Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247-248L’expérience sensibleComptes rendusStéphanie Geneix-Rabault & Monika...

L’expérience sensible
Comptes rendus

Stéphanie Geneix-Rabault & Monika Stern, eds, Quand la musique s’en mêle dans le Pacifique Sud. Création musicale et dynamiques sociales

Matteo Gallo
p. 282-284
Référence(s) :

Stéphanie Geneix-Rabault & Monika Stern, eds, Quand la musique s’en mêle dans le Pacifique Sud. Création musicale et dynamiques sociales. Paris, L’Harmattan, 2021, 258 p., bibl., ill. (« Cahiers du Pacifique Sud contemporain » 8).

Texte intégral

  • 1 Cf. : Alain Babadzan, « Avant propos. Culture, coutume, nation : les enjeux d’un débat », Journal (...)

1Cet ouvrage collectif dirigé par Stéphanie Geneix-Rabault et Monika Stern a le mérite d’engager une réflexion interdisciplinaire autour de questions restées longtemps en marge des recherches ethnomusicologiques francophones. Il s’agit du premier volume présentant une analyse des aspects de l’industrie musicale et des musiques populaires dans le Pacifique Sud. En fait, dans cette région du monde souvent prisonnière d’un prisme exotisant et fixiste, les sciences humaines se sont surtout intéressées aux musiques dites « traditionnelles », au détriment des formes hybrides, alternatives et urbaines qui, jusqu’au début de ce millénaire, n’étaient que rarement considérées comme des objets de recherche légitimes. Cela évoque le célèbre débat sur les « traditions inventées » qui, dans les années 1980 et 1990, a dominé le champ océaniste1. Cependant, les coordinatrices de l’ouvrage entendent se démarquer d’une approche clivante qui opposerait, d’un côté, les études de répertoires musicaux jugés « authentiques » et, de l’autre, celles portant sur des pratiques nées de contacts et de mélanges d’influences, en proposant une perspective plus contemporaine des problématiques qui ont habité la discipline pendant le siècle dernier. Les neuf travaux qu’elles ont réunis mettent ainsi en lumière la richesse des stratégies musicales déployées au sein des îles de l’océan Pacifique : de Guam au Japon, en passant par les Tonga, le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ils démontrent que l’éclairage des musiques populaires – que l’on pourrait aussi appeler « hybrides » et/ou « contemporaines » – permet de lire autrement certaines dynamiques sociales, politiques et économiques qui traversent (ou ont traversé) ces archipels.

2Dans le chapitre introductif, Stéphanie Geneix-Rabault et Monika Stern (« Dynamiques musicales dans le Pacifique Sud », pp. 13-48) racontent une histoire peu connue de la diffusion de l’industrie musicale dans le Pacifique. Il en ressort que, dans les cultures océaniennes, les échanges et les transformations s’inscrivent dans une longue tradition et représentent des éléments essentiels de production sociale et culturelle, bien avant la période coloniale. La circulation de biens et de personnes, et les relations entre l’Occident et le Pacifique n’ont pas constitué uniquement des sources de conflits, de violences et de pertes culturelles, mais elles ont aussi ouvert des espaces de créativité et permis des formes nouvelles d’expression politique. Comme nous le montrent les autrices, l’influence de musiques et des instruments importés par les Occidentaux pendant la période coloniale a souvent conduit à l’évolution des répertoires locaux grâce à l’apparition de pratiques, performances et techniques musicales : par exemple, la rencontre d’instruments tels que la guitare et le ukulélé avec des mélodies et des rythmes « traditionnels » aurait été à l’origine du string band, du kaneka et de ce qu’on appellera plus tard la pan-Pacific pop.

3En même temps, la circulation des musiques a fait émerger des enjeux économiques liés à l’application des lois de protection des droits d’auteurs mais aussi des savoirs musicaux locaux. La deuxième contribution, écrite par Aurélie Condevaux (« Régimes de “propriété” et d’usages des pratiques musicales et chorégraphiques à Tonga », pp. 49-78), aborde ces questions à partir de l’analyse de la notion de « propriété intellectuelle » concernant les danses et les musiques « traditionnelles » à Tonga. L’ethnologue met en évidence comment les droits d’usage et les lois coutumières s’inscrivent dans des relations sociales et hiérarchiques très complexes, qui sont autant de réalités locales pas forcément prises en compte par des organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi), l’Unesco, etc. Ces questions sont par la suite approfondies dans l’essai de Jane Freeman Moulin (« Le voyage trans-Pacifique de la danse tahitienne : marchandisation d’une culture au pays du soleil levant », pp. 79-110). En suivant les flux transpacifiques, de Tahiti au Japon en passant par Hawai’i, l’ethnomusicologue dévoile les enjeux de pouvoir et les négociations qui entourent l’exportation et la commercialisation du ‘ori tahiti, la musique et la danse emblématiques de l’identité culturelle tahitienne. Si, d’un côté, sa marchandisation transforme cette danse en objet de consommation, de l’autre, ce processus n’est pas subi passivement par les Tahitiens, qui l’ont adopté comme un moyen potentiel de diffusion de leur culture.

  • 2 Cf. Denis Crowdy, « When Digital is Physical and Ethnomusicologists are File Sharers », Journal of (...)

