Navigation – Plan du site

AccueilNuméros84Les consonnes rhotiques du gascon...

Les consonnes rhotiques du gascon revisitées

Gascon rhotics revisited
Laurence Labrune et Joël Miró-Lozano

Résumés

Cet article porte sur la question des consonnes rhotiques [ɾ] and [r] en gascon. Il développe l'hypothèse que le gascon a non pas deux consonnes rhotiques distinctes sur le plan phonémique (/ɾ/ et /r/), comme le supposent les approches traditionnelles, mais seulement une (/r/). La différence phonétique en surface entre les deux segments est analysée comme relevant d'une différence phonologique entre une rhotique simple et une rhotique géminée (/r/ vs. /rr/). Après avoir situé le gascon dans l'espace occitano-roman, une présentation détaillée des données empiriques est proposée : distribution et fréquence de [ɾ] et [r] au sein des mots, leur origine et leur évolution diachronique, les formes du futur et conditionnel des verbes caler, valer et voler, la question de la prothèse vocalique, le traitement des séquences #fr- en initiale de mot. L'article procède ensuite à une analyse phonologique dans le cadre auto-segmental selon laquelle la différence entre la battue et la vibrante est représentée, de manière tout à fait classique, comme l'association du segment /r/ à respectivement une ou deux positions prosodiques. Dans la dernière partie, nous proposons une réflexion typologique plus générale sur le système des rhotiques gasconnes d'un point de vue aréal par la comparaison avec les autres langues du domaine ibérique (catalan, espagnol, galicien-portugais, basque) qui présentent des systèmes de rhotiques partageant certains traits structuraux, traits que l'on peut considérer comme propres à cette partie du monde. Nous discutons également le lien structurel existant entre gémination initiale et recours à la prothèse vocalique en gascon, en suisse allemand, en sarde de Campidano et dans les dialectes italiens méridionaux.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements

Nous adressons notre gratitude à deux évaluateurs anonymes pour leurs nombreuses remarques constructives, ainsi qu'à Jean Sibille et Alain Viaut pour les discussions fructueuses que nous avons eues avec eux sur plusieurs points de phonétique et de phonologie occitane et gasconne. Cette recherche a été présentée oralement lors du colloque annuel du Réseau Français de Phonologie en juin 2021. Nous remercions les collègues présents pour leurs questions et commentaires, ainsi que Michela Russo pour son invitation à participer à ce volume de la revue Linx.

1. Introduction

1Le présent article se propose d'examiner en détail la question des consonnes rhotiques du gascon. Nous voudrions développer ici l'hypothèse que le gascon aurait non pas deux consonnes rhotiques distinctes sur le plan phonologique (/ɾ/ et /r/), comme le supposent les approches traditionnelles, mais seulement une, la différence phonétique en surface entre la battue [ɾ] et la vibrante [r] relevant d'une différence phonologique entre une rhotique simple et une rhotique géminée (/r/ vs. /rr/).

2Après avoir situé le gascon et ses limites dans le domaine occitano-roman (section 2), nous présenterons les données empiriques concernant la ~ les rhotiques du gascon (section 3), avant de passer à l'analyse phonologique (section 4). Nous discuterons ensuite les dimensions aréale et typologique (section 5) de la phonologie des consonnes rhotiques gasconnes au sein de l'aire pyrénéo-ibériques, avant de passer à la conclusion.

3Les données exploitées pour ce travail proviennent aussi bien d'atlas linguistiques que d'ouvrages monographiques de référence, de dictionnaires, d'ouvrages didactiques ou littéraires ou encore de relevés de terrain.

2. Le gascon dans le domaine occitano-roman

4En préambule, il convient de situer le domaine gascon au sein de la Romania. Pierre Bec (Bec 1970: 567), dont nous reproduisons ici la carte, le place dans le groupe occitano-roman aux côtés du catalan et des différentes variétés d'occitan, même si son statut par rapport à ce dernier fait l'objet de débats souvent passionnés selon que l'on veut le considérer comme un dialecte très original de l'occitan ou une langue autonome mais partageant un socle largement commun.

Fig. 1 : Divisions internes du domaine occitan (Langue d'oc, Bec 1970)

Fig. 1 :  Divisions internes du domaine occitan (Langue d'oc, Bec 1970)

5Retenons simplement que l'adjectif « original » lui est constamment accolé. C'est, d'ailleurs, une série de lignes isoglosses réparties en deux faisceaux matérialisant les frontières d'évolutions distinguant ce domaine des parlers languedociens voisins qui servent à en déterminer la limite orientale, la plus problématique. Les autres (l'océan, la ligne de faîte des Pyrénées, langues basque et d'oïl) sont très abruptes et donc nettes.

6Lartigue (1998), sur la base de l'enquête inédite en 17 volumes d'Édouard Bourciez (Bourciez 1895) a proposé la limite de la frontière orientale que nous adoptons ici (Miró Lozano, en préparation).

Fig. 2. Domaine gascon

D'après Lartigue (1998), à partir de Bourciez (1895)

D'après Lartigue (1998), à partir de Bourciez (1895)

7Field (2009: 747), suivant Allières (1995:450), décrit ainsi ces limites : « Un premier faisceau d'isoglosses descend la Garonne et, à partir de Toulouse, court vers le sud pour couper en deux le département de l'Ariège […] Une deuxième série d'isoglosses passe, en gros, du bassin d'Arcachon vers l'est pour rejoindre le premier » [un peu au sud d'Agen]. Nous illustrons le premier faisceau par la Figure 3, et le deuxième par la Figure 4. La Figure 5 reprend l'ensemble des lignes considérées.

Fig. 3. Faisceau d'isoglosses « extérieur »

Fig. 3. Faisceau d'isoglosses « extérieur »

Fig. 4. Faisceau d'isoglosses « intérieur »

Fig. 4. Faisceau d'isoglosses « intérieur »

Fig. 5. Ensembles des isoglosses considérées (Fig. 3 + Fig. 4)

Fig. 5. Ensembles des isoglosses considérées (Fig. 3 + Fig. 4)

8De ces 11 lignes isoglosses habituellement utilisées pour identifier le domaine, trois vont intéresser notre propos, qui correspondent aux évolutions suivantes : [f] > [h] (Fig. 6), [ll] > [ɾ] / V_V (Fig. 7) et Ø > [a] / # _ r (Fig. 8). La première, et la plus emblématique, est celle du résultat laryngé [h] des [f] des étymons latins, caractéristique que le gascon partage en grande partie avec le castillan : au français 'fils', 'faire' ou 'fort' vont correspondre en gascon hilh [ˈhiʎ], har [ˈha] et hòrt [ˈhɔɾt], du latin filiu(m), fa(ce)re et forte(m) respectivement.

Fig. 6. [f] latin > [h] gascon

Fig. 6. [f] latin > [h] gascon

9Mais, à la différence du castillan, cette évolution a pu se produire également avant la rhotique. Ce fait va nous intéresser plus loin.

