Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Entre vieillissement et innovationLes sens de « numérique » : émerg...

Entre vieillissement et innovation

Les sens de « numérique » : émergence d’emplois et dynamique du changement sémantique

The meanings of numérique. Emergent uses and the dynamics of semantic change
Sascha Diwersy, Agata Jackiewicz, Giancarlo Luxardo et Agnès Steuckardt

Résumés

Que signifie aujourd’hui numérique ? À partir d’une analyse lexicométrique de l’évolution diachronique de son profil combinatoire dans un corpus constitué par des textes parus dans Le Monde pendant la période 1944-2015, l’étude met en évidence les changements de sens qu’a connus ce mot. Ainsi il s’avère qu’à ses collocatifs traditionnels (calcul, force) se sont ajoutés, dans les années 1960, des noms comme commande, traitement, puis, à partir des années 80, disque, réseau ; dès lors, numérique renvoie à un codage et à une technologie. Au début du 21e siècle, les collocatifs ère, révolution, fracture signalent un nouveau changement sémantique : numérique saisit alors un fonctionnement social consécutif aux usages technologiques du même nom. Le programme de sens de numérique se caractérise ainsi par un empilement complexe d’inflexions, conduisant à son opacification.

Haut de page

Texte intégral

1 Introduction

1L’essor des technologies de l’information et de la communication s’est accompagné depuis une trentaine d’années de modifications rapides et substantielles de nos modes de vie et de nos manières de penser et de parler.

2Nous manipulons des outils numériques avec plus ou moins de « bon sens numérique », bénéficions des services numériques dans des administrations, feuilletons des livres numériques, pratiquons une pédagogie numérique, participons à une démocratie numérique, via des Agoras numériques, partageons des affects numériques sur des réseaux socionumériques. Le cyberespace des pays et des institutions devient parfois arène de guerres numériques, menaçant leur sécurité et intégrité numérique. Mais il peut devenir aussi lieu de solidarité numérique, à l’exemple du « centre d’aide et de ressources pour utiliser les outils numériques essentiels » qui a été mis en place par le gouvernement français dès le début du confinement.

3La question du numérique se trouve ainsi au cœur d’enjeux sociétaux présentant des aspects complexes, interdépendants et parfois contradictoires. Les usages du terme se multiplient, alors que ses emplois établis (en rapport avec les nombres tout court) persistent.

4Notre contribution s’intéresse à l’évolution diachronique des emplois de l’adjectif numérique en français contemporain. Elle est structurée de la façon suivante : la première partie est consacrée à la présentation du corpus utilisé dans notre étude et d’une méthodologie originale dédiée à la classification de corpus diachroniques. Dans la deuxième partie, nous exposons les résultats obtenus grâce aux traitements lexicométriques effectués pour proposer ensuite, dans la dernière partie, un bilan interprétatif et quelques perspectives de recherche.

2 Corpus et méthodologie d’exploitation lexicométrique

2.1 Corpus

5Le corpus sur lequel est basée notre étude est composé d’articles de presse parus dans le quotidien Le Monde entre 1945 et 2015. Pour constituer cet échantillon, nous avons recueilli entre 70 et 80 numéros par année (soit de 1 à 2 numéros par semaine), pour un total de 671.943 textes et de 348.497.000 mots-occurrences. Divisé en sous-corpus regroupant cinq années consécutives, l’échantillon se présente comme suit :

Tableau 1. Composition du corpus

Echantillons

Numéros

Textes

Mots-occurrences

Le Monde 1944-1949

410

23.089

8.989.621

Le Monde 1950-1954

414

33.376

14.266.493

Le Monde 1955-1959

413

37.693

15.605.256

Le Monde 1960-1964

397

39.610

17.194.002

Le Monde 1965-1969

388

45.550

21.526.714

Le Monde 1970-1974

391

46.538

25.012.904

Le Monde 1975-1979

398

46.877

27.313.054

Le Monde 1980-1984

400

43.378

27.835.738

Le Monde 1985-1989

410

48.014

28.647.295

Le Monde 1990-1994

416

54.070

31.555.078

Le Monde 1995-1999

414

70.950

36.778.683

Le Monde 2000-2004

415

64.851

37.628.125

Le Monde 2005-2009

412

51.875

27.919.255

Le Monde 2010-2015

499

66.072

36.578.166

TOTAUX

5.777

671.943

356.850.384

6Le corpus a fait l'objet d'un étiquetage en parties du discours, d'une lemmatisation et d'une annotation en relations de dépendance syntaxique au moyen de la chaîne de traitement Bonsaï (Candito et al., 2010) dans sa version qui fait appel à l'analyseur MaltParser (Nivre et al., 2006). Nous avons ensuite indexé la version annotée du corpus par le logiciel Corpus Workbench (CWB ; Evert & Hardie, 2011), qui intègre le moteur de requêtes CQP, dont nous nous sommes servis pour extraire le jeu de données (cooccurrences et concordances) sur lequel est basée notre étude.

