Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Comptes rendusNayanika Mathur, Crooked Cats. Be...

Comptes rendus

Nayanika Mathur, Crooked Cats. Beastly Encounters in the Anthropocene

Anne Gagnant
p. 158-162
Référence(s) :

Nayanika Mathur, Crooked Cats. Beastly Encounters in the Anthropocene. Chicago, University of Chicago Press, 2021, 208 p., bibl., index, ill. (« Animal Lives »).

Texte intégral

  • 1 Cf. Nastassja Martin, Croire aux fauves, Paris, Verticales, 2019 et Val Plumwood, Dans l’œil du cro (...)

1Trois mois durant, au tournant de 2007, Nayanika Mathur a vécu dans une petite ville de l’Himalaya indien soumise aux attaques meurtrières répétées d’un léopard. À Gopeshwar, au cœur de l’État de Uttarakhand, ce bagh – terme hindi désignant les grands félins (léopard, tigre, lion) – a tué et dévoré sept êtres humains, faisant régner dans cette localité un véritable climat de terreur. C’est cette expérience peu commune, restituée de façon fascinante dans le livre, qui a conduit Nayanika Mathur à mener une enquête plus large – étendue de façon discontinue sur une quinzaine d’années – sur les rapports entre êtres humains et grands félins dans le sous-continent indien. En se fondant sur cette enquête effectuée dans plusieurs lieux (différents bourgs de la région himalayenne et la métropole de Mumbai, notamment) et auprès d’interlocuteurs variés (chasseurs, familles de victimes, personnes blessées, conservateurs, gardes-forestiers, bureaucrates, journalistes, biologistes, photographes, etc.), l’autrice essaie d’élucider pourquoi les attaques de léopards et de tigres se multiplient aujourd’hui en Inde. Toutefois, loin d’avancer une thèse qui apporterait une réponse univoque à cette question, elle se propose plutôt d’explorer la vaste constellation d’explications, de récits, de représentations et de rapports de pouvoir qui se déploie autour de la présence de grands félins dans le monde indien. Or, tapie en arrière-plan de ces « beastly tales » – c’est ainsi que l’autrice appelle les discours visant à rendre raison de la prolifération d’attaques félines –, transparaît toujours, sous une forme ou sous une autre (déforestation, effondrement de certaines populations animales, extractivisme, etc.), la crise environnementale actuelle. Ce livre foisonnant participe donc des nombreuses recherches récentes, en philosophie et en sciences sociales, sur les rapports entre humains et non-humains à l’heure de l’Anthropocène (concept controversé que l’autrice dit chercher à « indigéniser »). En particulier, il entre en écho avec d’autres ouvrages qui ancrent dans l’expérience extrême d’être attaqué par un animal sauvage une réflexion renouvelée sur la place de l’être humain au sein des espèces animales1.

2Deux constats sont partagés par l’ensemble des enquêtés avec lesquels Nayanika Mathur s’est entretenue : les attaques de tigres et de léopards se répètent ces dernières années en Inde, alors que seule une petite minorité de félins, ceux qui sont « déviants » (crooked, ou tedha en hindi), est susceptible de s’en prendre aux êtres humains, la grande majorité s’en tenant soigneusement à l’écart. À partir de ces constats, deux questions – vitales – préoccupent particulièrement les habitants des régions concernées par ces cohabitations interspécifiques : pourquoi un crooked cat échappe-t-il à sa peur naturelle des humains ? Et comment peut-on le différencier de ses congénères inoffensifs ? Nayanika Mathur analyse les multiples théories élaborées par les habitants pour répondre à ces questions. Sur le pourquoi de la déviance féline, l’autrice remarque que, aussi diverses et contradictoires soient-elles, les raisons invoquées ont un point commun : toutes considèrent que les actions humaines sont pour quelque chose dans l’attitude anormale de ces félins agressifs. Dans la plupart des récits, ce n’est pas la bête sauvage qui est responsable de l’attaque qu’elle commet. Ce sont bien plutôt la politique – vécue comme coloniale – de Delhi et des gens des plaines (maidani) vis-à-vis des régions himalayennes et des gens des montagnes (paharis), la destruction des forêts et l’extraction des minerais, le Raj britannique, des dieux comme Shiva, d’autres animaux tels que le chien ou le loup, le capitalisme, tel ou tel parti politique, la colère des rivières, la réincarnation, les médias, et bien d’autres acteurs souvent surprenants. L’augmentation des attaques félines engendre ainsi une prolifération de discours qui, tissés entre eux, offrent un tableau disparate de la société indienne actuelle – des rapports de pouvoir qui la structurent, des imaginaires qui la traversent, des différentes compréhensions du monde qui y coexistent.

