Navigation – Plan du site

L’histoire d’un truc

L’histoire d’un truc
Dominique Ducard
p. 17-38

Résumé

Notre texte a son point de départ dans l’évocation par Claudine Normand d’un « événement décisif » dans ce qui fut le choix de se tourner vers la linguistique, une déclaration de son professeur de philosophie : « Vous, vous avez trouvé le truc ! ». Longtemps après, lors d’un échange avec un philosophe, survint, comme en écho, la réponse revendicative d’une linguiste confirmée : « Ça c’est mon truc ». Nous examinons dans le détail les deux énoncés pour rendre compte de leur formation et de leur interprétation. Nous procédons pour cela avec un mixte de métalangage naturel (glose et commentaire) et de notions métalinguistiques issues de la théorie des opérations prédicatives et énonciatives (Culioli), étayé aussi par d’autres études et la lexicographie et en recourant à la base de données textuelles Frantext. Cet examen nous conduit, au-delà des explications sur les emplois du mot truc et le champ morphosémantique dont il est un représentant, à éclairer l’indétermination du sens et l’activité des interprètes dans l’assignation des valeurs. Nous avons aussi voulu illustrer par l’exemple la passion ordinaire d’une linguiste qui disait : « C’est la langue qui m’intéresse, dans la complexité de ses formes, la variabilité de son déploiement en paroles et l’inattendu de ses effets de sens. »1.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Association Convergences en Sciences du Langage, Paris.

1J’avais organisé en 2003 une journée d’étude Conscil2 intitulée « L’intérêt de la psychanalyse pour les sciences du langage », reprenant ainsi le titre, dans la traduction française, d’une section de l’article de Freud sur « L’intérêt de la psychanalyse » (Freud, 1913) : « L’intérêt de la psychanalyse pour la science du langage ». L’amitié et une familiarité commune avec la psychanalyse m’avaient naturellement conduit à solliciter Claudine Normand, arguant de ce qu’elle disait devoir à son expérience de la cure analytique dans sa façon d’aborder les faits de la langue ordinaire. Elle avait terminé sa communication, publiée depuis (Normand, 2006), par l’évocation d’un « événement décisif » dans ce qui fut le choix de se tourner vers la linguistique, un « choc de parole » reçu à l’âge de vingt ans :

L’histoire est brève : j’étais en khâgne ; mon professeur de philosophie (que je vénérais) me rendait un devoir, peu de temps avant le concours : note plutôt bonne. Elle me dit : « Vous, vous avez trouvé le truc ! » J’entends cela et je traduis, immédiatement : « Vous n’êtes pas philosophe ! » Par la suite j’ai trouvé ce souvenir étrange, à cause de « truc », un peu brutal, sinon vulgaire, mais c’est ce que j’ai entendu ou cru entendre, ce qui s’est inscrit en tout cas. Il se trouve qu’à l’époque j’étais tentée par les études de philosophie et que j’hésitais ; immédiatement je décide, sans déchirement sensible : donc pas de philosophie ! Et j’ai fait de la grammaire. (Normand, 2006 : 117-118)

2L’anecdote avait été racontée, peu avant la journée d’étude, à un philosophe qui s’étonnait que Claudine Normand n’eût pas fait d’études de philosophie. Elle s’est alors « entendue dire » : « Mais ce que j’écris maintenant, ça c’est mon truc ! » (ibid. : 119) Elle interprète alors après-coup ce qu’elle pense avoir compris, sur le coup, de l’effet produit par la parole du professeur, sans qu’elle ait pu alors se le dire consciemment, à savoir la relation entre truc et truquer, qui lui a fait percevoir dans l’interpellation, « un reproche d’imposture » :

Il me paraît clair aujourd’hui que ces paroles ont cheminé, silencieusement mais efficacement, pendant toutes ces années où j’ai cherché ce qui pourrait être mon truc et non pas le truc, une écriture qui ne soit pas truquée.

Ça c’est mon truc : boucle d’identification, prédicat définissant mon être propre et non pas le truc, complément d’objet très ordinaire de trouver, commutable avec procédé, méthode, chemin, voie, etc., solution qui est à la portée de tout un chacun. Il est clair qu’on pourrait faire un article sur cette différence, à la fois grammaticale et énonciative, qui suffit à donner un sens très différent aux deux énoncés. Je l’écrirai peut-être.

  • 3 Communication personnelle.

3Il ne s’agira pas ici de prétendre faire, à la façon de Claudine Normand – c’est son « truc » à elle – l’article qu’elle n’a pas fait. Mais je répondrai à son « invitation à la linguistique », telle que formulée dans le sous-titre de son ouvrage, en hommage au talent qu’elle y déploie, grâce à la « troisième oreille » qu’elle dit avoir développée dans l’expérience de la psychanalyse, et au charme des analyses qu’elle y développe, ayant aussi en tête cette remarque d’Antoine Culioli sur ces études de « linguistique douce », comme elle les qualifie : « Mais pourquoi ne va-t-elle pas plus loin ? »3, laissant percevoir ainsi son insatisfaction et son exigence scientifique. Nous examinerons donc les deux énoncés que rapporte Claudine Normand, pour rendre compte de leur formation et de leur interprétation, en essayant d’aller aussi loin que possible dans la « différence, à la fois grammaticale et énonciative » signalée. Nous procéderons pour cela avec un mixte de métalangage naturel (glose et commentaire) et de notions métalinguistiques issues de la théorie de l’énonciation, étayé aussi par d’autres études et la lexicographie.

Vous, vous avez trouvé le truc

(…) avez trouvé (…)

  • 4 Portail lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, en ligne : http://www.cnr (...)

4Nous pouvons négliger, dans cet énoncé, les variations possibles de la personne grammaticale du sujet, qui peut coïncider avec l’énonciateur ou le co-énonciateur (je/tu, nous/vous), ou référer à un tiers (il(s)/elle(s)). La relation prédicative est construite avec le prédicat verbal trouver, spontanément associé, dans l’interprétation des locuteurs à son corrélat chercher, comme dans les descriptions lexicographiques suivantes4 :

5(a) découvrir quelque chose ou quelqu’un que l’on cherchait,

6(b) découvrir quelque chose ou quelqu’un que l’on ne cherchait pas,

trouver du pétrole, des idées, un travail, un trésor, l’assassin, du réconfort, un mari, une femme, un homme, Dieu,…,

7(c) avec des spécifications relatives à l’intention ou à la situation :

8(c)-1découvrir quelque chose par un effort de l'esprit ou de la volonté,

trouver une explication, une solution, une réponse, la vérité, le mot juste, la force de,…

9(c)-2 découvrir quelque chose, quelqu'un sous tel aspect, dans telle situation,

trouver amusant, déplaisant, des défauts à, en bonne santé, fatigué(e)), sur le sol, à redire…

10Dans tous les cas il s’agit de ce qui vient à l’existence, dans un espace matériel ou mental, par conation (du sujet vers l’objet) ou par apparition (de l’objet vers le sujet), avec un accès au « trouvable ». Le complément de rang zéro dans la relation à deux places (le sujet grammatical) n’est pas interprétable comme un agent, source du procès. Impossible de répondre je trouve à la question que fais-tu ? pour celui qui cherche pour trouver. Il peut tout au plus dire qu’il essaie ou s’efforce de trouver. Le fameux et bon mot de Picasso : « Je ne cherche pas, je trouve » ne fait que confirmer la règle, de par son incongruité.

