Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Comptes rendusSimone Abram, Karen Waltorp, Nath...

Comptes rendus

Simone Abram, Karen Waltorp, Nathalie Ortar & Sarah Pink, eds, Energy Futures. Anthropocene Challenges, Emerging Technologies and Everyday Life

Étienne Bourel
p. 150-152
Référence(s) :

Simone Abram, Karen Waltorp, Nathalie Ortar & Sarah Pink, eds, Energy Futures. Anthropocene Challenges, Emerging Technologies and Everyday Life. Berlin-Boston, De Gruyter, 2022, 227 p., bibl., index, ill. (« De Gruyter Contemporary Social Sciences » 10).

Texte intégral

1Issu d’une rencontre, en juin 2019, entre deux réseaux thématiques de l’European Association for Social Anthropologists (Easa), celui consacré à l’anthropologie de l’énergie (Energy Anthropology Network) et celui sur l’anthropologie des futurs (Futures Anthropology Network), ce livre original dans ses intentions, son organisation et son contenu s’avère une lecture intéressante et enrichissante quant à sa manière d’envisager l’anthropologie, de la pratiquer et de mettre en œuvre ses méthodes dans des mondes sociaux changeants. Les questions liées à l’énergie sont particulièrement propices à une telle démarche puisqu’elles convient des acteurs, ainsi que des échelles spatiales et temporelles variées, avec lesquels l’avenir est imaginé, espéré, craint, anticipé dans différentes régions et par différents groupes sociaux à travers le monde. L’idée que l’avenir énergétique est d’ores et déjà planifié, formaté (au moins en partie) appelle cependant un regard critique. Tel est l’objet de ce livre que de faire valoir la propension de l’anthropologie à interférer dans les narratifs des modèles ingénieuriaux et décisionnaires sur les scénarios à venir, en ajoutant des motifs d’incertitudes et en suggérant des perspectives alternatives, et d’encourager les anthropologues à la participation : « The essential task is to generate a constructive anthropological voice in the global domain. This book is a step in the direction » (p. 4). Le propos est donc ambitieux, puisque déterminé à montrer à quel point l’expertise anthropologique a un rôle à jouer dans les débats politiques contemporains.

2Dans leur introduction (« Imagining Energy Futures : An Introduction »), Sarah Pink, Nathalie Ortar, Karen Waltorp et Simone Abram rappellent que les discussions actuelles sur les questions énergétiques sont multiples, autour de domaines tels que les prévisions de consommation ou la transition écologique et la décarbonation. L’analyse ethnographique met plutôt l’emphase, à rebours de toute approche prospective, sur l’impossibilité de prévoir, sur l’improvisation et sur la nécessité sine qua non de faire avec le désordre et la contingence de la vie quotidienne. La promesse techno-solutionniste (numérique et automatisation) n’est que le prolongement des logiques prédatrices capitalistes et coloniales. Les anthropologues peuvent expliciter comment les changements se produisent, comment les relations de pouvoir sont mises en actes, comment les inégalités sont vécues et comment intervenir face à de tels enjeux (p. 10). L’examen des imaginaires des designers, ingénieurs, mathématiciens s’avère également crucial pour mieux comprendre ce qui se joue dans le recours à la technologie ou dans la configuration et le contrôle des infrastructures, point sur lequel se rejoignent les anthropologies de l’énergie et de l’avenir (p. 12). De plus, la perspective interventionniste défendue dans l’ouvrage suppose un renouvellement des méthodes ainsi qu’une ouverture aux autres disciplines, institutions et parties prenantes : « [I]f we are to have a chance to influence the course of energy futures we need to be able to collaborate with disciplines and organisations in this field, both through our own research strengths and by applying our anthropological sensitivity to understand other ways of being and seeing to our own in the contexts of collaboration and the other actors involved » (p. 15). Des questions d’ordre éthique surgissent ici, tant dans la façon de mener des recherches prenant en compte, au-delà de l’humain, les environnements, les espèces vivantes et les technologies, que dans celle de transmettre aux différentes sphères publiques (et en se « salissant les mains ») les arguments en faveur d’un avenir énergétique juste et équitable revendiqués par des personnes avec lesquelles l’enquête ethnographique a été effectuée. Ces prises de position sont en effet autant adressées aux anthropologues qu’aux décideurs politiques, les premiers n’ayant pas suffisamment accès à des fonds pour soutenir la recherche, et n’étant pas même invités lors des consultations gouvernementales européennes (p. 18).

