Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247-248L’expérience sensibleComptes rendusCharles Stépanoff, L’Animal et la...

L’expérience sensible
Comptes rendus

Charles Stépanoff, L’Animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage

Gaëlle Ronsin
p. 269-272
Référence(s) :

Charles Stépanoff, L’Animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage. Paris, La Découverte, 2021, 384 p., notes bibliogr., ill. (« Sciences sociales du vivant »).

Texte intégral

  • 1 Les non-chasseurs victimes d’accidents de chasse, notamment mortels, l’instauration d’un « jour san (...)

1L’Animal et la mort est une contribution à l’anthropologie de la nature écrite par un spécialiste du monde sibérien et du chamanisme qui, depuis 2018, développe ses recherches sur un terrain « proche » pour interpréter le traitement du monde sauvage en France à l’époque moderne. Le livre a été récompensé du nouveau prix « France Culture Arte » ainsi que du prix de la Fondation Sommer, et a reçu un accueil appuyé dans les sphères médiatiques et intellectuelles. Sa publication s’inscrit en effet dans un contexte de controverses et de tensions autour de la chasse, qui semblent particulièrement aiguës ces dernières années en France1 – même si l’auteur démontre rapidement que les débats et critiques en ce domaine ont toujours existé. Au-delà de la chasse, c’est un paradoxe inhérent à la modernité occidentale que Charles Stépanoff interroge dans l’introduction : alors que nos activités d’exploitation productiviste entraînant la destruction de la nature se poursuivent voire s’intensifient, notre sensibilité aux animaux s’accroît. Comment est-il possible que nos sociétés entretiennent une telle ambivalence ?

  • 2 Cf. : Deborah B. Rose, Thom Van Dooren & Matthew Chrulew, eds, Extinction Studies. Stories of Time, (...)

2Charles Stépanoff part de deux constats. Premièrement, l’extinction globale de la biodiversité se traduit directement par un appauvrissement du vivant dans les milieux forestiers et agricoles français. Certains habitants des campagnes font l’expérience quotidienne de cette « crise du sauvage ». Documenter le vécu de cette extinction et le bouleversement des pratiques qui en découle forment un vaste projet scientifique, déjà entamé par d’autres2 et que l’auteur cherche à prolonger. Deuxièmement, Charles Stépanoff souscrit à l’idée que nos grandes catégories de l’éthique, de la violence et de la moralité sont singulièrement renégociées à l’aune de la question animale. Mettre à mort des animaux pour son plaisir, ou même pour se nourrir, entraîne des résistances, un dégoût et une mise à distance sociale de plus en plus prégnante.

3Pour comprendre ces deux mouvements, Charles Stépanoff se saisit de la chasse en tant que « révélateur exceptionnel de la complexité des rapports écologiques et cosmopolitiques de l’Occident à ses altérités non humaines » (p. 14). Il réalise des observations des « mondes » qui la composent en se centrant majoritairement sur les pratiques, moins sur l’analyse de discours des acteurs des institutions cynégétiques, peu cités dans l’ouvrage. Son enquête, menée entre le Perche, la Beauce et les Yvelines, vise à mettre en évidence un type de chasse dite « paysanne » ou « populaire », et ce qui la caractérise en termes de sociabilité, d’usages des espaces agricoles ou de modes de vie en milieux forestiers. Le terrain est présenté de façon elliptique, le lecteur comprenant alors que l’auteur a fait le choix de suivre des personnes au gré de ses rencontres dans les campagnes visitées. Mais l’originalité de l’ouvrage tient surtout à la mise en perspective de ce terrain avec ceux déjà effectués par l’auteur en Sibérie, ce qui offre des comparaisons fertiles entre les cosmologies et pratiques des Even ou des Tuwa et celles des paysans français (par exemple, autour de la relation aux corbeaux, aux hirondelles ou aux chiens). L’auteur annonce en outre s’inscrire dans des « approches socio-écologiques nouvelles », telles que l’étude de l’« éco-cosmologie » ou de la « nostalgie écologique » (p. 17), pour comprendre comment les communautés locales appréhendent les désastres de la crise climatique sur leur environnement. En revanche, l’enquête sociale n’est pas symétrisée et les actions des militants anti-chasse ne sont malheureusement abordées qu’en contrepoint du thème de la vénerie (surtout via l’association Ava – « Abolissons la vénerie aujourd’hui »).