11Et celui ou celle qui cherche s’exclamera avec bonheur ça y est j’ai trouvé, marquant l’atteinte du but du procès dont il ou elle était l’agent, avec un franchissement de la limite entre deux états (à-trouver / trouvé). Il n’est toutefois pas impossible de poser la question est-ce que tu trouves ce que tu cherches ?, et d’avoir en réponse oui, je trouve des choses intéressantes, ici et là, pour indiquer un procès en cours ponctué de trouvailles, et il est aussi possible, dans certaines situations et pour certains processus de découverte, d’être sur le point de trouver, avec un pas encore, un presque ou un sur le point de d’approche ou d’approximation, ou encore de se dire loin d’avoir trouvé.

  • 5 Définition de « trouvable » du dictionnaire en ligne du CNTRL : http://www.cnrtl.fr/definition/trou (...)
  • 6 C’est moins évident dans le dernier énoncé, qu’il n’est pas impossible de paraphraser par à cette h (...)

12La dernière définition lexicographique nous indique deux types de localisation, mental (découvrir sous tel aspect) ou spatio-temporel (découvrir dans telle situation), le trouvable étant ce « qui peut être découvert, conçu ou rencontré »5. Ainsi je suis allé voir X, je l’ai trouvé en bonne santé peut être paraphrasé par quand je suis allé voir X, il était en bonne santé ou quand je suis allé voir X, il m’a semblé être en bonne santé. La double interprétation peut se comprendre selon l’intrication des mises en relation dans la prédication : [trouver [X-être en bonne santé]] ou [[trouver-en bonne santé] X]. Un complément de localisation spatiale ou temporelle permet, pour certains prédicats adjectivaux, de lever l’ambiguïté : je l’ai trouvé endormi et je l’ai trouvé endormi sur le canapé ou à cette heure-ci, je vais le trouver endormi.6

  • 7 Les traductions de matsa sont diverses : trouver, recueillir, rencontrer, survenir, retenir, surpre (...)

13Tout est affaire de détermination, selon le contexte : comment l’as-tu trouvé ? ou bien où l’as-tu trouvé (endormi) ? Tout dépend aussi du type de prédicat de qualification qui complète le complément de rang 1 et qui est décrit par la grammaire comme un attribut de celui-ci (j’ai trouvé X, X était endormi), et des interprétations possibles de ce prédicat (endormi : plongé dans le sommeil, qui dort ; apathique, qui manque de vivacité ou d’intensité ou qui a perdu sa force ; mort ; qui stagne). La localisation est présente pour certaines formes pronominales, comme elle l’est dans des emplois transitifs : on trouvait de tout à La Samaritaine, à côté de cette plante se trouve en montagne, la citation se trouve dans Balzac, la voie de la sagesse se trouve en chaque être, le bonheur ne se trouve pas si facilement… Le quelque chose à-trouver est quelque part. La séquence pronominale il se trouve que est exemplaire de l’existence qui est ainsi posée, comme avec il y a. Faisons remarquer que l’existence se dit, dans plusieurs langues, par des locutions en rapport avec le prédicat « trouver » : es befindet sich en allemand, comme en français il se trouve que (il y a que) ou si ça se trouve, et signalons matsa en hébreu, qui signifie acquérir, parvenir à quelque chose, trouver (forme active) et exister, au sens de « être trouvable » (forme passive).7

  • 8 Faisons remarquer que le verbe trouver est employé trois fois, avec des valeurs différentes, dans l (...)

Limitons-nous à ces quelques remarques sur le prédicat trouver8, qui mérite une étude plus fouillée, en retenant l’aboutissement qu’il signifie dans la déclaration vous avez trouvé le truc, au terme d’un cheminement, interprétable comme une errance ou un tâtonnement, dans le cours d’un apprentissage, pour nous interroger sur le mot truc, qui a déclenché la réaction de l’apprentie philosophe. Mais pas avant d’avoir reconnu dans le vous détaché (vous, vous avez…), que l’on suppose appuyé par la prosodie, un pointage et une opération de distinction, à l’écart des autres, qui n’ont pas encore trouvé ou ne trouveront jamais le truc en question, faisant de l’interpellée une ingénieuse ou une chanceuse.

(…) le truc

  • 9 Nous prendrons nos exemples dans la base textuelle FRANTEXT, qui contient 4746 références de textes (...)

14C’est l’association, non consciente, avec ses dérivés truquer, truqueur (-euse), truquage, qui a produit son effet, entraînant le truc en question du côté de la tromperie, de la triche, de la contrefaçon ou de l’illusion, d’après les emplois attestés à la fin du XVIIIe siècle et depuis le XIXe siècle, notamment au théâtre puis au cinéma, défini à ses débuts comme un art de la réalité et de l’illusion par le truc (Méliès), le mot truquage (trucage) désignant l’ensemble des trucs.9

On assiste alors comme spectateur, et même comme collaborateur, à la comédie de l'amour. On voit de près les trucs, les machines, les changements à vue, toute cette mise en scène éblouissante à distance et si simple de près. Dumas Fils Alexandre, L'Ami des femmes, 1869, p. 65.

(…) la neige tombe sur elle pendant qu'elle chante... et quand elle a fini de chanter, la neige continue à tomber, vous verrez... ils ont trouvé un très-joli truc pour la neige. Henri Meilhac et Ludovic Halévy, La Boule, 1875, p. 72

15La citation suivante de Jules Vernes, écrivain des machineries, souligne métalinguistiquement le mot entré dans l’usage et entériné :

Cependant, si Orfanik avait matériellement expliqué ces divers phénomènes, ou plutôt ces « trucs », pour employer le mot consacré, ce qu'il ne s'expliquait pas, c'était pourquoi le baron de Gortz, avant l'explosion, n'avait pas eu le temps de s'enfuir. Jules Verne, Le Château des Carpathes, 1892, p. 224

16De la tricherie dans le jeu et du meneur de jeu on passe aisément à l’art du trucage et au truqueur du cinéma, et de la falsification, dans l’emploi de procédés qui trompent, au factice de la technique qui déjoue le sens de la perception, et, plus généralement, à tout travestissement de la vérité des faits, qui sont truqués et qui n’apparaissent sous leur vrai jour, celui de leur déformation, résultat d’une action de trucage, qu’à celui qui ne se laisse pas abuser.

Vous en êtes encore là à la fin du XXe siècle ? Légende, mon cher, affabulation ! Trucage des faits, des sources, cascade d'erreurs sur les textes, invention, mythologie, fantasmagorie ! Philippe Sollers, Le Secret, 1993, p. 194

17Ainsi le prédicat « truquer » implique un agent qualifié, un instrument, un objet, et désigne un procès téléonomique valué selon une norme de référence (fait, réalité, vérité). La représentation de l’agent, alors amalgamé au procès qui le caractérise, par un ça dépréciatif ou familier, est rare mais possible.

