Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Une particule énonciative en amha...

Une particule énonciative en amharique : le cas de əkko1

An enunciative particle: the case of əkko
Delombera NEGGA

Résumés

Parmi les nombreuses particules énonciatives que compte l’amharique, əkko présente la particularité de ne révéler son sens, sa valeur et sa fonction véritables qu’en contexte. On ne voit pas de prime abord de termes auxquels on pourrait la rattacher. Son origine reste donc à rechercher. Tandis que d’autres particules énonciatives peuvent assurer également des rôles grammaticaux en tant que verbes, adverbes ou interrogatifs, cela n’est pas le cas de əkko. De fait, elle apparaît en position finale d’énoncé où elle porte sur l’ensemble de la proposition qu’elle clôt, mais elle peut aussi apparaître dans d’autres positions à la suite de l’élément sur lequel elle porte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous remercions Paulette Roulon-Doko et Sylvester Osu de nous avoir offert la possibilité de partic (...)
  • 2 Nous utilisons l’expression « particule énonciative » en adoptant la définition que Felix Ameka (19 (...)
  • 3 Pour une étude morphosyntaxique de ce morphème, voir Baye (2008).

1L’amharique compte de nombreuses particules énonciatives2 d’origines diverses. Certaines, comme dämmo « encore » ou kätto « finalement » proviennent respectivement des verbes däggämä « répéter, recommencer » et kättätä « ranger, rassembler » au gérondif. D’autres sont des conjonctions augmentées d’une terminaison en -i. C’est le cas de əst-i (Delombera, 2016) qui joue un rôle dans la transformation d’une injonction en une requête et dont l’une des interprétations possibles est « un peu », et de ənğ-i « mais » qui marque une opposition. Fonctionnent également comme particules énonciatives, l’interrogatif mäče « quand ? », l’adverbe bəčča3 « seulement », ou encore l’expression d’acquiescement ešš-i « je veux bien ; entendu ; oui » dérivé de l’unique verbe monosyllabique ša « vouloir, désirer ».

2Dans tous ces marqueurs, əkko fait exception. Hors contexte, il n’a aucune signification immédiate et stable. Il ne s’emploie que dans le cadre d’un dialogue et l’on peut identifier deux cas : le premier où il fonctionne seul, comme interjection ; le second où il figure en position initiale, interne, ou finale dans l’énoncé ou le segment d’énoncé. Dans tous les cas, əkko ne peut s’interpréter que grâce au contexte énonciatif ou situationnel qui l’accompagne.

  • 4 Voir Camus (2001/2002), Osu (2016), Paillard (2017a), (2017b).

3Cet article est une première tentative d’analyse du morphème əkko en tant que particule énonciative. Dans cette étude, placée dans le cadre de la Théorie des opérations prédicatives et énonciatives (Culioli, 1990, 1999), nous tenterons de déterminer l’emploi de ce morphème et de dégager l’invariant4 quant à ses valeurs. Afin de mieux les appréhender, nous examinerons les variations de sens en cas de suppression du morphème ou d’inversion par rapport au terme qu’il suit. Par ailleurs, nous procéderons à des comparaisons d’exemples après substitution de əkko par le morphème ənği « mais » dans sa fonction de particule énonciative en position finale.

4Le corpus comprend d’une part des énoncés extraits de plusieurs romans contemporains dont les références sont indiquées au début de chaque exemple, et d’autre part des énoncés construits pour les besoins de cette étude. Parmi les exemples extraits des romans, certains sont également considérés dans des contextes autres que ceux du roman lui-même. Nos exemples se présentent sous la forme suivante :

  • 5 Principale langue sémitique du groupe éthio-sémitique, l’amharique dispose d’une écriture propre. T (...)

5- ligne 1. le texte est donné en écriture amharique, sans les séparateurs de mots (፡)5 par souci d’économie de place. Seuls la virgule (፥) et le point final (።) y figurent ;

6- ligne 2. la translittération est donnée en italique ;

7- ligne 3. la glose grammaticale est en petites majuscules ;

8- ligne 4. une première traduction littérale ;

9- ligne 5. une seconde traduction littérale pour les énoncés complexes ;

10- ligne 6. la traduction en français proprement dite.

1. Place et rôle de la particule əkko

11Morphologiquement invariable, əkko est la trace d’une mise en relation d’énoncés dans un contexte de dialogue. Afin de déterminer la nature de ces relations, nous considérons successivement des exemples d’énoncés où ce marqueur est : 1) en position initiale, 2) en position interne, 3) en position finale et enfin 4) seul, comme interjection. Quelle que soit sa place dans l’énoncé, əkko porte toujours sur l’élément qui le précède.

1.1 La particule əkko est en position initiale dans l’énoncé

12Dans les exemples de cette section, əkko précède en (1) un interrogatif, en (2) un prédicat et en (4) un énoncé entier. Au cours de l’analyse, nous examinerons si un déplacement de la particule dans chacun de ces énoncés est possible. Nous comparerons ensuite la différence entre (2a) et (3) après substitution dans ce dernier de əkko par la particule ənği.

13La structure de la relation qu’établit la particule əkko peut être schématisée en : X əkko Y, X étant l’énoncé antérieur (E1) et Y l’énoncé (E2) où figure əkko. Ainsi, pour les exemples (1), (2) et (4), (E1) est un dialogue qui précède chacun de ces énoncés. Le premier contexte est le suivant : l'énonciateur s’adresse à Alé, son interlocuteur qui veut l’informer de quelque chose mais semble tourner autour du pot :

14(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 76)

  • 6 Abréviations : acp accompli (aspect) ; aff affectif ; conj conjonctif ; cop copule ; dét déterminan (...)
  • 7 En amharique, la copule näw est « une particule [sic] conjuguée au moyen des suffixes régimes de ve (...)

(E1)

« አሌ፥

ዛሬ የመጣኹት

አንድ ነገር

ልነግርኽ

ነው። »

ale,

zare yä-mäṭṭa-hu-t

and nägär

lə-nägr-əh

näw

Alé

aujourd’hui rel-acp.venir-1sg-det6

un chose

conj-1sg.inacp.dire-obj.2m.sg

cop.3m.sg7

Alé

aujourd’hui ce que je suis venu

une chose

pour que je te dise

est-le

« Alé, c’est pour te dire quelque chose que je suis venu aujourd’hui. »

« ምን ? »

mən ?

Quoi ?

« Quoi [donc] ? »

« ሳይታሰብ

የኾነ

ነገር

ነው። »

s-a-yə-tt-assäb

yä-hon-ä

nägär

näw

conj-nég-3m.sg-pass-inacp.penser

rel-acp.être-3m.sg

chose

cop.3m.sg

« C’est quelque chose inattendu. »

(1)

« እኮ

ምን ?! »

əkko

mən ?!

əkko

quoi

« əkko quoi ? ! »

« Mais, quoi ? ! Vas-y, dis-le ! »

15Pour rendre le sens de əkko dans la traduction de (1), il a fallu y ajouter ce qui est sous-entendu et immédiatement perceptible, à savoir « Vas-y, dis-le ! ». En effet, dans cet échange, Alé pose une première fois la question mən ? « Quoi ? » pour savoir de quoi son interlocuteur veut lui parler. Il renouvelle ensuite sa question en ajoutant əkko en début d’énoncé devant l’interrogatif :

əkko mən ? « Mais, quoi ? ».

16Le sous-entendu de cette particule peut s’interpréter comme : « d'accord, tu veux me dire quelque chose, eh bien de quoi s'agit-il ? », ou « je te repose la question, de quoi s’agit-il ? », ou encore « tu es venu pour me dire quelque chose, alors qu'est-ce que tu attends pour me le dire ». Dans tous les cas, əkko s’interprète comme « Vas-y, dis ce que tu as à dire ». La question porte sur la nature de l’information, mən ?, et əkko invite l’interlocuteur à faire ce qu’il a dit qu’il ferait.

17En fonction de l’intonation, ici interro-exclamative, et de la façon dont elle est modulée, plus ou moins intensifiée, l’emploi de əkko laisse transparaître de l’empressement, de l’impatience ou même de l’agacement de la part du locuteur. A ce propos, Marcel Cohen note que « le mot እኮ፡ əkko en tête de phrase, est une affirmation énergique, quelquefois un peu impatiente, à traduire par « mais oui », « mais si », « eh bien (alors). » (Cohen, 1970 : 333).

18Si l’interlocuteur continue à digresser et ne se décide toujours pas à raconter son histoire aussi vite que le voudrait l'énonciateur, ce dernier peut renouveler sa question autrement et ajouter :

(2)

« እኮ

ንገረኝ ! »

əkko

nəgär-äñ !

əkko

imp.dire.2m.sg-pron.obj.1sg

« əkko dis-moi ! »

« Mais, dis-moi ! Vas-y ! »

19(2) a la même structure que (1). L’accent est mis sur əkko et l’énoncé est une exclamation qui sous-entend : « soit ! tu veux me dire quelque chose, eh bien dis-le-moi. » ou « depuis que tu as commencé à vouloir me dire, cela devrait être fait, alors fais-le, vas-y, dis-le-moi. » ou « continue, va dans le sens de ce que tu as commencé à faire au lieu de tourner en rond, de me mettre l’eau à la bouche, etc. » ou encore « j’attends, arrête de tourner autour et dis-moi. ».

20L’énonciateur peut aussi insister en disant (2a) :

21 __________________________

22 ↓ ↓

(2a)

« ንገረኝ

እኮ ! »

nəgär-äñ

əkko

imp.dire.2m.sg-pron.obj.1sg

əkko

dis-moi

əkko

« Dis-[le]moi donc »

23En position finale, əkko porte sur le prédicat nəgäräñ « dis-moi » et l’énoncé (2a) sous-entend :

« tu dis que tu veux me dire quelque chose, alors mets en adéquation ce que tu dis avec ce que tu fais et dis-moi. » ou « tu es venu pour me le dire, donc dis-le, tu dois me le dire ».

24Avec l’inversion de la particule et du prédicat en (2a), əkko ne porte plus sur le dialogue (E1) mais directement sur le prédicat nəgäräñ « dis-moi » qui le précède immédiatement.

25Contrairement à (2), l’inversion dans (1) est impossible :

26(1a) * mən əkko ?

