Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245Comptes rendusVincent Crapanzano, Tuhami. Portr...

Comptes rendus

Vincent Crapanzano, Tuhami. Portrait d'un Marocain

Antonella Di Trani
p. 151-152
Référence(s) :

Vincent Crapanzano, Tuhami. Portrait d'un Marocain. Trad de l’anglais (États-Unis) par Dominique Bairstow ; avant-propos de Yann Beldame et Éric Perera. Toulouse, Anacharsis, 2022, 288 p., bibl. (« Les Ethnographiques »).

Texte intégral

  • 1 Vincent Crapanzano, Tuhami, Portrait of a Moroccan, Chicago, University of Chicago Press, 1980.

1Il a fallu attendre quatre décennies pour que ce livre de Vincent Crapanzano, professeur d’anthropologie et de littérature comparée au Graduate Center of the City (Université de New York) soit enfin traduit en français. Son caractère expérimental, qui se détache des principes d’une écriture anthropologique consensuelle et qui met au cœur de la réflexion la question de la rencontre ethnographique, explique en partie la réception tardive de l’ouvrage en France. C’est qu’au moment de sa première parution, en 1980, Tuhami. Portrait of a Moroccan1 a fait l’effet d’une « rupture épistémologique sans précédent avec l’anthropologie structuraliste hexagonale », nous rappellent Yann Beldame et Eric Perera dans l’avant-propos (p. 5).

2Dans cet ouvrage, Vincent Crapanzano brosse un portrait minutieux de Tuhami, un fabricant de tuiles arabe marocain de Meknès, d’un âge impossible à déterminer mais probablement quarantenaire, pauvre, illettré et affirmant être sous l’emprise d’une démone (‘A’isha Quandisha). Son approche montre les possibilités qu’a l’anthropologue de repenser ou redéfinir les modalités de restitution de l’enquête de terrain : l’analyse nous emmène dans la temporalité singulière de l’enquête en train de se faire, à travers la chronologie des situations d’interlocution entre lui et Tuhami. La rencontre ethnographique et le dispositif discursif permettent au tuilier « d’inclure son histoire personnelle au sein de [leur] négociation de la réalité » (p. 17). Le récit de Tuhami se déploie au fil d’une narration dense se rapprochant, comme le précise l’auteur, du « roman moderne mettant en scène la nature fragmentée et aliénée de son héros ou antihéros » (pp. 34-35). Les partis pris stylistiques et littéraires, le positionnement théorique de Vincent Crapanzano, ses interrogations sur ce qui relève de l’imaginaire ou de la vérité dans les récits dissonants de Tuhami opèrent un incontestable basculement dans l’écriture anthropologique.

3L’ouvrage se compose de cinq parties, un avant-propos, une introduction, un épilogue et une postface à l’édition française. Alors que les parties 1, 3 et 5 s’attachent à être au plus près de la restitution des récits de Tuhami, de la narration et des questionnements de l’auteur, les parties 2 et 4 sont davantage théoriques. La première partie s’ouvre sur la description de la ville de Meknès en déclin et désenchantée un peu plus de dix ans après la fin du protectorat français, malmenée par les soubresauts de son histoire, à l’instar de ses villas pastel négligées. Cette entame se resserre ensuite sur la généalogie de Tuhami, révélant qu’il a été rejeté par son beau-père : « son ignorance qui le tir[e] vers le bas » (p. 87) le restreint dans ses possibilités de se marier. Cet abandon et la honte que suscite chez lui le fait de ne pas savoir écrire vont s’avérer être des éléments clés dans la relation ethnographique même : l’anthropologue dira que Tuhami veut être reconnu et cet aspect revient sans cesse dans toute la construction de l’ouvrage. Le fil narratif de l’auteur est traversé par la voix de Tuhami qui, tantôt adopte une « attitude fataliste » face à la mort, tantôt évoque ses liens ambivalents avec les « colonisateurs ». Cependant Vincent Crapanzano décèle les contradictions de son récit, hanté d’histoires parfois absurdes et confuses où se mêlent divers registres, mais il continue à les restituer dans toute leur force, transformant ainsi l’enquête en une expérience déroutante. Dans la deuxième partie plus courte et théorique, l’auteur nous donne à comprendre l’organisation et les relations sociales marocaines, le pouvoir des Saints, le monde des croyances de Tuhami et l’importance de pratiques telles que les pèlerinages, lesquels constituent tour à tour des loci optimi des récits de Tuhami (p. 141). Puis, la voix de Tuhami réapparaît dans la troisième partie, mélangeant rêve et réalité pour conter, loin des normes locales et sociales, sa position ambiguë dans la société marocaine traditionnelle. Des thématiques autour de l’emprise des femmes sur Tuhami ou de l’esclavage se retrouvent dans une description où cohabitent dans le même temps des « croyances magiques, [d]es histoires d’empoisonnement […] de sorcellerie et [d]es traditions liées au sexe et au mariage » (p. 163).

