Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245Comptes rendusAlice Sophie Sarcinelli, Des gami...

Comptes rendus

Alice Sophie Sarcinelli, Des gamins roms hors-de-l’enfance. Entre protection et exclusion

Camille Salgues
p. 170-172
Référence(s) :

Alice Sophie Sarcinelli, Des gamins roms hors-de-l’enfance. Entre protection et exclusion. Paris, Éd. des Archives contemporaines, 2021, 200 p., bibl.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Alice Sophie Sarcinelli apparaît comme une contribution majeure pour au moins deux champs d’études : les Romani studies et l’anthropologie de l’enfance. C’est ce second aspect qui est privilégié dans la lecture proposée ici. L’autrice a mené un travail ethnographique dans des camps roms près de Milan au tournant des années 2010, alors que se mettait en place l’emergenza nomadi, une politique d’« urgence » vis-à-vis des Roms, en se concentrant sur les enfants, même si de nombreux adultes sont aussi présents dans le récit. S’y ajoute une approche sociohistorique portant sur le traitement de ces enfants et l’« infantilisation » de leurs parents par les pouvoirs publics, qui mêle entretiens et analyse de la production savante sur cette population. Il faut souligner l’originalité de cette démarche quand il s’agit d’âges pour lesquels on privilégie souvent des terrains beaucoup plus partiels et une anthropologie plus culturelle que sociale.

  • 1 Cf. Didier Fassin, La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, Gallimard-Le (...)

2Le livre est organisé par élargissements successifs, en trois parties. La première donne lieu à des scènes ethnographiques remarquables, où se lit aussi la qualité de la relation nouée notamment avec les enquêtées : histoires amoureuses d’adolescentes aux conséquences dramatiques dans la vie publique du camp, tribulations de mères terrorisées par des services administratifs qui menacent de leur retirer leurs enfants, ou rêveries que les filles roms confient à l’enquêtrice. Alice Sophie Sarcinelli montre en particulier la manière dont les enfants négocient, dans la mesure de leurs moyens, les frontières d’un « ordre des sexes, des âges et des races » (p. 22). L’attention se déplace ensuite vers les non-Roms et le traitement qu’ils réservent à ces enfants. L’autrice y fait preuve d’un souci critique constant, indispensable, mais qui contraste parfois avec la neutralité adoptée vis-à-vis des pratiques des enquêtés en première partie : il y a là des choix scientifiques importants, qui auraient sans doute mérité d’être davantage explicités. La deuxième partie détaille les différents « régimes » de traitement des Roms, entre rejet, efforts d’accueil et volonté de les éduquer. Alice Sophie Sarcinelli montre à chaque fois la place centrale qu’occupent les « sentiments moraux », dans la lignée des travaux de Didier Fassin1, en particulier ceux que suscite l’enfance, dans les mobilisations de la population non-rom sur ces questions. La troisième partie propose une mise en perspective plus large, mais relativement brève, de la place des Roms et de celle qui est faite à leurs enfants dans les écoles italiennes, avec la conviction que « tout change […] afin que tout reste comme avant » (p. 153). L’autrice dévoile de puissantes logiques de racialisation à l’œuvre, en s’appuyant, sur le plan théorique, sur un corpus anthropologique bien établi pour de nombreuses autres minorités dans le monde (pp. 150-151) et, sur le plan empirique, sur l’analyse des discours sur l’éducation de ces enfants, depuis notamment la Seconde Guerre mondiale. Elle observe ainsi les effets problématiques d’une préoccupation constante pour le bon « développement » de ces enfants, supposés être toujours soit en retard soit trop précoces, ou pour la sauvegarde d’une « culture tsigane » qu’on ne leur transmettrait plus correctement.

  • 2 Cette distinction ne va pas de soi, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, dans l’anthropol (...)

3Alice Sophie Sarcinelli se penche en conclusion sur les enjeux d’une montée en généralité – du terrain à la question rom –, mais la portée de son travail pour penser la situation d’enfants autres que roms reste peu explicitée. On peut percevoir une certaine ambiguïté à cet égard. D’un côté, plusieurs formulations paraissent avaliser, non sans embarras, une forme d’extériorité des enquêtés vis-à-vis, notamment, d’une « économie morale de l’enfance dominante » (p. 100) à laquelle on aurait cependant du mal, je crois, à donner un contenu concret. Le titre même de l’ouvrage, en suggérant que les enquêtés puissent être « hors-de-l’enfance », me semble ainsi brouiller le fond du propos qui est précisément de dépasser les logiques d’altérisation. De l’autre, le travail de l’autrice montre parfaitement les outils irremplaçables que l’anthropologie pourrait apporter pour penser l’enfance de manière transversale : à commencer par la distinction (pp. 21-22), nullement élémentaire, entre « enfant de », au sens de la parenté et sujet, à ce titre, aux lois de la famille ; et enfant en tant que membre d’une classe d’âge, opposé à l’adulte, ce qui suppose un gouvernement normatif général en fonction de l’âge, assuré par un ensemble d’institutions étatiques, dont l’école2. Alice Sophie Sarcinelli aurait pu utiliser davantage cette distinction, car il n’est pas exagéré de dire que toute l’enquête décrit les effets du changement d’accentuation, qui n’est pas si ancien historiquement, entre ces deux acceptions du mot « enfant » (ces deux logiques de gouvernance) au profit de la seconde. C’est bien poussés par la volonté d’inscrire ces enfants dans une normalité liée à leur âge (en termes de scolarité, de loisirs, de sociabilité…) que les non-Roms ne cessent de mettre en place des dispositifs d’encadrement spécifiques avec, pour résultat, une altérisation paradoxale de ces populations (Parties 2 et 3) ; et c’est bien à travers une réaffirmation de logiques familiales – mariage des jeunes filles ou renvoi en Roumanie chez des oncles et des tantes, par exemple – que les Roms ne cessent de résister à ces injonctions (Partie 1). « Le lien indissoluble entre les questions propres aux espaces intimes de la vie familiale et la politisation de l’enfance […] dans l’espace public » (p. 51), que l’autrice explore de manière magistrale, se noue précisément dans ce basculement qui a certainement de puissantes conséquences, aujourd’hui encore, dans d’autres mondes que ceux des Roms. En paraphrasant, à propos de l’enfance, une citation donnée en conclusion au sujet de l’État (p. 159), on pourrait ainsi dire, en refermant le livre qui trouve là une grande partie de sa force, que c’est à partir de ses marges qu’une certaine vérité sur l’enfance contemporaine peut être saisie.

Haut de page

Notes

1 Cf. Didier Fassin, La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, Gallimard-Le Seuil, 2010 (« Hautes Études »).

2 Cette distinction ne va pas de soi, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, dans l’anthropologie de l’enfance ; on la chercherait en vain dans le livre de référence de l’Américain David Lancy (The Anthropology of Childhood. Cherubs, Chattel, Changelings, Cambridge, Cambridge University Press, 2015).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Camille Salgues, « Alice Sophie Sarcinelli, Des gamins roms hors-de-l’enfance. Entre protection et exclusion »L’Homme, 245 | 2023, 170-172.

Référence électronique

Camille Salgues, « Alice Sophie Sarcinelli, Des gamins roms hors-de-l’enfance. Entre protection et exclusion »L’Homme [En ligne], 245 | 2023, mis en ligne le 07 avril 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/46256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.46256

Haut de page

Auteur

Camille Salgues

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search