Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245Comptes rendusNicolas Adell, Jérôme Courduriès,...

Comptes rendus

Nicolas Adell, Jérôme Courduriès, Agnès Martial, Sylvie Mouysset & Sylvie Sagnes, eds, Fictions : itinéraire conseillé. Mélanges offerts à Agnès Fine

Alice Baudequin
p. 153-154
Référence(s) :

Nicolas Adell, Jérôme Courduriès, Agnès Martial, Sylvie Mouysset & Sylvie Sagnes, eds, Fictions : itinéraire conseillé. Mélanges offerts à Agnès Fine. Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2020, 292 p., bibl. (« Les Anthropologiques »).

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rend hommage aux travaux de l’anthropologue Agnès Fine et à son aspiration, en tant que chercheuse, à un dialogue entre la littérature et les sciences sociales – comme en attestent ses séminaires sur l’écrivain Russel Bank. C’est dans l’intention de présenter cet intérêt pour la capacité des arts à rendre « sensibles, parfois simplement visibles ou lisibles, des pans du réel qui échappent aussi bien à la sensibilité ordinaire des individus pris dans le flux des événements, qu’aux appareils sismographiques des sciences sociales qui les écrasent » (p. 10), que ses collègues ont organisé, en 2015, une journée d’étude sur les liens entre histoire, anthropologie et fiction.

2L’ouvrage poursuit cette réflexion en rassemblant des textes issus de cette journée et se divise en quatre parties qui correspondent aux champs de recherche privilégiés par Agnès Fine. Dans le prolongement de ses engagements féministes, la première partie porte sur le genre et considère les représentations du féminin dans trois types d’œuvres : les chansons de Georges Brassens (Martine Segalen), le film muet La Souriante Madame Beudet (1923) de Germaine Dulac (Gabrielle Houbre) et la série télévisée américaine Big Little Lies (Jérôme Courduriès & Flávio Luiz Tarnovski). Les violences de genre, notamment dans le couple, sont un dénominateur commun de ces œuvres. Alors que la série fait apparaître les solidarités féminines comme étant la principale ressource dans un cas de violences conjugales, constat renforcé par sa diffusion concomitante des mouvements MeToo de 2017, Brassens et Germaine Dulac manifestent, malgré leurs engagements féministes précurseurs, un rapport ambivalent aux représentations de genre, en articulant rupture avec les normes de l’époque et reproduction d’autres stéréotypes.

3La seconde partie de l’ouvrage concerne la parenté, autre thème de recherche central d’Agnès Fine. En reprenant ses travaux sur l’adoption, Agnès Martial s’appuie sur le film Secret and Lies de Mike Leigh (1996) pour montrer comment les représentations déterministes et naturalistes de la procréation se font au détriment d’une compréhension sociale de la parentalité. Son analyse entre en résonance avec la série télévisée Transparent présentée par Laurence Hérault, qui met en scène la renégociation de la paternité d’une femme trans face à l’affirmation de son identité de genre. La diversité des relations de filiation et leur évolution au fil du temps transparaissent aussi dans l’article de Sylvie Mouysset et Danielle Rives sur les grands-mères, tour à tour figures bienveillantes ou tyranniques, investies d’une charge éducative ou récréative, mais toujours porteuses de la mémoire familiale. Pour Irène Théry prenant l’exemple du film Distant Voices, Still Lives de Terence Davies (1988), c’est bien cette complexité des relations sociales que les fictions sont en mesure de restituer. En donnant à voir des logiques cachées, la fonction descriptive des œuvres se rapproche de celle de l’ethnologie telle que la conçoit Marcel Mauss, à la différence que les sciences sociales visent à en expliciter les mécanismes quand le récit narratif joue sur l’implicite. Cet implicite de la littérature fournit cependant, selon Bernard Vernier, un cadre d’analyse ethnologique, comme le montre son étude sur les poèmes de louanges traditionnels d’une île grecque, à partir desquels il appréhende l’imbrication de la parenté et d’un système symbolique structuré.