10Précisons enfin que les données sur lesquelles se base ce travail concernent principalement les variétés gasconnes méridionales et pyrénéennes, sans exclure toutefois d'autres parties du domaine. Par commodité, les formes des vocables gascons dans les exemples sont données en orthographe dite occitane ; lorsque nécessaire, nous fournissons également les transcriptions phonétiques et phonologiques en alphabet phonétique international.

3. Description générale : [ɾ] et [r] en gascon

3.1 Les rhotiques au sein du système phonologique des consonnes du gascon

  • 1 Il s'agit du gascon béarnais de la fin du XIXè siècle et du début du XXè. Cette variété fournit les (...)

11Pour aborder la description empirique des données concernant les rhotiques en gascon, nous commencerons par rappeler que dans les approches traditionnelles (celles de Rohlfs 1970, Bec 1970, ou Allières 2001), le gascon est décrit comme possédant deux consonnes rhotiques phonologiques, une battue /ɾ/ et une vibrante /r/, toutes deux alvéolaires. Il possède également deux autres liquides, une latérale alvéolaire et une latérale palatale. Le Tableau 1 ci-après présente le système phonologique des consonnes du gascon "de référence"1, selon les approches classiques, incluant, donc, deux phonèmes rhotiques distincts /r/ et /ɾ/.

Tableau 1. Système phonologique des consonnes gasconnes selon les approches traditionnelles (à partir de Cardaillac Kelly 1973, Bianchi et Viaut 1995, Mooney 2014).

bilabiales

labio-dentales

labio-vélaires

alvéolaires

palatales

vélaires

Laryngale

occlusives

p b

t d

c ɟ

k ɡ

Fricatives

f

s z

ʃ ʒ

H

Affriquées

t͡s d͡z

Nasales

m

n

ɲ

(ŋ)

latérales

l

ʎ

Vibrante

r

Battue

ɾ

Glissantes

w

j

3.2 Distribution

  • 2 Les données phonétiques sont basées sur des relevés faits à l’oreille.

12Le Tableau 2 synthétise la distribution des deux segments rhotiques. L'indication « (M.) » correspond aux relevés de Millardet (1910a). Les autres formes sont issues de nos observations personnelles de terrain2 et des descriptions courantes figurant dans les principales sources citées dans cet article.

13(V = voyelle ; C = consonne ; G = glissante)

Tableau 2. Distribution de [ɾ] et [r] en gascon

[ɾ]

[r]

Observations

#_

ris [ˈris] 'riz'

rason [raˈzuŋ] 'raison'

rei [ˈrej] 'roi'

remèdi [reˈmɛði] 'remède'

hred [ˈret] 'froid'

pas d'opposition;

prothèse vocalique devant [r] pour certains de ces mots (cf. exemples (2) plus bas)

V_V

varat [baˈɾat] 'fossé'

poret [puˈɾet] 'poulet'

horar [huˈɾa] 'fouler'

bèra ['bεɾə] 'belle'

haría [haˈɾijɔ], [haˈɾi] 'farine'

barrat [baˈrat] 'fermé'

porret [puˈret] 'poireau'

horrar [huˈra] 'fourrer'

córrer [ˈkure] 'courir'

arren [aˈre] 'rien'

opposition contrastive

C_V

CɾV homosyllabiques:

adromir [adɾuˈmi] 'endormir'

crotzar [kɾuˈd͡za] 'croiser'

estret [esˈtɾet] 'étroit'

CrV hétérosyllabiques:

enrotlar [enrulˈla] 'enrouler'

enregistrar [enreʒisˈtɾa] 'enregistrer'

desrazonar [desrazuˈna], [dezrazuˈna] 'déraisonner'

pas d'opposition; la battue est la réalisation la plus habituelle, sauf en contexte hétérosyllabique après [n] où on trouve généralement la vibrante, ainsi qu'après [s] et [z].

V_C

pòrta [ˈpɔɾtə] 'porte'

arbe [ˈaɾbə] 'arbre'

parlar [paɾˈla] 'parler'

tornar [tuɾˈna] 'tourner'

pas d'opposition;

la battue est la réalisation la plus habituelle

G_

-Vw_

hauria [hawˈɾi], [hawˈɾiə] 'forge'

huurèr [hywˈɾɛ] 'février' (forme landaise)

neurigat [newɾiˈɡat] 'petit d'un animal'

miurano [miwˈɾanə] 'grenade'

-Vj_

mairana [majˈɾanə] 'grand-mère'

podaduira [puðaˈðyjɾə] (forme landaise) 'perche à crochet pour puiser l'eau'

coire [ˈkujɾe] 'cuivre'

pèira [ˈpɛjɾə] 'pierre'

pas d'opposition, mais la réalisation [r] est impossible après une glissante

_ G

beriac [ˈbeɾjak] 'ivrogne'

trueita [tɾwejtə] 'truite'

argent [aˈrjɛn] 'argent'

arrueit [aˈrwejt] 'bruit'

[ɾ] et [r] peuvent chacun s'entendre en fonction de la personne et du degré d'emphase mais cette différence n'est pas contrastive

_C#

hòrt [ˈhɔɾt] 'fort'

pòrc [ˈpɔɾk] 'porc'

ivèrn [ˈiwɛɾn] (M.) 'hiver'

jorn [ˈjuɾn] (M.) 'jour'

còrn [ˈkɔrn] (M.) 'corne'

[ɾ] et [r] peuvent chacun s'entendre en fonction de la personne et du degré d'emphase mais cette différence n'est pas contrastive

_ #

jorn [ˈjuɾ] (M.) 'jour'

ivèrn [iˈβɛɾ] (M.) 'hiver'

òr [ˈɔɾ] (M.) 'or'

hèr [ˈhɛɾ], [ˈhɛ] 'fer'

car [ˈkaɾ], [ˈka] 'char'

[ɾ] et [r] peuvent chacun s'entendre en fonction de la personne et du degré d'emphase mais cette différence n'est pas contrastive

14On observe que la battue apparaît en position intervocalique, après consonne, après glissante, et en coda de syllabe, seule ou suivie d'une autre consonne tandis que la vibrante apparaît également à l'intervocalique, monopolise la position initiale (en particulier dans les emprunts récents qui n'ont pas fait l'objet d'une prothèse), et se trouve aussi après certaines autres consonnes notamment [n] en premier élément d'attaque de syllabe, sans toutefois que cette réalisation soit distinctive dans cette position. Le r graphique final, présent essentiellement à la fin des infinitifs, est étymologique et n'indique pas une réalisation orale quelconque (sauf rares exceptions).

15Comme on le voit, l'opposition entre les deux rhotiques n'est donc pertinente qu'à l'intervocalique. Nous avons pu dégager en tout une dizaine de paires minimales.

16Il convient de signaler que les réalisations apicales que nous venons de décrire sont en recul sur l'ensemble du domaine. Chez certains locuteurs, un r vibrant uvulaire [ʀ] vient remplacer la vibrante apicale, tandis que la battue se maintient. Chez d'autres, les deux apicales sont remplacées par une uvulaire, d'où la disparition de l'opposition.