4La première partie de l’ouvrage, la plus ample, intitulée « Les guerres du sauvage », met d’abord en scène un bestiaire familier (perdrix, sangliers, hirondelles, renards, cerfs, loups) pour montrer en quoi ces animaux font problème. Charles Stépanoff soutient que la dégradation générale du vivant se manifeste en lien avec la disparition des zones hybrides entre sauvage et domestique, renforçant les conflits provoqués, par exemple, par les dégâts des sangliers sur les cultures agricoles ou la cohabitation des élevages avec les loups. La modernisation de l’agriculture désormais destinée à alimenter les marchés mondiaux a entraîné une division du travail social entre l’agriculture et la chasse à propos du gibier. D’un côté du spectre, les acteurs agricoles subissent les dégâts causés par l’augmentation des populations de grands mammifères sans pouvoir agir, car leur autonomie et leur relation à ces animaux leur a été « ôtée ». La gestion de la faune sauvage a en effet été déléguée à l’État en passant par un processus de marchandisation du gibier et de la chasse. Charles Stépanoff décrit particulièrement bien la disparition de la chasse au petit gibier et son remplacement par une « chasse-gestion rationalisée » (p. 129) du sanglier au prix d’opérations politiques. La perdrix, quant à elle, a subi une domestication scientifique pour préserver l’espèce et offrir du gibier d’élevage aux chasseurs, selon un principe visant à « faire mieux que la nature » (p. 52) fortement encouragé par les pouvoirs publics. Pourtant, ce projet modernisateur d’un « gibier industriel » (p. 37) censé être un remède a échoué ; le vivant est « désocialisé » car coupé de ses « liens écologiques, affectifs et symboliques » (p. 53), les animaux relâchés sont inadaptés à la vie sauvage et ces bouleversements ne sont pas maîtrisés par les institutions cynégétiques : leurs administrateurs sont devenus gestionnaires d’un milieu « immaîtrisable » (p. 58). De l’autre côté du spectre, l’auteur démontre que des pratiques « paysannes » de chasse persistent en restant éloignées de ces processus de modernisation, en s’appuyant sur des cas dispersés : le succès de la petite vénerie (lapins, lièvres ou renards), l’exercice du piégeage, l’apprivoisement d’animaux sauvages dans des foyers, ou encore l’apparition de néorituels initiatiques.

5Les deuxième et troisième parties consistent en des réflexions d’ordres historique et philosophique sur l’ethos de la prédation. Charles Stépanoff commence par retracer une histoire sociale de la chasse dans les forêts françaises. Perçu à l’origine comme un « bien commun », l’accès à la chasse a progressivement été restreint sous l’Ancien Régime en devenant conditionné à la détention d’une propriété (et non plus à un ordre d’appartenance). La domination sociale reste une caractéristique intrinsèque de la pratique cynégétique, mais en vidant les forêts des populations qui les fréquentaient pour s’en accaparer l’usage. Au xxe siècle, la démocratisation de la chasse occasionne cette fois un déclassement symbolique. La dépréciation morale de certaines chasses a, selon l’auteur, toujours existé, même au sein de la communauté des chasseurs. Mais la modernité a produit une séparation étanche entre des univers moraux de plus en plus irréconciliables : la prédation versus l’amour de la nature. Pourtant, à côté des arguments issus du « tournant pathocentriste » (p. 331) qui, depuis le milieu du xviiie siècle, ont reconnu aux bêtes une sensibilité et ainsi rendu le plaisir de tuer un animal incompréhensible, Charles Stépanoff montre l’existence d’une dimension empathique chez les chasseurs : ces derniers cultivent « une pluralité d’affects polymorphes en tension » (p. 304) et revendiquent une « chasse compassionnelle » (p. 295), comme lorsque la tristesse ressentie au moment de mettre à mort un animal côtoie le sentiment utilitaire de chasser pour des enjeux de subsistance.

  • 3 Cf. Jean-Claude Chamboredon, « La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de (...)
  • 4 Dans le prolongement notamment de celle d’Héloïse Fradkine, « Chasse à courre, relations interclass (...)
  • 5 Cf. Julian Mischi, « Les militants ouvriers de la chasse : éléments sur le rapport à la politique d (...)