4La troisième partie est au cœur des objectifs de l’ouvrage en explorant les relations entre anthropologie et littérature. Une contribution du regretté Daniel Fabre reprend la notion du « paradigme des derniers », prégnante en anthropologie, pour considérer les ruptures épocales et les échecs de transmission dans deux romans : Les Immémoriaux (1907) de Victor Segalen, sur l’arrivée des colons à Tahiti, et Le Guépard (1958) de Guiseppe Tomasi di Lampedusa, sur les révolutionnaires en Sicile. Sylvie Sagnes interroge les représentations ambiguës de l’anthropologue comme personnage de roman et celles du terrain comme rite de passage dans Fieldwork (2007) de Mischa Berlinski. Nicolas Adell aborde lui aussi la question du rite de passage et de la transformation de soi en tant que thèmes de prédilection de l’anthropologie à partir de l’œuvre du romancier Haruki Murakami. Enfin, la relecture d’Un roman russe (2007) d’Emmanuel Carrère proposée par Jeanne Teboul illustre le rapprochement entre littérature et anthropologie au travers du récit documentaire, en l’occurrence du carnet de bord d’un tournage qui s’apparente à un terrain ethnographique. La réflexivité que développe le narrateur sur le processus d’enquête l’amène à des questionnements éthiques essentiels aux sciences sociales, tels que les « conditions moralement acceptables de l’écriture du réel » (p. 193).

5La dernière partie envisage la fiction comme un espace de reconstitution et d’interprétation des mémoires et des traces, que ce soit à partir du roman Pas pleurer (2014) de Lydie Salvayre sur la guerre civile espagnole (Véronique Moulinié) ou des supposées empreintes de pas laissées par le Christ lors de l’Ascension, objet de multiples représentations iconographiques (Christiane Klapisch-Zuber). Ces deux articles élargissent l’intérêt porté au contenu des œuvres à leurs conditions de réception : d’une part, auprès des enfants et petits-enfants de personnes qui ont fui la guerre et, d’autre part, au sein d’une communauté religieuse.

  • 1 Cf. L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Le S (...)

6Tout en faisant écho à l’essai de Ivan Jablonka sur le rapprochement entre l’histoire et la littérature contemporaine1, cet ouvrage qui mêle l’analyse de plusieurs œuvres à une réflexion épistémologique prend un autre parti en ne plaidant pas pour une hybridation des modes d’écriture, mais plutôt pour la reconsidération de la littérature ou du cinéma comme producteurs de données sociologiques et ethnographiques pertinentes. En allant plus loin, c’est même la mise en récit et les dispositifs narratifs de la fiction qui, parfois, rendent plus intelligible l’observation du réel, et peuvent fournir des outils utiles à la recherche. La richesse de ce travail collectif tient enfin à la diversité des fictions évoquées, lesquelles donnent à lire et à voir une liste conséquente d’œuvres qui n’ont pas pu être développées ici, mais que les articles appellent à découvrir de façon plus approfondie.

Haut de page

Notes

1 Cf. L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Le Seuil, 2014 (« La Librairie du xxie siècle »).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Alice Baudequin, « Nicolas Adell, Jérôme Courduriès, Agnès Martial, Sylvie Mouysset & Sylvie Sagnes, eds, Fictions : itinéraire conseillé. Mélanges offerts à Agnès Fine »L’Homme, 245 | 2023, 153-154.

Référence électronique

Alice Baudequin, « Nicolas Adell, Jérôme Courduriès, Agnès Martial, Sylvie Mouysset & Sylvie Sagnes, eds, Fictions : itinéraire conseillé. Mélanges offerts à Agnès Fine »L’Homme [En ligne], 245 | 2023, mis en ligne le 07 avril 2023, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/46156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.46156

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search