Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247-248L’expérience sensibleComptes rendusLangage & société, 2021, 172 : An...

L’expérience sensible
Comptes rendus

Langage & société, 2021, 172 : Anthropologie linguistique : le tournant sémiotique

Mathieu Gaulène
p. 267-269
Référence(s) :

Langage & société, 2021, 172 : Anthropologie linguistique : le tournant sémiotique. Éd. par Manon Him-Aquilli et Suzie Telep. Paris, Éd. de la Msh, 2021, 184 p.

Texte intégral

1L’anthropologie et la sémiotique ne cessent, depuis quelques dizaines d’années, de se rapprocher, d’échanger objets d’études et méthode, voire parfois de se confondre : d’un côté, la sémiotique, qui s’intéresse à l’observation située de signes humains en acte, se retrouve à marcher sur des sentiers balisés par l’anthropologie ; de l’autre, l’anthropologie, qui se pense de plus en plus comme « au-delà de l’humain », trouve sur son chemin la sémiose et s’interroge sur l’adoption d’une approche sémiotique.

2Ce dossier publié par la revue Langage & société arrive donc à point nommé en proposant de revenir sur ce « tournant sémiotique », ici spécifique à l’anthropologie linguistique. Sous la direction de sociolinguistes, Manon Him-Aquilli et Suzie Telep, il s’articule autour de quatre articles qui se complètent parfaitement. Deux d’entre eux, l’un au début du dossier, l’autre à la fin, portent sur l’histoire de ce tournant sémiotique dans l’anthropologie linguistique nord-américaine et ses implications épistémologiques (Bertrand Masquelier ; Susan Gal). Ils viennent encadrer deux autres articles qui mettent en pratique quelques concepts de sémiotique, en particulier celui d’« indexicalité », à partir de cas d’études : la réflexivité langagière à l’œuvre dans les assemblées générales de militants anarchistes/autonomes et ses effets (Manon Him-Aquilli) ; la transformation de l’indexicalité au cours d’une scène particulière chez des Roms en Bulgarie (Cécile Canut).

3D’emblée, la mise en avant de ce concept d’indexicalité laisse comprendre que le tournant sémiotique sera surtout décrit ici à travers l’œuvre de relecture et d’interprétation de la séméiotique de Charles S. Peirce par l’anthropologue Michael Silverstein. Le dossier, publié en janvier 2021, débute d’ailleurs par un hommage à cette grande figure de l’anthropologie linguistique (« Michael Silverstein [1945-2020] : ceci n’est pas un adieu », pp. 13-17), disparu un an auparavant, et dont la richesse des travaux s’accompagnait, comme le rappelle James Costa, d’un style d’écriture « qu’on aurait du mal à qualifier de simple » (p. 13). S’inspirant des recherches de Peirce, l’anthropologue américain n’a eu de cesse d’étudier le langage en contexte, en s’écartant peu à peu « du rapport purement symbolique (décontextualisé) dans lequel la sémiologie saussurienne avait enfermé le langage » (p. 15).

4Dans une courte mais efficace introduction (pp. 19-28), Manon Him-Aquilli et Suzie Telep rappellent la genèse de ce tournant sémiotique, comprenant notamment l’hypothèse de Sapir-Whorf selon laquelle « le système linguistique d’une langue reflète une vision du monde spécifique » (p. 20) qu’il co-construit d’ailleurs, ainsi que l’institutionnalisation de l’anthropologie linguistique aux États-Unis comme discipline propre, aux côtés de l’anthropologie sociale et culturelle.

5L’article « Faire de l’anthropologie linguistique avec Charles S. Peirce » de Bertrand Masquelier (pp. 29-68) vient compléter cet historique, en rappelant fort à propos l’émergence de ce tournant au sein d’une réflexion en philosophie sur la performativité de la langue (John L. Austin, Ludwig Wittgenstein). Dell Hymes est le premier à formaliser l’« anthropologie linguistique » et, dès le départ, l’objectif de cette discipline est de recontextualiser le langage face à la linguistique générative de Noam Chomsky. Roman Jakobson, quant à lui, dont Silverstein a été l’étudiant, sera l’un des premiers à introduire Peirce dans la linguistique, et à comprendre que celle-ci « aurait été différente […] si seulement les linguistes avaient lu Peirce plus tôt » (p. 43). Prenant acte de cette remarque, Bertrand Masquelier va chercher directement chez Peirce des concepts pouvant intéresser les linguistes, en particulier le « signe-interprétant » distingué sous ses trois formes : immédiat, dynamique et final.

