Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Comptes rendusJean-Claude Monod, ed., Dictionna...

Comptes rendus

Jean-Claude Monod, ed., Dictionnaire Lévi-Strauss

Jean-Paul Latouche
p. 131-135
Référence(s) :

Jean-Claude Monod, ed., Dictionnaire Lévi-Strauss. Paris, Bouquins éd., 2022, 1187 p., notes bibliogr., chronol., index (« Bouquins »).

Texte intégral

  • 1 Cf. Jean-Philippe Cazier, ed., Abécédaire de Claude Lévi-Strauss, Mons, Sils Maria, 2007 (« Abécéda (...)
  • 2 Cf. Patrice Maniglier, Le Vocabulaire de Lévi-Strauss, Paris, Ellipses, 2002.
  • 3 Cf. Yvan Simonis, Claude Lévi-Strauss ou La « passion de l’inceste ». Introduction au structuralism (...)
  • 4 Cf. Mireille Marc-Lipianski, Le Structuralisme de Lévi-Strauss, Paris, Payot, 1973.
  • 5 Cf. Wiktor Stoczkowski, Anthropologies rédemptrices. Le monde selon Lévi-Strauss, Paris, Hermann, 2 (...)
  • 6 Cf. Michel Izard, ed., Claude Lévi-Strauss, Paris, L’Herne, 2004 (« Cahiers de L’Herne » 82).
  • 7 Cf. Boris Wiseman, ed., The Cambridge Companion to Lévi-Strauss, Cambridge, Cambridge University Pr (...)

1Nous avions déjà sur Claude Lévi-Strauss un Abécédaire Lévi-Strauss1, avec 77 termes définis, un Vocabulaire de Lévi-Strauss2, une abondance d’introductions ou de livres généraux en toutes langues, parfois fort épais (dont les premiers – par Yvan Simonis3ou Mireille Marc-Lipianski4 – datent de la fin des années 1960), plusieurs belles biographies, une avalanche d’articles et d’essais (un inventaire personnel sûrement incomplet recense près de 200 articles pour la seule période de 2000-2010 !), toute une littérature donc à propos de laquelle on a pu toutefois écrire que « la majeure partie véhicule son lot inextricable de lieux communs »5. En 2004, un volume de la collection des « Cahiers de L’Herne »6 marquait un tournant dans les études sur Lévi-Strauss, tandis qu’à l’étranger, un opus dirigé par Boris Wiseman dans la prestigieuse série des Cambridge Companions7 en 2009, faisait figurer notre auteur aux côtés de Freud, Russell, Sartre... Tous ces ouvrages, s’ils sont dotés d’index, excellent dans celui (dix-sept pages) de Wiseman, peuvent déjà servir d’introduction au vocabulaire de l’œuvre. Nous offrir maintenant un Dictionnaire de 1189 pages et 281 entrées (certaines, « blanches », ne faisant que renvoyer à d’autres), est-ce justifié ? À quel public est-il destiné ? Qu’apporte-t-il de nouveau ? Mais les « lévistraussologues » sont infatigables… Quarante-neuf autrices et auteurs sont donc ici à la tâche. Rares sont celles ou ceux (Catherine Clément, Élisabeth Roudinesco, Claude Imbert, peut-être…) qui ont pu participer ou assister à l’aventure structuraliste des années 1960. Ce dictionnaire marque en fait l’avènement d’une nouvelle génération de spécialistes. L’éditeur de l’ouvrage, Jean-Claude Monod, connu plutôt comme philosophe des sciences sociales, donne une coloration Esprit (Olivier Mongin, Michaël Foessel) à l’entreprise et se taille la part du lion avec près de quarante contributions (Frédéric Keck, vingt et une et Lucie Fabry, quatorze) ; plusieurs autrices et auteurs (Karol Beffa, Florence Burgat, Vincent Debaene, Hugo Dumoulin, Martin Rueff) y présentent une dizaine de textes chacun(e). Les entrées, qui se terminent par une bibliographie, souvent trop succincte, et des renvois à d’autres termes d’intérêt proche, sont de longueur variable, d’une seule page à vingt-deux (pour celle sur la formule canonique du « mythe »). Elles vont de « Abstraction » à « Zen, bouddhisme », en passant par de délicates notices sur Monique Lévi-Strauss, Rose-Marie Ullmo, le père de Claude Lévi-Strauss (mais pas sur sa mère), et même Lady Di… Les grands « structuralistes », Dumézil, Jakobson, Mauss, Saussure (etc.) sont présents. Et, plus inattendu, on trouve les noms d’éminents critiques ou ceux de ses adversaires : Ricœur, Derrida, Descombes ; mais aussi Montaigne, Rousseau (quatorze pages), Conrad, Chopin, De Man, Proust, Clastres et Descola (sept et trois pages), et bien d’autres. Les thèmes principaux d’une œuvre qui s’est singularisée par la fécondité exceptionnelle des concepts ou des notions qu’elle a fabriqués, amendés, soumis à discussions ou à controverses acharnées jusqu’à aujourd’hui, y sont recensés et examinés, dans des articles pénétrants de Gildas Salmon, de Patrice Maniglier, informés de Lucie Fabry. Certains le sont beaucoup moins (« Omaha » et « Crow-Omaha » par deux auteurs différents) ; d’autres (« Mythe », « Marx », « Totémisme », « Histoire », « Race », « Unesco ») sont souvent redondants, ou contradictoires (« Linguistique » et « Esprit humain »). Les grands questionnements du Lévi-Strauss penseur, plus qu’ethnologue ou chercheur, sont abordés : l’humanisme, la démographie, la science, la Révolution française, la vie, etc. Six textes de Lévi-Strauss, placés en annexe, enrichissent l’ouvrage : une lettre inédite à Pierre Schaeffer de 1952 ; un rapport de 1973 pour la création d’une chaire au Collège de France, intitulée « Modes et systèmes de communication », qui n’aboutira pas ; un essai, déjà publié par deux fois mais de façon peu accessible, sur « Le “sentiment de la nature ”, un besoin fondamental », daté de 1976 ; un entretien avec Maurice Olender, de la même année ; une préface à une plaquette sur le cinéma ethnographique de 1981 ; un article intitulé « L’ethnologue devant les identités nationales », daté, notons-le, de 2005 ; et, enfin, la version française de la lettre qu’il adressa à Denis Kamboucher (2006) qui, jusqu’ici, était accessible uniquement dans sa version anglaise.

