Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

AccueilNuméros62Notes de lectureJean Rémond, Les Fils d’Ariane ou...

Notes de lecture

Jean Rémond, Les Fils d’Ariane ou le don des langues. Essai sur l’acquisition de sa langue native par l’enfant

Université Savoie Mont Blanc, laboratoire LLSETI, collection « Langages, no 19 », Chambéry, 2017, 338 p.
Carole Calistri
Référence(s) :

Jean Rémond, Les Fils d’Ariane ou le don des langues. Essai sur l’acquisition de sa langue native par l’enfant, Université Savoie Mont Blanc, Laboratoire LLSETI, collection « Langages, no 19 », Chambéry, 2017, 338 p.

Texte intégral

1Jean Rémond présente son ouvrage comme le prolongement de sa thèse, soutenue en 2007 — il a alors soixante-dix ans et est depuis dix ans en retraite du secondaire où il a enseigné l’anglais au lycée — et intitulée Grammaire des méta-opérations : outil critique et méthodologique en didactique de l’anglais LV2 : théories, directives et expériences 1975-1997. Comme l’indique le sous-titre « Essai sur l’acquisition de sa langue native par l’enfant », l’ouvrage analyse une sélection des énoncés — ou également items dans l’ouvrage — de deux jeunes enfants, Ariane et Thadée, qui sont les petits-enfants de l’auteur.

2Quatorze chapitres composent l’ouvrage : les neuf premiers évoquent, dans cet ordre, la grammaticalité énonciative, la découverte des morphèmes, la complexification syntaxique, la modalité et la problématique de la grammaticalité. Chacun d’entre eux est construit sur le modèle suivant : une présentation brève de la thématique puis une série de 4 à 7 énoncés d’Ariane ou de Thadée, série suivie d’une analyse de chacun des items sur le point qui en a motivé le rassemblement. Le dixième chapitre s’intitule « La langue est d’abord appréhendée comme orature », et porte sur les objets de l’intonation. L’ouvrage s’intéresse ensuite au métalangage (chap. 12) à l’interdiscursivité (chap. 13) et au rapport langue/discours (chap. 14) dont l’auteur annonce dans le sous-titre « que l’énonciation en révèle et en résout l’enjeu ».

3L’annexe générale se compose d’un glossaire de 56 termes, dont on donnera ici un exemple, pour anaphore : « ni redite, ni redondance, mais opération de reprise d’un élément relationnel situé dans la discursivité énonciative ; est donc caractéristique du jeu dichotomique au cœur du rapport position/présupposition. La cataphore est son symétrique oppositif » (p. 289), et d’un Index des métatermes avec toutes leurs occurrences dans le texte, et qui relèvent en partie seulement des sciences du langage (affixation, agrammaticalité…) car on y trouve par exemple abstraction ou unicité ou encore schéma. On découvre ensuite une liste de 36 « ouvrages et documents ayant servi à constituer le corpus d’exemples », dans laquelle figurent Don Quijote de la Mancha, Emily L. de M. Duras, les Exercices de style de R. Queneau et des textes théoriques comme Langage et science du langage de G. Guillaume. L’auteur indique qu’il ne s’agit ni d’une thèse ni d’un manuel scolaire, « il se veut contribution à la recherche universitaire et pourra être utile aux professeurs de l’enseignement secondaire ou des écoles, tout comme aux étudiants » (p. 29). L’auteur s’appuie sur l’indication guillaumienne selon laquelle il s’agit « d’imaginer sous les faits visibles, constatables, des faits profonds et en quelque sorte secrets, qui, plus que les faits visibles, observables dans l’immédiat, sont la réalité » (note 2, p. 299).

4Les linguistes — ou proto-linguistes ou amateurs éclairés — s’intéressant à l’acquisition de la langue maternelle sont bien nombreux, depuis Héroard et Darwin, à avoir utilisé les productions de leurs propres enfants pour leurs études. Ici nous avons les 280 items venant des deux petits-enfants de l’auteur. Mais les linguistes contemporains sont habitués à des choix méthodologiques assez différents, par exemple concernant la constitution du corpus et la distinction oral/écrit. Les énoncés des deux petits-enfants de l’auteur sont donnés dans la syntaxe de l’écrit alors même qu’ils ont été produits oralement : quel degré de modification ont-ils subi ? Seul le chapitre 10 prend cet aspect en compte, mais uniquement au plan lexical (par exemple, un enfant dit « écriant », un autre « écriveur » pour « écrivain »). Par ailleurs, aucune indication n’est donnée sur le mode de recueil — prise en note ou enregistrements ? —, il est simplement annoncé que les items ont été produits par l’un ou l’autre des enfants dans leurs sept premières années et que les productions ne seront traitées ni quantitativement ni chronologiquement. Enfin, les co-énonciateurs sont abondamment convoqués dans le texte théorique, mais les items proposés sont donnés extraits des interactions verbales avec parents et grands-parents.

5La recherche, à laquelle l’auteur entend contribuer, explore des directions assez différentes, si l’on pense aux travaux de Frédéric François et à ceux de la génération de chercheurs qu’ils ont inspirés : « L’enfant n’apprend pas la langue dans les grammaires […] il s’approprie les formes en contexte, il les saisit dans leur dynamique et les remet à son tour en mouvement » (A. Morgenstern, L’enfant dans la langue, p. 9). Il est possible de décrire, l’auteur en fait la preuve, à l’aide d’une terminologie rigoureuse et à grain fin, des énoncés produits par des apprenants, mais cela signifie-t-il que cette savante économie des opérations abstraites au service de la description a un corollaire dans les modalités de l’acquisition ? Pour être des usagers de la langue, les enfants en sont-ils des grammairiens ? « […] les travaux les plus détaillés, les plus scientifiques, les plus rigoureux ne perceront sans doute jamais totalement le mystère de l’appropriation du langage chez le jeune enfant », écrit A. Morgenstern (ibid., p. 217).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Calistri, « Jean Rémond, Les Fils d’Ariane ou le don des langues. Essai sur l’acquisition de sa langue native par l’enfant », Lidil [En ligne], 62 | 2020, mis en ligne le 03 novembre 2020, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lidil/8062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lidil.8062

Haut de page

Auteur

Carole Calistri

LINE, Université-ESPE de Nice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search