  • 10 Aucune occurrence dans Frantext. L’exemple, extrait d’un roman de Serge Bramly, a été trouvé dans l (...)

Résultat ça n’en fait qu’à sa tête s’il n’y a pas de gendarme en vue, ça se gare n’importe où, ça truque sa feuille d’impôt, ça prône le chacun pour soi et ça ose critiquer les autres… Serge Bramly, Le premier principe, le second principe, 200810

18Le trucage emploie des moyens pour arriver à des fins, et ces moyens sont des trucs. On peut dire il y a du trucage (la notion est alors compacte, non dénombrable) en commentant une scène de film, aussi il y a un certain nombre de trucages (la notion est discrétisée), en se demandant quels peuvent bien être les procédés de trucage, mais on ne dira pas il y a du truc. Le mot truc n’est pas substituable au mot trucage quand la suffixation (-age) signifie, selon la phase aspectuelle du procès, « l’action de » et non « le résultat de » : on procède au trucage / *on procède au truc mais on constate qu’il y a un trucage ou qu’il y a un truc.

(…) dans un roman où l'histoire aura sans adultération aucune, sans le moindre trucage [truc] ni le plus petit arrangement. Claude Mauriac, La Marquise sortit à cinq heures, 1961, p. 279

Les deux se superposaient, se séparaient, on voyait double, on était quatre, perdus en plein trucage [*truc], en plein delirium. Bertrand Blier, Les Valseuses, 1972, p. 281

  • 11 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey dir., Paris, Dictionnaires Le (...)

19Entendre dans vous avez trouvé le truc que la connaissance et la pratique philosophiques, dont l’exercice de la dissertation est un représentant illustre, ont quelque chose à voir avec le trucage, ne permet pas d’assigner au professeur une intention de signifier la manœuvre dont la philosophie serait le théâtre. Si la découverte fait du truc un sésame, celui-ci tient plus du moyen habile, que la notion de manipulation rapproche de l’artifice, à ne pas prendre nécessairement pour une illusion ou un tour de magie. Mais on va facilement du « coup de main », au sens d’avoir le coup, à la manipulation trompeuse. Le dictionnaire historique du français11 nous apprend que le mot est emprunté à l’ancien provençal truc, dérivé d’un verbe trucar : « cogner, heurter contre », issu, par le latin populaire trudicare, du latin classique trudere : « pousser avec force, violence », et qu’il s’agit d’un mot indoeuropéen occidental à rapprocher du vieux slave trudu : « peine, souci (russe trud : labeur, besogne) », d’un verbe gotique signifiant « donner de la peine, du mal, du souci ». Que le truc frappe l’esprit ou résiste à la compréhension se retrouve dans des emplois et des situations courants : un drôle de truc !, il y a un truc que je ne pige pas

20L’attraction paronymique des mots dans cette citation de Victor Hugo nous met sur la piste d’un rapprochement sémantique.

Je suis vieux, vous êtes nouveau. Je connais les trucs, les trocs, les tries et les tracs. Je vas [sic] vous donner un conseil d'ami. Victor Hugo, Les Misérables, 1862 [1881], p. 442

  • 12 Le Robert, op. cit., art. troquer.
  • 13 Dictionnaire historique de l’orthographe française, Nina Catach dir., Paris, Larousse, 1995.

21Le nom masculin troc, qui a supplanté le déverbal féminin troque, dérivé de troquer, d’origine incertaine, est rapporté au latin médiéval trocare, à l’espagnol trocar (XIVe siècle) et à l’ancien provençal trucar (XVe siècle). « L’hypothèse la plus courante, nous dit le dictionnaire historique12, est celle d’une formation sur un radical expressif trokk- ‘frapper (dans les mains)’ d’après la manière de conclure un échange en se frappant dans la main ». Le dictionnaire historique de l’orthographe13 confirme une origine probablement onomatopéique, les consonnes t-k et tr-k évoquant un son sec ou brusque, et fait remonter le mot truc, de trucar : « cogner, battre », au même étymon. Le mot trac est lui aussi d’origine incertaine ; il pourrait être « un développement métaphorique de trac ‘fait d’être secoué’ » et un rapport avec tracas, tracasser est envisagé, soit l’impact et le souci du truc. Quant à trie – simple hypothèse qui sert notre propos, en cohérence avec le contexte – nous y voyons non pas le féminin de tri (du verbe trier), employé pour le tri des poissons au XVIIIe siècle, mais une variante graphique de tri, forme prise par le mot trick, de l’anglais (trick : truc, trucage, tour de prestidigitation), dans le vocabulaire du whist puis du bridge. Le sens premier de trick est celui de ruse, stratagème et le mot est lui-même un emprunt de l’ancien français trique, variante dialectale de triche, déverbal de trickier, trichier, devenu tricher.

22Ce qui nous reconduit à l’histoire sémantique de truc, désignant un coup d’adresse, une ruse (XIIe siècle) puis un stratagème (XVe siècle), avec la locution argotique faire le trucq. Le Robert nous signale une occurrence avec le sens propre de « coup, heurt » dans un texte du XVIe siècle, aussi, plus tardivement, pour désigner un jeu de billard. Il signifie par la suite (fin XVIIe siècle) un moyen adroit de se sortir d’une affaire embarrassante, et plus particulièrement, avec une valeur devenue usuelle, un savoir-faire dans une activité, une tâche (avoir le truc), et prend le sens de procédé d’illusion dans la machinerie théâtrale et la technique cinématographique.

23Pierre Guiraud, à la recherche de ce qu’il nomme des champs morphosémantiques, dont il essaie de montrer l’organisation en systèmes, s’est intéressé au champ onomatopéique de la racine T.K, avec les alternances TR.K et T.CH (Guiraud, 1962). A partir d’un inventaire d’environ 400 mots, répartis en 150 formes du français ancien et moderne, du provençal et divers dialectes, principalement wallon, normand et picard, il a dégagé une matrice dont le protosémantisme est celui de « frapper », sous les alternances tiquer, taquer, toquer : « donner un petit coup convulsif ». La variante TR.K de T.K permet d’intégrer à la matrice triquer (battre), traquer, troquer et truquer. T.K., combinaison d’une apico-dentale et d’une occlusive dorso-vélaire (plosion suivie d’un brusque retrait de la langue), apparaît comme la racine la plus caractéristique du « vaste champ des radicaux onomatopéiques exprimant un coup : T.K., CH.K., P. K., CR.K., H.K. » (op. cit : 122).