2.2 Méthodologie d’exploitation lexicométrique

7L’objectif du traitement lexicométrique que nous proposons est de mettre en évidence le changement sémantique du lexème numérique en observant l’évolution de son profil combinatoire, tel qu’il se manifeste notamment à travers les collocations adjectivo-nominales impliquant numérique en tant qu’épithète. Les extraits (1) et (2) illustrent le schéma collocationnel ciblé par les requêtes que nous avons mises en œuvre en exploitant les annotations syntaxiques dont a été doté le corpus :

(1) Suivant la proposition de M. Jacques Duclos, la commission du règlement qui doit être désignée ce matin sera composée proportionnellement à l'importance numérique des différents groupes. Sur 21 sièges, les trois grands partis disposeront chacun de 5 sièges ; […] (Le Monde 1944-2015, 08/11/1945)

(2) L'installation de la télévision numérique terrestre voulue par le gouvernement de Lionel Jospin va être poursuivie par celui de Jean-Pierre Raffarin, et celui-ci semble vouloir faire vite. (Le Monde 1944-2015, 23/10/2002)

8Pour ajouter une dimension diachronique à notre traitement, nous avons partitionné le corpus en tranches de cinq ans (1944-1949, 1950-1954, 1955-1959, etc.), pour lesquelles nous avons respectivement établi l’inventaire collocationnel des noms régissant l’adjectif numérique. Ces inventaires ont été répertoriés sous forme d’une liste de co-fréquences, que nous avons soumise à un calcul de scores d'association, effectué dans la lignée de la méthodologie relevant de l'analyse collostructionnelle (Stefanowitsch & Gries, 2003), au moyen du test exact de Fisher-Yates. Les collocatifs ont été triés par rang en fonction de leur score d’association calculé par partie chronologique et regroupés en déciles. Les résultats obtenus ont été enregistrés sous forme d’un lexicogramme (Heiden & Tournier, 1998), dont le tableau suivant donne quelques extraits à titre illustratif :

Tableau 2 : Extrait du lexicogramme répertoriant les collocations adjectivo-nominales impliquant numérique en tant qu’épithète

Mot-pôle

Collocatif

Sous-échantillon/ Partie

(tranche de 5 ans)

Co-fréquence

Score Fisher-Yates

Rang

Décile

numérique

importance

1944-1949

17

51,4177

1

D10

numérique

supériorité

1950-1954

19

72,1411

1

D10

numérique

commande

1975-1979

17

51,6906

2

D10

numérique

télévision

1990-1994

38

84,7942

1

D10

numérique

révolution

2010-2015

95

191,6682

1

D10

  • 1 L’algorithme permettant de produire une CAHC peut être résumé de la façon suivante (cf. Gries & Hil (...)

9Pour étayer notre analyse de l’évolution diachronique des emplois de l’adjectif numérique, nous avons appliqué à ce lexicogramme un procédé de périodisation automatique, à savoir la Classification Ascendante Hiérarchique par Contiguïtés (CAHC), dérivé de la méthode de classification proposée par Gries & Hilpert (2008 ; 2012) : Variability-based Neighbor Clustering (VNC). Cette méthode a été conçue pour le traitement de données lexico-statistiques relevant d’une variable d’ordre chronologique. La classification que nous avons mise en œuvre vise dans un premier temps à étudier l’évolution des (scores de) dissimilarités entre les inventaires cooccurrentiels adjacents au sein de la série constituée par les tranches temporelles issues du partitionnement du corpus1 et par conséquent à mettre en évidence les discontinuités majeures relevées en amont par l’analyse cooccurrentielle.

3. L’évolution diachronique des emplois de numérique

3.1 Résultats lexico-statistiques

10La CAHC appliquée au lexicogramme de numérique permet de produire un schéma combinant l’évolution dans le temps avec une classification hiérarchique (voir ci-dessous). Celle-ci met en évidence deux « coupes » majeures et trois périodes qui se dégagent successivement : 1944-1989, 1990-2009, 2010-2015 (le premier basculement illustré par le schéma intervenant sur 1990, le deuxième sur 2010).

Figure 1 : CAHC appliquée aux collocations adjectivo-nominales impliquant numérique en tant qu’épithète

11Ces deux coupes peuvent être expliquées par l’extraction des collocatifs nominaux de la première tranche de la période, marquant la rupture avec la période précédente. En se limitant au décile supérieur (premiers 10 %), on obtient les deux inventaires collocationnels suivants :

12- pour la période 1990-1994 (marquant la rupture avec les périodes précédentes) :

télévision, compression, image, commande, TVHD, technologie, norme, définition, transmission, donnée, supériorité, infériorité

13- pour la période 2010-2015 :

révolution, livre, économie, tablette, télévision, ère, technologie, plate-forme, version, radio, support, outil, art, fichier, photo, transformation, oubli, simulation, bouquet, écosystème, baladeur, caméra, image, infériorité, donnée, modèle, usages, contenu, univers, plateforme, bibliothèque, développement, mutation, édition, abonné, format, Interview, identité, média, Métropole, lecture, stratégie, offre, création, service, effet, trace, Syntec, information, appareil, innovation, culture

  • 2 Les emplois majeurs de l’adjectif numérique selon Le Petit Robert 2020 sont : numérique1 : « Qui es (...)

