Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Comptes rendusYazid Ben Hounet, Anne-Marie Bris...

Comptes rendus

Yazid Ben Hounet, Anne-Marie Brisebarre, Barbara Casciarri & Abdel Wedoud Ould Cheikh, eds, L’Anthropologie en partage. Autour de l’œuvre de Pierre Bonte

Jean-Paul Latouche
p. 138-142
Référence(s) :

Yazid Ben Hounet, Anne-Marie Brisebarre, Barbara Casciarri & Abdel Wedoud Ould Cheikh, eds, L’Anthropologie en partage. Autour de l’œuvre de Pierre Bonte. Paris, Karthala, 2020, 487 p., bibl., ill., fig. (« Hommes et sociétés »).

Texte intégral

  • 1 Colloque international « L’anthropologie en partage. Autour de l’œuvre de Pierre Bonte : d’une ethn (...)

1Sous ce beau titre, voici un ouvrage issu pour partie du colloque international que les amis, collègues et anciens étudiants de Pierre Bonte avaient organisé en janvier 20151, peu après sa disparition soudaine survenue en novembre 2013. Il présente vingt-cinq contributions de haute qualité, qui témoignent de façon subtile de l’apport scientifique de ce grand spécialiste du champ des sociétés et cultures ouest-sahariennes ; ces contributions sont divisées en cinq parties correspondant aux principales thématiques de recherche de son œuvre considérable. Une préface et un avant-propos de Abdel Wedoud Ould Cheikh, l’un des compagnons de route de Pierre Bonte, retracent, assez factuellement, sa carrière de presque un demi-siècle (1965-2013). Chaque partie est précédée d’une courte présentation non signée, mais probablement due à ce même auteur, qui s’efforce de mettre en rapport les différentes contributions et les thèmes abordés.

  • 2 Pierre Bonte venait de soutenir sa thèse de 3e cycle, intitulée Production et échanges chez les Tou (...)
  • 3 Recherche qu’elle a restituée dans un livre récent : Hélène Artaud, Immersion. Rencontre des mondes (...)

2La première partie, « Sociétés pastorales et nomades », s’ouvre sur un témoignage plutôt qu’un essai, celui de Jean-Pierre Digard qui revient sur l’histoire d’une longue collaboration amicale et intellectuelle, qui débuta dès 1972 avec l’« aventure » de l’équipe de recherche « Production pastorale et société » (p. 24), proche d’André Leroi-Gourhan2. Les systèmes pastoraux et nomades étaient « aux origines [du] parcours scientifique » (p. 16) de Pierre Bonte et ont toujours nourri ses réflexions autour de différentes perspectives que reprennent les articles de cette partie : les techniques pastorales (John G. Galaty chez les Maasai), la valeur (Riccardo Ciavollela chez les Peuls de Djougou au Bénin) ou les facteurs écologiques impactés par les dynamiques historiques (Ann McDougall en Mauritanie). Dans un beau texte, Hélène Artaud nous explique comment l’œuvre de Pierre Bonte a « stimulé [sa] recherche » (p. 75) sur les pêcheurs côtiers Imrâgen de Mauritanie3, alors que lui-même ne s’y était jamais intéressé, en s’inspirant de la transversalité des notions qu’il avait introduites – ordres, nomadismes et savoirs techniques – et de la « déclinaison singulière » (p. 76) qu’elles trouvent dans ces communautés.

3La deuxième partie, intitulée « Parenté et rapports sociaux de sexe », traite des systèmes de parenté et d’alliance dans l’organisation tribale, qui constituent eux aussi des thèmes que Pierre Bonte aborda avec constance, notamment à partir de son entrée en 1973 au Laboratoire d’anthropologie sociale, dirigé à l’époque par Claude Lévi-Strauss, où il put les renouveler, les approfondir et les élargir durant plusieurs décennies, nous y reviendrons. Les contributions évoquent ici des questions telles que le choix du conjoint (Cristina Figueiredo avec une analyse comparée de deux groupes touaregs matrilinéaire et patrilinéaire), la filiation (Enric Porqueres i Gené et Alejandro Bilbao Zepeda sur les ethno-embryologies ouest-africaines), le genre (Céline Lesourd sur la figure du gorjigéen, homme-femme à Nouakchott), les prohibitions matrimoniales (Hocine Benkheira à l’appui des textes juridiques musulmans), ou encore l’agnatisme et la citoyenneté (Édouard Conte sur la notion de nasab et de son corollaire la ‘asabiyya).