24Selon cette étude,

Truc appartient de toute évidence à notre famille ; c’est un argotisme d’origine vraisemblablement méridionale, car l’italien et le provençal ont une alternance truc de notre étymon avec le sens de « frapper, cogner », forme qu’a aussi connu l’ancien français. On sait que le truc désigne une « subtilité de métier » plus ou moins secrète et malhonnête et dont la nature varie avec chaque profession. (op. cit : 120)

25Guiraud fait remonter ce sens au protosémantisme coup « travail » : travailler c’est « en mettre un coup », « donner un coup », et le coup est le « tour de main du métier », « avoir le coup de main / de patte » c’est être habile. Il signale que coup désigne, dès le XIe siècle, « un tour subtil et adroit », que tac et estac signifient « finesse, habileté, ruse », tric-trac « crime, forfait », le provençal truc « secret, facilité de faire » et le français truc « manière d’agir, de voler », « secret, moyen caché d’exécuter un tour ». « Le truc est donc le métier et le coup de main du malfaiteur, du tricheur et du charlatan. » (ibid.) Et tricher, avec la forme normande triquier qui passe à l’anglais trick (ruse, subterfuge) et tricky (artificieux), avec aussi la forme de l’ancien provençal tric (tromperie) et celle du wallon trigauder (tricher au jeu), se présente comme une forme palatalisée de triquer, les deux associés au « coup de main » de l’escroc.

  • 14 On pourra se reporter au numéro de la revue Lexis, E-Journal in English Lexicology (Denis Jamet dir (...)
  • 15 « Son objet d’étude, dit celui-ci de la submorphémique, est le ‘submorphème’, vu sous tous ses aspe (...)
  • 16 « On sait qu’il s’agit d’associations récurrentes de formes et de sens dont le statut morphologique (...)

26Les travaux de Guiraud reçoivent aujourd’hui un nouvel éclairage au regard des études sur la submorphémique (lexicale ou grammaticale)14, présentée comme un « champ disciplinaire naissant – et donc encore controversé – qui se donne pour but d’identifier et d’étudier toute manifestation dans le lexique d’éléments plus petits que le morphème conçus comme jouant un rôle dans la construction du ‘sens’. » (Philips 2008 : 13)15, tout en s’inscrivant dans la longue histoire de la conception du langage et de son origine, via les débats sur la nature du signe linguistique, de Platon à Saussure. L’existence et la pertinence de submorphèmes, comme de phonosthèmes (les phonæsthemes de Firth, 1930)16 et d’idéophones, dont la première théorisation est attribuée à Bolinger (1950), touchent aux questions de l’iconicité et du symbolisme, dans la relation qu’entretient le langage, en tant qu’activité cognitivo-affective (Culioli), avec la corporéité et le monde naturel, dont relève le geste vocal lui-même.

  • 17 Retenons cette remarque de Didier Bottineau : « Thus, leaving aside the question of motivation, ide (...)

27A la fin du XIXe siècle – faisons l’hypothèse d’un rapport avec le secret, la dissimulation, le subterfuge ou la subtilité du « coup », sans négliger le caractère « frappant » de la forme matérielle du mot (en allemand Dingsbums est équivalent à Ding(s) : chose, truc, machin, bidule, et il est formé de Dings et de Bums : coup sourd, boum)17 – le mot truc devient aussi un désignateur de ce qui, chose ou personne, ne peut être nommé, par ignorance ou oubli, ou que l’énonciateur ne veut pas nommer, par dépréciation ou déconsidération ; il est parfois renforcé par bidule ou machin, autres pantonymes ou hyperonymes généraux, en composition ou à proximité dans une séquence, comme le truc bidule machin chose/chouette.

28Une seule occurrence de truc proche de bidule dans la base Frantext :

Alors Louisette, elle a quand même fini par le lui jeter son bidule à Doudou, mais elle a pas pu s'empêcher de beugler pendant qu'il ramassait son truc. Fanny Seguin, L'Arme à gauche, 1990, p. 39

2936 occurrences de truc accompagné de machin :

L'autre soir, j'ai dîné avec Lord Truc-Machin, le mari divorcé de Rosamond Lehmann. Tereska Torrès, Une Française libre : journal 1939-1945, 2000, p. 200

J'ai peur des livres qui commencent par des remerciements au directeur des archives départementales de la région de machin truc. Yves Navarre, Biographie, 1981, p. 227

« Mme De Saint-Chouette vient de donner une soirée très parisienne en son hôtel, ou le comte le truc du machin a convié quelques amis à se réunir pour un bridge », je rigole. Tout cela est très exact, les Saint-Chouette et les Trucmuche du Machin sont gens vivants et dépensants. Léon-Paul Fargue, Le Piéton de Paris, 1939, p. 175

Ils s'y mettent tous ! Pépito aime Pépée, Pépée aime Pépito, Machin raffole de Truc, Zizi adore Toto. René Fallet, Banlieue Sud-Est, 1947, p. 108

30Dans ces exemples truc et machin valent pour des appellations assimilées à des noms propres, auxquels ils se substituent : Lord Truc-Machin, le comte le truc du machin, avec une valeur référentielle générique, un élément quelconque dans la classe équivalent à tout autre élément : archives départementales de la région de machin truc (quelque région que ce soit, portant tel ou tel nom), ou avec la valeur d’un nom de nom propre : Machin raffole de Truc, un quelqu’un (porteur d’un nom) qui raffole d’un autre quelqu’un (porteur d’un nom), un dénommé Untel raffole d’un dénommé Untel. Mais dénommer ce quelqu’un du nom de machin, bidule ou truc, ou truc machin, machin chose, machin chouette, trucmuche – dont les emplois et les combinaisons seraient à expliquer –, c’est faire de ce quelqu’un un quelqu’un non quelconque.

31Truc est ainsi le nom de quelqu’un dont le nom d’identité est subtilisé dans une opération de dé-nomination (en anglais what’s-his/her-name, en espagnol no se quién). C’est aussi le nom de quelque chose, qui peut être indéterminé (valeur référentielle vague), identifiée dans une relation prédicative ou dont la valeur référentielle peut être inférée par le contexte :

Le gros homme aurait juré avoir vu passer une forme, entre les arbres... Toute proche. - J'ai vu passer un truc, souffla-t-il. - Quoi? - J'en sais rien, putain ! Caryl Férey, Mapuche, 2012, p. 399

Ce soir-là, j'ai pris de la drogue. Un truc que je n'avais jamais pris, de la colle. Ça provoque des hallucinations. Françoise Simonet et Mathieu Olivès, Marc Beltra : Roman autour d'une disparition, 2013, p. 25.

Celui du numérique est compact, plat, léger, automate parfait, image immédiate à l'écran. Plus de bidules et de trucs à tripoter, de posemètre à consulter. Plus d'iris mécanique, d'œilleton. Garat Anne-Marie, La Première fois, 2013, p. 40

32Le nom peut être déterminé par un complément, qui spécifie la valeur de truc, ou introduit une qualité différentielle. Avec un complément déterminatif en à, qui sert de repère qualitatif à truc et renvoie à une classe d’appartenance :

Allez Thomas, à table, on reprendra ce truc à la con quand on aura mangé. Marie Desplechin, Sans moi, 1998, p. 42

33(ce truc à la con = ce truc, un truc du genre à la con,…)

« Dans le fond c'était un truc à figurer dans le livre des records », elle a laissé échapper un jour. Fanny Seguin, L'Arme à gauche, 1990, p. 145

34(…un truc du genre à figurer…)

35Ou avec un complément en de qui définit le nom :

Duveyrier avait trouvé le truc de monter tous les jours ici, pour voir si des fuites ne se produisaient pas dans la toiture. Émile Zola, Pot-bouille, 1882, p. 264

36((le fait de) monter tous les jours est un truc / le truc de monter tous les jours / il avait trouvé un truc, le truc de monter tous les jours)

Au truc de rejeter les chenilles du « secondaire » j'étais devenu beaucoup moins habile. Je n'avais pas encore acquis le truc. J'en écrasais beaucoup de chenilles. Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 174.

