Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

AccueilNuméros61Notes de lectureBrigitte Gerber, Jeanne Pantet et...

Notes de lecture

Brigitte Gerber, Jeanne Pantet et Martina Zimmermann (dir.), Différenciation dans l’enseignement des langues, Revue pour l’enseignement et l’apprentissage des langues, Babylonia, 2019/1

Fondazione Lingue e Culture, Comano, 104 p.
Edna Sánchez
Référence(s) :

Brigitte Gerber, Jeanne Pantet et Martina Zimmermann (dir.), Différenciation dans l’enseignement des langues, Revue pour l’enseignement et l’apprentissage des langues, Babylonia, 2019, no 1, Fondazione Lingue e Culture, Comano, 104 p.

Texte intégral

1Les vingt-deux contributions qui intègrent ce numéro de la revue Babylonia traitent de la différenciation dans l’enseignement de langues. L’introduction des responsables de la publication, Jeanne Pantet, Brigitte Gerber et Martina Zimmermann, lance le sujet par une affirmation éloquente : les apprenants progressent, réfléchissent et apprennent différemment, mais y faire face suppose de tenir compte tant des particularités individuelles que collectives.

2La différenciation s’ancre ainsi dans les préoccupations actuelles de la didactique. Pour Annie Feyfant, c’est dans sa mise en œuvre, ponctuellement dans ses facteurs et ses modalités, que des enjeux réels se constatent. Ceci sollicite un accompagnement particulier aux enseignants, focalisé sur des aspects didactiques, sur la compréhension des aspects cognitifs et sur le partage d’idées de dispositifs didactiques.

3Plusieurs représentent les aspects didactiques de la différenciation évoqués par les auteurs. Wolfgang Biederstädt présente des principes pour l’élaboration d’examens sur la base du travail différencié, stimulant l’indépendance et l’auto-évaluation chez les apprenants. Le travail différencié par niveaux, qui laisse le choix des tâches aux apprenants, est aussi examiné dans les contributions de Silvia Frank Schmid et de Romaine Gerber avec deux exemples de dispositifs didactiques : le premier cas met en place trois types de différenciation ; le deuxième emploie différents niveaux d’exercices pour traiter une même thématique grammaticale.

4Nelli Melhmann et Sabine Doff, de leur côté, s’approprient l’hétérogénéité linguistique afin de mettre en lien les langues parlées par l’ensemble des apprenants dans le matériel des cours d’anglais de collège ; ceci permet de valoriser les différences linguistiques. À ce même propos, Céline Buchs, Margarita Sanchez-Mazas, Nicolas Margas, Mathilde Maradan, Diego Zinetti et Eleftheria Lamarina présentent un exemple de travail coopératif plurilingue qui dépasse la logique de transmission habituelle dans l’enseignement du vocabulaire et lutte contre la différence de statut linguistique dans des classes hétérogènes à l’école. Susana Schwab analyse le terme « différenciation » dans des méthodes d’anglais pour enfants afin d’encourager les enseignants à mieux connaitre les intérêts, les profils, les points forts et faibles de leurs apprenants et de mettre en place de bonnes pratiques de différenciation.

5Brahim Azaoui, Anna Grioni, Béatrice Brauchli, Daniel Elmiger et Slavka Pogranova se focalisent sur la pratique enseignante : le premier auteur explique comment la posture physique et le comportement proxémique du professeur constituent des ressources de différenciation influençant les apprenants au niveau psycho-affectif et cognitif. Le deuxième présente un bilan d’expériences autour de la classe inversée en français, favorisant la progression individuelle, la motivation, la confiance et la co-construction chez des adultes. De leur côté, Brauchli, Elmiger et Pogranova s’intéressent aux propos des enseignants de l’école primaire sur la différenciation et sa pratique en classe.

6D’après les contributions de Carol Lethaby et d’Isabelle Udry et Carina Steiner, les aspects cognitifs sur lesquels il faudrait accompagner et sensibiliser les enseignants sont les styles d’apprentissage et les formes de l’acquisition de la langue étrangère. Pour Lethaby, le professeur devrait être éduqué en neurosciences afin de démythifier des théories populaires telles les styles sensoriels d’apprentissage (visuel, auditif ou kinesthésique) qui, bien que facilitant un style d’enseignement différencié, ne présentent pas d’évidence scientifique sur son efficacité. Dans ce sens, selon Udry et Steiner, il serait plus productif de comprendre les composantes de l’acquisition des langues étrangères et leur interaction avec d’autres composantes cognitives par le biais des examens sur des profils et des attitudes linguistiques des apprenants.

7Ce numéro de la revue Babylonia est l’occasion de partager plusieurs exemples de dispositifs didactiques. Les articles de Célina Lacaille Haerr et de Lisa Flückiger présentent deux exemples de travail sur le vocabulaire en français : le premier, avec un projet multi-tâches plurilingue ; le deuxième, avec des exercices variés sur des cartes de mots. Paola Rivieccio montre une expérience coopérative d’apprentissage des prépositions en anglais par la création de lapbooks. Mirjam Egli Cuenat, Marta Oliveira et Bernardette Trommer présentent un atelier de français lié à la classe de langue, créé pour des élèves bilingues talentueux. Catherine David présente un projet multilingue et multi-niveaux pour le français dans lequel les apprenants élaborent un journal en ligne. Carine Greminger Schibli, Filomena Montemarano et Lilli Papaloïzos expliquent comment accompagner la formation de futurs enseignants de langues par le jeu théâtral, le micro-enseignement et la rétroaction. Enfin, Stéphane Métral donne des exemples d’emploi des ressources technologiques dans la réalisation de tâches pour le cours de français.

8La lecture de ce numéro sensibilise l’enseignant à la problématique sur la différenciation, souvent négligée à cause des limites temporelles et contextuelles. Les propos recueillis, probablement pas tous accessibles au public en raison de la variété de langues des contributions, s’avèrent intéressants non seulement par la gamme thématique abordée mais encore parce qu’ils dépassent la simple présentation d’expériences. Le lecteur est donc incité à approfondir davantage sur les thématiques et à imiter les expériences, d’autant plus qu’un manque de données concernant l’efficacité des dispositifs de différenciation est souvent constaté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edna Sánchez, « Brigitte Gerber, Jeanne Pantet et Martina Zimmermann (dir.), Différenciation dans l’enseignement des langues, Revue pour l’enseignement et l’apprentissage des langues, Babylonia, 2019/1 », Lidil [En ligne], 61 | 2020, mis en ligne le 02 mai 2020, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lidil/7511

Haut de page

Auteur

Edna Sánchez

LIDILEM (EA 609), Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search