Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247-248L’expérience sensibleComptes rendusErin Pettigrew, Invoking the Invi...

L’expérience sensible
Comptes rendus

Erin Pettigrew, Invoking the Invisible in the Sahara. Islam, Spiritual Mediation, and Social Change

Abdel Wedoud Ould Cheikh
p. 284-288
Référence(s) :

Erin Pettigrew, Invoking the Invisible in the Sahara. Islam, Spiritual Mediation, and Social Change. Cambridge, Cambridge University Press, 2023, 344 p., bibl., index, gloss.

Texte intégral

Des esprits positifs un peu pressés pourraient, au prétexte de statistiques officielles, imaginer l’espace saharien comme une zone particulièrement peu peuplée. Erreur. Sa population (éventuellement) visible ne constituerait en réalité qu’une fraction d’une démographie multidimensionnelle, dont la partie formée de résidents furtifs – esprits, démons et autres djinns – ne pèserait pas moins que sa fraction humaine, réduite, à l’occasion, à n’être que le jouet de cet univers invisible. Le monde de l’ombre, peuplé de sujets lacaniens – « absents à leur place » –, est d’autant plus redoutable et redouté qu’il (télé)agit en quelque sorte par délégation, brouillant les pistes et franchissant allègrement les frontières de toutes les ontologies du sens commun. Et c’est justement autour des effets de ce monde invisible sur le devenir des humains sahariens, plus précisément mauritaniens, dans la (très) longue durée, du xve siècle à nos jours, que se bâtit l’érudite construction proposée par Erin Pettigrew dans cet ouvrage.

1Appartenant à une nouvelle génération d’historiens qui ont appris, par-delà l’intérêt pour les « mentalités » ouvert depuis déjà quelques décennies par divers travaux, à se méfier de tous les positivismes et à élargir leurs horizons à toutes les connectivités d’un monde devenu de plus en plus réticulaire, Erin Pettigrew associe ici une longue recherche de terrain anthropologique à une minutieuse enquête documentaire et donne, chemin faisant, dans cet Invoking the Invisible in the Sahara, une belle leçon d’anthropologie historique.

2La question centrale à laquelle s’attaque ce travail pourrait peut-être se formuler de la manière suivante : comment faire place, dans une histoire « positive », académique, articulée à des événements attestés par toutes sortes de traces matérielles (objets, monuments, archives, récits circonstanciés, témoignages littéraires et philologiques, etc.) qui font, comme on sait, le pain quotidien de l’historien professionnel, à l’action du « monde des esprits », légitimée et « justifiée » par des narrations elles-mêmes caractérisées par l’immatérialité de leurs acteurs et leur indifférence à la logique du sens commun ? Des narrations où le miracle et l’action magnétique des guérisseurs et autres saints (awliyyā’), en lutte contre les menées maléfiques d’obscurs agents sataniques, auraient autant, sinon plus d’effets que les lois régissant les rapports ordinaires entre les êtres et les choses du monde physique ? En d’autres termes, l’historien/anthropologue contemporain est-il tenu d’accorder, et le peut-il, la même dignité épistémique au discours cousu de miracles de l’« indigène » sur sa propre histoire que celle qu’il s’adjuge lui-même en tant qu’observateur « rationnel » des conduites et croyances, rationnellement plus qu’incertaines, de ce même « indigène » ?

  • 1 Il me revient ici en mémoire un texte dans lequel Ernest Gellner, épinglant naguère une formule («  (...)

3L’audacieux pari engagé par Erin Pettigrew consiste à s’épargner toute interrogation sur le régime de vérité des assertions et croyances fondatrices du discours indigène sur les êtres et les choses supposés peupler son univers, tout en tenant compte des effets historiques et sociaux de la face cachée du monde sur son devenir historique effectif. S’en tenir à la seule efficacité (pas que) symbolique du monde invisible sur les événements qu’il contribue à engendrer dans l’univers (du) visible, telle que « théorisée » par les acteurs locaux, permet de faire l’économie d’un vaste – et peut-être insoluble… – débat entre la prétention à l’universalité de la raison issue des Lumières européennes et les visions locales du monde, de facture, dirait-on pour simplifier, magico-religieuse, largement dominantes dans la plupart des sociétés que l’on n’ose plus appeler « primitives »1.