4Les technologies numériques, au centre des deux contributions suivantes, jouent également un rôle important dans l’évolution de l’industrie musicale dans le Pacifique. La traduction en français d’un article de Denis Crowdy paru en 20152, « Les aspects physiques du numérique et le partage de fichiers en ethnomusicologie » (pp. 111-134), porte sur l’écoute et la distribution de la musique dans des zones reculées de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Là où l’accès à internet est difficile, des supports de stockage comme les cartes mémoires et les téléphones portables, ou la technologie Bluetooth représentent des solutions efficaces de circulation et de partage de fichiers mp3, qui produisent de nouveaux réseaux de « sociabilité musicale » parallèlement à des marchés considérés jusque-là comme officiels. Brian Diettrich (« La mise en scène du numérique : le douzième festival des Arts du Pacifique, la performance et les médias web », pp. 135-160) analyse ensuite l’impact du répertoire en ligne (sur Facebook, Twitter et YouTube) du douzième festival des Arts du Pacifique, qui s’est tenu à Guam en 2016. La mise en œuvre d’une réalité numérique permet de prolonger l’événement dans le temps et dans l’espace, en offrant de nouvelles opportunités d’engagement critique et culturel au-delà du lieu physique du festival et en fournissant des sites d’archivage de données et d’images.

5Dans « Musiques, musiciens et processus d’institutionnalisation : regards croisés en Mélanésie (Nouvelle-Calédonie & Vanuatu) » (pp. 161-188), Stéphanie Geneix-Rabault et Monika Stern proposent une étude comparative des processus d’institutionnalisation de la musique contemporaine dans les deux archipels voisins de Vanuatu et Nouvelle-Calédonie, deux pays culturellement et géographiquement proches, mais avec des histoires sociales et politiques considérablement différentes qui influencent le développement du secteur musical : si, au Vanuatu, c’est principalement avec le soutien d’organismes et de subventions extérieures (provenant des Ong, de dispositifs d’aides financières ou de producteurs étrangers) que l’industrie musicale progresse, en Nouvelle-Calédonie, cela répond davantage à la mise en place de politiques culturelles publiques et de structures institutionnelles similaires à celles existant en « Métropole ».

6Les deux articles suivants donnent voix à des acteurs culturels engagés « sur le terrain » dans le monde musical. Le premier (Elatiana Razafimandimbimanana & Soufiane Karim, « Freeze sur le Hip Hop en formation universitaire : carnets de la Nouvelle-Calédonie », pp. 189-212) est le fruit d’une coécriture entre une sociolinguiste et un artiste, chorégraphe et danseur, décrivant un projet pédagogique d’intégration du hip-hop au sein d’une formation universitaire en Nouvelle-Calédonie. Le second se présente sous la forme d’un entretien mené par Monika Stern avec Georges Cumbo, directeur de l’Alliance française à Port-Vila au Vanuatu (pp. 213-232). Cet échange met en évidence l’influence de personnalités comme la sienne, à cheval sur plusieurs mondes et qui, grâce à leur engagement et leur capacité à faire dialoguer des cultures différentes, jouent un rôle central dans la valorisation, la promotion et la diffusion de l’identité musicale locale.

7Enfin, le chapitre conclusif d’Éric Wittersheim, « Musiques populaires et alternatives politiques dans le Pacifique Sud » (pp. 233-259), enrichit l’ouvrage en permettant de resituer le cadre de ces réflexions dans une perspective anthropologique plus large. Il montre combien l’analyse de l’imprégnation des répertoires locaux par des musiques populaires cosmopolites à la lumière de notions telles que les frontières, l’hybridité, les circulations culturelles ou encore l’émotion, peut contribuer à construire une autre histoire du Pacifique colonial et postcolonial, une histoire populaire faisant une grande place aux marges sociales et politiques. Les trajectoires océaniennes des musiques populaires constituent ainsi un objet de recherche privilégié pour questionner les frontières physiques, politiques et culturelles de l’Océanie, et au-delà, nos propres imaginaires sur ce monde.

8Marqué par la transversalité et la pluralité des cas étudiés, ce livre saura donc intéresser non seulement les chercheurs spécialistes des musiques populaires, mais aussi ceux qui voudraient mieux comprendre les sociétés contemporaines du Pacifique Sud.

Haut de page

Notes

1 Cf. : Alain Babadzan, « Avant propos. Culture, coutume, nation : les enjeux d’un débat », Journal de la Société des océanistes, 1999, 109 : 7-12 (en libre accès : https://www.persee.fr/doc/jso_0300-953x_1999_num_109_2_2102) ; Christine Hamelin & Éric Wittersheim, eds, La Tradition et l’État. Églises, pouvoirs et politiques culturelles dans le Pacifique, Paris, L’Harmattan, 2002 (« Cahiers du Pacifique Sud contemporain » 2) ; Michael C. Howard, « Vanuatu : The Myth of Melanesian Socialism », Labour, Capital and Society, 1983, 16 (2) : 176-203.

2 Cf. Denis Crowdy, « When Digital is Physical and Ethnomusicologists are File Sharers », Journal of World Popular Music, 2015, 2 (1) : 61-77.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Matteo Gallo, « Stéphanie Geneix-Rabault & Monika Stern, eds, Quand la musique s’en mêle dans le Pacifique Sud. Création musicale et dynamiques sociales »L’Homme, 247-248 | 2023, 282-284.

Référence électronique

Matteo Gallo, « Stéphanie Geneix-Rabault & Monika Stern, eds, Quand la musique s’en mêle dans le Pacifique Sud. Création musicale et dynamiques sociales »L’Homme [En ligne], 247-248 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48136 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48136

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search