Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Notes de lectureMarielle Rispail (dir.), Quand le...

Notes de lecture

Marielle Rispail (dir.), Quand les chansons disent les mouvements du monde

Paris, L’Harmattan, coll. « Langue et parole », 2021, 290 p.
Laëtitia Giorgis
Référence(s) :

Marielle Rispail (dir.), Quand les chansons disent les mouvements du monde, Paris, L’Harmattan, coll. « Langue et parole », 2021, 290 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Marielle Rispail rassemble des recherches sur les liens étroits entre chansons et cultures du monde. Il intéressera autant les linguistes que les sociologues ou les historiens et musicologues pour les réunir dans un voyage empreint de cultures.

2Après un départ avec les témoignages chantés sur l’histoire industrielle et sociale de Saint‑Étienne, en France, analysés par C. Cortier, nous embarquons vers une première partie très méditerranéenne. La Grèce nous attire vers ses rives poétiques où P. Anagnostou et M. Zerra nous montrent comment la beauté, la justice et la liberté des textes sont redéployées par le compositeur Théodorakis. La chanson occitane, analysée par S. Chabaud, nous rappelle vers le port de Marseille en quête d’un blues maritime où se mêlent les vibrations de l’amour, des luttes sociales et de l’horizon. Avec S. Bouhadjar, nous nous dirigeons ensuite vers une ville d’Algérie, que nous survolons en chanson tel un oiseau errant dans les moindres recoins des ruelles et des souvenirs de la ville. Sans trop nous éloigner, nous nous rendons ensuite, grâce à K. Moualek, en Kabylie, où le berbère rencontre le français pour chanter la douleur de l’exil puis l’ouverture vers les rencontres du monde. Enfin, accompagnés par B. Villa, nous quittons le bassin méditerranéen pour la Colombie avec une salsa qui rythme la vie des quartiers populaires empreints de violence.

3La deuxième partie est entièrement consacrée à des chansons issues de pays africains où l’on se rend compte que la tradition, la (dé)colonisation et le plurilinguisme façonnent la vie de nombreuses communautés. I. Dipo montre différents contextes d’utilisation du chant au Nord-Togo et comment les chants funéraires, initiatiques, festifs ou religieux y sont normés culturellement de manière assez précise. E. M. Tegna relève l’importance et la place historique, politique et linguistique d’une chanson lors de l’indépendance du Congo. G.‑R. Cyriac Combé-Apondza se penche aussi sur des chants congolais, mais de quelques décennies plus récentes et sous une autre forme d’analyse. Il isole les caractéristiques linguistiques de la phrase chantée (hors du rythme, de la prosodie et de la mélodie) pour montrer l’importance poétique et sociale de l’akwa chanté. C. Guemdjom Kengne revient au contraire sur l’importance sociolinguistique de l’énonciateur, du discours et de la musique dans la chanson Love Song interprétée par un rappeur contemporain du Cameroun. M. Songossayé utilise une approche linguistico-thématique sur les chansons créées récemment en République centrafricaine. Il montre l’importance de l’expression artistique pour la quête d’une cohésion sociale autour de la paix, malgré la crise socio-politique que traverse le pays. Enfin, l’itinéraire musical de l’artiste sénégalais Youssou Ndour est analysé par E. Abdoulaye Sall et K. Rassoul Thiam. Nous y découvrons la richesse d’un parcours atypique et impliqué, la création d’un style musical et scénique et le choix d’un plurilinguisme fonctionnel pour le rayonnement de son pays et de ses valeurs tant sur la scène nationale qu’internationale.

4Tout au long de cet ouvrage, nous remarquons une analogie des thématiques, au‑delà des frontières géographiques et culturelles : les chansons sont explorées comme des témoignages sociaux, politico-historiques et linguistiques.

5D’un point de vue sociétal et culturel, les chansons ont une grande importance dans la tradition populaire. Les chants peuvent être religieux, initiatiques ou témoins des évènements quotidiens comme dans le bassin de l’Oti au nord du Togo. Ils peuvent témoigner des difficultés sociales et ouvrières à Saint‑Étienne. Ils peuvent servir d’identification aux habitants de quartiers de Medellín avec des représentations de la mort, de la prison ou de truands. Ils peuvent relayer les besoins d’amour, de paix et d’unification comme dans les ports méditerranéens ou dans les pays déchirés par le colonialisme et les crises sociales et politiques. La chanson, en préservant et unifiant des groupes, est alors vectrice de cohésion sociale, nécessaire à la préservation de certaines cultures.

6Dans cet ouvrage, nous remarquons aussi que la chanson est un fort témoignage historique et géographique. C’est particulièrement le cas dans la chanson analysée par S. Bouhadjar où l’auditeur évolue dans la toponymie des rues de la ville de Tlemcen, ou encore dans la chanson Independance cha cha quand on apprend, en outre, que la première est chantée à Bruxelles. Mais les faits politiques, historiques et géographiques marquent en réalité la totalité des œuvres citées. Chaque corpus est contextualisé et chaque contexte marque profondément l’écriture, la mélodie ou la représentation scénique du chant.

7Enfin, d’un point de vue linguistique, les auteurs montrent l’importance de la chanson pour la reconnaissance des langues. Les langues régionales comme l’occitan, le kabyle ou l’akwa prennent place dans des sociétés où elles étaient parfois en déclin. Ces langues sont revalorisées en cohésion avec l’existence d’autres langues, parfois officielles ou internationales. Notons l’exemple de ce rappeur camerounais qui « fait usage de l’anglais dans les couplets, précisément du pidgin english qu’il alterne avec des extraits en français, quelquefois en camfranglais et minimalement avec de l’espagnol » (p. 213).

8Ce plurilinguisme rencontré dans de nombreuses chansons est fonctionnel, à la fois d’un point de vue sémantique et d’un point de vue culturel : il permet de faire des ponts entre l’expression artistique et les cultures sur différentes échelles historiques et géographiques.

9Pour conclure, cet ouvrage offre une perspective d’analyse polysémantique des chansons à travers le monde. Leur caractère multimodal (elles utilisent la langue, la mélodie et l’espace scénique) renforce cet aspect et joue sur l’engagement et le renforcement des communautés représentées. On peut regretter que les zones géographiques soient concentrées sur quelques parties du globe, ce qui donne aussi à espérer un deuxième volume incluant d’autres horizons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laëtitia Giorgis, « Marielle Rispail (dir.), Quand les chansons disent les mouvements du monde »Lidil [En ligne], 66 | 2022, mis en ligne le 31 octobre 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lidil/10879 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lidil.10879

Haut de page

Auteur

Laëtitia Giorgis

Univ. Grenoble Alpes, LIDILEM, 38000 Grenoble, France

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search