Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245Comptes rendusPierre Deffontaines, L’Homme et s...

Comptes rendus

Pierre Deffontaines, L’Homme et sa maison

Anaïs Angéras
p. 168-170
Référence(s) :

Pierre Deffontaines, L’Homme et sa maison. Préf. de Germain Viatte. Marseille, Parenthèses, 2021, 302 p., bibl., ill., fig.

Texte intégral

1Réédition de 1972, L’Homme et sa maison mérite le qualificatif de « beau » livre en raison des nombreuses illustrations à l’aquarelle de l’auteur, le géographe Pierre Deffontaines (1894-1978) ; elles offrent des « visions synthétiques » (p. 25) des paysages et des bâtis qui les composent, et viennent compléter harmonieusement ses observations et analyses.

2Dans cette version, la publication s’ouvre sur une préface biographique richement documentée de dessins et de photographies, signée par Germain Viatte, le neveu de Pierre Deffontaines, qui nous permet de saisir la personnalité de cet auteur et son apport dans un contexte passé que nous avons (presque) oublié. Parmi de nombreux éléments pertinents pour notre compréhension, citons l’intérêt de Pierre Deffontaines pour les « microréalités sociales » (« ferme », « village », « usine », « centre d’apprentissage », « îlot urbain insalubre », p. 8), plutôt rare chez les géographes de cette époque. On apprend d’ailleurs que l’auteur a été « boudé pendant plusieurs décennies par les instances académiques » (p. 35), avant d’être redécouvert au début des années 2000, grâce au renouveau de la géographie culturelle.

3La structure du livre répond à une tradition française de l’exposé scientifique, telle qu’elle était appliquée au début du xxe siècle. Toutefois, l’alternance des deux typographies employées, tout au long des chapitres, semble marquer une distinction dans le propos qu’il n’est pas toujours aisé de saisir : s’agit-il d’analyses d’ordre général étayées par des démonstrations scientifiques ?

4Dans une courte introduction, Pierre Deffontaines présente les seize parties de son ouvrage, ainsi que la portée de cette synthèse sur les caractéristiques qui font (vivre) toute habitation : la fonction de refuge, les matériaux de construction, le toit de couverture, l’approvisionnement en eau, le chauffage par le feu, la nécessité de mobilité dans les cas de nomadisme, la cohabitation dans l’espace de la maisonnée, l’isolation du sol et de l’humidité, la luminosité, la conservation des aliments, la cohabitation avec les animaux, les métiers qu’elle implique et rend nécessaires pour son entretien, les moyens de défense, les temps de repos (sommeil et repas). C’est au chapitre III que l’auteur nous livre son hypothèse : l’habitation humaine correspondrait à « un assemblage [de ces] agencements qui ont chacun leur domaine de répartition et leur évolution particulière […] [et qui sont] regroupés en associations diverses pour donner des types d’habitations » (p. 101). Cela le conduit à introduire la notion de « dispositifs » : ce terme fait référence aux solutions que les habitants et les habitantes ont trouvées au cours d’expériences vécues (passées et en cours) pour répondre aux « différentes difficultés que pose l’aménagement de la maison » (Id.). Le dernier chapitre est (étonnamment) consacré au fait religieux, incitant les géographes de son époque à « ne pas négliger cette primauté » (p. 267) de la dimension spirituelle dans le fait d’habiter. Dans la conclusion est exposée sa thèse : « la maison est ainsi faite d’une série d’ajoutages successifs, […] un assemblage de dispositifs, tous en évolution autonome » (p. 281). Le processus d’amélioration de la « maison » résulte à la fois d’« une agglutination progressive d’agencements divers » (Id.) et d’un mode de construction global, qui intègre tous les dispositifs nécessaires à une habitation.

5Après quarante années d’études et d’observations consacrées à l’habitation humaine, L’Homme et sa maison est le dernier ouvrage de Pierre Deffontaines. Témoin de la progressive uniformisation des particularités culturelles qui font la « maison », il nous a légué un inestimable témoignage de la diversité architecturale mondiale et locale.

6Véritable somme de mises en relation et d’analogies des pratiques d’habiter d’une contrée géographique, d’une culture à une autre (« [C]es tuiles de bois portent des noms variables selon les régions : essendoles, esseintes, tavaillons, bardeaux, gont en Pologne, en allemand schindel, au Mexique tejamanil », p. 108), cette étude mêle géographie, paléontologie, anthropologie et histoire de l’architecture. Elle présente un large inventaire des différentes manières de construire des habitations, selon les régions du monde, à partir de points communs (les « dispositifs »), classées par particularités climatiques (pays arctiques, tropicaux, tempérés humides, pays froids venteux à gazon serré, zones de forêts à fortes pluviosités, etc.).

