Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245Comptes rendusKatrin Langewiesche & Jean-Bernar...

Comptes rendus

Katrin Langewiesche & Jean-Bernard Ouédraogo, eds, L’Enquête et ses graphies en sciences sociales. Figurations iconographiques d’après société

Étienne Bourel
p. 154-158
Référence(s) :

Katrin Langewiesche & Jean-Bernard Ouédraogo, eds, L’Enquête et ses graphies en sciences sociales. Figurations iconographiques d’après société. Dakar, Amalion, 2019, 194 p., bibl., ill.

Texte intégral

  • 1 Une archive de ce séminaire est consultable sur Hypothèses, la plateforme de carnets de recherche e (...)

1Paru chez Amalion, à Dakar, L’Enquête et ses graphies en sciences sociales fait suite à un séminaire qui s’est tenu à Paris, à l’École des hautes études en sciences sociales, de la fin de l’année 2013 au début de l’année 20191. Cet ouvrage se compose, outre l’introduction des coordinateurs, de neuf chapitres divisés en trois parties, signés par dix auteurs et autrices, sociologues, anthropologues, philosophes, artistes, qui réfléchissent de longue date au statut social des images, ainsi qu’à leur place dans les sciences sociales. De ce fait, si l’on trouve parfois, au fil des pages, des textes déjà publiés ailleurs, cette collection d’essais, au demeurant plutôt hétéroclite, propose, en un seul volume, un large panorama de réflexions stimulantes qui valorise la richesse de ce domaine de recherches.

2Le chapitre introductif de Katrin Langewiesche et Jean-Bernard Ouédraogo se présente autant comme un bilan que comme une prise de position épistémologique à propos de l’écriture iconographique « qui tente, au moins dans les sciences sociales, de s’affirmer face aux formes scripturales classiques » (p. 1), et qui est à entendre comme « une forme nouvelle d’intelligibilité du réel » (p. 2). Via un retour sur l’histoire des « graphies », les auteurs mettent en avant le fait que « la grammaire scripturale ne prend en charge qu’une portion limitée des entités identifiées par nos cinq sens » (p. 4), justifiant ainsi l’utilisation d’images en sciences sociales. Cela ne va pourtant pas de soi et suppose, au contraire, « une mise à l’épreuve de la totalité du processus de fabrication des connaissances » (p. 5), à commencer par les intentions du chercheur et les complexités qui surgissent dans ce nouveau rapport au monde (p. 6). Telle est l’une des ambitions du livre : éclairer « les modalités d’implication de l’image dans la fabrication, la transformation et la présentation des données issues de l’enquête de terrain » (p. 7). Les relations dialogiques avec les sujets des enquêtes comme avec les publics seront ainsi pensées au cours des chapitres suivant l’idée que « les images ont des potentialités heuristiques qu’elles sont les seules à posséder. La photographie confirme et nie simultanément la vérité tout en mettant l’accent sur une apparente exactitude » (p. 9).

