Navigation – Plan du site

Une lecture de Métaphore et concept

Antoine Ruscio
p. 205-223

Résumé

D’un côté la science classique, avec sa méthode reposant sur la formalisation, et avec son discours théorique qui sépare drastiquement concept et métaphore (et restreint cette dernière à un rôle subalterne dans le processus d’élaboration de la connaissance). De l’autre la psychanalyse, que Claudine Normand met en avant comme science parfaitement rigoureuse, mais dont la méthode exclut le recours à la formalisation, et qui fait de la métaphore un usage tout autre, puisqu’elle sert ici à constituer le contenu même de la connaissance. Comme la science classique présente des défauts rédhibitoires qui doivent, au moins dans le cadre des sciences humaines, conduire à la récuser, Claudine Normand envisage non pas de renoncer à la science (comme d’autres l’ont préconisé), mais de rechercher une nouvelle théorie de la science, qui s’appuie sur l’apport innovateur de la psychanalyse, et qui puisse être étendu à d’autres sciences humaines. Dès ce premier ouvrage on voit ainsi apparaitre un thème qui s'avèrera constant dans l’œuvre ultérieure, celui d'une science (ici la psychanalyse) tout à la fois rigoureuse et sans formalisation.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Tous les numéros de page entre parenthèses renvoient à Métaphore et concept.

1Ce texte, publié en 1976, mais achevé en septembre 1974, compte parmi les tout premiers écrits de Claudine Normand (désormais CN). Sa lecture est difficile. Nous allons, pour commencer, extraire des « remarques préliminaires » (8-14)1, fort denses, les principaux thèmes abordés.

21.1 Il faut noter, dès les deux premières phrases, une double et inattendue affirmation initiale, qui met l’inconscient et la psychanalyse au centre de l’ouvrage :

a) « […] le rapport à l’Inconscient […] sera l’axe de ces remarques sur la métaphore. » (8)

b) « […] le discours du savoir, tissé de concepts et de métaphores, nous renvoie toujours […] à cette instance […] l’Inconscient […] » (8).

3En quatrième de couverture se trouve même affirmée une sorte de rapport interne entre métaphore et inconscient : « Dire métaphores, c’est aussi dire intervention de l’inconscient quelque part… ».

  • 2 « Sa » doit évidemment se lire « signifiant », et renvoie à la notion lacanienne de signifiant.

41.2 Le thème central : il y a, nous dit CN, un « problème réel, qu’on ne pourra pas toujours différer » (11) ; une première indication sur sa nature est apportée plus loin : « […] les épistémologues prudents […] ne pourront pas […] éviter indéfiniment de poser le problème de l’effet du Sa dans un discours, fût-il de la plus grande rigueur conceptuelle. » (13, majuscule et abréviation2 de CN).

51.3 La prise en compte de ce « problème réel » amène à deux positions théoriques fortes. Elle amène à identifier une « illusion tenace concernant le discours scientifique […] » (11), et à la dénoncer. Cette illusion concerne « son statut de code neutre, simple moyen de communication de signifiés indépendants du ‘corps verbal’ qui les véhicule […] » (11). Elle amène à estimer qu’il faut « sortir » de l’opposition classique métaphore/concept (cf. 10).

61.4. Ces positions concernent toutes deux le discours de la science ; la première y aperçoit une illusion interne, la seconde en conteste un trait caractéristique (constitué justement par l’opposition classique métaphore/concept).

71.4.1 Il faut porter attention à l’attitude de Derrida, et des « derridiens », que CN décrit ainsi :

[…] à partir de la dénonciation, insistante et justifiée, d’une illusion tenace concernant le discours scientifique […] il nous semble que s’est développée une tendance […] [dont la conséquence est] […] une invalidation, plus ou moins explicite, de tout discours scientifique (11).

8Pour les derridiens, on ne peut tout à la fois poser « le problème de l’effet du signifiant », en tirer les conséquences du § 1.3, et rester dans le discours de la science.

91.4.2 CN s’oppose à cette conséquence extrême : il faut, pour elle, rester dans le cadre de la science. La solution consistera, après avoir posé « le problème de l’effet du signifiant », et en avoir tiré les conséquences, à se mettre en quête d’un autre discours de la science, réputé possible ; d’où son choix de rechercher un « discours théorique de type nouveau […] » (13).

101.4.3 CN donne une première indication sur ce qui fera la nouveauté de ce « discours théorique » lorsqu’elle écrit :

  • 3 Il s’agit de ceux qui poussent la critique de la science jusqu’à l’invalidation de tout discours sc (...)

[…] cette recherche […] se définit contre les obscurantistes précités3 et contre les partisans de la seule formalisation (qui met le discours à l’abri aussi bien des effets du signifiant que de ceux de l’histoire), dont nous pouvons craindre les certitudes « technocratiques » (13-14).