  • 8 Cf. Claude Lévi-Strauss, Œuvres. Préf. et éd. par Vincent Debaene et al. Paris, Gallimard, 2008 («  (...)

2En réalité, cette pléthore de publications est fort trompeuse. C’est un leurre qui cache mal un état de choses tout à fait insatisfaisant : près de trente ans après la fin de son activité d’écrivain, nous n’avons toujours pas de bibliographie sérieuse de l’œuvre publiée de Claude Lévi-Strauss, alors que nous en disposons pour la plupart des autres ténors de l’époque : Dumézil, Bourdieu, Jakobson, Barthes, Foucault, Duby. On peut s’en étonner, et le déplorer. Le corpus lévi-straussien s’avère fâcheusement lacunaire et ce n’est pas l’excellent volume de la Pléiade8 qui peut soutenir la comparaison avec la publication des œuvres complètes de Vernant, Barthes, Foucault ou des quatre gros tomes consacrés à Canguilhem. Pour échapper à la fréquente impression de redites, d’approximations, de débats inaboutis ou de questions sans réponse, autant qu’à des difficultés récurrentes d’interprétation des thèses fondamentales que suscitent encore bien des commentaires de l’œuvre lévi-straussienne (pas seulement dans cet ouvrage), il faut se poser en préalable la question de l’état des sources primaires, car beaucoup d’écrits essentiels ne sont pas encore publiés. C’est ainsi le cas de ses innombrables entretiens dans des revues telles que Aut Aut, Paragone, Témoignage chrétien, ou d’autres, parfois disparues (Encounter, La Nouvelle Critique), ou bien encore de ses conférences, dispensées aux quatre coins du monde, jusqu’à Séoul.