37((le fait de) rejeter les chenilles du « secondaire » est un truc / le truc de rejeter les chenilles du « secondaire »)

Il a voulu me faire le truc du coussin ; mais je suis plus malin que lui. Je vais lui faire le truc de la dépêche. Marcel Achard, Voulez-vous jouer avec moâ ?, 1924, p. 31

38Truc est ici équivalent à coup (qui fait retour ici) : le coup du coussin, le coup de la dépêche, qui forment des locutions figées, dont la signification peut être questionnée : c’est quoi le truc (coup) du coussin ? Notons ici la série il m’a fait un sale truc / il m’a joué un sale (mauvais) tour / il m’a fait un sale coup.

Il me semblait que ce ne pût être qu'artificiellement, par un truc de mécanique, qu'on avait logé la voix de mon camarade sous ce gros vieillard quelconque. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. 20. Le Temps retrouvé, 1922, p. 941

39Ici le complément déterminatif définit de quel type de truc il est question, comme dans le suivant :

Ce n'est pas une question de prix. C'est un truc de gens qui ne veulent pas payer. Une ruse de marchands de tapis. Georges Duhamel, Chronique des Pasquier. 7. Cécile parmi nous, 1938, p. 28

40Dans tous ces syntagmes avec un complément en de, qui a une fonction d’identificateur (le truc de monter…) ou de localisateur (le truc de mécanique, le truc de gens…), nous retrouvons la signification de procédé, de moyen en propre (pour), une façon de faire, plus ou moins cachée dans une technique, où savoir faire (s’y prendre) c’est avoir le truc. La valeur instrumentale se double d’une valeur applicative.

Mais ce que j’écris maintenant, ça c’est mon truc 

Avoir un/le truc

41Dans la construction avoir + truc, truc est le plus souvent équivalent à quelque chose, comme le montre la chaîne anaphorique de l’exemple suivant :

Mais là, je crois que je vais m'arrêter après vous. J'ai un truc qui me trotte dans la tête. - Quelque chose que vous avez appris récemment ? - Oui... Un truc que j'ai appris deux minutes avant de vous voir lever la main. Mathieu Simonet, Françoise Olivès, Marc Beltra : Roman autour d'une disparition, 2013, p. 210

42Nous aurions plutôt, avec quelque chose : il y a quelque chose qui me trotte dans la tête – quelque chose que vous avez appris… - Oui, quelque chose que j’ai appris… Notons que la pluralisation est possible : j’ai des trucs… - Des choses… - Oui des trucs…

  • 18 Antoine Culioli, « A propos de quelque » dans Culioli 1999 : 49-58.

43A. Culioli précise que chose dans quelque chose, pour la classe des inanimés, comme un dans quelqu’un, pour la classe des humains, est le représentant d’une occurrence quelconque et qu’il faudrait parler d’une « certaine occurrence /quelconque/ dans une classe de valeurs non nulles »18, chose et un étant des représentants de valeurs positives : quelque chose, quelle que soit la chose ; quelqu’un, quelle que soit la personne. Mais la chose est localisée dans un rapport d’appartenance à une classe, ici elle est de celles « qui trottent dans la tête ».

44Le truc devient instrument quand une application lui est assignée et on peut alors lui substituer moyen, procédé, astuce.

(…) il regarde le sport à la télé, étendu sur le canapé, comme tous les grands sportifs. - Moi, le mien, c'est pareil, rigole Anaïs. Alors j'ai un truc : je le menace de partir toute la journée avec la télécommande après avoir branché le poste sur Disney Channel. Nicole de Buron «  Chéri, tu m'écoutes ? Alors répète ce que je viens de dire... », 1998, p. 148

45Truc est localisé par rapport au sujet de avoir et la relation prédicative <je-avoir-truc> est repérée par rapport à la situation (alors) qui est son domaine d’application.

46Dans la reprise et l’opération de fléchage et d’identification, le déterminant possessif localise truc par rapport à la personne représentée :

(…) un vieux machin de 1920, Irisation, un essai de polytonalité assez astucieux, qui est d'ailleurs tombé à plat... Rivière n'avait bien sûr jamais entendu mon truc... Claude Roy, La Traversée du Pont des Arts, 1979, p. 85

47Pas possible d’avoir Rivière n'avait bien sûr jamais entendu un truc..., qui perd l’identification de truc à son référent antécédent, mais Rivière n'avait bien sûr jamais entendu le truc... est acceptable.

  • 19 Les relations entre la catégorie du nombre et celle de déterminé est variable : « le pluriel est, d (...)

48Dans (…) avoir un truc le prédicat avoir est un localisateur qui met en relation le second terme avec le premier terme, qui est le repère de localisation. Le déterminant indéfini correspond à une opération d’extraction d’une occurrence de la notion « truc », située dans l’espace de référence construit dans l’énoncé. (…) avoir le truc résulte d’une opération de fléchage, d’identification avec une occurrence notionnelle préconstruite, ainsi dans notre histoire : il y a un truc en philosophie qui est le truc qu’il faut avoir (trouvé) pour savoir philosopher. Difficile d’avoir une pluralisation, avec la même interprétation : vous avez trouvé les trucs. Le pluriel discrétise, introduisant de la détermination en distinguant des occurrences multiples de la notion, alors que le singulier, par définition, singularise, tout en laissant de l’indéterminé, du moins ici19 : quel truc ? – et bien le truc quoi…

49Refusant que la philosophie soit une affaire de truc, dont la découverte assure l’entrée du domaine, Claudine Normand, affectée par le jugement du professeur, qui lui en reconnaît la possession, à son insu, s’est fait fort de se départir d’un truc de philosophe ou du truc de la philosophie, et s’est réjouie de pouvoir déclarer par la suite : « Mais ce que j’écris maintenant, ça c’est mon truc ».

(…) ça c’est mon truc

50Remarquons d’abord que le marqueur mais introduit un énoncé qui s’oppose implicitement à une première réponse, non formulée, à la question « Pourquoi n’avez-vous pas fait d’études de philosophie ? » : « La philosophie ce n’est pas mon truc, mais… », et ce qui est asserté à la suite apparaît à son interprète comme une réponse en écho à un autre énoncé, plus lointain : «  Vous, vous avez trouvé le truc. » Ainsi mais, qui indique un ajout (latin magis : plus) avec un changement de zone, renvoie à une opération de contre-orientation, avec l’exclusion de la philosophie hors du domaine centré sur le repère imaginaire du ‘truc’ (la philosophie n’est pas mon truc), auquel contrevient un domaine autre (mais j’ai un autre truc), dont l’intérieur est centré par l’identification de son repère (ce que j’écris maintenant). Sont aussi distinguées les deux relations prédicatives : ‘(…) avoir le truc’ et ‘(…) être mon truc’ et sont différenciés dans le même temps ‘le truc’ et ‘mon truc’, le déterminant modulant la valeur référentielle du mot ‘truc’.