27la particule əkko ne pouvant porter sur un interrogatif, sauf si l’on ajoute une suite comme, par exemple :

28 _____

29 ↓ ↓

(1b)

« ምን

እኮ

ነው፥

የምትነግረኝ ?

mən

əkko

näw

yämmə-t-nägr-äñ

quoi

əkko

cop.3m.sg

rel-2m.sg-inacp.dire-pron.obj.1sg

quoi

əkko

c’est

que tu me dis

« Mais, c’est quoi que tu dois/vas me dire ?! »= « Mais, qu’as-tu donc à me dire ?! »

30où l’on a une focalisation avec la copule näw « c’est » de l’interrogatif renforcé par la particule : <mən əkko>. Cependant, on peut noter un point commun entre les exemples (1) et (2) :

31(1) əkko mən « Mais, quoi ?! »

32et

33(2) əkko nəgäräñ ! « Dis-[le] moi donc. »

34Aucun des deux énoncés n’admet la substitution de ǝkko en position initiale par l’autre particule énonciative, ənği « mais », qui nous sert d’élément de comparaison :

35(1c) *ənği mən ? 

36(2b) *ənği nəgäräñ !

37En revanche, ənği peut se substituer à ǝkko en position finale dans (3) :

(3)

« ንገረኝ

እንጂ ! »

nəgär-äñ

ənği

imp.dire.2m.sg-pron.obj.1sg

ənği

dis-moi

ənği

« Mais, dis-moi ! »

38sous-entendu, « pourquoi ne me le dis-tu pas ? qu’est-ce que tu attends ? qu’est-ce qui te fais hésiter ? »

39Une brève analyse comparative des deux particules est faite, plus loin, en section 3.

40Le contexte de l’exemple (4) est différent du précédent. Ici, un célibataire raconte ses mésaventures avec ses employées de maison. Cette fois-ci, il s’agit de la cuisinière qui, pour lui demander encore et toujours de l’argent, énumère sous forme de plainte tout ce qui manque dans la maison :

41(Pawlos ñoñño (2008), Yänewočču gärädočč, p. 12)

  • 8 Farine à base de fève, de petits pois ou de pois chiche.

(E1)

« … ሹሮውም

አለቀ፥

በርበሬም

በቤቱ

የለ። »

አለችኝ።

šuro8-w-m

alläq-ä

bärbärre-m

bä-bet-u

yäll-ä

al-äčč-əñ

šuro-dét.m-foc

acp.finir-3m.sg

piment-foc

loc-maison-dét.m

nég.acp.exister-3m.sg

acp.dire-3f.sg-pron.obj.1sg

šuro aussi

il est fini

piment-aussi

dans la maison

il n’y a pas

elle m’a dit

« …, le šuro aussi est fini, il n’y plus non plus de piment dans la maison. » me dit-elle.

(4)

« እኮ

ለኹሉም

ታዲያ

ምን

ያኽል

ይበቃሻል ?

əkko

lä-hullu-m

tadiya

mən

y-ahəl

yə-bäqa-š-all

əkko

loc-tout-foc

alors

quoi

3m.sg-inacp.équivaloir

3m.sg-inacp.suffire-pron.obj.2f.sg-aux.prés

əkko

en tout-aussi

alors

combien

il te suffit

« Bon, et il te faut combien pour tout ça, alors ? »

« …, le šuro aussi est fini, il n’y plus non plus de piment dans la maison. » me dit-elle.

« Bon, et il te faut combien pour tout ça, alors ? »

42En tête d’énoncé, əkko est suivi d’une pause. Selon le ton que le lecteur prêtera à la réponse du célibataire, l’énoncé peut s’interpréter comme une question calme et posée, ou au contraire comme une exclamation exprimant une impatience ou même une irritation de la part de l’énonciateur. Ainsi, le sous-entendu véhiculé par əkko pourrait se comprendre, soit comme « d’accord, j’ai compris : de combien as-tu besoin pour acheter tout ce qui manque ? », soit comme « ça suffit, j’ai entendu tout ce que tu viens de dire ! Combien te faut-il ? » D’où la traduction de əkko par « Bon ».

43Ici, l’inversion, ou le déplacement de əkko en position finale n’est pas possible :

44(4a) * lä-hullu-m tadiya mən y-ahəl yə-bäqa-š-all əkko ?

45car, il s’agit d’une question et non d’une reprise ou d’une répétition.

1.2 La particule əkko est en position interne dans l’énoncé

46En position interne, əkko se trouve dans le même schéma de relation X əkko Y, à la différence près qu’ici X n’est pas un énoncé mais un élément de l’énoncé (E2). Dans le cas des exemples de cette section, (E1) est le contexte situationnel.

47Le contexte de (5) est le suivant : l'énonciateur veut faire prendre conscience à son amie qu’elle est responsable de la situation dans laquelle elle se trouve et de ce qui lui arrive :

(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 86)

48_________

49↓ ↓

  • 9 Le suffixe -əyye est une marque d’affection signifiant « mon (ma) chéri(e) à moi ». Ici, Ṣəggəyye s (...)

(5)

« ጥፋተኛዋ

እኮ

አንቺው

ነሽ፥

ፅግዬ። »

ṭəfatäñña-wa

əkko

ančči-w

näš

Ṣəgg-əyye9

fautif-dét.f

əkko

ppi.2f.sg-dét.m

cop.2f.sg

Ṣəgg-aff

la fautive

əkko

toi-même

es-tu

Ṣəggəyye

« La fautive əkko, c’est toi-même, Ṣəggəyye. »

« La fautive, c’est bien toi, Ṣəggəyye. »

  • 10 « Opération de détermination consistant à conférer une spécificité qualitative à un ensemble d’élém (...)

50Le nom ṭəfatäññawa « fautive-la » qui précède immédiatement əkko dans (E2) porte l’article défini féminin, -wa, marqueur d’une opération de fléchage10 d’une première occurrence de ṭəfatäñña « fautif », résultat d’une extraction dans un énoncé antérieur (E1) : « il y a un fautif ». Ainsi, ṭəfatäññawa signifie « celle qui est fautive, la fautive ». Cette détermination est renforcée par un second élément porteur du même marqueur de fléchage, -w, anččiw « toi-même » sous-entendu « personne d’autre ». La copule näš « tu es » établit une relation d’identification entre ṭəfatäññawa et anččiw « toi-même ».

51Selon le contexte et l’état d’âme de l’énonciateur (qui se marque par l’intonation, la mimique, etc.), cet énoncé peut s’interpréter de trois façons. S’il s’agit de raisonner une amie avec un ton conciliateur, əkko peut se comprendre comme « tu as commis une faute, admets-le, c’est toi la fautive. » Si au contraire, l’énonciateur fait des reproches à son amie, l’énoncé prend le sens de « tu n’aurais jamais dû faire/dire ce que tu as fait/dit, tu as donc commis une faute, la fautive c’est bien toi ». Si, enfin, il s’agit de témoigner, l’énoncé peut s’interpréter comme « n’essaie pas de le nier, je confirme, la fautive c’est bien toi ».

52Ici, l’énoncé n’est pas exclamatif à proprement parler comme dans (1), mais l’accent est mis sur la particule énonciative. Emphatique, əkko porte sur ṭəfatäññawa « la fautive » et rétablit la relation entre ce qui est dit antérieurement (E1) et la confirmation anččiw näš « c’est toi-même ».

53Autrement dit, əkko insiste sur l’élément thématisé tout en introduisant le point de vue du locuteur qu’il reste à interpréter en fonction du contexte et de la prosodie. Dans tous les cas, cette double détermination s’interprète comme « que tu le veuilles ou non, c’est un fait : tu es la fautive ». Notons que la thématisation du nom ṭəfatäññawa « la fautive » est indépendante de la présence de əkko dont la fonction est celle de la mise en évidence de cet élément de l’énoncé.

54Dans (6) – Deux très bons amis, qui ne s’étaient pas vus depuis quelque temps, échangent des nouvelles (E1) de leur vie respective et de leurs amis communs, dont Endäšaš. L’énonciateur dit alors :

55(Zännäbä Wärq, Haylä Maryam (2003-4), Həywät əndä əddələš, p. 254)

  • 11 Nom propre féminin signifiant « Selon tes envies ».

(6)

« ባለቤቴ

እኮ፥

እንደሻሽ

ነች። »

balbet-e

əkko

əndäšaš11

näčč

époux-poss.1sg

əkko

əndäšaš

cop.3f.sg

mon épouse

əkko

Endäšaš

est-elle

« Mon épouse əkko, c’est Endäšaš. »

56La copule näčč « elle est » opère une relation d’identification entre le terme déterminé par un possessif, balbete « mon épouse », mis en évidence par əkko, et le nom propre Endäšaš. Le sous-entendu de l’énoncé (6) dépendra du contexte dans lequel il s’insère.

57Contexte 1 - L’ami de l’énonciateur ignorait encore que ce dernier était marié, əkko peut alors s’interpréter comme : « puisque tu parles de Endäšaš, il se trouve qu’elle est maintenant mon épouse » ou « tu ne connais sans doute pas la nouvelle, le fait est que Endäšaš est mon épouse ». D’où la traduction :

58(6’) « Endäšaš, c’est mon épouse. »

59Contexte 2 – L’ami en question connaît très bien les qualités et les défauts de Endäšaš. Une femme de caractère. Dans ce cas, le sous-entendu de l’énoncé peut être, par exemple : « tu connais mon épouse, tu sais à quel point elle est dépensière. Alors, ne me parle pas de richesse, ni d’épargne. Tout mon salaire y passe. » ou bien « tu connais mon épouse, c’est elle l’homme de la maison, ... »

60D’où la traduction (6’’) « Mon épouse, n’est autre que Endäšaš. ».

61Dans (7), la mère d’un jeune homme est en colère parce que ce dernier est allé à un match de football au lieu d’assister à l’enterrement de son grand-père.