3Enfin, si l’on estime, en accord avec George W. Stocking, qu’une histoire des anthropologues est peu crédible si elle ne se fonde pas sur ces deux piliers que sont les archives et les correspondances, on doit bien constater là encore de grandes lacunes. Car si les échanges avec Roman Jakobson ont été publiés à juste raison, et avec un soin attentif, l’essentiel de sa correspondance scientifique est resté dans l’ombre : avec Leach, avec Evans-Pritchard, savoureuse, avec David M. Schneider, le Père G. Fessard, passionnantes avec Fernand Braudel ou Roger Bastide, et quantité d’autres. C’est également le cas des avis qu’il émettait sur des manuscrits soumis à des éditeurs pour publication, conservés au Collège de France ou ailleurs.

  • 9 Tous nos vifs remerciements à Monique Lévi-Strauss pour m’avoir autorisé à consulter le fonds Naf 2 (...)
  • 10 Cf. Emmanuelle Loyer, Lévi-Strauss, Paris, Flammarion, 2015 (« Grandes biographies »).

4Les archives, autre source majeure, presque terra incognita, sont constituées de 261 boîtes que Claude Lévi-Strauss a choisi de confier au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France pour leur sauvegarde9. Emmanuelle Loyer, dans son bel ouvrage de 201510, ainsi que les éditeurs du volume de la « Pléiade » se sont surtout attachés à l’exploration des archives à contenu biographique, mais il y a bien d’autres choses. Elles renferment en particulier ce qui serait nécessaire pour retracer la genèse de l’œuvre, puisque presque tous les livres et articles importants y sont présents à divers stades de leur élaboration ou de leur écriture (sauf, malheureusement, pour les Structures élémentaires). On sait que Lévi-Strauss ne rédigeait pas vraiment ses cours, mais seulement une armature plus ou moins détaillée qui lui permettait d’improviser, sans ennuyer l’assistance. De nombreux cartons contiennent les dossiers de son activité professorale, notamment les notes préparatoires aux cours qu’il a donnés tout au long de sa vie, du lycée de Mont-de-Marsan, en passant par le Brésil, New York, le Musée de l’Homme, puis pendant la période si féconde des séminaires à la Ve section de l’École pratique des hautes études, jusqu’au Collège de France (88 feuillets pour le seul cours, resté inédit, de sa première année d’enseignement au Collège sur l’avenir de l’anthropologie).

  • 11 Cf. Patrice Maniglier, Le Vocabulaire de Lévi-Strauss…, op. cit.
  • 12 Lors d’un séminaire en février 1962, Claude Lévi-Strauss nous annonça qu’il venait de recevoir le t (...)