14Si on part des quatre emplois2 indiqués par Le Petit Robert 2020, on voit que les deux premières coupes signalées par la CAHC sont induites avant tout par des collocations impliquant l’emploi numérique4 (cf. Le Petit Robert 2020, s.v. NUMERIQUE : « Se dit de la représentation de données, de grandeurs physiques au moyen de caractères tels que des chiffres (opposé à analogique), ainsi que des procédés utilisant ce mode de représentation (…) »), ce qui permet de dresser un bilan intermédiaire, qui consiste à constater d’une part, par rapport à la période 1990-1994, un « enracinement » évident de l’emploi numérique4 renvoyant, par opposition à analogique, à une technologie et aux appareils qui utilisent celle-ci et d’autre part, pour la période à partir de 2010, une forte présence de collocations marquant différentes extensions métonymiques de cet emploi, dont la plus emblématique concerne la qualification des domaines et phénomènes sociétaux (économie, art, univers, écosystèmerévolution, ère, développement, mutation) relatifs à cette technologie, à son utilisation et à ses produits.

15Ajoutons que la période 2010-2015 isolée par la deuxième coupe de la CAHC se caractérise par un accroissement du nombre de collocations (520, au lieu de 273 dans la période précédente), signe de l’ubiquité de la notion de numérique, dont les emplois récents n’ont pas remplacé les précédents.

3.2 Numérique : émergence des acceptions contemporaines

  • 3 L’adjectif numericus est une invention contemporaine, créé avec la collocation homo numericus, qui (...)
  • 4 Ainsi dans sa première attestation : « l'homme peut estre consideré & en particulier & en general s (...)

16L’adjectif numérique est attesté d’après Frantext depuis le début du 16e siècle ; il est formé par ajout du suffixe -ique à la base savante numerus (« nombre »)3. Dans ses premiers emplois, il est utilisé dans le discours philosophique en collocation avec unité4. Ce n’est qu’à partir du 18e siècle que le Dictionnaire de l’Académie française juge l’adjectif numérique suffisamment usuel pour être enregistré.

3.2.1 Premières acceptions de numérique : « avec des nombres », « en nombre »

17Le Dictionnaire de l’Académie retient d’abord son usage dans le discours mathématique : il donne en 1762, la définition « qui appartient au nombre », illustrée par l’exemple opération numérique, puis, à partir de 1835 calcul numérique, par opposition à calcul littéral. L’édition de 1879 fait état d’un deuxième sens : « Il signifie aussi quelquefois, qui consiste dans le nombre » ; ce sens est exemplifié par « la force, la supériorité numérique ». Comme l’indique l’adverbe quelquefois, ce deuxième sens est alors considéré comme moins fréquent, notation de fréquence supprimée dans l’édition de 1935.

  • 5 L’édition actuelle du Dictionnaire de l’Académie conserve cette opposition entre calcul numérique e (...)

18Le mot numérique est un adjectif relationnel portant, dans le premier emploi, sur des noms dénotant une action, dont le nombre est un moyen (on calcule en utilisant des nombres) et dans le second, sur des noms dénotant une qualité, dont le nombre est un critère évaluatif. Ces deux types d’usage produisent pour numérique deux sens différents, qui pourraient se gloser pour le premier par « utilisant des nombres, avec des nombres », pour le deuxième par « en nombre ». Le deuxième sens s’est développé sans faire disparaître le premier : il n’y a pas eu à strictement parler changement de sens, mais développement d’une polysémie. Ainsi, au milieu du 20e siècle, numérique présente deux usages stabilisés : les opérations, calculs, valeurs sont qualifiés de numérique au premier sens quand ils font intervenir des nombres (et non des lettres)5 ; au deuxième sens, numérique indique un critère d’évaluation (le nombre) d’une qualité (telle que la supériorité, ou la force).

19Les collocations de numérique dans Le Monde illustrent la sélection quasi-exclusive du deuxième sens dans le discours médiatique de la première période observée (1945-1949) : numérique est le plus souvent cooccurrent de importance (17 occurrences) et supériorité (4), ou de mots en antonymie faiblesse (3), infériorité (3).

3.2.2 Émergence d’une troisième acception : « utilisant la représentation avec des nombres »

  • 6 D’après Le Monde, la machine-outil à commande numérique est présentée comme telle lors de la IIIe B (...)