62(Pawlos ñoñño (2008), Səbəssəb sərawočč, p. 49)

(7)

« እኔ

እኮ

ያናደደኝ፥

አያቱን

ሳይቀብር፥

ኀዘኑን

əne

əkko

yä-annaddäd-ä-ñ

ayat-u-n

s-ay-qäbr

hazän-u-n

ppi.1sg

əkko

rel-acp.énerver-3m.sg-pron.obj.1sg

grand_père-poss.3m.sg

conj-nég.3m.sg-inacp.enterrer

deuil-poss3m-acc

moi

əkko

que il m’a énervé

son grand-père

sans enterrer

son deuil

Moi əkko, ce qui m’a énervée, sans enterrer son grand-père, son deuil

ትቶ፥

ኳስ

ሜዳ

መኼዱ

ነው። »

tət-o

kwas

meda

mähed-u

näw

gér.laisser-3m.sg

ballon

terrain

inf.partir-poss.3m.sg

cop.3m.sg

abandonner

football

terrain

son fait de partir

est-le

en abandonnant, c’est qu’il est allé au match de foot. »

« Ce qui, moi, m’a énervée, c’est qu’il soit allé au match de foot en délaissant le deuil et sans avoir enterré son grand-père. »

63L’accent est mis sur əkko qui met en évidence əne « moi », le repère constitutif de l’énoncé. La pause qui suit généralement la particule vient, ici, après le prédicat yannaddädäñ « qui m’a énervée ». Cet énoncé peut être une réponse à une question comme « tu es en colère, que s’est-il passé ? » ou bien « pourquoi te mets-tu en colère de la sorte ? ». Ainsi, əkko sous-entend : « en ce qui me concerne, si je me suis fâchée, c’est parce que je suis choquée par le fait que mon fils n’ait pas assisté à l’enterrement de son grand-père » ou « si je suis autant en colère, c’est parce qu’il devait avant tout respecter le deuil de son grand-père. » ou encore « en tous cas, ce qui m’a énervée, c’est le comportement irresponsable de mon fils ... ».

  • 12 Dans son étude sur les particules, Olga Kapeliuk note : “The words of reference most frequently use (...)

64À la différence des énoncés précédents où əkko porte sur un seul terme déterminé et thématisé, dans les deux exemples suivants, (8) et (9), əkko porte sur le fragment d’énoncé12 qui le précède. En voici le contexte : (8) une famille attend le diagnostic de l’état de santé de l’un de ses membres qui est souffrant :

65(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 61)

(8)

« ችግሩ

ምን

እንደኾነ

እኮ፥

ገና

አልታወቀም።

čəggər-u

mən

əndä-hon-ä

əkko

gäna

al-t-awwäq-ä-m

problème-dét.m

quoi

conj-acp.être-3m.sg

əkko

pas_encore

nég-pass-acp.savoir-3m.sg-nég

le problème

quoi

que-il-est

əkko

pas encore

il n’est pas su.

« On ne sait pas encore quelle est la nature du problème, əkko. »

  • 13 La signification de gäna varie selon que le prédicat qu’il modifie est à la forme affirmative ou né (...)

66La particule əkko porte sur l’ensemble du fragment čəggəru mən əndähonä « quelle est la nature du problème [de santé] » qui la précède et qui constitue le sujet du prédicat négatif altawwäqäm « il n’est pas su ». Ce dernier étant modifié par l’adverbe gäna13 « pas encore » qui amplifie l’incertitude et l’attente. Étant donné le contexte, « le problème » signifie ici « la maladie ».

67L’énoncé (8) peut se traduire par :

« On ne connaît toujours pas / on ignore encore la nature du problème ».

68La présence de əkko s’interprète ici comme : « quant à / pour ce qui est de / la nature du problème/de la maladie, on ne sait encore rien, on attend / on cherche / il est trop tôt pour le savoir ».

69Le contexte de (9), est le suivant : une femme, Rosina, boude. Son compagnon, qui trouve que cela a assez duré, lui demande d’y mettre fin :

70(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 72)

(9)

« ግማሽ

ሰዓት

አኰረፍሽኝ

እኮ፥

ሮዚና።

አኹን

ይብቃሽ።

gəmmaš

sä’at

akwärräf-š-əñ

əkko

Rozina

ahun

yə-bqa-š

demi

heure

acp.bouder-3f.sg-pron.obj.1sg

əkko

Rosina

maintenant

3m.sg-juss.suffire-pron.obj.3f.sg

demi

heure

tu m’as boudé

əkko

Rosina.

Maintenant

qu’il te suffise

« Tu me boudes depuis une demi-heure, əkko. Cela te suffit, maintenant. »

« Cela fait une demi-heure que tu me boudes, əkko. Arrête, maintenant. »

71əkko porte sur le segment d’énoncé qui le précède, gəmmaš sä’at akwärräfšəñ « tu boudes depuis une demi-heure » et plus particulièrement sur le prédicat akwärräfšəñ « tu boudes » qu’il suit immédiatement. En effet, l’énonciateur attire l’attention de son interlocutrice sur le fait qu’elle boude et que cela commence à durer. A travers əkko, il sous-entend : « tu réalises que tu as boudé pendant une demi-heure ? », « voilà une demi-heure que tu boudes, tu devrais arrêter maintenant. », « bouder n’est pas dans tes habitudes, mais tu boudes depuis une demi-heure ». Quelle que soit la situation, ce qui demeure c’est le fait qu’elle boude.

72(9) signifie « Tu sais quoi, Rosina !? Cela fait une demi-heure que tu me boudes ; arrête, maintenant. »

  • 14 Pour d’autres particules ou connecteurs, voir Kapeliuk (1978), Girma and Meyer (2008).

73Dans les exemples ci-dessous, əkko est immédiatement suivi de la copule näw. Il apparaît sous sa forme enclitique14 -kko (Cohen, 1970 : 316) dans (10) et (11). C’est le cas lorsque le mot qu’il suit immédiatement se termine par une voyelle, mais cette réalisation n’est pas systématique (Leslau, 1995 : 906).

74Dans (10), deux amis hésitent sur l’achat d’un objet et échangent leurs avis :

(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 83)

  • 15 Il s’agit d’un emprunt de l’anglais “artificial”, utilisé pour désigner un bijou fantaisie, qui n’e (...)

(10)

« አርቲፊሻልም

ቢኾን፥

ውድ

እቃ'ኮ

ነው።

artifišal15-əm

b-i-hon

wədd

əqa-kko

näw

artificiel-foc

conj-3m.sg-inacp.être

cher

objet-kko

cop.3m.sg

toc aussi

s’il est

cher

objet-kko

est-le

« Même si c’est du toc, c’est un objet qui coûte cher. »

75(10) signifie « Même si c’est du toc, c’est un objet qui coûte cher. »

76Bien qu’accolé au nom əqa « objet », -kko porte sur la séquence <adjectif nom>, <wədd əqa> « cher objet ». Il souligne la cherté de l’objet en question. En effet, le point de vue de l’énonciateur semble être celui d’un connaisseur et la cherté de l’objet est mise en valeur par contraste et malgré la qualité ordinaire de la matière, artifišaləm bihon « même si c’est du toc ». Ainsi, dans la relation <X être Y> soulignée par -kko, Y est une propriété différentielle, wədd « cher », qui caractérise əqa « objet » à l’exclusion de toute autre qualité.

77Le sous-entendu de cet énoncé peut être, selon le cas : « malgré le fait qu’il soit en matière ordinaire/une imitation/du toc, ce n’est pas n’importe quel objet, c’est un objet qui coûte cher et c’est généralement/habituellement le cas » ou « à n’en pas douter, c’est un objet de grande valeur, même si ... », ou encore « c’est un objet qui reste cher, même si c’est du toc. » Autrement dit, -kko insiste sur le fait que le type d’objet en question est toujours cher.

78L’énoncé (11) est prononcé lors d’une dispute. L'énonciateur veut faire taire son interlocuteur et s’exclame :

79(Iyyob Getahun (2008), Yaltänorä ləğənnät p. 49)

(11)

« ዝም

በይ'ኮ

ነው

የምልሽ ! »

zəmm

bäy’kko

näw

yämm-ə-lə-š

silence

imp.dire.2f.sg ‘kko

cop.3m.sg

rel-1sg-inacp.dire-pron.obj.2f.sg

tais-toi ‘kko

est-le

que je te dis

« Ce que je te dis, c’est « tais-toi » (ə)kko ! », « Je te dis de te taire, (ə)kko ! »

  • 16 Il s’agit d’un « composé descriptif expressif » constitué par un radical invariable souvent onomato (...)

80La particule énonciative -kko est accolée à la séquence <zəmm bäy>, « tais-toi », un prédicat composé16 (Cohen, 1970 : 262) à l’impératif, laquelle séquence est focalisée à l’aide de la copule näw « c’est » qui établit une relation d’identification avec la relative du prédicat à l’inaccompli yämmələš, « que je te dis ». La présence de -kko indique que l'énonciateur a déjà demandé une première fois à son interlocuteur de se taire et, combinée à la construction relative yämmələš « que je te dis », il s’interprète comme une insistance, « ce que je te dis, c’est de te taire », sous-entendu : « tu comprends ce que je dis ou non ?! », « je te dis de te taire et pas autre chose », « je te le répète, je veux que tu te taises », « je t’ai déjà dit de te taire, fais ce que je te dis, je ne le répéterai pas », « je t’ai déjà dit de te taire, alors tais-toi ou cela va mal se terminer ». Ainsi, l’interprétation de (11) peut aller du simple avertissement à la menace. Une traduction possible est :

81(11) « Puisque je te dis de te taire ! »

82(12), dans ce dernier exemple de əkko en position interne dans l’énoncé, une jeune femme demande à son ami, en (E1), s’il revient déjeuner après son travail. Il lui répond que non ; elle essaie alors de le faire changer d’avis :

83(Iyyob Getahun (2008), Yaltänorä ləğənnät p. 42)

  • 17 « La copule négative correspondant à näw est un verbe aydollä(m) [aydälläm], qui est défectif dans (...)

(E1)

« ለምሳ

ትመጣለኽ፥

አይደል ?! »

lä-məsa

tə-mäṭa-allä-h

aydäll17

loc-déjeuner

inacp-venir-aux.prés-2m.sg

nég.cop.3m.sg

pour déjeuner

tu viendras

ne convient[-il]

Tu viendras pour le déjeuner, n’est-ce pas ?

« አልመጣም። »

al-mäṭa-m

nég.1sg-inacp.venir-nég

Je ne viendrai pas.