4Il s’agit, pour Erin Pettigrew, dans les pas des lettrés de l’islam prémoderne eux-mêmes, de prendre au sérieux « the magical, the nonhuman, and the ephemeral […] instead of explaining them away with functionalist or materialist analyses » (pp. 12-13). Cette contribution à une « grammaire du possible » qu’elle s’efforce d’appréhender ne pouvait, à l’évidence, se contenter des limites imposées par les territoires balisés des univers ontologiques estampillés (réel vs imaginaire) des divisions disciplinaires, des frontières culturelles et autres découpages ethniques. Contaminée, si l’on peut dire, par la labilité des seuils séparant/unissant les mondes dont elle avait à traiter, la démarche de la chercheuse se voit, en quelque sorte, contrainte d’élire domicile, comme elle le dit, dans un espace liminal accueillant toutes les hybridités, espace pour lequel elle retient le nom de barzaḫ. Cette notion empruntée au lexique de l’eschatologie musulmane, qui fait signe vers l’entre-deux, l’indétermination et la transitivité, est parfois traduite par « purgatoire », même si elle n’a pas le sens du purgatoire chrétien. Le célèbre lettré saharien al-Šayḫ Muḥamd al-Māmi († 1865) désignait cet « isthme de nulle part », que constituait à ses yeux le Sahara maure, par le syntagme al-mankib al-barzaḫī (litt. : « épaule purgatoriale »), soulignant par là sa vacuité légale entre deux univers administrés : le Fouta Toro des imams (almamis) et le Maroc alaouite.

5Dans Invoking the Invisible, Erin Pettigrew s’attèle donc à une géographie et à une histoire d’un monde de l’absence, souvent terriblement présent parmi les populations mauritaniennes objet de son enquête, ainsi qu’à la manière dont les forces invisibles ont concouru à la mise en place des structures sociales de ces populations, à l’élaboration de leurs normes religieuses et à l’agencement des pouvoirs (et absence de pouvoirs) qu’elles ont connus au fil des siècles. « Historiciser l’invisible » conduit à la production d’une sociologie des acteurs, bénéficiaires et/ou victimes des agents de l’invisible, aux lieux et modalités d’intervention de ces agents, aux moyens de les enrôler à toutes sortes de fins – positives ou négatives – et/ou d’entraver leur(s) action(s).

6Combinant une analyse socio-doctrinale des savoirs à la fois sur et de l’invisible et un cheminement chronologique marqué notamment par la rupture introduite par la colonisation française de la Mauritanie (1902-1960), l’ouvrage se déploie en trois parties respectivement intitulées : « Knowledge and Authority in Precolonial Contexts » ; « Rupture, Consonance, and Innovation in Colonial and Postcolonial Mauritania » ; « Articulating Race, Gender, and Social Difference through the Esoteric Sciences ».

7Erin Pettigrew commence par rappeler les étapes de l’instauration d’une sphère publique musulmane dans l’espace mauritanien, progressivement mise en place à partir du xviie siècle. L’autrice relève, pour la région autour de laquelle se focalise son enquête – la rive nord du bas delta du Sénégal –, ce que cette sphère doit au rayonnement d’un Timbuktu multi-ethnique, peut-être un peu surévalué. Conjuguée aux effets de la défaite du « parti maraboutique » dans la guerre de Šurbubba des années 1670, cette influence a contribué, estime Erin Pettigrew, à une « ésotérisation » du savoir magico-islamique, la seule arme restée aux mains de marabouts (zwāya) contraints par leurs vainqueurs ḥassān (« guerriers ») à se replier sur cette sphère et sur les moyens d’influence et d’action « islamiques » qu’elle peut procurer. Le contrôle d’un champ islamisé de l’invisible doit une part de son crédit aux débats dont il continue de se nourrir, entre les tenants de pratiques propitiatoires et curatives « légitimes » (ḥjāb), islamiquement parlant, et les adeptes d’une présumée contrebande thérapeutique affectée des stigmates de la « magie » (siḥr). Cette opposition entre « bonnes » interventions, « blanchies », si l’on peut dire, par le caractère islamique qui leur est conféré (ruqya šar‘iyya), et manipulations considérées comme « magiques », parce que porteuses de la « macule » (the stain, comme dit Bruce Hall) de la négritude (ḥikma kaḥla), constitue l’un des thèmes récurrents de cet ouvrage.

8En réalité, observe notre autrice, l’antinomie signalée par certains secteurs de la pensée magico-religieuse locale entre ces deux types de recettes appliquées au monde invisible entre ruqya šar‘iyya et ḥikma kaḥla, sur fond d’un classement discriminatoire entre un prétendu islam « blanc » et un autre « noir », fait fi de l’interpénétration profonde et de la continuité qui lient les pratiques et croyances religieuses au sein de cet espace de transition associant monde maghrébin et Afrique sahélienne. Elle cite notamment les noms de deux grandes figures intellectuelles de la région, emblématiques de cette continuité autant dans ses dimensions savantes que dans son versant ésotérique : Aḥmad b. al-‘Āqil al-Daymānī († 1828), auquel on attribue un voyage de formation au sirr al-ḥarf (litt. : « secrets de la lettre ») dans le Fouta Djallon guinéen, et le maître de sagesse peul, Muḥammad al-Katsināwī al-Fullānī († vers 1741-1742).