11La formalisation est ici analysée comme une manœuvre d’évitement du « problème de l’effet du signifiant », celui-là même qu’il est impératif de poser en premier. Il faut en conclure que la formalisation fait partie intégrante de l’illusion inhérente au discours classique de la science, et, en conséquence, que le « discours théorique […] nouveau » ne l’inclura pas.

121.5 Voici comment, en empruntant ses termes à Julia Kristeva, CN trouve à formuler ses propres objectifs :

  • 4 Il s’agit de l’opposition concept/métaphore.

[…] dans des textes plus récents, elle [Julia Kristeva] pose comme possible la constitution d’un discours théorique de type nouveau […] discours qui ne fonctionnerait donc plus dans le cadre de l’opposition précédente4, et permettrait de sortir de l’impasse. A propos de la métaphore, c’est aussi sur ce problème que nous voudrions réfléchir […] (13)

131.6 Les « remarques préliminaires » que nous venons de parcourir nous ont livré les principaux thèmes : le rapport entre la métaphore et l’inconscient, l’opposition métaphore/concept (dont il faut « sortir »), l’illusion inhérente au discours de la science, le problème de l’effet du signifiant, la recherche d’un discours théorique nouveau,...etc. Mais les liens entre ces thèmes manquent, et les questions sur chacun d’eux fusent : pourquoi cette référence appuyée à la psychanalyse pour commencer, alors qu’il semble ne plus en être question ensuite ? En quoi consiste le problème de «  l’effet du signifiant », et quoi impose de le traiter ? Comment implique-t-il les deux conséquences du § 1.3 ? Quoi rend plausible d’envisager un discours de la science qui n’enveloppe pas la formalisation ?

14Pour comprendre d’où viennent les rapports entre ces thèmes et leur cohérence, il faut tout reprendre à partir de la psychanalyse, qui est le réel primum movens pour toute la problématique : c’est elle qui motive les rapports entre les thèmes, et qui, dans beaucoup de cas, en explique même le contenu. Ainsi se trouvent après coup justifiés la teneur et l’emplacement des deux premières phrases du livre.

2. La psychanalyse comme moteur animant l’ensemble de la problématique ; la notion de « discours théorique »

2.1 Les faits originaux apportés par la psychanalyse

15a) La psychanalyse met en évidence l’effet du signifiant dans l’inconscient, qui consiste en ceci qu’à partir de simples rapports entre signifiants, il y a création de sens.

16b) Le jeu du signifiant, par l’intermédiaire duquel il y a création de sens, échappe aux prises du concept et de la formalisation.

17c) La psychanalyse, dans son discours théorique, ne recourt donc pas au concept, mais utilise, en lieu et place, des métaphores, dont elle fait un « usage théorique ».

18d) Il y a enfin la psychanalyse elle-même, en tant que cette discipline nouvelle qui s’impose comme science rigoureuse (elle traite adéquatement son objet propre), tout en ne faisant recours, dans son discours théorique, ni au concept, ni à la formalisation.

2.2 Possibilité théorique de la psychanalyse

19A partir de là s’impose la tâche de montrer la possibilité théorique d’une discipline telle que la psychanalyse. CN s’y engage en tant que linguiste et théoricienne du discours ; elle est justifiée dans cet engagement par le fait que les trois premiers « faits originaux» apportés par la psychanalyse concernent la théorie du sens : sens et signifiant (§2.1a), sens et formalisation (§2.1b), sens et métaphore (§2.1c), et le dernier la théorie du discours.

202.2.1 Pour cela, il faudra décrire/fonder cet apport central de la psychanalyse qu’est « l’effet du signifiant » (= le jeu du signifiant dans l’inconscient en tant que créateur de sens), et montrer qu’il échappe aux prises du concept et de la formalisation.

21Ici intervient la linguistique de F. de Saussure. D’abord en apportant un soutien aux deux premiers « faits originaux » : il y a du signifiant qui module le sens d’une façon irréductible à toute analyse formelle ; ensuite en fournissant à la psychanalyse, par la structure du fonctionnement du sens qu’elle montre à l’œuvre dans le langage, les conditions qui rendent possible le fonctionnement de l’inconscient.

222.2.2 Il faudra aussi expliciter l’ « usage théorique » des métaphores, ce qui revient à élaborer une nouvelle notion de métaphore (dorénavant : M2) ; mais pour cela, il faudra d’abord mettre hors-jeu la notion classique de métaphore (= M1), et l’opposition classique concept/métaphore-M1.

23L’analyse de la notion de métaphore fera apparaitre sa dépendance interne d’une théorie du sens, et le fait que c’est cette dernière qui génère l’illusion inhérente au discours de la science, et infuse dans le discours de la science classique cette opposition forte M1/concept (celle-là même qui interdit à la psychanalyse de pouvoir prétendre au statut de science classique).

242.2.3 Il faudra enfin aborder le thème de la recherche d’« un discours théorique de type nouveau ». Pourquoi faut-il maintenir la notion même de « discours théorique » ? Comment sa « nouveauté » est-elle possible, si elle doit consister dans le fait qu’il ne peut y être fait usage ni du concept, ni de la formalisation ?