7Pour Pierre Deffontaines, la géographie est non seulement une manière d’« observer et surtout […] [d’] expliquer les paysages » (p. 15), mais aussi « [une] science des rapports de l’homme et du sol, en tant qu’acteur du paysage » (Id.). Son apport en géographie culturelle est nourri de cette prise de conscience du rôle de l’humain dans le façonnage des territoires, en observant chaque paysage à travers les habitations et en associant l’existence des habitants aux caractéristiques du milieu (animaux domestiques, monde animal sauvage et disposition des richesses végétales).

  • 1 Les refuges à provisions étudiés dans le chapitre sur les « dispositifs pour la conserve des produi (...)

8Une des particularités de sa démarche est la pratique descriptive proche de l’enquête de terrain ethnographique, qui paraît pionnière pour un géographe du début du xxe siècle. Sa pensée, guidée par la question « Pourquoi ? », révèle bon nombre d’intuitions anthropologiques. Pierre Deffontaines cherche à établir les manières d’habiter de façon durable et contribue à asseoir ce qui fait culture. Son principal apport au débat et à la connaissance scientifique de son temps est d’expliquer les particularités locales d’une habitation non pas uniquement à travers les faits climatiques, mais aussi par les « conditionnements historiques et sociaux » (p. 123). Ses observations géographiques sont parsemées d’analyses anthropologiques : par exemple, la question des toitures « [qui] n’est pas seulement une question pluviométrique », mais « est souvent un emblème », « chargé de la protection, à la fois physique et magique » (p. 131). Les caractéristiques qui font l’habitation (les « dispositifs ») soulignées d’un chapitre à un autre1 se répondent d’une aire géographique à une autre, et nous donnent l’impression d’un traitement systématique de la question. Ce souci d’exhaustivité ne correspond-il pas à cette tradition académique (dont il est l’un des représentants) qui témoigne avant tout d’une érudition qui finit par enfermer le savoir (gagné sur l’effort de recensement) plus qu’elle n’ouvre la réflexion ?

9Le passage de plus en plus régulier des pratiques rurales européennes à des pratiques mondiales, à mesure que l’on avance dans la démonstration, nous interroge : le géographe a-t-il pris la maison rurale française comme point de comparaison initial ? Cela expliquerait sa tendance à penser le développement de la « maison » comme concomitant à l’« élévation de l’être humain », « de la grotte souterraine à l’édification d’un bâti, elle résulte de la maîtrise de la complexité de l’élaboration des parois et de la couverture » (p. 167) ?

10Quelques accents évolutionnistes, parfois misérabilistes dans les développements de Pierre Deffontaines nous renvoient à son époque. Loin d’être inutiles, ils nous rappellent l’origine de cette tradition légitimant la « maison » comme la marque de l’évolution de l’humanité (qui laisse à penser que le fait de ne pas en posséder signalerait un problème d’injustice sociale), ainsi que la confusion entre le « fait d’habiter » et le « besoin d’une maison » que l’on sait dépassé aujourd’hui, ou celle entre « habitation » et « maison ». Est-ce en raison de sa défiance à l’égard des positions théoriques que le géographe emploie la notion de « maison » en un sens structuraliste, teinté en même temps de diffusionnisme – dans la mesure où il considère que le colonialisme est un facteur majeur de la diffusion de traits architecturaux –, tout en restant arrimé à une tradition de pensée évolutionniste ? Est-ce ce mélange d’influences qui lui fait admettre que ses interprétations sont « souvent difficiles » (p. 131), ou bien que quelques tournures de phrase trahissent certaines contradictions, par exemple : « heureusement en ces régions, la pluie est tout à fait exceptionnelle » (p. 225) ? Les modèles d’habitation investis par les populations ne reflètent-ils donc pas leur intégration à leur milieu ?

11Finalement, c’est aux pages 287-288 que son approche nous apparaît comme résolument moderne, avec sa proposition d’étudier l’impact de la décolonisation sur les manières d’habiter à travers l’installation des populations indigènes dans les architectures coloniales : « [L]es types d’habitations ne sont pas liés à telle ou telle race ou civilisation […], en réalité ils ont subi une série de retouches successives par des apports de nouveaux dispositifs ; leur histoire est pleine d’hybridations » (p. 288). D’un point de vue théorique, cette démarche dynamique nous est précieuse aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Les refuges à provisions étudiés dans le chapitre sur les « dispositifs pour la conserve des produits » sont à nouveau évoqués dans le chapitre « Dispositifs de sécurité ».

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Anaïs Angéras, « Pierre Deffontaines, L’Homme et sa maison »L’Homme, 245 | 2023, 168-170.

Référence électronique

Anaïs Angéras, « Pierre Deffontaines, L’Homme et sa maison »L’Homme [En ligne], 245 | 2023, mis en ligne le 07 avril 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/46241 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.46241

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search