20Dans la période 1965-1969 de notre corpus d’étude apparaît une nouvelle collocation : commande numérique. Avec 24 occurrences, elle devance toutes les autres. Il s’agit d’une nouveauté dans l’univers référentiel6 et, comme il est courant dans un processus d’émergence (Steuckardt, 2020), les locuteurs font un retour métalinguistique sur le mot. Il apparaît bientôt nécessaire au journal de consacrer un article à l’explication du sens de cette collocation nouvelle :

(3) La notion de commande numérique est assez récente, puisqu'elle est apparue il y a environ vingt ans. Un système à commande numérique est une installation qui accepte d'exécuter des ordres qu'on lui présente sous la forme d'une suite de "nombres". Rien ne permet donc de préjuger les techniques mises en œuvre, qu'il s'agisse du support matériel et du traitement des nombres, ou de l'exécution des ordres qu'ils représentent.
L’idée de commande numérique recouvre donc un certain nombre de réalisations où le "digital" et l'"analogique" sont mêlés en proportions très variables. À la limite, une machine disposant d'un inverseur arrêt-marche est à commande numérique, si on convient de représenter "arrêt" par 0 et "marche" par 1. (Le Monde, 15/06/1967)

21Selon cette explication, la spécificité de numérique tient à ce que les données, ici les « ordres » sont présentés « sous la forme d’une "suite de nombres" ».

22Cette explication, qui fait remonter l’introduction de la notion aux années 40, nous amène à rechercher dans les périodes précédentes d’autres collocations pouvant être associées à cette acception. Nous en avons identifié trois : « traitement numérique » (4 occurrences dans la période 1955-1959), « calcul numérique » et « calculateur numérique » (1 occurrence chacune dans la période 1960-1965) :

(4) M. Pierre Auger, conseiller politique du directeur de l'U.N.E.S.C.O., a présenté jeudi la conférence internationale sur le "traitement numérique de l'information" - c'est-à-dire l'utilisation des machines électroniques pour l'exploitation des renseignements statistiques, - qui se tiendra à Paris du 15 au 20 juin. (Le Monde, 13/06/1959).

(5) La Compagnie industrielle des téléphones vient de présenter dans les locaux de son centre de calcul numérique un calculateur numérique universel baptisé CITAC 210 B. De conception entièrement française, le CITAC 210 B est le centre nerveux d'un système complet et homogène de contrôle électronique destiné aux installations industrielles les plus diverses : centrales électriques, laminoirs, hauts fourneaux, unités de raffinage, etc. Ce nouveau calculateur est, selon ses constructeurs, d'une parfaite sécurité. (Le Monde, 22/03/1962).

23À côté de ces collocations, on en voit apparaître de nouvelles dans la période 1960-1965 (avec transmission et code) puis en 1975-1979 (avec affichage), où numérique ne peut plus être pris dans ses deux acceptions traditionnelles. Dans la période 1980-1984, parmi les collocations les plus fréquentes de numérique, on trouve de nouveaux mots : disque et réseau ; mais aussi : enregistrement et signal. Le référent nouveau disque numérique suscite des explications définitoires :

(6) Dans un enregistrement classique, le signal est analogique. Il a une structure sinusoïdale qui se retrouve dans la forme du sillon du disque, dont les flancs comportent une ondulation sinusoïdale. Sur un disque numérique, il n'y a pas de sillon. Celui-ci est remplacé par une sorte de rainure - en spirale comme le sillon classique - dessiné en pointillés formés de "tirets" microscopiques plus ou moins longs, et enregistrés par un rayon laser. Ces "tirets" sont la matérialisation du codage binaire du signal sonore. (Le Monde, 18/08/1980)

24Alors que dans un procédé analogique (classique), un signal est converti de façon continue en un autre signal (par analogie), dans un procédé numérique cette conversion se fait par échantillonnage du signal. La représentation de ce nouveau signal inclut une quantification (dans un ensemble discret de valeurs) et un codage dans un système binaire.

25Le disque numérique utilise un « codage binaire du signal » : une troisième acception de numérique se construit par référence au système de « codage binaire », qui se trouve au fondement de l’informatique. L’adjectif numérique s’applique ainsi à des noms dénotant un procès (commande, traitement) ou un objet (disque) technologiques : il les qualifie par le fait qu’ils utilisent, pour représenter les données, des valeurs numériques, par opposition au système analogique.

  • 7 A posteriori, une note à cet article précisera : « En français, l'adjectif “digital” signifie “rela (...)
  • 8 En anglais, le substantif digit (du latin digitus) a comme sens premier chiffre, mais peut aussi dé (...)

26Dans cette période d’émergence, les locuteurs se trouvent placés devant le choix de donner à numérique un sens nouveau, ou d’emprunter l’adjectif digital, utilisé en anglais par exemple dans digital disc. La commission d’enrichissement de la langue française choisit numérique, vraisemblablement dans une volonté de lutter contre les anglicismes78 :

« Numérique (adj.) : Se dit, par opposition à analogique, de la représentation de données ou de grandeurs physiques au moyen de caractères – de chiffres généralement – et aussi des systèmes, dispositifs ou procédés employant ce mode de représentation discrète (en anglais : digital, numerical, numeric). » (Annexe au décret du 29 novembre 1973 sur "l'enrichissement du vocabulaire de l'informatique ", paru au Journal officiel du 12 janvier 1974)

  • 9 De même que dans vivre de son travail, exemple type de métonymie de la cause pour l’effet, le mot t (...)

