Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Notes de lectureÉric Gilbert (dir.), Perception, ...

Notes de lecture

Éric Gilbert (dir.), Perception, perceptibilité et objet perçu : approches inter-langues, revue Syntaxe & Sémantique, no 20

Presses universitaires de Caen, 2019, 193 p.
Rémi Digonnet
Référence(s) :

Éric Gilbert (dir.), Perception, perceptibilité et objet perçu : approches inter-langues, revue Syntaxe & Sémantique, no 20, Presses universitaires de Caen, 2019, 193 p.

Texte intégral

1Le recueil intitulé Perception, perceptibilité et objet perçu : approches inter-langues, sous la direction d’Éric Gilbert, a vocation à explorer le domaine de la perception dans une perspective linguistique. Sa double originalité tient d’une part à sa perspective foncièrement contrastive et d’autre part à son angle d’approche centré sur l’objet perçu, autrement nommé le percept. Deux grandes catégories linguistiques fondent en effet le domaine de la perception : l’une orientée vers le sujet percevant, l’autre dirigée vers l’objet perçu. La mise en relief du sujet percevant nourrit les verbes de perception, qu’ils soient agentifs ou expérientiels, volontaires ou involontaires. La prééminence de l’objet perçu, trop fréquemment réduite aux copules perceptives, offre pourtant un large éventail linguistique, tant syntaxique que sémantique, qui se décline en copules sensorielles, verbes de perceptibilité ou verbes sensoriels.

2Les deux premières contributions dressent une typologie du percept sensoriel, qu’il apparaisse sous la forme verbale ou nominale.

3Åke Viberg concentre son étude sur les verbes de perception orientés vers l’objet perçu en suédois. À partir d’un corpus contrastif et traductologique (anglais, allemand, français, finnois), elle distingue trois catégories de verbes : les copules sensorielles (sound), les verbes de perceptibilité (be audible) et les verbes sensoriels (crack). L’analyse contrastive des copules sensorielles à charge modale ou évidentielle, visuelle se ut (sembler + vision) et auditive låta (sembler + audition) révèle une typologie variable : l’anglais, l’allemand et le finnois trouvent facilement des équivalents tandis que le français recourt souvent à des formes non marquées.

4Pierre Larrivée et Marine Ortega interrogent la désignation hyperonymique des différents sens. Après une première identification lexicologique de celles‑ci — odeur, goût, toucher, son et vision —, une analyse quantitative à partir de bases de données de français vernaculaire affiche une hétérogénéité d’usage entre les différents sens. Contrairement aux modalités tactiles et visuelles, la perception olfactive recourt quasiment toujours à l’hyperonyme odeur, dont les constructions permettent de caractériser la source de perception, le jugement hédonique ou encore l’intensité de celle‑ci.

5Les quatre contributions suivantes traitent plus précisément des verbes de perceptibilité et tentent d’en saisir les caractéristiques propres à chaque langue.

6Maria Hellerstedt et Rea Peltola investissent le chemin de l’audible grâce à une analyse de la structuration dynamique des verbes de perceptibilité auditive suédois (höras) et finnois (kuulua). L’étude d’un double corpus affiche un même mode de fonctionnement : un focus sur un sujet inanimé qui réfère au stimulus et l’absence d’un expérient car implicite. En revanche, si höras s’accommode davantage avec l’expression d’une localisation statique liée à l’évènement perceptif, kuulua ancre la perception dans son étape initiale associée à l’expression du point de départ.

7Véronique Lenepveu s’intéresse à la forme impersonnelle il est visible que et tente d’en distinguer les traces épistémiques ou évidentielles. Marque d’une intersubjectivité, ce métaprédicat engage initialement un fort degré de certitude dans l’échelle de la modalité épistémique. Si aux xviie et xviiie siècles, c’est le caractère nécessaire qui prime, à partir du xixe on observe un fléchissement de la valeur modale au profit de la valeur évidentielle, témoignage d’un jugement fondé sur des indices comme l’illustre son adverbe visiblement.

8Renata Enghels interroge la variabilité de la construction infinitive pronominale émanant d’une perception sensorielle en espagnol (Se oye sonar las campanas). Disqualifiant les approches traditionnelles de cette variabilité formelle, elle atteste la présence d’un accord ad sensum (accord qui privilégie la signification du sujet au détriment de sa forme grammaticale), en fonction du type de perception exprimé. Une perception visuelle, davantage objectale, privilégierait des accords pluriels tandis qu’une perception auditive, davantage évènementielle engagerait des accords singuliers.

9Loin des réceptions perceptive et cognitive du verbe voir, Jacques François et Raja Gmir questionnent l’acception relationnelle de voir dans l’expression A n’a rien à voir avec B. La comparaison avec une expression similaire antérieure A n’a rien à faire avec B démontre une différence d’usage : le sens agentif de faire suggère un sujet animé, le sens expérientiel de voir génère un sujet non animé. La réversibilité de la relation expérient / scène perçue engendrée par voir stipule alors que les deux espaces A et B sont mutuellement inaccessibles pour tout observateur, privilégiant ainsi une démarche perceptive-cognitive.

10Les deux dernières contributions de l’ouvrage œuvrent à une meilleure compréhension de la structure copulaire, véritable cheville ouvrière pour la définition du percept.

11Dans une approche empirique fondée sur la théorie des opérations énonciatives, Éric Gilbert dresse un inventaire des structures possibles pour les verbes d’apparence anglais seem, look et appear. Si tous trois suggèrent une identifiabilité à une représentation, ils diffèrent selon leur capacité à produire un contenu propositionnel (seem et appear) ou non (look), leur représentation, qualitative (seem) ou quantitative (appear et look), le point de vue situationnel adopté : énonciatif (seem), locutoire (appear) ou évènementiel (look).

12Dans une perspective essentiellement descriptive, Thierry Ruchot tente d’établir une classification des prédicats de perception « orientés à partir du phénomène » (p. 171) en russe. À partir de critères de classification tels que le rôle des arguments, les propriétés du phénomène, les types de situations perceptives, les types de percepteurs, les modalités perceptives ou encore les types actionnels, plusieurs catégories de prédicats s’échelonnent sur un continuum, de l’apparition pure aux emplois copulaires via une qualification du phénomène en termes de propriété ou d’apparence.

13Outre l’approche inter-langue attestée (anglais, espagnol, français, allemand, finnois, suédois, russe), c’est également le recours à diverses méthodologies contrastives et divers corpus qui fait la force de ce recueil, à la fois compréhensible et dense pour qui s’intéresse au domaine de la perception en linguistique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Digonnet, « Éric Gilbert (dir.), Perception, perceptibilité et objet perçu : approches inter-langues, revue Syntaxe & Sémantique, no 20 »Lidil [En ligne], 64 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lidil/9443 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lidil.9443

Haut de page

Auteur

Rémi Digonnet

ECLLA, Université de Saint‑Étienne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo UGA Éditions
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search