Navigation – Plan du site

AccueilNuméros246Comptes rendusLéonore Le Caisne, Un inceste ...

Comptes rendus

Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait

Juliana Caruso
p. 179-180
Référence(s) :

Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait. Préf. de Cédric Terzi. Paris, Le Seuil, 2022 [2014], 440 p., bibl. (« Points. Essais » 932).

Texte intégral

  • 1 Paris, Belin-Éd. de la Msh, 2014 (« Anthropolis »).

1Rédiger un compte rendu de cet ouvrage est un exercice d’autant plus redoutable que les recensions qui ont suivi sa première parution en 20141 ont été positives et excellentes. J’ai regretté de ne pas avoir lu ce livre bien écrit plus tôt. Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait de l’anthropologue Léonore Le Caisne, chercheuse au Cnrs, bénéficie, dans cette deuxième édition au format poche, d’une préface du sociologue Cédric Terzi, spécialiste en analyse de l’expérience publique, et d’une postface de l’autrice. Le choix de Terzi pour rédiger l’avant-propos est tout à fait judicieux, surtout que l’affaire traitée dans le livre a largement été couverte par les médias et a fait l’objet d’une attention variable de la part de la presse française à la fin des années 2000.

2Le fil rouge est un fait divers tragique qui est abordé sous de multiples angles à partir d’une ethnographie d’une grande richesse. Dès l’avant-propos et l’introduction, Léonore Le Caisne nous présente avec beaucoup de sensibilité l’histoire de Nelly qui, depuis son enfance et pendant près de trois décennies, a été maltraitée et violée par son père avec la complicité de sa belle-mère. On comprend très vite que, dans ce village de la région parisienne où vivait Nelly avec son frère et ses sœurs, « tout le monde savait », ou se doutait de ce qu’il se passait dans la ferme familiale. Six enfants au total naquirent des viols de son bourreau. Le lecteur apprend également que non seulement la victime a tenté de fuir à plusieurs reprises, mais que les services sociaux n’ont fait aucun signalement pendant toutes ces années. Dès le début de l’ouvrage, l’autrice apporte deux informations qui vont donner un autre aspect à cette affaire. Il y a, tout d’abord, le fait que, à la différence de ses frère et sœurs, le père de Nelly n’était pas son père biologique. Cette particularité familiale, qui n’atténue en rien la violence et l’inceste subis par Nelly, est abordée principalement dans le quatrième chapitre et présentée comme l’argument avancé par les villageois pour se déculpabiliser. L’anthropologue soulève des questions très intéressantes qui auraient pu être développées davantage, en particulier au croisement des études actuelles sur la parenté et la biomédecine. Le deuxième élément d’information est le constat que de nombreux habitants de la petite ville et de la cité où travaillait le père de Nelly avaient eux aussi des soupçons sur cette famille.

  • 2 Cf. Claudia Fonseca, Familía, fofoca e honora, Porto Alegre, Ed. Ufrgs, 2000 : 23.

3Grâce à l’ethnographie de Léonore Le Caisne, nous nous rendons compte qu’à différents niveaux, une partie non négligeable de la ville était au courant de la relation incestueuse. Cette connaissance partagée révèle un réseau important de relations et de commérages qui donne à cette ethnographie une dimension supplémentaire. Elle nous incite à réfléchir sur les rapports entre la circulation de ragots que tout le monde connaît à propos de cette « drôle de famille » (p. 318), comme certains l’ont qualifiée, et le silence des personnes qui n’ont pas alerté les autorités compétentes. La circulation des on-dit avec leur diffusion spatiale du village à la ville en différents points pourrait d’ailleurs intéresser un autre champ de l’anthropologie, celui de l’anthropologie urbaine. L’anthropologue Claudia Fonseca a montré, par exemple, la relation étroite qui existe entre les commérages, la réputation, les alliances et la connaissance de faits réels, tels que la violence domestique2. Dans une certaine mesure, le cas analysé dans l’ouvrage peut devenir une piste pour étudier d’autres situations, comme celle de violences conjugales, parfois connues des voisins, des amis et des parents, mais dont on ne parle jamais.

4Enfin, soulignons la délicatesse avec laquelle cette ethnographie a été écrite, Léonore Le Caisne donnant la parole à Nelly, mais aussi à une association de victimes, l’Association internationale des victimes de l’inceste (Aivi). Un tel point de vue est important, d’autant que la recherche en sciences sociales s’est enrichie ces dernières décennies d’une collaboration avec les associations de victimes, quelles qu’elles soient. Les questions que soulève Léonore Le Caisne sont très bien amenées : à chaque instant, nous pouvons ainsi suivre le travail de l’ethnographe qui commente les sujets les plus difficiles tout en partageant ses impressions du terrain avec le lecteur.

Haut de page

Notes

1 Paris, Belin-Éd. de la Msh, 2014 (« Anthropolis »).

2 Cf. Claudia Fonseca, Familía, fofoca e honora, Porto Alegre, Ed. Ufrgs, 2000 : 23.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Juliana Caruso, « Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait »L’Homme, 246 | 2023, 179-180.

Référence électronique

Juliana Caruso, « Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait »L’Homme [En ligne], 246 | 2023, mis en ligne le 22 août 2023, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/47279 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.47279

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search