27Sans éteindre le débat autour de l’alternative digital/numérique, cette définition institutionnalise la troisième acception de numérique. La commission en indique le trajet sémantique : la représentation « numérique » est, selon la première acception de l’adjectif, une « représentation de données ou de grandeurs physiques au moyen de caractères – de chiffres généralement ». La coordination et aussi indique qu’à partir de cet emploi, numérique en est venu à s’appliquer à « des systèmes, dispositifs ou procédés employant ce mode de représentation discrète ». Il porte non plus sur la représentation mais sur le produit dont elle est le moyen, par une « métonymie de la cause pour l’effet »9.

28L’émergence de cette troisième acception, comme le montre le dendrogramme (cf. supra), franchit un seuil dans la période 1990-1994, avec l’apparition de nouvelles technologies (les procédés) et des collocations qui les nomment : télévision numérique, TVHD numérique, mais aussi ce qu’ils produisent (les systèmes) : image numérique, définition numérique, puis, dans la période 1995-1999, avec les objets et produits utilisant ces technologies (les dispositifs, effets visibles dans la vie quotidienne) : bouquet, décodeur, plate-forme, photo, chaîne, vidéodisque, caméra, appareil, radio, boîtier, modèle, support, caméscope.

29Pour donner une idée de la petite révolution à l’œuvre dans l’usage de l’adjectif numérique, notons que télévision numérique compte 173 occurrences, alors qu’importance numérique, qui était dans la première période le premier collocatif (avec 23 occurrences), n’apparaît plus que 5 fois. Numérique voit donc à la fois augmenter sa fréquence générale et se modifier son programme de sens : du point de vue de la fréquence, la dernière venue de ses acceptions s’impose dans le discours du Monde de la fin du 20e siècle.

30En ce qui concerne les mots calculatrice et calculateur, on note une possible obsolescence, puisqu’ils disparaissent respectivement en 1970 et 1990 (du moins, dans notre corpus, en tant que termes de la collocation). Ce qui coïncide avec le glissement de sens de la troisième acception : alors qu’elle était initialement utilisée pour désigner toute technologie de traitement des données, l’acception se restreint ensuite aux domaines des médias (son, image et vidéo), où l’innovation se manifeste par un remplacement progressif de techniques analogiques par des techniques numériques. C’est dans ces domaines que l’innovation conduit à l’utilisation de nouveaux supports « numériques » (à partir de 1982, avec le CD) et à la création de nouvelles ressources « numériques » (ici numérique est associé à l’émergence d’un nouvel adjectif : multimédia).

31De la même façon, on peut noter une décroissance pour les notions liées à la téléphonie : alors que « central » est présent à partir de la période 1980-1984, on voit apparaître à partir de 1985 : « téléphone numérique », « téléphonie numérique » et « radiotéléphone numérique », mais ces collocations vont progressivement disparaître. Il semble que la diffusion de l’adjectif numérique coïncide avec la diffusion de la téléphonie mobile, qui intègre des applications multimédias (donc associant : voix, texte, musique, photo et vidéo) à partir des années 2000.

3.2.3 Une quatrième acception : « relatif aux usages sociaux des systèmes, dispositifs ou procédés utilisant la représentation avec des nombres » 

32La période 2000-2004 fait cependant apparaître des collocatifs qui ne s’inscrivent pas dans la catégorie sémantique des « systèmes, dispositifs ou procédés » : après les désormais attendus télévision, bouquet, caméra, photo, le cinquième collocatif dans l’ordre des spécificités de la collocation est le mot fracture ; moins fréquents, mais usuels, les collocatifs ère, fossé, révolution, économie signalent une nouvelle inflexion sémantique. Le nom sur lequel porte numérique désigne alors non plus des entités technologiques, mais des concepts catégorisant des périodes (ère, révolution), activités (économie) ou phénomènes (fracture, fossé) sociaux.

33Une nouvelle acception de l’adjectif se construit par ces usages : numérique ne s’applique pas alors à « des systèmes, dispositifs ou procédés », mais à un ensemble de pratiques sociales fondées sur des systèmes, dispositifs ou procédés numériques. Comme féodal ou industriel, l’adjectif numérique signifie ainsi « relatif à un ensemble de pratiques sociales, fondées sur une innovation (institutionnelle, technique) particulière » ; en l’espèce, l’innovation consiste dans l’usage social « des systèmes, dispositifs ou procédés » utilisant la représentation avec des nombres. Le mot numérique est ici employé comme un adjectif relationnel du même type que féodal ou industriel : de même que révolution industrielle met en relation révolution et industrie, de même révolution numérique met en relation révolution et nombre. L’élaboration de ce quatrième sens présente ainsi deux étapes successives :

- la première mène de « avec les nombres » à « utilisant la représentation avec les nombres »,

- la seconde fait passer de « utilisant la représentation avec les nombres » à « relatif aux usages sociaux des systèmes, dispositifs ou procédés utilisant la représentation avec des nombres ».