(12)

« ዶሮ

ወጥ

እኮ

ነው ! »

doro

wäṭ

əkko

näw

poulet

sauce

əkko

cop.3.m.sg

poulet

sauce

əkko

est-le

« C’est du doro wäṭ, əkko ! »

84(12) signifie « C’est du ragoût de poulet, tu sais ! », sous-entendu « ce n’est pas n’importe quel plat » ou « je t’ai préparé ton plat préféré ».

85Ici aussi, la séquence <doro wäṭ > est focalisée à l’aide de la copule näw « c’est », qui établit une relation d’identification avec məsa « le déjeuner ».

1.3 La particule əkko est en position finale dans l’énoncé

86Nous avons vu dans l’exemple (2a), qu’en position finale əkko ne porte plus sur l’énoncé antérieur (E1) comme lorsqu’il est en position initiale, mais directement sur l’élément qui le précède immédiatement dans (E2). C’est aussi le cas dans l’exemple (13) où əkko porte sur le prédicat täṭallu « Ils ont divorcé » et dont le contexte est le suivant : deux amis échangent des nouvelles à propos de leurs amis communs, un couple, qui traversent une période difficile parce qu’ils ne s’entendent plus très bien.

87(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 40)

(13)

« ተጣሉ

እኮ !  »

tä-ṭall-u

əkko

pass-acp.disputer-3pl

əkko

ils se sont disputés

əkko

« Ils se sont disputés, əkko. » = « Ils ont divorcé, əkko. »

« Ils ont divorcé ! »

88Dans cet exemple, le prédicat à l’accompli, täṭallu « ils se sont disputés », s’interprète non pas dans son sens premier de « se disputer, se fâcher », mais dans un sens contextuellement orienté, c’est-à-dire « divorcer ». D’où la traduction « Ils ont divorcé ! ». Par əkko, placé immédiatement après le verbe et en fin d’un énoncé exclamatif, l'énonciateur confirme que le divorce en question s’est bel et bien produit, sous-entendu :

89« au moment où je te parle, ils ne sont plus ensemble, c’est officiel. » ou « comment ? n’es-tu pas au courant qu’ils ont divorcé ? » ou encore « on s’y attendait, ça y est, c’est fait. ». Autrement dit, « ils ne s’entendaient plus, on le savait tous, ils étaient condamnés à divorcer, ils l’ont fait ». La mésentente du couple ne s’est pas limitée à une simple dispute, mais est allée jusqu’au terme de la dispute.

90En supposant que l’interlocuteur n’était pas au courant de la mésentente du couple, le sous-entendu peut être : « tu ne le savais pas, mais ça n’allait plus entre eux, ils ont fini par divorcer ! ».

91Le rôle de əkko est double. D’une part, il valide la relation prédicative, <ils ont divorcé> est le cas, et d’autre part, il insiste aussi sur le fait que tous ceux qui étaient au courant de la situation du couple pouvaient s’y attendre.

92Le contexte de (14), ou (E1), est une situation où l'énonciateur entend quelqu’un qui appelle à plusieurs reprises. Il réalise que la personne qu’on appelle n’est autre que son voisin qui, soit n’avait rien entendu, soit faisait semblant de ne rien entendre. L'énonciateur réagit alors en disant :

  • 18 Pour d’autres exemples voir Kane (1990 : 1256).

93(Berhanu Abebe (dir.) (1997a.m ; 2007), Dictionnaire amharique-français, p. 201)18

(14)

« ትጠራለኽ፡

እኮ !  »

tə-ṭṭärra-allä-h

əkko

2m.pass.inacp.appeler-aux.prés-2m.sg

əkko

tu es [en train d’être] appelé

əkko

« On t’appelle, əkko ! »

94La traduction donnée dans le dictionnaire est : « Dis donc, on t’appelle ! »

95La valeur temporelle attribuée au prédicat à l’inaccompli composé présent, təṭṭärralläh « tu es appelé », est le présent actuel. Dans ce cas, le sous-entendu de l’énoncé peut être l’étonnement, « mais, tu n’entends pas ou quoi ?! », l’interrogation « pourquoi est-ce que tu ne réponds pas ? » ou encore l’énoncé peut être accompagné d’un geste secouant la personne en question ou lui donnant une tape sur l’épaule pour la faire réagir comme si on lui disait : « voyons ! tu devrais répondre ! »

96Dans un autre contexte, la valeur temporelle attribuée au prédicat təṭṭärralläh « tu es appelé » peut être le futur. La traduction sera alors « On t’appellera, əkko » sous-entendu « tu peux en être sûr », « On t’appellera à coup sûr / bel et bien. » Ainsi, quel que soit le contexte, l’emploi de əkko marque l’insistance sur l’appel qui s’interprète comme « tu donnes l’impression de ne pas avoir entendu, mais on t’appelle bel et bien » dans le premier cas, et comme « tu peux te rassurer, nous faire confiance, on t’appellera bel et bien » dans le deuxième cas.

97Dans (15), il s’agit de deux amis qui se rencontrent dans la rue et se saluent rapidement. Sans attendre, l'énonciateur heureux annonce à son interlocuteur :

98(Berhanu Abebe (dir.) (1997a.m ; 2007), Dictionnaire amharique-français, p. 201)

(15)

« ሚስቴ

ወለደች

እኮ !  »

mist-e

wälläd-äčč

əkko

femme-poss.1sg

acp.enfanter-3f.sg

əkko

épouse-de.moi

a.enfanté-elle

əkko

« Ma femme a enfanté, əkko ! »

99La traduction donnée dans le dictionnaire est : « Tu sais quoi ? Ma femme a accouché. »

100Le prédicat à l’accompli, wällädäčč « elle a enfanté », indique le constat d’un évènement. Dans le cas présent, on annonce cet évènement et, en ajoutant əkko, on fait passer une émotion « ça y est, l’heureux évènement a eu lieu », ou un effet de surprise « je ne t’ai pas dit ?! ma femme a eu un bébé ».

101Le contexte de (16) est le suivant : l'énonciateur reconnaît son erreur et demande que l’on en tienne compte :

102(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 30)

  • 19 L’amharique privilégie le discours direct au discours indirect. Aussi, les propos rapportés sont ci (...)

(16)

« አጥፍቻለኹ

አልኩ19 »

እኮ !

ጥፋቴን

ለማረም

ትንሽ

aṭfə-čče-allä-hu

al-ku

əkko

ṭəfat-e-n

lä-marräm

tənnəš

gér.fauter-1sg-aux.prés-1sg

acp.dire-1sg

əkko

faute-poss.1-acc.

pour-corriger

petit

J’ai fauté

j’ai dit

əkko

ma faute

pour corriger

petit

ጊዜ

ብትጠብቂኝ

ምን

አለበት ! »

gize

bə-ttə-ṭäbbq-i-ñ

mən

allä-bb-ät

temps

conj-inacp-attendre-2f.sg-pron.obj.1sg

quoi

acp.exister.3m.sg-loc-pron.obj.3m.sg

temps

si tu m’attends

quoi

il y a

« J’ai dit ‘j’ai fauté’ », əkko. Tu pourrais quand-même patienter un peu que je corrige mon erreur ! »

« J’ai admis que j’ai fauté, əkko. Tu pourrais quand-même m’accorder le temps de me racheter ! »

103Ici, əkko porte sur l’énoncé entier, aṭfəččallähu alku « J’ai dit que j’ai fauté ». Le prédicat aṭfəččallähu « j’ai fauté » est au gérondif composé présent qui indique l’état résultant et alku « j’ai dit » est à l’accompli. Le sous-entendu de (16) peut être : « tu veux que je reconnaisse mes erreurs, je les reconnais. » ou « je confirme que j’ai commis une erreur, je l’avoue. » ou encore « je le redis : j’ai commis une erreur ; tu l’as entendu, mais tu refuses de me croire. ». La particule énonciative fait ressortir le fait que les excuses présentées ne sont pas entendues, ne sont pas acceptées. Une traduction possible est :

104(16) « J’ai reconnu mes erreurs, que veux-tu de plus ? Tu pourrais quand-même me laisser le temps de me racheter ! »

105(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 27)

(17)

« የንግግሩ

ዘመን

አለቀ

እኮ !

አኹን፥

ከቃላት

በላይ

yä-nəgəggər-u

zämän

alläq-ä

əkko

ahun

kä-qalat

bä-lay

de-discours-dét.m

époque

acp.finir-3m.sg

əkko

maintenant

de-mots

par-dessus

de-discours-le

époque

il est fini

əkko

maintenant

des mots

au-delà

ተግባር

ተናገረ።

tägbar

tänaggär-ä

action

acp.parler-3m.sg

[l’]action

a parlé

« Ça y est ! L’époque des discours est révolue. Maintenant, au-delà des mots, l’action a parlé. »

« C’est fini ! L’époque des discours est révolue. Maintenant, au-delà des mots, c’est l’action qui a parlé. »

106Dans (17), la particule əkko porte sur le prédicat à l’accompli, alläqä « il est fini », renforcé par ahun « maintenant » qui marque une opposition entre le passé que constitue le moment de l’évènement et le moment de l’énonciation. D’où l’interprétation : « ça y est !  L’époque des discours est révolue, maintenant c’est l’action ... » ; « C’est fini ! L’époque des discours est révolue, maintenant c’est l’action ... » sous-entendu « rends-toi à l’évidence, il est trop tard pour négocier », « pas la peine d’essayer de revenir en arrière, c’est trop tard ». Autrement dit, əkko insiste sur le fait que la situation est irrémédiable, qu’il n’y a plus rien à faire, qu’il n’y a pas de retour en arrière possible.

107L’énoncé (18) a pour contexte : une jeune femme est trahie par sa meilleure amie, mais elle ne veut pas se fâcher avec elle de façon brutale. Elle préfère s’en éloigner progressivement. À l’un de ses amis qui ne comprend pas son choix, elle lui répète :

108(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 105)

(18)

« ነገርኩኽ

እኮ !

