Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Études & EssaisDisplacement and the Natal Paradi...

Études & Essais

Displacement and the Natal Paradise: The Metamorphosis of Placenta Burial Rites in Buryat and Mongol Lands

Déplacement et paradis natal : la métamorphose du rite placentaire bouriate dans les régions bouriate et mongole
Caroline Humphrey
p. 5-40

Résumés

Cet article a deux objectifs liés : premièrement, attirer l’attention sur une composante importante, mais négligée, des relations sociales mongoles et bouriates, à savoir celles qui se nouent autour de la naissance et du lieu de naissance. L’enterrement rituel du placenta instaure un lieu de naissance auquel on attribue une force vitale censée « revivifier » tout au long de leur existence, non seulement l’enfant né, mais aussi ses descendants biologiques. L’article montre qu’une perspective théorique centrée sur la conceptualisation du fait d’« être né » peut élucider certains aspects de la relation qui se perpétue entre les femmes, souvent dans le secret, et qui entrent en collision avec les normes patriarcales. Le second objectif de l’article est de tenter d’expliquer pourquoi les rituels de vénération des sites d’enterrement des placentas ancestraux sont non seulement devenus aujourd’hui de plus en plus importants dans la vie personnelle, mais ont également généré de nouveaux groupes sociaux. Deux cas ethnographiques en Bouriatie sont utilisés pour montrer comment la recherche de la vitalité que peut insuffler un lieu est liée à la perturbation et à la dislocation tragiques de la société bouriate au cours du xxe siècle. Le site d’enterrement placentaire (même celui d’un ancêtre) imaginé comme un lieu d’origine lointain et une enfance paradisiaque est devenu une source de force et de libération émotionnelle pour celles et ceux qui tentent de faire face à un passé déchirant en se tournant vers l’avenir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

The Anthropology of Birth in Buryat-Mongol Regions
Understanding the Idealised Placenta: History, Myth, Precept
The Natal Paradise: Dislocation, Distancing, and Memory in Complex Inhabited Space
Social Change and New Assemblages
Grandmother Dari’s toonto and the Comeback of History
The Natal Paradise of Khagdangar

Aperçu du texte

In 1993, I was travelling in Dornod Aimag eastern Mongolia in a jeep packed with people. We were bumping along a track in an uninhabited, treeless landscape, with low hills to the left and a dry riverbed to the right. Suddenly, Damdin, a university teacher, told the driver to stop. He said this was his birthplace, where his placenta had been buried. He recognised the area from childhood. We should wait in the car while he went to the spot and carried out a private ritual. I later discovered that this involved undressing and rolling on the ground to absorb through the skin the reviving life force of this placenta-infused patch of earth. This was my introduction to a notion that is widespread in Mongolian regions (Nanzatov et al. 2008: 213-218; Nowicka and Zhanaev 2020), that people should return to their birthplace during their lives to renew energy and feel spiritually comforted. Damdin had been suffering from various misfortunes and he returned to the car looking calm and relieved....

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Caroline Humphrey, « Displacement and the Natal Paradise: The Metamorphosis of Placenta Burial Rites in Buryat and Mongol Lands »L’Homme, 249 | 2024, 5-40.

Référence électronique

Caroline Humphrey, « Displacement and the Natal Paradise: The Metamorphosis of Placenta Burial Rites in Buryat and Mongol Lands »L’Homme [En ligne], 249 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48190

Haut de page

Auteur

Caroline Humphrey

University of Cambridge – King’s College, Cambridge (United Kingdom)

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search