34Le rapport à l’étymon numerus s’éloigne peu à peu, l’adjectif numérique paraît moins clairement motivé. L’emploi de numérique dans sa quatrième acception a donné lieu à différentes critiques. L’expression fracture numérique a ainsi été dénoncée à cause des présupposés idéologiques qu’elle charrie. Pour la presse française, la première attestation, d’après la base de données Europresse, se trouve dans un discours rapporté de Lionel Jospin :

(7) Ces priorités énumérées, il [le Premier Ministre] a insisté sur la nécessaire équité pour que ne se crée pas une fracture numérique entre « inforiches » et « infopauvres ». Ce sera le rôle de l'État de veiller à « empêcher l'apparition d'une école à deux vitesses dans laquelle certains établissements bénéficieraient du meilleur quand d'autres seraient privés de l'accès aux technologies de l'information ». (« Lionel Jospin, militant de L'Internet. Six priorités sont fixées à l'État pour combler le retard français », 26/08/1997)

35L’expression fracture numérique est formée sur le patron de fracture sociale mise en circulation lors de sa campagne de 1995 par Jacques Chirac, dont Jospin est en 1997 le premier ministre. Elle paraît spécifier un aspect des inégalités sociales : l’inégalité devant l’accès aux dispositifs numériques. Tout en adoptant la métaphore française de la fracture, elle calque l’anglo-américain digital divide. Or certains dénoncent le caractère flou et idéologique de l’une puis de l’autre expression : existe-t-il un « digital divide » se demande Éric Guichard (2003) ? En quoi consiste au juste la fracture numérique (George, 2004 ; Ollivier, 2006) ? Ne repose-t-elle pas sur des présupposés contestables ? Selon Éric Guichard :

  • 10 Derrière le projet de prendre en charge les pauvres et les démunis de l'électronique réside l'idée (...)

« Behind the project to take care of the poor and of the electronic havenots, lies the promise of a great departure towards a bright future, of a collective adventure offered by the ‘new technologies’. This belief has a name: technical determinism; it maintains that technology determines the organisation of society. The idea is surely seductive, but naive and old. » (Guichard, 2003 : 70)10

36Tout en restant marginal, ce discours traduit une certaine défiance à l’égard de ce mot de numérique, paré des promesses d’un « futur radieux », mais recouvrant une idéologie techniciste ainsi que les intérêts industriels qui y sont attachés.

3.2.4 Le substantif numérique, entre technologie et politique

37Sa conversion d’adjectif en substantif produirait, selon Alexandre Moatti (2012), un flou sémantique encore plus marqué. Si la polysémie grandissante de numérique ne semble pas encore avoir été lexicographisée, le Petit Robert enregistre le nom numérique, avec la définition suivante, celle-ci étant rattachée à la quatrième acception :

« l'ensemble des techniques utilisant des signaux numériques, les nouvelles technologies de l'information et de la communication »

38Il est intéressant de noter que l’entrée du Petit Robert suggère que la production de sens de numérique en tant que collocatif épithète des noms fossé ou fracture découle de son emploi substantivé par reconversion adjectivale. Les données lexico-statistiques concernant les occurrences substantivées de numérique (la requête dans le corpus Le Monde 1944-2015 visant les séquences composées du lemme précédé d’un déterminant) montrent d’ailleurs que cet emploi s’établit au moment où la quatrième acception prend une place prépondérante.

  • 11 Dans le cas des séries chronologiques constituées par des simples valeurs de fréquence, l'algorithm (...)

39Une CAHC appliquée à la ventilation des fréquences relatives (transformées en taux pour million)11 par tranche de cinq années fait apparaître une évolution en trois périodes respectivement délimitées par une augmentation significativement forte avec 1944-1994, qui inclut la première occurrence du substantif dans notre corpus en 1982, 1995-2009, qui se caractérise par une certaine stabilisation et 2010-2015, qui marque un deuxième saut quantitatif considérable. Ce qu’on peut constater, c’est que cette accélération de la fréquence d’apparition de la forme substantivée coïncide avec l’extension des emplois de l’adjectif observée sur le plan collocationnel par rapport à la période 2010-2015.

Figure 2. VNC Dendogramme

4. Conclusion et perspectives de recherche

40L’enquête menée a permis de mettre en évidence les deux sauts sémantiques récents dans le parcours diachronique de numérique : il est passé du sens de « avec des nombres », « en nombre » à celui de « utilisant la représentation avec les nombres » (disque numérique) puis de « relatif aux usages sociaux des systèmes, dispositifs ou procédés utilisant la représentation avec des nombres » (révolution numérique). Le premier changement de sens marque une restriction au champ sémantique de la technologie, le deuxième une extension dans le champ sémantique des phénomènes sociaux. Dans cette dernière acception, comme le montre la relative complexité de la glose et l’emboîtement de plusieurs complémentations, sur le mode marabout-de-ficelle (« relatif aux usages sociaux », « usages sociaux des systèmes », « systèmes utilisant la représentation », « la représentation des nombres »), le lien avec l’étymon numerus apparaît complexe et lointain : le mot subit une perte de motivation, il devient opaque. Parallèlement, investissant le discours social, il acquiert une très haute fréquence. L’usage actuel de numérique se caractérise à la fois par ce caractère massif (dans la fréquence) et par ce brouillage sémantique.