3Le livre est ensuite divisé en quatre grands chapitres, écrits à plusieurs mains dont au moins l’une des coordinatrices – vingt-quatre auteurs et autrices au total. Chaque chapitre est organisé autour de vignettes ethnographiques de quelques pages et se conclut en ouvrant des perspectives concrètes d’amélioration des situations présentées. Le premier d’entre eux, « Everyday Futures, Spaces, and Mobilities » par Sarah Pink, Katherine Ellsworth-Krebs, Michiel Köhne, Elisabet Dueholm Rasch, Nathalie Ortar, Aurore Flipo et Kari Dahlgren, porte sur les modes d’anticipation des questions énergétiques face aux réalités du quotidien, à partir de différentes études de cas concernant la maison, le travail ou les mobilités : le rechargement des véhicules électriques, les espaces de travail partagés, la consommation domestique en énergie, la propriété des lieux de vie. Dans le deuxième chapitre, « Contested Futures of/with Energy Generation », Simone Abram, Chiara Bresciani, Hsin-yi Lu, Katja Müller et Asta Vonderau s’intéressent aux contestations et autres formes de résistances contre les évolutions technologiques relevant de la production énergétique, de la matérialité des infrastructures et des politiques de l’approvisionnement. Y sont abordés en particulier la fin de l’extraction du charbon en Allemagne, l’installation d’éoliennes à Taiwan, l’usage de panneaux solaires au Mexique et l’aspect aléatoire des modèles mathématiques produits en Grande-Bretagne. Le chapitre suivant, « Powering “Smart” Futures : Data Centres and the Energy Politics of Digitalisation » (par Nathalie Ortar, A. R. E. Taylor, Julia Velkova, Patrick Brodie, Alix Johnson, Clément Marquet, Andrea Pollio et Liza Cirolia), se penche sur les imaginaires associés aux futurs « post-carbone » (p. 125) qui, dans les discours dominants, passeraient forcément par les technologies numériques aidées de l’Intelligence artificielle, des algorithmes et des données. Parmi les manifestations les plus visibles de cet avenir gouverné par le « nuage » se trouvent les data centers, dont les auteurs et autrices étudient l’impact environnemental présent et futur à travers l’exemple de Plaine Commune à côté de Paris, de l’Islande, du Cap en Afrique du Sud et de Donegal en Irlande. Les perspectives d’intervention proposées dans les dernières pages sont organisées autour de cinq points précis sur lesquels la démarche ethnographique peut contribuer au débat public : rendre visible ce qui ne l’est pas et faire ressortir des alternatives ; prendre en compte les enjeux, résistances et agencements locaux ; mettre en avant les ambiguïtés des scénarios énergétiques dominants ; faire valoir l’idée de « gentrification énergétique » ; se départir de l’occidentalo-centrisme. Enfin, dans « Imagining Energy Futures beyond Colonial Continuation », Karen Waltorp, Ragnhild Freng Dale, Martín Fonck et Pierre du Plessis réfléchissent à comment dépasser l’imaginaire colonial toujours à l’œuvre dans les politiques de l’énergie (extractivisme, justice environnementale), en considérant l’environnement autrement que comme un espace de conquêtes ou de réserves permanentes. Des manières de rompre cette continuité coloniale ont été envisagées par des artistes et activistes samis en Norvège, par la réflexivité sur des projets géologiques de forage de puits géothermiques avortés au Chili ou sur les aléas de la prospection de gaz au Botswana, et par la prise en compte des inégalités d’usage des smartphones à Manenberg (Afrique du Sud).

  • 1 Minneapolis-London, University of Minnesota Press, 2022. Pierre du Plessis a également écrit un cha (...)

4Si les expérimentations de renouvellements thématiques et méthodologiques ne manquent pas en anthropologie sociale, ce livre se distingue cependant : tout d’abord, parce qu’il s’inscrit dans un champ scientifiquement et éditorialement peu considéré, celui de l’anthropologie de l’énergie – même si les coordinatrices ont déjà publié des ouvrages, dossiers ou anthologies sur ce thème ; ensuite, parce que, en écho à d’autres propositions répondant aux défis méthodologiques posés par l’Anthropocène, comme dans l’essai dirigé par Nils Bubandt, Astrid Oberborbeck Andersen et Rachel Cypher, Rubber Boots Methods for the Anthropocene. Doing Fieldwork in Multispecies Worlds1, il fournit des études empiriques pour prendre en compte différents aspects du réel dans l’analyse, et ce, afin de rendre celle-ci effective ; enfin, parce qu’il témoigne d’une préoccupation constante pour l’utilité de l’anthropologie dans l’espace public. Il s’agit donc d’un ouvrage incisif et engagé, dont le sujet touchera sans doute un lectorat plus large que les seuls spécialistes directement concernés par les futurs énergétiques, et qui mérite attention par sa façon d’envisager la discipline.

Haut de page

Notes

1 Minneapolis-London, University of Minnesota Press, 2022. Pierre du Plessis a également écrit un chapitre dans ce livre collectif.

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Étienne Bourel, « Simone Abram, Karen Waltorp, Nathalie Ortar & Sarah Pink, eds, Energy Futures. Anthropocene Challenges, Emerging Technologies and Everyday Life »L’Homme, 249 | 2024, 150-152.

Référence électronique

Étienne Bourel, « Simone Abram, Karen Waltorp, Nathalie Ortar & Sarah Pink, eds, Energy Futures. Anthropocene Challenges, Emerging Technologies and Everyday Life »L’Homme [En ligne], 249 | 2024, mis en ligne le 05 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48892 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48892

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search