Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245Comptes rendusNicolas Prévôt, Un sacré bazar. M...

Comptes rendus

Nicolas Prévôt, Un sacré bazar. Musique, possession et ivresse en Inde centrale

William Tallotte
p. 172-175
Référence(s) :

Nicolas Prévôt, Un sacré bazar. Musique, possession et ivresse en Inde centrale. Nanterre, Société d’ethnologie, 2022, 381 p., bibl., ill. (« Recherches sur la Haute Asie » 26).

Texte intégral

1L’ouvrage de Nicolas Prévôt s’impose d’emblée comme une contribution importante à la connaissance des pratiques musicales indiennes : tout d’abord, parce qu’il vient enrichir une bibliographie encore très parcellaire sur les musiques villageoises, en l’occurrence celles des communautés que le gouvernement indien, dans une logique de discrimination positive, classe au plus bas de l’échelle sociale, sous les noms de Scheduled Castes et Scheduled Tribes ; ensuite, parce qu’il éclaire sous un angle nouveau, via une longue et passionnante enquête ethnomusicologique, un panthéon local dont l’organisation, en dépit de son originalité, est somme toute représentative d’une forme d’hindouisme populaire répandue dans de nombreuses zones rurales du sous-continent indien.

  • 1 Dans la région où cette étude a été menée, les Ganda parlent le halbi, comme la plupart des autres (...)

2Bien que consacré à la région du Bastar (Inde centrale), dominée par les Scheduled Tribes, Un sacré bazar n’est cependant pas une monographie sur les musiques dites « tribales ». Comme l’explique Nicolas Prévôt dans le prologue, son projet initial visait à étudier les chants et les danses des communautés gond et des fameux dortoirs ghoul – dortoirs mixtes où les adolescents d’un même village cohabitent jusqu’au mariage. Mais l’instabilité politique de la région, doublée de tensions afférentes à l’évolution récente des ghoul, l’amena à travailler sur un ensemble de hautbois (mohori) et de timbales (nãgāa et tuubuli) joué lors des rituels gond par des musiciens spécialistes appartenant à la caste des Ganda. Si ce changement de trajectoire ne se fit pas sans regrets, il s’avéra pourtant fécond pour saisir la complexité des configurations socio-religieuses et montrer, entre autres choses, combien un clivage trop net entre basses castes et « tribus » ne résiste pas à une analyse approfondie des pratiques et des situations. On perçoit en effet assez vite que l’univers social, religieux et musical des Ganda (classés parmi les Scheduled Castes) se confond en partie avec celui des Gond (classés parmi les Scheduled Tribes), même si des différences majeures existent, notamment linguistiques1.

  • 2 Cf. Monique Desroches, Tambours des dieux. Musique et sacrifice d’origine tamoule en Martinique, Mo (...)

3Deux grandes questions parcourent l’ouvrage. Quel rôle joue la musique des Ganda lors des activités rituelles villageoises ? Dans quelle mesure cette musique permet-elle de comprendre l’organisation du rituel et, au-delà, la société dans laquelle celui-ci s’épanouit ? Afin d’y répondre, Nicolas Prévôt prend comme point de départ le répertoire de hautbois destiné aux divinités de la grande fête deo bājā (« marché des dieux », « bazar sacré »). L’objectif est alors de dégager une grammaire des différents airs joués lors d’une même fête et de déterminer, dans un premier temps au moins, si ceux-ci renvoient à des divinités, des phases rituelles et/ou des actions rituelles. Comme souligné dans l’introduction (pp. 37-38), ce travail n’est pas sans évoquer celui de Monique Desroches sur les battements de tambour exécutés lors des cérémonies sacrificielles tamoules en Martinique2. Pour autant, le but principal n’est pas ici la validation, au travers d’une analyse musicologique d’orientation structuraliste, d’un système de correspondances que les musiciens et les principaux acteurs rituels connaissent et verbalisent en partie, mais plutôt la mise en place d’une grille de lecture, dans laquelle la musique s’impose comme une activité nécessaire à la compréhension du rituel. La tâche n’est cependant pas aisée : les airs de hautbois, en plus d’être nombreux, sont particulièrement flexibles en termes de structure et de hauteur, au point que leur identification exige déjà un travail de collecte, d’écoute et d’analyse considérable.

