Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Comptes rendusAshutosh Bhardwaj & Judith Misrah...

Comptes rendus

Ashutosh Bhardwaj & Judith Misrahi-Barak, eds, Kala Pani Crossings. Revisiting xixth Century Migrations from India’s Perspective

Mathieu Claveyrolas
p. 155-158
Référence(s) :

Ashutosh Bhardwaj & Judith Misrahi-Barak, eds, Kala Pani Crossings. Revisiting xixth Century Migrations from India’s Perspective. Abingdon-New York, Routledge, 2022, 242 p., bibl., index.

Texte intégral

1Depuis leur apparition voilà presque un demi-siècle, les « études de diaspora » se sont déployées tous azimuts, en imposant parfois trop uniformément leurs paradigmes de l’exil et du lien à la terre originelle à des contextes sociohistoriques et nationaux très divers. On se félicitera donc qu’un ouvrage interroge frontalement les spécificités d’un seul d’entre eux : les migrations de travail depuis l’Inde britannique, au xixe siècle. Connu sous le nom d’« engagisme », ce mouvement migratoire vit plus d’un million d’Indiens supposément volontaires être engagés sur contrat, puis transportés vers les colonies sucrières du Pacifique, de la Caraïbe et de l’océan Indien pour pallier le manque de main-d’œuvre consécutif à l’abolition de l’esclavage.

  • 1 L’éloignement de la « terre sacrée » (dharmabhumi) et le voyage sur l’océan entraîneraient une pert (...)

2Dans le présent recueil d’articles, les spécialistes de littératures postcoloniales et diasporiques Ashutosh Bhardwaj et Judith Misrahi-Barak formalisent avec une vigilance critique louable la création d’un nouveau champ d’études : les Kala pani studies, en référence au tabou hindou interdisant de traverser les « eaux noires » de l’océan mais que les engagés indiens durent transgresser pour rejoindre les plantations coloniales1. Il s’agit donc d’intégrer aux études de diaspora les spécificités culturelles indiennes (contexte de départ), celles migratoires propres à l’engagisme (le recrutement, la traversée) et celles culturelles créoles (contexte d’arrivée).

  • 2 Cf. Pandurang Vaman Kane, History of Dharmashastra. Ancient and Mediæval Religious and Civil Law, P (...)

3Le grand mérite de l’ouvrage est d’envisager le Kala pani moins comme l’interdit ayant joué un rôle central dans l’expérience de la migration indienne qu’en tant que paradigme historiquement construit. Le spécialiste des textes sanskrits P. V. Kane relevait déjà, en 19732, la distorsion entre les prescriptions textuelles (visant exclusivement les hautes castes qui craignaient de perdre leur statut) et la représentation dominante voulant que ce tabou concerne l’ensemble de la société (Kumari Issur, p. 135). Dans leur introduction, Ashutosh Bhardwaj et Judith Misrahi-Barak reviennent sur l’usage premier de la référence au Kala pani par les Britanniques, qui souhaitaient tirer profit d’une dramatisation de la condamnation à l’exil des freedom fighters (« militants de l’indépendance ») à Port-Blair, sur les îles Andaman. L’historienne Suparna Sengupta va plus loin, en alléguant que les Britanniques seraient à l’origine de la fabrication même du tabou de Kala pani, eux qui, dès le début du xxe siècle, doutaient de sa réalité : après tout, un million d’Indiens l’avaient transgressé sous l’œil attentif des autorités coloniales. Aujourd’hui, davantage qu’une rupture rituelle consécutive à la traversée transocéanique et au contact avec une terre et des étrangers « barbares » (mleccha), le Kala pani est devenu la métaphore puissante de l’engagisme. Plusieurs contributions déconstruisent en outre avec bonheur les représentations idéologiques qui sous-tendent l’emprise de ce tabou, en montrant que, parmi les engagés indiens, ni les musulmans, ni les chrétiens, ni les populations tribales, ni les hindous de basses castes, ni même, peut-être, les femmes hindoues n’étaient concernés, ou traumatisés, par le risque de pollution rituelle. En ce sens, ce sont tous les discours stéréotypés sur l’engagisme qui sont interrogés et nuancés dans cet ouvrage : celui des autorités coloniales de l’époque, celui des élites hindoues et celui du patriarcat d’hier et d’aujourd’hui.

4Kala Pani Crossings allie avec brio diversité des cas et cohérence des approches grâce à quatorze courts articles répartis en trois parties : « Shifting the Gaze », dans laquelle les cinq contributions insistent sur la nécessité d’un déplacement du regard vers l’Inde et la manière dont elle considère cette diaspora ; « Across the Oceans », où quatre autres articles sont consacrés aux conséquences de la traversée à la lumière des configurations sociales (castes) ou rituelles (culte de Draupadi), et des productions culturelles (chants et cinéma) ; quant aux cinq textes de « Re-Imagining the Kala pani Narrative », ils se focalisent sur les récits autobiographiques ou littéraires qui abordent l’engagisme, son héritage et cette nécessaire réintégration dans l’histoire indienne contemporaine.

5Comme annoncé dès le sous-titre de l’ouvrage, revisiter ce mouvement migratoire à l’aune de la perspective indienne est justifié par le fait qu’il s’agit d’un chapitre oublié de l’histoire du pays. L’Inde britannique s’est, certes, parfois émue du sort de ces migrants qui partageaient le même joug colonial. Mais l’Inde indépendante s’est radicalement éloignée des descendants d’engagés, censés tenir leur rôle de citoyens ailleurs, dans d’autres nations ayant acquis leur indépendance. L’intérêt actuel de l’Inde pour sa diaspora s’est longtemps exclusivement cantonné aux communautés issues de migrations récentes dans le monde occidental. Celles héritières de l’engagisme, associées à des statuts de caste et de classe inférieurs, ont ainsi été reléguées au second plan, au profit des « Non-Resident Indians ». Ces derniers sont en effet considérés comme plus utiles pour mettre en œuvre des stratégies de soft power ou d’investissements économiques, et plus « authentiques » au regard des transformations et processus de créolisation qui caractérisent les engagés (Vijay Mishra). Plusieurs auteurs soulignent combien l’ignorance et l’indifférence de l’Inde contemporaine à leur égard sont venues redoubler l’invisibilisation que les autorités coloniales avaient déjà fait subir à ces communautés. A contrario, depuis deux décennies maintenant, le monde académique s’est emparé de l’histoire et de l’héritage de l’engagisme, multipliant, en Occident, dans les pays d’accueil et en Inde, des programmes de recherches qui, parfois, s’apparentent à des projets de valorisation des descendants d’engagés. Parmi les seize contributeurs au volume, treize sont indiens, un choix témoignant d’une volonté de rééquilibrer cette tendance à laisser ce champ disciplinaire entre les mains d’auteurs occidentaux et d’auteurs issus de cette diaspora.

  • 3 Toronto, Harper Flamingo Canada, 2003.
  • 4 Chicago, University of Chicago Press, 2014.
  • 5 Transl. and ed. by John Dunham Kelly and Uttra Kumari Singh. Suva, Fiji Museum, 1991.

6La deuxième approche privilégiée par l’ouvrage repose sur les études littéraires d’auteurs modernes qui, se revendiquant descendants d’engagés, interrogent leur histoire (personnelle, familiale ou communautaire), ainsi que leurs liens à l’indianité et à la créolité. Là encore, Kala Pani Crossings fait preuve d’une remarquable cohérence : non seulement les différents contributeurs partagent et commentent les mêmes références anthropologiques ou littéraires, mais ils offrent aussi souvent des lectures croisées très stimulantes des mêmes textes : notamment, The Swinging Bridge de la romancière trinidadienne Ramabai Espinet3, Coolie Woman. The Odyssey of Indenture de la journaliste et autrice d’origine guyanienne Gaiutra Bahadur4, et My Twenty-One Years in the Fiji Islands de l’engagé fidjien Totaram Sanadhya5.

7Parmi ces textes, plusieurs appartiennent à la littérature de « faction », c’est-à-dire composée d’un mélange de faits (facts) et de fiction (Arnab Kumar Sinha). Il est vrai qu’ils relèvent directement d’un questionnement sur les enjeux identitaires et mémoriels, souvent à partir d’une perspective intergénérationnelle et autobiographique, qui rejoint et complète les recherches anthropologiques et historiques. Il est tout aussi important de souligner que ces textes donnent la parole à des individus dont la présence et l’expérience vécue – entre domination et résistance – ont longtemps été invisibilisées dans le discours colonial. Nul doute, donc, que l’histoire et l’anthropologie gagnent à dialoguer avec ces études littéraires. On est moins convaincu, en revanche, par le brouillage des frontières entre fiction et histoire que créent l’ancrage « factuel » ou l’argument d’« authenticité » autobiographique.

  • 6 Si l’on excepte l’ouvrage de l’historienne britannique Marina Carter, Lakshmi’s Legacy. The Testimo (...)
  • 7 Cf. Tinker Hugh, A New System of Slavery. The Export of Indian Labour Overseas, 1830-1920, London, (...)

8Parmi les nouvelles voix de l’héritage de l’engagisme que les études littéraires font entendre s’imposent celles des femmes, à la fois en tant que personnages de récit et en tant que représentantes des engagés. Après les points de vue indien et littéraires, cette perspective résolument féministe constitue le troisième angle d’approche de l’ouvrage. À l’instar de Ramabai Espinet et de Gaiutra Bahatur en effet, les femmes chercheuses largement représentées ici (onze sur les seize contributeurs) complètent, voire parfois contestent un récit historique et mémoriel jusque-là radicalement androcentré (Praveen Mirdha)6. Il est ainsi particulièrement intéressant de voir combien les problématiques liées au vécu des femmes engagées rejoignent celles de l’histoire de l’engagisme en général : s’agissait-il d’un « nouveau système d’esclavage », pour reprendre les termes de Hugh Tinker7, ou du passage d’une forme d’exploitation coloniale (en Inde) à une autre (dans la plantation sucrière) ? Le recrutement sur contrat et l’exil sont-ils un indice de vulnérabilité ou un gage d’agentivité (Kanchan Dhar) ? L’engagisme constituait-il, pour les femmes, une opportunité d’émancipation vis-à-vis des modes de domination indiens (la caste, le patriarcat, le contrôle des propriétaires terriens) ou l’illusion trompeuse d’une « blessing in disguise of a catastrophe » (p. 38) ? Les histoires de vie de femmes engagées ou descendantes d’engagés restituées dans l’ouvrage tendent plutôt vers cette dernière alternative.

9Cette relecture critique se prolonge jusque dans les productions cinématographiques indiennes. L’île Maurice, par exemple, est décrite dans certains films soit comme une terre de décadence morale et de transgression de l’ordre sociorituel éternel (dharma) qui ne saurait exister ailleurs qu’en Inde, soit comme une terre promise et de nouveau départ, allant jusqu’à « désavouer l’Inde en tant que centre vers lequel le sujet de la diaspora doit retourner » (Kumari Issur, p. 139, ma traduction). De symbole honni de la traversée aliénante, le Kala pani devient donc un lieu de contre-narration identitaire. Loin de la rhétorique de la perte, du traumatisme et de la victimisation qu’un discours dominant tend à imposer, ces contre-récits féminins racontent l’évasion de l’Inde patriarcale et l’espoir d’un ailleurs meilleur.

10C’est alors la créolisation qui est à l’honneur, démentant l’obsession identitaire prêtée aux engagés. Plusieurs articles mettent ainsi en évidence la primauté du contexte d’ancrage, de transformation et d’hybridation dans la colonie sur l’idéal d’une indianité à retrouver (Udita Banerjee). Tel est le cas du culte de la déesse de la mythologie hindoue Draupadi, que Vijaya Rao étudie sur l’île de la Réunion, où elle est valorisée pour son potentiel de résistance à la fois à l’évangélisation coloniale et aux injonctions de l’élite hindoue savante. Il s’agit bien, pour les « dominés » (les femmes, les basses castes), de s’affranchir de la double domination coloniale et indienne, ainsi que des récits hégémoniques sur l’engagisme qui voudraient la perpétuer. Il en est ainsi de l’écrivain contemporain de cette histoire Totaram Sanadhya, qui critiquait, lors d’un passage en Inde, la déshumanisation inhérente au système de l’engagisme en même temps que les inégalités renforcées dans ce pays par les discriminations de caste ou de genre (Himadri Lahiri, p. 172). Certes, on pourrait aussi citer en contre-exemple l’écrivain trinidadien descendant d’engagés et lauréat du prix Nobel de littérature V. S. Naipaul qui, après avoir longtemps nourri une vive amertume contre l’Inde de ses ancêtres, a fini par épouser les idées nationalistes hindoues les plus caricaturales contre les musulmans indiens (Joshil K. Abraham). Cependant, la plupart des descendants d’engagés évoquant leurs racines témoignent d’une relation distanciée avec l’indianité et réintroduisent, au cœur des motivations et expériences de leurs ancêtres, une représentation positive de l’engagisme et de la terre d’accueil créole (Praveen Mirdha). La complexité des narrations tient à leur rapport ambigu à la nation indienne : parfois, elles se fondent sur une conception uniforme de l’indianité (associant aux sorts des engagés la domination subie, dans les colonies, par les Indiens non engagés) ; parfois, elles soulignent la pluralité des histoires de vie, des intentions et des appartenances sociologiques des engagés (Kusum Aggarwal).

  • 8 Cf. Amitav Ghosh, Sea of Poppies, New Delhi, Penguin-Viking, 2008 [Éd. franç. : Un océan de pavots, (...)

11Dans l’une des principales œuvres romanesques ayant l’engagisme pour sujet, Amitav Ghosh8 décrit longuement la traversée entre Calcutta et l’île Maurice, que l’on peut lire comme une métaphore du Kala pani et de ses enjeux. Le tabou et les conséquences de sa transgression y sont certes présents, mais surtout dans le discours des personnages non indiens. Puis le bateau, ancien navire négrier, est présenté comme un lieu où les histoires de l’esclavage et de l’engagisme se superposent et se connectent – contre-pied nécessaire aux tendances de l’historiographie à compartimenter ces deux formes de déplacements de main-d’œuvre qui partagent pourtant les mêmes exigences du capitalisme colonial (Ritu Tyagi). Or, la grossesse de l’héroïne pendant la traversée va illustrer ce qui différencie fondamentalement l’engagisme de l’esclavage : la possibilité d’espérer trouver au bout du voyage une terre de renaissance et d’avenir. La plupart des débats qui ont traditionnellement alimenté l’histoire de ce mouvement migratoire si singulier sont donc revisités dans cet ouvrage collectif, par des approches nouvelles et par une perspective critique qui les enrichissent et les renouvellent en venant nuancer à la fois le champ d’étude des diasporas indiennes et les discours hégémoniques sur les communautés descendant d’engagés.

Haut de page

Notes

1 L’éloignement de la « terre sacrée » (dharmabhumi) et le voyage sur l’océan entraîneraient une perte de la caste.

2 Cf. Pandurang Vaman Kane, History of Dharmashastra. Ancient and Mediæval Religious and Civil Law, Poona, Bhandarkar Oriental Research Institute, 1930-1962 (« Government Oriental Series » Class B ; 6).

3 Toronto, Harper Flamingo Canada, 2003.

4 Chicago, University of Chicago Press, 2014.

5 Transl. and ed. by John Dunham Kelly and Uttra Kumari Singh. Suva, Fiji Museum, 1991.

6 Si l’on excepte l’ouvrage de l’historienne britannique Marina Carter, Lakshmi’s Legacy. The Testimonies of Indian Women in xixth Century, Mauritius, Stanley, Éd. de l’Océan Indien, 1994.

7 Cf. Tinker Hugh, A New System of Slavery. The Export of Indian Labour Overseas, 1830-1920, London, Hansib Educational Book, 1974.

8 Cf. Amitav Ghosh, Sea of Poppies, New Delhi, Penguin-Viking, 2008 [Éd. franç. : Un océan de pavots, trad. de l’anglais par Christiane Besse, Paris, Robert Laffont, 2010 (« Pavillons »)].

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Mathieu Claveyrolas, « Ashutosh Bhardwaj & Judith Misrahi-Barak, eds, Kala Pani Crossings. Revisiting xixth Century Migrations from India’s Perspective »L’Homme, 249 | 2024, 155-158.

Référence électronique

Mathieu Claveyrolas, « Ashutosh Bhardwaj & Judith Misrahi-Barak, eds, Kala Pani Crossings. Revisiting xixth Century Migrations from India’s Perspective »L’Homme [En ligne], 249 | 2024, mis en ligne le 05 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48932

Haut de page

Auteur

Mathieu Claveyrolas

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search