3La première partie (« Les images, l’identité et la mémoire ») s’ouvre sur un chapitre de Roger Cornu (« Mémoire et vidéo à Port-de-Bouc : la théorie de Maurice Halbwachs à l’épreuve du terrain », pp. 15-35), dans lequel le sociologue réexamine les théories de Maurice Halbwachs concernant les cadres sociaux de la mémoire, et celles de Georges Gurvitch à sa suite, à l’occasion de recherches menées en Provence, à Port-de-Bouc, avec d’anciens ouvriers des chantiers navals. La visite de la friche industrielle, l’explication du rivetage (l’assemblage de pièces à l’aide de rivets) et la reprise des opérations des riveteurs (en trois étapes filmées) ont permis de réactualiser la mémoire, aussi bien des gestes de travail que des relations sociales. Entre autres objectifs de ces recherches, il s’est agi pour l’auteur de montrer la vidéo comme un « instrument de questionnement » (p. 28). Milton Guran porte, quant à lui, son regard d’anthropologue et de photographe sur la mémoire de l’esclavage transatlantique au Bénin et au Togo, tout en analysant le processus de construction identitaire chez les Agoudas (« Bricolage de la mémoire : sources orales et visuelles dans la construction de l’identité agouda au Bénin et au Togo », pp. 33-56). Cette communauté, formée de descendants d’anciens esclaves africains déportés au Brésil, puis revenus s’installer en Afrique à partir du xixe siècle, s’est implantée dans les anciens ports négriers. Les représentations iconographiques des Agoudas – notamment les portraits peints des fondateurs des familles – manifestent une volonté de se démarquer socialement, de conserver des manières d’être et des façons de faire différentes, à la « brésilienne » (p. 46). La construction de cette identité sociale s’est opérée dans la durée, depuis le début du xixe siècle, et constitue toujours un défi au sein de la société béninoise actuelle : les possibilités d’insertion sociale de ces descendants d’esclaves passent par le bricolage d’une identité ethnique d’Afro-Brésiliens (p. 53). Dans le troisième chapitre (« Être chercheur et photographe en sociologie : médiation autour de la fête religieuse Hanoukkah », pp. 57-72), Sylvaine Conord revient sur l’utilisation scientifique des photographies qu’elle a réalisées dans le cadre de ses enquêtes menées auprès de retraitées juives tunisiennes, dans le quartier populaire de Belleville. Grâce à son travail d’observatrice participante, les prises de vue et leurs restitutions sont devenues pour la sociologue un moyen de valorisation personnelle, un outil de mémorisation (tel un carnet de bord), ainsi qu’un instrument d’analyse des représentations sociales (p. 58). À travers différents exemples, dont celui de la fête juive hivernale des lumières, Hanoukkah, qui dure huit jours et huit nuits, l’autrice fait ressortir « la puissance de désignation des images et l’image comme médium d’échanges » (p. 69).

  • 2 Cette perspective a été développée et discutée dans deux dictionnaires que Albert Piette a coordonn (...)