  • 3 Cf. Carol Tingey, Auspicious Music in a Changing Society. The Damāi Musicians of Nepal, London, Sch (...)
  • 4 Cette question est passionnante et mériterait sans doute un développement indépendant qui intègre p (...)

4Cette problématique, bien que centrale, est laissée de côté dans les trois premiers chapitres pour n’être développée qu’une bonne centaine de pages plus loin, au cours du quatrième chapitre. Le détour est un peu long, mais s’avère justifié : il fournit en effet au lecteur l’ensemble des informations nécessaires à la compréhension des chapitres suivants, lui permettant ainsi de se familiariser avec les lieux dans lesquels l’auteur a enquêté et avec les personnes qui l’ont guidé dans ses recherches. Le premier chapitre, le plus général du livre, décrit la situation historique, politique, géographique et socio-économique du Bastar. Le deuxième, plus ethnographique, retrace les premiers pas de l’auteur, au début des années 2000, dans le village de Barkay. Les pages se lisent avec plaisir et renferment, outre quelques anecdotes croustillantes sur les conditions de l’enquête, une mine de renseignements sur le quotidien des villageois, les instruments de musique, les contextes de jeu et les activités annexes ou complémentaires que les musiciens peuvent exercer, par exemple médium et guérisseur. On y rencontre aussi quelques personnalités attachantes, dont Bursu, musicien au caractère bien trempé et personnage principal de l’ouvrage. Le troisième chapitre, tout aussi captivant, décrit la place du musicien ganda dans la société, le calendrier des fêtes, le soin apporté aux objets rituels et la technique de jeu du hautbois et des timbales. Nicolas Prévôt se penche également sur ce rapport a priori paradoxal – récurrent en Asie du Sud – entre le bas statut social des joueurs de hautbois et le rôle central qu’ils occupent au sein du rituel (pp. 126-132). Afin d’expliquer cette contradiction, il s’appuie sur le travail de Carol Tinguey et l’idée selon laquelle les catégories pur-impur (śuddhi-aśuddhi, en sanskrit) et faste-néfaste (śubha-aśubha, en sanskrit) peuvent fonctionner de pair mais ne sont pas, en pratique, interdépendantes3. Autrement dit, ce qui est pur n’est pas forcément faste ; inversement, ce qui est impur n’est pas toujours néfaste. Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’un musicien de basse caste, considéré comme rituellement impur, puisse placer un événement rituel sous les meilleurs auspices4.

5Les quatrième et cinquième chapitres retracent le premier des trois jours de la fête deo bājā. Le récit alterne descriptions ethnographiques, analyses musicales et discussions critiques, et plonge le lecteur au cœur d’une enquête minutieuse, quasi policière, visant à identifier les airs (ou devises) joués au hautbois et, dans le même temps, à saisir ce qui les unit aux puissances qui se manifestent au cours du rituel : dieux, déesses, ancêtres divinisés, voire « choses-dieux », tels par exemple les étonnants cadres en bois a. Des analyses musicales centrées sur le rythme (chap. IV) et la mélodie (chap. V) permettent à l’auteur, in fine, de mettre en lumière la structure globale du répertoire et, parallèlement, celle du panthéon. Mais ce jeu d’identification et de mise en correspondance n’est pas clos, fermé sur lui-même. Il renvoie aussi à un ensemble de problématiques relatives à la perception des airs et aux actions, sensations, impressions (etc.), auxquelles cette perception est ou peut être associée. On relèvera, en ce sens, d’intéressants passages sur les propriétés et le pouvoir du son (pp. 209-215), ainsi que sur les relations entre variation musicale, plaisir esthétique et efficacité rituelle (pp. 256-257). Le sixième chapitre, dans la lignée des deux précédents, détaille le deuxième jour de la fête deo bājā. L’auteur y développe une réflexion sur les rapports entre musique et possession et, corrélativement, entre musique et alcool. Il montre notamment que la musique, outre son rôle dans le déclenchement de la possession, peut servir à discréditer publiquement les ivrognes qui chercheraient à se faire passer pour des possédés (pp. 289-292) : le Matwā (l’« Air des soûlards ») est prévu à cet effet. Il montre aussi que la musique, comme l’alcool, peut être considérée comme une substance, comme un fluide, pénétrant autant les corps que les esprits. La musique et l’alcool servent ainsi, selon des modalités distinctes, de médiateurs entre les hommes et les dieux. Le septième et dernier chapitre résume avec clarté et précision les résultats de la recherche. Le lecteur y trouvera une synthèse musicologique, un tour d’horizon des possibles fonctions que l’on peut raisonnablement assigner (dans ce contexte rituel) à la musique, ainsi qu’une présentation synoptique du panthéon.