5Une fois la question préalable des vides documentaires soulevée, il est délicat de porter un jugement équilibré sur un dictionnaire à l’ambition aussi imposante, destiné à la consultation plus qu’à une lecture approfondie. Car nous ne sommes pas en présence d’un ensemble idéalement fini de termes, mais d’un dictionnaire biographique, ce qui pose alors le problème classique de son périmètre : qui/quoi inclure ? qui/quoi exclure ? où s’arrêter ? L’éditeur de l’ouvrage aurait pu choisir la même voie que le très dense Vocabulaire de Patrice Maniglier11, en le complétant et le complexifiant, avec les index établis par Claude Lévi-Strauss lui-même, toujours aussi pertinents : « Authenticité », « Arrangement », « Binarisme », « Système », « Généralisation », « Redondance », « Armature », « Terminologie alternative ou consécutive », « Écarts différentiels », « Affiliation sexuelle », « Détail », « Signifier », « Réel », « Totalité », etc. Mais Jean-Claude Monod a fait d’autres choix qu’il explique dans une présentation de dix pages : il s’agissait de « tenter de rassembler les éléments d’une pensée et d’une vie […] et d’une œuvre [approchées] comme un “fait biographique total” » (pp. vi, viii). « Ambition démesurée », concède-t-il. Il était difficile en effet de rivaliser avec les 900 pages d’Emmanuelle Loyer pour la partie biographique. Reste l’œuvre scientifique, moins présente chez Loyer, celle d’un anthropologue avant tout, celle de l’« inventeur d’une méthode d’analyse » (p. xi) écrite par un philosophe styliste, en rupture de bans, selon Monod. Plutôt qu’une multiplication de « courtes notices purement informatives », il s’est proposé de « resserrer le nombre d’entrées pour développer une perspective, […] une synthèse à mi-chemin […] entre le dictionnaire et l’encyclopédie » (p. ix). Citons par exemple l’article de Stephen Hugh-Jones sur l’anthropologie américaniste britannique ou celui, excellent, d’Isabelle Kalinowski sur Franz Boas. Or s’ils sont éclairants, c’est parce que le premier montre bien, en s’attachant à quatre études de cas, comment on peut différencier l’influence de Claude Lévi-Strauss de celle d’un « structuralisme générique vulgaire » qu’il fait découler de diverses sources (p. 37). Mais Jean-Claude Monod a-t-il été vraiment fidèle à ses objectifs ? Il nous semble qu’il y a justement beaucoup trop peu de ces entrées synthétiques. L’absence d’un texte sur l’anthropologie sociale britannique est particulièrement navrante : on ne trouve que des entrées blanches pour Radcliffe-Brown, Leach et rien sur Meyer Fortes, Rodney Needham, Jack Goody, ni Edward Evans-Pritchard, autant d’auteurs avec lesquels Lévi-Strauss a pourtant correspondu, argumenté, ferraillé ouvertement, implicitement ou oralement à partir des années 195012. Ils auraient mérité d’être traités, au moins autant que Cornélius Castoriadis ou Marcel Gauchet, car il est probable que le lecteur curieux d’anthropologie lévi-straussienne abordera l’ouvrage pour ce qu’il est : un dictionnaire, où l’on pourra chercher d’abord, plutôt que des résumés d’œuvres d’adversaires ou de « lévistrauphobes », des informations sur Claude Lévi-Strauss et son temps, sur les idées ou notions qu’il a défendues avec constance, sur les auteurs qu’il a médités ou combattus, ou bien un état de l’art, un état des questions sur les problèmes qu’il a posés, les programmes de recherche qu’il a dirigés ou impulsés, etc.

  • 13 Lettre de Claude Lévi-Strauss à Fernand Braudel du 7 juillet1953 (Bnf, Fonds Claude Lévi-Strauss, N(...)

6On se demande alors quelle est la logique des choix, la cohérence des présences, la justification des absences. André Leroi-Gourhan certes, mais pourquoi rien sur Roger Bastide, ou Georges Balandier en qui Lévi-Strauss « voyait un chercheur de grande classe, […] le grand sociologue des années à venir »13 ? Pour la relation à la linguistique, on trouve les notices « Saussure » et « Jakobson » bien sûr, mais rien sur Benveniste, Martinet ou Hjelmslev que Lévi-Strauss a pourtant beaucoup lu dans les années 1960. Pourquoi Viveiros de Castro et Jaulin, mais rien sur l’œuvre de Nathan Wachtel, ni sur le fécond programme de recherche de Tom Zuidema, lévi-straussien de la première heure ? Il y a aussi des absences difficilement compréhensibles, étant donné l’impact ou le défi que représentait pour leur œuvre ce personnage quelque peu écrasant : Marshall Sahlins, Clifford Geertz ou Georges Duby.

  • 14 Cf. Jean-Claude Milner, Le Périple structural. Figures et paradigmes, Lagrasse, Verdier, 2008 : 9.
  • 15 Cf. pour l’anthropologie britannique : David Mills, Difficult Folk ? A Political History of Social (...)

7Faute d’une entrée synthétique qui aurait permis de justifier ces choix vis à vis du lecteur, on a l’impression un peu déplaisante, aggravée par le sentiment d’une certaine méconnaissance de Jean-Claude Monod sur une époque déjà lointaine, qu’ils ont plus relevé du hasard, de la disponibilité de rédacteurs, que d’une analyse précise de ce que l’on a appelé le « périple structural »14. Celle-ci aurait pu montrer la place particulière qu’y ont occupé Lévi-Strauss et les membres de son laboratoire dans l’histoire générale des sciences sociales en France, celle de l’avenir de l’anthropologie qu’il n’a cessé de défendre, parfois avec une certaine ambiguïté, face à l’histoire, aux sciences politiques et économiques, ou même à la sociologie, et sans toujours y réussir. Mais une telle histoire générale et politique (à la David Mills15) reste à écrire. On ne peut qu’espérer des suites à cette belle entreprise collective.