9Le dernier chapitre de Invoking the Invisible, entièrement consacré à la petite communauté wolof des Ahl Gannar, éclaire parfaitement cette permanence à la fois par le mode de légitimation généalogique qu’elle met en avant et par les pouvoirs qu’elle prétend avoir sur le monde invisible. Les Ahl Gannar disent descendre du prophète de l’islam par l’intermédiaire du personnage miraculeux de aš-Šrīf Bu-Bazzūl, une revendication généalogique qu’ils partagent avec bon nombre de tribus maures. Ils se sont aussi illustrés par leurs talents de lettrés et de guérisseurs (ḥajjāba), y compris au service de commanditaires maures, de N’Derī Ṣayār (ou Ndayrī al-Ṣaġīr, selon les sources écrites maures) au xviiie siècle à ses lointains continuateurs contemporains, Ṣayar Fall et son fils Shaykh Aḥmadū Bamba.

10Pour en venir à la colonisation et à ses effets, la mobilisation hostile des forces du monde caché par des entrepreneurs de l’invisible, toutes appartenances pigmentaires confondues, aurait-elle été à l’origine de l’hostilité et du dédain, nourris par l’ignorance, que les conquérants coloniaux français ont manifestés à l’endroit du ḥjāb ? Erin Pettigrew le laisse entendre, sous-estimant peut-être quelque peu l’instrumentalisation efficace de la domestication de la quasi-totalité des entrepreneurs religieux, une fois toute velléité de résistance brisée, grâce, notamment, à l’autorisation de faire la quête (accordée, entre autres, aux « marabouts » maures) auprès des populations ouest-africaines passées sous leur contrôle. Certains administrateurs français donnaient à ces tournées contrôlées de ziyyāra le nom de « mendicité pieuse ».

11Erin Pettigrew établit également des liens, qu’elle ne manque pas de nuancer, entre l’occupation coloniale et la diffusion d’une angoisse collective manifestée dans la crainte d’une forme locale de (télé)vampirisme dénommée äs-säll. Les accusations de säll et le marché de l’exorcisme qu’elles génèrent ont certes préexisté à la colonisation, comme en témoigne l’affaire des esclaves « bambara » de Tidjikja au xixe siècle, rapportée par l’auteur d’al-Wasīṭ. Mais l’on peut aisément admettre avec l’autrice que l’irruption violente de cette présence étrangère et sa vigoureuse hégémonie « républicaine » constituaient une réelle menace, perçue comme telle par les groupes dominants de la société mauritanienne, même s’ils en ont été aussi les principaux bénéficiaires. Le péril statutaire associé à l’éventuelle émancipation des esclaves, tout comme les répercussions redoutées d’une contagion culturelle coloniale touchant au statut de la femme, avaient sans doute de quoi inquiéter les hommes des ordres dominants dans une société traditionnelle mauritanienne fermement enracinée dans des structures hiérarchiques et de genre qui n’avaient guère bougé depuis des siècles. Et ce sont précisément les groupes dominés (esclaves/a‘bīd, artisans/m‘allmīn) et les femmes – les porteurs présumés des bouleversements redoutés – qui vont faire les frais des accusations de säll, pour le plus grand profit des entrepreneurs de la « prayer economy » et autres marchands des services apotropaïques.

12Les évolutions relevées par Erin Pettigrew dans le champ de l’administration de l’invisible, au cours du dernier xxe siècle, tout en étant marquées par la réussite remarquable de quelques entrepreneurs indépendants – elle cite par exemple feu A‘li Šayḫ à Atar –, trahissent l’arrimage, à cet égard, du marché mauritanien au train de l’islam globalisé, à travers en particulier l’influence des Frères musulmans. Le thème d’al-ruqya al-šar‘iyya, popularisé par un personnage influent issu de ce courant de pensée, Muḥamd al-Ḥasan wuld əd-Dädäw, tendrait à s’imposer comme une thérapeutique islamique « épurée » en lieu et place des anciennes recettes et du cortège d’objets propitiatoires hétéroclites (ktūb, grūn, tizəllumātən…) dont elles s’accompagnaient, et qui ont connu, souligne l’autrice, une nette régression dans l’attirail vestimentaire des néo-urbains mauritaniens au cours des dernières décennies.