3.3 Fréquences de [ɾ] et [r]

17Nous présentons ici des données concernant la fréquence respective des deux rhotiques dans le lexique du gascon. Les fréquences fournies sont issues d'un relevé portant sur un échantillon représentatif de lexèmes gascons tiré de l'index lexical de 470 entrées fourni par Darrigrand (1974: 295-298). Il s'agit donc de fréquences par type.

Tableau 3. Fréquence de [ɾ] et [r] dans un échantillon représentatif du lexique du gascon

[ɾ]

[r]

# _

0

6

#a _ V, #a _ G

(= a prothétique)

0

15

V _ V (sauf a prothétique)

52

10

C _ V (homosyllabique)

50

0

C _ V (hétérosyllabique)

0

0

V _ C

31

0

C _ G , V _ G

(sauf a prothétique)

0

2

G _V

5

0

_ #

180

0

Total

318

33

18On remarque que la rhotique battue est presque 10 fois plus fréquente dans le lexique que la rhotique vibrante, toutes positions confondues. Ce tableau confirme également que [ɾ] et [r] sont bien en distribution complémentaire, sauf à l'intervocalique. En outre, on observe que même dans cette position, [ɾ] est deux fois plus fréquent que [r] (ce ratio est calculé en fusionnant les chiffres pour V_V et #a_V, #a_G). Enfin, on notera que les occurrences les plus fréquentes de [r] correspondent aux sites d'anciens r initiaux précédés d'une prothèse. Ces données concordent avec celles de Maurand (1974:218-219).

3.4. Evolution diachronique

19Sur le plan de l'évolution diachronique, la battue résulte de l'ancien /r/ simple du latin : pira a donc donné pera [ˈpeɾə] 'poire', forte(m) > hòrt [ˈhɔɾt] etc. Elle peut résulter également d'un /l/ géminé (illa(m) > era [ˈeɾə] 'elle', bella(m) > bèra ['bεɾə] 'belle'). Ce traitement du /l/ géminé est là encore une spécificité définitoire du gascon dont voici l'isoglosse selon l'Atlas linguistique de la Gascogne (Fig. 7, Séguy & Ravier 1956-1973, désormais ALG). Elle coïncide pour l'essentiel avec celle du passage de [f] à [h].

Fig. 7. [ll] → [ɾ] / V_V (d'après ALG 2122)

Fig. 7. [ll] → [ɾ] / V_V (d'après ALG 2122)

20La vibrante, quant à elle, résulte généralement de la rhotique géminée latine (terra(m) > tèrra ['tεrə] 'terre', currere > córrer ['kure] 'courir') à l'intervocalique, ou de la simple en initiale de mot (voir le point suivant). Le [ɾ] final dans des mots tels que hèr [ˈhɛɾ], 'fer' ou car [ˈkaɾ], 'char' (aussi prononcés [ˈhɛ] et [ˈka], cf. le Tableau 2) provient d'un r géminé dans l'étymon latin de même sens (< ferrum / < carrum). Lorsque c'est un r simple latin qui se retrouve en finale, il s'amuït : car procédant de carum 'cher' est toujours prononcé [ˈka] quel que soit le lieu. Une partie des parlers (Landes, Ouest-Béarn) finit d'ailleurs par amuïr la rhotique finale même quand elle remonte à une géminée latine (ALG carte 488 'fer', carte 367 'char').

21La vibrante apparaît également dans des formes de futur et de conditionnel de trois verbes, valer 'valoir', caler 'falloir' et voler 'vouloir' (exemples 1), dans lesquelles elle représente l'aboutissement de l'évolution -ler- > -lr- > -rr-. Cette évolution est attestée dans la majeure partie de l'ouest (Landes et Sud Gironde) du domaine (Bianchi et Viaut 1995, Miró Lozano, notes de terrain). Nous indiquons ici les formes de la 3ème personne du singulier uniquement, mais la géminée se retrouve à toutes les autres personnes de voler et valer, sachant que caler ne s'emploie qu'à la 3ème personne du singulier.

(1)

Infinitif Futur

caler 'falloir': calerà [kaleˈɾa] > carrà [kaˈra] 'faudra'

valer 'valoir': valerà [baleˈɾa] > varrà [baˈra] 'vaudra'

voler  'vouloir': volerà [buleˈɾa] > vorrà [buˈra] 'voudra'

Conditionnel

caleré [kaleˈɾe] > carré [kaˈre] 'faudrait'

valeré [baleˈɾe] > varré [baˈre] 'vaudrait'

voleré [buleˈɾe] > vorré [buˈre] 'voudrait'

22Comme nous le verrons dans la partie 4, ces formes constituent l'un des arguments les plus solides pour l'analyse de [r] en tant que géminée.

3.5. Prothèse vocalique avant rhotique initiale

23Une autre spécificité gasconne par rapport au reste du domaine occitan consiste en l'adjonction d'une prothèse vocalique avant rhotique initiale. De nombreuses occurrences de [r] vibrant intervocalique résultent ainsi de ces prothèses vocaliques initiales, comme l'illustrent les exemples en (2), dont les étymons commencent par r (l'étymon de arrat 'rat' est inconnu mais les cognats de ce mot dans les autres langues romanes commencent par r).

(2)

a. arren [a're] (< rem) 'rien'

b. arríder [a'ride] (< ridere) 'rire'

c. arrespóner [ares'pune] (< respondere) 'répondre'

d. arriu [a'riw] (< rivu(m)) 'rivière'

e. arròsa [a'rɔzə] (< rosa(m)) 'rose'

f. arròda [a'rɔδə] (< rota(m)) 'roue'

f. arrastèth [aras'tεt] (< rastellu(m)) 'râteau'

g. arrat [a'rat] (< ?) 'rat'

h. arrei [a'rej] (< rege(m)) 'roi'

i. arrís [a'ris] (< italien riso < latin oryza) 'riz'

j. arraça [a'raso] (< de l'italien razza) 'race'

k. arriche [a'riʃe] (emprunt au français) 'riche'

l. arrapòrt [ara'pɔɾt] (emprunt au français) 'rapport'

24Les exemples (2) a-g proviennent de l'aire de présence non-systématique de la prothèse.

25Les exemples (2) h-l ont été recueillis dans la zone de présence systématique. Dans la partie du domaine où elle ne l'est pas, ces termes ne présentent pas de prothèse : on a rei au lieu de arrei et ainsi de suite.

26La rhotique concernée dans les formes prothétiques est toujours vibrante [r] jamais battue [ɾ] et la voyelle toujours [a]. Elle est constatable sur une grande partie du domaine mais avec une intensité variable matérialisée ici sur la carte (Fig. 8) par les différents tons de bleu, les plus foncés indiquant une présence plus marquée de vocables pourvus d'un a prothétique, tandis que la zone en vert note leur absence, l'isoglosse courant entre les deux couleurs (Séguy 1973, carte 2129). Les points représentent les points d'enquêtes de l'ALG. La présence résiduelle de la prothèse n'est donc pas non plus systématique sur tout le domaine gascon.