  • 12 On sait que les débuts du traitement numérique de l’information se situent à la fin des années 40, (...)

41Le corpus du Monde, en tant que corpus de presse généraliste, ne permet pas d’attester avec précision l’émergence de nouveaux concepts scientifiques ou techniques et on a vu dans ces exemples que le décalage entre l’innovation technique et l’innovation linguistique, telle qu’elle est produite par la diffusion de ces changements pour le grand public, peut correspondre à une vingtaine d’années12. Le recours à un corpus de textes de spécialité permettrait de dater et de mieux décrire les évènements discursifs à l’origine des changements étudiés, qui ont probablement été marqués par une concurrence entre les adjectifs digital et numérique, du fait de l’apparition des notions de spécialité d’abord dans des textes anglais.

42D’autre part, l’étude des changements en cours dans la période récente nécessiterait d’intégrer des discours de genres différents, avec non seulement des langues de spécialité mais aussi en particulier des discours extraits des nouveaux médias et des lieux d’expression citoyens, artistiques et « scientifiques engagés ».

43Enfin, on a vu que l’étude de ces innovations conduit également à observer des phénomènes de vieillissement. Il serait intéressant par exemple d’étudier l’évolution de termes qui auraient pu se trouver en compétition avec numérique (tels que : informatique, cybernétique ou télématique).

Haut de page

Bibliographie

CANDITO, M.-H., NIVRE, J., DENIS, P. & HENESTROZA ANGUIANO, E., 2010, « Benchmarking of Statistical Dependency Parsers for French », in Proceedings of The 23rd International Conference on Computational Linguistics (COLING 2010), Beijing, China.

EVERT, S. & HARDIE, A., 2011, « Twenty-first century Corpus Workbench: Updating a query architecture for the new millennium », in Proceedings of the Corpus Linguistics 2011 conference, Birmingham, UK. [http://www.birmingham.ac.uk/documents/college-artslaw/corpus/conference-archives/2011/Paper-153.pdf]

GEORGE, E., 2004, « L’expression de fracture numérique en question », in É. Guichard (dir.), Mesures de l’Internet, Paris, Éditions des Canadiens en Europe, p. 152-165.

GRIES, S.T. & HILPERT, M., 2008, « The identification of stages in diachronic data: variability-based neighbour clustering », Corpora, 3 (1), p. 59-81.

GRIES, S.T. & HILPERT, M., 2012, « Variability-based neighbor clustering: a bottom-up approach to periodization in historical linguistics », in T. Nevalainen & E. Traugott (eds.), The Oxford handbook of the history of English, Oxford, Oxford University Press, p. 134-144.

GUICHARD, E., 2003, « Does the 'Digital Divide' Exist ? », in P. van Seters, B. de Gaay Fortman & A. de Ruijter (dir.), Globalization and its new divides: malcontents, recipes, and reform, Amsterdam, Dutch University Press, p. 69-77.

GUILBERT, L., 1973, « Théorie du néologisme », Cahiers de l’association internationale des études françaises, 25, p. 9-29.

HEIDEN, S. & TOURNIER, M., 1998, « Lexicométrie textuelle, sens et stratégie discursive », in Actes I Simposio Internacional de Análisis del Discurso, Madrid.

Le Petit Robert de la langue française, 2020, Paris, Dictionnaires Le Robert. [version en ligne, dernière consultation en date : 25/08/2020]

MOATTI, A., 2012, « Le numérique, adjectif substantivé », Le débat, 170, p. 133-137.

NIVRE, J., HALL, J. & NILSSON, J., 2006, « MaltParser: A Data-Driven Parser-Generator for Dependency Parsing », in Proceedings of the fifth international conference on Language Resources and Evaluation (LREC 2006), Genoa, Italy.

OLLIVIER, B., 2006, « Fracture numérique : ne soyons pas dupes des mots », Hermès, 45, p. 33-40.

SHANNON, C. E., 1948, « A Mathematical Theory of Communication », The Bell System Technical Journal, 27, p. 379-423, 623-656.

STEFANOWITSCH, A. & GRIES, S.T., 2003, « Collostructions: Investigating the interaction between words and constructions », International Journal of Corpus Linguistics, 8 (2), p. 209-43.

STEUCKARDT, A., 2020, « Le français innovant : quand les profanes commentent », in F. Diémoz, G. Dostie, P. Hadermann & F. Lefeuvre (éds.), Le français innovant, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Warszawa, Wien, Peter Lang, p. 311-329.

Haut de page

Notes

1 L’algorithme permettant de produire une CAHC peut être résumé de la façon suivante (cf. Gries & Hilpert, 2008) : (1) générer un tableau croisé indiquant le score d'association Fisher-Yates avec en lignes les cooccurrents et en colonnes les années (ici une année représente une tranche temporelle de cinq ans) ; (2) pour chaque année jusqu’à l’avant-dernière : (2a) calculer la similarité entre une année et l’année successive en termes du coefficient de corrélation de Pearson (Pearson product-moment correlation coefficient) ; (2b) sélectionner la paire d’années les plus proches et les fusionner en une nouvelle période ; (2c) calculer la moyenne des scores d'association par cooccurrent pour cette nouvelle période ; (3) reprendre ces calculs avec la nouvelle période jusqu’à ce que toutes les périodes aient été fusionnées.