252.2.4 Les « faits originaux » du § 2.1 ont été brutalement posés ; mais c’est seulement à partir d’eux que l’on peut voir apparaitre et s’enchainer, me semble-t-il, les thèmes qui font le contenu de ce livre, et cela, non pas arbitrairement, mais dans la dynamique même des rapports qu’ils entretiennent.

26Dans la suite, nous ne pourrons malheureusement ni les exposer tous, ni même les aborder tous. Nous décrirons d’abord la version classique de l’interaction entre métaphore, théorie du sens et discours de la science (§ 3) ; puis nous aborderons l’apport de la psychanalyse (§ 4), et son statut épistémologique si particulier.

2.3 La notion de « discours théorique »

272.3.1 Mais, avant de nous engager dans l’exposé, que faut-il entendre par l’expression omniprésente de « discours théorique » ?

28CN s’appuie ici sur Althusser, selon lequel le discours théorique serait « […] dans sa signification la plus générale, un discours qui a pour effet la connaissance d’un objet » (142). Dans cet « effet » qu’est « la connaissance d’un objet », le discours produit et détermine à la fois la connaissance (les modalités selon lesquelles elle s’effectue) et l’objet en tant qu’il est effectivement atteint et connu. Un tel « effet » est évidemment aussi déterminé que possible : le discours théorique est donc celui qui contient, met en avant et explicite les conditions à partir desquelles la connaissance effective d’un objet est réalisée.

292.3.2 Le discours théorique ainsi configuré a un rapport étroit avec la théorie du sens et le métalangage ; il est le discours qui organise ce niveau spécifique de réflexion où s’élaborent à la fois une théorie du sens et le métalangage propre à l’exprimer et la mettre en œuvre, jusqu’à ce résultat qu’est une connaissance effective, explicitement décrite par une science existante.

30Remarquons que plusieurs points de vue sur la notion de métalangage sont mobilisés à différents endroits du texte. Une certaine notion de métalangage est rejetée, parce qu’elle se tient du côté de l’illusion inhérente au discours de la science : « […] dénoncer les illusions d’un métalangage qui se voudrait code transparent, où le sujet se neutralise […] » (135). Une autre est tenue en bonne part, et, sans qu’elle soit explicitée, me semble faire partie du discours théorique lui-même, comme le laisse entendre le texte suivant :

Quant au discours théorique lui-même, celui qu’une science tient sur elle-même (ce que nous avons annoncé comme le point de vue métathéorique) la découverte freudienne de l’Inconscient, la conceptualisation qu’il en a donnée et les développements qu’elle a suscités, nous paraissent d’une importance telle que la notion classique du discours théorique ne peut que s’en trouver bouleversée. (44).

312.3.3 Comme le note CN, le discours théorique est à la fois « philosophique » et « scientifique » : « Sous le terme ‘théorique’ nous comprendrons à la fois philosophique et scientifique » (10, note 3, souligné par CN) ; « philosophique » : en tant que dirigé vers l’explicitation de conditions de possibilité (parmi lesquelles théorie du sens et métalangage) ; « scientifique » : en tant que décrivant comment le discours scientifique interne à une science particulière y organise la production d’une connaissance effective. Ici « discours théorique » et « discours de la science » se rejoignent.

322.3.4 Pour ce qui va nous concerner directement : c’est au discours théorique qu’il incombera de discuter et de décider de la valeur de connaissance qu’on doit accorder à la nouvelle notion de métaphore.

3. Métaphore, théorie du sens et discours de la science : la perspective « classique »

3.1 La métaphore

333.1.1 CN reprend la définition d’Aristote : « La métaphore est le transport à une chose d’un nom qui en désigne une autre, transport du genre à l’espèce ou de l’espèce au genre ou d’après le rapport d’analogie. » (15), définition qu’elle développe dans les termes suivants :

[…] nous prendrons métaphore dans le sens étendu que lui donne Aristote, c’est-à-dire que nous comprenons sous ce terme la métonymie classique, emploi d’un nom pour un autre sans le rapport de ressemblance qui serait constitutif de la métaphore. Autrement dit, nous nous permettrons ici d’appeler métaphore tout processus de substitution, de déplacement. (16).

34Notons le caractère abstrait de cette définition : seule intervient la substitution d’un signifiant à un autre, aucune notion de ressemblance ou de restriction à la substitution n’y est évoquée.

353.1.2 CN introduit immédiatement l’opposition sens propre/sens figuré comme trait caractéristique de la notion de métaphore ; cela s’explique à première vue aisément : le nom qui est employé « pour un autre » se trouve, de ce fait, posséder deux emplois, qu’il va s’agir de distinguer ; d’où le passage aux notions de « sens propre », qu’on attribuera au « premier » emploi, et de « sens figuré », qu’on attribuera au second ; par-là se trouve posée la métaphore comme « sens figuré ».

36Mais cela signifie également que la notion de sens, et donc une théorie du sens, est requise pour expliciter la notion de métaphore ; plus encore : la notion de métaphore dépend de la théorie du sens que l’on pratique : changer de théorie du sens implique changer de notion de métaphore – et inversement.

3.2 La théorie classique du sens

37Quelle théorie du sens génère cette notion de métaphore, ainsi que sa caractérisation par l’opposition sens propre/sens figuré ?

38La première tâche d’une théorie du sens est d’expliciter la forme selon laquelle on se représente initialement le rapport entre sens et signifiant ; dans les termes précédemment utilisés : de quelle façon corrèle-t-on substitution de signifiants et attestation de sens (= comment faut-il expliciter le passage du § 3.1.1 au 3.1.2 ci-dessus) ? Le principe de la théorie que nous appellerons « classique » est illustrable par la notion leibnizienne d’alphabet des idées. 

3.2/A Alphabet et théorie du sens

1) Qu’est-ce d’abord qu’un alphabet des sons (du langage) ?

39Un alphabet apparait d’abord comme une correspondance originaire entre des sons élémentaires (obtenus préalablement par une analyse de tous les sons du langage), et des lettres, à eux assignées dans un second temps.

40Cette correspondance est supposée permettre la reconstruction de tous les couples (mot écrit ↔ mot sonore) du langage – reconstruction qui fonde le rapport reliant chaque couple (cette reconstruction fondatrice justifie l’emploi du terme « originaire » pour qualifier la correspondance).

41Appelons « analyse alphabétique » l’ensemble formé par l’analyse préalable des sons, et par la reconstruction fondatrice qui suit.

42Il est alors clair que, comme un alphabet n’a de signification que dans le cadre d’une analyse alphabétique, on peut mieux entendre par « alphabet » cette correspondance originaire prise avec l’analyse alphabétique qui lui donne sa signification.

2) La notion leibnizienne d’alphabet des idées

43a) Si le « mot écrit » possède un « mot sonore » correspondant, il possède également un « contenu-de-sens » : ce que Leibniz et la tradition philosophique appellent une idée. La thèse leibnizienne portant sur le sens consiste à affirmer que le rapport « mot écrit ↔ idée » est analysable de la même façon exactement que le rapport « mot écrit ↔ mot sonore».

44b) Nous aurons l’hypothèse que les idées sont analysables en « idées élémentaires », à chacune desquelles on assigne après coup une marque distinctive –elle aussi « élémentaire » ; on constitue ainsi une correspondance originaire (entre « idées élémentaires » et marques distinctives élémentaires). Remarque : on peut aussi appeler « lettres » ces marques distinctives qui étiquettent chacune des « idées élémentaires », mais à la condition de tenir à l’esprit qu’elles ne doivent pas être confondues avec les « lettres » qui étiquettent les « sons élémentaires ».

45c) A partir de là, les notions du § 3.2/A.1 sont immédiatement transposables, et nous obtenons les notions d’alphabet et d’analyse alphabétique des idées, de correspondance originaire…etc.

3) Alphabet des idées et théorie classique du sens

46Si l’on admet que les idées élémentaires sont les sens élémentaires, et que les lettres assignées à ces sens élémentaires sont les signifiants élémentaires, alors en résultent les rapports généraux suivants entre sens et signifiant :

47a) le signifiant en général est divisible en signifiants élémentaires ;

48b) le sens en général est divisible en sens élémentaires ;

49c) il y a une correspondance originaire entre signifiants et sens élémentaires.

50d) On peut, à partir des signifiants élémentaires, reconstruire tous les signifiants possibles.

51e) On peut, à partir des sens élémentaires, reconstruire tous les sens possibles.

52f) On peut, grâce à la correspondance originaire entre signifiants et sens élémentaires, passer (et fonder le passage) de tout sens possible (simple ou complexe) à « son » signifiant (simple ou complexe), et de tout signifiant possible à « son » sens.

53Il s’agit bien là d’une théorie du sens, puisqu’à travers cette configuration du rapport sens/signifiant, ce sont les modalités d’apparition, de saisie, et de manipulation du sens qui se trouvent fixées ; la forme de ce rapport étant celle de l’analyse alphabétique, on peut même parler de « théorie alphabétique » du sens.

3.2/B Sens propre, sens figuré et métaphore

54Dans le cadre de cette théorie du sens sont aisément définissables les notions de sens propre, sens figuré et métaphore.

551) Revenons à la « correspondance originaire » du § 3.2/A.3.c ; cette correspondance fonde, en même temps qu’elle la définit, la notion de « sens propre » d’un signifiant : (a) si ce signifiant est élémentaire, ce sera l’atome de sens originairement associé à ce signifiant ; (b) si ce signifiant est complexe, ce sera le sens complexe constructible à partir de ce signifiant et de la correspondance originaire.

562) Le « sens figuré » est introduit comme extension d’un sens propre. On évoque bien, ici, l’idée de « figurer » un sens (opération qui pourrait ouvrir à toutes les libertés !), mais en réalité, quelle que soit la nature de l’opération de « figuration », son effet sera neutralisé, car l’essentiel reste dans la reconduction du présupposé « élémentariste » portant sur le sens : le sens figuré, produit par la « figuration », est a priori posé comme consistant en un (autre) complexe de sens élémentaires.

573) En s’accordant une telle notion de sens figuré, il suffit, pour obtenir la notion de métaphore, de poser que le signifiant associé « originairement » au sens propre, pourra être considéré, de plus, comme associé « secondairement » au sens figuré obtenu à partir de ce sens propre. La métaphore elle-même sera ensuite définie comme usage d’un signifiant en tant qu’associé « secondairement » à un sens figuré.

3.2/C Caractéristiques de cette théorie du sens

581) Lorsqu’on choisit l’analyse alphabétique comme méthode pertinente pour l’analyse du sens, on soutient ce faisant que les rapports formels d’analyse et de reconstruction (qui constituent l’ossature formelle de l’analyse alphabétique), une fois appliqués au couple signifiant/sens, contiennent le principe de toute compréhension et maîtrise du fonctionnement du sens.

59En soumettant le sens à une analyse alphabétique, on présuppose donc que le sens, précisément en tant que sens, est de droit passible d’un traitement formel, et que ce traitement formel est capable de saisir exactement sa nature de sens.

60On peut alors envisager l’idée que le formel permettra, non seulement d’organiser le sens, mais encore de l’anticiper, voire de le « calculer » (selon le vœu de Leibniz). Examinons deux lieux où peut être identifiée l’emprise du formel sur le sens

612) Correspondance originaire et correspondance formelle. La mise en place de la correspondance originaire entre lettres et sens consiste, dans un premier temps, à assigner une lettre à chacun des sens élémentaires qui viennent d’être obtenus par l’analyse préalable (cf. § 3.2/A.2b). Mais dès que, dans un deuxième temps, l’on pose la réversibilité du rapport « sens élémentaire  lettre » – dès qu’on admet donc comme légitime, à côté du premier, le rapport inverse « lettre  sens élémentaire » – le fonctionnement de la correspondance originaire s’en trouve de fait modelé sur le fonctionnement purement formel de la correspondance biunivoque entre deux ensembles d’objets quelconques. On pose donc, ce faisant, que sens élémentaires et signifiants ne fonctionnent plus en réalité que comme des objets quelconques, soumis à des lois simplement formelles.

62Par ailleurs, la notion d’objet quelconque suppose minimalement celle d’entités discrètes, fermées sur elles-mêmes : autrement dit, celle d’« atomes » ; sens et signifiants fonctionnent donc comme des « atomes de sens » et des « atomes de signifiants ».

633) Correspondance, code et combinatoire. Si, dans cette correspondance formelle entre sens et signifiants, on introduit une « direction » (par exemple : on « va » du signifiant vers le sens), alors on obtient la notion de code : les signifiants fonctionnent comme des étiquettes qui désignent les sens.

64Les signifiants sont évidemment supposés combinables selon les lois d’une combinatoire formelle, laquelle constitue le « contenu formel » du code. À partir de là, une combinaison de signifiants étant donnée (formant un signifiant complexe), on est en mesure de construire le sens complexe associé. Le point capital est ici le suivant : c’est a priori que la forme de cette combinaison de signifiants est supposée utilisable comme forme pour les sens élémentaires. Le formel est ainsi a priori présupposé constituer et structurer le sens complexe.

654) La transparence/neutralité du code. Le code montre que les rapports de sens se coulent exactement dans les combinaisons formelles. Mais cette « interaction » entre sens et formel est cependant entièrement « externe », en ceci que : (a) le sens ne modifie pas le formel : il n’existe aucun effet en retour du sens vers le formel ; et donc : le sens ne représente, pour le formel qui l’encadre, qu’un contenu comme un autre, passif et quelconque ; (b) le formel ne modifie pas le sens : il ne fait que l’« encadrer » sans l’affecter ; autrement dit : le formel est un milieu neutre, transparent, pour les contenus de sens (comme l’espace pour les objets qu’il contient).

665) L’universalité du code. Le code est « universel » d’abord en un sens empirique : on affirme qu’il n’y a aucun sens qui ne vienne à manifestation, sinon par l’intermédiaire du code. Mais il y a plus : puisque le code permet de maîtriser le sens en général, on doit dire qu’il enveloppe a priori tout sens possible ; dans cette mesure, son universalité pour le sens n’est plus empirique, mais a priori.

3.2/D Conclusion

671) Ce qui précède permet de constater le bien-fondé des critiques que CN porte au discours de la science et, à travers celui-ci, à la théorie classique du sens, lorsqu’elle évoque l’« illusion tenace concernant le discours scientifique, à savoir son statut de code neutre, simple moyen de communication de signifiés indépendants du ‘corps verbal’ qui les véhicule » (11, déjà cité au § 1.3a).

682) Cette théorie du sens repose sur l’idée que le formel « domine » le sens : le formel y est mis en œuvre comme le lieu théorique propre à « saisir » le sens, et à expliciter son architectonique interne.

69D’où la grande affinité de cette théorie avec la science : puisque toutes deux ne consistent qu’en construction formelle.

3.3 Le discours de la science

703.3.1 Dans toute science, il semble clair qu’à première vue, construire un concept c’est d’abord construire un sens bien déterminé, discernable et séparable de tout autre, puis assigner à celui-ci une expression qui le désigne exclusivement. CN reconnait « … l’exigence, légitime, de monosémie du discours scientifique, exigence qui peut être elle-même questionnée, mais non éludée » (22). On peut (mais pas obligatoirement) interpréter ce processus comme la construction d’un « sens propre ». 

713.3.2 Le « discours théorique » qui opère ce choix s’inscrit de facto dans l’opposition propre/figuré ; il met ainsi en œuvre une théorie du sens qui est celle-là même qui sous-tend la conception classique de la métaphore (= M1). N’accordant qu’au concept le rôle de porteur effectif de la connaissance, il relègue la métaphore-M1, comme sens figuré, dans un rôle subalterne, où elle n’est admise à intervenir qu’avant ou après le concept. Avant : comme préparation intuitive au concept, à partir de laquelle on entreprend de construire ce dernier ; après : comme moyen intuitif pour le faire comprendre plus facilement. Mais jamais « pendant » : même si l’on reconnait que la métaphore-M1 véhicule bien un contenu de connaissance, ce contenu, lorsqu’il y a métaphore, est toujours estimé insuffisamment élaboré formellement – insuffisance qui empêche la métaphore-M1 de valoir comme concept. D’où une opposition « dure » entre concept et métaphore-M1, qui interdit à la psychanalyse de valoir comme science (classique) et que, pour cette raison, CN entreprend de « dépasser ».

3.4 Conclusion

72Nous venons d’exposer la version classique de l’interaction entre métaphore-M1 (§ 3.1), théorie du sens (§ 3.2) et discours de la science (§3.3). L’élément moteur est évidemment la théorie du sens : c’est elle qui détermine une notion de métaphore (ici : M1), et un type de discours de la science (où a lieu l’opposition forte M1-concept).

73L’exposé préalable de ce cadre était nécessaire pour être en mesure d’évaluer les effets que va y produire l’irruption de la psychanalyse. Au passage, nous avons trouvé réponse à plusieurs des questions que nous avions posées précédemment.

4. La psychanalyse : jeu du signifiant, sens et métaphore

4.1 La découverte freudienne

744.1.1 Le refoulement éloigne de la conscience les éléments traumatiques, mais y laisse en dépôt des « formations substitutives ». Ces formations sont le résultat du « traitement inconscient d’une pensée préconsciente » (Freud, cité par CN : 38), traitement qui consiste en un cryptage par « […] des processus de ‘déplacement’ et de ‘condensation’ […] » (37), cryptage effectué non à partir du sens des termes exprimant des éléments refoulés, mais à partir de leurs seuls signifiants. L’association « libre », comme méthode préconisée pour « remonter » ce cryptage, ne peut elle-même, partant de termes présents à la conscience et exprimant des formations substitutives, qu’associer à partir des signifiants de ces termes.

754.1.2 Production du sens à partir du signifiant

76Au cours d’une psychanalyse, le passage pas à pas d’un signifiant S1 (doté d’un sens s1) à un signifiant S2 (doté d’un sens s2) est vécu comme montrant une liaison de sens entre le terme T1 [=le couple (S1-s1)] et le terme T2, instaurée par l’inconscient, et seule significative pour le sujet en analyse. Il apparait ici que des liaisons opérées sur les seuls signifiants « produisent » du sens pour le sujet.

4.2 La pratique de la métaphore émergeant de la pratique analytique

774.2.1 On pourrait d’abord envisager de dire que cette liaison de sens consiste dans le fait que le terme T1 renvoie de façon « figurée » au terme T2 ; mais comme la série des associations de termes (par l’intermédiaire de leur signifiant) est en droit infinie, il n’y a ni terme doté d’un sens premier, ni terme doté d’un sens propre, et donc : ni terme doté d’un sens figuré. Ce qu’on devra dire, c’est qu’il y a une série indéfiniment prolongeable de termes tout court, dont la liaison, causée par le désir inconscient, consiste en un rapport de sens qu’on dira « de métaphore ». La métaphore reçoit ainsi un nouveau sens, et devient le processus même de passage d’un terme/sens à un autre, la façon même dont le sens se propage d’un terme à un autre :

Il ne s’agira plus, avec la métaphore, d’usure ou de détour, définis par rapport à une origine ou à une nature, mais de la loi même du fonctionnement du langage en tant qu’y émerge toujours le désir. Plutôt qu’apparition du sens, faut-il dire, sans doute, production du sens, comme le travail du rêve nous en donne l’exemple […] (44).

78Cette notion de métaphore, émergeant de la pratique analytique, demande à être approfondie dans deux directions : la théorie du sens qui la fonde (§ 4.3), et le discours de la science qui en sort (§ 4.4).

4.3 Quelle théorie du sens pour rendre compte de cette notion de métaphore ?

79Dans cette nouvelle théorie du sens, on soutient que le sens dit « figuré » n’est qu’un effet de sens qui résulte directement de la substitution d’un signifiant à un autre. La polysémie des signifiants est de droit, et générale, puisqu’a priori tout signifiant peut se substituer à tout autre et en devenir une « figuration ». Et disparait aussitôt la notion de sens « propre » : il n’y a plus que des sens « figurés », ou plus exactement : il n’y a plus que le sens, à corréler uniquement à la substituabilité des signifiants.

80La métaphore, ici, est « processus métaphorique », c’est-à-dire : est le processus de substitution lui-même, considéré dans son effet de production de sens.

81Dans cette théorie, la substitution des signifiants crée du sens ; dans la théorie classique, le sens ne peut pas être créé, il est « toujours déjà là », donné par la correspondance originaire (s’il s’agit d’un sens élémentaire), ou virtuellement présent dans le code (s’il s’agit d’un sens complexe).

4.4 Le discours de la science psychanalytique

82Nous avons dit (§ 2.1c) que la psychanalyse n’utilisait que des métaphores, mais qu’elle en faisait un « usage théorique » (à opposer à l’usage subalterne qui est le sien dans la science classique). Il suffit de poser que la nouvelle définition de la métaphore (§ 4.2.1) constitue la définition de « l’usage théorique » des métaphores pratiqué par la psychanalyse, pour en conclure que le discours de la psychanalyse comme science est bien constitué (mais pas comme discours de science classique), et que son fondement dernier est apporté par la théorie du sens précédente (§ 4.3).

4.5 Le fonctionnement du sens échappe au concept

834.5.1 Ces mouvements du sens, instaurés par l’inconscient, s’ils sont effectivement saisis par l’ « usage théorique » des métaphores, échappent à toute saisie par concept. En toute rigueur, la démonstration de cette dernière thèse est impossible. CN se borne ici à s’approprier les analyses de Pontalis, qui dit de l’objet de la psychanalyse :

C’est le statut de la réalité en cause qui fait problème…une réalité qui, par sa nature même, s’oppose sinon à toute logique, du moins aux prises du concept : fantasmes saisis dans leur constitution, mouvements transférentiels etc. (130)

84Pontalis encore, cité par CN :

  • 5 Pontalis, 1968 : 131.

[…] le çà parle inconscient […] s’il n’échappe pas à toute prise, est rétif en tous cas à la saisie conceptuelle, et, s’il connait des lois (formulées dès la Traumdeutung) demeure irréductible à l’ordre de la compréhension !5

854.5.2 L’appui apporté par la linguistique de F. de Saussure

86L’analyse distributionnelle ne peut adéquatement saisir le sens tel qu’il fonctionne dans la langue :

[…] nous nous demandons si la réduction de la polysémie d’un terme à l’énumération de n ‘invariants’, […] ne permet pas d’éluder simplement le problème du processus métaphorique dans le discours, toujours présent malgré les raffinements du classement distributionnel […] (20).

87Ou encore :

Malgré l’interprétation réductrice des distributionnalistes, la théorie des groupements syntagmatiques ne permet pas de venir à bout des valeurs […] (34).

88Il en va ainsi à cause de la complexité des rapports entre l’axe syntagmatique, et l’axe des associations (ou axe paradigmatique), dont l’interaction engendre un syntagme en même temps qu’elle détermine la valeur, et donc le sens, de chaque terme du syntagme engendré.

89Cette complexité provient du fait que, dans un même axe associatif, les associations peuvent consister en associations entre signifiants (homophonie, par exemple) ou en associations entre signifiés. CN appelle « jeu du signifiant » (34) les associations qui ont lieu entre signifiants, prises avec leur effet sur la valeur/sens des termes du syntagme engendré. C’est ainsi le jeu du signifiant qui résiste à l’analyse distributionnelle.

4.6 Au terme de ce parcours, qu’avons-nous, en principe, obtenu ?

90a) L’objet de la psychanalyse, le désir inconscient, montre que le fonctionnement du sens inconscient échappe au concept ; ce qui est conforté par les analyses de Saussure, selon lesquelles le fonctionnement du sens dans le langage naturel échappe à l’analyse distributionnelle.

91b) La psychanalyse traite adéquatement son objet, le désir inconscient (= le fonctionnement du sens inconscient) à l’aide d’un usage spécifique des métaphores.

92c) Cet usage des métaphores relève d’une théorie du sens et d’un discours de la science tous deux nouveaux, parfaitement recevables, et opposables au discours classique de la science.

93d) Il y a donc un « discours de la science psychanalytique » qui ne recourt ni au concept, ni à la formalisation, et qui est à son tour parfaitement recevable en tant que discours de la science (non classique).

94e) Enfin, dernier point (qu’il n’a pas du tout été possible d’aborder) : ce « discours de la science psychanalytique » peut être étendu à d’autres sciences sociales, et donner lieu au « discours théorique nouveau », dont la recherche était l’un des buts du livre. CN en propose, en toute fin de son ouvrage, deux essais, dont je ne dirai rien, sauf rapporter ce qu’elle-même en a dit bien plus tard : 

Quant aux textes que je donne alors comme exemplaires d’un discours nouveau, je dirai aujourd’hui qu’ils ne peuvent guère constituer un argument (et je le sentais bien, je crois). (2006 : 226).

5. Remarques finales : de l’année 1976 aux derniers travaux

5.1 Une notion de « science douce » ?

95Au terme de ce trop rapide survol, on peut, si l’on prend du recul, apercevoir une confrontation non explicitement dite, mais très manifestement mise devant nous. D’un côté, la psychanalyse, en tant qu’exemple de science d’une sorte nouvelle, en ce qu’elle serait rigoureuse tout en ne faisant recours ni au concept, ni à la formalisation. De l’autre la science classique, qui recourt évidemment au concept et à la formalisation.

96Ne pourrait-on avancer l’idée que CN, avec cette confrontation, se propose déjà d’établir quelque chose comme la possibilité d’une « psychanalyse douce » (anticipant la « linguistique douce » qu’elle mettra en place dans des travaux bien ultérieurs), « psychanalyse douce » dont elle tente, de plus, avec sa recherche d’un discours théorique nouveau, une généralisation vers l’idée d’une « science douce » – spécifique des « sciences humaines » ?

5.2 Deux comparaisons entre les époques

971. Une constante : l’insuffisance de la formalisation à saisir le fonctionnement du sens.

98Mais alors qu’en 1976, la psychanalyse est le fer de lance de l’irréductibilité à la formalisation, c’est, dans les derniers ouvrages, le simple (si l’on peut dire) fonctionnement du sens dans le langage naturel qui joue ce rôle ; la problématique s’est donc resserrée sur l’essentiel : c’est bien le sens tel qu’il fonctionne dans un langage naturel qui, d’abord, élève un obstacle à la formalisation.

992. L’ambition, en 1976, était également de concevoir un « discours théorique nouveau », en charge d’expliciter et asseoir la scientificité non classique des sciences humaines. L’idée d’un tel discours est abandonnée dans la suite : la « linguistique douce », et la rigueur qui y est mise en œuvre, n’en ont aucun usage ; il s’agira alors d’écarter la formalisation, sans renoncer à « la rigueur de l’étude des formes » (4ème de couverture de « Petite grammaire du quotidien »), et sans que cette rigueur ait à s’inscrire dans un discours préalable à son exercice.

Haut de page

Bibliographie

Normand, C., 1970, « Propositions et notes en vue d’une lecture de F. de Saussure », La Pensée, 154, p.34-51.

Normand, C., 1976, Métaphore et concept, Complexe, Bruxelles.

Normand, C., 1987, « Des mots sous et sur les mots », C. Normand (éd.), La reformulation, pratiques, problèmes, propositions, Études de linguistique appliquée, 68, Didier Érudition, p. 5-12

Normand, C., 1995, « Le Cours de Linguistique générale, métaphores et métalangage ». Langages, 120, p. 78-90.

Normand, C., 2000, Saussure, Les Belles Lettres, Paris

Normand, C., 2006, Allegro ma non troppo, Editions Ophrys, Paris.

Pontalis, J.-B., 1968, Après Freud, Tel Gallimard, Paris.

Robin, R., Normand, C., Maldidier, D., 1972, « Discours et idéologie : quelques bases pour une recherche », Langue française, 15, p. 116-142

Haut de page

Notes

1 Tous les numéros de page entre parenthèses renvoient à Métaphore et concept.

2 « Sa » doit évidemment se lire « signifiant », et renvoie à la notion lacanienne de signifiant.

3 Il s’agit de ceux qui poussent la critique de la science jusqu’à l’invalidation de tout discours scientifique.

4 Il s’agit de l’opposition concept/métaphore.

5 Pontalis, 1968 : 131.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Ruscio, « Une lecture de Métaphore et concept », Linx, 74 | 2017, 205-223.

Référence électronique

Antoine Ruscio, « Une lecture de Métaphore et concept », Linx [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/linx/1775 ; DOI : 10.4000/linx.1775

Haut de page

Droits d’auteur

Département de Sciences du langage, Université Paris Ouest

Haut de page
  • OpenEdition Journals