4La quatrième partie revêt un intérêt particulier, en ce que Vincent Crapanzano s’engage dans un exercice de réflexivité qui l’incite à réajuster son positionnement sur le terrain. Il constate en effet que la passivité et le fatalisme du tuilier « face au démoniaque » (p. 207) l’exaspèrent et le captivent tout autant (p. 218), au point que ces sentiments ambivalents le conduisent à la conclusion suivante : « [J]e savais que je ne pouvais plus maintenir la distance ethnographique » (p. 207). Parallèlement, Tuhami se réfugie derrière Lhacen, l’assistant de terrain de Vincent Crapanzano, pour maintenir lui aussi une forme de distance qu’il juge nécessaire dans sa relation avec l’anthropologue. Enfin, la cinquième partie revient sur la souffrance et le regret de Tuhami d’être illettré, mais c’est aussi le thème de la pauvreté et des liens familiaux fragmentés qui resurgit. Tuhami devient évasif dans son récit, il sait que « le père procure au fils les moyens de se marier […]. Tuhami n’avait pas de père et donc pas de moyens, ni de statut d’homme » (p. 244).

  • 2 Cf. Alban Bensa, La Fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique, Toulouse, Anacharsis, 2006 (...)

5L’ouvrage de Vincent Crapanzano est fondateur à plusieurs titres. Au fil de ses pages, le lecteur comprend qu’« une partie de […] [l’] histoire de Tuhami était fantaisiste mais [que l’anthropologue] partait du principe qu’elle s’inscrivait dans la réalité » (p. 275) avec le choix théorique de considérer que le récit fait sens dans le présent de l’enquête et au sein du contexte ou du monde auquel appartient son interlocuteur. L’écriture restitue finement le temps partagé entre Tuhami et l’anthropologue, la Gleichzeitigkeit en tant qu’élément intrinsèque de la rencontre ethnographique et à laquelle le second ne peut se soustraire. Comme le rappelle Alban Bensa2, ce livre nous enjoint aussi à placer le récit des acteurs, la description des pratiques, la narration et la temporalité au centre de l’analyse, et à ne pas montrer des « cultures » figées. Car c’est en portant une attention soutenue aux processus de transformation que l’on peut s’affranchir d’une vision exotique des mondes sociaux.

Haut de page

Notes

1 Vincent Crapanzano, Tuhami, Portrait of a Moroccan, Chicago, University of Chicago Press, 1980.

2 Cf. Alban Bensa, La Fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique, Toulouse, Anacharsis, 2006 (« Essais »).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Antonella Di Trani, « Vincent Crapanzano, Tuhami. Portrait d'un Marocain »L’Homme, 245 | 2023, 151-152.

Référence électronique

Antonella Di Trani, « Vincent Crapanzano, Tuhami. Portrait d'un Marocain »L’Homme [En ligne], 245 | 2023, mis en ligne le 07 avril 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/46146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.46146

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search