Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Notes de lectureAnne Sardier, Construire la compé...

Notes de lecture

Anne Sardier, Construire la compétence lexicale avec les mots‑amis

Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2020, 332 p.
Marie-Noëlle Roubaud
Référence(s) :

Anne Sardier, Construire la compétence lexicale avec les mots‑amis, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2020, 332 p.

Texte intégral

1Anne Sardier est maitresse de conférences en sciences du langage. Ses recherches concernent le lexique, son enseignement et son apprentissage. Dans cet ouvrage intitulé Construire la compétence lexicale avec les mots‑amis, elle tente de répondre à la question de la construction de la compétence lexicale chez des élèves de collège. Comment trouver le sens d’un mot (ou plus précisément d’une unité lexicale) dans un texte puis le réemployer ?

2Tout au long de l’ouvrage, le lecteur est guidé pas à pas : Anne Sardier convoque divers champs théoriques (pas moins de 118 références sont mentionnées) et débouche sur la mise en place d’un dispositif didactique d’enseignement-apprentissage du lexique, appelé « les mots‑amis ». L’auteure rend compte de l’expérimentation de ce dispositif dans deux classes de 6e (élèves de 11‑12 ans) d’un collège français à Montréal (Canada). Ensuite, dans une perspective longitudinale, elle prolonge cette expérimentation l’année suivante dans quatre classes de 5e, dans lesquelles sont inscrits les élèves de l’année précédente concernés par le dispositif. L’auteure établit ainsi un pont entre la recherche et la didactique, lien qui est et demeure au cœur de ses travaux.

3Que nous révèle l’ouvrage ? Premièrement, sa lecture permet de mieux comprendre ce qu’est la compétence lexicale, au regard des théories exposées et des choix faits par l’auteure. Une définition de la compétence lexicale est proposée à la page 104 : « […] la compétence lexicale est composée de connaissances et d’habiletés lexicales permettant de développer la capacité à acquérir et à mobiliser le lexique de manière pertinente, compte tenu de la situation d’énonciation. » Deuxièmement, l’ouvrage permet de saisir le rôle du cotexte, terme d’ailleurs redéfini par l’auteure, et l’importance à accorder à la dimension syntagmatique, trop souvent laissée de côté dans l’enseignement et dans la recherche.

4Comme le montre l’auteure, étudier l’environnement immédiat du mot (c’est-à-dire son cotexte) aide au développement de la compétence lexicale. Pour ce faire, un enseignement explicite de la structuration du cotexte est proposé, amenant à une longue description du dispositif des « mots‑amis » dans la deuxième partie de l’ouvrage, les résultats étant analysés dans la troisième partie. Des annexes regroupant les réponses écrites des élèves constituent un précieux corpus qui donne à voir les stratégies que les élèves mettent en œuvre pour comprendre le sens d’une unité lexicale. Le lecteur suit la démarche des élèves lors des séances en classe présentées dans l’ouvrage : ceux‑ci donnent, dans un premier temps, leur première représentation du sens de l’unité ciblée pour aboutir ensuite à un consensus sur un sens de base. C’est à partir de ce consensus que commence le travail d’étude de phrases-problèmes contenant l’unité ciblée. En effet, les mots‑amis avec lesquels se combine l’unité ciblée en déterminent le sens. C’est lors des discussions lexicales étayées par l’enseignant (transcrites dans l’ouvrage) que sont mis en avant les cotextes privilégiés de l’unité ciblée : cotexte adjectival/nominal et cotexte verbal. Par exemple, pour « châtiment », on trouvera : « des châtiments corporels », « infliger un châtiment » (p. 301) et pour « épreuve », « terrible épreuve », « mettre à l’épreuve » (p. 302).

5Dans cet ouvrage, l’auteure a vocation d’aider les enseignants à mettre en place une structuration efficace du cotexte en vue de développer chez les élèves des stratégies pour comprendre le sens d’une unité lexicale, pour s’approprier le lexique, le réemployer et ainsi avoir la possibilité de faire des choix lexicaux pertinents au moment d’écrire (ou de dire). En somme, cet ouvrage vise avant tout à aider les enseignants à amener leurs élèves à construire une compétence lexicale stable ; il outille ainsi également les formateurs.

6Comme l’écrit Anne Sardier (p. 265), « la structure du cotexte apparait donc comme un outil permettant de favoriser le développement d’une nouvelle stratégie qui, combinée à celles que les élèves possèdent déjà, permet d’accéder au sens de nouvelles unités lexicales ». En effet, au moment de désambiguïser le sens d’une unité, les élèves croisent diverses stratégies comme le recours aux synonymes, l’appui sur la morphologie, la prise en compte du contexte, des connaissances personnelles. En outre, dans la dernière partie de l’ouvrage, l’auteure expose clairement en quoi la prise en compte du cotexte est une stratégie efficiente. En effet, au bout d’un an, les enfants ayant suivi le dispositif des « mots‑amis » s’appuient systématiquement sur les informations extraites de l’environnement immédiat du mot analysé pour en saisir le sens, ce qui n’est pas le cas des autres élèves de 5e (ceux qui n’ont pas été exposés à un enseignement explicite de la structuration du cotexte). Par conséquent, travailler en classe explicitement la structuration du cotexte a des effets à long terme.

7Nul doute que ce dispositif des « mots‑amis » doit compter parmi les outils dont doit disposer l’enseignant, soucieux de mettre en place une démarche intégrant les différentes structures du lexique. L’ouvrage est aussi précieux pour le chercheur en linguistique ou en didactique et pour le formateur ou enseignant du français, du fait du bilan qui est fait sur la question lexicale mais aussi de la présentation d’un dispositif efficient d’enseignement-apprentissage du lexique. Même si l’ouvrage rend compte d’expérimentations dans deux classes de collège (dans le cadre d’une recherche en thèse), le dispositif est adaptable à n’importe quel niveau de classe, comme le montre un exemple de mise en œuvre à l’université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Noëlle Roubaud, « Anne Sardier, Construire la compétence lexicale avec les mots‑amis »Lidil [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 24 avril 2023, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lidil/11504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lidil.11504

Haut de page

Auteur

Marie-Noëlle Roubaud

Laboratoire Parole et Langage, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search