Fig. 8. Ø → [a] / # _ r (ALG 2130 - Champ gradient)

Fig. 8. Ø → [a] / # _ r (ALG 2130 - Champ gradient)
  • 3 Les transcriptions données ici correspondent aux réalisations relevées à Chein. Elles émanent de de (...)

27Cette prothèse n'est donc plus productive sur la majeure partie du domaine où elle est présente après avoir été progressivement lexicalisée, mais on a pu observer qu'elle l'était encore dans deux îlots pyrénéens matérialisés en bleu nuit sur cette carte (Vallée d'Aure et Luchonnais). Récemment un recueil de collectage avec enregistrements audio (Barés 2013) pour le village de Chein (en Comminges à la limite de l'Ariège, indiqué en rouge sur cette carte) permet d'y constater la vitalité du phénomène avec des vocables pourvus de cette prothèse qui serait perçue ailleurs comme forcée, même dans des zones ayant hérité d'un volume conséquent de termes en arr- initiaux, témoignages d'une tendance plus générale par le passé. Ainsi, comme on peut le voir sur la liste d'exemples (2) h-l, à Chein on dit sans problème arrei [a'rej] au lieu de rei [ˈrej] 'roi'. On observera que deux noms de marques commerciales contemporaines bien connues reçoivent cette prothèse emblématique. A Chein on peut donc boire un Arricard [aʀi'kaʀ]3 et conduire un véhicule Arrenault [are'no].

  • 4 Nous avions pu observer chez les promoteurs de la conservation de l’occitan dans les Hautes-Pyrénée (...)

28Reprenant Bec (1968), Burov (2013) rappelle que dans le Luchonnais voisin la prothèse a conservé sa distribution originelle et n'apparaît qu'après une pause ou une syllabe fermée et non pas après une syllabe ouverte car alors "le r long est tout simplement resyllabé". Dans ce dernier cas, le a prothétique peut pourtant se maintenir et l'hiatus est éliminé par effacement de la voyelle finale. C'est, en fait, essentiellement le cas après la préposition de. La même tendance est observable dans le collectage de Chein où l'on peut entendre et lire huelha d'arrota ['hweʎɔda'rutɔ] 'feuille de route' puis burèu de recrutament [by'ɾɛwderekɾytɔ'men] 'bureau de recrutement' et où le même locuteur dit successivement tres arraças [tɾɛza'rasɔs] 'trois races' et era raça [eɾa'rasɔ] 'la race', a Raus [a'raws] et eth Plan d'Arraus [da'raws] (Toponyme) ; l'article féminin, dont la voyelle finale est réalisée [o] (ua remòrca [jɔre'mɔɾkɔ] 'une remorque', era retrèta [eɾɔre'tɾetɔ] 'la retraite'), la conjonction de coordination (e ressegar [erese'ɣa] 'et scier', e romingueras [erumiŋ'ɡeɾɔs] 'et des ronces') et l'imparfait du verbe estar [es'ta] 'être', proche dans sa forme de l'article défini féminin (èra relotgèr [ˈɛɾɔrelu'd͡ʒɛ] 'il était horloger', èra rare [eɾɔ'raɾe] 'c'était rare'), sont les autres contextes dans lesquels on peut éventuellement observer l'absence de a prothétique. Au final, cependant, on relève un nombre considérablement plus important d'occurrences avec prothèse que sans4.

29Un cas particulier est celui du préfixe itératif #re- qui recevra la prothèse systématiquement dans une partie méridionale du domaine (Béarn, Hautes-Pyrénées, Comminges), y compris en dehors de la zone d'emploi systématique, alors qu'ailleurs cela dépendra des verbes : arrespóner [ares'pune] 'répondre' est largement connu là où arrepresentar [arepɾezen'ta] 'représenter' ou arreportar [arepuɾ'ta] 'reporter' seront jugés peu naturels. Le figement de la prothèse dans ce préfixe permet donc l'introduction dans le lexique de termes nouveaux (substantifs, verbes, adjectifs, voir la note 4) pourvus de cette prothèse même dans des lieux où elle n'est présente que dans le lexique hérité. Or, ce préfixe est très productif.

  • 5 Luchaire justifie ce choix en introduction par « une répugnance » particulière de « l’organisme gas (...)

30Du point de vue diachronique, le phénomène de la prothèse avant r est attesté dès les premiers textes dont on dispose, donc dès le Xème siècle selon Bec (1968), d'abord à l'initiale de noms propres. Bourciez (1892) signale le prénom Aregemundo dans une charte de la Réole de 990 en expliquant que les cartulaires bordelais du XIIIème siècle « préfèrent les formes arradon, arrecebre, arrendre, arretener, arren, arriu, etc. », qui restent fréquentes aux deux siècles suivants pour progressivement disparaitre, même s'il relève quelques occurrences de arés (< arrés) 'rien' chez le poète populaire bordelais Mèste Verdier au XIXème siècle. Les observations de Bourciez sont significatives car elles concernent le territoire où la prothèse n'est plus présente au XXème siècle, pas même sous sa forme lexicalisée. Notons qu'à la lettre R des glossaires dont ils font suivre leurs éditions de textes gascons médiévaux, Luchaire (1881) et Millardet (1910b) font précéder chaque terme de ar- (parfois a-)5.

31Chambon & Greub (2002) ont cherché à établir une chronologie relative et à dater ainsi l'apparition de sept des innovations définitoires du gascon dont nous avons représenté les isoglosses plus haut et, parmi elles, celle qui nous intéresse ici. Ils arrivent à la conclusion que la prothèse est un phénomène très ancien et qu'elle serait nécessairement intervenue avant ca. 600, voire avant 511.

3.6. Groupes initiaux latins #fr

32Pour terminer ce tour des rhotiques en gascon, il nous faut évoquer le traitement du groupe fr- initial latins. Comme nous l'avons annoncé plus haut, il a en effet connu un développement intéressant en gascon, particulièrement dans une partie des Pyrénées. À une étape archaïque, suite au passage de /f/ à /h/, on a eu des formes où la rhotique suivait immédiatement la laryngale. La graphie occitane, étymologisante, maintient un <h> graphique, y compris dans les régions où il n'est plus réalisé à l'oral, comme le montrent les exemples en (3). (Nous indiquons pour chacun des termes les cartes où les réalisations effectives peuvent être consultées.)

(3)

frigidu(m) > hred 'froid' (ALG carte nº1017 et Millardet 1910a carte nº214)

fraxinu(m) > hrèishe / hrèisho 'frêne' (ALG carte nº157 et Millardet 1910a carte nº210)

fructa > hruita 'fruit' (ALG carte nº87 et Millardet 1910a carte nº217)

fraga(m) > hraga 'fraise' (Millardet 1910a carte nº210)

33Toutefois, ce groupe hr initial ne s'est pas maintenu tel quel phonétiquement (ou très exceptionnellement en un point d'Ariège). En gascon, ces séquences #hr- issues de #fr- reçoivent deux traitements :

34i) sur la majeure partie de la zone concernée la laryngée initiale chute et la rhotique qui se retrouve alors à l'initiale est réalisée vibrante. hred est oralisé [ˈret], hrèishe ['rεʃe], hruita ['ryjtə] et hraga ['raγə], voire [a'raγə] graphié alors ahraga. Remarquons au passage que Bec (1968:119) affirme que « l'r initial né de la réduction du groupe hr-, est en général articulé avec un seul vibrement, comme l'r intervocalique, sauf dans une partie du Gers où ce phénomène a été ramené au type commun rr- initial […] ». Cette affirmation date de 1968 mais nous ne trouvons pas confirmation d'une telle généralisation de la battue dans l'ALG dans ce contexte (sauf au point 790, en Couserans, cf. ci-dessous) et les données dont nous disposons pour les Landes et le Béarn montrent que la rhotique devenue initiale à l'issue de cette chute du [h] est bel et bien vibrante (voir la note 7).

35ii) Dans les Pyrénées centrales, en revanche, il se développe une voyelle épenthétique, une anaptyxe, qui permet le maintien de l'aspiration et de l'articulation battue de la rhotique : on aura donc [he'ɾet], [he'ɾεʃe], [ha'ɾaγo] ou [he'ɾyta]. Cette voyelle épenthétique est le plus souvent [e] ou peut parfois prendre le timbre de la voyelle accentuée. Ronjat (1930-1941) cite les résultats hurut < fructu et harair < fratre. Ce dernier auteur souligne que face à ces évolutions autochtones on trouve une abondance de mots présentant la labiodentale [f], dans lesquels il voit des formes savantes ou des emprunts au français.

36Nous avons reporté sur la carte ci-dessous (Fig. 9) les résultats pour les descendants du latin fraxinu(m) 'frêne' et frigidu(m) 'froid'. Nous nous retrouvons alors devant six cas de figure, selon que l’étymon a connu un passage de [f] à [h] pour les deux termes, pour l’un des deux seulement ou pour aucun d’entre eux :

37a) on a un maintien de la labio-dentale initiale pour les deux mots dans la zone en gris au nord du département de la Gironde;

38b) le descendant de fraxinu(m) a connu l’évolution [f]  [h] dans toutes les aires situées en dessous de la ligne matérialisée en marron foncé. Dans ce cas de figure, le résultat actuel est une vibrante initiale après amuïssement du [h] dans les parties en marron et marron clair ([ˈrɛʃə], [ˈrɛʃu]), tandis que dans les aires représentées en vert le [h] s’est maintenu avec le développement d’une voyelle anaptyptique ([heˈɾɛʃu], [heˈɾɛʃe]);

39c) le descendant de frigidu(m) présente l’évolution [f]  [h] sur une partie moindre du domaine, les formes avec labio-dentale initiale couvrant les zones en gris, marron clair et vert foncé de notre carte, c’est-à-dire la majeure partie des départements de la Gironde, du Lot-et-Garonne et du Gers. Ici encore, en cas d’évolution de la labio-dentale vers la laryngée, le résultat final est [r] initial dans les deux aires en marron longeant la côte atlantique tandis que la partie en vert clair couvrant l’est des Pyrénées gasconnes connaît logiquement la même évolution avec anaptyxe que le substantif examiné précédemment.

40À noter que, selon les principes occitans, le terme signifiant 'froid' est graphié <fred> s’il y a maintien de la labio-dentale, <hred> si le résultat est la vibrante initiale et <hered> si anaptyxe. Selon les mêmes principes, pour l’équivalent du mot 'frêne' on écrira <frèishe>/<frène>, <hrèishe>/<hrèisho> ou <herèishe>/<herèisho> selon les lieux. Mais il a été également préconisé d’unifier la graphie en représentant également les termes avec anaptyxe avec le graphème <hr> à l’initiale, sans insérer de voyelle graphique entre le <h> et le >r>.

41La petite zone représentée en bleu sur la carte correspond à la zone de Castillon (point 790 de l'ALG) dont Bec (1968:121) affirme que le groupe [hɾ] y a été conservé « surtout lorsque la syllabation a fait des groupes disjoints. Ex.: […] éra hraϒo < ĬLLA FRAGA ; éra hrèβé < ĬLLA *FRĔBE ». (Selon le système de transcription de cet article, respectivement [eɾa'hɾaɣɔ] et [eɾa'hɾɛβe] ou même plutôt [eɾah'ɾaɣɔ] et [eɾah'ɾɛβe]).

42On peut donc constater que la présence en un lieu donné de termes présentant le changement fr > hr et ses évolutions postérieures ne garantit pas que tous ceux qui ont un étymon contenant fr présentent à l'heure actuelle la même évolution. Ainsi, les formes hruita ['ryjtə] ou hruit [ˈryjt] 'fruit' n'existent que sur un territoire très réduit à l'intérieur des Landes de Gascogne, au sud du Comminges pour heruta [(h)e'ɾyto], de même sens. Ailleurs, on a uniformément la labiodentale frut [ˈfɾyt]. Même chose pour le doublon hrair / frair < fratre(m) 'frère', quoique hrair [ˈraj] couvre une zone plus étendue, c'est-à-dire la majeure partie des Landes et du Béarn. Cette répartition très irrégulière induit à postuler un mouvement d'extension et de « reconquête » de la labiodentale dans ce contexte, sous l'influence du français, de l'occitan languedocien et du latin des clercs selon l'époque et le lieu. Des causes sociolinguistiques s'ajoutent certainement à l'instabilité phonétique que présente ce groupe.

Fig. 9. Résultats de l'évolution hr- < fr-

pour hrèishe / hrèisho < fraxinu(m) 'frêne' et hred < frigidu(m) 'froid'

43Comme le faisait observer Bec (1970: 545), les /r-/ initiaux résultant de la disparition de /h/ ne font en général pas l'objet d'une prothèse initiale, et on a vu qu'ils sont réalisés systématiquement avec la vibrante. L'apparition de la prothèse, dans ce cas de figure, est donc extrêmement rare et ponctuelle, comme pour le correspondant gascon du mot 'fraise', qui existe sous la forme [a'raɣɔ / a'raɣə], du latin fraga(m), graphié ahraga selon les principes de l'école occitane mais arrague ou arrago par les tenants de la graphie félibréenne, phonographique de base française, qui présente bien un rr graphique redoublé. Ronjat (1930-1941) y voit cependant le résultat d'une « mécoupure de l'article », ce substantif étant du genre féminin, mécoupure qui semble se retrouver dans le cas de l'autre terme du même type couvrant une certaine étendue : ahromiga / [aruˈmiɣə] 'fourmi' qui a pu adopter, par la suite, une forme masculine en certains lieux : ahromic [aruˈmik].

44Nous avons, dans cette section 3, présenté les principaux faits notables concernant les deux rhotiques du gascon, [ɾ] et [r]. Sur la base de ces éléments, nous allons, dans la section qui suit, entreprendre une réanalyse de la nature et du statut phonologique de ces deux segments.

4. Réanalyse : [r] = /rr/, [ɾ] = /r/

45L'analyse que nous développons afin de rendre compte des données discutées ci-dessus est la suivante : le gascon n'a pas deux segments rhotiques au niveau phonémique mais un seul, que nous noterons /r/. Dans cette approche, la différence phonétique entre la battue et la vibrante correspond phonologiquement à la différence entre une consonne simple et une géminée. L'opposition entre les deux rhotiques en surface ne se joue donc pas au niveau mélodique mais au niveau prosodique. Nous adoptons ici une analyse représentationnelle des géminées comme consistant en un contenu segmental associé à deux points prosodiques. (D'autres approches existent, mais ce choix formel n'affecte pas le fond de notre analyse.) Suivant une représentation auto-segmentale classique (Goldsmith 1979), on posera donc :

46(4)

47Cette analyse est confortée par les arguments suivants.

48i) Comme il a été vu en 3.4, les r vibrants gascons apparaissant ailleurs qu'à l'initiale (avec ou sans prothèse vocalique) ou qu'aux formes futures et conditionnelles des verbes dont le radical se termine par l (voir le point iv ci-après), ne sont rien d'autre que la continuation des r géminés latins tels que lat. terra(m) > tèrra, selon un schéma évolutionnel qui ressemble finalement à celui de l'italien : la rhotique géminée latine est restée une géminée dans la langue fille.

49ii) Contrairement à l'espagnol et au basque, langues auxquelles il est souvent comparé s'agissant des rhotiques (entre autres), le gascon possède des consonnes géminées distinctives à l'intérieur des mots (ainsi d'ailleurs que dans des contextes de sandhi en frontières de mots), qui, sans être très fréquentes, ne sont pas non plus rares. Les géminées sont plus nombreuses dans la partie sud est du domaine (Hautes Pyrénées ; Comminges). On trouve ainsi des paires minimales illustrant l'opposition entre consonne simple et consonne géminée. Voici quelques exemples.

50(5)

  • 6 Voir toutefois les travaux de Harris (1969 : 46-56, 1983, 2002), qui posent une opposition entre /r (...)

51On notera en particulier l'existence de consonnes sonantes géminées : /ll/, /mm/, /nn/. La présente analyse complète donc cet ensemble en lui ajoutant /rr/. Dans notre approche, le gascon dispose ainsi d'une série complète de sonantes géminées non-palatales, ce qui le distingue de l'espagnol et du basque, langues qui sont, elles, totalement dépourvues de géminées6. La distinction uniquement phonémique entre /ɾ/ et /r/ dans le tableau 1 devient donc inutile. On s'y contentera d'une seule rhotique, /r/.

52iii) Nous avons vu dans le Tableau 2 qu'en gascon, le r battu peut être précédé d'une diphtongue, alors que le r vibrant ne le peut pas. Ainsi, des mots tels que hauria 'forge', neurigat 'petit d'un animal', mairana 'grand-mère', coire 'cuivre' ou pèira 'pierre' sont attestés, et d'un type fréquent, tandis que des formes qui contiendraient les mêmes séquences de voyelle + w ou j, suivies d'un r vibrant ne le sont pas. L'analyse la plus évidente de cette asymétrie entre les deux rhotiques pour ce qui est de leur aptitude à suivre une semi-consonne est qu'une séquence semi-consonne + vibrante est impossible parce que si la vibrante correspond phonologiquement à une géminée, la première partie de cette géminée ne dispose pas de point d'ancrage en coda de la syllabe lorsque ce site contient déjà la semi-consonne, comme illustré dans les figures (6)a et (6)b (où nous utilisons un modèle des représentations syllabiques classique de type branchant attaque / rime, cette dernière divisée en noyau et coda, cf. Selkirk 1982 et bien d'autres auteurs). Or, ailleurs qu'en finale de mot, la coda de la syllabe gasconne ne peut licencier qu'un seul segment, d'où l'impossibilité de 6(b). Ce n'est qu'avant la battue qu'une position de coda – et une seule - est disponible pour la semi-consonne précédente, comme en (6)a.

(6)

53iv) Comme décrit en 3.6, les rhotiques initiales résultant de la disparition de f dans des groupes #> # > #r sont vibrantes et non battues. Nous analysons ceci comme une preuve que [r] est réinterprété comme /rr/. Nous prendrons ici l'exemple du mot [ˈret] 'froid', déjà discuté (comme nous l'avons dit, ce mot est réalisé aussi [heˈɾet], [ˈhɾet] dans les Pyrénées centrales, ou encore [ˈret], [ˈrœt] dans l'ouest des Landes).

  • 7 Le chercheur peut être perturbé par une affirmation curieuse de Bec (1973: 171) : celui-ci écrit da (...)

54Le point d'intérêt de ces formes est la transformation du r battu présent dans [ˈhɾet] et [heˈɾet] en un r vibrant dans [ˈret], après disparition de la fricative. Il est essentiel de noter que les formes [ˈhɾet] et [heˈɾet] ne sont jamais réalisées avec la vibrante (Relevés de Millardet 1910 et ALG carte 2109, et contra les cartes 157 'frêne' et 1017 'froid' qui donnent des transcriptions erronées du r initial de ces mots pour la zone ouest7). La vibrante n'apparaît que s'il y a disparition de la fricative initiale. Signalons que les phénomènes de débuccalisation du /f/ originel et d'épenthèse vocalique par copie (anaptyxe) ne sont pas directement traités ici.

55Dans notre approche, la vibrante dans [ret] est phonologiquement une géminée : /rred/. Elle résulte de la chute du h avec maintien de sa position prosodique, et association du contenu segmental du /r/ à la position prosodique segmentalement vide (allongement compensatoire consonantique). Voici les représentations auto-segmentales correspondant à cette analyse.

56(7)

57On notera que cette analyse amène à poser que le gascon possède une consonne géminée initiale. Nous reviendrons sur ce point plus bas dans l'article. On doit évidemment rappeler que ces r initiaux vibrants secondairement créés par disparition de la fricative initiale ne déclenchent pas systématiquement l'apparition de la voyelle prothétique (celle-ci est même plutôt rare et réservée à quelques mots particuliers, notamment des féminins, cf. 3.6 ci-dessus). La raison en est certainement diachronique, et on ne peut exclure non plus un chemin de lexicalisation différent pour les deux types de lexèmes.

58v) Comme nous l'avons expliqué en 3.4 (exemples 1), on trouve au futur et au conditionnel de certains verbes un r géminé résultant de l'évolution -ler- > -lr- > -rr-. Examinons les représentations auto-segmentales de calerà [kaleˈɾa] > carrà [kaˈra] 'faudra', futur de caler 'falloir', selon les deux scénarii : celui d'une seule rhotique existant en version simple /r/ vs. géminée /rr/, et celui de deux rhotiques simples, l'une battue /ɾ/ et l'autre vibrante /r/. Dans les deux dérivations en (8) et (9), la voyelle e et la position prosodique qui lui est associée sont effacées (étape ). A l'étape , en (8), seul le contenu segmental du /l/ disparaît, la position prosodique est maintenue, alors qu'en ③ (9), le contenu segmental et la position x associée disparaissent. En (8), c'est donc le maintien de la position prosodique en ④ qui permet l'association vers la gauche du segment /r/, et crée la géminée (étape ⑤). En (9), en revanche, on se retrouve à l'étape ⑤ sans aucune position vide permettant l'association vers la gauche du /r/, et donc pas de possibilité de gémination.