4La troisième partie regroupe des écrits sous le titre « Tribus, États et compétition », relevant du champ de l’anthropologie politique que Pierre Bonte envisagea en se fondant sur ses innombrables données de terrain. Ces écrits reprennent quelques éléments caractérisant selon lui le modèle tribal : les pratiques sacrificielles et contractuelles (Aïda Kanafani-Zahar sur le rituel de la t’argîba et le versement du prix du sang), l’ethos de compétition (Évelyne Larguèche avec la question du défi, mais aussi Yazid Ben Hounet, Agnès Jahier et Michel Tabet à propos de trois exemples de compétitions ritualisées en Algérie), la modernité (Mohamed Mahdi sur le « tribalisme » et l’action des tribus dans les politiques étatiques au Maroc) et la fluidité (Alessandra Giuffrida à partir des structures organisationnelles en réseaux dans des clans touaregs).

5Ce sont des textes sur le thème « Sacré et protection » qui occupent la quatrième partie, l’un n’allant pas sans l’autre pour Pierre Bonte, qui « estimait que les relations de hiérarchie, au sein de la société maure », elles-mêmes obtenues et entretenues à partir des rituels de protection, « étaient en partie organisées selon des logiques d’accès au sacré, et de sa régulation » (p. 243). Ces textes s’intéressent ainsi à deux cheikhs du Sahara côtier mis en concurrence dans une quête de protection (Benjamin Acloque), à la régulation de territoires par le sacré (Adoram Schneidleder sur les villages arabes mixtes de Galilée), au sacrifice (André Julliard à propos du rôle thérapeutique et religieux du mouton de la Tabaski) et à la finance islamique en lien avec les réseaux tribaux mauritaniens (Mohamed Fall Ould Bah).

  • 4 Cette recherche a été couronnée par la publication, malheureusement posthume, de Récits d’origine. (...)

6Enfin, la cinquième partie, la plus longue, « Récits d’origine, histoire et mémoire », réunit six contributions sur des sujets tels que la consignation et la transmission de la mémoire dans les sociétés nomades sahariennes, que Pierre Bonte aborda durant les dernières années de son activité et qui sont, pour cette raison, les moins connus mais peut-être les plus novateurs4. Ces contributions évoquent différents régimes d’historicité, que ce soient autour de la relation de l’histoire et de l’anthropologie aux sources orales et écrites (Abdel Wedoud Ould Cheikh), de ce que peuvent dire les contes du processus d’arabisation de la société maure (Catherine Taine-Cheikh), de la place qu’y occupent les « pactes de lait » (Marie-Luce Gélard), de l’histoire d’une femme soufie fondatrice d’un lignage agnatique (Barbara Casciarri), du rôle de la poésie et de la chanson dans l’évolution du monde des tribus (Sébastien Boulay), ou de registres gardant la mémoire de la circulation de la propriété de l’eau dans les oasis du Touat en Algérie (Abderrahmane Moussaoui).

  • 5 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », in Dioni (...)
  • 6 Il s’agissait du colloque « Traditions anthropologiques en Méditerranée », organisé par l’Associati (...)

7En dépit de la richesse incontestable de ces hommages, il reste un regret que nous souhaiterions exprimer. Il nous semble en effet que, pour constituer une introduction aboutie à l’œuvre de Pierre Bonte, il manque à l’ouvrage, dont le sous-titre est Autour de l’œuvre de Pierre Bonte, laissant ainsi entendre qu’il ne s’agit pas seulement de son versant ouest-saharien, une description de sa contribution proprement théorique aux études anthropologiques plus détaillée que ne le sont les notes quelque peu disparates de la préface et des avant-propos aux différentes parties du livre. Or, Pierre Bonte était fort conscient des enjeux théoriques de l’anthropologie de la parenté et visiblement soucieux d’inscrire ses travaux dans ce sillon, comme le montre un article publié en 20055, mais qui avait été ébauché six ans auparavant à l’occasion d’un colloque à Casablanca (en 1999)6. Le texte se présente comme un bilan réflexif de son parcours scientifique, qui nous donne des renseignements précis sur l’évolution de sa démarche intellectuelle et nous permet d’en esquisser sommairement les étapes jusqu’à ce colloque, soit près de quinze ans avant sa disparition.