51Prenons maintenant des exemples où le syntagme nominal complète le présentatif c’est :

(…) cette révolution infinitésimale est peut-être une impasse de fourmi, mais moi, voyez-vous, j'y tiens : c'est mon truc. Julia Kristeva, Les Samouraïs, 1990, p. 35

Je refuse, la cocaïne c’est pas mon truc, ça rend speed et moi je veux être stone. Denis Belloc, Képas, 1989, p. 91

C'est tout son « métier », cela, tout son procédé, tout son truc, mais c'est si puissant qu'on en crie, qu'on en pleure, qu'on en sanglote, qu'on en prend la fuite, en levant les bras ! Léon Bloy, La Femme pauvre, 1897, p. 146

52Dans le ça c’est mon truc de Claudine Normand, la relation entre l’anaphorique, qui reprend ce que j’écris maintenant, et ce qui suit le prédicat être est une relation d’identification, la détermination nominale par le possessif marquant l’appartenance, par appropriation personnelle : c’est mon truc (à moi). C’est joue un rôle de pointeur qui exhibe une valeur distinguée dans ce qu’elle a de personnel. L’attribut qui est ainsi assigné à la personne en propre devient un emblème identificatoire.

Arno, c'est vrai, je ne lui écrivis pas beaucoup. Ça n'a jamais été mon truc, les lettres. Jean-Claude Izzo, Chourmo, 1996, p. 87

Il parlait de son travail, puis avait balayé en une phrase « je suis toute seule dans l'histoire » par « ah oui c'est ton truc ça ». Christine Angot, Rendez-vous, 2006, p. 97

53Mais ça n’est-il que pronom anaphorique, doublant le c(e) de c’est ? La réplique conclusive à la question du philosophe a pour repère constitutif (ce sur quoi porte l’assertion) ce que j’écris maintenant, en référence à la situation énonciative (maintenant).

54Contrairement au premier exemple ci-dessus (Izzo), où le groupe final (les lettres) est une reprise dénominative de l’énoncé précédent (je ne lui écrivis pas beaucoup), nous pourrions plus difficilement avoir : (mais) ça c’est mon truc, ce que j’écris maintenant. Et le ça déplacé, comme dans le second exemple (Angot), serait plus ambigu : ce que j’écris maintenant, c’est mon truc ça. Une pause après truc et une intonation plus basse sur ça ferait pencher pour le pronom anaphorique, mais une autre intonation, montante et suspensive, accompagnée d’un levé de la tête, nous rapprocherait du ça « particule », selon Albert Henry :

Il est des cas où ça n’est ni interjection, ni adverbe, ni pronom, mais une véritable particule qui sert à souligner ce qui est dit, à opérer une mise en relief, purement intellectuelle, de l’idée exprimée ; en même temps, cette particule insiste sur le lien logique entre la phrase qu’elle introduit et ce qui précède. On pourrait dire que ça a, dans ce cas, la valeur de “je vous assure”. (Henry, 1977 : 83)

55Le linguiste donne l’exemple suivant, de l’écrivain Georges Duhamel, avec un premier ça « particule » et un second qui est une « interjection affective » : Dufrêne, ça… j’ai toujours été bien avec lui ; mais il ne faut pas quoi ! qu’il nous embête… ça ! Le premier est donné comme équivalent à alors ça, pour ça, le second est rapproché de ah ça ! et oh ça ! Le ça particule devient « particule renforçative », conjoint à oui ou à non : ça oui, ça non.

Nous pourrions ainsi avoir : « ce que j’écris maintenant alors ça c’est mon truc » ou « ce que j’écris maintenant ah ça c’est mon truc » ou encore « ce que j’écris maintenant ça oui c’est mon truc ». Et l’on perçoit bien la proximité entre « interjection affective » et « particule », celle-ci ne traduisant pas une complète « désaffectivation » de celle-là, comme le dit A.  Henry. De plus le « lien logique » signalé par A. Henry pour le ça « particule » est présent avec le pronom anaphorique et le présentatif, dans notre énoncé, qui procède d’une mise en relief. Et comme l’indique A. Culioli « l’opération dite d’emphase introduit une modulation sur la suite toute entière » qui produit « un repérage inter-énoncé » (Culioli, « A propos des énoncés exclamatifs », dans Culioli, 1999 : 118), comme avec « c’est ce que j’écris maintenant qui est mon truc », d’où « ce que j’écris maintenant c’est ça (cela/ce) qui est mon truc » et « ce que j’écris maintenant ça c’est mon truc », avec un détachement prosodique du ça qui réunit, rythmiquement et sémantiquement, les deux membres de l’énoncé. L’affect correspondant à l’engagement du sujet énonciateur dans ce qu’il dit se fait entendre dans le ça et la forme de l’énonciation.

56Non citerons encore ce que déclare A. Henry constatant les débordements d’une valeur de ça à une autre et, parfois, les superpositions, caractéristiques des flottements, frottements et glissements des formes en contact : « Le ça pronominal livre aussi combat à ses homonymes, interjection et particule. A l’occasion de ce télescopage, la puissance annexionniste de ça se manifeste. Il y en a un indice déjà bien significatif : le désarroi de l’usager et même du grammairien » (op. cit : 95-96).

Pour conclure

57La remarque d’A. Henry nous évoque deux réflexions. La première est de Wittgenstein, à propos de « la puissance annexionniste de ça », exemple de contamination d’un emploi sur un autre, quand le philosophe du langage se demande : « Mais l’usage du mot en son entier peut-il me venir à l’esprit quand je le comprends de cette façon ? » (Wittgenstein, 2004 : 92). C’est comme si un mot, dans un emploi et une signification particuliers, était entouré « d’une sorte de ‘halo’ d’emplois à peine suggérés » (op. cit. : 92), mais, ajoute-t-il, « si les choses se passent d’une façon telle que les emplois possibles d’un mot nous viennent à l’esprit en demi-teinte pendant que nous parlons ou écoutons – s’il en est effectivement ainsi – ce n’est que pour nous. Or nous nous faisons comprendre des autres, sans savoir s’ils vivent, eux aussi, ces expériences. » (op. cit. :257) Autrement dit, pour en revenir, à notre « truc », l’interprétation suggérée par l’emploi de l’expression dans « vous, vous avez trouvé le truc », de par les valeurs possibles du mot truc, n’engage que son interprète, aux deux bouts de la chaîne (émetteur et récepteur), avec, entre eux, le « halo » des significations et l’incertitude du sens, d’où l’ajustement inhérent à la co-énonciation et le malentendu, toujours possible.

58Dans sa réinterprétation linguistique et structurale de la notion polynésienne de mana – et de ses équivalents dans d’autres sociétés traditionnelles –, force active que Mauss place au cœur de la pensée magique, Lévi-Straus (1968) rapproche celle-ci de la notion de manitou chez les Algonkins, qui désigne tout ce qui n’a pas de nom ou n’est pas familier, aussi de mots analogues utilisés par les ethnies amazoniennes pour nommer ce qui est inconnu, fait peur ou émerveille.

