Navigation – Plan du site

AccueilNuméros spéciaux12Théorie grammaticale et adaptatio...

Théorie grammaticale et adaptation pédagogique : le traitement des temps du passé dans la Grammaire Françoise / French Grammar de Claude Mauger (1653)

Nathalie Fournier
p. 86-95

Texte intégral

1Toutes les grammaires du XVIIe siècle, y compris celle qui a l'ambition théorique la plus haute, la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, affichent des préoccupations pédagogiques et tous les grammairiens sont peu ou prou des praticiens, qui destinent leur ouvrage à un double public : français désireux de perfectionner leur pratique de leur langue maternelle ou étrangers désireux d'apprendre le français. Ainsi Maupas destine-t-il sa Grammaire et syntaxe françoise (1607) « A tous seigneurs et gentils-hommes d'autre langue & païs » ainsi qu'aux « studieux amateurs de nostre langue » (Epistre) ; et Chiflet son Essay d'une parfaite grammaire de la langue françoise (1659) à deux sortes de lecteurs : « les uns qui sçavent desja la Langue, & n'ont besoin que de s'y perfectionner : les autres qui en veulent apprendre les Principes, tels que sont les étrangers » (Préface, p. a3). Dans le cours des ouvrages, c'est d’ailleurs souvent en référence aux difficultés rencontrées par les étrangers que sont signalés les faits de langue les plus délicats à maîtriser et à exposer, et, parmi ceux-ci, l'usage des temps de nos verbes et notamment des prétérits (Maupas, p. 135, Oudin, p. 183, Chiflet, p. 87).

  • 1 De Mauger lui-même, on sait peu de chose, si ce n'est qu'il commence sa carrière de maître de langu (...)

2Les préoccupations pédagogiques, si elles sont donc le fait de toutes les grammaires de l’âge classique, sont particulièrement prégnantes dans les grammaires du français destinées aux étrangers, qui constituent un champ didactique très vivace au cours des XVIe et XVIIe siècles. Parmi la vaste production de ces grammaires de français langue étrangère, on retiendra la Grammaire Françoise ou French Grammar de Claude Mauger, parue pour la première fois à Londres en 1653 sous le titre anglais The true Advancement of the French tongue, rééditée et augmentée tout au long du XVIIe siècle et que nous examinerons dans sa 11e édition de 16841. Dans cet ouvrage à destination des Anglais, Mauger va se heurter aux problèmes rencontrés par les autres grammairiens : problème de choix du dispositif pédagogique (dialogue ou exposé assertif), problèmes de métalangue et de terminologie, problèmes des données théoriques et du corpus illustratif (exemples, dialogues grammaticaux), et enfin problème d'adaptation aux difficultés propres au public visé. Dans le cas d’un public anglophone, ces difficultés tiennent tout particulièrement à l’usage des temps du passé, comme le soulignait déjà Palsgrave (1530) et comme Mauger a pu sans doute en faire l’expérience lui-même.

3C’est donc la façon dont Mauger traite les prétérits que l’on examinera dans cette contribution et comment le souci d’en faciliter l'apprentissage dans la langue cible oriente la méthode et la présentation des contenus.

4Nous procéderons en deux temps : nous ferons d’abord le point sur la problématique des temps et les données théoriques dont Mauger pouvait disposer au moment où il a élaboré sa grammaire, avant d’examiner quels choix, paradigmatiques, terminologiques, théoriques, sont les siens et de mettre ces choix à l’épreuve pratique des dialogues grammaticaux qui accompagnent l’ouvrage.

1. La problématique des temps dans la première moitié du XVIIe siècle

5Cette rapide mise au point abordera la constitution du paradigme de l’indicatif et sa terminologie, puis l’analyse de la valeur des temps du passé.

1. 1. La constitution du paradigme de l’indicatif

  • 2 Les premières grammaires françaises héritent du système des temps de la grammaire latine, qui recon (...)
  • 3 Chez Buffier, le paradigme de l’indicatif est le suivant : cinq temps simples, j’ai, j’avois, j’eus (...)

6Cette constitution ne va pas de soi et l’indicatif met plus d'un siècle à se dégager du strict héritage latin2, pour aboutir au paradigme proposé par Buffier en 1709, paradigme de dix temps, cinq simples et cinq composés, qui intègre le futur antérieur (jusque là dans le conjonctif) et les deux formes, simple et composée, du conditionnel (jusque là dans l'optatif), et qui est le paradigme moderne3.

7Au cours du XVIIe siècle, les problèmes portent sur les temps suivants (le cas du passé composé est réglé depuis longtemps) :

  • 4 La grammaire française hérite des modes du latin (eux-mêmes repris de la tradition grecque), et not (...)

8  a) le futur antérieur, considéré comme un temps de la dépendance syntaxique (en subordonnée) et à ce titre rattaché au conjonctif (ou subjonctif), du moins tant que ce mode reste distinct de l'optatif (c'est-à-dire jusqu'à Irson et Chiflet)4 ; c'est dans la GGR que le futur antérieur sera rattaché à l’indicatif au titre de « temps composé dans le sens », et chez Régnier-Desmarais il y est de plein droit au titre de « futur composé » (p. 356).

  • 5 Chez Régnier-Desmarais, j’aimerois et j’aurois aimé sont encore rattachés au Mode Subjonctif, ou Co (...)