6L’auteur s’attache tout au long de l’ouvrage à différencier sociologiquement la chasse, comme d’autres l’ont fait avant lui3, en cartographiant des pratiques situées (chasse paysanne, chasse bourgeoise, chasse à courre) et les conflictualités (dites « guerres du sauvage » entre ruraux ou urbains) qu’elles engendrent. Mais, les propriétés sociales de la chasse « paysanne » (aussi qualifiée de « familiale », « populaire » ou « terrestre »), retenue comme principale catégorie sociologique de l’ouvrage, ne sont toutefois pas décrites. Or le qualificatif de « populaire » est-il adéquat dans la mesure où la chasse n’est sûrement pas pratiquée par les couches rurales les plus démunies ? Une étude des alliances entre certaines fractions de classes reste donc à être poursuivie4 pour déterminer les rapports de domination territorialisés à l’œuvre dans cet espace social, foncièrement relié à une hiérarchie plus large5.

  • 6 Cf. Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005 (« Bibliothèque des scienc (...)

7L’un des apports centraux de l’ouvrage s’ancre dans le mot-valise « exploitection », forgé par l’auteur dès l’introduction (p. 11). Ce néologisme condense de façon astucieuse cette partition entre la sanctuarisation de la nature (la protection d’espaces naturels et d’espèces sauvages) et la marchandisation des animaux (l’exploitation d’espaces agricoles et d’animaux d’élevage), deux formes de relations à la nature qui s’avèrent moins antagonistes que complémentaires, dans la mesure où elles ont les mêmes origines culturelles et sociales, et se nourrissent l’une l’autre depuis les débuts de l’âge moderne. Ainsi, plus qu’un ouvrage sur la chasse, L’Animal et la mort a pour objectif théorique de chercher qui et de comprendre ce qui « résiste » à l’uniformisation du rapport aux animaux dans nos sociétés modernes et au cadre naturaliste qui les caractérise6. Le partage ontologique entre la nature et la culture est une illusion conventionnelle, mais qui a produit des effets sociaux et environnementaux forts, en voulant tracer des frontières et rendre impossibles les interpénétrations à force de dispositifs qui les illégalisent, les pathologisent ou les déprécient : le chapitre IV décrit longuement les conséquences écologiques et sociales de l’engrillagement des espaces agricoles, de la disparition des haies bocagères, de la mise à distance du sauvage forestier. En mettant la cosmologie occidentale de la nature à l’épreuve du terrain ethnologique, cet ouvrage souligne finalement l’existence d’interstices et d’« autres » représentations de la nature dans un contexte d’appauvrissement des formes du vivant, de simplification des milieux écologiques, mais aussi d’homogénéisation des modes de vie.

Haut de page

Notes

1 Les non-chasseurs victimes d’accidents de chasse, notamment mortels, l’instauration d’un « jour sans chasse », ou encore l’influence du « lobby de la chasse » sur le gouvernement sont des thèmes faisant régulièrement la une de médias nationaux depuis quelques années.

2 Cf. : Deborah B. Rose, Thom Van Dooren & Matthew Chrulew, eds, Extinction Studies. Stories of Time, Death, and Generations, New York, Columbia University Press, 2017 ; et Vanessa Manceron, Les Veilleurs du vivant. Avec les naturalistes amateurs, La Découverte, 2022 (« Les Empêcheurs de penser en rond »).

3 Cf. Jean-Claude Chamboredon, « La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’espace rural », Études rurales, 1982, 87-88 : 233-260 (en libre accès : https://www.persee.fr/doc/rural_0014-2182_1982_num_87_1_2887).

4 Dans le prolongement notamment de celle d’Héloïse Fradkine, « Chasse à courre, relations interclasses et domination spatialisée », Genèses, 2015, 99 : 28-47 (en libre accès : https://www.cairn.info/revue-geneses-2015-2-page-28.htm).

5 Cf. Julian Mischi, « Les militants ouvriers de la chasse : éléments sur le rapport à la politique des classes populaires », Politix, 2008, 83 : 105-131 (en libre accès : https://www.cairn.info/revue-politix-2008-3-page-105.htm).

6 Cf. Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005 (« Bibliothèque des sciences humaines »).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Gaëlle Ronsin, « Charles Stépanoff, L’Animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage »L’Homme, 247-248 | 2023, 269-272.

Référence électronique

Gaëlle Ronsin, « Charles Stépanoff, L’Animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage »L’Homme [En ligne], 247-248 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48071 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48071

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search