  • 7 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », art. cit (...)
  • 8 Ibid. : 105.
  • 9 Cf., par exemple, son article « Quelques problèmes théoriques de la recherche marxiste en anthropol (...)
  • 10 Cf. : Ernest Gellner, Saints of the Atlas, London, Weidenfeld & Nicolson, 1969 (« The Nature of Hum (...)

8L’itinéraire est original (très différent de celui d’un Jack Goody, par exemple), pouvant même paraître déroutant pour certains. Après avoir souligné que les enseignements de l’Institut d’ethnologie des années 1960 (donc de l’école de Leroi-Gourhan) « [l]’avaient peu armé pour entreprendre l’étude des systèmes de parenté et d’alliance », la nécessité de celle-ci s’imposa à lui dès ses premières enquêtes chez les Touaregs Kel Gress du Niger et, surtout, vers 1975 lorsqu’il débuta ses recherches de terrain sur la société maure de l’Adrar mauritanien7. Parti, écrit-il, d’une approche anthropologique « africaniste » et « fortement marxisante »8, centrée sur l’organisation des modes de production et portant l’empreinte de Maurice Godelier9, il va peu à peu se rapprocher de l’anthropologie sociale. Ce sont les années de publication d’ouvrages décisifs tels que, en 1969, la monographie bien connue de Ernest Gellner sur l’Atlas et la traduction française du Social Anthropology de Evans-Pritchard, ou encore, en 1971, l’influent petit livre de Louis Dumont qui synthétise à sa façon l’apport de deux théories d’anthropologie sociale10.

  • 11 Cf. Suzanne Bernus, Pierre Bonte, Lina Brock & Hélène Claudot, eds, Le Fils et le neveu. Jeux et en (...)
  • 12 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », art. cit (...)
  • 13 Donnés de l’année 1976-1977 à l’année 1981-1982, Claude Lévi-Strauss les qualifiera significativeme (...)
  • 14 Cf. Claude Lévi-Strauss, « Du mariage dans un degré rapproché », in Le Regard éloigné, Paris, Plon, (...)
  • 15 Claude Lévi-Strauss, « Du mariage dans un degré rapproché », art. cit. : 133-134.

9Ces années d’effervescence au sein de la discipline, Pierre Bonte pourra en suivre les développements complexes grâce à son affectation, nous l’avons évoqué, au Laboratoire d’anthropologie sociale. Cette période devait aboutir à une première synthèse de la nature et du fonctionnement des systèmes de parenté touaregs11, dont l’interprétation soulève de nombreuses difficultés12. Ces nouvelles pistes théoriques amènent Pierre Bonte à élargir sa méthodologie à l’analyse comparative des systèmes de parenté méditerranéens y compris anciens. Dans une telle perspective, les recherches que Claude Lévi-Strauss avait menées autour de la notion de « maison » durant six années de cours au Collège de France13 ne pouvaient que susciter son intérêt. Mais, c’est surtout le fameux article de 1983 intitulé « Du mariage dans un degré rapproché »14 qui va retenir l’attention de Pierre Bonte, puisqu’il considère que ce texte catalyse une série de problèmes difficiles concernant la place typologique du mariage dit « arabe », l’universalité de la théorie de l’alliance et le statut de la théorie des groupes de filiation, dont il fait une critique radicale15.

  • 16 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », art. cit (...)
  • 17 Cf. Pierre Bonte, ed., Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales au (...)
  • 18 Cf. Pierre Bonte, Édouard Conte & Paul Dresch, eds, Émirs et présidents. Figures de la parenté et d (...)
  • 19 Cf. Pierre Bonte, Enric Porqueres i Gené & Jérôme Wilgaux, eds, L’Argument de la filiation. Aux fon (...)

10Dans le prolongement des débats suscités par ce sujet, Pierre Bonte, animateur hors pair d’entreprises collectives, sera dès lors le principal organisateur d’une série de colloques et d’ouvrages réunissant historiens et anthropologues dans l’intention d’étendre la documentation factuelle et de confronter les points de vue. Le premier, tenu en juin 1989 au Collège de France (et non en 1991, comme il l’écrit16), donnera lieu en 1994 à un volumineux opus intitulé Épouser au plus proche17, qui interroge les configurations de la proximité sociale et le champ de la consanguinité sous le régime des structures élémentaires de la parenté. En 1997 et en 1999, c’est à la Maison française de l’Université d’Oxford que se tiennent deux nouveaux colloques, dont est issu un livre qui demeure d’une brûlante actualité dans la mesure où il analyse l’articulation des figures de la parenté et du politique à partir de la tribu, de la maison et des alliances de mariage, et ce, dans le monde arabe tant ancien que contemporain18. Enfin, un dernier grand colloque sur la filiation, organisé en 2006, et l’ouvrage qui s’ensuivit19 marquèrent à nouveau un tournant dans les discussions anthropologiques autour de cette question.

