Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247-248L’expérience sensibleMatière, rituel et mémoire : l’ex...

L’expérience sensible

Matière, rituel et mémoire : l’expérience polysensorielle dans un temple sumérien (xxiie siècle avant notre ère)

Material, Ritual, and Memory : The Multi-Sensory Experience in a Sumerian Temple (22nd Century Bce)
Anne-Caroline Rendu Loisel
p. 41-72

Résumés

Depuis une dizaine d’années, les spécialistes – philologues et archéologues – de l’Orient cunéiforme se sont emparés de la thématique du sensible pour aborder autrement les sociétés qui se sont développées sur les bords du Tigre et de l’Euphrate. Les données épigraphiques et les artefacts sont inégalement répartis dans le temps et dans l’espace, de sorte qu’il n’est possible d’avoir que des éclairages à un instant précis et dans un lieu spécifique. La présente étude portera sur la construction du temple du dieu Ningirsu, dans la cité de Girsu (sud de l’Iraq actuel), sous le règne de Gudéa, gouverneur-ensi2 de l’État de Lagaš vers 2120 avant notre ère. Les inscriptions cunéiformes en sumérien (Statue B et Cylindres A et B) que Gudéa a laissées permettent d’aborder non seulement les composants symboliques du vécu, mais aussi de comprendre comment les phénomènes sensibles ont été mobilisés dans la rhétorique royale, telle qu’elle est restituée par l’écrit. L’objectif de cet article est de saisir la façon dont les paramètres de l’atmosphère sensorielle peuvent être manipulés à des fins idéologiques pour la représentation du pouvoir, dans un discours unissant matière, rituel et mémoire. Humains et entités plus-que-humaines ne partagent pas le même ressenti de l’espace du temple. Le temps mythologique des divinités et le temps du rituel humain s’entremêlent grâce à la mémoire corporelle qui repose sur les propriétés des matériaux constituant le temple, mais aussi sur les descriptions, expressions et métaphores, inscrites pour toujours dans la pierre ou l’argile. L’enquête reviendra alors sur le contexte de production de ces objets gravés, pleinement intégrés au culte funéraire royal.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Le temple comme espace d’utopie sensorielle
Gudéa, le bâtisseur à l’« oreille large »
Le temple comme espace polysensoriel
Une pluralité d’effets sensoriels pour différents destinataires
Senteurs et musiques pour les dieux
La population de Girsu, avant et après la construction
Gudéa, entre humain et divin
Temporalité et mémoire sensorielles
Le temps du rêve
Le temps de la première brique
Le temps de l’entrée du dieu dans son temple
Le temps du culte du roi
L’élite, l’ambiance et le pouvoir de l’écrit : contexte culturel de production et fonction des objets inscrits

Aperçu du texte

À en croire certaines inscriptions commémoratives sumériennes, il y a plus de 4000 ans, dans la cité de Girsu (site moderne de Tello), dans le sud de l’Irak actuel, se serait dressé un temple extraordinaire : ses murs en matériaux précieux étincelaient de mille feux, la musique résonnait de toutes parts, tandis que la cella était emplie de senteurs de cèdres qui plaisaient aux dieux. Par ces phénomènes sensibles, les êtres humains qui y pénétraient auraient eu le sentiment d’être en contact avec les entités divines, plus que partout ailleurs dans la cité. Lumière, odeur, mélodie, mouvement, tout aurait participé à l’établissement d’une communication sensorielle dont les règles sont à retrouver.

Les travaux menés en anthropologie des sens n’ont eu de cesse de montrer l’importance d’une analyse des sociétés dans leur rapport au monde sensible (Stoller 1989 ; Howes 2003 ; Classen & Howes 2014 ; Gélard 2016). D’après ces études, chaque communauté se caractérise par un « régime sensoriel ...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Anne-Caroline Rendu Loisel, « Matière, rituel et mémoire : l’expérience polysensorielle dans un temple sumérien (xxiie siècle avant notre ère) »L’Homme, 247-248 | 2023, 41-72.

Référence électronique

Anne-Caroline Rendu Loisel, « Matière, rituel et mémoire : l’expérience polysensorielle dans un temple sumérien (xxiie siècle avant notre ère) »L’Homme [En ligne], 247-248 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/47429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.47429

Haut de page

Auteur

Anne-Caroline Rendu Loisel

Université de Strasbourg – Archéologie et histoire ancienne : Méditerranée-Europe (Archimède, UMR 7044), Strasbourg – renduloisel[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search