Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Texte intégral

L’enseignement et l’apprentissage de l’écrit académique à l’aide de corpus numériques

1Le numéro 58 de Lidil s’inscrit dans la tradition des études sur les corpus numériques (cf. par exemple : Fløttum, Dahl & Kinn, 2006 ; Hunston & Francis, 2000 ; Swales, 1990/2004 ; Tutin & Grossmann, 2014 ; Quirk, Greenbaum, Leech & Svartvik, 1985) et, cette fois, l’enseignement et l’apprentissage des langues étrangères sont à l’honneur. Nous prenons le parti de définir un corpus numérique, selon le point de vue linguistique, comme un ensemble de documents écrits ou enregistrés et assemblés dans l’objectif de faire une analyse de leur contenu langagier à l’aide d’outils informatiques. Ces corpus servent directement ou indirectement pour l’enseignement et l’apprentissage via des modalités multiples. Dans les contextes d’apprentissage ou d’enseignement, les corpus peuvent prendre des formes diverses, depuis des textes ciblés jusqu’à de grandes bases de données. Nous trouvons aussi des produits dérivés de corpus tels que des listes de vocabulaires (Coxhead, 2000), des dictionnaires (Collins, 2017 ; MacMillan, 2017), des matériaux pédagogiques (Chambers, 2010). Les avantages réels de l’exploitation des corpus numériques à des fins didactiques et les difficultés de cette pratique, rencontrées ou imaginées, demeurent un vaste terrain d’étude.

2Dans ce numéro, nous nous concentrons sur l’enseignement et l’apprentissage de l’écrit académique à l’aide des corpus numériques. Les auteurs expliqueront alors l’intérêt d’utiliser de telles ressources relevant des méga-données pour rédiger des écrits académiques dans une langue étrangère. Objets de nombreux travaux linguistiques et didactique depuis les années 1990 dans le monde francophone (cf. Lidil no 18, Pratiques de l’écrit et modes d’accès au savoir dans l’enseignement supérieur, coordonné par Michel Dabène et Yves Reuter). Nous trouvons actuellement des corpus disponibles en ligne, tels que les corpus anglais du BAWE1 ou du Michigan Corpora2, et des corpus français/anglais tel que Scientext3 interrogeable via l’interface ScienQuest4, permettent aux chercheur.e.s d’identifier les caractéristiques du discours académique des expert·e·s et des étudiant·e·s.

3Sans revenir sur les avantages des grands corpus numériques pour la description linguistique (cf. Lidil no 31, Corpus oraux et diversité des approches, coordonné par Marie Savelli), cette publication est l’occasion de découvrir de nouvelles pistes facilitant l’utilisation en classe de langue de corpus numériques pour l’aide à la rédaction universitaire. En termes didactiques, les articles rassemblés ici traitent de l’utilisation directe ou indirecte des corpus numériques, tant par les enseignant·e·s que par les apprenant·e·s dans un contexte universitaire. Depuis quelques années, l’essor des outils informatiques permettant le stockage et surtout l’interrogation en ligne par des non-spécialistes a permis le développement des corpus numériques à vocation pédagogique. De fait, les articles de ce numéro explorent l’exploitation de ces ressources numériques pour l’enseignement et l’apprentissage de la langue académique et certains y ont ajouté la phraséologie scientifique.

4Dans la lignée des travaux de Boulton et Tyne (2014) sur l’utilisation des corpus en classe de langue, les contributions de ce numéro apportent des réponses quant à l’utilisation effective des corpus numériques par les équipes enseignantes à l’université : comment et pourquoi les utilisent-ils ? Nous verrons que les approches linguistiques et didactiques se font écho d’une langue à l’autre et que la didactique des langues fédère ces différentes études.

5Autour de l’anglais académique, Clive Hamilton et Natalie Kübler, qui enseignent à l’université Diderot à Paris, développent des cours autour des corpus d’anglais scientifique pour des étudiants francophones spécialistes de différentes disciplines universitaires. Le cas d’étudiant·e·s utilisant directement des corpus en ligne reste peu courant à l’université française et cette étude de cas nous aide à mieux saisir les enjeux de cette pratique.

6Benet Vincent et Hilary Nesi, de l’université de Coventry, enseignent l’anglais académique à des étudiants internationaux à l’aide d’une interface du BAWE corpus dans laquelle des liens hypertextuels sont pensés pour guider et aider les apprenants dans leur écriture académique. La question de l’insertion de tels outils en classe de langue est posée, permettant de mettre en exergue les spécificités de l’outil et du retour de l’enseignant, ainsi que la complémentarité des approches.

7Autour du français académique, Rui Yan, Agnès Tutin et Thi Thu Hoai Tran, des universités de Grenoble Alpes et d’Artois, étudient les routines verbales dans l’écrit académique et leur didactisation dans le cadre de l’enseignement du français langue étrangère. L’analyse d’un corpus d’apprenants a révélé les erreurs les plus fréquentes des étudiants à propos des routines verbales. Un corpus d’experts en français académique a permis de comparer et de mettre en exergue les routines à enseigner. Leur article se termine sur des exemples d’exercices de réflexion pour les apprenants à partir d’extraits du corpus d’experts et montre clairement en quoi ces routines sont structurantes pour l’écrit académique.

  • 5 TAL : Traitement automatique des langues.

8Thi Thu Hoai Tran de l’université d’Artois et Achille Falaise de l’université Paris Diderot, s’intéressent au français langue étrangère et tandis que l’un (A. Falaise) développe un outil informatique, proche du dictionnaire, pour une aide à la rédaction universitaire à partir d’un corpus numérique, l’autre (T. T. H. Tran) expérimente l’utilisation de cet outil auprès d’étudiants internationaux en FLE. Ces expérimentations ont permis une véritable réflexion didactique quant à l’amélioration de l’outil. Ceci est un exemple de collaboration fructueuse entre didacticien-linguiste et taliste5.

9Autour de l’allemand académique, Marina Kogan, Anna Yaroshevich et Olga Ni, toutes trois de l’université Pierre le Grand de Saint-Pétersbourg, enseignent l’allemand à de futurs ingénieurs russes. Pour ce faire, les auteures élaborent des activités pédagogiques à partir d’un corpus numérique, en fonction des spécialités de leurs apprenants en s’arrêtant sur les séquences lexicales les plus fréquentes et en tentant une approche de consultation directe du corpus par les apprenants.

  • 6 École supérieure du professorat et de l’éducation.

10Le dossier thématique est clos par la contribution d’Eva Schaeffer-Lacroix, de l’ÉSPÉ6 de Paris, qui enseigne l’allemand à de futurs enseignants de cette même langue. Elle présente une entrée pédagogique dans laquelle les étudiant.e.s, confrontés à un corpus numérique, doivent développer une réflexion leur permettant de comprendre l’utilisation de la virgule en allemand. Elle nous invite alors à réfléchir aux apports des approches inductives et déductives dans un tel contexte.

11Nous remercions les auteur.e.s et les évaluateurs/trices d’avoir aimablement contribué à l’élaboration de ce numéro. Nous souhaitons que les recherches sur les corpus numériques pour l’enseignement des langues académiques étrangères soient une entrée prometteuse pour l’enseignement des langues en général à l’aide des corpus numériques.

The Teaching and Learning of Academic Writing with the Aid of Numeric Corpora

12This issue 58 of Lidil, following in the tradition of digital corpus studies (cf. for example: Fløttum, Dahl & Kinn, 2006; Hunston & Francis, 2000; Swales, 1990/2004; Tutin & Grossmann, 2014; Quirk, Greenbaum, Leech & Svartvik, 1985), centers upon the teaching and learning of foreign languages. We adopt the position here, from a linguistic perspective, that a digital corpus is a collection of written or recorded documents assembled for the purpose of analyzing their language content with the help or computer tools. These corpora serve directly or indirectly for teaching and learning through multiple modalities. In learning environments, corpora can take various forms, from targeted texts to large databases. We also find language resources derived from corpora such as vocabulary lists (Coxhead, 2000), dictionaries (Collins, 2017; MacMillan, 2017), teaching materials (Chambers, 2010). The actual advantages of using digital corpuses for didactic purposes and the difficulties therein encountered or imagined remain a vast field of study.

13In this issue, we focus on teaching and learning academic writing using digital corpora. The authors thus explain the interest of using such resources to support writing academic texts in a foreign language. Subject of numerous linguistic and didactic studies in the French-speaking world since the 1990s (cf. Lidil no. 17, Pratiques de l’écrit et modes d’accès au savoir dans l’enseignement supérieur, coordinated by Michel Dabène and Yves Reuter). Today, we find corpora freely available on-line, such as the English BAWE7 or Michigan Corpora8 and, in both French and English, the Scientext9 corpora available via the ScienQuest10 interface, allowing researchers to identify the characteristics of academic discourse of both experts and students.

14Without repeating the benefits of large digital corpora for linguistic description (cf. Lidil no. 31, Corpus oraux et diversité des approches, coordinated by Marie Savelli), this publication is an opportunity to discover new ways to support scholarly writing through the use of digital corpora. In didactic terms, the articles gathered here deal with the direct or indirect use of digital corpora by both teachers and learners in a university context. In recent years, the development of greater storage and especially computer tools allowing online query options accessible by non-specialists has enabled the development of digital corpora for educational purposes. Indeed, the articles in this issue explore the use of these digital resources for the teaching and learning of academic language and, in some cases, scientific phraseology.

15Following Boulton and Tyne’s book (2014) on the use of corpora in language classes, these contributions provide answers about the actual use of digital corpora by university teaching teams: How do they use them and why? We will see that linguistic and didactic approaches echo from one language to another and that language didactics federate these different studies.

16Concerning academic English, Clive Hamilton and Natalie Kübler, who teach at the Diderot University in Paris, are developing courses, based on corpora of scientific English, for French-speaking students who specialize in different disciplines. The case of students directly using online corpora remains uncommon in French universities and this case study helps to better understand the issues.

17Benet Vincent and Hilary Nesi, from Coventry University, teach academic English to international students using a BAWE-based interface to introduce hypertext links designed to guide and assist learners in their academic writing. The question of the insertion of such tools in language classes is raised, making it possible to highlight the specificities of the tool and the teacher’s feedback, as well as the complementarity qualities of these approaches.

18Concerning academic French, Rui Yan, Agnès Tutin, and Thi Thu Hoai Tran, from Grenoble Alpes and Artois Universities, are involved in the teaching of French as a foreign language and more particularly in identifying the verbal routines of French academic writing. Their study of a learner corpus reveals the students’ most common errors related to verbal routines. A corpus of academic French texts by experts made it possible to compare and highlight the relevant routines to be taught. Their article concludes with examples of reflective exercises for learners based on extracts from the expert corpus, which clearly show how these routines structure academic French.

19Thi Thu Hoai Tran, from the Université d’Artois, and Achille Falaise, from the Université Paris Diderot, are interested in French as a Foreign Language. While one (A. Falaise) is developing a dictionary-like, corpus-based computer tool with the objective of helping university students with their writing, the other (T. T. H. Tran) is introducing the tool to international students learning French. These experiments have allowed an in-depth didactic reflection on improving the tool. This is an example of a successful collaboration between an educator-linguist and a natural language processor.

20Marina Kogan, Anna Yaroshevich, and Olga Ni, from the Peter the Great University of St Petersburg, teach German to future Russian engineers. By focusing on the most frequent lexical sequences and by attempting an approach by direct learner consultation of the corpus, the authors develop activities based on a digital corpus to support teaching and learning in accordance with the learners’ specialties.

  • 11 École supérieure du professorat et de l’éducation.

21This thematic issue concludes with the contribution of Eva Schaeffer-Lacroix, who teaches German at the ÉSPÉ11 de Paris to future German teachers. Here, she presents students’ reactions to introductory consultations of a digital corpus, tracing their reflection on the practice and understanding of the use of the comma in German. She then invites readers to think about the contributions of inductive and deductive approaches in such a context.

22We thank the authors and evaluators for their gracious contributions to this issue. We hope that the research on digital corpora for teaching foreign languages in university settings will be a promising entry point for the general use of digital corpora within language teaching.

Haut de page

Bibliographie

Boulton, Alex & Tyne, Henry. (2014). Des documents authentiques aux corpus : Démarches pour l’apprentissage des langues. Paris : Didier.

Chambers, Angela. (2010). L’apprentissage de l’écriture en langue seconde à l’aide d’un corpus spécialisé. Revue française de linguistique appliquée, 15(2), 9-20.

Collins Free On-Line Dictionary. (2017). Disponible en ligne sur <www.collinsdictionary.com/dictionary/english>.

Coxhead, Averil. (2000). A New Academic Word List. TESOL Quarterly, 34(2), 213-238.

Dabène, Michel & Reuter, Yves (dir.). (1998). Pratiques, de l’écrit et modes d’accès au savoir dans l’enseignement supérieur, Lidil, 17.

Fløttum, Kjersti, Dahl, Trine & Kinn, Torodd. (2006). Academic Voices. Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

Hunston, Susan & Francis, Gill. (2000). Pattern Grammar: A Corpus-Driven Approach to the Lexical Grammar of English. Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

Hyland, Kenneth & Bondi, Marina (dir.). (2006). Academic Discourse across Disciplines. Berne : Peter Lang.

MacMillan Free On-Line Dictionary. (2017). Disponible en ligne sur <www.macmillandictionary.com>.

Sinclair, John. (1991). Corpus, Concordance, Collocation: Describing English Language. Oxford : Oxford University Press.

Quirk, Randolph, Greenbaum, Sidney, Leech, Geoffrey & Svartvik, Jan. (1985). A Comprehensive Grammar of the English Language. Londres : Longman Publishing Company.

Savelli, Marie (dir.). (2005). Corpus oraux et diversité des approches, Lidil, 31. Disponible en ligne sur <https://journals.openedition.org/lidil/125>.

Swales, John M. (1990/2004). Genre Analysis: English in Academic and Research Settings. Cambridge : Cambridge University Press.

Tutin, Agnès & Grossmann, Francis (dir.). (2014). L’écrit scientifique : du lexique au discours. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Notes

1 BAWE : <http://ota.ahds.ac.uk/…>, voir aussi : <www.coventry.ac.uk/bawe>.

2 Michigan Corpora : <https://lsa.umich.edu/eli/…/micase-micusp.html>.

3 Scientext : <http://scientext.msh-alpes.fr/scientext-site/spip.php?article1>.

4 ScienQuest : <http://corpora.aiakide.net/scientext18/>.

5 TAL : Traitement automatique des langues.

6 École supérieure du professorat et de l’éducation.

7 BAWE: <http://ota.ahds.ac.uk/…>, see also: <www.coventry.ac.uk/bawe>.

8 Michigan Corpora: <https://lsa.umich.edu/eli/…/micase-micusp.html>.

9 Scientext: <http://scientext.msh-alpes.fr/scientext-site/spip.php?article1>.

10 ScienQuest: <http://corpora.aiakide.net/scientext18/>.

11 École supérieure du professorat et de l’éducation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristelle Cavalla et Laura Hartwell, « Présentation », Lidil [En ligne], 58 | 2018, mis en ligne le 02 novembre 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lidil/5367

Haut de page

Auteurs

Cristelle Cavalla

DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Laura Hartwell

LIDILEM, Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • OpenEdition Journals