  • 20 Publié dans le numéro thématique Question de parenté de la revue L’Homme (2000, 154-155 : 39-66).
  • 21 Pierre Bonte, Édouard Conte & Paul Dresch, eds, Émirs et présidents…, op. cit. : 34.

11À travers tous ces écrits, nous pouvons donc en conclure que Pierre Bonte avait bel et bien établi une distance critique à l’égard de l’un des piliers du structuralisme lévi-straussien, à savoir la fameuse théorie de l’échange. C’est ce qu’il confirma dans son article intitulé « L’échange est-il un universel ? »20, ou encore avec les co-auteurs de l’introduction de l’ouvrage Émirs et présidents lorsqu’ils écrivaient : « l’analyse du rôle du mariage et de la filiation dans les sociétés arabes nous amène à jeter un certain doute sur la notion d’échange […] en tant que clé pour une analyse anthropologique. Ce n’est pas l’échange, pensons-nous, mais la notion de partage qui décrit le mieux les fondements […] de ces sociétés »21. La réflexion de Pierre Bonte était donc loin de se cantonner aux pistes sahéliennes comme le présent livre d’hommages pourrait avoir parfois tendance à nous le laisser croire, mais contenait une portée anthropologique bien plus générale. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’on n’en a pas fini avec l’œuvre immense et si féconde de ce chercheur exemplaire.

Haut de page

Notes

1 Colloque international « L’anthropologie en partage. Autour de l’œuvre de Pierre Bonte : d’une ethnographie des sociétés pastorales sahariennes à une anthropologie comparée des sociétés musulmanes », qui s’est tenu au Collège de France à Paris, les 19 et 20 janvier 2015.

2 Pierre Bonte venait de soutenir sa thèse de 3e cycle, intitulée Production et échanges chez les Touaregs Kel Gress du Niger, débutée sous la houlette d’André Leroi-Gourhan et terminée, en 1971, avec Robert Cresswell.

3 Recherche qu’elle a restituée dans un livre récent : Hélène Artaud, Immersion. Rencontre des mondes atlantique et pacifique, Paris, La Découverte, 2023 (« Les Empêcheurs de penser en rond »).

4 Cette recherche a été couronnée par la publication, malheureusement posthume, de Récits d’origine. Contribution à la connaissance du passé ouest-saharien (Mauritanie, Maroc, Sahara occidental, Algérie et Mali), Paris, Karthala, 2016 (« Hommes et sociétés »).

5 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », in Dionigi Albera & Mohamed Tozy, eds, La Méditerranée des anthropologues. Fractures, filiations, contiguïtés, Paris, Maisonneuve & Larose /Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 2005 (« L’Atelier méditerranéen ») : 105-117. Cet article n’apparaît pas dans la bibliographie de L’Anthropologie en partage, qui est, il est vrai, une liste des écrits de Pierre Bonte cités dans l’ouvrage. L’occasion de ce livre d’hommages aurait pu être saisie pour présenter une bibliographie complétée, voire exhaustive. Il faut au moins citer l’article fondamental « Les ruses du genre : autour de la parenté de lait arabo-musulmane », Incidence, 2013, 9 : 85-119. Ceux qui le souhaitent trouveront des références complémentaires, en particulier pour les articles en anglais, dans la nécrologie publiée par Barbara Casciarri et John G. Galaty : « Obituary of Pierre Bonte (1942-2013) with a Select Bibliography of his Major Works », Nomadic Peoples, 2014, 18 (1) : 3-14. Ses archives, nous a-t-on dit, ont été déplacées en Mauritanie.

6 Il s’agissait du colloque « Traditions anthropologiques en Méditerranée », organisé par l’Association d’anthropologie de la Méditerranée (Adam), les 6-8 mai 1999.

7 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », art. cit. : 106-108.