  • 20 Remercions Jean-Jacques Franckel de nous avoir suggéré un rapprochement avec le « je ne sais quoi » (...)

Ces assimilations ne sont pas si extraordinaires ; avec plus de réserve sans doute, nous en pratiquons qui sont du même type, quand nous qualifions un objet inconnu ou dont l'usage s'explique mal, ou dont l'efficacité nous surprend, de truc ou de machin. Derrière machin, il y a machine, et, plus lointainement, l'idée de force ou de pouvoir. Quant à truc, les étymologistes le dérivent d'un terme médiéval qui signifie le coup heureux aux jeux d'adresse ou de hasard, c'est-à-dire un des sens précis qu'on donne au terme indonésien où certains voient l'origine du mot mana. Nous ne disons certes pas d'un objet qu'il a « du truc » ou « du machin », mais d’une personne, nous disons qu'elle a « quelque chose » et quand le slang américain attribue à une femme du « oomph », il n'est pas sûr, si l'on évoque l'atmosphère sacrée et tout imbue de tabous qui, en Amérique plus encore qu'ailleurs, imprègne la vie sexuelle, que nous soyons très éloignés du sens de mana. (Lévi-Strauss, 1968 : XXXIII) »20

  • 21 Trick est employé en anglais argotique pour désigner le client de la prostituée.
  • 22 Ce qui donnera son titre à un recueil publié en 1981 : Au jeu du désir (Paris, Seuil).

59Ce qui nous conduit, à propos de sexualité, à un emploi que nous n’avons pas encore signalé : le truc signifie, dans un registre argotique et vieilli selon le dictionnaire, la prostitution et faire le truc, c’est se prostituer21. Un freudien dirait que la sexualité est le truc des trucs et un lacanien en ferait un signifiant majeur du sujet de l’énonciation dans la chaîne du discours (là où ça parle), toujours truqué. Françoise Dolto exposait sa conception de l’inconscient dans une conférence à la Société de Philosophie en avril 1972 sous le titre « Au jeu du désir les dés sont pipés et les cartes truquées22 ». Le mana, comme le truc ou le machin, serait, selon Lévi-Strauss, cet index d’un « signifiant flottant », en attente de son signifié, caractéristique du système symbolique qu’est le langage fondé sur un rapport d’inadéquation entre les deux faces du signe, à laquelle supplée, dans certaines situations, ce symbole qui représente une « valeur indéterminée de signification, en elle-même vide de sens et donc susceptible de recevoir n'importe quel sens » (Lévi-Strauss, op. cit. : XXXIV). Le rapport entre le tour de magie, l’habileté ou l’astuce qu’est le truc et le quelque chose – le quelconque positif (individu ou qualité) ou sa valeur absolue (c’est quelque chose !) – dont il est le représentant sont ainsi expliqués par la logique du sens.

  • 23 Voir « D’une analyse à l’autre », op. cit., pp. 116-117.
  • 24 En référence à la conclusion de l’entretien d’Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave avec Antoine C (...)
  • 25 Voir Normand 2010 : 98.
  • 26 Culioli 2010 : 89-93.

60La seconde réflexion porte sur le « désarroi » du grammairien, en lien avec ce que raconte Claudine Normand de son parcours de linguiste, d’abord occupée à des questions épistémologiques et historiques et préoccupée par le métalangage, jusqu’à cet événement qualifié d’ « agression verbale »23, quand elle reçut une communication de colloque intitulée « Qui a peur de la langue ? » comme une interpellation directe et une mise en cause des linguistes qui, comme elle, se préserveraient du travail sur le concret de la langue en s’abritant derrière l’abstraction des théories : « J’ai entendu : ‘Tu n’es pas une (vraie, bonne) linguiste’. » C’est ainsi que « ‘Parler de’, dira-t-elle beaucoup plus tard, devait cesser d’être un obstacle à l’analyse de ce qu’est ‘parler’ » (2006 : 225) et qu’elle se livrera à sa « linguistique douce ». Elle pourra alors dire « C’est la langue qui m’intéresse, dans la complexité de ses formes, la variabilité de son déploiement en paroles et l’inattendu de ses effets de sens. » (op. cit. : 240). La peur se change alors en « inquiétude philosophique »24, avec le sens de la « quête dans le maquis toujours touffu des phénomènes »25, dont elle fait l’expérience en suivant, « entre irritation et illumination », le séminaire d’Antoine Culioli, découvert tardivement, alors qu’elle commençait à s’ « ennuyer en linguistique », et où elle retrouve « La joie de penser pour penser. » (ibid.) Le texte écrit par celui-ci pour un recueil réalisé en hommage à Claudine Normand, en 201026, se termine ainsi : « En résumé, pourquoi, quand on recherche une ‘linguistique douce’, déplacer les bornes et s’ouvrir à une terre inconnue qui, personnellement, m’émerveille par ce qu’elle nous fait découvrir, mais qui semble troubler et inquiéter tant de mes congénères ? » (ibid. : 97) Et il commence par ces mots, qui lui donnent poétiquement son titre : « Ce texte cherche à compenser la perte… ».

Haut de page

Bibliographie

Bottineau D., 2008, « The submorphemic conjecture in English: towards a distributed model of the cognitive dynamics of submorphemes », dans D. Philips (éd.), p. 19-42.

Culioli A., 1999, « A propos de quelque », Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 3, Paris, Ophrys, p. 49-58.

Culioli A., 1999, « A propos des énoncés exclamatifs », Pour une linguistique de l’énonciation, T. 3, Paris, Ophrys, p. 113-123.

Culioli, A., 1999 « Note sur ‘détermination’ et ‘quantification’ : définition des opérations d’extraction et de fléchage », Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 3, Paris, Ophrys, p. 37-48.

Culioli, A., 2010, « Ce texte cherche à compenser la perte… », dans A.-M. Houdebine-Gravaud (éd.), p. 89-93.

Dictionnaire historique de l’orthographe française, Nina Catach (éd.), Paris, Larousse, 1995.

Freud, S., 1984 [1913], « L’intérêt de la psychanalyse », Résultats, idées, problèmes I, 1890-1920, Paris, PUF, p. 187-213.

Grésillon, A. et Lebrave, J.-L., 2012, « Antoine Culioli –‘Toute théorie doit être modeste et inquiète’ », Genesis, 35, p. 147-155. [En ligne] : http://genesis.revues.org/1071. Consulté le 7 août 2016.

Guiraud, P., 1962, « Tric, trac, troc, truc, etc. Étude du champ morpho-sémantique de la racine T.K. », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, T. 57, Fascicule 1, Paris, Klincksieck, p. 103-125.

Henry, A., 1977, « Considérations sur la fortune de ça en français », Études de syntaxe expressive. Ancien français et français moderne, Éditions de l’Université de Bruxelles, p. 75-110.

Houdebine-Gravaud, A.-M. (éd.), 2010, Trésor de la langue ordinaire. Journée en hommage à Claudine Normand Cahiers de recherche, Ophrys.

Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey (éd.), Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992.

Philips, D. (éd.), 2008, Lexical Submophemics / La submorphémique lexicale, Lexis, E-Journal in English Lexicology (Denis Jamet dir.), 2, en ligne : http://screcherche.univ-lyon3.fr/lexis/

Lévi-Strauss, Cl., 1968, « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », dans Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, p. VII-LII.

Normand, Cl., 2006, « D’une analyse à l’autre », Allegro ma non troppo. Invitation à la linguistique, Paris, Ophrys, p. 113-120.

Normand, Cl., 2006, « D’une analyse à l’autre », Allegro ma non troppo. Invitation à la linguistique, Paris, Ophrys, p. 113-120.

Normand, Cl., 2006, « Une linguistique douce », Allegro ma non troppo. Invitation à la linguistique, Paris, Ophrys, p. 239-243.

Normand, Cl., 2010, « Réponse de Claudine Normand à Antoine Culioli », dans A.-M. Houdebine-Gravaud (éd.), p. 97-98.

Wittgenstein, L., 2004, Recherches philosophiques, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 « Une linguistique douce », Allegro ma non troppo. Invitation à la linguistique, Paris, Ophrys, 2006, p. 240.

2 Association Convergences en Sciences du Langage, Paris.

3 Communication personnelle.

4 Portail lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, en ligne : http://www.cnrtl.fr/definition/trouver.

5 Définition de « trouvable » du dictionnaire en ligne du CNTRL : http://www.cnrtl.fr/definition/trouver.

6 C’est moins évident dans le dernier énoncé, qu’il n’est pas impossible de paraphraser par à cette heure-ci il va me sembler endormi, signifiant qu’il y a des moments de la journée où certains états apparaissent au sujet sous un certain jour. L’aspect prospectif du procès (je vais) joue aussi un rôle.

7 Les traductions de matsa sont diverses : trouver, recueillir, rencontrer, survenir, retenir, surprendre, avoir, présenter, se procurer, éprouver, atteindre, arriver, être la proie, ..., dans le lexique de l’Ancien Testament hébreu : voir http://concordance.keo.in/strong_hebreu/strong-hebreu-4672.html.

8 Faisons remarquer que le verbe trouver est employé trois fois, avec des valeurs différentes, dans le passage : « ‘Vous, vous avez trouvé le truc !’ (…) Par la suite j’ai trouvé ce souvenir étrange (…) Il se trouve qu’à l’époque (…) ».

9 Nous prendrons nos exemples dans la base textuelle FRANTEXT, qui contient 4746 références de textes, du Xe au XXIe siècle, [en ligne] http://www.frantext.fr/.

10 Aucune occurrence dans Frantext. L’exemple, extrait d’un roman de Serge Bramly, a été trouvé dans les pages publiées sur le web par Google.

11 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey dir., Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992.

12 Le Robert, op. cit., art. troquer.

13 Dictionnaire historique de l’orthographe française, Nina Catach dir., Paris, Larousse, 1995.

14 On pourra se reporter au numéro de la revue Lexis, E-Journal in English Lexicology (Denis Jamet dir.), N°2, Lexical Submorphemics / La submorphémique lexicale, Denis Philips ed., 2008, en ligne : http://screcherche.univ-lyon3.fr/lexis/.

15 « Son objet d’étude, dit celui-ci de la submorphémique, est le ‘submorphème’, vu sous tous ses aspects : nature, structure, fonction, combinatoire, distribution, invariance et variabilité, liens avec le notionnel, la cognition, la motricité, le cratylisme, l’acquisition du langage, etc., que ce soit en synchronie, en diachronie ou en panchronie » (ibid.)

16 « On sait qu’il s’agit d’associations récurrentes de formes et de sens dont le statut morphologique n’est pas clairement établi » (op. cit: 15)

17 Retenons cette remarque de Didier Bottineau : « Thus, leaving aside the question of motivation, ideophonic elements should be understood as sensophonic classifiers. » (Bottineau 2008 : 27)

18 Antoine Culioli, « A propos de quelque » dans Culioli 1999 : 49-58.

19 Les relations entre la catégorie du nombre et celle de déterminé est variable : « le pluriel est, d’un côté, associé à la valeur du ‘déterminé’ : ainsi quand on pluralise, pour marquer la multiplicité, ce qui, on le comprendra très bien, n’est possible que pour des substantifs désignant des classes (collections) d’êtres physiquement distincts (…). Or le discret (c’est-à-dire le discontinu) apparaît souvent comme déterminé (lui-même le plus souvent associé à l’animé), à la différence du ‘massif’ non-individué (continu, dense) qui est, lui, associé au neutre et à l’indéterminé ; d’un autre côté, le pluriel a une valeur d’indétermination par rapport au singulier : que l’on pense à ‘il’ où la référence anaphorique implique une identification claire (Jean… il) et ‘ils’ qui peut référer vaguement à un groupe de gens (ils nous prennent tout) (…). » (Antoine Culioli, « Note sur ‘détermination’ et ‘quantification’ : définition des opérations d’extraction et de fléchage », dans Culioli 1999 : 42)

20 Remercions Jean-Jacques Franckel de nous avoir suggéré un rapprochement avec le « je ne sais quoi » de la chanson Madame Arthur, écrite par Paul de Kock vers 1850 et mise en musique par Yvette Guilbert, célèbre chanteuse de café-concert et amie de Freud, vers 1892. En voici le premier couplet : « Madame Arthur est une femme / Qui fit parler, parler, parler, parler d'elle longtemps / Sans journaux, sans rien, sans réclame / Elle eut une foule d'amants, / Chacun voulait être aimé d'elle, / Chacun la courtisait, pourquoi ?/ C'est que sans être vraiment belle, / Elle avait un je ne sais quoi ! » L’allusion sexuelle se précise au second couplet : « Mais par derrière sa tournure / Promettait un je ne sais quoi ! Madame Arthur avait donc un je ne sais quoi, quelque chose, un truc ».

21 Trick est employé en anglais argotique pour désigner le client de la prostituée.

22 Ce qui donnera son titre à un recueil publié en 1981 : Au jeu du désir (Paris, Seuil).

23 Voir « D’une analyse à l’autre », op. cit., pp. 116-117.

24 En référence à la conclusion de l’entretien d’Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave avec Antoine Culioli : « L’inquiétude philosophique. C’est ce que Locke appelait la philosophical uneasiness. Comme je le dis depuis longtemps : ‘Toute théorie doit être modeste et inquiète’. (…) moi, ça m’a accompagné toute ma vie. » (Grésillon et Lebrave, 2012 :152)

25 Voir Normand 2010 : 98.

26 Culioli 2010 : 89-93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Ducard, « L’histoire d’un truc », Linx, 74 | 2017, 17-38.

Référence électronique

Dominique Ducard, « L’histoire d’un truc », Linx [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/linx/1702 ; DOI : 10.4000/linx.1702

Haut de page

Auteur

Dominique Ducard

Université Paris-Est Créteil, Céditec (EA 3119)

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals