Navigation – Plan du site

Vouloir dire

Jean-Jacques Franckel
p. 39-66

Résumé

Cet article part d’une analyse des verbes vouloir et dire pour dégager ce qui dans l’expression vouloir dire relève d’une composition de ces deux verbes, y compris dans les trois types de cas où elle forme un bloc « figé » (où ni vouloir ni dire ne peuvent être remplacés par un autre verbe), tels que les illustrent les exemples 1) Il y a un moment où il faut savoir arrêter, j’veux dire ; 2) Le mot meek veut dire humble ; 3) La lune est brouillée, ça veut dire qu’il va pleuvoir. L’article montre que les deux verbes y font pleinement jouer leur identité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Claudine aimait les mots et le tournoiement de leurs multiples valeurs dont elle savait à merveille faire éclore poésie, fantaisie et mystère. Ils devenaient sous son regard des objets d’art dont elle traçait d'élégantes et fascinantes esquisses toujours savantes, conciliant profondeur et délicatesse. Son immense culture pétrissait en toute discrétion ses approches, ses analyses, ses pensées, sa façon d'être.

2Pour lui rendre hommage ici, j'ai choisi l'étude de deux mots, vouloir et dire, dans l'alliance puissante et singulière qui les combine dans vouloir dire. Il se trouve en effet que cette expression touche à plusieurs des intérêts essentiels de Claudine Normand : pour le sens et l'activité de langage qui le produit et le décrypte, pour le méta- et l'épilinguistique, pour l'effort à se faire comprendre, à dire autrement et mieux, pour le multiple des interprétations, des formulations et des reformulations, pour l'herméneutique, les reprises de l'expression qui se cherche, la psychanalyse, la perception de la force des signes visibles et invisibles.

  • 1 Je suis redevable à Rémi Camus de ses pénétrantes remarques sur une version précédente de cet artic (...)
  • 2 Nous soutiendrons ici que le « figement » par lequel on peut appréhender un emploi oral de j’veux d (...)

3L'approche de vouloir dire qui suit1 se fonde sur une tentative de caractérisation de l'un et l'autre verbe et sur l'hypothèse de degrés variables de compositionnalité entre ces deux verbes2. La démarche adoptée est susceptible de raviver en filigrane certaines des nombreuses discussions que j'ai eu la chance d'avoir avec elle au cours de nos multiples collaborations et rencontres amicales. Discussions souvent vives et majeures, de celles qui remettent en cause, ne laissent pas en repos, font cheminer et approfondir, et toujours se déploient dans le respect et l'affection.

1. Dire

1.1. Caractérisation générale

  • 3 Cette caractérisation et son explicitation reprennent celles données par Franckel (2015).

4Notre approche du verbe dire se fonde sur l’observation de la façon dont le sens s’élabore à partir de la diversité de ses emplois dans toute leur diversité et leur complexité, et non sur quelque schéma de communication établi a priori et hors la langue par lequel dire serait de quelque façon associé à la transmission de paroles d’un locuteur à un autre locuteur, conception au demeurant difficilement compatible avec des emplois tels que Ça te dit de venir faire un tour avec moi ? Ce nom me dit quelque chose ; Quelque chose me dit qu’il va venir ce soir ; Il est, disons, un peu décalé ; Non mais dis donc, ça va pas la tête ?! Notons que ces emplois n’ont pas d’équivalent immédiat dans de nombreuses langues, leur traduction passant par de tout autres verbes. Soulignons également que ces emplois du verbe dire ne sont en rien marginaux ou secondaires, ni du point de vue de leur fréquence d’emploi, ni du point de vue de la dynamique du fonctionnement qu’ils font apparaître. Le fait qu’une séquence très courante comme ça ne me dit rien puisse signifier d’un côté ça ne m’évoque rien, de l’autre ça ne me tente pas laisse entrevoir la complexité du fonctionnement de ce verbe3. Nous en proposons la caractérisation suivante :

Dire met en scène la production d’une forme verbale qui rend visible pour un sujet S une représentation non visible en elle-même.

5Cette caractérisation fait apparaître deux traits essentiels (le deuxième étant spécifique à ce verbe) : a) dire est une forme verbale qui marque la production de formes verbales ; b) ce qui est rendu visible est pris dans un rapport à l’invisible : le visible est partie d’un invisible dont il émerge de façon multiple et diverse, en conférant un statut à cet invisible. Ce qui est rendu visible est relatif à ce qui n’est pas visible pour un sujet, ou à un visible qui échappe et demeure de l’ordre de l’invisible.

6Nous explicitons et analysons les termes employés dans cette caractérisation à la fois minimaliste et source d'un raisonnement propre à dégager une organisation dans la diversité des valeurs de ce verbe, à commencer par les termes de forme et de visible.

1.1.1. Notion de forme

7La caractérisation proposée repose centralement sur la notion de forme. En simplifiant l’analyse de Franckel et Lebaud (2006), nous définirons le mot forme comme ce qui confère, dans des rapports d’adéquation variables, une visibilité à une représentation de quelque chose qui se présente à un moment donné (dans l’actualisation de cette présentation). Cela signifie en particulier que la forme n’est pas une propriété de ce dont elle est la forme.

8Présentation de quelque chose et visibilité conférée à une représentation de ce quelque chose peuvent relever d’une même actualisation. Il s’agit alors de l’advenue d’une forme, comme : a) dans le cas d’une représentation réduite à l’actualisation de ce qui la rend visible : je vois une forme bizarre se détacher sur le mur ; b) dans le « jeu du gendarme » où, à partir de la représentation qu'on s'en fait, il s’agit de découvrir dans une image le gendarme qui à un moment donné se présente (se dévoile) à travers un certain contour des frondaisons dessinées ; c) dans le cas d’une représentation réduite à la visibilité que l’actualisation de sa forme lui confère : une visite de pure forme. Une forme peut encore conférer une visibilité à une représentation de quelque chose qui se présente dans l’adéquation de cette représentation à une représentation de référence de ce quelque chose. Elle peut conférer notamment d) une visibilité à la représentation de l’état de quelqu’un tel qu’il se présente dans son adéquation à une représentation de référence de cet état : Il est (très) en forme ; e) une visibilité à la représentation de quelque chose qui se présente relativement à la visibilité d’une représentation prise comme référence : un visage en forme de poire ; f) une visibilité de référence qui se substitue à la visibilité de quelque chose qui se présente : X sous forme de Y ; g) une visibilité de référence conférée à une représentation : un article mis en forme.

9La complexité de dire vient de ce que la forme dont il s’agit est une forme verbale. Cela signifie que la représentation en jeu (que nous noterons R) est cela même que cette forme rend visible, et n’a aucun statut indépendamment de cette forme (que nous noterons f) : f n’est pas une « mise en mots » de R. La représentation R (ce dont f est la forme) est invisible en soi, dire ne la rend visible qu’à travers la forme que lui confère f. Dans la suite, nous notons <f-R> la représentation R telle que la forme f la donne à voir.

10La notion de mise en scène est reprise de Paillard (2009) : « la notion de scène énonciative en tant que représentation de ce que nous appelons un dire est un dispositif qui tente de dépasser l’extériorité première entre le locuteur - individu et son énoncé, entre l’énoncé et l’état de choses qu’il entend exprimer, entre le locuteur et l’interlocuteur. C’est la matérialité de l’énoncé en tant qu’agencement de formes qui permet de reconstituer et les positions subjectives en jeu, et le statut de l’énoncé en tant que donnant une certaine forme (par définition partiale et partielle) à un état de choses du monde. La scène énonciative est un espace dynamique où les positions peuvent se rejouer dans un travail d’explicitation / reformulation du vouloir + dire ». La mise en scène opérée par dire peut en particulier correspondre dans certains emplois à des formes de « théâtralisation » : je vais le dire à maman que tu m’as frappé ; il n’est pas toujours très facile, il faut bien le dire, je vous le dis tout net, etc.

1.1.2. Notion de visible

  • 4 Ce métaterme fait écho à l'étymologie du verbe dire qui remonte à la racine indo-européenne deik, d (...)

11Visible est pris comme un méta-terme4, que l’on peut mettre en regard de la valeur que prend voir dans voyez, vous voyez ponctuant un discours ou encore je vois ce que tu veux dire : je vois quelque chose de l’invisible d’où émerge le visible que la forme que tu produis rend visible Ce méta-terme peut être précisé par un déploiement en deux types de valeurs relevant de pondérations différentes :

12- pondération sur la représentation : rendre visible signifie alors rendre R appropriable et partageable. On entend par là qu’il devient possible de déterminer à travers la forme f en quoi « consiste » R, ce qu’il est possible ou loisible d’en faire ;

13- pondération sur le fait même de rendre visible : rendre visible signifie rendre public et manifeste.

1.1.3. Articulation visible / non visible

14Le propre de dire est d’introduire une articulation visible / invisible, ou non visible pour S. Dire met en jeu le visible dans ou relativement à l’invisible, l’invisible dans ou relativement au visible. C’est en raison de la mise en jeu de cette articulation visible / invisible qu’une assertion introduite par dire n’est jamais équivalente à l’assertion simple correspondante. Comparer par exemple : voici ce qui s’est passé / je vais te dire ce qui s’est passé (dévoilement) ou encore Il pleut / je dis qu’il pleut (je parie).

1.1.4. Le sujet S

15Le sujet S correspond au complément attributif de dire, dont nous verrons les enjeux de la présence ou de l’absence en fonction des types d’emplois. Par ailleurs, le sujet syntaxique du verbe (Co) peut correspondre ou non à un sujet énonciateur  (So), comme illustré avec les exemples pris supra en introduction. Par ailleurs, S peut s’inscrire dans des rapports et des régimes d’altérité variables à Co d’une part et So d’autre part.

1.2. Organisation de la variation

16Dire établit trois types de rapports possibles entre visible et invisible, analysés ci-dessous. Au sein de chaque cas nous illustrons les deux pondérations évoquées, ainsi qu’un troisième cas de double pondération.

1.2.1. Dire marque le passage de non visible d’une forme verbale pour S au visible de cette forme pour S

17Invisible correspond ici à non visible pour S. Dire marque la production pour S d’une forme f dont la représentation R lui est inhérente. La question de l’adéquation de la forme à la représentation dont elle est la forme ne se pose pas. Visible et non visible sont exclusifs l’un de l’autre.

18Nous mettons en œuvre ci-dessous les trois cas de pondération.

1.2.1.1. Pondération sur la représentation inhérente à la forme rendue visible pour S.

19Dire rend appropriable et partageable une représentation R sous la forme verbale préconstruite f qui lui inhérente. La mise en scène énonciative est neutre, s’efface devant la représentation telle que la forme se contente de la donner à voir.

20Nous regroupons ici toutes les variantes, replis et strates que peuvent recouvrir les différents types de discours citationnels (directs ou indirects) introduits par dire. Dans ce cas, la forme f fait souvent l’objet d’une typographie ou d’une intonation spécifique (signalétique citationnelle, guillemets, italiques, etc.). Ex. Il m’a dit : « je viens ». Je pars, dit-il ; ce texte dit en toutes lettres : «... », J’ai dit « pardonner », pas « oublier ».

1.2.1.2. Pondération sur la production et la mise en scène de la forme verbale

21La forme est ici encore celle d’un matériau verbal préconstruit dont la représentation lui est inhérente, mais dans ce cas, la représentation passe au second plan. Plutôt que rendre appropriable et partageable une représentation, le passage de non visible (potentiellement visible) à effectivement visible renvoie au fait de rendre public et manifeste un matériau verbal préconstruit. Dire met en scène la réalisation matérielle de formes verbales (paroles). Un rapprochement se fait jour avec des verbes comme proclamer, déclamer, clamer, proférer, prononcer, articuler, citer, réciter, manifester quelque chose. Ex. Dire la messe ; dis merci ; C'est dit, tope là !

1.2.1.3. Double pondération

22Dire marque à la fois le fait qu’une forme est produite et que cette forme rend une représentation appropriable et partageable, en même temps que publique et manifeste.

23Ce cas correspond à des valeurs de « théâtralisation » de la parole (associées à une exclamative) : Je vais le dire à maman, que tu m’as frappé ! Mais puisque je te dis que je l’ai oublié ! Je me dis que j’ai bien fait de venir. Dire qu’il était là pas plus tard qu’hier ! Il était dit que je ne dormirais pas cette nuit-là. Moi je te dis qu'il va y arriver !

1.2.2. La représentation R dont f est la forme est indissociable de l’actualisation de la production de cette forme

24La représentation R se réduit ici encore à ce dont f est la forme, mais il s’agit cette fois de la forme telle qu’elle s’actualise, dans le présent de son énonciation : la production de la forme, ainsi que ce qu’elle rend visible, est événementielle. L’invisible tient à l’éphémère du visible. Ce cas est à mettre en regard de l'emploi de forme dans je vois une forme se détacher sur le mur. On ne sait pas de quoi elle est la forme, ce qu’elle donne à voir se réduisant à la seule manifestation de cette forme. Il n’y a pas de représentation préexistante à la production de la forme (dont elle serait un dévoilement) ni de représentation qui en résulterait. La forme exhibe une représentation qu’elle résorbe dans l’actualisation de sa production, bloquant du même coup l’appropriation de cette représentation par son caractère évanescent, fugitif. La représentation R n’est saisissable que dans l’insaisissable du présent de la production de la forme f qui la donne à voir.

1.2.2.1. Pondération sur l’évanescence d’une représentation rendue visible par une forme circonstancielle

Pierre ? Ah oui, ce nom me dit quelque chose.

  • 5 Dans un exemple comme Pierre, ça me dit quelque chose, ça marque que le déclencheur est événementie (...)

25C’est la représentation en tant qu’elle échappe qui est saillante. Quelque chose n’est rendu appropriable que dans la mesure où s’actualise une mise en contact entre le nom Pierre et me et échappe dès lors que cesse cette actualisation. D’où l'impossibilité de s’approprier ce qui est ainsi donné à voir. Aucun autre complément que l’indéfini quelque chose n’est possible. Ce quelque chose ne tient qu’à cette mise en contact et ne correspond à aucune représentation propre et pérenne. En même temps que l’énonciateur peut se l’approprier, la représentation R est volatile, n’a pas de « substance », est purement événementielle (se réduit à « quelque chose »), étant tributaire de l’actualisation d’un contact contingent avec ce nom. D’où la valeur d’ « évocation »5.

1.2.2.2. Pondération sur la mise en scène de la production d’une forme dont la représentation se réduit à l’actualisation de cette production

26La pondération porte sur le visible de la forme. Il s’agit de rendre public et manifeste le fait que la forme même de dire est produite dans son actualisation. Dans ce cas, le caractère visible de la forme se réduit tout comme la représentation dont elle est la forme au fait même qu’elle est rendue visible par son énonciation même, dans les limites de cette énonciation. La représentation se réduit à la simple profération de sa forme, avec une valeur exclamative (souvent précédé de non mais !).

Non mais dis ! (Tu me prends pour qui ? Ça va pas, la tête !?)

Oh, dis donc, tu sais pas qui j’ai vu hier ?!

Il a été reçu premier ! Eh bien dites-moi ! Eh bien dites donc !

Eh ben dites donc, il s’embête pas !

27Ces exemples mettent en jeu la pseudo-injonction de dire (forme impérative), tout en court-circuitant le co-énonciateur, qui dans l’emploi standard de l’impératif occupe la position dans laquelle le procès peut (ou non) être validé. Il s’agit d’interpellation (forme exclamative) où l’énonciateur - interpellateur produit une forme à la place de l’interpellé. Cette interpellation s’inscrit dans un enchaînement inter-énoncés qui lui confère de ce point de vue le statut de « mot du discours », raison pour laquelle il n’a plus de valence (absence d’arguments).

1.2.2.3. Double pondération

Ça te dit de venir faire un tour ?

  • 6 Sur ça, cf. infra § 3.3.1. ainsi que la note 18.

28Venir faire un tour à l’infinitif fait l’objet d’une reprise par ça6 qui constitue cette séquence comme une représentation partageable et appropriable qui n’a de statut que dans l’énonciation actualisée de sa forme interrogative.

29Il y a une double pondération : une forme est rendue visible à te (S) dans le cadre de son énonciation actualisée en même temps qu’elle rend une représentation partageable et appropriable dans ce même cadre (appropriable signifiant : dont le sujet puisse ou veuille faire quelque chose).

30On notera les deux interprétations de ça ne me dit rien : 1) « évocation » : s’oppose à ça me dit quelque chose, ci-dessus évoqué : Ce nom ne me dit rien (Ça ne me dit pas est impossible dans ce cas) ; 2) « envie » : ça ne me dit rien marque l’absence d’actualisation d’un dit (appropriation d’une représentation) pour moi. Ce cas est compatible avec la présence d’un gradient : Ça ne me dit guère, ça ne me dit pas trop, pas plus que ça.

31Une variante de ce cas apparaît avec la forme du conditionnel :

Ça me dirait bien d’aller faire un tour.

32Le conditionnel permet de scinder l’énonciateur en deux instances énonciatives : l’une qui énonce la séquence aller faire un tour, reprise à travers l’instance d’énonciation dépersonnalisée ça ; l’autre pour laquelle cette séquence constitue un dit introduisant une représentation appropriable.

1.2.3. La représentation R dont f est la forme correspond à un état de choses

33Nous mettrons en exergue à ce paragraphe la citation suivante empruntée à Jean-Christophe de Romain Rolland : Il ne disait pas des mots, il disait - il voulait dire - des choses.

34Il s’agit ici de dire des choses avec des mots. Contrairement aux deux cas précédents où R ne se définissait strictement que par ce dont f est la forme, le présent cas se caractérise par le fait que R est ici en même temps une représentation de quelque chose (Z) qui lui est extérieur. S’ouvre dès lors la question de l’adéquation de la forme à la représentation dont elle est la forme. Cette représentation R rendue visible par la production de la forme f correspond à la valeur référentielle de <f-R>. Cette valeur peut se définir comme l’état de choses à quoi réfère <f-R>, à ce dont il s'agit à travers <f-R> (que nous notons Z) et renvoie à ce que nomme le terme anglais d’aboutness : ce dont il est question quand l'énonciateur dit ce qu’il dit. Dire est alors partie intégrante du fait que cet état de choses Z n’est pas réductible à ce que l’on peut en dire : d’autres dires, ou d’autres façons de dire, sont toujours possibles relativement à Z, de sorte que <f-R> n’est pas stabilisé, coexiste ou peut entrer en concurrence avec d’autres dires possibles <f’-R’> susceptibles de compléter, moduler, rectifier (et qui à leur tour n’épuisent pas Z). Invisible correspond ici à ce qui échappe au visible susceptible de lui être conféré par une forme verbale. Nous verrons que c’est cette ouverture à d’autres dires possibles que met spécifiquement en œuvre vouloir dire.

35Nous reprenons le même jeu de pondérations que précédemment.

1.2.3.1. Pondération sur la représentation R que la forme verbale f rend visible

36Nous partirons de l’exemple :

Je vais te dire ce qui s’est passé : [...]

37Il importe de distinguer un double niveau de ce à quoi correspond le complément de dire, à savoir la séquence ce qui s’est passé.

381° ce que produit le verbe dire avec les mots : < ce qui s’est passé >. Du point de vue du verbe dire (dont ces mots constituent le complément d’objet direct), seul ce niveau est directement pertinent : R est la représentation dont les mots < ce qui s’est passé > sont la forme (ce que nous notons <f-R>) et correspond à la valeur référentielle de ce qui s’est passé. Le propre de dire est de marquer, avec la mise en scène qui le caractérise, que < ce qui s’est passé > est dévoilé, exhumé de l’invisible, rendu appropriable partageable, manifeste à S. Comme nous l’avons souligné plus haut, cet énoncé se distingue de ce point de vue de : voici ce qui s’est passé qui n’a pas par lui-même cette valeur de dévoilement. Dire est apparentable à dévoiler raconter, expliquer faire connaître verbalement… ;

392° indépendamment du verbe dire, ce qui s’est passé (avec le cataphorique ce) constitue l’annonce de ce en quoi consiste ce qui s’est passé (le récit ou témoignage qui suit), les événements dont il s’agit (Z). Cela signifie que <f-R> référant à Z fait dans un deuxième temps l’objet d’une explicitation ;

  • 7 Un rapprochement de invisible avec indicible ne s’avère pertinent que dans les cas particuliers où (...)

40Dire ne marque rien par lui-même de l’écart entre ce qui s’est passé dans les faits (dans le réel) et la représentation qui en est donnée sous la forme du témoignage / récit qui suit. Il est bien établi, que, de façon dissociable du verbe dire lui-même, un récit / témoignage n’est qu’une manière de rendre compte de Z : ce qui s’est passé n’est ni entièrement ni parfaitement récupérable à travers ce qu’on en dit ou peut en dire. On n’épuise jamais le monde en le décrivant (comme s’en est amusé par exemple Georges Perec dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien) ; et en même temps, on peut le décrire à travers des milliards « d’exercices de styles » (comme s’en est amusé non moins élégamment Raymond Queneau). <f-R> est partie intégrante de l’invisible7 d’un état de choses qu’il ne résorbe pas.

41Mais si le verbe dire ne marque rien par lui-même de cet écart, il en est partie prenante et le met en œuvre en se composant à de multiples autres marques, au premier rang desquels, pour ce qui concerne cet article, vouloir dans la séquence vouloir dire. Nous ne mentionnerons ici brièvement que quelques figures de cet écart dans lequel s’inscrit et que peut contribuer à établir le verbe dire

1.2.3.2. Pondération sur la production d’une forme en tant qu’elle ne rend que partiellement ou imparfaitement visible un état de choses

1.2.3.2.1. Choix d’un mot parmi d’autres pour rendre compte d’un état de choses

42Dire donne à voir la recherche de mots pour dire de façon adéquate le à dire qui se cherche à travers ce qui se dit : Il est - comment dire... ; comment dirais-je... ; je dirais...; si l’on peut dire... ; oserais-je dire... ; disons... ; on va dire... un peu décalé. Décalé, oui, on peut dire les choses comme ça.

43Ces emplois du verbe dire portent sur la forme du mot décalé pour rendre compte de ce qu’il est, de ce que ce mot tend à dire. Le mot « décalé » pourrait figurer entre guillemets, l’expression entre guillemets à l’oral pouvant elle-même se substituer à ou coexister avec les expressions mettant en jeu le verbe dire marquant que l’assertion il est un peu décalé est un dire parmi d’autres possibles relativement à ce dont il est question. Sur ce point, les travaux de J. Authier-Revuz (1992, 2012) sur les emplois de dire dans les reformulations font référence.

1.2.3.2.2. Le rapport de <f- R> à Z est celui d’une nomination

44Dire marque la production d’une nomination dont l’adéquation à ce qui est nommé (Z) est partielle, insuffisante, susceptible d’être remise en cause.

Ce soi-disant ami s’est vite révélé comme un dangereux pervers.

Les atomes crochus, ou plutôt les atomes dits crochus sont souvent voués à devenir de puissants répulsifs.

On dirait (on aurait dit) un lion.

45Deux interprétations sont possibles : on ne sait pas s’il s’agit véritablement d’un lion / on sait qu’il ne s’agit pas d’un lion. L’adéquation n’est que partielle, incertaine ou décalée entre une forme et une représentation de quelque chose (de même que dans le feuillage, on peut voir des frondaisons qui à un moment donné évoqueraient par hasard un gendarme : on dirait un gendarme). Cet exemple marque l’utilisation d’une forme qui ne rend pas pleinement visible ce qu’elle est censée rendre visible. Il laisse ouverte la question de déterminer le visible que la forme un lion met en scène. Ce dont il est question n’est identifié comme lion qu’à travers la forme verbale f qui le donne à voir comme tel et d’autres formes f’ sont possibles relativement à ce dont il s’agit. Le conditionnel rend compatible le fait que R (être lion) est à la fois identifié et non pleinement visible en tant qu’objet du monde. L’ambivalence entre f et f’ et cette indifférenciation subjective permettent l’introduction de gradients d’indifférenciation : on dirait vaguement un lion.

1.2.3.2.3. Dire associé à un degré d’adéquation d’un mot à un état de choses Z

46Dire marque un degré d'adéquation de <f-R> à l'état de choses Z.

Il s’est plutôt laissé aller, ces derniers temps. - C’est peu dire !

47C’est peu dire manifeste un degré d’adéquation insuffisant de l’expression se laisser aller à ce qu’il en est dans les faits.

Tu as fini ? - Si on peut dire ! Il faut le dire vite !

48L’enjeu est de passer vite sur la forme finir dans son adéquation du coup instable à la représentation correspondante de ce dont il s’agit.

Il n’a qu’à aller se rhabiller. On ne saurait mieux dire !

C’était une circonstance exceptionnelle. Même Paul est venu. C’est dire !

49Cet exemple correspond à une pondération sur la façon dont le terme exceptionnel rend compte du caractère exceptionnel de la circonstance et dont il s’agit de marquer à quel point elle l’est.

1.2.3.3. Double pondération

50Dire à la fois rend visible un état de choses et constitue un commentaire sur la forme rendue visible dans son adéquation à ce qu’elle rend visible.

51C’est le cas par exemple lorsque dire explicite une distance entre l’état de choses et les mots qui en rendent compte. Dire marque que le rapport entre une forme verbale et un état de choses relève d’un dire. Ce rapport est médiatisé par une certaine façon de rendre public ce dont il est question. Ces emplois mettent en jeu le sujet on :

Il vit, dit-on, dans une grotte ; On dit qu’il est un peu sorcier ; Il est un peu sorcier, du moins est-ce ce qu’on dit.

2. Vouloir

  • 8 Cette remarque ne vaut que pour ça « impersonnel », sans prise en compte des cas où ça désigne de f (...)

52S’agissant d’analyser le rôle du verbe vouloir dans la séquence vouloir dire, il importe de relever, en introduction à l’hypothèse d’une compositionnalité entre ces deux verbes que 1) la forme négative de vouloir apparaît quasiment obligatoire lorsque le sujet n’est pas un sujet humain : Le moteur ne veut pas démarrer ; Le café ne veut pas passer ; Cette tache ne veut pas partir ; Le sommeil ne veut pas venir ; 2) dire est le seul verbe possible dans le tour ça veut à la forme affirmative8.

53Nous proposons la caractérisation suivante : vouloir marque

541) qu’un procès q fait l’objet d’une double construction relative à deux sites de construction disjoints :

55- un site Sq est validé ;

56- un site a (disjoint de S)q est construit comme validable (validation de q non entérinée) ;

572) q ne peut être construit en même temps comme validable (relativement à a) et validé (relativement à S).

58De la non coexistence simultanée possible entre q validé (S) et q validable (a) s’ensuit une double disjonction alternative : ou bien pour q validé en S, q est en même temps non validable en a ; ou bien pour q validable en a, q ne peut être validé en S que dans un temps distinct.

59 (S) q //q q’

60 a

61- La position S est celle d’un sujet énonciateur. Nous verrons que S peut correspondre ou non au sujet syntaxique (Co) de vouloir.

62- La position a peut correspondre :

63• à un site situationnel : un fait, un phénomène, un état de choses du monde (Z) ;

  • 9 Sur ce point, cf. Paillard (2009).

64• à un sujet énonciateur S'. Nous insistons sur le fait que S et S’représentent non pas des locuteurs physiquement distingués, mais des positions énonciatives9.

65Dès lors que q est validé dans la position S, la forme négative de vouloir ne peut correspondre qu’à la construction de q comme non validable relativement au site a (q’ validé). Dans ce cas, q est à la fois validé relativement à S et non validable relativement à a.

66On distingue deux cas selon que la construction première de q est celle relative à S ou à a.

2.1. La construction première est celle de q comme validable dans la position a

67Dès lors que la construction première de q est relative au site a, q n’a de statut qu’en tant que validable (q’ n’a pas de statut). Cette construction implique que relativement à S, q n’est pas (ou pas encore) validé.

2.1.1. Et le monsieur, qu'est-ce qu'il voulait ?

  • 10 L'imparfait met en jeu deux repères, temporels ou subjectifs pour un même procès construit indépend (...)

68S' correspondant à a (le marchand) construit q (acheter quelque chose) comme validable en anticipant la construction de q (achat effectif) comme validé dans la position S (le client). La forme interrogative à l'imparfait10 permet la prise en compte des deux points de vue S' et S : le marchand « se met à la place » du client en construisant q comme validable pour S.

2.1.2. Quand tu veux !

69On notera la singularité de cette séquence qui n'admet que le verbe vouloir. Contexte : on n'attend plus que toi.

70S' (correspondant ici à l'énonciateur So de l’énoncé) construit q (faire ce dont il s’agit) comme validable relativement au fait que q n’est pas (encore) validé relativement à S.

71La validation effective de q ne dépend que de sa construction dans la position S : il ne tient qu’au sujet correspondant à S de rendre q effectif à tout moment, quand introduisant une dimension temporelle.

72Relèvent également de ce cas deux types d’emplois : 1) proposition : On peut y aller demain, si tu veux ; 2) ponctuant d’un discours (si tu veux est alors souvent proche de en quelque sorte) : C'était un peu son deuxième père, si tu veux. C’est bien l’énonciateur qui construit q (la proposition c'était un peu son deuxième père) comme validable, l’interlocuteur correspondant à S prenant le statut de valideur conditionnel et passif  (emploi rhétorique).

2.1.3. Je ne veux pas y aller

  • 11 Cette contrainte peut être rapprochée de la thèse de Socrate (dans le Gorgias) selon laquelle il ne (...)

73Cet énoncé à la forme négative marque la non validation de q par S relative à la construction de q comme validable en /par S’. Cette non validation prend la valeur d’un refus. La construction de q comme non validé ne peut être première11.

2.2. La construction première est la construction de q comme validé dans la position S

74La construction de q comme validé en S implique sa construction conjointe comme non validable en a. Cette confrontation entre les deux constructions de q vaut aussi bien pour la forme affirmative que négative de vouloir.

2.2.1. Forme négative obligatoire

Le moteur ne veut pas démarrer. Le café ne veut pas passer. Cette tache ne veut pas partir. Le sommeil ne veut pas venir.

75Dans le cas précédent, la positivité de q était établie par sa construction comme validable relativement à a. Dans le cas présent, la positivité de q est établie par sa construction comme validé en S. Vouloir marque alors que q est nécessairement construit comme non validable relativement à a, ce que marque la forme négative obligatoire de vouloir. Relativement à S, sommeil venir est validé (le sujet correspondant à S « veut dormir ») ; relativement à a (sommeil), venir n’est pas validable. Il s’agit d’un cas où Co correspond à a.

2.2.2. Forme affirmative

2.2.2.1. Je veux

76Le fonctionnement de vouloir entraîne de fortes contraintes sur l’emploi de la forme affirmative de vouloir bien repérables dans le cas où S = je (Co) au présent de l’indicatif.

  • 12 L’exemple mis en avant sans autre forme de procès ni de commentaire par Goldschmitt et Landvogt (20 (...)

77On relève par exemple qu’un exemple comme je veux dormir implique un contexte du type : laisse-moi tranquille ; ou encore que la forme je veux partir implique que par ailleurs partir est construit comme non validable, a étant associé à un empêchement, un refus ou une interdiction (S’). On observe que cette séquence est nettement plus naturelle dès lors qu’est mentionnée une résistance ou un obstacle12 : mais c’est que moi je veux absolument y aller ! La forme nettement plus naturelle du conditionnel est assortie de la mention d’une contrariété : je voudrais partir, mais cela s’avère hélas peu réaliste.

78La forme je veux bien est en revanche parfaitement naturelle. Elle marque une dissociation entre la construction de q comme validable (proposition) et comme validée (proposition entérinée).

2.2.2.2. Vouloir que

79La forme complétive avec je comme Co apparaît plus contrainte à la forme positive qu'à la forme négative.

  • 13 Un principe comparable (quoique débouchant sur une interprétation très différente) se retrouve avec (...)

80Cette contrainte tient précisément au fait que la forme je veux que q construit en même temps, dans la seule position S, q comme validable et comme validé, ce qui est a priori incompatible avec le fonctionnement de vouloir . Cette contrainte ne peut être surmontée que par l’introduction de S’ construisant q comme validable, ce qui explique que cette forme prenne valeur d’injonction : je veux que tout soit en ordre pour ce soir13.

81Avec il comme Co, le principe de la contrainte est identique, mais se traduit en particulier par la présence d'une clause restrictive correspondant à la construction de q comme non validable (relativement à a correspondant à je). Ex : il veut que je parte demain, mais je n'en ai nulle envie.

2.2.3. Vouloir et souhaiter

82La double construction de q propre à vouloir entraîne différentes formes de tension qui constituent une différence essentielle avec souhaiter. Souhaiter marque la construction d'un telos valorisé par et pour un sujet qui accorde du prix à ce telos. L'accompli marque que la réalisation d'un procès correspond à l’atteinte d’un objectif : J'ai souhaité le rencontrer personnellement marque que je l'ai effectivement rencontré. De son côté, vouloir dans j’ai voulu le rencontrer marque que le rencontrer est validée relativement à S dans la seule mesure où relativement aux faits (repère a) le rencontrer n’est pas validable, et donc ici non validé du fait du passé composé. Cela se traduit par une valeur d’échec : j’ai voulu le rencontrer, mais il s’est dérobé.

3. Vouloir dire

83Il convient de ne pas confondre deux types d’emplois bien distincts de vouloir dire :

84a) emplois de vouloir dire caractérisés par les critères suivants :

85dire met en jeu un S attributaire (explicite ou non) ;

86vouloir dire relève d’une composition immédiatement intelligible de vouloir et de dire : dire correspond à q (complément direct de vouloir) ;

87• vouloir ainsi que dire sont remplaçables par une série d’autres verbes :

je veux (tiens à, me fais un devoir de, me dois de, souhaite, etc.) te dire (déclarer, prévenir, faire savoir, informer, etc.) clairement que les choses ne peuvent continuer ainsi ; ce que je veux dire aux Français, c’est que la peur n’est pas bonne conseillère ; voilà ce que je voulais vous dire...

88vouloir est associé à une intention ciblée de l’énonciateur sujet de dire.

89On distingue deux cas :

90- emplois de je veux (première personne du présent de l’indicatif), relativement contraints pour les raisons précédemment mises en avant avec l’analyse de vouloir. 

91- autres emplois :

Que voulais-je (te) dire ? (j’avais l’intention de dire quelque chose ; j’ai oublié où j’en étais).

Qu’a-t-il voulu (eu l’intention, cherché à) dire ?

92Dans ces exemples, une intention est prêtée au sujet de dire. Peut notamment être mise en jeu la production d’un visible latent décelable dans un visible patent (valeur de sous-entendu).

93b) emplois où vouloir dire (noté dans la suite VD) exclut un complément attributaire et où dire (comme vouloir) ne peut être remplacé par aucun autre verbe. VD apparaît alors comme un bloc figé, dont la question est de savoir s’il relève néanmoins d’une compositionnalité des deux verbes. Rappelons à cet égard le fait essentiel, noté en introduction, que dire est le seul verbe possible dans le tour ça veut à la forme affirmative, alors que toutes sortes de verbes sont possibles à la forme négative : ça ne veut pas démarrer, pas marcher, pas venir, etc.).

94Ce sont ces emplois qui vont nous intéresser ici.

  • 14 Ce fonctionnement contredit l’intuition selon laquelle vouloir dire se situerait dans un amont psyc (...)

95Le ressort essentiel de leur fonctionnement est le suivant : VD est associé à la reprise d'une première construction de <f-R> correspondant à ce qui est dit (rendu visible) dans un premier temps. Cette reprise vise à rendre visible autrement ce qui dans cette première construction ne l’est pas, ou qu’imparfaitement (ce qui reste à dire) par une autre construction <f’-R’>. C’est en ce sens que vouloir dire est associé à différents modes de reformulation par lesquels VD façonne la part d’invisible que recèle le visible de la forme verbale reprise. Du point de vue de vouloir, le dit de la première construction correspond à un dit validé, la seconde construction correspondant à un dire validable. Il importe de souligner que c’est ce qui est dit dans un premier temps qui construit et définit ce qui est « à dire » et non l’inverse. Dire n’est donc aucunement la réalisation d’un vouloir dire qui lui serait préalable14.

  • 15 Du point de vue de la compositionnalité en question, vouloir dire peut s’analyser comme « dire voul (...)

96Ce principe repose donc sur une compositionnalité entre les deux verbes. Nous avons vu que vouloir marque qu’un procès, ici le verbe dire, est construit d’un côté (S) comme validé et de l’autre (a) comme validable, ces deux constructions ne coexistant pas simultanément. De son côté, dire marque la production d’une forme verbale qui rend visible une représentation invisible en elle-même, en conférant un statut à cet invisible dont du visible émerge. Le propre de vouloir dire est de marquer un écart entre le visible et l’invisible que ce visible met en jeu à travers la construction d’un à dire autre (à rendre visible autrement).  Dire est donc premier et nécessaire pour introduire les pôles de l’écart (entre validé et validable) que vouloir met en œuvre et dans lequel il s’inscrit. Insistons sur le fait que ces deux pôles n’existent pas indépendamment l’un de l’autre, puisque c’est le visible qui confère un statut à l’invisible dont il émerge d’une certaine façon et dans une certaine mesure. C’est dire qui construit ces deux pôles et c’est seulement dans un deuxième temps que le fonctionnement de vouloir est mis en œuvre, en marquant que le visible construit par dire est d’une part validé (ce qu’actualise dire) et d’autre part validable (à dire)15.

97Le caractère « figé » de VD tient à ce que le Co de VD correspond toujours à la fois à S et à a (quelle que soit la nature de ces repères, comme nous allons le préciser), et donc toujours source à la fois du dit et du à dire.

98Le rapport entre le dit validé produisant <f-R> et sa reprise par laquelle se construit du à dire autre <f’‑R’> s'établit sous différents modes. On distingue trois cas selon la nature du sujet syntaxique Co (correspondant à la fois à a et S) de vouloir dire, renvoyant à trois types de rapport entre <f‑R> et <f’‑R’>. Ces rapports correspondent à trois pondérations : pondération sur l’altérité, pondération sur l’identité, double pondération.

991) Pondération sur l’altérité. Co renvoie à un sujet énonciateur.

100<f-R> est une première construction correspondant à ce qui dans un premier temps est dit, c’est-dire rendu visible d’un invisible Z, R correspondant à une représentation de Z.

101<f-R> fait l’objet d’une reprise qui vise à rendre visible autrement ce qui dans cette première construction ne l’est pas, ou ne l’est qu’imparfaitement et correspond à ce qui reste à dire de Z par une autre construction <f’‑R’> : Il n’est pas très sociable, je veux dire un peu décalé, un peu dans son monde ; on a rendez-vous mardi...euh... mercredi j’veux dire. L'instance a correspond au sujet énonciateur qui coïncide avec S et renvoie d'un côté à la construction de ce qui est dit et d'un autre côté à celle d'un à dire consistant à dire autrement l'invisible dont émerge ce qui est dit.

1022) Pondération sur l’identité. Co renvoie à une forme verbale (un mot). Dans ce cas, <f‑R> correspond au sens (représentation interne) de cette forme, et <f’-R’> à une autre façon de donner une visibilité à ce sens (pour qui ce sens est non intelligible, non appropriable) : que veut dire ce mot ? Il s’agit de donner à voir la « même chose » (le « même » sens) à travers une forme différente.

1033) Double pondération. Co correspond au marqueur ça, renvoyant à la reprise de ce dont il est question à travers une première assertion pour la constituer comme source de dit - à dire: La lune est brouillée ; ça veut dire qu’il va pleuvoir. Dire et VD sont construits en bloc dans l’actualisation que marque ça. La pondération même /autre est double en ce sens que lune brouillée et il va pleuvoir disent une seule et même chose, tout en disant des choses radicalement différentes. <f-R> et <f’-R’> sont complémentaires (ils se complètent en formant un tout).

3.1. Pondération sur l’altérité. Co renvoie à un sujet énonciateur 

  • 16 R est représentation de quelque chose d’extérieur au dire. De même que vouloir dire n’est pas premi (...)

104VD marque la reprise (réitérable) d'une première construction de <f-R> correspondant à ce qui dans un premier temps, est dit, c’est-dire rendu visible, d’un invisible Z (ce dont il s’agit), R correspondant à une représentation de Z. Cette reprise vise à rendre visible autrement ce qui dans cette première construction ne l’est pas, ou ne l’est qu’imparfaitement (ce qui reste à dire de Z) par une autre construction <f’‑R’>. Vouloir marque que le sujet énonciateur source de construction de <f-R> (ce qui est dit de Z), construction validée, devient source de construction d’un visible autre de Z : <f-R’>, construction validable16.

105La reprise marque que c’est le même invisible Z (ce dont il est question) qui est en jeu, mais que celui-ci ne peut être rendu visible que par des formes différentes f, f’, f’’..., du même coup porteuses de représentations distinctes R, R’, R’’... qui fragmentent et divisent cet invisible commun Z (sans jamais le résorber).

  • 17 Ce caractère peu naturel est encore renforcé avec la forme interrogative : Tu vois ce que je dis ? 

106Une conséquence est le caractère peu naturel de je vois ce que tu dis, à côté de la séquence très fréquente je vois ce que tu veux dire17. Ce qui est rendu visible est non pas ce qui est vu (dit), mais l’écart et la tension que génère dire entre ce qui est dit et ce qui reste à dire, entre le visible et l'invisible qu'il fragmente. Je vois ce que tu veux dire (en disant ce que tu dis) peut être ainsi glosé : je vois de quel invisible émerge ce que tu en donnes à voir de façon imparfaite. Je ne peux pas voir l'invisible dont ce que tu dis émerge, je peux seulement voir l’écart qui les sépare à travers ce qui est dit.

107On distinguera deux cas selon que Co correspond au sujet énonciateur (je) ou au co-énonciateur (tu). Dans les deux cas, Co renvoie au même sujet énonciateur qui dit et veut dire, en deux temps distinct.

3.1.1. Co correspond au sujet énonciateur

108Vouloir dire correspond à la reprise et à la reformulation d’un dire en cours : il s’agit de ce que je veux dire en disant ce que je dis (ou viens de dire). Nous distinguerons trois cas :

3.1.1.1 J’veux dire ponctuant

Il n’est pas très sociable, j’veux dire un peu décalé, un peu dans son monde.

109VD correspond à la reprise et à la reformulation d’un dire en cours : il s’agit de ce que je veux dire en disant ce que je dis (ou viens de dire).

Bon, ben s’il y a en a deux de plus, on serrera un peu, j’veux dire, y a toujours un peu de place…

Vous ne pensez pas que de nombreuses erreurs évitables ont été commises ? - Vous savez, dans le feu de l'action, j’veux dire, on n'a pas toujours le temps de prendre en compte tous les paramètres.

110Cet emploi de VD comme ponctuant d’un discours (susceptible de dériver vers un tic oratoire) correspond à la construction en bloc dans le cours même de l’énonciation du dire en train de se dire (validé) et d’un à dire (validable) autre que ce qui est dit, et d’un écart entre les deux (vouloir dissociant construction validé / validable). Ce qui est dit (ce qui est en train d’être dit) est à lui-même sa propre reprise comme à dire, d’où, dans ce cas, l’absence de marque de reprise : en validant <f‑R> je construit, par reprise intégrée, <f’-R’> validable (ouverture sur autre que <f-R>). VD s’inscrit dans une énonciation constitutive de sa propre relance énonciative.

3.1.1.2. Ce que je veux dire par là

111Dans le cas précédent, il s’agissait d’un écart en train de se constituer entre dire et à dire. Il s’agit ici d’un écart établi à partir d’un dit validé qui fait l’objet d’une reprise marquée par par là. La préposition par dans par là marque que le dire précédent n’est que l’un des dires possibles pour rendre Z visible. Au lecteur d’établir ce que l’auteur veut dire par là.

3.1.1.3. Reprise rectification

112VD introduit non pas la modulation d'un dire repris, mais une rectification qui l’annule et s'y substitue : On a rendez-vous mardi, euh... mercredi, j’veux dire.

113VD marque que dire mardi validé constitue mercredi comme validable. Le validable (ce qui est à dire correspondant ici à ce qui doit / devait être dit) se substitue à ce qui est construit comme validé dans un premier temps. Il y a la fois constitution et élimination d’un écart. Ce cas se distingue des précédents par l’emploi possible de l’imparfait.

3.1.2. Co correspond au sujet co-énonciateur

114Tu vois ce que je veux dire ? La glose serait dans ce cas : vois-tu / si tu vois de quel invisible émerge ce que j’en donne à voir de la façon que je le donne à voir. Un écart se constitue entre ce que je donne à voir de l’invisible avec mes mots et ce qu’avec ces mots tu peux de ton côté – de cet autre point de vue qui est le tien – construire comme validable, c’est-à-dire voir (t’approprier, comprendre) de cet invisible :

Il ne faudrait pas me prendre pour un imbécile, je vais pas passer pour une poire, tu vois ce que j’veux dire ?

Il n'est pas très sociable, un peu décalé, tu vois ce que j’veux dire…

115Cet exemple peut s’interpréter de deux façons : 1) l’adéquation du mot décalé à l’état de choses auquel il renvoie est instable et susceptible de modulations à travers d’autres formes verbales ; 2) il marque un terrain d’entente entre locuteur et interlocuteur. Dans le premier cas, il s’agit d’une question ; dans le second d’une complicité qui peut être glosée par : on se comprend.

116Quant à la forme Il est un peu décalé, tu vois ce que ça veux dire, elle relève du cas 3 infra et correspond à l’interprétation : tu vois les conséquences qui sont à tirer, tu vois sur quoi débouche le fait d’être un peu décalé, tu vois quel est le complément qui s’impose pour rendre pleinement compte de la situation.

3.2. Pondération sur l’identité. Co correspond à une forme verbale

Que veut dire ce mot ?

Le mot meek veut dire humble.

  • 18 Je propose la caractérisation suivante du mot sens : le sens de quelque chose est le déclencheur ch (...)

117Le VD du mot s'apparente au sens18 du mot. Le mot mot fait l’objet d’une reprise : il est question du mot dans le contexte gauche. Constituer ce mot comme source de VD signifie qu’il est d’un côté source de construction de <f-R> validé (correspondant à son sens « interne ») et source de construction d’un sens autre (validable), destiné à une meilleure intelligibilité.

118Une différence essentielle se fait jour avec le cas précédent où R était la représentation de quelque chose qui lui était extérieur (un « état de choses » Z) alors qu’ici, la représentation R ne se définit que par ce dont f est la forme, et n’a aucun statut en dehors de f, ce qui revient à établir une circularité par laquelle le mot dit ce qu’il dit, a le sens qu’il a.

119Cette circularité par laquelle le mot rend par lui-même pleinement visible ce qu’il rend visible sans reste d’invisible ne laisse place au VD (au à dire autre <f’-R’>) que relativement à la mise en jeu d’un sujet à qui cette visibilité propre au mot échappe (qui ne connait pas ou qu’imparfaitement le sens du mot). L’introduction de <f’-R’> à côté de <f-R> revient donc à introduire de l’invisible pour un sujet relativement au pleinement visible établi par le mot en soi. Le sens d’un mot en tant qu’il veut dire n’apparaît d’un côté strictement que dans et par sa forme et de l’autre par des reformulations qui, en visant à l’expliciter le déplacent, le transforment, l’altèrent : le sens n’apparaît que dans la circulation des reformulations.

120La pondération est sur le même : il s’agit de dire « la même chose » mais autrement. En même temps, validé et validable sont irréductibles l’un à l’autre.

121Notons qu’à côté des énoncés Que (ou voyons ce que) veut dire ce texte ? / Que (ou voyons ce que) veut dire ce mot ? tous deux possibles, il est également possible d’avoir : Que (nous) dit ce texte ? ou Voyons ce (nous) dit ce texte mais non : ? Que (nous) dit ce mot ? ni Voyons ce que (nous) dit ce mot. Cela s’explique par le fait que texte, qui marque le passage du mot au discursif est une construction singulière à la différence de mot qui est une forme f munie d’une représentation R visible (i.e. son sens), appropriable / partageable de façon publique et supposée partageable (sujet à une définition sur lequel un accord commun est possible), comme le marque on dans la question : Comment dit-on...

3.3. Double pondération. Ça comme Co de vouloir dire

122Ce cas se caractérise par la reprise d’une première assertion par ça : La lune est brouillée, ça veut dire qu’il va pleuvoir

3.3.1. Ça

  • 19 Cette formulation fait écho à celle de Paillard, à paraître (Polycatégorialité et sémantique discur (...)

123Ça renvoie à l’actualisation, dans le cadre de l’énonciation, de la mention de ce dont il s’agit (contextuellement, situationnellement), dans toutes ses composantes en bloc. Ça confère à ce à quoi il renvoie un mode de présence qui n’a d’autre détermination que celle que lui confère l’énonciation dans son actualisation.19

3.3.2. La lune est brouillée, ça veut dire qu’il va pleuvoir

124Ça renvoie à la mention de ce dont il est question à travers la lune est brouillée et constitue cette assertion à la fois et en bloc comme dire (la lune est brouillée : <f-R>) et comme à dire (il va pleuvoir : <f’-R’>). Dire et à dire forment un tout dans l’actualisation que leur confère ça, de sorte que dire et à dire sont complémentaires dans ce tout : il va pleuvoir n’est pas l’amendement, la modulation ou l’altération d’un dire mais ce qui en complétant ce dire résorbe le à dire. D'une certaine façon « tout est dit » dans le cadre de l’énonciation. Validé et validable sont autonomes et disjoints dans le même temps où ça les fusionne.

125La pondération est double en ce sens que lune brouillée et il va pleuvoir disent une seule et même chose, tout en disant des choses radicalement différentes. <f-R> et <f’‑R’> sont complémentaires (ils se complètent en formant un tout).

126Du fait de la construction en bloc du dire et du à dire, cet emploi n’entre pas dans une dimension inter-énonciateurs. On peut parler du VD de ce dont il s’agit, ou par commodité de VD d’un état de choses.

Conclusion

127Analysé en terme de compositionnalité, vouloir dire (VD) met en jeu une double articulation : d’une part entre deux constructions d’un même procès (dire) relativement à deux repères disjoints, constructions exclusives l’une de l’autre dans le même temps ; d’autre part entre ce que ce procès rend visible et l’invisible qu’il détermine en le donnant à voir partiellement et d’une certaine façon. VD marque que le visible validé (ce qui est dit) est indissociable d’une part d’invisible restant à valider (à dire, validable), mais que ces deux constructions sont établies en deux temps distincts, ce qui implique des jeux de reprises qui établissent entre ces constructions une pondération sur l’altérité, sur l’identité ou une double pondération. 

Envoi

  • 20 Cf. Culioli, et Normand (2005).

128Claudine Normand n’aimait pas voir les sens multiples des mots enfermés dans quelque système de caractérisation ou de rationalisation suspecté par nature de les assécher et d’en brider le déploiement dont elle se plaisait au contraire à faire miroiter toute les richesses et les subtilités. Il se trouve que l’analyse ici proposée de vouloir dire relève précisément d’une tentative de caractérisation des deux verbes en jeu ainsi que de leur compositionnalité. En même temps, cette caractérisation cherche à rendre compte de la valeur reformulative de vouloir dire et, au-delà des mots eux-mêmes, de leur inscription dans le discours, au cœur des activités de régulation, représentation, référenciation dont elle a su discuter avec tant d’élégance et de profondeur avec Antoine Culioli20, dans une permanente tension entre l’exigence de rigueur du raisonnement et l’émerveillement devant les incessantes et perpétuelles échappées du langage.

Citations

129Clément Rosset (1976 : 117) :

« Tout ce que peut faire le langage est de montrer combien il est impuissant à dire ce qu’il cherche à dire. On peut rattacher cette impuissance à un effet d’évaporation qui dissipe dans l’air la référence au réel aussi rapidement que fond le beurre sur une poêle surchauffée. »

130Clément Rosset (1995 : 39) :

« J'en reviens donc au « choix des mots», expression par laquelle je désigne ici à la fois la décision (inséparable à mon sens, je le répète, du fait de penser) et l’élection des vocables, des phrases, censés « manifester » cette pensée (alors qu'en réalité ils la constituent de toutes pièces). Ce dernier choix est essentiel, puisque de lui dépend non seulement la forme mais le contenu même de ce qui se donnera à lire et à penser, - il n'y a d’ailleurs pas lieu, si l'on est en accord avec ce qui précède, de distinguer réellement entre forme et contenu, ni entre dire et penser. »

131Louis De Bonald (1818 : 380) :

« Ainsi quand nous cherchons nos propres idées, nous ne faisons réellement que chercher les mots qui les expriment, puisque l'idée ne se montre à l’esprit que lorsque le mot est trouvé, et même les mots dont on se sert pour exprimer la correspondance des mots aux idées, rendre, exprimer, représenter signifient tout seuls que le mot nous rend l’idée que nous cherchons, et qui serait perdue sans l'expression qui la représente à l’esprit ».

Haut de page

Bibliographie

Authier-Revuz, J., 1995/2012, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non coïncidence du dire, Limoges, Lambert-Lucas.

Authier-Revuz, J., Doquet, C., 2012, « ‘Ce que je veux dire...’, Accompagnements métadiscursifs d’une défaite de la parole », dans C. Doquet et E. Richard (éds.), Les représentations de l’oral chez Lagarce, Paris, L’Harmattan, p. 17-64.

Culioli, A., et Normand, C., 2005, Onze rencontres sur le langage et les langues, Paris, Ophrys.

De Bonald, L., 1818, Recherches philosophiques sur les premiers objets des connaissances morales, Paris, Librairie d’Adrien Le Clère (troisième édition).

De Vogüé, S., 1999, « Construction d’une valeur référentielle : entités, qualités, figures », Travaux linguistiques du Cerlico, 12, Presses Universitaires de Rennes, p. 77-106.

De Vogüé, S., 2011, « La langue entre discours et cognition », dans M. Audiffren et J. Chuquet (éds.), Langage, Cognition et Société, Actes du colloque international d’octobre 2008 pour les 10 ans de la MSHS de Poitiers, Presses Universitaires de Rennes, p. 169-196.

Franckel, J.-J. et al., 2002, « Le lexique, entre identité et variation », Langue française, 133.

Franckel, J.-J., 2004, « Sentir, sens », dans R. Camus et S. de Vogüé (éds.), Linx, 50, Université de Paris X-Nanterre, p.103-124.

Franckel, J.-J. et Lebaud, D., 2006, « Forme », dans Antoine Culioli, Un homme dans le langage, Ophrys, p. 332-357.

Franckel, J.-J., 2015, « Dire », dans  Dire et ses marqueurs, Langue Française, 186, Larousse, p.87-102.

Gaulmyn (de), M.-M., 1986, « Sur les verbes de parole. Dire, demander, proposer », dans S. Rémi-Giraud, S. et M. Le Guern (éds.), Sur le verbe, Lyon, PUL, p. 307-357.

Goldschmitt, S. et Landvogt A., 2008, « Vouloir citationnel. Chronique du changement métonymique d'un verbe modal français », Diachronie, histoire de la langue, dans J. Durand, Habert, B. et Laks, B. (éds.), DOI 10.1051/cmlf08255, Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 08, Institut de Linguistique Française, ISBN 978-2-7598-0358-3.

Gómez-Jordana, S., 2009, « Comparaison hypothétique, mise à distance et reformulation ; étude diachronique et polyphonique du marqueur comme qui dirait », Cahiers de lexicologie, 95/2, p. 83-114.

Merleau-Ponty, M., 1979, Le Visible et l'Invisible suivi de Notes de travail, Édition de Claude Lefort, Collection Tel (n° 36), Paris, Gallimard.

Milner, J. et Milner, J.-C., 1975, « Interrogations, reprises, dialogue », dans J. Kristeva, J.C. Milner et N. Ruwet, (éds.), Langue, discours, société. Pour Émile Benveniste, Seuil, p. 122-148.

Paillard, D., 2009, « Prise en charge, commitment ou scène énonciative », Langue française, 162, p. 109-128.

Rosset, C., 1976, Le réel et son double, Paris, Gallimard.

Rosset, C., 1995, Le choix des mots, Paris, Editions de Minuit.

Haut de page

Notes

1 Je suis redevable à Rémi Camus de ses pénétrantes remarques sur une version précédente de cet article.

2 Nous soutiendrons ici que le « figement » par lequel on peut appréhender un emploi oral de j’veux dire ponctuant un discours, tel que : Il n’est pas très malin, il ne faut pas trop lui demander, j’veux dire… n’échappe pas à une analyse en terme de compositionnalité, dont il correspond à un degré particulier.

3 Cette caractérisation et son explicitation reprennent celles données par Franckel (2015).

4 Ce métaterme fait écho à l'étymologie du verbe dire qui remonte à la racine indo-européenne deik, dik, renvoyant à l'acte de montrer, de désigner, de donner à voir, d'attirer l'attention. Pour Levinas dans Le visage de l'autre, « l’acte de désigner place les choses dans la perspective d’autrui ». Le terme accessible eut également été possible, mais source d’autres difficultés. Le terme de visible finalement retenu peut faire écho à l’ouvrage de Merleau-Ponty (1979).

5 Dans un exemple comme Pierre, ça me dit quelque chose, ça marque que le déclencheur est événementiel. On voit immédiatement la différence avec : Chut ! Jean me dit quelque chose (qui relèverait du cas 1).

6 Sur ça, cf. infra § 3.3.1. ainsi que la note 18.

7 Un rapprochement de invisible avec indicible ne s’avère pertinent que dans les cas particuliers où se trouve en jeu ce qui par l’intensité de sa beauté ou de son horreur échappe à toute verbalisation.

8 Cette remarque ne vaut que pour ça « impersonnel », sans prise en compte des cas où ça désigne de façon péjorative une entité humaine (ces gens-là, ça se croit tout permis), ni de certains régionalismes (Ça veut pleuvoir) où de plus peut jouer une assonance entre veut et va.

9 Sur ce point, cf. Paillard (2009).

10 L'imparfait met en jeu deux repères, temporels ou subjectifs pour un même procès construit indépendamment de l'assignation de ces deux repères.

11 Cette contrainte peut être rapprochée de la thèse de Socrate (dans le Gorgias) selon laquelle il ne saurait y avoir de volonté négative.

12 L’exemple mis en avant sans autre forme de procès ni de commentaire par Goldschmitt et Landvogt (2008) : Elle veut ressembler à Jeanne d'Arc appelle plutôt le conditionnel ou une suite du type : mais n'est pas Jeanne d'Arc qui veut : la possibilité de valider ressembler à Jeanne d'Arc ne va pas de soi (elle se heurte à du non validable).

13 Un principe comparable (quoique débouchant sur une interprétation très différente) se retrouve avec l’expression pourquoi veux-tu que q ? signifiant : il n’y a aucune raison pour que : Pourquoi veux-tu qu’il aille à l’hôpital ? La glose peut-être ainsi formulée : en disant ce que tu (S) dis, tu construit q comme validé, et de mon point de vue (So) q n’est pas validable. Le point essentiel de cet exemple est le décrochement sur un dire qui permet la double construction de q comme validé et comme non validable. Sur cette expression, cf. Milner et Milner (1975).

14 Ce fonctionnement contredit l’intuition selon laquelle vouloir dire se situerait dans un amont psychologique et intime auquel dire permettrait de donner corps.

15 Du point de vue de la compositionnalité en question, vouloir dire peut s’analyser comme « dire vouloir » ou comme « dire – vouloir dire ».

16 R est représentation de quelque chose d’extérieur au dire. De même que vouloir dire n’est pas premier par rapport à dire, de même l’invisible Z (l’état de choses en question, ce dont il s’agit) n’est pas premier par rapport à la construction de <f-R> et de <f’-R’>. Il n'y a pas d'un côté le visible, et de l'autre l'invisible, les deux sont solidaires. Visible et invisible ne sont nullement symétriques. Cette absence de symétrie peut être rapprochée de celle qui caractérise quelque chose et rien. De même que rien n’a de statut qu’à travers quelque chose, l’invisible n’a de statut qu’à travers le visible qui lui donne forme et par la même le fragmente et le réduit. Ce n'est pas quelque chose qui provient de rien, c'est rien qui se conçoit à partir de quelque chose. Le à dire et le dit que met en œuvre vouloir dire ne se situent pas sur deux plans indépendants. On ne conçoit l’invisible qu’à partir du visible de même qu’on ne conçoit rien qu’à partir de quelque chose. L’invisible se construit à partir du visible comme l’excédant et l’enveloppant.

17 Ce caractère peu naturel est encore renforcé avec la forme interrogative : Tu vois ce que je dis ? 

18 Je propose la caractérisation suivante du mot sens : le sens de quelque chose est le déclencheur chez un sujet d'une représentation de ce quelque chose que ce sujet s'approprie. Sur le mot sens, cf. Franckel (2004).

19 Cette formulation fait écho à celle de Paillard, à paraître (Polycatégorialité et sémantique discursive), selon laquelle ça vient de ce +  : il marque la reprise en bloc d’une situation (donnée contextuellement ou correspondant à la situation en cours) dans l’espace intersubjectif. D’où la glose suivante : « Ça désigne ce dont le locuteur parle comme étant présent contextuellement / situationnellement mais qui n’a pas d’autre identité que celle de désigner ce que le locuteur veut dire à son interlocuteur – à charge pour l’interlocuteur de se l’approprier ou non, cela ne dépend que de lui ».

20 Cf. Culioli, et Normand (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Franckel, « Vouloir dire », Linx, 74 | 2017, 39-66.

Référence électronique

Jean-Jacques Franckel, « Vouloir dire », Linx [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/linx/1705 ; DOI : 10.4000/linx.1705

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Franckel

Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals