Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76L’énigme de l’ordre des mots : « ...

L’énigme de l’ordre des mots : « femme + noms d’humains »

The puzzle of the word order “femme + Human Nouns”
Itsuko Fujimura
p. 85-114

Résumés

Ce travail vise à expliquer l’ordre des mots « femme + Noms d’humains » (selon l’exemple de femme médecin) avec l’interprétation de femme comme modifiant qui indique le sexe du référent de NH, ce qui n’est pas conforme à la règle standard (déterminé + déterminant) de la séquence N + N en français. À la suite de l’observation qualitative et quantitative de données constituées d’environ 1600 exemples de « femme / homme +N » et de « N + femme / homme », tirés du corpus du journal Le Monde, nous démontrons que cet usage du N femme est en grande majorité présent dans nos corpus et qu’il n’est pas explicable par l’analogie des autres usages qualificatifs et coordinatifs de « femme + N ». Nous proposons donc l’analyse de femme comme semi-préfixe ou préfixoïde dans « femme + NH ». Dans tous ces cas, femme, en tant qu’élément antéposé, joue le rôle de tête morphologique qui régit le genre féminin comparable aux affixes féminins. Femme satisfait ainsi les conditions des affixoïdes aux plans de la phonétique, la productivité, la généralité de sens et la paradigmaticité avec des suffixes féminins. En revanche, la forme garde son statut de N en conservant ses caractéristiques morphologique et sémantique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été financé par JSPS Grant-in-Aid pour la recherche scientifique no.26370483. Cet article est la version actualisée et adaptée en français de Fujimura (à paraître 2017) sauf qu’il ne parle pas de la comparaison entre le français et le japonais sur la question et que les arguments dans 4.4 et 4.6 ont été ajoutés. Nous remercions Denise Malrieu, Nicolas Baumert et Saburo Aoki pour leur aide dans la rédaction du texte.

Introduction

1En français, dans les séquences N1N2, l’ordre des mots est en principe déterminé-déterminant. La tête sémantique de la séquence est à gauche et son modifiant est à droite, comme dans timbre-poste, station-service, excepté quelques composés dont l’origine est étrangère, tantôt germanique tantôt grecque, tels qu’auto-école. Cet ordre des mots est considéré comme une caractéristique fondamentale des langues romanes, alors que, dans d’autres langues telles qu’anglais ou japonais, l’ordre inverse est de règle. L’ordre des mots basique dans ces langues est déterminant-déterminé avec la tête sémantique à droite. Les exemples cités plus haut timbre-poste, station-service sont donc traduits avec l’ordre inverse : postage-stamp et service-station en anglais, et yubin-kitte (poste-timbre) et sābisu-sutēshon (service-station) en japonais.

2On peut cependant trouver facilement une exception à ce propos. Il s’agit de la séquence « femme + noms d’humains (désormais NH) » dont l’exemple est femme médecin ou femme-gouverneur qui sont habituellement traduits en female/woman doctor ou female/woman governor en anglais et en Josei-ishi (femme-médecin), Josei-chiji (femme-gouverneur) en japonais. L’ordre de ces séquences est alors bizarrement identique. Le présent travail aborde cette question qui demande une explication.

  • 1 Les exemples (1), (2) et (3) sont recueillis dans des corpus parallèles. Voir Volk et al. (2016) et (...)

3Les phrases et , issues de corpus parallèles franco-anglais, permettent d’observer les usages de ces séquences où femme gouverneur et femme maire correspondent respectivement à female Governor et à woman mayor en anglais1 :

(1)

La Revue de l'OTAN s'entretient avec la première, et la seule, femme gouverneur d'Afghanistan de la manière dont le pays voit (...).

NATO Review talks to Afghanistan's first and only female Governor about how the country sees women, religion - and tourism.

(2)

3,3 % des femmes occupent des fonctions municipales élues (taux qui passe à 19,1 % à Nouakchott avec une femme maire sur 9).

3.3 per cent of elected municipal offices are held by women (a proportion which rises to 19.1 per cent in Nouakchott, with one woman mayor out of every nine)

4L’ordre des mots inverse se retrouve dans médecin femme qui correspond à lady doctor en anglais dans l’exemple  :

(3)

J'ai dû me battre pour obtenir un médecin femme et un cabinet ambulant sur place, plus une ambulance pour les cas urgents.

I had to fight to get a lady doctor and mobile labour room on site and an ambulance for emergencies.

5Sans examiner le détail de ces exemples, nous nous intéresserons à l’ordre des mots « femme + NH » dans le seul cas du français.

  • 2 L’usage de « femme + NH » ne semble pas une nouveauté provenant de l’anglicisme récent. Dans Frante (...)

6La séquence « femme + NH » est souvent traitée dans les études sociolinguistiques du français, dans les contextes où l’on parle de la féminisation des noms de métiers et de titres (Yaguello 1978 : 134-35, Eskénazi 1998, Schafroth 2003 : 105-106, Dister 2004 : 321-322). Cette question ne semble par contre faire l’objet d’aucune étude sémantique ou morphosyntaxique. Picone (1998 : 133-37) la discute en supposant que l’usage de « femme + NH » est sous influence de « woman + NH » en anglais2. Noailly (1990 : 29) laisse tomber délibérément les cas de « femme + NH » dans son influent ouvrage sur les N1N2 pour la raison qu’elle n’est pas sûre si « N1+NH » est un type de N1N2 ou celui de N1 +Adj. D’après cette auteure, les NH en français ont le caractère particulier d’être aussi bien adjectifs que substantifs. Ni Fradin (2009), ni Arnaud (2010), ni Loock (2013) n’abordent la question.

7Nous croyons que cette lacune provient, d’une part, des traits propres aux NH suivant Noailly (1990) et, d’autre part, de l’usage très divers et flexible du N femme, thème du présent volume. L’analyse de ce phénomène requiert de travailler sur une base de données solide.

8Dans le présent travail, nous essayons donc d’élucider la raison de cet ordre des mots en français, en observant environ 1700 exemples de « femme / homme + N2 » et «  N1 + femme / homme » tirés du corpus du Monde (1988, 1994, 1996, 1999, 2000, 2006 et 2012) comptant un total d’environ 100 millions de mots. Nous proposerons une solution dans laquelle femme dans « femme + NH » est à analyser comme semi-préfixe.

9Dans ce qui suit, nous présenterons tout d’abord quelques caractéristiques saillantes de « femme +NH » dans la section 1. Nous expliquerons ensuite la méthodologie de cette étude et nos données dans la section 2. Dans la section 3, nous observerons les exemples de « femme/homme + N » dont la relation entre les deux noms est la qualification ou la coordination. Nous examinerons en détail, dans la section 4, les exemples de « femme + NH » des points de vue syntaxique dans 4.2, sémantique dans 4.3 et 4.4, et morphologique dans 4.5. Nous constaterons le statut d’être préfixoïde de femme dans 4.6.

1. Particularités de « femme + NH »

10Nous discutons ici quelques caractéristiques de « femme + NH ».

  • 3 Pourtant, dans notre corpus, nous avons trouvé un exemple de « NH + féminin » : Kiriko Nananan, (…)(...)

11D’abord, l’usage du mot femme est pratiquement le seul moyen d’indiquer le sexe du NH, bien qu’il y ait le choix entre les deux ordres des mots : « femme + NH » et « NH + femme ». Selon Yaguello (1989 : 75) et la description des dictionnaires usuels de français3, contrairement à female en anglais l’adjectif féminin n’est pas employé pour qualifier un NH. Si l’on veut utiliser féminin pour qualifier un NH, on doit recourir à une expression plus longue et moins fréquente telle que les cinéastes de sexe féminin.

12Deuxièmement, la réflexion grammaticale sur la séquence « femme + NH » est rare dans la littérature. Noailly (1990 : 199-200) semble considérer que, dans cette séquence, femme est la tête sémantique et que le NH est son modifiant. Elle relève l’exemple de une femme médecin pour affirmer qu’en français, on interprète tendanciellement N1N2 comme « qualifié-qualifiant » à la différence d’autres langues. Toutefois, son analyse ne semble pas expliquer les exemples vus plus haut, même si elle est appropriée à la grammaire standard du français. Eskénazi (1998) considère femme, dans « femme + NH », comme support hyperonymique. L’idée que femme est hyperonyme d’un NH ne nous semble cependant pas conforme au sens commun. Car le sexe et le métier sont des facteurs indépendants pour la classification des personnes. Schafroth (2003 :105) semble considérer que femme à gauche est la tête de la séquence parce que l’accord grammatical est contrôlé par ce N. Sur cette question, nous considérons, suivant Booij (2009a) et Arnaud (2010), que la tête sémantique et la tête formelle (= tête morphologique suivant Arnaud (2010)) sont deux fonctions distinctes. La tête formelle est le noyau morphologique qui régit l’accord en genre. La tête sémantique est à identifier suite à l’analyse sémantique que nous effectuons dans les sections qui suivent. La tête formelle et la tête sémantique peuvent coïncider ou non selon les cas. La séquence un bateau-école est un cas de divergence. Sa tête formelle est bateau puisque cet élément détermine le genre de la séquence, tandis que sa tête sémantique est école, puisque le bateau-école est une école. Par contre, une soirée cinéma est un cas de coïncidence, vu que soirée est la tête sémantique de la séquence ainsi que sa tête formelle.

13Troisièmement, la discussion sur les séquences « femme + NH » est plus vivante dans la littérature sociolinguistique (Yaguello 1978, Eskénazi 1998, Schafroth 2003, Dister 2004 entre autres) à propos d’exemples comme ou  :

  • 4 Presque tous les exemples dans cet article sont recueillis dans Le Monde. La source de l’exemple es (...)

(4) Un chef d'entreprise sexagénaire, un concertiste et une femme médecin marquaient, eux aussi, leur passion pour la marque sans jamais s'enflammer (...). (LM 20004

(5) (...) on note bien peu de différences entre les femmes cadres supérieures victimes de violences conjugales (10 %) et les ouvrières (8,7 %), les employées (9 %) ou les femmes au foyer (10,2 %). Les chômeuses (13,7 % ont subi des violences) et les étudiantes (12,4 %) (…). (LM 2000)

  • 5 Office québécois de la langue française, L'emploi de « homme » et de « femme».

14Dans ce contexte, femme est traité comme une sorte de modifiant. Il est ajouté à un NH masculin sans correspondant féminin : médecin et cadre dans ces cas. Les séquences femme médecin et femme cadre sont comparables aux autres mots de genre féminin de l’extrait: ouvrière, employée et chômeuse. Le manuel de féminisation publié en 1999 en France (Becquer et al. 1999) ne mentionne pas ce procédé lexical consistant à ajouter le nom femme à un nom masculin. Par contre, au Québec où la féminisation des NH est beaucoup plus avancée qu’en France, l’Office québécois de la langue française déconseille l’utilisation de ce procédé, parce qu’ « il empêche l’emploi d’une forme féminine proprement dite ou l’emploi au féminin d’une forme épicène »5. Cela dit, femme est, de fait, productif pour féminiser des NH à côté de ces moyens morphosyntaxiques. Cependant la question de l’ordre des mots reste ouverte.

15Pour répondre à cette question épineuse, nous essayons d’aborder le phénomène de la manière la plus exhaustive possible en observant les exemples recueillis dans le corpus constitué pour cette étude.

2. Méthode et données

16Cette section présente la méthode suivie. Nos données sont constituées d’environ 1700 exemples de « femme(s) + N2 » et «  N1 + femme (s) » ainsi que de « homme (s) + N2» et de « N1 + homme (s) » tirés du grand corpus journalistique. Les exemples en homme ont été ajoutés pour avoir une sorte de référence. Nous ne discutons pas dans ce travail l’ambiguïté de l’homme, NH général, qui peut désigner un être humain sans référence au sexe.

2.1 Corpus

  • 6 ELRA-W0015, Corpus de textes du journal Le Monde..

17Notre corpus est constitué de 7 années du journal Le Monde (1988, 1994, 1996, 1999, 2000, 2006 et 2012) distribué sous forme de fichier texte par l’ELRA (European Language Resources Association)6. Le Monde a été sélectionné comme corpus du fait de son accessibilité. Le nombre de mots du corpus est d’environ de 100 millions et on sait (Noailly 1990 : 31) que les séquences N1N2 sont particulièrement abondantes dans les textes médiatiques et les textes publicitaires. Si le fait de nous limiter à des textes de presse présente certainement des inconvénients, nous avons tout de même préféré le corpus du journal Le Monde à un assemblage de textes divers, étant donné sa représentativité en tant que texte médiatique français.

2.2 Les données

18Nous avons recueilli les exemples de « femme / homme + N2 », «  N1 + femme / homme » selon la procédure suivante :

1) nous avons supprimé tous les traits d’union du corpus, puisque leur usage est instable et peu fiable pour l’identification des caractéristiques de N1N2 en français (Mathieu-Colas 1995) ;

2) nous avons étiqueté les parties de discours pour tous les mots du corpus grâce à l’analyseur Tree Tagger ;

  • 7 N1N2 obtenu sont les suivants par l’ordre régressif de l’occurrence. NOM_site NOM_Internet:2313, NO (...)

3) nous avons constitué la liste de bigrammes : N1N2 avec l’information de leur fréquence par la recherche automatique7 ;

4) nous avons créé une liste de 147 types de N juxtaposés à côté de femme / homme, à partir de cette liste de bigrammes  « femme/homme +N2 » et de la liste des noms de métiers représentatifs (Fujimura 2005) ;

5) nous avons effectué la recherche automatique de « femme/homme + liste de N », « liste de N +femme/homme » dans le corpus et sauvegardé des exemples sous forme de Kwic ;

6) obtenons 1678 exemples après suppression manuelle des données non-pertinentes. Celles-ci sont des noms composés ayant deux têtes référentielles comme l’égalité hommes-femmes entre autres ;

7) nous avons classé manuellement les N en quatre catégories : humain, animal, objet et abstrait suivant leur signification dénotative ;

8) nous avons classé manuellement la relation entre N1 et N2, en cinq catégories suivant Noailly (1990), Fradin (2009), Bisetto & Scalise (2009) et Arnaud (2010). Ce sont d’abord la qualification, la complémentation, l’identification et la coordination conformément à la nomination de Noailly (1990). La table 1 ci-dessous explique cette classification. Nous y avons ajouté l’indication de sexe qui réfère au cas où femme ou homme indique le sexe du NH en cooccurrence avec ce NH.

19Le nombre total d’exemples retenus est de 1678. Les fréquences de chaque séquence sont les suivantes : « femme + N2 » : 911, « homme + N2 » : 592, « N1 + femme  » : 81 et «  N1 + homme » : 94. Femme est antéposé dans 92 % des cas.

2.3 Cadre de classification des relations entre N1 et N2

20Nous classons les relations entre N1 et N2 en quatre catégories suivant Noailly (1990).

Relation

Exemple

Nombre de référents

Caractéristique

Qualification

homme clé

1

N1 comme N2, N1 qui est N2

Coordination

hôtel-restaurant

1 ou 2

Egalité entre N1 et N2, qui sont commutables

Identification

le président Mitterrand

1

N1 est l’hyperonyme de N2, nom propre

Complémentation

bébé éprouvette

2

le référent de N1 est différent de celui de N2

Table 1:Classification des N1N2 selon Noailly (1990)

21Parmi ces catégories, nous avons écarté tout d’abord la relation d’identification puisque les exemples correspondants n’existaient pas dans nos données.

  • 8 Les exemples sont : Femme information, la femme quota, Mode Homme, styliste hommes, la descente hom (...)

22Ont été éliminés ensuite les exemples classés dans la catégorie de complémentation8 puisque sans rapport avec notre question. Fradin (2009) affirme que la complémentation (= two-slot nominal constructs) constituée de deux noms ayant deux référents différents souvent reliés par une préposition, est fondamentalement différente des trois autres types (ex. stylo bille / stylo à bille). Or, notre objet de recherche « femme +NH » désigne un seul référent.

  • 9 La composition de deux noms indépendants ayant deux référents comme physique-chimie, Alsace-Lorrain (...)

23La différence entre la qualification et la coordination réside dans le nombre de référents et la similitude de fonction entre N1 et N2. Selon une étude typologique sur les noms composés du type coordinatif (Arcodia et al. 2010 :184-186), dans les langues en Asie de l’Est, les noms coordinatifs désignent souvent deux référents distincts, par exemple Oya-Ko (parent-enfant) « parents et enfants » Te-Ashi (bras-jambe) « membres » en japonais, tandis que dans les langues d’Europe, ils désignent plutôt un référent ayant deux propriétés comme boulanger-pâtissier, canapé-lit, robe-manteau (Fradin 2009 : 429-430, Arccodia et al. 2010)9. En français donc, la frontière entre coordination et qualification n’est pas claire et le nom à gauche dans la coordination peut être aussi interprété comme la tête sémantique de la qualification (Noailly 1990 : 91-93).

24Afin d’observer les exemples de « femme + N », il semble utile de faire la distinction entre les analogiques (poisson-perroquet) et les équatifs (barrage-poids) qui sont des sous-catégories de la qualification, même s’il y a une continuité entre les deux, suivant Arnaud (2010). Pour ne pas nous perdre dans les différentes terminologies, nous nommons ces deux types de sous-catégories de la qualification comme relation analogique et relation équative. Nous admettons aussi, avec Arnaud (2010), que la relation équative avec une seule tête est très proche de la relation coordinative avec deux têtes.

25Nous définissons la catégorie « indication de sexe » dans notre travail. Elle correspond aux séquences N1N2 dans lesquelles femme, ou homme, indique le sexe du référent de NH. Cette catégorie ne s’oppose pas aux deux autres catégories : qualification et coordination. Les séquences premièrement étiquetées comme « indication de sexe » peuvent être également étiquetées comme qualification ou comme coordination.

2.4 Présentation des données

26La table 2 présente la distribution de 1576 exemples retenus suivant leur catégorie : qualification, coordination et indication de sexe.

femme / homme +N2

N1+ femme / homme

Total

femme

902

58

960

Qualification

195

0

195

Coordination

4

2

6

Indication du sexe

703

56

759

homme

593

23

616

Qualification

564

0

564

Coordination

3

7

10

Indication du sexe

26

16

42

Total

1495

81

1576

Table 2 : femme/homme ; catégories antéposition/postposition

27La plupart des séquences « femme + N2 » sont catégorisées comme indiquant le sexe (78%, 703/902), tandis que la plupart des séquences « homme + N2 » le sont comme qualification (95%, 564/593). L’antéposition de femme / homme est majeure (95%, 1495 / 1576). Il n’y a aucune qualification ayant un N qualifié par femme / homme postposé. Dans la catégorie d’indication de sexe, la fréquence de « femme + NH » est particulièrement importante (703 occ.) ; celle d’homme est beaucoup moins fréquent que celle de femme (42 occ. au total) ; il n’y a pas beaucoup de différence d’occurrences entre « homme + NH » et « NH + homme » (26 vs 16).

28La table 3 présente les séquences constituées de femme/homme et des N les plus fréquemment employées dans le corpus.

  • 10 La fréquence est calculée sous forme de lemma.

Ordre

Séquence10

Fréq

Relation entre N1 et N2

catégorie de N

1

homme clé

172

Qualification (analogique)

Objet

2

homme orchestre

98

Qualification (analogique)

Abstrait

3

femme médecin

56

Indication de sexe

Humain

4

femme victime

49

Indication de sexe

Humain

5

femme écrivain

44

Indication de sexe

Humain

6

femme flic

37

Indication de sexe

Humain

7

femme chef

36

Indication de sexe

Humain

8

femme enfant

35

Qualification (analogique)

Humain

9

femme journaliste

34

Indication de sexe

Humain

10

femme cadre

34

Indication de sexe

Humain

Table 3: les 10 premières combinaisons de femme/homme et de N les plus fréquentes

29Homme clé, homme orchestre et femme enfant sont analogiques (= sous-catégorie de la qualification), homme ou femme étant qualifiés métaphoriquement par N2. Femme enfant ne désigne jamais « un enfant du sexe féminin », à la différence de femme médecin, femme victime etc. Les séquences homme clé et homme orchestre représentent la moitié des occurrences de « homme qualifié par N2 » (270 fois /540). Par contre, la distribution de « femme + NH » est dispersée. La productivité et la diversité de cette formule est importante : femme prêtre, femme ministre, femme députée, femme candidate, femme présidente, femme athlète, femme architecte, femme troubadour, femme chauffeur de taxi etc. (voir la table 4 dans la section 4.1).

3. « Femme / homme + N » dans les catégories de qualification et de coordination

30Dans cette section, nous examinons les exemples de qualification et de coordination. Nous ne traitons pas ici les exemples d’indication de sexe. Cet examen vise à caractériser l’usage de femme dans ces deux catégories. Nous essayons d’y trouver la clé pour résoudre l’énigme de l’ordre des mots de « femme + NH ».

3.1 Qualification

31Tous les exemples de qualification : « femme / homme + N2 » de notre corpus sont indiqués ci-dessous, classés suivant la catégorie sémantique du N2 : Abstrait, Objet, Animal et Humain. Il s’agit de 61 types d’exemples (759 occurrences brutes) présentés sous forme de lemmes. Dans cet usage, nous n’avons aucun cas d’ordre inverse : « N1 + femme / homme ».

32a. femme ou homme + Abstrait :

femme/homme modèle, femme/homme orchestre, femme/homme symbole, homme miracle, homme providence, homme puzzle, femme relais, femme fantôme

33b. femme ou homme + Objet :

femme/homme caoutchouc, femme/homme clé, femme/homme fleur, femme/homme objet, femme/homme sandwich, femme/homme squelette, femme/homme tronc, homme arbre, homme charnière, homme livre, homme machine, homme phare, femme chocolat, femme jardin

34c. femme ou homme + Animal:

femme/homme araignée, femme/homme chat(te), femme/homme insecte, femme/homme grenouille, femme/homme loup, femme/homme serpent, femme/homme singe, femme/homme tigre(sse), femme/homme oiseau, femme ou homme poisson, homme chien, homme ours, femme papillon, femme vampire, femme fantôme

35d. femme ou homme + Humain :

femme/homme enfant, homme médecin

36Quand N2 est un nom abstrait, d’objet ou d’animal, dans la plupart des cas la relation entre les deux noms est analogique (ex. femme/homme orchestre, femme/homme caoutchouc, femme/homme grenouille), et dans d’autres cas, moins nombreux, elle est équative (ex. femme/homme modèle, homme machine). Voici deux occurrences de femme fantôme où la relation est analogique dans et équative dans . L’exemple est une exception où l’interprétation de femme comme modifiant est envisageable.

(6) La femme fantôme, (…) Marc Chalgrin a perdu sa femme - au sens propre du terme. Quand il rentre un soir dans l'appartement qu'il partage avec Liv, celle-ci a disparu. Au vrai, Liv a-t-elle jamais existé? (LM 2012)

(7) (...) Sylvia, son plus beau polar, l'histoire (dans la lignée du Vertigo d'Hitchcock) d'un privé qui tombe amoureux fou d'une femme fantôme dont il doit explorer le passé. (LM 2000)

37Il n’y a que très peu d’occurrences où N2 est un humain. Pour femme, il y a seulement femme enfant illustré en . Il s’agit de la relation analogique entre N1 et N2 comme c’est le cas de femme chatte qui le suit.

(8) Barthes opposait, lui, les deux pôles de Garbo et d'Audrey Hepburn, au visage de femme-enfant, de femme-chatte (...). (LM 1996)

38Dans la relation de qualification, femme ou homme, qui figure à gauche, fonctionne toujours comme tête sémantique, modifiée par le N2 qui le suit. Il n’en est jamais le modifiant.

3.2 Coordination

39La relation entre deux N est coordinative quand ils désignent les deux propriétés d’un même référent. La coordination étant en continuum avec la qualification (Noailly 1990, Arnaud 2010), il est difficile de tracer d’une manière objective la frontière entre les deux. Les exemples ne sont pas nombreux : 16 occurrences au total, 6 femmes et 12 hommes, avec 4 cas de Dieu homme.

(9) Anna transformée en femme-cheval (...). (LM 2006)

(10) En riposte, son père fait, avec le concours du sinistre inventeur Rotwang, transformer une femme-robot à la ressemblance de Maria. (LM 1999)

(11) (...) les pithécanthropes ou « singes-hommes» (1891) (...). (LM 2000)

(12) (...) les différences constatées entre les quatre versions de Matthieu, Marc, Luc et Jean, et évidemment, le dogme de l'incarnation du Dieu-homme. (LM 1988)

40Les exemples et indiquent les entités imaginaires hybrides entre femme et N2. Les singes hommes, dans , sont des créatures entre les singes et les hommes. Dieu homme, dans , réfère à Jésus Christ qui est le Dieu et un homme. Bien que les deux N soient par définition commutables dans la relation de coordination, il est, de fait, difficile de le faire dans ces exemples sans changer leur signification. Tandis que singe homme dans l’exemple est plutôt un singe, homme singe dans l’exemple désigne un homme.

(13) Tarzan, l'homme-singe Film américain (...). (LM 1996)

41Les exemples de coordination nous permettent de constater que l’interprétation de N1 comme tête sémantique est tenace dans N1N2, ce qui est affirmé dans Noailly (1990).

3.3 Femme dans les relations de qualification et de coordination

42Dans la relation de qualification, le mot femme fonctionne toujours comme tête sémantique en position de N1 modifié par N2. Il désigne toujours une entité humaine adulte de sexe féminin. Dans la coordination, on observe la même tendance, à savoir que la tête sémantique est plutôt N1 que N2, même si les exemples de femme sont trop peu nombreux (6 occ.) dans ce cas. L’exemple (7) est une exception où il n’est pas impossible d’interpréter femme comme un modifiant qui indiquant le sexe ou l’apparence de fantôme à côté de l’interprétation ordinaire. Pour que la première interprétation soit envisageable, N2 devrait être une créature qui peut avoir l’apparence d’une femme et la relation entre femme et N2 est équative. La raison pour laquelle femme enfant ne désigne jamais « un enfant du sexe féminin » consiste dans le fait qu’un enfant n’a pas l’apparence d’une femme.

  • 11 Excepté le cas de femme femme.

43Il n’y a aucun cas où femme fonctionne comme adjectif qualificatif postposé11. Si on aime exprimer la féminité en tant que qualité de N1, on emploie l’adjectif qualificatif féminin. Femmes-fleurs est attesté dans LM comme dans , fleurs féminines l’est dans un texte littéraire comme dans , alors que fleurs femmes n’est jamais employé.

(14) (...) on admire son ballet de femmes-fleurs pour une scène de La Traviata. (LM 2000)

(15) Notre époque n'a plus ces belles fleurs féminines qui ont orné les grands siècles de la Monarchie française. (Frantext, Balzac 1845)

44Nous avons constaté, avant de passer à la question de l’ordre des mots inverse « femme (=modifiant)  + NH (= tête sémantique) », que, dans la catégorie de qualification ne figure que le modèle « femme (= tête sémantique) + N2 (= qualifiant) » à de rares exceptions près.

4. « Femme /homme + NH » dans la catégorie d’indication de sexe

45Nous examinons, dans cette section, les séquences « femme/homme + NH » et « NH + femme/homme » employées dans la catégorie d’indication du sexe de NH.

4.1 Aperçu statistique

46Nous avons vu dans la Table 2 ci-dessus que femme a une forte tendance à s’antéposer, ce qui confirme l’observation de Schafroth (2003). Femme postposé est tout de même beaucoup plus fréquent dans la relation d’identification de sexe que l’usage qualificatif, dans lequel l’occurrence de femme postposé est nulle. L’occurrence d’homme est beaucoup moins fréquente que celle de femme dans les deux positions.

  • 12 Il y a une forte différence entre femme et homme à tous égards

47Tous les types de cooccurrence entre femme/homme et NH sont présentés dans la table 4, classés en fonction de l’ordre des mots. Dans notre corpus, le mot femme est toujours antéposé avec 33 NH, tandis qu’il est toujours postposé avec un seul NH : collègue. Pour homme, il n’y a pas d’écart aussi important entre les deux ordres des mots12.

  • 13 Deux exemples de médecin femme sont attestés dans notre corpus, dont l’un est dans (16), contrairem (...)

F/H -- NH seul

les deux

NH -- F/H seul

femme

actrice, agent, architecte, astronaute, avocate, cadre, chauffeur, chercheuse, compositeur, conseillère, député(e), détective, directrice, entrepreneur, entrepreneuse, flic, gardien, ingénieur, juge, maire, maître, membre, peintre, photographe, prisonnière, réalisateur, sculpteur, secrétaire, sénateur, soldat(e), tailleur, tête, troubadour, victime

(33 types)

athlète, auteur(e), candidate, chef, cinéaste, commissaire, écrivain, évêque, journaliste, médecin13, ministre, officier, pasteur, présidente, prêtre, professeur, témoin

(17 types)

collègue

(1 type)

homme

architecte, cadre, cinéaste, juge, maire, membre, prisonnier, tailleur, victime

(9 types)

écrivain, médecin

(2 types)

candidat, collègue, entrepreneur, journaliste, pasteur, prêtre, professeur

(7 types)

  • 14 Les noms dans la Table 4 représentent les formes singulier et pluriel

Table 4 : Classification de femme / homme NH suivant l’ordre des mots14

4.2 Position de femme/homme par rapport à NH

48Afin de rendre compte de l’ordre énigmatique de « femme (= modifiant) + NH (= tête sémantique) », nous allons d’abord examiner la différence entre les séquences présentant les deux ordres de mots : femme/homme-NH vs NH-femme/homme. Les conditions favorisant la postposition de femme/homme sont : i) le degré de valeur informative du sexe féminin ou masculin dans l’énoncé et ii) le degré de définitude du NH.

4.2.1 Valeur informative du sexe

49Femme/homme a tendance à être postposé, quand le sexe a une valeur informative importante dans le texte. C’est le cas où le sexe est le topic de l’énoncé comme dans les exemples et et le cas où les deux NH sont distingués par les deux sexes en contraste comme dans les exemples et  :

(16) « En ce moment, confie le commandant Lawlor, nous avons deux médecins femmes, donc nous voyons beaucoup plus de patientes, qui sont ainsi en confiance ». (LM 1996)

(17) Il est assez probable qu'avant la fin de l'année, il y aura un évêque femme dans la Communion anglicane. (LM 1988)

(18) Elle a terminé des études d'orthoptiste avant d'entrer à la Faculté de théologie protestante de Paris. Son mari l'a ensuite encouragée. Pasteur homme ou pasteur femme, au fond, cela l'agace que l'on insiste toujours sur ces stéréotypes. (LM 2000)

(19) En créant auprès des personnages principaux deux autres personnages, un commissaire femme et un inspecteur jeune et séducteur, j'espérais glisser un peu d'air pur. (LM 1988)

4.2.2 Définitude du NH

50Nous regardons ensuite la question de la définitude du NH. Dans la table 4, collègue est le seul nom auquel femme est toujours postposé : nous comptons 7 séquences de collègue femme et 2 de collègue homme. Ce n’est pas seulement la tendance statistique : l’ordre inverse est inacceptable.

(20) « Ce sont surtout des femmes qui sont agressées, remarque Isabelle Adrey, professeur d'histoire-géographie. Voir la peur de mes collègues femmes m'est insupportable.». (LM 2006)

(21) D'ailleurs, ce projet a reçu un accueil très favorable dans les autres ministères, pas seulement chez mes collègues femmes du gouvernement. (LM 1999)

51La fonction de femme/homme dans , est simplement de marquer le sexe. Ce n’est pas différent des cas déjà observés des séquences à de femme/homme antéposés. La postposition de femme/homme provient de la caractéristique du mot collègue. Celui-ci est un nom relationnel, comme frère ou ami, nécessairement déterminé par un autre élément nominal, employé en construction possessive ou avec le sous-entendu non exprimé (Beauseroy & Knittel 2007 ; Nishiyama 2016). Dans les 9 exemples de collègue de notre corpus, le N est accompagné d’un adjectif possessif. La relation entre celui-ci et collègue est intrinsèquement forte, parce que ce dernier ne peut pas exister sans ce support. C’est peut-être pour cela qu’on ne peut pas mettre femme/homme entre ces deux. La présence d’un possessif elle-même ne pose pas de problème, comme on le voit dans l’exemple . Le possessif est compatible avec femme antéposé, si le NH n’est pas un nom relationnel :

(22) (...) dans l'Eglise épiscopalienne des Etats-Unis, qui, déjà, ne compte pas moins près de mille femmes-prêtres et qui aura bientôt ses femmes-évêques. (LM 1988)

52Pour que femme / homme soit antéposé, il faut que NH soit un nom autonome dénotant plus ou moins une propriété, et non pas un nom référant à un individu déterminé. La postposition de femme/homme à NH ressemble à la modification relationnelle. L’ordre des mots est souvent corrélatif en français avec la structure informative. Femme /homme postposé s’analyse comme un substantif autonome et non un élément d’un nom composé. A l’opposé, femme antéposé est plus intégré dans N1N2.

4.3 Continuité sémantique entre plusieurs types de séquences « femme + NH »

53Nous allons ensuite examiner les relations sémantiques hétérogènes entre femme et NH dans « femme + NH ». Nous observons ci-dessous quatre exemples de la séquence femme auteur parmi les 10 de nos données.

54Tout d’abord, dans l’exemple , la tête sémantique est clairement femme et son modifiant est NH qui le suit : auteur de romans policiers. La séquence « femme auteur », dans cet exemple, est classée comme équative (Arnaud 2010). L’ordre des mots est déterminé-déterminant, conformément à la syntaxe standard du français :

(23) Voici un curieux film (...). Et pourtant le sujet est simple : un huis clos dans un train entre un homme mystérieux et une femme auteur de romans policiers. (LM 1996)

55L’exemple (24) fournit un autre type de « femme auteur ». Femme et auteur y désignent deux propriétés d’une même personne indiquée par un nom propre. Suivant cette interprétation coordinative, « femme auteur » est catégorisé comme N1N2 à deux têtes sémantiques (multicentrique, d’après Arnaud 2010). Cette relation étant proche de l’équatif, on pourrait l’analyser également de la même manière que , comme équatif dont la tête est femme :

(24) (...) on entendait enfin les mots de Noëlle Renaude, femme auteur dont nous avions découvert l'essentiel des écrits à Théâtre ouvert (...). (LM 1996)

56Dans l’exemple , femmes et auteurs sont plutôt équivalents dans ces femmes auteurs. La suppression de l’un ou l’autre est possible sans beaucoup changer le contenu du texte. Cependant, si l’on supprime femmes ou si l’on choisit l’ordre des mots auteurs femmes, la cohésion référentielle du texte est légèrement endommagée (Halliday & Hassan 1976). Étant donné que le genre grammatical de ces auteurs est masculin alors que celui de ces femmes auteurs est féminin, l’usage d’elles dans les contextes antérieur et postérieur serait mis en cause par l’insertion du genre masculin entre les deux. On peut dire que femme dans cet exemple est employé afin de « féminiser » le mot auteur :

(25) Elles rédigent des journaux et surtout de la fiction, ce genre que les puristes dédaignent. Comme elles étaient dans l'impossibilité de modifier le monde, elles le scrutèrent et l'interprétèrent », remarque Shuichi Kato, critique et historien de la littérature. Ces femmes auteurs constituent des cercles. Elles expriment leurs pensées et leurs sentiments à travers la fiction et utilisent leurs personnages comme des portes-parole. (LM 2000)

  • 15 C’est la seule occurrence d’auteure accompagné de femme dans notre corpus. Toutes les autres sont a (...)

57Enfin, voyons dans l’exemple (26) première femme auteure15. L’expression premier présuppose une comparaison entre auteure et non-auteure ou entre femme et non-femme (= homme). La première femme auteure peut théoriquement désigner une femme auteure qui apparaît pour la première fois dans l’histoire, après de nombreuses femmes qui exerçaient d’autres métiers. L’autre présupposition, plus normale, consiste en la comparaison entre la femme et les hommes. Suivant cette deuxième présupposition, la première femme auteure désigne une femme auteure qui apparaît pour la première fois dans l’histoire après de nombreux auteurs hommes. Dans les deux cas, la relation entre les deux N est équative. Avec la première interprétation, femme est la tête sémantique et auteure est son modifiant, l’ordre des mots est cohérent avec la règle normale régissant l’ordre de N1N2 du français (Noailly 1990 : 164-165). Dans la deuxième interprétation, plus ordinaire, auteure est la tête et femme est son modifiant. L’ordre des mots déroge alors à la règle :

(26) « Première femme auteure vivant de sa plume », Christine de Pizan (1365 vers 1430) suscite aujourd'hui un intérêt considérable chez les chercheurs (...). (LM 2006)

58Nous avons vu, dans les exemples , , et , la continuité des relations entre femme(s) et auteur(e)(s), à partir de la qualification équative prototypique dans , en passant par l’ambiguïté entre la qualification équative et la coordination multifonctionnelle dans et , jusqu’à, finalement, la qualification inverse dans . Dans l’exemple , qui se situe à un bout du continuum, auteur qualifie femme, à l’opposé, dans l’interprétation ordinaire de , c’est femme qui qualifie auteure.

59Noailly (1990) considère que « femme + NH » est un cas de qualification dont la tête sémantique est femme. Elle trouve la séquence femme-chercheur étrange puisque les deux N ne s’accordent pas en genre (Noailly 1990 : 23). L’absence de l’accord dans femme-chercheur ne pose aucun problème si l’on l’interprète comme on l’a fait pour .

4.4 Exemples de femme comme modifiant dans « femme + NH »

60Les expressions de focalisation ou de quantification permettent d’identifier la tête sémantique de « femme + NH ». S’agissant de seul, Van Peteghem (2012 : 233) affirme : « … seul implique chaque fois que son focus est opposé à une série d'alternatives, qui sont présentées comme étant exclues dans la prédication en question. ». Dans le cas de « la seule femme NH », les alternatives opposées sont normalement les hommes et quelquefois les non-NH. Donc la tête sémantique est normalement NH, mais quelquefois femme.

61L’exemple représente un cas où les deux interprétations sont possibles. Dans la première, « la seule femme cadre » est en contraste avec « tous les autres hommes cadres » et, dans la deuxième, elle contraste avec « toutes les autres femmes non-cadres ». La première interprétation est basée sur la compréhension commune que le mot femme est, d’une certaine façon surtout dans le contexte politico-social, l’ « antonyme » du mot homme, que la signification dénotative de femme correspond à celle du non-homme.

(27) « J'étais la seule femme cadre et j'étais payée 8 500 F brut. Le patron m'a prise en grippe. J'ai démissionné au bout de neuf mois, catastrophée et désespérant du monde du travail. » (LM 1988)

62Il est certain que femme est en contraste seulement avec homme dans les exemples , , et . Le rôle de femme est donc modifiant dans tous ces exemples. Dans l’exemple , la seule femme membre est opposé à « tous les autres membres hommes du comité » et non à « toutes les autres femmes non-membres du comité ». Dans , la seule femme présidente l’est avec « tous les autres présidents hommes » et non avec « toutes les autres femmes non-présidentes » :

(28) (...) elle fut pendant vingt ans la seule femme membre du comité de lecture de Gallimard, et, en 1963 entra au jury Femina. (LM 2006)

(29) 92 % des conseillers élus en 1998 étaient des hommes. Anne d'Ornano (UDF, Calvados) est la seule femme présidente de France (...). (LM 2000)

63Dans les exemples et , le pourcentage est contrasté entre femme et homme et non entre cadre et non-cadre ni professeur et non-professeur. Femme antéposé est donc modifiant dans N1N2 et l’autre NH est la tête sémantique.

(30) (…) la structure des emplois féminins est tirée vers le haut : la génération 92 compte 11 % de femmes cadres, contre 9 % dans l'ensemble de la population active. (LM 1999)

(31) Un rapport européen (…) montre que, pour le pourcentage de femmes professeurs (seul critère de comparaison entre des systèmes disparates), la plupart des Etats font preuve d'une misogynie encore plus affirmée. (LM 2000)

64Dans l’exemple , il est clair que femme est le modifiant et que la tête est cinéaste. Première femme cinéaste signifie « premier cinéaste du sexe non-masculin dans l’histoire à … ». Dans cet exemple, on observe également que le N de femme, en tant que tête formelle, contribue à féminiser le mot cinéaste (ou à fortifier le statut de ce mot récemment reconnu comme épicène), comme le suffixe féminin –euse de chanteuse dans le même contexte.

(32) (…) première vedette à récolter un oscar (cinéma), un Emmy (télévision), un Grammy (disques) et un Tony (théâtre), première chanteuse américaine, première femme cinéaste à se voir accorder un budget de 16 millions de dollars pour son film Yentl. (LM 1988)

65Bien qu’il soit clair qu’il y a de nombreux cas où femme fonctionne comme modifiant dans « femme + NH », pour le moment, on ne sait toujours pas pourquoi l’ordre « femme + NH » est plus employé que « NH + femme » et ce, en contrevenant à la « règle ». Les données statistiques sont présentées dans les Tables 2 et 4 ci-dessus.

4.5 Fonction de femme en tant que tête formelle

66L’ordre des mots inverse peut être motivé par la fonction morphosyntaxique de femme antéposé. Dans cette section, nous examinons l’antéposition du mot femme qui fonctionne comme tête morphosyntaxique de N1N2. Dans les séquences N1N2 en français, le N1 tient toujours le rôle de tête formelle. N1 détermine le genre et le nombre de N1N2, comme on le voit dans , sauf quelques rares exceptions (Noailly 1990 : 21-24, Grevisse & Goosse  2008 § 476) :

(33) la collection homme ; la descente hommes ; un groupe femmes

67Le genre grammatical de « femme N2 » est donc toujours féminin, quel que soit le genre de N2 et quelle que soit la fonction de femme. Ce point est crucial pour notre propos, puisque le genre grammatical n’est pas superflu dans la grammaire. L’antéposition de femme a un grand avantage pour la concordance entre le genre de la séquence et le sexe de sa référence ; elle contribue à fortifier la cohérence référentielle et textuelle du discours. C’est ce que nous avons vu dans .

  • 16 Les occurrences de victime et de tête sont éliminées de cette table, du fait que ces données ne con (...)
  • 17 L’identification des NH épicènes a été faite suivant Le Petit Robert (2013). Mais, comme la féminis (...)

68La Table 5 présente le nombre d’occurrences de femme/homme et de NH (733 au total), classées selon le sexe du référent, le genre du N1N2, le genre du NH et l’ordre des mots16. Parmi les 647 séquences « femme + NH » dont le référent est femme(s), les trois quarts sont des « femme + NH masculin » (72%, 469/647), suivis de « femme + NH épicène » (15%, 94/647) et de « femme + NH féminin » (13%, 84 /647)17.

  • 18 Le gros écart entre les usages de femme et d’homme provient de la langue et de la société.

Table 5 : Sexe de référent, genre de NH et de N1N2, et ordre des mots dans l’indication de sexe18

69Le nombre très important de « femme + NH masculin » nous permet d’affirmer que cette composition est majoritairement constituée dans le but de transformer un N masculin en un N féminin et, en même temps, d’indiquer le sexe féminin de son référent. Pour ce qui est de « femme + NH épicène », le fait que deux tiers de ces séquences soient au pluriel va dans le même sens. L’ajout de femme antéposé est utile dans ce cas, parce que, pour un NH épicène, l’indication de genre et de sexe est plus difficile quand il est au pluriel qu’au singulier. Par contre, pour ce qui concerne « femme + NH féminin », l’indication de sexe ne le concerne pas. Femme n’est nécessaire ni pour indiquer le sexe ni pour préciser le genre de NH déjà signalé par NH. Femme semble, dans la plupart des cas, employé par opposition à homme. Plus de la moitié des occurrences de « femme + NH féminin » sont accompagnées des expressions de focalisation première, seule, pour cent qui invitent à la comparaison entre femme et ses alternatives : hommes. Nous en avons vu les exemples dans et .

70Avec ces statistiques, on peut dire en gros que, dans de nombreux cas, femme joue un rôle semblable aux suffixes féminins qui forment un N féminin à partir d’un N masculin. Femme antéposé constitue une relation paradigmatique avec les suffixes féminins. L’ordre des mots « femme +NH » est indispensable dans ce but, quoiqu’il ne soit pas conforme à la règle de l’ordre des mots par défaut. La féminisation du NH par ce moyen est plus simple que la féminisation morphologique. Cependant une fois qu’a été formé un NH féminin morphologique, on ne peut plus retourner à la forme « femme + NH ». Nous n’avons pas une femme chanteur ni une femme instituteur pour dire une chanteuse et une institutrice. Nous croyons que cela provient du fait que le lien entre le radical et le suffixe est plus fort que le lien entre femme et NH.

71Les fonctions de femme antéposé en tant que modifiant se résument à : 1) être le recteur de genre féminin (impliquant en même temps le sexe féminin de NH) et 2) assigner la propriété d’être « non-homme » au NH selon les cas. L’antéposition de femme est indispensable quand le NH est un nom masculin, malgré le conflit avec l’ordre des mots ordinaire de N1N2. Par contre, son antéposition n’est pas indispensable ; elle est donc à éviter à cause de ce conflit, quand le NH est un nom féminin. Cependant, de fait, il n’y a pas beaucoup de différences d’occurrences entre l’antéposition et la postposition de femme suivant le genre grammatical du NH. « femme + NH (f) (93%, 84 occ.) » vs « NH(f) + femme (7%, 6 occ.) », « femme NH (m) (96%, 469 occ.» vs « NH (m) femme (4%, 19 occ.) ». Cela signifie que l’ordre des mots « femme NH » n’est pas choisi par les locuteurs en fonction du rendement fonctionnel de femme en tant que tête formelle ni du degré de conflit avec l’ordre des mots par défaut de N1N2. Il nous semble que ce fait est explicable si nous considérons femme comme une sorte de préfixe dont la fonction consiste à indiquer le genre féminin et le sexe féminin du NH.

4.6 Femme comme « préfixoïde »

72Les caractéristiques du femme antéposé nous conduisent à adopter la notion de « affixoïde » ou de semi-affixe proposée dans Booij (2009b, 2010, 2012) : « morphemes which look like parts of compounds, and do occur as lexemes, but have a specific and more restricted meaning when used as part of a compound » (Booij 2009b : 208). Plus précisément, dans notre cas, femme serait un semi-préfixe ou « préfixoïde ». Comme le N1 antéposé dans N1N2 fonctionne normalement comme tête sémantique en français, nous sommes obligée de proposer une autre solution : « femme + NH » n’est pas le mot composé N1N2 mais le mot préfixé « préfixoïde + N1».

73Afin d’éviter la circularité de raisonnement, nous répondons aux deux questions suivantes : i) comment peut-on identifier femme comme préfixoïde et non comme élément lexical du nom composé ?, et ii) pourquoi cet affixoïde femme est-il antéposé au lieu d’être postposé ?

74Tout d’abord, il nous faut confirmer le consensus dans la littérature que la frontière entre mots préfixés et mots composés n’est pas nettement tracée (Amiot 2005, Booij 2012 : 51-98, Huot 2005 : 115, Kastovsky, 2009 : 327-328, Van Goethem 2010 : 164). Le semi-préfixe ou le préfixoïde ainsi dénommé par Booij correspond à ce fait. Notre propos est donc de démontrer que femme dans les séquences étudiées a des caractéristiques de préfixe plutôt que celle d’élément antéposé des noms composés.

75Huot (2005 : 119) propose les trois critères suivants pour l’identification des préfixes en français :

  • des éléments pourvus d’une valeur très générale – directionnelle, associative, ou privative, négative – mais repérable dans l’interprétation globale du mot préfixé ;

  • des éléments généralement monosyllabiques, qui peuvent avoir une double forme (populaire et savante) ou connaître des variantes allomorphiques en rapport avec l’initiale du radical ;

  • des éléments, enfin, qui restent productifs, et sont susceptibles de jouer un rôle dans la création de mots nouveaux.

76Elle considère que in- im-, il- ir- sont des préfixes de négation dans incuriosité, immoralité etc., tandis que non- est un élément lexical de négation dans des noms composés non-fumeur, non-sens etc., en admettant que la définition du préfixe est moins claire que celle de suffixe. D’après nous, non- ainsi que femme sont des préfixoïdes.

77S’agissant de femme, on peut dire que cette unité possède ces caractéristiques. Premièrement, femme a une valeur générale, vu que la dichotomie homme-femme est l’une des valeurs fondamentales en français. Deuxièmement, femme est clairement monosyllabique, tandis qu’il n’a pas de variantes allomorphiques combinatoires proprement dites, mais il constitue un paradigme avec les suffixes féminins ordinaires, comme nous l’avons vu dans la Section 4.5. Troisièmement, femme est productif étant donné qu’il est juxtaposable à de nombreux NH, ce que nous avons démontré dans la section 4.1. Femme ne forme cependant pas une construction complètement nouvelle, puisque cette unité fonctionne toujours comme indicateur du sexe de NH à de rares exceptions près comme en .

78Van Goethem (2010) a examiné la construction « nouveau + participe passé » en français en la considérant comme un cas de grammaticalisation. Nous appliquons à « femme + N », les quatre caractérisations du préfixoïde proposées dans cette étude : 1) le changement sémantique, 2) la décatégorisation, 3) la paradigmatisation, et 4) la productivité.

79D’abord, le changement sémantique évident ne se produit pas dans les cas de « femme + N », étant donné que cette séquence réfère toujours à un être humain féminin. Une seule exception est femme robot. Dans l’exemple que nous avons recueilli le plus récemment, on parle clairement du robot dont l’apparence est féminine :

(34) La femme robot conjugue technique et beauté. (Marie Claire), (http://www.marieclaire.fr/​,femme-robot-le-fantasme-devient-realite,20161,686831.asp)

80Bébé- est considéré comme préfixoïde dans Amiot et Van Goethem (2011). Le changement sémantique est beaucoup plus avancé dans ce cas. Par exemple, bébé univers désigne l’univers qui vient de naître dans .

(35) Les éditions Odile Jacob publient son dernier livre, Trous noirs et bébés univers (…). (LM 1994)

81Ensuite, le changement morphologique n’est attesté en aucune manière auprès de « femme + N ». Femme garde son propre genre grammatical et s’accorde en nombre avec son référent dans tous ses usages. Cette caractéristique est loin de celle des préfixes typiques tels que in-, re- ou des préfixes savants tels que gynéco-.

82Enfin, en ce qui concerne les deux critères distributionnels du préfixoïde, « femme + NH » satisfait leurs conditions. La paradigmatisation est clairement observée entre femme antéposé et les suffixes féminins ordinaires : -e, -euse, -trice. Quant à la productivité de « femme+ NH », nous l’avons déjà notée. En somme, femme est proche du préfixe selon ses caractères distributionnels, tandis qu’il est proche du N selon ses caractéristiques sémantiques et morphologiques.

83Notre deuxième question consiste à nous demander la raison de l’antéposition de cet affixoïde. Il est évident que femme est obligé d’être antéposé, pour remplir sa fonction de tête formelle et pour marquer le genre grammatical féminin des séquences « femme + NH(m) ». S’il était postposé, la paradigmatisation entre celui-ci et les suffixes féminins ordinaires ne se réaliserait pas. Dans le cas de « femme + NH(f) », il n’y a de raison ni sémantique ni morphologique pour laquelle femme devrait s’antéposer. Nous croyons que c’est par analogie avec « femme + NH(m) » que se produit « femme + NH(f) ».

84L’identification de « femme (modifiant) + NH (tête sémantique) » comme « préfixoïde + NH » n’est pas juste la glose de cet ordre des mots. Nous avons vérifié que femme a des caractéristiques d’un affixoïde et plus précisément celles d’un préfixoïde.

Conclusion

85Dans ce travail, nous avons étudié l’ordre des mots de « femme + NH » qui ne semble pas conforme à la règle générale de N1N2 en français, dans l’acception où femme est modifiant du NH postposé, dont les exemples sont femme médecin, femme ministre, etc. Pour ce faire, nous avons examiné environ 1600 exemples de « femme/homme +N » et de « N + femme/homme », tirés du grand corpus du journal Le Monde. Nous aboutissons ainsi aux conclusions suivantes.

86Le mot femme est antéposé dans plus de 90% des cas et postposé moins de 10 % des cas. Ce mot est majoritairement employé (78%) à côté de NH en tant qu’indicateur de sexe. Cela n’est pas du tout le cas pour homme. Femme, antéposé dans la relation dite de qualification, fonctionne toujours comme tête sémantique et ne fonctionne jamais comme modifiant. La postposition de femme est possible seulement dans l’indication du sexe de NH. Femme est plus indépendant et moins intégré dans les séquences « NH + femme » que « femme + NH ».

87Il y a souvent une grande ambiguïté sémantique dans l’interprétation de femme dans « femme + NH », étant donné que femme et NH sont liés au fond dans la relation équative. Ce mot peut fonctionner aussi bien comme tête sémantique que comme modifiant dépendant du contexte. Suivant l’examen des expressions de focalisation ou de quantification, il est tout de même évident qu’il y a de nombreux cas où femme est clairement modifiant. Ce phénomène n’est cependant pas abordable par l’analogie avec les autres usages de « femme + N ».

88Dans tous les cas de « femme + NH », femme, en tant qu’élément antéposé joue le rôle de recteur du genre féminin comparable aux affixes féminins. Ce point est crucial dans notre propos. Son rendement est important non seulement pour la fonction référentielle mais aussi pour la fonction discursive. L’antéposition de femme est donc acceptée malgré le conflit avec l’ordre des mots par défaut. Cette caractéristique conduit à faire de femme un préfixoïde.

89Nous considérons donc femme modifiant dans « femme + NH » comme préfixoïde, non seulement parce qu’il est antéposé à NH mais aussi parce qu’il est doté de caractéristiques de préfixe (Huot 2006), ou de préfixoïde (Van Goethem 2010). Femme satisfait les conditions d’être préfixoïde concernant sa phonétique, sa productivité, sa généralité de sens et sa paradigmaticité avec des suffixes féminins. Par contre, il garde plutôt son statut de N en conservant ses caractères morphologique et sémantique.

90S’agissant du changement sémantique, bien que femme réfère à un être humain féminin dans presque tous les cas, il y a une exception femme robot qui ne désigne pas une femme mais réfère à l’apparence féminine de robot. C’est aussi le cas pour femme fantôme. Cet usage peut être contrasté aux suffixes féminins qui indiquent le sexe de l’animal et non le trait /féminin/ dans chatte, tigresse. On laissera ouverte cette intéressante question du changement sémantique et de la grammaticalisation.

Haut de page

Bibliographie

Amiot, D., Van Goethem, K., 2011, « A constructional account of French -clé 'key' and Dutch sleutel- 'key' as in mot-clé/ sleutelwoord 'key word' », Morphology, Springer Verlag, p. 1-21.

Amiot, D., 2005, « Between compounding and derivation: Elements of word-formation corresponding to prepositions », dans Wolfgang U. Dressler et al. (eds) Morphology and Its Demarcations: Selected Papers from the 11th Morphology Meeting, Vienna, February 2004, Amsterdam / Philadelphia, John Benjamin’s, p. 183-213.

Arcodia, G. F., Grandi, N., Wälchli, B., 2010, Coordination in compounding, S. Sergio & I. Vogel (eds) Cross-Disciplinary Issues in Compounding, Amsterdam / Philadelphia, John Benjamin’s, p. 177-197.

Arnaud, P. J. L., 2010, « Café mémoire, ingénieur béton. La néologie compositionnelle du français, morphologie, syntaxe ou calque ? » dans M.T. Cabré et al. (eds), Actes del I Congrés Internacional de Neologia de les Llengües Romàniques. Barcelona, Documenta Universitaria, p. 291-304.

Beauseroy, D., Knittel, M. L., 2007, « Nombre et détermination : Le cas des noms abstraits de qualité », Rivista Italiana di Linguistica et di Dialettologia, 19 (2), p. 231-262.

Becquer, A., Cerquiglini, B. Cholewka, N., 1999, Femme, j'écris ton nom : guide d'aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, Paris, La Documentation française, Centre national de la recherche scientifique/Institut national de a langue française.

Booij, G., 2009a, « La morphologie constructionnelle, un aperçu », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, Nouvelle Série, Tome XVII, Paris, Peeters. p. 13-32.

Booij, G., 2009b, « Compounding and construction Morphology », dans R. Lieber & P. Štekauer. (éds) The Oxford Handbook of Compounding, Oxford, Oxford University Press, p. 201-216,

Booij, G., 2010, « Compound Construction: Schemas or Analogy? A Construction Morphology Perspective », dans S. Scalise & I. Vogel (eds) Compounding, Amsterdam / Philadelphia, Benjamin’s, p. 93-108.

Booij, G., 2012, The Grammar of Words, An Introduction to Linguistic Morphology, Oxford, Oxford University Press.

Dister, A., 2004, « La féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre en Belgique francophone : État des lieux dans un corpus de presse », dans G. Prunelle et al. (éds) Le poids des mots. Actes des 7ème journées internationales d’Analyse Statistique des Données Textuelles, Presses Universitaires de Louvain, p. 313-324.

Eskénazi, A., 1998, « Madame la ministre ? Mais non ! », Linx 39, p. 185-253.

Fradin, B., 2009, « IE, Romance : French », dans R. Lieber & P. Štekauer. (éds) The Oxford Handbook of Compounding, Oxford: Oxford University Press, p. 417-35.

Fujimura, I., 2005, « Politique de la langue : La féminisation des noms de métiers et de titres dans la presse française (1988-2001) », Mots 78, Lyon : ENS Editions, p. 37-52.

Fujimura, I., à par., « L’énigme de l’ordre des mots de femme médecin : étude contrastive franco-japonaise sur la construction de « femme + N » » (en japonais). In Saburo Aoki (ed.) Studies at the forefront of French linguistics 5. Tokyo : Hituzi Shobo.

Grevisse, M., Goosse, A., 2008, Le bon usage, 14è éd., Bruxelles : De Boeck / Duculot.

Halliday, M. K. A., Hasan. R., 1976, Cohesion in English, London : Longman.

Huot, H., 2005, Morphologie. Forme et sens des mots français, 2ème édition, Paris, Armand Colin.

Kastovsky, D., 2009, « Diachronic perspectives », dans R. Lieber & P. Štekauer. (eds) The Oxford Handbook of Compounding, Oxford, Oxford University Press, p. 323-340.

Loock, R., 2013, « The emergence of Noun + Noun constructions with a regressive order in contemporary French? », Journal of French Language Studies, 23/2, p. 259-279.

Mathieu-Colas, M., 1995, « Syntaxe du trait d'union: Structures complexes », Lingvisticae Investigationes, 19(1), p. 53-171.

Nishiyama, Y., 2016, « Complement-taking nouns », dans T. Kageyama & H. Kishimoto (eds) Handbook of Japanese Lexicon and Word Formation, Mouton De Gruyter, p. 631-664.

Noailly, M., 1990, Le substantif épithète, Paris, Presses Universitaire de France.

Office québécois de la langue française, L'emploi de « homme » et de « femme», <http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=3956>

Picone, M. D., 1996, Anglicisms, Neologisms and Dynamic French, Amsterdam / Philadelphia : John Benjamins Publishing.

Scalise, S., Bisetto, A. 2009, « Classification of Compounds ». Dans R. Lieber & P. Štekauer. (eds) The Oxford Handbook of Compounding, Oxford, Oxford University Press, p. 34-53.

Schafroth, E., 2003, « Gender in French, Structural properties, incongruences and asymmetries », dans M. Hellinger. H. Bußmann (eds) Gender across Languages the linguistic representation of women and men vol. 3, Amsterdam / Philadelphia, Benjamin’s, p. 87-117.

Van Goethem, K., 2010, « The French construction nouveau + past participle revisited: Arguments in favour of a prefixoid analysis of nouveau », Folia Linguistica 44/1, Mouton de Gruyter, p. 163-178.

Van Peteghem, M., 2012, « Seul adnominal entre la focalisation et la quantification », dans C. Schnedecker & C. Armbrecht (éds). La Quantification et ses domaines, Paris, Honoré Champion, p 231-240.

Volk, M., Graën, J., Callegaro, E., 2014, « Innovations in Parallel Corpus Search Tools », LREC 2014, Ninth International Conference on Language Resources and Evaluation, p. 3172-3178.

Yaguello, M. 1978, Les mots et les femmes, Payot.

Yaguello, M., 1989, Le Sexe des mots. Paris, Seuil, Pierre Belfond.

Haut de page

Notes

1 Les exemples (1), (2) et (3) sont recueillis dans des corpus parallèles. Voir Volk et al. (2016) et Linguee, http://www.linguee.fr/

2 L’usage de « femme + NH » ne semble pas une nouveauté provenant de l’anglicisme récent. Dans Frantext, les plus anciennes occurrences de femme auteur et femme autrice remontent au 18ème siècle : Rétif de la Bretonne, N., La Paysanne pervertie, ou les Dangers de la ville, 1784.

3 Pourtant, dans notre corpus, nous avons trouvé un exemple de « NH + féminin » : Kiriko Nananan, (…) auteur féminin de mangas (LM 2006). L’occurrence de Ses collègues masculins et de ses collègues féminines est en effet fréquente sur l’Internet.

4 Presque tous les exemples dans cet article sont recueillis dans Le Monde. La source de l’exemple est indiquée par LM et suivie de l’année de parution

5 Office québécois de la langue française, L'emploi de « homme » et de « femme».

6 ELRA-W0015, Corpus de textes du journal Le Monde..

7 N1N2 obtenu sont les suivants par l’ordre régressif de l’occurrence. NOM_site NOM_Internet:2313, NOM_centre NOM_ville : 1675, NOM_start NOM_up :1578, NOM_assurance NOM_maladie : 1547, NOM_dimanche NOM_soir :1447, NOM_pays NOM_membre: 1446, NOM_vice NOM_président :1260

8 Les exemples sont : Femme information, la femme quota, Mode Homme, styliste hommes, la descente hommes etc.

9 La composition de deux noms indépendants ayant deux référents comme physique-chimie, Alsace-Lorraine est soumise à des contraintes sévères (Noailly 1990 : 79).

10 La fréquence est calculée sous forme de lemma.

11 Excepté le cas de femme femme.

12 Il y a une forte différence entre femme et homme à tous égards

13 Deux exemples de médecin femme sont attestés dans notre corpus, dont l’un est dans (16), contrairement à la description du Trésor de la langue française et Picone (1996).

14 Les noms dans la Table 4 représentent les formes singulier et pluriel

15 C’est la seule occurrence d’auteure accompagné de femme dans notre corpus. Toutes les autres sont auteur.

16 Les occurrences de victime et de tête sont éliminées de cette table, du fait que ces données ne concernent pas la discussion, ces noms féminins ne correspondant pas au sexe des référents.

17 L’identification des NH épicènes a été faite suivant Le Petit Robert (2013). Mais, comme la féminisation des NH est en cours en français, le genre des NH dans les exemples n’est pas identique avec la description dans le dictionnaire, surtout dans Le Monde avant 1999. Bien que le mot cinéaste soit catégorisé comme épicène dans le dictionnaire, ce n’était peut-être pas le cas en 1988. Voir Fujimura (2005).

18 Le gros écart entre les usages de femme et d’homme provient de la langue et de la société.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Table 5 : Sexe de référent, genre de NH et de N1N2, et ordre des mots dans l’indication de sexe18
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/2511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Itsuko Fujimura, « L’énigme de l’ordre des mots : « femme + noms d’humains » »Linx, 76 | 2018, 85-114.

Référence électronique

Itsuko Fujimura, « L’énigme de l’ordre des mots : « femme + noms d’humains » »Linx [En ligne], 76 | 2018, mis en ligne le 31 janvier 2019, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/linx/2511 ; DOI : https://doi.org/10.4000/linx.2511

Haut de page

Auteur

Itsuko Fujimura

Ecole doctorale des Sciences Humaines, Université de Nagoya (Japon)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search