9  b) les deux conditionnels, simple et composé, qui sont rattachés à l'optatif, comme second imparfait (j'aimasse et j'aimerois équivalant à amarem) et second plus que parfait (j'eusse aimé et j'aurois aimé équivalant à amavissem) ; ce n'est que chez Buffier que le conditionnel se rattache à l'indicatif au titre d'« incertain »5.

  • 6 Meigret (1550) intègre dans l'indicatif le second plus que parfait (j’us eymé) et le tiers plus que (...)

10  c) les redoublés (passé antérieur et passé surcomposé), qui sont irrégulièrement relevés et presque toujours rattachés à l'indicatif6.

11La terminologiepose elle-même problème, car elle est à la fois hétérogène : temporelle (présent, prétérit, futur), aspectuelle (imparfait/parfait), morphologique(simple/composé), sémantique (défini/indéfini), et mal stabilisée pour certains tiroirs, notamment les parfaits, comme on peut le voir dans le tableau comparatif suivant :

-

Maupas

Oudin

Chiflet

J'aime

présent

présent

présent

J'aimois

imparfait

imparfait

imparfait

J'aimay

1. prét. parf. simple défini

parfaict simple, ou definy

preterit defini

J'ay aimé

2. prét. parf. composé indéfini

parfaict composé, ou indefiny

preterit indefiny

J'avois aimé

plus que parfait

plus que parfaict

plus que parfait

J'aimeray

futur

futur

futur

1. 2. L'analyse des valeurs et des emplois des tiroirs du passé

  • 7 Maupas consacre cependant un long développement à l'imparfait, dont l’emploi est une source de diff (...)

12Pour les premières grammaires du français, qui se coulent dans le modèle latin, ce n'est pas le présent, le futur, ni même l'imparfait qui posent problème, car, selon Maupas, ils « ont mesme sens & usage qu'entre les Latins & Grecs » (p. 135)7 ; la difficulté se trouve donc concentrée sur les deux parfaits, je fis et j'ai fait, sur leur différence d'avec l'imparfait et sur leur concurrence par rapport à la seule forme de parfait latin feci.

  • 8 Meigret, que suivra Robert Estienne, dit de l’imparfait « qu’il ne nous dénote pas un accomplisseme (...)

13L'opposition des deux parfaits à l’imparfait est une opposition aspectuelle, anciennement repérée8 et clairement énoncée par Maupas : les parfaits marquent « une action finie, achevee ou parfaite » et l’imparfait « une bien commencee mais non encor finie ou parfaite » (p. 135 v°).

  • 9 Meigret distingue les deux prétérits parfaits en ces termes : le premier (je vis) « dénote l’action (...)
  • 10 La GGR renversera cette opposition : pour Arnauld et Lancelot, c’est le passé composé qui est le pr (...)

14L'opposition entre les deux parfaits est plus difficile à cerner, ce qui explique sans doute qu'elle se durcisse, surtout à partir de Oudin, sur l'opposition distributionnelle et référentielle, réductrice mais facile à mémoriser : je fis hier / j'ai fait aujourd'hui, opposition sur laquelle se greffera la règle académique des 24 heures. C'est chez Maupas que l'on trouve, dès 1607, l'analyse la plus aiguë de la valeur des deux temps. Reprenant à ses prédécesseurs l’opposition sémantique en termes de détermination temporelle9, qui fonde l’opposition terminologique défini / indéfini10, il l’élucide par deux propriétés :

  • une propriété d'ordre sémantique et énonciatif : les deux temps s’opposent par leur mode de référence temporelle au passé, le passé simple implique une période de référence conçue comme un intervalle fermé et qui exclut le moment de la parole, le passé composé implique une période de référence, conçue comme un intervalle ouvert à droite et qui inclut le moment de la parole ;

  • une propriété d’ordre distributionnel, qui découle de la première et qui s'exprime en termes de préfixion au propos : le passé simple requiert une détermination temporelle co-textuelle qui détermine le temps du tout passé (p. 137 v°) dans lequel s’inscrit le procès, tandis que le passé composé n’en requiert pas, puisqu’il réfère à un temps en flux (ibid ) au moment de la parole :

Les Definis, inferent tous-jours un temps pieçà passé, & si bien accompli qu'il n'en reste aucune partie à passer. Et à cette cause requiérent une prefixion & prenotation de temps auquel la chose dont on parle soit advenue, & c'est la raison pourquoy je les appelle Definis.

Les indefinis signifient bien un acte du tout fait & passé, mais le temps non encore si esloingné qu'il n'en reste encor quelque portion à passer. Ou s'il est du tout passé & fini, il n'y a point eu de prefixion au propos, point de nomination de temps. Et c'est pour ce regard que je les appelle Indefinis. (p. 137-137 v°),

  • 11 Pour Régnier-Desmarais, en employant le prétérit défini (= le passé composé), « celuy qui parle, ma (...)
  • 12 Voir N. Fournier (1998 : chap. 18).

15La suite de l'analyse de Maupas spécifie le type de détermination co-textuelle associée à chaque tiroir, en relation aux mots qui expriment les parties du temps (siècle, an, mois, semaine, jour, etc) : sont corrélés au passé simple, les dates et les compléments en le N, et au passé composé, les compléments en ce N ou mon N. Il relève également les cas où passé simple et passé composé peuvent commuter, lorsqu'ils sont corrélés à des compléments temporels qui marquent le passé sans référer à ces parties du temps. L'analyse de Maupas est donc une analyse sémantico-énonciative, qui permet d’expliquer les corrélations hier, la semaine passée, le mois dernier + passé simple, qui paraissent anormales à un locuteur moderne du fait de la détermination temporelle déictique ; elle reste valide dans son principe pour toute la langue classique et sera reprise par Régnier-Desmarais11, même si on peut constater une extension d'emploi du passé composé avec un repérage déictique, comme en témoignent les exemples de Chiflet : Hier j'ay bien soupé : & aujourd'huy j'ay mal disné (p. 86)12.

2. Les choix de Mauger dans la Grammaire françoise / French Grammar

16C'est à partir de ces données, paradigmatiques, terminologiques, théoriques, que Mauger va élaborer sa grammaire. Certes on ne sait pas quelles sont ses sources grammaticales, il ne s'en explique pas lui-même, mais il a manifestement lu Palsgrave (la constitution des paradigmes le prouve) et très certainement la récente tradition grammaticale française (ce que montrent le détail des analyses et le choix des corrélations contextuelles). Le problème qui se pose à lui est celui qui se posait à Palsgrave, c'est-à-dire l'adaptation pédagogique de ces données à un public anglophone. Si le souci de clarté pédagogique n'est pas toujours sensible dans le détail des analyses qui sont dispersées et parfois confuses, elle apparaît dans le très net allègement théorique et dans le souci de mise en place par les exemples de corrélations contextuelles typiques.

2. 1. Paradigmes et terminologie

  • 13 La présentation en tableau n'est pas celle de Mauger, qui donne des listes suivies dans The Grounds(...)

17Mauger opte pour l’allégement des paradigmes du verbe, d’une part pour les modes, qu'il réduit à quatre (indicatif, impératif, optatif, infinitif), se démarquant de Palsgrave (qui en reconnaît sept) et tranchant sur les débats contemporains autour de la distinction optatif/conjonctif, par la réduction des deux modes au seul optatif dans lequel il intègre les conditionnels et le futur antérieur. Allègement aussi pour le paradigme des temps de l'indicatif, réduit aux six temps canoniques comme chez Palsgrave et dont il exclut les redoublés. L'adaptation pédagogique au public est également évidente dans les paradigmes bilingues, dont le principe est hérité de Palsgrave, mais qui sont ici complets, puisque Mauger déroule l'ensemble des formes françaises et anglaises qui se correspondent ; ainsi pour parler, régulier de la première conjugaison (p.87-88)13 :

 Indicatif

Présent

Je parle

I speak

Imparfait

Jeparlois

      did speak

Definy

Jeparlay

I spoke

Indefiny

J'aiparlé

I have spoken

Plusque parfait

J'avois parlé

I had spoken

Futur

Je parleray

I shall speak

  • 14 La terminologie dans The Grounds diffère peu de celle des tableaux de conjugaison : présent, prétér (...)

18La terminologie de Mauger, telle qu'on peut la voir ici, est également marquée par un allègement sensible par rapport à la terminologie complexe de la tradition française. Il faut cependant noter qu'elle n'est pas homogène dans l’ensemble de son ouvrage : si elle est légère dans la grammaire pour les Anglais (bilingue ou en anglais), en revanche dans la Nouvelle grammaire angloise, rédigée en français à l'usage des Français, elle se cale sur la tradition française, qui est celle des apprenants14.

2. 2. Valeur et usage des temps du passé

  • 15 « Pour savoir quand les Français utilisent les temps prétérits de leur mode indicatif. / L’emploi d (...)

19Si pour les grammairiens du français, ce qui fait difficulté c’est la comparaison du français au latin et la concurrence des deux parfaits, pour les grammairiens du français langue étrangère, c’est la comparaison des vernaculaires entre eux, et dans le cas du français et de l’anglais, la distinction entre l'imparfait et le parfait défini. Ce problème était déjà largement commenté par Palsgrave, pour lequel l'emploi des prétérits parfait et plus que parfait du français ne posait aucune difficulté aux anglais, du fait de la correspondance affichée entre les formes composées (j'ai parlé/ I have spoken, j'avais parlé/I had spoken), à la différence de la distinction des deux autres prétérits15.

  • 16 « Les Anglois confondent l'Imparfait avec le premier Preterit parfait és Verbes auxiliaires » (Maug (...)

20Pour lever cette difficulté dont il est conscient16, Mauger a recours à deux moyens :

  • 17 Mauger n’adopte pas cette solution pour les verbes auxiliaires : il dit que « the first Preterit, J (...)

21  a) Dans la constitution des paradigmes bilingues, il force une correspondance terme à terme entre le système anglais (à trois prétérits) et le système français (à quatre prétérits) en traduisant l'imparfait par une forme auxiliée spécifique, I did speak, correspondant à je parlois. Cette solution morphologique, reprise de Palsgrave, qui permet d’harmoniser les paradigmes français et anglais, est un pur artifice, la forme I did speak n’ayant qu’un statut métalinguistique et n’étant jamais employée ni dans les exemples anglais, ni dans les dialogues17.

  • 18 Palsgrave explicitait cette opposition en disant qu’avec l’imparfait les actions sont vues « in doy (...)

22  b) Dans l'analyse de la valeur des temps, Mauger reprend à Palsgrave18 mais aussi aux grammairiens français le principe d'une opposition aspectuelle entre l'imparfait et les parfaits, mais les effets de la réduction pédagogique de cette théorie aspectuelle se révèlent néfastes dans le discours Des Parties d'Oraison, la notion aspectuelle d'action imparfaite devenant une « action interrompue » :

Combien de temps avez vous dans vôtre Indicatif ? - Six. […] 
Qui est le second? - Je parlois, I did speak.
Comment s'appelle-t-il ?- Il s'appelleImparfait.
Pourquoy Imparfait? - Parce que l'action est interrompue. Par Exemple ; Je parlois quand il m'a fait taire. For Example, I did speak when he did bid to hold my tongue. (p. 56)

  • 19 Cette valeur de base se trouve chez Maupas, qui rattache l'ensemble des emplois de l’imparfait à sa (...)

