurent. Cette population a connu plusieurs appellations dont celle de Montagnais-Naskapi mais, depuis quelques décennies, le terme « Innu » recouvre toutes les bandes qui ont habité ce vaste territoire septentrional. Le plan adopté par Paul Charest se décline en quatre parties et dix-huit chapitres. Après avoir décrit, dans une première partie méthodologique et conceptuelle, l’ampleur du corpus archivistique et ethnographique, et discuté la dizaine de concepts utilisés, dont ceux de « processus », « nomadisme », « sédentarisation », d’« acculturation » et d’« agencéité » des Innus, l’auteur passe en revue les composantes du nomadisme, puis de la sédentarisation, en insistant sur le phénomène de la réserve, soit l’assignation d’un groupe à un territoire donné contrôlée par l’administration canadienne, elle-même épaulée par les missions. Ce tableau historique débute en 1828, date de la publication du premier rapport britannique sur la question2. Il s’agissait alors de sédentariser toutes les populations autochtones dans des villages afin de les scolariser, de les christianiser et de les initier à l’agriculture et aux métiers modernes. En somme, cette politique d’assimilation devait permettre de civiliser les « sauvages », terme couramment employé à l’époque. L’instrument numéro un de cette politique était justement l’instauration de réserves, dont Paul Charest nous retrace les rythmes et les localisations au Québec et au Labrador de manière très précise et systématique sur plus de cent pages.

3Paul Charest commence ce panorama de manière très classique par les stratégies de mise en valeur économique (le commerce de fourrures et les postes de traite, chap. VII) et par l’organisation administrative du gouvernement du Canada (chap. VIII et IX). Cette entrée en matière lui permet d’étudier les formes de colonisation agro-forestières et halieutiques, et de placer le phénomène de sédentarisation au sein d’un système colonial imposé, typique de l’expansion occidentale. La perspective anthropologique adoptée par l’auteur met en évidence les véritables acteurs du changement social et de l’acculturation. Certains penseront que ces termes ont été depuis longtemps bannis des concepts anthropologiques et qu’ils sont un peu dépassés. En réalité, Paul Charest les développe peu, préférant expliciter le rôle central des missionnaires et des opérations de prosélytisme religieux et civilisationnel, avec les implantations de chapelles et d’églises (chap. X et XI), sans oublier les écoles, aux mains des Églises et des missions, tout comme la scolarisation (chap. XIII). Cette sorte d’ethnocide (Paul Charest n’emploie pas cependant ce vocabulaire) n’a pas produit que des effets positifs comme l’actualité l’a récemment mis en lumière avec les révélations d’actes de maltraitance extrêmes perpétrés au cours du xxe siècle dans les pensionnats catholiques destinés aux autochtones. Lors de sa visite pastorale au Canada, en juillet 2022, le pape François a demandé pardon pour le mal commis aux enfants.

4Si l’on veut bien saisir le sens du titre de l’ouvrage, il faut se reporter à la deuxième partie où Paul Charest décrit la nature économique, culturelle et sociologique du nomadisme innu. Dans les chapitres III et IV, il expose leur habitat, notamment les différentes formes de tentes (les deux pages de croquis aux pages 128-129 tirés d’un manuel d’un centre de formation culturelle innu viennent étayer utilement cette présentation). Les maisons, qui symbolisent la sédentarisation sont examinées avec minutie, réserve par réserve, établissement par établissement (chap. XII). Ce développement, comme celui sur les églises au chapitre XI, est illustré par un grand nombre de photographies, ainsi que par des plans sur la disposition de ces nouvelles formes d’habitat. Cette analyse est enfin complétée par le chapitre XVI, portant sur la santé, le rôle des hôpitaux et des dispensaires. La période étudiée nous mène ainsi jusqu’au début du XXIsiècle et nous permet d’observer, sur la « longue durée », les profondes transformations de la société innue, parmi lesquelles le déclin de la médecine traditionnelle.

5Le mouvement de sédentarisation s’accompagne de nouvelles activités économiques, tournées désormais vers les industries forestière, minière et hydroélectrique, ainsi que vers l’exploitation de la faune par la chasse, la pêche, le piégeage des castors, auxquelles s’ajoutent les activités sportives et touristiques. Dans la dernière partie (chap. XVII et XVIII), Paul Charest aborde les conséquences de cette sédentarisation et, en particulier, la résistance et l’agencéité des Innus. L’anthropologue insiste sur ce dernier aspect, en mettant l’accent sur les diverses formes d’opposition qui vont de la simple pétition aux actions plus politiques et médiatiques. Celles-ci portent autant sur des problèmes très localisés dans des réserves précises que sur le statut même des Innus au sein de l’espace national du Canada, qui reste l’interlocuteur principal des populations autochtones. Si Paul Charest semble évaluer ce processus d’inclusion et de sédentarisation au moyen d’un schéma des plus binaires, contrastant effets négatifs et effets positifs, son raisonnement est bien plus subtil que cela, mesurant chaque fois la dialectique complexe des transformations qui ont bouleversé le mode de vie et la culture innus. Certes, les effets négatifs l’emportent dans les appréciations des intéressés comme le montre l’auteur, mais il demeure néanmoins possible de nuancer l’interprétation de certains faits, comme l’assistance sociale ou les soins médicaux. Dans une conclusion des plus symboliques (2 pages sur 970 pages de texte !), Paul Charest clôture l’ensemble en soulignant la revitalisation des Innus (« La culture innue est bien vivante », p. 973). Il reste que cet examen de cent cinquante ans d’histoire anthropologique écarte tous les débats de ces dernières décennies, qui encombrent les mobilisations radicales des élites autochtones urbaines d’où qu’elles proviennent. La modestie de cette revitalisation innue invite aussi à reconsidérer à la fois les phénomènes de colonisation tardive et ceux de la lutte anti-coloniale avec les idéologies qui leur sont attachées.

6Une dernière statistique peut nous éclairer sur cette œuvre : sur la liste de 47 pages des textes cités, un tiers provient des archives religieuses qui constituent 95% des documents consultés et que Paul Charest a traitées de la manière la plus « laïque » qui soit. Cela, l’a conduit à confronter les points de vue administratifs, religieux, anthropologiques et innus, suggérant une démarche réflexive efficace (un index aurait été d’ailleurs utile). Ajoutons que la bibliographie proprement dite comporte 750 références dont 62 sont dues à Paul Charest lui-même, publiées entre 1970 et 2019. Cette ethnographie totale restera probablement l’exemple parfait d’une persévérance académique unique et, surtout, la preuve que l’anthropologie est capable d’être, et de rester, la gardienne du passé et du présent, voire de l’avenir de toutes les cultures du monde. L’enquête de terrain et documentaire dans la longue durée, qui demeure la définition principielle de notre discipline, doit être préservée à tout prix. Cet ouvrage en conforte magnifiquement la raison d’être.

Haut de page

Notes

1 Signalons qu’environ un quart de ces photographies sont le fait de l’épouse de Paul Charest, Andrée Gravel-Charest, qui l’a accompagné sur ses terrains.

2 Il faut rappeler que la province du Québec fait partie du Canada, composante de l’Empire britannique et aujourd’hui encore pays membre du Commonwealth.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean Copans, « Paul Charest, Des tentes aux maisons. La sédentarisation des Innus »L’Homme, 243-244 | 2022, 289-291.

Référence électronique

Jean Copans, « Paul Charest, Des tentes aux maisons. La sédentarisation des Innus »L’Homme [En ligne], 243-244 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/44961 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.44961

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search