3Ces causes possibles, toutefois, ne disent rien sur la manière d’identifier, au milieu de ses congénères, un tigre déviant. Nayanika Mathur décrit la façon dont les individus mènent l’enquête, à la recherche de signes non seulement pour distinguer les félins dangereux et s’en prémunir, mais aussi pour avoir le droit de les chasser. En Inde, en effet, depuis l’Acte de protection de la vie sauvage (Wildlife Protection Act) de 1972, les grands félins sont des espèces très protégées. Tuer un tigre ou un léopard est un crime, sauf s’il est prouvé que l’animal est un « mangeur d’hommes » (man-eater), d’où l’importance des indices que les habitants réussissent à réunir pour convaincre les autorités locales. Après quoi seulement l’officier en charge de la faune sauvage peut délivrer un permis de chasse (hunting permit) et engager un chasseur professionnel, un shikari. Lorsqu’un tigre sévit dans une région, l’administration fait donc l’objet de pressions contradictoires : celle de la population locale, terrorisée et meurtrie, qui réclame l’abatage du félin, multiplie les pétitions et les manifestations, et s’indigne du fait que le gouvernement fasse, suivant la formule maintes fois employée, « passer la vie des félins avant la leur » ; et celle des protecteurs de la nature, qui défendent farouchement l’animal, le présentent comme une victime des activités humaines et essaient à toute force d’empêcher sa mise à mort. À cela, il faut encore parfois ajouter les pressions du grand public qui se passionne pour les fauves, au point que certains deviennent de véritables stars. Ces cas de célébrités animales sont particulièrement intéressants, et Nayanika Mathur en donne plusieurs exemples détaillés, dont celui de Vijay, un tigre blanc du zoo de Delhi devenu populaire après avoir tué, en 2014, un homme tombé par inadvertance dans sa fosse. La scène, filmée et diffusée très largement, lui procura une immense renommée, attirant des milliers de visiteurs au zoo. S’ensuivit un véritable élan de sympathie pour ce tigre, se manifestant à travers la commercialisation de produits dérivés (peluches, jouets, porte-clés, etc.), la célébration en grande pompe de son anniversaire, ou encore son humanisation dans de multiples récits (articles, billets de blogs, conversations) adoptant son point de vue sur l’affaire (sur le mode : « Comment je suis devenu un meurtrier malgré moi »). On pourrait y voir une forme de réaction romantique, réservée à des citadins qui ne risquent pas de se retrouver face à un tigre dans la rue. Ce n’est qu’en partie vrai : non seulement une métropole comme Mumbai est, en Inde, l’un des lieux où léopards et humains se côtoient le plus – nous y reviendrons –, mais l’on constate aussi parfois, chez les habitants des régions confrontées à des attaques de tigres, vivant donc en permanence avec le danger, une même bienveillance et fascination pour les grands félins, décrits comme des bechara (« pauvres petits ») et des bekasoor (« innocents »). Ces derniers font ainsi naître des sentiments contradictoires, de la peur et de l’empathie, de la colère et de l’indulgence.

4Au nombre des moyens employés pour mieux connaître les grands félins et identifier ceux qui sont déviants, la lecture des empreintes laissées par l’animal et l’observation de son comportement sont de plus en plus concurrencées par le recours à des camera trappings, des pièges photographiques avec senseurs infrarouges placés dans des endroits fréquentés par les tigres et léopards, et qui se déclenchent lors de leur passage devant l’objectif. Cette nouvelle technologie permet aux scientifiques de gérer une population de fauves, de les compter, les individualiser en leur attribuant un numéro, de suivre leurs mouvements, etc. Une appréhension médiate et distancée remplace ainsi la connaissance in vivo de l’animal – le décodage des traces dans la forêt et l’interprétation du regard, traditionnellement si important pour sonder le caractère de l’animal. L’autrice explore comment ces nouveaux modes de compréhension du comportement animal transforment la relation aux fauves. Elle se penche notamment sur ce que cette production d’images – via les camera trappings et, plus globalement, via les vidéos de surveillance et les smartphones – crée en termes émotionnels (choc, peur, rire…) et sur la façon dont elle change le rapport de force entre humains et félins, les humains pouvant désormais observer les tigres et les léopards sans que ceux-ci ne s’en aperçoivent.

5Nayanika Mathur montre aussi que les camera trappings soulèvent d’autres questions. Ces nouvelles technologies permettent une connaissance des animaux à destination des scientifiques, à laquelle les habitants ne sont pas censés avoir accès. Or, les photographies peuvent révéler qu’ils vivent, sans le savoir, à proximité d’un tigre, tel cet homme dont des images attestent qu’un tigre vient souvent le regarder pendant qu’il fait sa sieste dans son jardin. Ces situations inédites, bien plus nombreuses qu’on ne pourrait le penser, posent des dilemmes aux scientifiques : faut-il informer les habitants de la présence d’un grand tigre si celui-ci ne les dérange pas, sachant que cette révélation risque de créer la panique, de rompre l’équilibre interspécifique qui existe de facto et de conduire à un engrenage de violence entre tigres et humains ? Inversement, peuvent-ils prendre la responsabilité de garder pour eux des informations aussi cruciales, voire vitales ? L’autrice examine les enjeux éthiques, légaux et scientifiques suscités par la circulation de ces données numériques.