4« L’épistémologie des images » est la thématique retenue pour la deuxième partie. Sylvain Maresca (« Le récit des images », pp. 75-92) présente trois expériences de collaboration avec des photographes, artistes plasticiens ou documentaristes ayant abouti à des livres, mêlant texte et image, sur la restructuration des services publics à Lyon, ouvrages réalisés avec des jeunes de lycées professionnels et des patients d’un service psychiatrique. L’auteur analyse les finalités, esthétiques plus que narratives, de la composition des séries d’images ainsi que leurs polysémies. S’il revient au sociologue de « traduire » le contenu des images, celles-ci montrent bien que le texte ne peut pas à lui seul rendre compte de la totalité du réel. « Images et textes fonctionneraient alors comme un attelage réflexif, chacun conduisant à s’interroger sur l’intérêt des unes et sur la portée des autres » (p. 86). Ce va-et-vient entre image-en-soi et regard orienté du chercheur est devenu d’autant plus possible avec les outils multimédias. Reste à multiplier les dispositifs pour sortir d’une opposition encore très commune entre « la forme-texte, qui tend à réduire les images à de simples pré-textes, et la forme-image qui, elle, se dérobe aux récits » (p. 90). Dans le chapitre suivant (« De la méthodologie de l’image chez Henri Bergson », pp. 93-110), la philosophe Ioulia Podoroga s’interroge sur la place de l’image chez Henri Bergson, lequel souhaitait « réformer la philosophie et ses concepts de telle sorte que chaque catégorie et chaque concept utilisé puisse se rapporter d’une façon inédite, unique, au phénomène qu’il vise, car se déroulant dans le temps » (p. 94). Bergson établissait ainsi une distinction entre connaissance statique, par concept, et connaissance dynamique, par intuition immédiate, l’image apparaissant comme une voie d’accès au non-conceptuel. Plusieurs de ses œuvres marquent des avancées importantes dans sa réflexion, où l’image a acquis une fonction opératoire. Bergson élabore une méthode de pensée en termes de resserrement et de dilatation, qui tient compte de l’influence du corps dans la perception consciente, ainsi que de la variété des points de vue et des perspectives. Ses questionnements sur le fait vital le conduisent au constat de « l’impossibilité de penser la vie et l’évolution par l’entremise des concepts dont on dispose dans ce domaine » (p. 107). Ce qu’il appelle « élan vital » est donc une image et non un concept, du fait que « la vie » est d’ordre psychologique. Cela ne relève pas d’un manque (conceptuel) mais d’une façon, pour chacun et chacune, d’être à l’écoute de sa propre pensée. « Les images jouent le rôle de médiation, parce qu’elles relient l’expérience originaire, saisie dans une intuition, à l’ordre discursif déployé par la philosophie » (p. 108). Concluant cette deuxième partie, Albert Piette propose de « voir comment des œuvres d’artistes sont une pédagogie pour penser l’anthropologie comme science de l’être humain regardé radicalement » (p. 112), soit une anthropologie qui ne soit ni une philosophie (anthropologie philosophique) ni une sociologie (anthropologie sociale et culturelle)2 (« À propos de l’être humain : l’art paradigme de l’anthropologie », pp. 111-134). Il s’intéresse à l’art « comme mode de travail, comme visée de la singularité et comme capacité de perception [invitant] à préciser la vision anthropologique focalisée sur l’être humain » (p. 114). Il présente d’abord le caractère méthodologique du travail artistique (acharné et détaché des modes pour accéder à une réalité). De plus, « le regard, la sensibilité, l’intuition de l’artiste lui-même » (p. 119) conduisent à considérer « l’aspect unique et irremplaçable de chaque humain » (p. 120) et, dès lors, à envisager « une anthropologie comme science de chaque singulier » (p. 121) : « Et Rilke d’esquisser ce qui est pour moi la méthode clé de l’anthropologie : regarder un être humain, le suivre, l’observer dans ses actes se faisant, se continuant, et ses façons d’être présent […] En même [temps] que l’être séparé, l’anthropologue voit une “distinctivité” » (pp. 124-125). Parce que l’art permet d’accéder à des parcelles d’existence ignorées des anthropologues, il élargit la perception et la compréhension du réel. Il incite à étendre le regard et à prendre en compte l’inachèvement des actes humains (p. 128), ainsi que l’espace vide entre les êtres : « Penser les êtres humains en termes de séparation me semble le principe, la base même de l’anthropologie » (p. 131). En somme, « l’anthropologie, comme science des humains, sans qu’elle se perde dans les mises en perspective, partirait des axiomes suivants : la séparation des humains, leur différence ou la singularité de chacun, l’inachèvement de leurs actes, gestes et paroles » (p. 132).