8 Ibid. : 105.

9 Cf., par exemple, son article « Quelques problèmes théoriques de la recherche marxiste en anthropologie », publié dans un numéro spécial « Ethnologie et marxisme » qu’il coordonna pour la revue La Pensée (1973, 21 : 86-104), et au comité de rédaction de laquelle il restera, sauf erreur de ma part, fidèle jusqu’à sa mort. On se rappellera aussi que, durant cette période, il contribua à une nouvelle édition du classique de Friedrich Engels (avec, pour la première fois, un sous-titre complet…) : L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État. Dans le prolongement des recherches de Lewis. H. Morgan. Éd. par Pierre Bonte et Claude Mainfroy ; trad. de Jeanne Stern. Paris, Éd. sociales, 1983 (« Essentiel » 13).

10 Cf. : Ernest Gellner, Saints of the Atlas, London, Weidenfeld & Nicolson, 1969 (« The Nature of Human Society Series ») ; Edward Evans-Pritchard, Anthropologie sociale. Trad. de l’anglais par Monique Manin ; postf. de Michel Panoff. Paris, Payot, 1969 [1962] (« Petite bibliothèque Payot » 132) ; Louis Dumont, Introduction à deux théories d’anthropologie sociale. Groupes de filiation et alliance de mariage, Paris-La Haye, Mouton (« Les Textes sociologiques » 6).

11 Cf. Suzanne Bernus, Pierre Bonte, Lina Brock & Hélène Claudot, eds, Le Fils et le neveu. Jeux et enjeux de la parenté touarègue, Paris, Éd. de la Msh / Cambridge, Cambridge University Press, 1986. Cet ouvrage rassemble une série de communications présentées lors d’une table ronde tenue à Gif-sur-Yvette, les 23-26 septembre 1980.

12 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », art. cit. : 107.

13 Donnés de l’année 1976-1977 à l’année 1981-1982, Claude Lévi-Strauss les qualifiera significativement tantôt de cours « sur la maison », tantôt de cours « sur les sociétés cognatiques »…

14 Cf. Claude Lévi-Strauss, « Du mariage dans un degré rapproché », in Le Regard éloigné, Paris, Plon, 1983 : 127-140. Notons, toutefois, que cet article n’est qu’un élément parmi un ensemble cohérent de textes, y compris les cours sur la « maison » ou les centaines de pages manuscrites inédites que Claude Lévi-Strauss a laissées concernant ces problèmes dans d’autres régions du monde, qui devraient être analysés comme un tout, et non séparément et chronologiquement comme a pu le faire Maurice Godelier dans les chapitres V et VI de son Lévi-Strauss (Paris, Le Seuil, 2013). Leur exégèse globale reste donc à faire.

15 Claude Lévi-Strauss, « Du mariage dans un degré rapproché », art. cit. : 133-134.

16 Cf. Pierre Bonte, « Généalogies et genre : parcours à travers les structures de parenté », art. cit. : 111.

17 Cf. Pierre Bonte, ed., Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Éd. de l’Ehess, 1994 (« Civilisations et sociétés » 89).

18 Cf. Pierre Bonte, Édouard Conte & Paul Dresch, eds, Émirs et présidents. Figures de la parenté et du politique dans le monde arabe, Paris, Cnrs Éd., 2001. Voir aussi l’À Propos de cet ouvrage par Jean-Pierre Digard : « Tribus, maisons, États : modernité de la parenté arabe », L’Homme, 2003, 166 : 185-192.

19 Cf. Pierre Bonte, Enric Porqueres i Gené & Jérôme Wilgaux, eds, L’Argument de la filiation. Aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes, Paris, Éd. de la Msh, 2011 (« Méditerranée-sud »). Le colloque du même nom s’était tenu au Collège de France, les 4-6 octobre 2006.

20 Publié dans le numéro thématique Question de parenté de la revue L’Homme (2000, 154-155 : 39-66).

21 Pierre Bonte, Édouard Conte & Paul Dresch, eds, Émirs et présidents…, op. cit. : 34.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Jean-Paul Latouche, « Yazid Ben Hounet, Anne-Marie Brisebarre, Barbara Casciarri & Abdel Wedoud Ould Cheikh, eds, L’Anthropologie en partage. Autour de l’œuvre de Pierre Bonte »L’Homme, 249 | 2024, 138-142.

Référence électronique

Jean-Paul Latouche, « Yazid Ben Hounet, Anne-Marie Brisebarre, Barbara Casciarri & Abdel Wedoud Ould Cheikh, eds, L’Anthropologie en partage. Autour de l’œuvre de Pierre Bonte »L’Homme [En ligne], 249 | 2024, mis en ligne le 05 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48842

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Latouche

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search