የራሴ

የኾነ

ምክኒያት

አለኝ። »

näggär-ku-h

əkko

yä-ras-e

yä-hon-ä

məkniyat

allä-ñ

acp-dire-1sg-pron.obj.2m.sg

əkko

loc-tête-poss.1sg

rel-acp.être-3m.sg

raison

acp.exister.3m.sg-pron.obj.1sg

je t’ai dit

əkko

à moi

qui est

raison

j’ai

« Je te [l’]ai dit əkko ! J’ai mes propres raisons. »

109Placée immédiatement après le prédicat à l’accompli, näggärkuh « je t’ai dit », sur lequel elle porte, la particule əkko souligne la répétition de l’action de « dire ». Ainsi, (18) peut signifier : « je viens de te le dire » sous-entendu « pourquoi est-ce que tu ne veux pas comprendre ? » ou « je te l’ai déjà dit, et tu me le demandes encore ? » ou « je te l’ai déjà dit, essaie de te le rappeler » ou encore « mais si ! je te l’ai déjà dit ». L’énonciateur redit les choses en opposition à autre chose qui relève en l’occurrence d’une divergence d’opinion.

110(18) « Je te l’ai déjà dit et je te le redis ! J’ai mes propres raisons. »

111(19) est un autre exemple de répétition dont le contexte est le suivant.

112A son colocataire suspicieux qui ne cesse de lui demander s’il a payé le loyer, Täšomä répond en colère :

113(Iyyob Getahun (2008), Yaltänorä ləğənnät p. 51)

(19)

« ከፍያለኹ

አልኩኽ »

እኮ !

አለ

ተሾመ

በቁጣ።

käfəyye-allä-hu

al-ku-h

əkko

al-ä

Täšomä

bä-quṭṭa

gér.payer.1sg-aux.prés-1sg

acp.dire-1sg-pron.obj.2m.sg

əkko

acp.dire-3m.sg

Täšomä

loc-colère

J’ai payé

je t’ai dit

əkko

il a dit

Täšomä

en colère

« « Je t’ai dit [que] j’ai payé, əkko ! » dit Täšomä en colère. »

114La particule əkko porte sur un énoncé au style direct, käfəyyallähu alkuh « je t’ai dit [que] j’ai payé » où l’énonciateur redis ce qu’il a déjà dit. Le sens véhiculé par la particule peut être paraphrasé par « je te répète que j’ai déjà payé, tu ne comprends pas ou tu le fais exprès ? » ou « je t’ai dit que j’ai payé, combien de fois dois-je te le redire ? » ou encore « je t’ai dit que j’ai payé, qu’est-ce que tu veux de plus ? » Une traduction possible est :

115(19) « Puisque je te dis que j’ai payé ! dit Täšomä en colère. »

116Dans le dialogue suivant, (20), (21), (22), l’énonciateur fait une succession de compliments à une dame âgée :

117(Pawlos ñoñño (2008), Səbəssəb sərawočč, p. 16)

  • 20 Suffixe objet, forme de politesse de la 2e personne. D’où la glose cop.2pol.
  • 21 Suffixe objet, forme de politesse de la 3e personne.

(20)

« እማማ

በላይነሽ፥

ደግ፥

ነዎት

እኮ። »

ብላቸው፤

əmmamma

Bälaynäš

dägg

näwot20

əkko

bə-əl-aččäw21

maman

Bälaynäš

gentil

cop.2pol

əkko

conj-1sg.inacp.dire-pron.obj.3pol

mère

Bälaynäš

gentil

êtes-vous

əkko

que je lui dis

« Mère Bälaynäš, vous êtes gentille əkko », lui dis-je.

አዎ፥

አሉኝ።

awo

al-u-ñ

« Oui »

acp.dire-3pl-pron.obj.1sg

« Oui. », me dit-elle.

(21)

« ቆንጆ

ነዎት

እኮ። »

qonğo

näwot

əkko

joli

cop.2pol

əkko

joli

êtes-vous

əkko

« Vous êtes jolie əkko ».

አውቃለኹ።

awq-allä-hu

1sg.inacp.savoir-aux.prés.1sg

« Je sais. »

(22)

« ግዙፍ

ኾኑ

እንጂ፥

ልጅ

ነዎት

እኮ። »

gəzuf

hon-u

ənği

ləğ

näwot

əkko

corpulent

acp.être-3pl

ənği

jeune

cop.2pol

əkko

corpulent

êtes-vous

ənği

jeune

êtes-vous

əkko

« Vous êtes corpulente ənği, vous êtes jeune əkko. »

መች

አጣኹት።

mäč

aṭṭa-hu-t

quand

acp.perdre-1sg-pron.obj.3m.sg

quand

l’ai-je perdu

« Je ne l’ignore pas. / Je le sais bien. »

118(20) « Mère Bälaynäš, vous êtes gentille əkko », lui dis-je.

119(21) « Vous êtes jolie əkko ».

120(22) « Vous êtes corpulente ənği, vous êtes jeune əkko. »

  • 22 Le ton peut être ironique.

121Chacune des trois occurrences de əkko résonne comme une demande d’assentiment à ce que l’on vient de dire22 : « Savez-vous que (20) vous êtes gentille / (21) vous êtes jolie / (22) vous êtes jeune ! », « Vous êtes gentille / vous êtes jolie / vous êtes jeune, vous savez ! » ou « Vous ne le savez peut-être pas, mais vous êtes gentille / jolie/ jeune », ou même comme l’expression d’une admiration personnelle « Je vous dis ce qui est, vous êtes gentille / jolie / jeune » ou encore « Il est vrai que vous êtes gentille / jolie / jeune ».

122Dans (22), « Vous êtes corpulente ənği, vous êtes jeune əkko. », l’énonciateur oppose deux caractéristiques physiques de la dame âgée, la première qu’il considère comme un défaut, ou comme regrettable, est suivie de ənği (voir § 3.1) et la seconde qui est à ses yeux une qualité est soulignée par əkko. Plusieurs traductions sont possibles :

123« Mise à part votre corpulence, vous êtes jeune, vous savez ! » ou « Si ce n’est votre corpulence, vous êtes plutôt jeune ! » ou encore « Vous êtes certes corpulente, mais sinon vous êtes bien jeune ! », sous-entendu « Dommage que vous soyez corpulente, car vous êtes jeune, vous savez ! ».

1.4 La particule əkko est une interjection

124Le contexte de (23) est la réaction d’une femme aux accusations de son mari qui lui reproche de troubler la paix du ménage :

125(Sisay Negusu (2007), Gərdoš, p. 73)

(23)

ሰላም

የለም።

sälam

yälläm.

Paix

nég.acp.exister.3m.sg.nég

Paix

il n’y a pas

« እኮ !

የችግሩ

ምክኒያት

እኔ

ነኝ።

አይደል ? !

əkko

yä-čəggər-u

məkniyat

əne

näñ

aydäll

əkko

loc-problème-dét

raison

ppi.1sg

cop.1.sg

nég.cop.3.m.sg

əkko

du problème

raison

moi

suis-je

n’est-ce pas ?!

« Il n’y a pas la paix. » = « On n’a pas la paix. »

« əkko ! La cause du problème, c’est moi-même. N’est-ce pas ? »

126« Bien-sûr ! La cause du problème, c’est moi-même. N’est-ce pas ? »

127En position initiale, seule et suivie d’une exclamation, əkko est ici une interjection qui traduit une confirmation : « tu me dis qu’il n’y a pas la paix et moi je te le confirme : effectivement, il n’y a pas la paix / c’est clair pour toi, c’est clair pour moi / c’est un fait ». La suite de l’énoncé est une interprétation de la situation, une conclusion qu’en tire la femme. Il y a une identification, par le biais de la copule näñ « je suis », entre yäčəggəru məkniyat « la cause du problème » et əne « moi ».

128Si l’on considère que le ton employé est sarcastique, ou ironique, əkko signifie :

« Mais bien sûr ! Le problème vient de moi, n'est-ce pas ?! »,

« C’est bien connu ! Je suis la cause du problème, n'est-ce pas ?! »,

« Évidemment ! C'est moi l'origine du problème, n'est-ce pas ?! ».

129Si, en revanche, la femme admet le reproche et abonde dans le sens de son mari, əkko prend alors le sens de : « C’est sûr, je suis la cause du problème. N’est-ce pas ? », sous-entendu « je suis d’accord, je le reconnais. » Le prédicat à l’interro-négation aydäll ? « n’est-ce pas ? » n’est plus alors qu’une demande de confirmation que ce qu’elle dit est vrai. On voit bien que la valeur de əkko est celle de l’insistance sur ce qui est dit.

130L’exemple (24) est une demande de confirmation de la part de l’interlocuteur (E1) à laquelle répond l'énonciateur :

131(Berhanu Abebe (dir.) (1997a.m ; 2007), Dictionnaire amharique-français, p. 201)

(E1)

« እመጣለኹ፥

ብሎ

አልነበረም ? »

ə-mäta-allä-hu

bəl-o

al-näbbär-a-m

1sg-inacp.venir-aux.prés-1sg

gér.dire-3m.sg

nég.psé.acp.être-3m.sg-nég

viendrai-je

ayant-dit-lui

ne-était-il-pas

« N’avait-il pas dit ‘je viendrai’ ? »

(24)

እኮ ! »

əkko

əkko

132La traduction de (24) est :

« N’avait-il pas dit qu’il viendrait ? »

« Mais, si ! » ou « Mais, oui ! »

133Dans (E1), l’énoncé est une interro-négation où le prédicat « dire » est à la forme négative du gérondif composé présent, bəlo alnäbbäram ? « n’avait-il pas dit ? », qui interroge l’état résultant du procès « dire ». En répondant positivement par « əkko ! », l'énonciateur confirme que son interlocuteur « avait bien dit qu’il viendrait ». Dans le cas contraire, il aurait dit Ay !, « Non » pour infirmer.

  • 23 Voir : Porquier, 2001.

134Ainsi, əkko constitue-t-il à lui-seul un énoncé, ou est-il un mot-phrase23. De ce fait, son rôle en tant qu’interjection peut être assimilé à celui qu’il joue en position finale d’un énoncé tel que ceux que nous avons analysés dans la section précédente.

2. Suppression de la particule əkko

135Le rôle de la particule əkko est donc double : elle est, d’une part la trace de confirmation d’un énoncé antérieur (E1) implicite ou explicite, et d’autre part, l’expression de l’insistance de l’énonciateur dont le ressenti ou le point de vue est donné par la prosodie qui est généralement l’exclamation. Dans tous les cas, la reprise de l’énoncé se place immédiatement avant əkko. La question est donc de savoir si, en cas de suppression de cette particule, le sens de l’énoncé change et à quel point. Réexaminons quelques-uns des énoncés, ci-dessus, afin d’observer la variation de sens qui en résulte.