  • 16 Par exemple, son Diplôme d’études supérieures de 1930, temps déclaré perdu, constitue un jalon esse (...)

8Exprimons deux souhaits : que des membres de ce collectif d’auteurs s’unissent pour créer des Cahiers d’études lévi-straussiennes, un format classique, où pourraient être publiés les nombreux inédits16, des essais, des recherches bibliographiques. Et ensuite, comme il se doit pour un dictionnaire, on attend une deuxième édition, revue et augmentée. Et dotée si possible d’une reliure digne, qui ne se désintègre pas tristement au fil de consultations et manipulations pourtant soigneuses...

Haut de page

Notes

1 Cf. Jean-Philippe Cazier, ed., Abécédaire de Claude Lévi-Strauss, Mons, Sils Maria, 2007 (« Abécédaire » 4).

2 Cf. Patrice Maniglier, Le Vocabulaire de Lévi-Strauss, Paris, Ellipses, 2002.

3 Cf. Yvan Simonis, Claude Lévi-Strauss ou La « passion de l’inceste ». Introduction au structuralisme, Paris, Aubier Montaigne, 1968.

4 Cf. Mireille Marc-Lipianski, Le Structuralisme de Lévi-Strauss, Paris, Payot, 1973.

5 Cf. Wiktor Stoczkowski, Anthropologies rédemptrices. Le monde selon Lévi-Strauss, Paris, Hermann, 2008 (« Sociétés et pensées ») : 13.

6 Cf. Michel Izard, ed., Claude Lévi-Strauss, Paris, L’Herne, 2004 (« Cahiers de L’Herne » 82).

7 Cf. Boris Wiseman, ed., The Cambridge Companion to Lévi-Strauss, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

8 Cf. Claude Lévi-Strauss, Œuvres. Préf. et éd. par Vincent Debaene et al. Paris, Gallimard, 2008 (« Bibliothèque de la Pléiade » 543).

9 Tous nos vifs remerciements à Monique Lévi-Strauss pour m’avoir autorisé à consulter le fonds Naf 28150 de la Bibliothèque nationale de France.

10 Cf. Emmanuelle Loyer, Lévi-Strauss, Paris, Flammarion, 2015 (« Grandes biographies »).

11 Cf. Patrice Maniglier, Le Vocabulaire de Lévi-Strauss…, op. cit.

12 Lors d’un séminaire en février 1962, Claude Lévi-Strauss nous annonça qu’il venait de recevoir le texte de la fameuse conférence de Evans-Pritchard « Anthropology and History ». Faisant aussi allusion à la monographie du Britannique sur les Sanusi de Libye (1949), il laissa tomber : « Evans-Pritchard se veut un continuateur de L’Année Sociologique, mais il nous propose de recommencer Fustel de Coulanges ». Tout était dit (carnets de notes de l’auteur).

13 Lettre de Claude Lévi-Strauss à Fernand Braudel du 7 juillet1953 (Bnf, Fonds Claude Lévi-Strauss, Naf 28150, Correspondance, carton 181).

14 Cf. Jean-Claude Milner, Le Périple structural. Figures et paradigmes, Lagrasse, Verdier, 2008 : 9.

15 Cf. pour l’anthropologie britannique : David Mills, Difficult Folk ? A Political History of Social Anthropology, New York, Berghahn Books, 2008.

16 Par exemple, son Diplôme d’études supérieures de 1930, temps déclaré perdu, constitue un jalon essentiel de la compréhension de Marx par Claude Lévi-Strauss. Il s’agit d’une étude pionnière de style universitaire, effectuée sous la direction, de Célestin Bouglé, par un jeune auteur de vingt ans qui préfère réfléchir à Marx plutôt qu’à Descartes ou Leibniz.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean-Paul Latouche, « Jean-Claude Monod, ed., Dictionnaire Lévi-Strauss »L’Homme, 249 | 2024, 131-135.

Référence électronique

Jean-Paul Latouche, « Jean-Claude Monod, ed., Dictionnaire Lévi-Strauss »L’Homme [En ligne], 249 | 2024, mis en ligne le 05 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48822

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search