6Manon Him-Aquili, dans son analyse de la réflexivité langagière en milieu militant anarchistes/autonomes (« Rendre compte du tacite grâce à la fonction métapragmatique : le cas d’une mise en accusation en assemblée générale anarchiste », pp. 69-94), s’intéresse à ses effets pragmatiques. Deux types de discours (« formaliste » et « spontanéiste ») sur l’organisation horizontale de la circulation de la parole se dégagent, que l’autrice présente par la suite comme étant liés à une distinction entre « communiste libertaire » et « appelliste » (il serait même plus précis de distinguer « plateformistes » et « synthésistes » si l’on remonte à l’arrivée de Nestor Makhno à Paris). Manon Him-Aquili montre que les efforts réflexifs des militants peinent à réduire les multiples rapports de pouvoir qui s’établissent dans les Ag, s’appuyant pour cela sur le cas éloquent d’un rappel ironique et tacite des rapports de force dont a fait l’objet une militante zadiste de passage à Paris. Cependant, un élément fait défaut dans ce tableau, celui de ne jamais savoir quelle position occupe l’autrice au sein de ces assemblées, ni quels effets et contre-transferts sa présence produit. On pourrait imaginer, par exemple, que la participation d’une observatrice « extérieure » aux Ag accentue le retour réflexif des militants sur eux-mêmes.

7Dans l’article « Agencements et indexicalités : signifier la subjectivation politique » (pp. 95-123), Cécile Canut propose, pour sa part, de croiser des concepts de Gilles Deleuze et Félix Guattari (celui d’« agencement » notamment) avec l’indexicalité et la métapragmatique de Silverstein, une démarche périlleuse qui conduit à une multiplication des concepts – subjectivation politique, formes-signes (signs-in-use), token, déterritorialisation, stance, indexicalité créative, etc. Ces derniers sont utilisés pour étudier une scène particulière survenue au sein de la communauté rom en Bulgarie, celle d’une femme présentant à sa grand-mère le livre qu’elle a écrit en français sur cette communauté. Se jouent alors une lecture et réécriture à plusieurs niveaux, où ce que Cécile Canut nomme « l’ordre métapragmatique dominant » (p. 110) et indexical de cette interaction se retrouve « déterritorialisé » par ce que la femme apporte d’éléments extérieurs, la chercheuse et sa caméra y compris, avant que la grand-mère ne réinstaure in extremis un nouvel équilibre. Le travail d’analyse à partir des concepts croisés, par la description subtile de la scène qu’ils permettent, finit ainsi par emporter l’adhésion.

8Enfin, Susan Gal (« How Culture and Society Are Communicatively Constituted : A Reflection on 40 Years of Linguistic Anthropology », pp. 125-148) conclut de manière originale le dossier, en ne développant pas les concepts liés à l’indexicalité, mais plus généralement ceux de : « métacommunication », issu du courant de pensée de l’école de Palo Alto, comme source de la métapragmatique ; « différentiation » (et « similarité ») sur lequel portent ses recherches récentes ; et, enfin, « échelle » et « choix d’échelle », en s’inspirant ici de Bruno Latour. Ajoutons la présence, dans la partie Varia, d’un article de Jérémie Séror et Alysse Weinberg (« Bilinguisme et immersion universitaire : vers la réalisation d’un idéal politique », pp. 151-173) sur le bilinguisme officiel au Canada et son utilisation par les immigrants récents comme vecteur d’assimilation. Ce texte vient compléter l’hommage de Josiane Boutet (pp. 7-10) à la sociolinguiste Andrée Tabouret-Keller, spécialiste et fervente défenseuse du bilinguisme disparue en 2020.

9Si on ne peut que saluer ce numéro sur le tournant sémiotique dans une revue d’anthropologie linguistique, on regrettera cependant qu’il se limite à l’interprétation qu’en donne Michael Silverstein. Si cette discipline qui peine à s’institutionnaliser en France souhaite rompre avec la linguistique saussurienne, il serait en effet indispensable de repartir de l’œuvre même de Charles S. Peirce qui, malgré le caractère labyrinthique des Collected Papers, propose un système philosophique autonome et cohérent, ainsi qu’une méthode d’enquête scientifique solide. Se faisant, on aboutirait non plus à un simple « tournant », mais à une réelle anthropologie sémiotique. C’est d’ailleurs l’évolution naturelle qu’aurait peut-être souhaitée Peirce, lui qui fustigeait la « philosophie de salon » (seminary philosophy) au profit d’une « philosophie de laboratoire » (laboratory philosophy), le laboratoire étant entendu, pour ce scientifique spécialiste entre autres de géodésie, comme le monde en tant que terrain d’expérimentations d’hypothèses.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Mathieu Gaulène, « Langage & société, 2021, 172 : Anthropologie linguistique : le tournant sémiotique »L’Homme, 247-248 | 2023, 267-269.

Référence électronique

Mathieu Gaulène, « Langage & société, 2021, 172 : Anthropologie linguistique : le tournant sémiotique »L’Homme [En ligne], 247-248 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48046

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search