(8) Dérivation 1: hypothèse d'une seule rhotique /r/

59Dans les formes verbales discutées ici, analyser [r] comme correspondant phonologiquement à la géminée /rr/, suite à la chute de la voyelle puis assimilation totale de la latérale à /r/ [ɾ] comme dans la dérivation (8) est l'explication la plus évidente et la plus simple, en comparaison avec celle, en (9) qui supposerait une syncope de la voyelle, puis une syncope du /l/, et une mutation ad hoc de /ɾ/ vers /r/ (~ [r]) dans un contexte, l'intervocalique, où [ɾ] est pourtant parfaitement acceptable et de surcroît très courant (voir le Tableau 3 ci-dessus). Ces formes du futur confortent donc pleinement notre analyse.

  • 8 Burov (2013:326) analyse la voyelle prothétique comme une voyelle flottante. Nous adhérons à cette (...)

60vi) Nous revenons ici sur l'apparition d'une voyelle prothétique dans les mots issus du latin ou d'autres langues et commençant par un r primaire (cf. 3.5). Nous faisons l'hypothèse que l'apparition de la voyelle prothétique dans ce contexte est motivée par le souci de réparer ce qui correspond à une géminée initiale, une structure typologiquement peu optimale (Thurgood 1993, Ladefoged & Maddieson 1996, Muller 2001, Topintzi 2006, Kraehenmann 2011, etc.). Selon cette analyse, la voyelle permet la syllabation de la première partie de la géminée comme coda d'une nouvelle syllabe ainsi créée, évitant une géminée en initiale du mot en surface. Cette approche rejoint celle de Burov (2013), qui considère la prothèse comme relevant d'un mécanisme de « normalisation de la structure syllabique ». Les exemples luchonnais de cet auteur repris de Bec (1968) et cités plus haut en 3.5, illustrent le fait que les formes avec prothèse apparaissent à l'origine dans les formes isolées des mots ou placées après une finale consonantique, ce qui confirme totalement l'analyse que nous proposons ici8.

61Le recours à une voyelle prothétique avant /r/ initial en gascon est souvent interprétée comme un substrat euskarien, ibérique ou aquitanien (selon les terminologies et les époques ; cf. Luchaire 1877 et bien d'autres après lui). On notera toutefois qu'en basque, la voyelle prothétique avant rhotique est généralement [e], parfois [a], plus rarement aussi [i] (Michelena 1961/1990: 155). De plus, comme nous le verrons dans la partie 5, les langues ayant recours à une voyelle prothétique avant une rhotique initiale sont fréquentes dans les langues du monde (Labrune 2021, Bolter 2021), y compris dans les langues indo-européennes et même dans d'autres parlers romans comme le sarde ou les dialectes italiens méridionaux. Pour ces raisons, l'hypothèse du substrat ibérique, euskarien ou aquitanien pour expliquer le recours aux a prothétiques en gascon avant rhotique initiale ne semble pas la seule envisageable. La prothèse initiale pourrait tout à fait représenter un développement indépendant propre au gascon. Nous reviendrons sur cette discussion dans la section 5.

62vii) Statistiquement, comme nous l'avons vu en 3.2, les [ɾ] sont en gascon beaucoup plus fréquents que les [r]. En effet, on observe que la battue est plus de dix fois plus fréquente que la vibrante, toutes positions confondues (Tableau 2). Les [r] vibrants, c'est-à-dire géminés selon notre analyse, représentent une portion tout à fait congrue des rhotiques en gascon. Cette fréquence relativement faible des r géminés par rapport aux r simples est conforme à ce que l'on attend des consonnes géminées en gascon, qui sont, elles aussi, toujours moins fréquentes que les correspondantes simples.

  • 9 Dans Labrune (2021), la catégorisation d'une langue comme « langue *#r » (dénommée dans l'article o (...)

63viii) Nous abordons maintenant un argument typologique. Celui-ci concerne l'évitement des rhotiques à l'initiale de mot, un trait typologique (que nous noterons *#r), observable dans un grand nombre de langues du monde. Le travail récent de Labrune (2021) basé sur l'examen d'un échantillon de 200 langues présentant un équilibre géographique, typologique et génétique et conçu pour être représentatif de la diversité linguistique de la planète (échantillon constitué par le WALS, Dryer & Haspelmath 2013) établit que presque la moitié des langues du monde peuvent être catégorisées comme des langues *#r 9. Le gascon, qui, précisons-le, ne figure pas dans l'échantillon des 200 langues, se classe donc dans ce groupe, et il relève à ce titre d'un type somme toute banal du point de vue typologique. Une particularité saillante ressortant également de cette étude est qu'aucune langue parmi les 200 de l'échantillon n'a développé de manière secondaire le trait *#r (suite à contact linguistique ou pour une autre raison). Dans les langues étudiées, en effet, la dynamique est toujours celle de l'évolution du trait *#r vers le trait #r (#r note la possibilité d'une rhotique initiale). Le trait *#r apparaît donc comme un trait récessif. À la lumière de ces travaux, le gascon se présente comme une rareté typologique dans la mesure où, langue romane issue d'une langue acceptant les r initiaux, le latin, il aurait développé de manière secondaire un évitement de rhotique initiale, d'où l'adaptation de mots latins comme re(m), rivu(m), roda(m) etc. en arren, arriu, arròda (exemples (2) vus plus haut). L'approche qui consiste à interpréter le trait typologique *#r récemment acquis en gascon comme résultant d'un évitement de consonne géminée initiale plutôt que comme un évitement de rhotique initiale per se permet de reconsidérer le cas gascon comme un cas classique d'évitement de géminée initiale, plutôt que comme un cas de langue ayant évolué du type #r vers le type *#r, inattesté à l'échelle de notre échantillon. En d'autres termes, ce n'est pas le r qui a posé problème à l'initiale en gascon, mais la présence d'une géminée dans cette position. Nous reviendrons sur ces questions typologiques dans la section 5 ci-dessous.

ix) Dernier point : il fait peu de doute à nos yeux que l'analyse traditionnelle du gascon comme langue à deux rhotiques résulte d'une influence de la philologie espagnole, comme en témoigne d'ailleurs le commentaire explicite de Jean Séguy dans le volume VI de l'ALG (notice explicative, page 10) :

« nous conformant à la doctrine des phonologues espagnols, nous ne considérons pas /r̄/ comme la géminée de /r/. »

64Nous ne pensons pas surinterpréter les propos du grand dialectologue en supposant qu'il n'aurait pas été gêné par l'analyse de /r̄/ comme géminée de /r/, et même que cette interprétation lui a sans doute effleuré l'esprit. Il convient d'ailleurs de rappeler que d'autres linguistes ont esquissé une pareille hypothèse pour l'occitan moderne (par exemple Ronjat 1930-1941 pour le provençal ; cf. aussi les remarques de Bec 1973:48 et Maurand 1974:18 sq).