23Mauger revient plus longuement sur l'imparfait dans The Grounds of the French tongue, avec un développement qui énumère avec désordre mais non sans finesse les différents emplois possibles de l'imparfait, en privilégiant leur opposition au passé simple. Il relève ainsi successivement : l'imparfait d'itération, d'imminence contrariée, de concordance (en subordonnée après un passé simple), l'imparfait en corrélation temporelle, l'imparfait de propriété (avec être), l’imparfait d’habitude et l'imparfait hypothétique derrière si. Ce qui frappe à la lecture de ce développement, c’est, d’une part, son caractère disjoint et peu théorique : les valeurs sont énumérées et dispersées, sans souci d'un rattachement à une valeur de base19, d’autre part son caractère très référentialiste (parler d’une action brève, d’une personne morte), enfin, et c’est là qu’est son intérêt, l'importance attachée aux corrélations co-textuelles et aux exemples, notamment à ceux qui permettent un contraste avec le passé simple :

   Of the Preterit Imperfect Tense.
   We use it when we mean an action reiterated by an habit that is done several times ; as for Example, when the King was at
Oxford, I had the honour there to teach several persons of Quality every other day. Quand le Roy étoit à Oxford j'avois l'honneur d'y enseigner plusieurs personnes de Qualité trois fois la semaine. By thre times a week, the action is reiterated.
   But, if we speak but of one time, when we use the first Preterit J'eu, explained in English by I had, as well as J'avois ; as for Example, Quand j'étois à Blois j'eus une fois l'honneur d'y voir le Roy. When I was at Blois I had once the honour to see the King there.
   We use, thirdly, the Imperfect, when an action meets with an impediment ; as for Example, J'avois dessein d'aller à Paris, mais mes affaires ne me le permettent pas ; I had a design to go to Paris, but my affairs do not permit it me.
   Fourthly, when we have been witness of some action ; as for Example
, J'étois à Paris quand le Roy Louis treize mourut ; I was at Paris when King Lewis the thirteenth died   Fifthly, when after a short action follows que, or qui ; as for Example, Il me dit hier qu'il avoit envie de vous servir ; He told me yesterday that he had a mind to serve you.
   Sixthly, when, quand follows ; J'étois à Londres quand Maastric fut pris ; I was at London when Mastrich was taken.
   Seventhly, when we speak of the good or bad qualities of dead Creatures, both reasonable or irreasonable ; as, for Example, Henry le Grand étoit fort heureux : Henry the Grant was very fortunate.
   
Néron étoit cruel ; Nero was cruel.
   Bucephal étoit bien furieux : Bucephal was very furious.
   C'étoit un bon arbre ; It was a good tree.
   Eightly, if we speak of the age or a dead body ; as for Example, Henry le Grand étoit âgé de 54 ans quand il mourut. Henry the Great was 54. years old when he died.
   Ninthly, if we speak ot the inconstancy of some body ; as, Cet homme changeoit tous les jours de dessein ; This man did alter every day his design.
   Tenthly, though the Particle si be not received in the first Imperfect of the Optative Mood, it is admitted in the Imperfect of the Indicative Mood ; as for Example, Si la vertu reignoit, le vice seroit abatu ; If vertue should reign, vice would go down. (p. 173-174)

24Pour ce qui est de la distinction des deux prétérits parfaits, Mauger nourrit sensiblement le travail de Palsgrave et recueille les fruits de la réflexion grammaticale française. Si dans les Parties d'Oraison, l'approche reste sommaire et se limite à l'opposition canonique Je parlay hier à lui /vs/ J'ay parlé à luy, assorti d'un commentaire peu explicite sur la détermination temporelle :

   Qui est le troisiéme Tems [de l'indicatif] ?- C'est le Parfait Definy.
   Qu'entendez vous par Parfait Definy ?- C'est un tems qui est parfaitement passé, & exprimé. Par Exemple, Je parlay hier à luy ; le tems est parfaitement passé, & exprimé par le mot d'hier. For Example, I spoke yesterday with him ; the time is perfectly past, and expressed by the word Yesterday.
   Qui est le quatriéme Tems ? - C'est le Preterit Indefiny ; c'est à dire le passé qui n'est pas determiné.
   Par Exemple, quand je dis, J'ay parlé à luy, je ne dis pas quand. For Example, when I say, I have spoken to him, I do not say when. (Grounds, p. 56-57)

l'analyse est reprise et développée dans The Grounds ; ici plus trace évidemment des considérations théoriques de Maupas sur la détermination temporelle et la période de référence du procès, jugées très certainement trop ardues pour l'élève, mais une succession de valeurs disjointes, que l'on peut résumer ainsi : pour le passé simple, détermination par une date objective, valeur narrative, expression d'une action brève, référence à une personne morte ; pour le passé composé, non détermination temporelle ou détermination par aujourd'hui, depuis que P, et par un GN démonstratif (c’est un ajout du Tyrocinium, p. 363), référence à une personne en vie. L'approche référentialiste est à nouveau sensible avec l'opposition passé lointain /vs/ passé proche, personnes mortes /vs/ personnes vivantes, mais on constate que Mauger cherche surtout à fixer des corrélations typiques, à l'aide d'exemples contrastifs :

   Of the Preterit Definite.
   We use it if we express the time when an action was done; as
Le Roy de France prit Bourdeaux le 16 de Septembre, 1650. The King of France took Bourdeaux the 16th. of September, in the year 1650.
   Secondly, if we tell a Story, or a Tale, if it be meant of a short action, we use it ; as, Alexandre le Grand rangea sous l'obeissance de son Pere toutes les Provinces revoltées ; Alexander the Great put again under the obedience of his Father all the revolted Provinces [Sic].   Thirdly, if it be meant of a short action of a dead body ; as for Example, Louis 13. prit la Rochelle ; Lewis the 13th. took Rochelle.

   Of the Preterit<in> Definite
   We use this Tense if we do not express the time, if we speak of some body alive still ; as,
Le Marechal de Turenne défit plusieurs fois les Ennemis ; Marshal Turenne did beat several times the enemies. [ce paragraphe est incohérent]
   Secondly, if we express an action the same day that it is done ; as for Example, Je suis allé aujourd'huy à Londres ; I went to day to London.
   Thirdly, we use it before depuis ; as, Le Roy de France a toûjours êté heureux depuis qu'il a fait la guerre ; The King of France has been always fortunate since he made war. (Grounds, p. 173-175)

25Les pages que Mauger consacre aux temps du passé montrent donc qu'il est pleinement conscient des difficultés qu’entraîne pour un anglais la maîtrise des prétérits, qu'il a une appréhension large et fine de leurs différentes valeurs et de leurs oppositions ; elles montrent aussi ses choix pédagogiques : peu de théorie mais une approche pratique et surtout un souci de l'exemplification par des contextes typiques.

3. La théorie grammaticale à l'épreuve des dialogues

  • 20 Voir Colombat (1999 : 57-66), Chevalier (1968 : 404-408).

26Les dialogues grammaticaux, héritiers des colloquia des manuels latins, sont une des caractéristiques des grammaires pour étrangers20 ; ces dialogues bilingues proposent à l'élève des échantillons de conversation, qu'il peut apprendre par cœur pour intégrer par la pratique et la mémorisation à la fois le vocabulaire et les règles grammaticales (sans parler des pratiques sociales et des règles de civilité). Sous le titre de Dialogues François entre deux Amis / French Dialogues between two friends, Mauger propose, à la suite de The Grounds, deux livres de ces dialogues, le premier pour débutants, le second pour étudiants « dé-ja Avancez en la Langue Françoise » (p. 287), qui peuvent être utilisés pour l'emploi des temps, et notamment des temps du passé.

27Les dialogues de Mauger font peu travailler l’imparfait pour lui-même : on le trouve surtout en opposition avec le passé simple (le même prétérit anglais traduisant les deux temps) dans des énoncés de propriété (avec être et les statifs), qui exploitent sa valeur aspectuelle sécante. Fort curieusement, les autres valeurs données pourtant comme typiques de l’imparfait dans The Grounds ne sont que peu illustrées ; il n'y a qu'un seul dialogue (le dialogue XII de la première partie) qui fait travailler longuement l'imparfait en discours rapporté et en système hypothétique, sinon les exemples récurrents sont du type de ceux-ci :

   Quand partîtes vous de Paris ? When did you come away from Paris ?
   Il y a quinze jours. A fortnight ago.
   étoit le Roy ? Where was the King ?
   Il étoit à Versaille. He was at Versaille. (p. 233)
   Comment se porte Monsieur vôtre cousin ? […]
   Il se portoit bien hier au soir. He was well yersternight.(p. 205)
   Oüy, Monsieur ; my Lord, qui étoit alors en Italie, me fit l'honneur de m'apporter dans sa Felouque, depuis Legorne jusqu'à Gene. Yes, Sir ; my Lord, who was then in Italy, did me the honour to bring me in his Felouque from Legorn to Genoa. (p. 291)

  • 21 Present perfect et prétérit sont en concurrence pour traduire le passé composé français, ce qui inv (...)

28La distinction entre les deux parfaits est par contre très largement travaillée par les dialogues, au moyen de l’apprentissage systématique de corrélations co-textuelles contrastives au sein d’une même séquence : hier, le N + PS /vs/ aujourd'hui, ce N + PC Et surtout les dialogues font travailler les deux temps au sein d'une même séquence, avec l’appui d’une traduction contrastive qui n’est d’ailleurs pas régulière21 :

Avez vous veu Monsieur ? Have you seen Master ?
Je le vis hier. I saw him yersterday
Je le vis l'autre jour. I saw him the other day.
Je le vis la semaine passée. I saw him last week.[…]
Je l'ay veu aujourd'huy. I saw him today. (p. 206)
fûtes vous hier ? Where was you yesterday ?
Je fus à la Comedie. I was at a Play.[…]
avez vous êté ce matin ? Where have you been this Morning ?
J'ay êté à Londres. I have been at London.[…]
Avez-vous êté en France ? Have you been in France ?
Non, je n’y ay jamais êté. No, I was never there.(p. 217)

d’autre part, et c’est plus intéressant, parce qu’elle n’apparaît pas dans le corps de la grammaire, la valeur d'accompli de présent du passé composé, extrêmement nette dans ces échantillons de conversation (il y est traduit par un présent ou un present perfect) :