6Si la construction de l’ouvrage est parfois déroutante, en raison de va-et-vient fréquents entre récits et analyses, d’une alternance souvent rapide des thématiques et de problématiques traitées par touches successives sur plusieurs chapitres, sa lecture n’en reste pas moins fluide et agréable. De même, la variété des sujets abordés peut paraître excessive pour un seul et même volume, et laisser l’impression que certaines questions auraient pu être davantage développées, comme celle des rapports synchroniques entre les airs de hautbois et les actions rituelles, ou bien celle, concomitante, des rapports entre la répétition des airs joués, leur réécoute et les émotions que leur reconnaissance est à même de susciter chez les participants. Mais il ne faut pas, je crois, appréhender Un sacré bazar comme un livre dont la seule vocation serait de traiter systématiquement toutes les questions que l’enquête ethnographique soulève. Il s’agit d’un ouvrage ouvert, dans lequel Nicolas Prévôt partage ses recherches avec beaucoup de générosité et n’hésite pas à poser des questions dont les réponses, faute d’éléments déterminants, ne peuvent être que partielles ou provisoires.

7Bien plus que la chronique ethnographique et musicale d’une fête villageoise, Un sacré bazar est aussi une étude d’ethnomusicologie ambitieuse, qui réussit le pari de comprendre un fait social – en l’occurrence un rituel – grâce à l’étude située d’une pratique musicale. Enfin, outre un travail scientifique exemplaire, il faut saluer la qualité du travail éditorial et des supports visuels et audios qui viennent enrichir le texte : de belles photographies, dont une trentaine en couleurs ; d’excellents dessins effectués par l’auteur sur le terrain ; et des pages multimédias – composées d’extraits sonores et de transcriptions musicales animées – hébergées par le site de la Société française d’ethnomusicologie5.

Haut de page

Notes

1 Dans la région où cette étude a été menée, les Ganda parlent le halbi, comme la plupart des autres villageois, tandis que les Gond, en plus du halbi, conservent le gondi comme langue maternelle.

2 Cf. Monique Desroches, Tambours des dieux. Musique et sacrifice d’origine tamoule en Martinique, Montréal, L’Harmattan, 1996.

3 Cf. Carol Tingey, Auspicious Music in a Changing Society. The Damāi Musicians of Nepal, London, School of Oriental and African Studies, University of London, 1994 (« Soas Musicology Series » 2) : 86-102.

4 Cette question est passionnante et mériterait sans doute un développement indépendant qui intègre plus largement les travaux anthropologiques et/ou sociologiques ayant traité des rapports entre les catégories pur-impur et faste-néfaste. Je pense, parmi quelques exemples, à l’article de Jonathan Parry, « The Hindu Lexicographer ? A Note on Auspiciousness and Purity », Contributions to Indian Sociology, 1991, 25 (2) : 267-285.

5 Consultables à l’adresse suivante : http://ethnomusicologie.fr/un-sacre-bazar-nicolas-prevot/

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

William Tallotte, « Nicolas Prévôt, Un sacré bazar. Musique, possession et ivresse en Inde centrale »L’Homme, 245 | 2023, 172-175.

Référence électronique

William Tallotte, « Nicolas Prévôt, Un sacré bazar. Musique, possession et ivresse en Inde centrale »L’Homme [En ligne], 245 | 2023, mis en ligne le 07 avril 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/46266 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.46266

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search