136Dans l’exemple (1), l’élément repris et placé avant la particule əkko, est l’interrogatif mən ? « Quoi ? » Ce dernier est employé une première fois, seul, dans le dialogue (E1) où l’énoncé n’est alors qu’une simple question qui n’appelle aucun sous-entendu.

137Dans (4), « …, le šuro aussi est fini, il n’y plus non plus de piment dans la maison », me dit-elle.

« Bon, et il te faut combien pour tout ça, alors ? »

138en supprimant əkko « Bon ! », on supprime aussi la trace de relation entre ce que dit la cuisinière (E1) et la réponse de son employeur, créant une coupure nette entre les deux énoncés. L’absence de la particule crée l’impression que le maître de maison n’a pas l’intention d’engager une conversation avec sa cuisinière et qu’il souhaite uniquement savoir ce dont elle a besoin pour faire ses achats. D’où :

139(4b) « …, le šuro aussi est fini, il n’y plus non plus de piment dans la maison. » me dit-elle.

« Il te faut alors combien pour tout cela ? »

De même, si l’on supprime əkko dans l’exemple (5), on supprime aussi l’emphase qui lui est associée

140(5) « La fautive (la vraie fautive), c’est bien toi, Ṣəggəyye. »

141et l’on a :

142(5a) « La fautive, c’est toi-même, Ṣəggəyye. »

143L’énoncé n’est plus qu’une affirmation neutre, sans sous-entendu ni signe de réaction particulière de la part de l’énonciateur.

144La suppression de əkko de l’exemple (7) où il marque une insistance sur əne « moi », donne soit (7a) soit (7b). Dans (7a), l’accent prosodique qu’il porte s’est déplacé sur əne « moi » qui marque une prise de parole. Syntaxiquement indépendant, il n’est ici ni sujet ni objet, il est en apposition par rapport au prédicat yannaddädäñ « qui m’a énervée » :

  • 24 Un zéro barré pour indiquer la suppression de əkko.

(7a)

« እኔ፥

24

ያናደደኝ፥

አያቱን

ሳይቀብር፥

ኀዘኑን

əne

yä-annaddädä-ñ

ayat-u-n

s-ay-qäbr

hazän-u-n

ppi.1sg

rel-acp.énerver.3m.sg-pron.obj.1sg

grand_père-poss.3m.sg-acc

conj-nég.inacp.3m.sg-enterrer

deuil-poss.3m-acc

« Moi, ce qui m’a énervée, c’est qu’il soit allé au match de foot en délaissant le deuil de son grand-père. »

145Dans (7b), en tant que complément d’objet déterminé du prédicat yannaddädäñ, le pronom personnel autonome, əne « moi », prend la marque casuelle de l’accusatif, - -n.

(7b)

« እኔ

ያናደደኝ፥

አያቱን

ሳይቀብር፥

...

əne-n

yä-annaddäd-ä-ñ

ayat-u-n

s-ay-qäbr

...

ppi.1sg-acc

rel-acp.énerver.3m.sg-pron.obj.1sg

grand_père-poss.3m.sg-acc

conj-nég.inacp.3m.sg-enterrer

« Ce qui m’a énervée, moi, c’est qu’il soit allé au match de foot en délaissant le deuil de son grand-père. »

146(7a) et (7b) sont deux énoncés équivalents où l’on a une thématisation sans insistance. Ils signifient : « Ce qui m’a énervée, moi, c’est le fait qu’il ... » dans le sens de « je ne sais pas ce que tu en penses, toi ? Moi, ce qui m’a énervée, c’est … ».

147Ainsi, la suppression de la particule énonciative entraîne un réaménagement prosodique, que ce soit la suppression de l’exclamation dans (1a) et (2a) ou celle de l’accent qui souligne əkko dans (5a). Elle entraîne aussi un changement dans le sens de l’énoncé où il n’est plus question de confirmation d’une information préalablement connue ni de sous-entendus. Cependant, la pause existante, ou celle qui se substitue à la particule, maintient la thématisation du terme sur lequel portait cette dernière. Enfin, cette suppression entraîne un changement syntaxique comme dans (7b).

148Autrement dit, əkko est le marqueur d’une succession d’opérations qui porte sur ce qui est dit en amont et son contexte, sur les éléments repris implicitement ou explicitement et validés.

3. Substitution de ǝkko par ənği

  • 25 Pour une description détaillée du morphème ənği, voir également Leslau (1995 : 711-718).

149Le morphème ənği que Marcel Cohen classe parmi les conjonctions25 d’opposition, est un relateur interpropositionnel qui « s’accompagne au moins ordinairement d’une élévation de la voix et d’un léger arrêt lorsqu’il est au milieu d’une phrase. Sa place est à la fin de la proposition ou du fragment de proposition qu’il s’agit de marquer comme contrastant avec le reste de la proposition ou de la phrase. » (Cohen, 1970 : 313).

3.1. Le morphème ənği

150Considérons les énoncés (25) et (26) où ənği est une conjonction. Le contexte de (25) est le suivant : on demande à l’énonciateur de monter lui-même les murs de son futur logement. S’en sachant incapable, il rétorque :

151(Zännäbä Wärq, Haylä Maryam (2003-4), Həywät əndä əddələš, p. 130)

(25)

« ጸሐፊ

እንጂ፥

ግንበኛ

አይደለኹም።

ṣähafi

ənği

gənbäñña

aydällä-hu-m

écrivain

ənği

maçon

nég.cop-1sg-nég

écrivain

ənği,

maçon

ne-suis-je-pas

« Je ne suis pas maçon, mais écrivain. »

152Placée entre deux éléments, ṣähafi « écrivain » et gənbäñña « maçon », ənği oppose deux relations prédicatives : <moi être écrivain> où le prédicat est positif mais élidé, et <moi ne pas être maçon> dont le prédicat négatif aydällähum « je ne suis pas » clôt l’énoncé. Rappelons qu’en amharique, l’ordre canonique de la phrase est : SOV. Ainsi, avec ənği, « l’opposition marquée est souvent celle d’une négation et d’une affirmation, la partie affirmative étant le plus souvent elliptique (dépourvue de verbe). » (Cohen, 1970 : 314).

153Dans (26), le chauffeur de taxi justifie le choix de l’itinéraire qu’il a pris :

(26)

« ወደ

ቀኝ

እንጂ፥

ወደ

ግራ

መታጠፍ

ክልክል

ነው። »

wädä

qäññ

ənği

wädä

gəra

mä-tt-aṭäf

kəlkəl

näw

vers

droite

ənği

vers

gauche

inf-pass-plier

interdit

cop.3m.sg

vers

droite

ənği,

vers

gauche

tourner

interdit

est-le

« A droite ənği, il est interdit de tourner à gauche. »

« Contrairement à la droite, il est interdit de tourner à gauche. »

154c’est-à-dire, « Il est interdit de tourner à gauche, mais pas à droite » ; « on ne peut tourner qu’à droite, il est interdit de tourner à gauche ». Ici, l’opposition est entre deux directions : <wädä qäññ> « vers la droite » (où il est possible de tourner) et <wädä gəra> « vers la gauche » (où il est interdit de tourner).

155La particule ənği focalise la séquence 1 <wädä qäññ> « vers la droite », le prédicat à valeur négative kəlkəl näw « il est interdit » porte sur la séquence 2 <wädä gəra mättaṭäf> « tourner vers la gauche ».

156Si, dans (26a) on inverse la séquence 1 <wädä qäññ> « vers la droite » et la séquence 2 <wädä gəra> « vers la gauche » de part et d’autre de la conjonction ənği, tout en conservant le prédicat à valeur négative, ce n’est plus « à gauche » qu’il est interdit de tourner comme dans (26), mais « à droite » :

(26a)

« ወደ

ግራ

እንጂ፥

ወደ

ቀኝ

መታጠፍ

ክልክል

ነው። »

wädä

gəra

ənği

wädä

qäññ

mä-tt-aṭäf

kəlkəl

näw

vers

gauche

ənği

vers

droite

inf-pass-plier

interdit

cop.3m.sg

vers

gauche

ənği

vers

droite

tourner

interdit

est-le

« A gauche ənği, il est interdit de tourner à droite. »

« Sauf à gauche, il est interdit de tourner à droite. »

157Si, toujours à partir de (26) on remplace dans (26b) le prédicat à valeur négative kəlkəl näw « il est interdit » par un prédicat de valeur positive yəffäqqädal « il est permis/autorisé » :

(26b)

« ወደ

ቀኝ

እንጂ፥

ወደ

ግራ

መታጠፍ

ይፈቀዳል። »

wädä

qäññ

ənği

wädä

gəra

mä-tt-aṭäf

yə-ffäqqäd-al

vers

droite

ənği

vers

gauche

inf-pass-plier

3m-pass.inacp.permettre-aux.prés.3m.sg

vers

droite

ənği

vers

gauche

tourner

il-est-permis

« A droite ənği, il est permis de tourner à gauche.  »

« Contrairement à la droite, il est permis de tourner à gauche. »

158on obtient un énoncé à l’opposé de (26) mais équivalent à (26a) en terme d’interdiction.

3.2 Comparaison de əkko et ənği

159Le morphème ənği fonctionne également comme particule d’énonciation dans certaines conditions. Et, en tant que tel, il peut se substituer à ǝkko en position finale. Mais contrairement à ce dernier, il ne s’emploie ni seul comme interjection, ni en position initiale comme nous l’avons montré au début de cet article avec (1a), (1c) et (2b) ; ənği s’emploie dans une assertion mais pas dans une interrogation, il ne répond pas à une question, mais oppose deux éléments ayant une relation d’altérité. Cependant, l’emploi de ces deux particules requiert un contexte préalable : elles ne se rencontrent jamais d’emblée en première occurrence.

160Comparons maintenant, les exemples (27) et (28).

161Contexte - L’énonciateur avait déjà échangé (E1) avec son interlocuteur qui avait promis de venir lui rendre visite. Dans (27), il lui renouvelle son appel (E2) :

(27)

« ና

እኮ ! »

na

əkko

imp.venir.2m.sg

əkko

viens

əkko

« Allez! Viens ! »

162C’est dans ce deuxième appel qu’intervient le marqueur əkko qui souligne le prédicat à l’impératif na « viens » et donne à l’énoncé le sens de « Allez ! Viens ! » sous-entendu, « tu avais dit que tu viendrais, alors fais selon ce que tu avais dit » ou bien « viens d’abord, pour le reste on verra après ».

163Dans (28), l’énonciateur renouvelle également son appel :

(28)

« ና

እንጂ ! »

na

ənği !

imp.venir.2m.sg

ənği

viens

ənği

« Mais ! Viens ! »

164mais, à la différence de əkko, ənği laisse sous-entendre un tiraillement entre ce que veut l’énonciateur (la venue de son interlocuteur) et ce que fait ou ne fait pas l’interlocuteur : « tu devais venir, je t’attends depuis un moment et tu n’es pas encore venu » ; « mais qu’est-ce que tu fabriques au lieu de venir comme il était prévu ? » ; « pourquoi tardes-tu à venir ? » ; « fais un effort, viens ! »

165L’intonation exclamative de cet énoncé peut se comprendre comme l’expression d’un agacement, d’une contrariété.

166Contexte – Un matin, au travail. L’énonciateur constate que sa collègue, très nerveuse, s’apprête à partir avant l’heure. Il la met en garde :

(29)

« ቆዪ

እንጂ፥

አኹን

እኮ

የሥራ

ሰዓት

ነው። »

qoyy-i

ənği

ahun

əkko

yä-səra

sä’at

näw

imp.attendre-2f.sg

ənği

maintenant

əkko

de-travail

heure

cop.3m.sg

attends

ənği

maintenant

əkko

de travail

heure

est-le

« Attends ənği, maintenant əkko c’est l’heure du travail. »

« Mais, attends, maintenant c’est l’heure du travail. »

167Dans (29), étant donné le contexte où c’est encore l’heure du travail, le prédicat qoyyi « attends » suivi de ənği s’interprète comme « Attends encore, ne pars pas encore ».

3.3. Substitution de əkko par ənği

168En réexaminant les différents exemples de cet article, afin de déterminer dans quels cas ənği peut remplacer ǝkko, nous avons noté ce qui suit.

3.3.1 Cas où la substitution est impossible

169La particule ənği ne peut pas se substituer à ǝkko lorsque cette dernière est employée :

a - seule, comme interjection ;

b - en position initiale comme dans (2), (4), (23) et (24) ;

  • 26 « Opération de détermination sur une classe, un ensemble ou un domaine notionnel consistant, pour l (...)

c - dans un énoncé interrogatif comme dans (1) où elle est incompatible avec mən ? « quoi ? », marqueur d’une opération de parcours26 ;

d - dans une construction d’identification avec la copule näw « c’est », qu’il s’agisse d’une focalisation ou d’une thématisation comme dans (1b), (5), (6), (7), (8), (10), (11) et (12).

3.3.2 Cas où la substitution est possible

170La particule ənği peut se substituer à ǝkko lorsque celle-ci est :

171a - en position finale comme dans (2a) et (13) ; pour un exemple avec ənği, voir (3) et (13a) ci-dessous.

172Faisant suite à l’énoncé (13) täṭallu ǝkko ! « Ils ont divorcé ! », un second interlocuteur conteste et dément l’information selon laquelle le couple aurait divorcé, en disant :

(13a)

« ታረቁ

እንጂ ! »

tä-arräq-u

ənği

pass-acp.réconcilier-3pl

ənği

ils se sont réconciliés

ənği

« Ils se sont réconciliés, ənği. »

173c’est-à-dire, « Mais, non ! Ils se sont réconciliés ! », sous-entendu, « tu te trompes, ils n’ont pas divorcé » ou « on t’a mal renseigné, c’est l’inverse qui s’est produit, ils ont fait la paix », ou encore « Au contraire ! Ils se sont réconciliés ! » 

174Les autres exemples où ənği peut se substituer à ǝkko en position finale sont : (14), (15), (16), (17), (18), (19), (20), (21) ;

175b – en position interne et suivie d’une pause, comme dans (9b), ci-dessous. En (9a), Rosina nie avoir boudé : alakwäräfkum « Je n’ai pas boudé ». Mais en (9b), l’énonciateur réfute et confirme le contraire :

(9a)

« አላኰረፍኩም።

al-akwärräf-ku-m

nég-acp.bouder-1sg-nég

Je n’ai pas boudé

(9b)

« አኰረፍሽኝ

እንጂ፥

ሮዚና !

akwärräf-š-əñ

ənği

Rozina

acp.bouder-3f.sg-pron.obj.1sg

ənği

Rosina

tu m’as boudé

ənği

Rosina

176signifiant « Mais, bien sûr que si ! Tu m’as bien boudé, Rosina. » ; « Ne dis pas le contraire, tu m’as bien boudé, Rosina. C’est un fait. »

177Pour ənği en position interne, voir également l’exemple (22) à la section 1.3.

178Pour conclure sur la comparaison des deux particules, reprenons l’exemple (23) où əkko ! confirme l’assertion sälam yälläm « Il n’y a pas la paix ». Si l’on veut infirmer ce propos dans (23a), on devra remplacer la particule əkko par l’énoncé allä ənği ! « Il y a ənği ! » :

ሰላም

የለም።

sälam

yälläm.

paix

nég.acp.exister.3m.sg.nég

Paix

il n’y a pas

(23a)

« አለ

እንጂ !

allä

ənği

acp.exister.3m.sg

ənği

il y a

ənği

« Il n’y a pas la paix. » = « On n’a pas la paix. »

« Il y a, ənği ! »

179c’est-à-dire, « Bien sûr que si ! », « Bien sûr, qu’il y a la paix !», sous-entendu « tu te trompes » ou « je ne suis pas de ton avis » ou encore « qu’est-ce que tu vas chercher, ne dis pas de bêtises ». La particule ənği souligne bien que c’est le contraire, ou l’inverse, qui est le cas.

3.4 Origines de əkko et ənği

180Pour ce qui est de l’origine de əkko, l’étymologie qu’en donnent plusieurs études lexicographiques confirme à la fois la compréhension intuitive que nous en avions en tant qu’amharophone et le résultat de notre analyse. Ainsi, dans son dictionnaire comparatif ge‘ez-anglais, anglais-ge‘ez, Wolf Leslau (1991:14) indique que :

a) « ʼakko est un terme qui marque la négation d’un élément dans un énoncé affirmatif et signifie « aucunement, nullement » » ;

b) « -ʼal-ko où -ko serait la forme abrégée du verbe konä « être, devenir » que Dillmann 1907 analyse avec des réserves comme provenant de -ʼa (<ʼal, négatif) et de -ko « ainsi » ».

181Edward Lipinski confirme cette origine dans son analyse phonologique des consonnes :  “The nasal n is often assimilated or elided at the end of a word, like in Ge'ez 'ako, " it is not", composed of the negative element 'a and of the verb kona, "to be".” (1997: 198). Marcel Cohen évoque également « le rapport possible de እኮ፡[əkko] “certes” avec ኮነ፡[konä] “être”. » et, dans son dictionnaire de la langue ge’ez, aläqa Kidanä Wäld Keflé (KWK) traduit ኮነ፡[konä] par “ être, devenir, exister”.

182La particule əkko est donc une forme abrégée de konä augmentée de la voyelle ə- à l’initiale. Cette dernière ressemble fort à une prothèse. Cependant, si c’est le cas, cela demanderait à être justifié puisque « un ə non étymologique est prononcé au début de mots dont la première consonne est une liquide ou une autre des consonnes continues (surtout des sifflantes) ; c’est devant r que le phénomène se produit le plus souvent. » (Cohen, 1970 : 61). Peut-être, s’agit-il ici d’un cas particulier ? Par ailleurs, contrairement à ako, la valeur de la particule əkko étant positive, nous la glosons par « cela étant ».

  • 27 Combiné à l’interrogatif yät « où ? », əndä-yät ou əndet « comment ? » est également utilisé comme (...)

183En ce qui concerne le morphème ənği, nous pourrions l’analyser comme un terme composé de la conjonction ənd(ä)- et de -i (dont le rôle exact reste à déterminer). En effet, en amharique, la combinaison d’une dentale avec la voyelle -i dans la conjugaison d’un verbe entraîne une palatalisation de la consonne en question. Il reste à vérifier si la même règle s’applique pour les particules et les conjonctions. Enfin, ənd27- se préfixe à un prédicat à l’inaccompli et indique une visée, « pour que, afin que », alors que əndä- se préfixe à un prédicat à l’accompli et exprime l’idée de simultanéité, « dès que, aussitôt que », ou encore, en tant que morphème autonome, il s’emploie avec un substantif. Dans ce cas, il prend le sens de « comme ».

Conclusion

184Quelle que soit sa position dans l’énoncé, la particule əkko est la trace d’une prise en compte d’un énoncé antérieur (E1) dans celui (E2) dans lequel elle apparaît. En disant əkko « cela est ; cela étant », l’énonciateur réagit par rapport à (E1) ou aux éléments de ce dernier repris dans (E2) et qu’il met ainsi en évidence. Dans tous les cas, la valeur invariante qui en ressort est clairement celle d’une confirmation, doublée d’une insistance sur le terme que la particule suit immédiatement. Celle-ci est présente dans tout type d’énoncé : assertion, interrogation, exclamation, interjection. Dépendant du contexte, son interprétation est modulée par le marquage prosodique qu’imprime l’énonciateur à son propos. La suppression de əkko ne change pas la structure de l’énoncé mais en transforme le sens en rendant caduques tout à la fois la relation avec l’énoncé antérieur et le point de vue sous-jacent de l’énonciateur. C’est également le cas pour le morphème ənği lorsque celui-ci fonctionne comme particule énonciative en position finale.

Haut de page

Bibliographie

Ameka, F. K. (1998). « Particules énonciatives en Ewe », in Faits de langues, n°11-12, pp. 179-204. Paris : Ophrys.

Baye, Y. (2006). « The morphosyntactic properties of the form bǝčča in Amharic. », in Siegbert Uhlig (ed.), Proceedings of the 15th International Conference of Ethiopian Studies, Hamburg, July 20–25, 2003, pp. 715–726. Wiesbaden : Harrassowitz.

Berhanou, A. (Dir.). (2004). Dictionnaire amharique-français. Addis Abeba : Shama Books.

Camus, R. (2001/2002). « Le connecteur da en russe : délimitation et analyse de ses emplois discursifs », in Cahiers de Linguistique de l’INALCO, n°4, pp. 135-158. Paris : INALCO.

Cohen, M. (1970). Traité de langue amharique. Paris : Institut d'Ethnologie.

Culioli, A. (1990). Pour une linguistique de l'énonciation : opérations et représentations. Tome 1. Paris : Ophrys.

Culioli, A. (1999). Pour une linguistique de l'énonciation : formalisation et opérations de repérage. Tome 2. Paris : Ophrys.

Delombera, N. (2016). « əsti, un marqueur de politesse en amharique ? », in La revue des langues, cultures et sociétésMaroc. URL : http://revues.imist.ma

Delombera, N. (2017). « The Morpheme gäna in Amharic », in Atindogbé G. G., Chibaka E. F. (eds), Proceedings of the 7th World Congress of African Linguistics, Buea, 17-21 August 2012, vol. 2, pp. 788-800. Bamenda : Langaa Research and Publishing.

Desta, T. W. (1970). ዐዲስ፡ያማርኛ፡መዝገበ፡ቃላት። (Nouveau dictionnaire d’amharique). Addis Ababa : Artistic Printers.

Girma, D., Meyer, R. (2008). « The enclitic -mm in Amharic: Reassessment of a multifunctional Morpheme », in Linguistics, n° 46 (3), pp. 607-628. Berlin : Mouton de Gruyter.

Groussier, M.-L., Rivière, C. (1996). Les mots de la linguistique. Lexique de linguistique énonciative. Paris : Ophrys.

Kane, Th. L. (1990). Amharic-English dictionary. Wiesbaden : Harrassowitz.

Kapeliuk, O. (1978). « Particles of concatenation and of reference in Amharic », in Bulletin of the School of Oriental and African Studies, n° 41(2), pp. 272–282. Cambridge : Cambridge University Press

Kidanä Wäld, K. (KWK). (1955/56). መጽሐፈ፡ሰዋስው፡ወግስ፡ወመዝገበ፡ቃላት፡ ሐዲስ። (Nouvelle grammaire et dictionnaire de la langue guèze). Addis Ababa : Artistic Printers.

Leslau, W. (1991). Comparative Dictionary of Ge‘ez. Wiesbaden : Otto Harrassowitz.

Leslau, W. (1995). Reference Grammar of Amharic. Wiesbaden : Otto Harrassowitz.

Lipinski, E. (1997). Semitic Languages : Outline of a Comparative Grammar. Leuven : Peeters.

Mulugeta, S. (2014). « The particle ʔɨnde in Amharic », in Studies in Ethiopian Languages, n° 3, pp. 83–95. (Electronic journal).

Osu, S. (2016). « The sentence final particles and ta in Ikwere », in Atindogbé G. G., Chibaka E. F. (eds), Proceedings of the 7th World Congress of African Linguistics, Buea, 17-21 August 2012, vol. 2, pp. 883-914. Bamenda : Langaa Research and Publishing.

Paillard, D. (2017a). « Comparaison des marqueurs discursifs : introduction. », Langages, n°207, pp. 5-16. Paris : Armand Colin. (https://www.cairn.info/revue-langages-2017-3-page-5.htm)

Paillard, D. (2017b). « Scène énonciative et types de marqueurs discursifs. », Langages, n°207, pp. 17-32. Paris : Armand Colin. (https://www.cairn.info/revue-langages-2017-3-page-5.htm)

Porquier, R. (2001). « Mots-phrases, phrasillons, locutions-énoncés : aux frontières de la grammaire et du lexique en français langue étrangère », in Langue française, n°131, Grammaires d’enseignants et grammaires d’apprenants de langue étrangère, pp. 106-123. Paris : Larousse. (Langue française doi : 10.3406/lfr.2001.1039 http://www.persee.fr/doc/lfr_0023-8368_2001_num_131_1_1039)

Romans

Iyyob, G. (2008). ያልተኖረ፡ልጅነት። (Yaltänorä ləğənnät) [Une enfance non vécue]. Addis Abeba.

Pawlos, ñ. (2008). የኔዎቹ፡ገረዶች። (Yänewočču gärädočč) [Mes servantes]. Addis Abeba.

Sisay, N. (2007). ግርዶሽ። (Gərdoš) [Rideau]. Addis Abeba.

Zännäbä Wärq, H. M. (2003-4). ሕይወት፡እንደ፡ዕድልሽ። (Həywät əndä əddələš) [La vie comme elle vient]. Addis Abeba

Haut de page

Notes

1 Nous remercions Paulette Roulon-Doko et Sylvester Osu de nous avoir offert la possibilité de participer à ce projet de recherche. Nous remercions également Sû-tôôg-nooma Kukka Kabore et tout particulièrement les relecteurs anonymes dont les précieuses remarques et suggestions nous ont permis d’améliorer ce travail.

2 Nous utilisons l’expression « particule énonciative » en adoptant la définition que Felix Ameka (1998 : 180) en donne dans son article « Particules énonciatives en Ewe », à savoir « des termes [qui] peuvent apparaître en tête ou en fin d’unités syntaxiques, que celles-ci soient des mots, des syntagmes, des propositions ou des phrases entières. … les particules de phrase ou énonciatives sont des opérateurs ayant une fonction illocutoire : elles indiquent ou modifient la valeur illocutoire des énoncés dans lesquels elles sont utilisées. »

3 Pour une étude morphosyntaxique de ce morphème, voir Baye (2008).

4 Voir Camus (2001/2002), Osu (2016), Paillard (2017a), (2017b).

5 Principale langue sémitique du groupe éthio-sémitique, l’amharique dispose d’une écriture propre. Traditionnelle-ment, chaque mot est suivi d’un séparateur de mots (፡). Ex. : ዐማርኛ፡ የኢትዮጵያ፡ ቋንቋ፡ ነው። amarəñña yä-ityoṗia qwanqwa näw / amharique loc-Ethiopie langue cop.3m.sg « L’amharique est une langue éthiopienne ».

6 Abréviations : acp accompli (aspect) ; aff affectif ; conj conjonctif ; cop copule ; dét déterminant ; féminin ; inacp inaccompli (aspect) ; masculin ; nég négatif ; obj objet ; psé passé ; pass passif ; pl pluriel ; pol politesse ; prés présent ; ppi pronom personnel indépendant ; rel relatif ; sg singulier.

7 En amharique, la copule näw est « une particule [sic] conjuguée au moyen des suffixes régimes de verbe. » (Cohen, 1970 : 134). D’où la glose cop.3m.sg.

8 Farine à base de fève, de petits pois ou de pois chiche.

9 Le suffixe -əyye est une marque d’affection signifiant « mon (ma) chéri(e) à moi ». Ici, Ṣəggəyye signifie « ma Ṣəgge à moi ; Ṣəgge ma chérie ». Un prénom épicène.

10 « Opération de détermination consistant à conférer une spécificité qualitative à un ensemble d’éléments extraits d’une classe ou à une quantité prélevée ou à une classe entière. » Groussier (1996 : 82)

11 Nom propre féminin signifiant « Selon tes envies ».

12 Dans son étude sur les particules, Olga Kapeliuk note : “The words of reference most frequently used are əngədiya, ənkiya, əngədih, and tadiya, all meaning 'hence, in that case, if so, then', läkka 'alas', kätto and čämm 'anyway, besides', əkko 'really, but', etc. These words indicate a reference to the preceding sentence taken as a whole (with the exception of əkko which can refer to a part of the preceding sentence) ; they also have their independent meanings and can be used alone, mainly as exclamations.” (Kapeliuk, 1978: 277).

13 La signification de gäna varie selon que le prédicat qu’il modifie est à la forme affirmative ou négative. Pour une description de ce morphème, voir Delombera (2017).

14 Pour d’autres particules ou connecteurs, voir Kapeliuk (1978), Girma and Meyer (2008).

15 Il s’agit d’un emprunt de l’anglais “artificial”, utilisé pour désigner un bijou fantaisie, qui n’est ni en or ni en argent, ou le simili cuir par exemple. Nous le traduisons par “du toc”.

16 Il s’agit d’un « composé descriptif expressif » constitué par un radical invariable souvent onomatopéique (zəmm, silence) et un verbe auxiliaire conjugué « dire ».

17 « La copule négative correspondant à näw est un verbe aydollä(m) [aydälläm], qui est défectif dans les mêmes conditions que la copule positive, et qui lui correspond exactement dans l’emploi [...] » (Cohen, 1970 : 150). Ajoutons que la signification de aydälläm est « il ne convient pas » (Desta, 1970 : 350).

18 Pour d’autres exemples voir Kane (1990 : 1256).

19 L’amharique privilégie le discours direct au discours indirect. Aussi, les propos rapportés sont cités tels qu’ils sont énoncés. Il existe cependant la possibilité d’user d’une conjonction pour reformuler et rapporter en style indirect.

20 Suffixe objet, forme de politesse de la 2e personne. D’où la glose cop.2pol.

21 Suffixe objet, forme de politesse de la 3e personne.

22 Le ton peut être ironique.

23 Voir : Porquier, 2001.

24 Un zéro barré pour indiquer la suppression de əkko.

25 Pour une description détaillée du morphème ənği, voir également Leslau (1995 : 711-718).

26 « Opération de détermination sur une classe, un ensemble ou un domaine notionnel consistant, pour l’énonciateur, à envisager successivement tous les éléments sans en choisir un. » Groussier (1996 : 137).

27 Combiné à l’interrogatif yät « où ? », əndä-yät ou əndet « comment ? » est également utilisé comme particule énonciative. Voir Mulugeta (2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delombera NEGGA, « Une particule énonciative en amharique : le cas de əkko »Linx [En ligne], 83 | 2021, mis en ligne le 30 décembre 2021, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/linx/8520 ; DOI : https://doi.org/10.4000/linx.8520

Haut de page

Auteur

Delombera NEGGA

Maître de conférences à l’Inalco ; membre de Plidam (Pluralité des Langues et des Identités : Didactique, Acquisition, Médiation, EA 4514)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Paris Nanterre
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search