5La troisième partie du livre vise à mettre en tension « photographies et rythmes ». Le texte de Ralf Marsault (« Vers une image-temps de la restitution », pp. 137-154) s’inscrit dans la lignée des réflexions deleuziennes sur l’« image-temps ». Il s’intéresse à la « hantise du visible » (p. 137), dans le sens où « créer des images revient à territorialiser une pause face au malaise latent que provoque l’ambivalence de perceptions en constante mutation, et s’octroyer ainsi le répit d’un arrêt sur un imago mundi qui la mette à distance » (p. 138). L’auteur présente des photographies, en noir et blanc, prises dans le cadre d’une recherche menée entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 dans des milieux marginaux punks en France et en Allemagne, en collaboration avec le photographe Heino Muller. Si l’ensemble de ce programme intellectuel et thématique apparaît de prime abord très prometteur, ce chapitre est sans doute le plus décevant du livre, tant Ralf Marsault alterne formulations absconses, voire hermétiques, et postures convenues (l’expression des visages sur ces clichés lui inspire l’éthique de Levinas, etc.). À sa décharge, il faut reconnaître que la qualité des photographies à l’impression est toute relative et qu’elles sont, de surcroît, dissociées du corps du texte. Si bien que la finesse perceptive des clichés sélectionnés qu’il souhaite transmettre est plus admise à la lecture que véritablement comprise. Dans « Les rythmes de l’urbanisation globale : exploration des compétences cosmopolites » (pp. 155-174), l’acteur Emil Abossolo Mbo et Cassis Kilian reviennent sur leur collaboration et réfléchissent à la notion de rythme. Cette dernière permet, en effet, « d’explorer les aspects préverbaux des sentiments d’appartenance ou d’aliénation et les compétences cosmopolites kinesthésiques nécessaires dans les paysages urbains » (p. 160). De la sorte, ils abordent les relations de pouvoir nord-sud et les hiérarchies épistémologiques via l’examen du lien entre lieux et rythmes, en se penchant sur la façon dont ceux-ci sont imposés et adaptés. Réinterprétant le film Les Maîtres fous de Jean Rouch (1955) comme une œuvre ayant montré la manière dont « les Hauka explorent les dimensions corporelles et émotionnelles de ce qu’Appadurai a appelé quarante ans plus tard “la modernité en général” » (p. 164), Emil Abossolo Mbo et Cassis Kilian concluent en proposant d’intégrer la « recherche sensuelle » (p. 170) dans la variété des méthodes qualitatives, notamment dans l’appréciation des rapports subjectifs aux espaces. Enfin, la contribution de Mathieu Triclot (« Les jeux vidéo en aveugle : essai de ryhtmanalyses, pp. 175-194) clôt cette troisième partie avec un essai de « rythmanalyse » à propos des jeux vidéo. L’enquête de terrain du philosophe a consisté à s’entretenir et à observer des joueurs en action, mais sans regarder leurs écrans et en se détachant des discours émotionnels (communs) relatifs aux expériences ludiques. Mathieu Triclot s’est donc intéressé à la gestuelle employée dans le maniement d’outils (sticks, souris) nécessaires aux jeux. Cela lui permet de classer ces derniers selon l’intensité de leurs demandes rythmiques, à rebours de leurs classifications dans différents genres (p. 182), puis d’envisager le moment du jeu comme l’exécution d’une « partition audiovisuelle » (pp. 185-186), par une analogie avec la pratique musicale. Le troisième volet de sa démonstration porte sur les variabilités interindividuelles dans les façons de jouer à chacun des jeux (p. 188) pour s’achever sur l’étude des sensations, en montrant comment chaque joueur « module la demande rythmique faite par le jeu » (p. 189). En somme, l’étude de « la production gestuelle de la performance » (p. 192) offre de nouvelles façons de comprendre ce qui constitue l’expérience des jeux vidéo, en évitant de se concentrer uniquement sur ce qui se passe à l’écran.

  • 3 Au moment d’écrire ces lignes, le livre n’est référencé que dans cinq bibliothèques universitaires (...)

6Aucune conclusion ne vient terminer cet ouvrage fort riche, traversé de propositions méthodologiques prometteuses, comme si les éditeurs avaient laissé aux lecteurs la liberté d’en évaluer la portée. Si les questions de géopolitique de la connaissance et le choix symbolique d’une maison d’édition indépendante implantée au Sénégal ne sont pas à discuter, regrettons seulement qu’il soit assez difficile de se procurer ce livre, et qu’il n’ait pas fait l’objet de davantage de débats depuis sa sortie3.

Haut de page

Notes

1 Une archive de ce séminaire est consultable sur Hypothèses, la plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales (https://graphies.hypotheses.org/).

2 Cette perspective a été développée et discutée dans deux dictionnaires que Albert Piette a coordonnés récemment : le premier, en 2018, avec la collaboration de Jean-Michel Salanskis (Dictionnaire de l’humain, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre) ; le second, en 2022, avec Mathilde Lequin (Dictionnaire des anthropologies, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre).

3 Au moment d’écrire ces lignes, le livre n’est référencé que dans cinq bibliothèques universitaires en France, d’après le catalogue du Système universitaire de documentation (Sudoc) (http://www.sudoc.abes.fr/).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Étienne Bourel, « Katrin Langewiesche & Jean-Bernard Ouédraogo, eds, L’Enquête et ses graphies en sciences sociales. Figurations iconographiques d’après société »L’Homme, 245 | 2023, 154-158.

Référence électronique

Étienne Bourel, « Katrin Langewiesche & Jean-Bernard Ouédraogo, eds, L’Enquête et ses graphies en sciences sociales. Figurations iconographiques d’après société »L’Homme [En ligne], 245 | 2023, mis en ligne le 07 avril 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/46191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.46191

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search