Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247-248L’expérience sensibleUn geste rituel : le signe de cro...

L’expérience sensible

Un geste rituel : le signe de croix au Moyen Âge

A Ritual Gesture : The Sign of the Cross in the Middle Ages
Jean-Claude Schmitt
p. 101-132

Résumés

Les rituels sont un objet commun aux anthropologues et aux historiens. La société médiévale, du fait notamment du poids de l’Église, a connu une multitude de rituels de toutes sortes. Le choix se porte ici sur le plus petit – mais sans doute le plus important – des gestes rituels chrétiens, le signe de croix, accompli isolément ou comme partie de séquences rituelles plus complexes. Il est omniprésent, universel, et (quoique sous conditions) à la portée de tous : clercs et laïcs, femmes et hommes. Il est tantôt transitif (servant à bénir une personne ou un objet), tantôt réflexif (on parle d’« autosignation »). Il est attesté et fait l’objet de commentaires des théologiens et des liturgistes depuis les tout premiers siècles du christianisme. Trois types de sources sont ici utilisés : normatives (dès l’Antiquité tardive puis dans les sommes liturgiques des xiie et xiiie siècles), subjectives (le signe de croix utilisé comme une arme contre les démons, de l’aveu du cistercien Richalm de Schöntal vers 1200) et narratives (les exempla des prédicateurs des xiiie et xive siècles). Des miniatures de manuscrits enluminés sont aussi convoquées. L’importance extrême du geste justifie une description précise de son mouvement (haut/bas toujours, mais gauche/droite ou droite/gauche ?), de ses effets sur soi et sur autrui, et de sa dimension affective qui, par-delà l’approche structurale, ouvre une voie commune prometteuse à l’histoire et à l’anthropologie des sensibilités.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Rites et rituels
Les deux formes du signe de croix
La pédagogie du signe de croix
Se signer à tout va : la part sensible du geste

Aperçu du texte

S’il me fallait nommer deux ouvrages fondateurs du rapprochement de l’histoire et de l’anthropologie, qui est l’un des traits saillants de l’évolution des sciences sociales aux xxeet xxie siècles, je citerais volontiers, Les Rois thaumaturges de Marc Bloch, paru en 1924 et, vingt-sept ans plus tard, La Tarasque de Louis Dumont (1951). Non seulement ces deux livres majeurs traitent de rituels (je vais y revenir), mais je reconnais en chacun d’eux deux caractéristiques qui annoncent de loin les travaux menés aujourd’hui à la frontière de l’histoire et de l’anthropologie : d’une part, tous deux se déploient dans la très longue durée, l’historien étudiant la contribution du « miracle royal » à la sacralisation de la monarchie capétienne depuis le xiie siècle jusqu’en 1825 sous la Restauration (Bloch 1983 [1924] : 402-404), tandis que l’anthropologue observe une fête contemporaine, à Tarascon, pour s’interroger de manière régressive (une méthode également prônée par Marc Bloch) sur sa le...

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean-Claude Schmitt, « Un geste rituel : le signe de croix au Moyen Âge »L’Homme, 247-248 | 2023, 101-132.

Référence électronique

Jean-Claude Schmitt, « Un geste rituel : le signe de croix au Moyen Âge »L’Homme [En ligne], 247-248 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/47584 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.47584

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Schmitt

École des hautes études en sciences sociales – Centre de recherches historiques (CRH), Paris – jcsvialas[at]gmail.com

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search