   Où est-il ? […] Il est sorti. He is gone out. (p. 206 )
   Madame vôtre mère est-elle vivante ? Is your Lady Mother living still ?
   Ma mere est morte. My mother is dead. (p. 199)
   Avez-vous déjeûné ? Pas encore. Have you eaten your breakfast ? Not yet. (p. 215)
   Quelles nouvelles y-a-t-il ? […] Je n'en sçay pas. I know none. Je n'ay pas leu la Gazette. I have not read the Gazette.(p. 207.)

ou sa valeur narrative d’aoriste de discours (il est alors traduit, comme le passé simple, par un prétérit) ; ainsi le dialogue II, 1, cité plus haut, se poursuit-il au passé composé, dès que les événements passés sont mis en relation avec le présent :

   Monsieur, parlant de Lion, vous me faites souvenir de vous demander comment vous plaît votre Voyage d'Italie ?
   Fort bien, Monsieur […]
   La Ville de Naple est elle grande ? […] Avez vous veu la Montagne qui brûle, qui en est tout proche ? Did you see the Burning Moutain that is near to it ?
   Oüy, Monsieur, je l'ay veuë. Yes, Sir, I saw it.[…]
   Que vous semble de Venise ? How do you like Venice ? Y avez vous esté au temps du Carnaval ? Were you there in the time of Carnaval ? […]
   Avez vous esté à Modene ? Were you at Modena ?
   Oüy Monsieur, j'ay fait tout le tour de l'Italie. Yes, Sir, I have travelled all over Italy. […]
(p. 289-290)

29On le voit, ces dialogues sont une mine d'exemples pour l'emploi des temps ; d'un point de vue didactique, ils compensent heureusement, par la pratique, le caractère réducteur de l’approche théorique et à ce titre, ils mériteraient d’être examinés plus à fond, et pour leur fonction métalinguistique dans le dispositif d’apprentissage d’une langue étrangère, et pour leur fonction linguistique, comme exemple d’un usage au plus près du parler ordinaire.

30La Grammaire françoise de Mauger mérite donc bien les qualités que Maupas revendiquait pour son propre ouvrage : grammaire industrieusement praticquée, fruit d’une assiduelle experience d’enseigner (Maupas, Epistre) ; certes c’est l’œuvre d’un praticien, plus soucieux de transmission pédagogique que d’approfondissement théorique, mais qui ne s’en montre pas moins pertinent dans son intégration des acquis de la réflexion linguistique de son temps.

31Son traitement des temps du passé mérite l’attention, du fait de l’approche contrastive français-anglais qui met en évidence les points difficiles du système français, à savoir la distinction de l’imparfait et des deux parfaits, et celle des deux parfaits entre eux. L’approche de Mauger, si elle est loin d’avoir la puissance théorique de celle de Maupas, intègre cependant avec une certaine aisance les notions mises en place par les grammairiens du français depuis Meigret : opposition aspectuelle entre imparfait et parfait, opposition sémantique entre déterminé et non déterminé, oppositions distributionnelles, l’essentiel étant de rendre ces oppositions accessibles et exemplaires au moyen d’un corpus illustratif bilingue éclairant, constitué des exemples et des dialogues.

Haut de page

Bibliographie

Grammaires françaises XVIe -XVIIe siècles

ARNAULD A. & LANCELOT C., 1830, Grammaire générale et raisonnée contenant les fondements de l'Art de parler, nouvelle édition avec les Remarques de Duclos, Paris, Auguste Delalain, Republications Paulet, Préface de Michel Foucault, Paris, 1969 [1e éd. 1660].

BUFFIER, C. (Père —), 1731, Grammaire françoise sur un plan nouveau, nouvelle édition, Paris, Marc Bordelet [1 e  éd. 1709].

CHIFLET, L. (Père —), 1659, Essay d'une parfaite Grammaire de la langue françoise, Anvers, J. van Meurs, Genève, Slatkine reprints, 1973.

ESTIENNE R., 1557, Traicté de la gramaire françoise, L'Olivier de Rob. Estienne, Genève, Slatkine reprints, 1972.

IRSON, C., 1656, Nouvelle Méthode pour apprendre facilement les principes et la Pureté de la Langue Françoise, Paris, chez l'Auteur & Gaspar Meturas, Microfiche Archives de la linguistique française, Paris, Hachette, 1971, n° 201.

MAUGER, C., 1684, Grammaire Françoise / French Grammar, 11e édition, Londres, Th. Harrison, Microfiche Archives de la linguistique française, Paris, France Expansion, 1971, n° 263 [1 e  éd. 1653].

MEIGRET, L., 1550, Le tretté de la grammere françoeze, Paris, Chrestien Wechel, éd. F.-J. Hausmann, 1980 Tübingen, Gunter Narr Verlag.

MAUPAS, Ch., 1618, Grammaire et syntaxe françoise, 2° édition, Orléans, Olivier Boynard & Jean Nyon, Genève, Slatkine reprints, 1973 [1e éd. 1607].

OUDIN, A., 1632, Grammaire françoise rapportee au langage du temps, Paris, Antoine de Sommaville, Genève, Slatkine reprints, 1972.

PALSGRAVE, J., 1530, Lesclaircissement de la langue françoyse, Londres, Richard Pynson et John Haukis, et Paris [sans mention d'éditeur], Genève, Slatkine reprints, 1972.

REGNIER-DESMARAIS, F.-S. (abbé —), 1706, Traité de la Grammaire françoise, Paris, Jean-Baptiste Coignard, Genève, Slatkine reprints, 1973 [1 e éd. 1705].