2 Les emplois majeurs de l’adjectif numérique selon Le Petit Robert 2020 sont : numérique1 : « Qui est représenté par un nombre, se fait avec des nombres » ; numérique2 : « Qui concerne les nombres arithmétiques » ; numérique3 : « Évalué en nombre » ; numérique4 : « Se dit de la représentation de données, de grandeurs physiques au moyen de caractères tels que des chiffres (opposé à analogique), ainsi que des procédés utilisant ce mode de représentation (…) ».

3 L’adjectif numericus est une invention contemporaine, créé avec la collocation homo numericus, qui date de la fin du 20e siècle. Sa première attestation (La Presse, 25/06/1995) dans Europresse, sert de titre à un compte rendu de L’Homme numérique, de Nicholas Negroponte (1995), qui considère que l’espèce humaine connaît une mutation « quasi génétique ». Formée sur le modèle des dénominations savantes des espèces, la collocation homo numericus tend à la fois à présenter les changements liés aux usages sociaux de l’informatique comme une mutation génétique et à doter l’adjectif numérique d’une aura d’ancienneté linguistique et de scientificité. Ce néologisme néolatin est ainsi emblématique des approximations et des enjeux idéologiques en travail dans ces nominations.

4 Ainsi dans sa première attestation : « l'homme peut estre consideré & en particulier & en general selon l'espece. Consideré particulierement, il est vn d'vnité numerique, composé de plusieurs parties, comme le monde » (Jourdain Guibelet, 1603, Trois discours philosophiques : le I, de la comparaison de l'homme avec le monde ; le II, du principe de la génération de l'homme ; le III, de l'humeur mélancolique, mis de nouveau en lumière, p. 59, référence Frantext).

5 L’édition actuelle du Dictionnaire de l’Académie conserve cette opposition entre calcul numérique et calcul littéral (associée à l’opposition entre arithmétique et algèbre). Aujourd’hui toutefois, dans le domaine des mathématiques, l’opposition la plus courante est celle entre l’analyse numérique (qui opère sur des structures continues) et les mathématiques discrètes (sur des structures discrètes) : dans les deux cas des méthodes algébriques sont utilisées.

6 D’après Le Monde, la machine-outil à commande numérique est présentée comme telle lors de la IIIe Biennale de la machine-outil, en mai 1964.

7 A posteriori, une note à cet article précisera : « En français, l'adjectif “digital” signifie “relatif aux doigts” et ne doit pas être utilisé dans le sens de “numérique” » (22/09/2000).

8 En anglais, le substantif digit (du latin digitus) a comme sens premier chiffre, mais peut aussi désigner le doigt.

9 De même que dans vivre de son travail, exemple type de métonymie de la cause pour l’effet, le mot travail désigne l’effet (ce que l’on gagne par son travail) est nommé par la cause (le travail), de même le disque numérique est l’effet dont la représentation numérique est la cause.

10 Derrière le projet de prendre en charge les pauvres et les démunis de l'électronique réside l'idée d'un grand départ vers un futur radieux, d'une aventure collective véhiculée par les « nouvelles technologies ». Cette croyance a un nom : le déterminisme technique ; elle prétend que la technologie détermine l'organisation de la société ; elle est certes séduisante, mais classique et naïve (traduction Éric Guichard, http://barthes.enssib.fr/atelier/geo/Tilburg.html).

11 Dans le cas des séries chronologiques constituées par des simples valeurs de fréquence, l'algorithme diffère de celui décrit dans la note 1, en ce qu'il utilise l'écart type en tant que mesure de distance (cf. Gries & Hilpert, 2012 : 139).

12 On sait que les débuts du traitement numérique de l’information se situent à la fin des années 40, avec en particulier la diffusion de la théorie de l’information de Shannon (1948) et des travaux dans le domaine de l’électronique, dont la découverte de l’effet transistor (1947).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : CAHC appliquée aux collocations adjectivo-nominales impliquant numérique en tant qu’épithète
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/8153/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Légende Figure 2. VNC Dendogramme
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/8153/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sascha Diwersy, Agata Jackiewicz, Giancarlo Luxardo et Agnès Steuckardt, « Les sens de « numérique » : émergence d’emplois et dynamique du changement sémantique »Linx [En ligne], 82 | 2021, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/linx/8153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/linx.8153

Haut de page

Auteurs

Sascha Diwersy

Université Paul Valéry Montpellier 3, Praxiling UMR 5267 CNRS

Articles du même auteur

Agata Jackiewicz

Université Paul Valéry Montpellier 3, Praxiling UMR 5267 CNRS

Articles du même auteur

Giancarlo Luxardo

Université Paul Valéry Montpellier 3, Praxiling UMR 5267 CNRS

Agnès Steuckardt

Université Paul Valéry Montpellier 3, Praxiling UMR 5267 CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search