6Dans son analyse des rapports interspécifiques, Nayanika Mathur prend soin de se tenir loin de tout déterminisme. Non seulement les relations entre humains et félins évoluent dans le temps – c’est toute la thèse du livre que d’établir une corrélation entre l’augmentation des attaques félines et les transformations engendrées par les bouleversements écologiques en cours –, mais elles changent aussi dans l’espace. L’autrice le montre bien en comparant les différences d’adaptation à la présence des fauves dans trois villes : Dehradun, Mumbai et Shimla.

7À Dehradun, et dans l’État de l’Uttarakand de façon plus générale, les attaques félines sont courantes (leur nombre s’est encore accru dans la dernière décennie), et les tigres et léopards déviants sont chassés. Les autorités locales et les habitants s’emploient par tous les moyens à dresser une ligne de démarcation nette entre l’espace réservé aux humains et celui réservé aux félins. Cette volonté de maintenir des espaces distincts, l’autrice la met en relation avec la présence dans la région d’institutions gouvernementales (Survey of India, Wildlife Institute of India), qui ont pour objectif de classer et catégoriser les êtres et les choses, et n’apprécient pas les porosités, mais aussi avec la mémoire encore vive de Jim Corbett, un célèbre chasseur de félins mangeurs d’hommes de l’époque coloniale devenu ensuite un pionnier de la conservation animale. Mais cette politique de séparation des espaces est toutefois mise en échec par les intrusions des félins et ne parvient nullement à garantir une cohabitation harmonieuse entre les espèces.

8La situation est très différente à Mumbai, métropole indienne la plus peuplée mais qui détient pourtant le record mondial du plus grand nombre de léopards vivant à proximité des humains, et ce, en raison de la réserve naturelle Sanjay Gandhi National Park (Sgnp) qui se trouve dans la ville et comptait 47 léopards en 2018. Bien que les limites du parc soient mal sécurisées et que les animaux sauvages s’aventurent souvent près des habitations, les léopards de Mumbai provoquent beaucoup moins de tensions qu’à Dehradun et ne sont que très rarement chassés. En cas de problème, ils sont capturés et relâchés dans d’autres régions. De nombreux conservationnistes professionnels ou amateurs (journalistes, gardes-forestiers, personnels des Ong, étudiants, et même simples habitants des quartiers qui jouxtent le parc), chapeautés par l’organisation Mumbaikars for Sgnp, travaillent de concert pour connaître les habitudes des félins et construire les moyens d’une cohabitation la plus pacifique possible. Beaucoup de récits de rencontres incongrues entre humains et félins circulent dans la métropole, dont l’identité est en partie fondée autour de « cette possibilité et cet espoir de vivre côte à côte entre humains et prédateurs, dans des termes presqu’inimaginables » (p. 123, ma traduction).

9Enfin, à Shimla sur les contreforts de l’Himalaya, les contacts entre humains et félins sont considérés comme banals par les habitants de la région et les conflits, presque inexistants. Cette situation semble toutefois mise en péril par l’arrivée grandissante de riches retraités et d’acquéreurs de résidences secondaires venus d’autres régions. Ces derniers sont en effet peu habitués à cette cohabitation et peu disposés à vivre à proximité de prédateurs, dont ils constatent la présence grâce à leurs équipements de vidéosurveillance ou, plus rarement, lorsque l’un d’eux s’en prend à leur animal de compagnie.

10En définitive, Crooked Cats. Encounters in the Anthropocene propose une exploration passionnante des différentes formes de cohabitation entre humains et félins dans le sous-continent indien à travers les « beastly tales » qui les accompagnent (parmi lesquels l’autrice inclut, avec une volonté explicite de ne pas les hiérarchiser, tout autant les histoires populaires que les publications scientifiques). À l’heure où l’extension des espaces anthropisés conduit de plus en plus d’êtres humains à devoir cohabiter avec diverses espèces animales, Nayanika Mathur nous livre une réflexion bienvenue sur les reconfigurations actuelles des rapports entre humains et non-humains.

Haut de page

Notes

1 Cf. Nastassja Martin, Croire aux fauves, Paris, Verticales, 2019 et Val Plumwood, Dans l’œil du crocodile. L’humanité comme proie. Éd. par Lorraine Shannon ; trad. de l’anglais par Pierre Madelin. Marseille, Wildproject, 2021 [2012] (« Domaine sauvage »).

Haut de page

Pour citer ce document

Référence papier

Anne Gagnant, « Nayanika Mathur, Crooked Cats. Beastly Encounters in the Anthropocene »L’Homme, 249 | 2024, 158-162.

Référence électronique

Anne Gagnant, « Nayanika Mathur, Crooked Cats. Beastly Encounters in the Anthropocene »L’Homme [En ligne], 249 | 2024, mis en ligne le 05 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lhomme/48947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lhomme.48947

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search