Bibliographie critique

AUROUX, S. (1994) La révolution technologique de la grammatisation, Bruxelles : Mardaga.

AUROUX, S. éd. (1992) Histoire des idées linguistiques, t.2 : Le développement de la grammaire occidentale, Bruxelles : Mardaga.

BOUTON, Ch. (1972) Les grammaires françaises de Claude Manger à l’usage des anglais (17e siècle), Paris : Klincksieck.

CHEVALIER, J.-C. (1968) Histoire de la syntaxe, naissance de la notion de complément dans la grammaire française, 1530-1750, Genève : Droz.

COLOMBAT, B. (1999) La grammaire latine en France à la Renaissance et l'âge classique. Théories et pédagogie, Grenoble: Ellug, Université Stendhal.

COLOMBAT, B. éd. (1998) Corpus représentatif des grammaires et des traditions linguistiques, tome 1, HEL, hors série n° 2.

DONZE, R., (1967), La grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, Berne : Francke.

FOURNIER, J.-M. (1991) « L‘émergence des catégories aspectuelles dans la grammaire générale de Port-Royal à Beauzée », HEL, tome 13, fasc. X, fasc. 2, 111-130.

FOURNIER, J.-M. (1998) « A propos des grammaires françaises des XVIIe et XVIIIe siècles ; le traitement des exemples et des parties du discours », HEL, tome XX, fasc. 2, 127-142.

FOURNIER, N. (1998) Grammaire du français classique, Paris : Belin.

GALET, Y. (1977) Les corrélations verbo-adverbiales, fonction du passé simple et du passé composé, et la théorie des niveaux d'énonciation dans la phrase française du XVIIe siècle, Atelier de reproduction des thèses, Université de Lille III, 2 tomes.

KIBEE, D. (1991) For to speke frenche trewely. The French Language in England, 1000-1600 : its status, description and instruction, Amsterdam / Philadelphia: Benjamins.

SWIGGERS, P. éd. (1984) Grammaire et méthode au XVIIe siècle, Leuven : Peeters.

Haut de page

Notes

1 De Mauger lui-même, on sait peu de chose, si ce n'est qu'il commence sa carrière de maître de langue à Blois vers 1640, avant de s'exiler à Londres autour de 1650 où il restera, mis à part un retour de quelques années à Paris dans les années 1680, jusqu’à sa mort vers la fin du siècle. C'est un spécialiste de l'enseignement du français aux étrangers, puisque outre sa grammaire à l'usage des Anglais, il publie une Grammaire françoise à l'usage des Flamands en 1687. Sa Grammaire françoise ou French Grammar, qui est un succès éditorial (26 rééditions jusqu’en 1754), se présente, dans la 11e édition de 1684, comme un ouvrage composite, comportant trois ouvrages distincts : (1) une grammaire française à l'usage des Anglais, en trois parties, qui juxtapose texte français et texte anglais, avec des exemples bilingues, et qui intègre une syntaxe en anglais, intitulée The Grounds of the french tongue, (2) une grammaire française, à l'usage des Anglais, en latin, intitulée Tyrocinium linguae gallicae, (3) une grammaire anglaise à l'usage des Français, intitulée Nouvelle grammaire angloise (voir la fiche 2308 dans B. Colombat (éd.), 1998).

2 Les premières grammaires françaises héritent du système des temps de la grammaire latine, qui reconnaît, pour l'indicatif et pour l'optatif, cinq temps : le présent, les trois prétérits, imparfait, parfait et plus que parfait, et le futur ; l'intégration dans ce cadre des temps propres au vernaculaire (temps composés et conditionnel) se fait par subdivision des temps fondamentaux ; le problème essentiel pour l'indicatif concerne le passé composé, intégré dès Palsgrave et Meigret au paradigme de l’indicatif (second prétérit parfait pour Meigret) ; voir Donzé (1967 : 119-121).

3 Chez Buffier, le paradigme de l’indicatif est le suivant : cinq temps simples, j’ai, j’avois, j’eus, j’aurai, j’aurois, et cinq temps composés : j’ai eu, j’avois eu, j’eus eu, j’aurai eu, j’aurois eu (éd. de 1731, § 500-513).

4 La grammaire française hérite des modes du latin (eux-mêmes repris de la tradition grecque), et notamment de l’opposition optatif / conjonctif, qui ne repose sur aucune marque morphologique ; le conjonctif va ainsi osciller entre une définition minimale chez Maupas, qui réduit ses formes propres au seul futur antérieur, et une extension maximale chez Oudin qui lui fait couvrir toutes les formes d’indicatif et d’optatif possibles en subordonnée. Irson (1656) et Chiflet (1659) prennent le parti de réduire les deux modes à un seul, au subjonctif, « mode conditionné » chez Irson (p. 24), à l’optatif chez Chiflet (p. 62), qui prend explicitement acte de la non spécificité morphologique du conjonctif, dont les formes sont semblables à celles de l’optatif. La GGR prendra le même parti pour le français, argumentant du fait que les différences sémantiques définissant les modes doivent avoir une assise morphologique (II° partie, chap.13).

5 Chez Régnier-Desmarais, j’aimerois et j’aurois aimé sont encore rattachés au Mode Subjonctif, ou Conditionnel, au titre de futurs, simple et composé (p. 358, p. 394).