13La promesse de démocratisation de la baraka dont Erin Pettigrew pense avoir identifié quelques prodromes dans les conduites prônées par la figure dissidente de la confrérie tijāniyya que fut, dans les années 1980, feu Muḥammad al-Amīn Wuld Sidīna, tout en étant d’inspiration fort différente, pour ne pas dire totalement contraire, de celle qui nourrit le projet de modernisation conservatrice des Frères musulmans, ne s’en inscrit pas moins dans une même évolution qui tendrait sinon à « rationaliser » la gestion de l’invisible, du moins à gommer des protocoles qu’elle mobilise les marqueurs trop voyants des discriminations fondées sur la couleur ou le genre. Pourtant, cette évolution n’est pas encore venue à bout des polémiques et controverses centrées sur la vieille opposition entre thérapeutique ḥalāl et accointance magicienne avec les forces de l’invisible et leurs arrière-plans racialisés et genrés. Les médias contemporains (télévision, internet…) ne manquent pas de se faire l’écho de ces débats et de souligner leurs liens avec le pouvoir détenu ou revendiqué par tel ou tel entrepreneur de l’invisible.

14Erin Pettigrew s’interroge précisément, en conclusion de son ouvrage, sur la capacité de la société mauritanienne à continuer à générer des figures d’entrepreneurs de l’envergure de ceux dont elle avait fréquenté les établissements – la dā’ira de A‘li Šayḫ à Atar et la bourgade de Ma‘dan al-‘irfān créée par Wuld Sidīna – et dont l’impact lui a paru particulièrement significatif, surtout celui de feu A‘li Šayḫ. Elle observe, par exemple, la perte de crédit de deux des principaux notables religieux de Mauritanie qui pouvaient prétendre à une influence proche de celle qu’elle attribue à deux chefs religieux (šayḫ) adrarois, Ali al-Ridâ al-Sa’îdî et « al-Faḫāma » Wuld al-Šayḫ Sidiyya.

15Je suggérerais pour finir, dans le prolongement – je l’espère ! – des riches analyses présentées par Erin Pettigrew, que ce déclin (partiel ?) de l’entreprenariat dans le champ de l’invisible ne provient sans doute pas de l’affaiblissement d’une demande du public, toujours motivée par l’irréfragable trilogie santé-amour-fortune, mais peut-être plutôt d’un excès de l’offre du marché de l’invisible dont la libéralisation, associée à celle du marché de la généalogie – matrice essentielle de légitimation de tout branchement efficace sur les Au-Delà –, s’est notoirement accentuée et diversifiée avec la sédentarisation et l’urbanisation des décennies postérieures au cycle de sécheresse des années 1970-1980. Naguère concentrée pour l’essentiel entre les mains d’opérateurs issus d’organisations confrériques évoluant dans un monde rural largement analphabète et sous-administré, l’offre de service des administrateurs de l’invisible semble de plus en plus agie par des entrepreneurs indépendants, mais bénéficiant, pour les mieux lotis d’entre eux, d’une proximité inédite avec un dispositif étatique verticalisé, dans un monde de plus en plus alphabétisé, urbanisé et connecté. Les (més)aventures financières récentes de ‘Alī al-Riḍā, évoquées par Erin Pettigrew, indiquent peut-être l’avènement d’un âge, si l’on peut dire, méta-spéculatif, au sens à la fois métaphysique, politique et boursier, dans un marché de l’invisible appelé sans doute à être de plus en plus politisé, financiarisé et concurrentiel.

Haut de page

Notes

1 Il me revient ici en mémoire un texte dans lequel Ernest Gellner, épinglant naguère une formule (« A twin is a bird ») rapportée par Edward Evans-Pritchard dans son étude de 1937 sur la magie chez les Azande, exprimait ses réserves à propos de l’excès d’« indulgence » (charity) dont, à ses yeux, pouvaient se rendre coupables les anthropologues portés à chercher, en les situant dans le contexte local, une explication rationnelle aux représentations des « indigènes », même quand celles-ci rompaient, comme dans la formule retenue, avec un principe élémentaire de la raison, le principe d’identité. Cf. Ernest Gellner, « Concepts and Society », in Dorothy Emmet & Alistair MacIntyre, eds, Sociological Theory and Philosophical Analysis, London, Palgrave Macmillan, 1970 : 115-149.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Abdel Wedoud Ould Cheikh, « Erin Pettigrew, Invoking the Invisible in the Sahara. Islam, Spiritual Mediation, and Social Change »L’Homme, 247-248 | 2023, 284-288.

Référence électronique

Abdel Wedoud Ould Cheikh, « Erin Pettigrew, Invoking the Invisible in the Sahara. Islam, Spiritual Mediation, and Social Change »L’Homme [En ligne], 247-248 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48156

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search