6 Meigret (1550) intègre dans l'indicatif le second plus que parfait (j’us eymé) et le tiers plus que parfait (j’ey u eymé), ce que reprend Maupas, avec d'autres étiquettes ; Oudin ne conserve que j'’eus aimé, ce que fera Régnier-Desmarais, et Chiflet supprime les deux redoublés. Quant à Irson, il rattache j’eus aimé au subjonctif, au titre de troisième plus que parfait, en subordonnée temporelle (Aussi-tôt que j’eus porté, p. 43).

7 Maupas consacre cependant un long développement à l'imparfait, dont l’emploi est une source de difficultés pour les étrangers (p.135-137).

8 Meigret, que suivra Robert Estienne, dit de l’imparfait « qu’il ne nous dénote pas un accomplissement ni perfection d’une action ou passion passée : mais tant seulement avoir été encommencée. » (éd. Hausmann, p. 69).

9 Meigret distingue les deux prétérits parfaits en ces termes : le premier (je vis) « dénote l’action ou passion un peu plus parfaite [que le prétérit imparfait] : duquel toutefois le temps n’est pas bien déterminé : de sorte qu’il dépend de quelque autre : comme je vis le Roe lorsqu’il fut coroné […], [l’] autre prétérit parfait […] comme j’ey aimé Dieu ne requiert aucune suite qui lui soit nécessaire pour donner perfection de sens. » (1550, éd. Hausmann, p. 70) ; ce second prétérit parfait est « mieux déterminé que le premier » (ibid. p. 91).

10 La GGR renversera cette opposition : pour Arnauld et Lancelot, c’est le passé composé qui est le prétérit défini parce qu’il « marque la chose précisément faite » (la détermination temporelle s’entend au sens de proximité par rapport au moment de la parole : « la chose ne vient que d’être faite »), alors que le passé simple est le prétérit indéfini, parce qu’il « marque [la chose] indéterminément faite » (II, 15, p. 75). Régnier-Desmarais conservera la terminologie de Port-Royal, en l’argumentant contextuellement : le passé simple ne peut s’appeler défini, puisque ce qui le définit, c’est le terme temporel qui l’accompagne et qui « marque le temps où la chose dont on parle s’est passée » ; le passé simple, qui nécessite une détermination temporelle, est donc par lui-même indéfini (p. 554).

11 Pour Régnier-Desmarais, en employant le prétérit défini (= le passé composé), « celuy qui parle, marque un temps dans lequel il est encore renfermé » (p. 355).

12 Voir N. Fournier (1998 : chap. 18).

13 La présentation en tableau n'est pas celle de Mauger, qui donne des listes suivies dans The Grounds et n'adopte le tableau que dans la Nouvelle grammaire angloise (p. 397-398).

14 La terminologie dans The Grounds diffère peu de celle des tableaux de conjugaison : présent, prétérit imparfait, prétérit défini, prétérit <in>défini, prétérit plusque parfait, futur (p. 175-176). Dans la Nouvelle grammaire angloise, Mauger renoue par contre avec la tradition française : Present, Preterit imparfait, premier Preterit parfait qu’on nomme Definy, Second Parfait Indefiny, Prétérit Plusque parfait, Futur (voir la conjugaison de to dance, p. 396-397)

15 « Pour savoir quand les Français utilisent les temps prétérits de leur mode indicatif. / L’emploi de leur prétérit parfait et prétérit plusqueparfait n’est pour nous d’aucune difficulté, car, de même que dans notre langue nous composons [circumlocute] ces deux temps avec les personnes de I have et I had et nos participes prétérits, ainsi les Français composent-ils les mêmes temps avec les personnes de je ay et je avoye, et leurs participes […] mais de savoir quand ils utilisent leurs deux autres temps prétérits, ceci est pour nous quelque chose de plus difficile (Of the Verbe, f. CXXII – traduction N. Fournier).

16 « Les Anglois confondent l'Imparfait avec le premier Preterit parfait és Verbes auxiliaires » (Mauger, p. 392).

17 Mauger n’adopte pas cette solution pour les verbes auxiliaires : il dit que « the first Preterit, J'eu, [is ] explained in English by I had, as well as J'avois ». (Grounds, p. 173), et il fait correspondre la forme I had aux deux formes françaises j'eus et j'avois.

18 Palsgrave explicitait cette opposition en disant qu’avec l’imparfait les actions sont vues « in doynge, in contynuance » et avec le prétérit défini comme « done and overpassed »(Of the Verbe, f. CXXI v°- CXXIII).

19 Cette valeur de base se trouve chez Maupas, qui rattache l'ensemble des emplois de l’imparfait à sa valeur aspectuelle.

20 Voir Colombat (1999 : 57-66), Chevalier (1968 : 404-408).

21 Present perfect et prétérit sont en concurrence pour traduire le passé composé français, ce qui invite à s’interroger sur le statut (linguistique ou métalinguistique ?) de la correspondance affichée dans les paradigmes : j’ai parlé / I have spoken. En fait il semble que le present perfect traduit les passés composés à valeur d’accompli de présent et le prétérit les passés composés à valeur d’aoriste de discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Fournier, « Théorie grammaticale et adaptation pédagogique : le traitement des temps du passé dans la Grammaire Françoise / French Grammar de Claude Mauger (1653) »Linx, 12 | 2002, 86-95.

Référence électronique

Nathalie Fournier, « Théorie grammaticale et adaptation pédagogique : le traitement des temps du passé dans la Grammaire Françoise / French Grammar de Claude Mauger (1653) »Linx [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 10 octobre 2012, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/linx/1284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/linx.1284

Haut de page

Auteur

Nathalie Fournier

Université Lumière - Lyon 2 & Laboratoire LATTICE (UMR 8094)

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search