5. Un regard typologique et aréal

65Dans cette cinquième partie, nous souhaitons porter un regard plus général sur la consonne rhotique du gascon. Trois points retiendront notre attention : i) tout d'abord, l'existence d'une opposition pertinente entre une battue et une rhotique, que cette opposition relève phonologiquement d'une opposition entre consonne simple et géminée, comme nous le proposons, ou d'une opposition entre deux phonèmes distincts, comme dans les approches classiques. L'essentiel est que dans certains contextes, la différence [ɾ] ~ [r] est phonologiquement contrastive ; ii) ensuite, les schémas distributionnels et neutralisationnels de la rhotique que nous avons décrits plus haut dans ce travail ; iii) enfin, le phénomène de la prothèse initiale, déjà discuté également.

66Il est intéressant de reconsidérer ces trois questions d'un point de vue typologique et aréal.

5.1. L'opposition [ɾ] ~ [r]: les données typologiques

67Commençons par l'existence d'une opposition entre [ɾ] ~ [r]. La première question que nous nous poserons est celle de savoir si ce type d'opposition est répandu dans les langues du monde. D'emblée, nous pouvons affirmer que la réponse est négative.

  • 10 Lorsqu’une langue possède plus d’une seule rhotique, la première est généralement une vibrante ou u (...)
  • 11 Les langues qui possèdent plus de deux rhotiques de n'importe quel mode ou point d'articulation ne (...)
  • 12 Les observations de Maddieson (1984 :85) pointent la même tendance. Quand une langue possède à la f (...)

68L'étude, déjà citée, menée par Labrune (2021) sur une base de données de 200 langues, ayant pour objectif d'examiner les schémas phonotactiques et distributionnels des rhotiques à l'initiale de mot ou de morphème, relève que les langues qui opposent une vibrante et une battue coronales sans jouer sur aucune autre opposition (telle que rétroflexion, laryngalisation, glottalisation, palatalisation, ou autre) sont extrêmement peu fréquentes10. En effet, parmi les 33 langues11 de l'échantillon contrastant deux ou plus de deux rhotiques coronales, seules quatre opposent, comme le gascon, un [ɾ] et un [r]. Ces quatre langues sont le basque, l'epena pedee (langue de Colombie), l'espagnol, et l'ungarinjin (langue australienne). Il importe donc de noter la relative rareté du sous-inventaire des rhotiques /ɾ/ et /r/ sur le plan typologique12, mais aussi et surtout, la présence conjointe du basque et de l'espagnol dans cette liste, qui, ramenée à l'échelle numérique et géographique de l'échantillon, suggère un phénomène aréal.

  • 13 On trouve plusieurs langues australiennes dans cette série car ce sont des langues qui sont nombreu (...)

69En outre, le schéma phonotactique où la vibrante apico-alvéolaire est préférée à la battue de même point d'articulation en position initiale n'est attesté qu'en basque et en espagnol. L'ungarinjin permet la battue à l'initiale mais pas la vibrante (Merlan 1982). L'epena pedee n'accepte aucune de ses deux rhotiques à l'initiale. Seuls l'espagnol et le basque (ce dernier uniquement dans des emprunts récents) acceptent la vibrante à l'initiale mais pas la battue. Les données sont certes très limitées, mais il n'en reste pas moins que rien ne permet de considérer qu'il pourrait exister une tendance générale à préférer la vibrante à la battue en position initiale. En tous cas, cette tendance n'est attestée nulle part hors de l'aire pyrénéo-ibérique. Par ailleurs, plusieurs langues qui possèdent une vibrante et une rhotique approximante coronales autre que [ɾ], décrite comme plus ou moins rétroflexe ([ɹ], [ɻ], [ɽ], [ɺ], etc.), permettent l'approximante à l'initiale mais pas la vibrante (par exemple le maranungku, le kayardil)13. On peut mentionner néanmoins le nunggubuyu (Heath 1984), qui possède un allophone vibrant de son phonème rhotique normalement battu dans les rares mots où celui-ci se trouve à l'initiale de mot. Bref, les consonnes rhotiques initiales apico-alvéolaires vibrantes sont peu répandues, soit parce qu'un allophone non-vibrant leur est préféré, soit encore parce qu'elles déclenchent l'apparition d'une voyelle prothétique, comme d'autres rhotiques initiales non vibrantes d'ailleurs.

70Le tableau typologique montre donc, d'une part, que la présence conjointe au sein d'un inventaire d'une rhotique battue et d'une rhotique vibrante contrastives au point coronal, sans aucun autre trait secondaire pour les opposer, est rarissime ; et que d'autre part, dans les langues concernées qui possèdent les deux phonèmes /ɾ/ et /r/, la préférence pour la vibrante en initiale de mot ne s'observe qu'en basque et en espagnol, c'est-à-dire dans une zone linguistique bien déterminée, la zone pyrénéo-ibérique. Ceci nous amène à discuter la dimension aréale de la question, puisque le gascon présente lui aussi la même préférence dans les quelques mots où il tolère une rhotique initiale (emprunts récents ou formes résultant de la disparition de /f/ > /h/ initiaux avant /r/).

5.2. Les schèmes distributionnels et neutralisationnels des rhotiques, substrat ou sprachbund pyrénéo-ibérique?

71Comme nous l'avons signalé précédemment, si l'hypothèse d'un substrat ibère, euskarien ou basque (selon les auteurs et les terminologies) est fréquemment invoquée pour expliquer la prothèse vocalique avant les r initiaux gascons, ainsi que la transformation de f vers h en espagnol, gascon et basque, elle est en revanche moins souvent citée pour rendre compte de la présence de deux rhotiques dans ces trois langues et leur distribution au sein du mot (une exception étant Jungemann 1955). Dans cette perspective aréale, il paraît intéressant d'ailleurs d'inclure également le cas du catalan et du galicien-portugais, autres langues romanes de l'aire ibérique.

  • 14 Dans une bonne partie du domaine occitan, l'articulation française uvulaire de la rhotique vient se (...)
  • 15 On pourrait concevoir que le remplacement de [ɾ] par [r] résulte d’un phénomène de fortition à l’in (...)

72Comme le gascon, basque, espagnol (asturien-léonais, aragonais), galicien-portugais et catalan – autrement dit toutes les langues de la péninsule ibérique – de même que l'occitan dans son ensemble14, possèdent en effet un [r] et un [ɾ] qui contrastent uniquement en position intervocalique. Toutes ces langues appliquent en outre une neutralisation en position initiale de mot en faveur de la vibrante (dans le cas du basque, ceci est observable dans les emprunts récents uniquement puisque les mots natifs ou les emprunts anciens refusent la présence d'une rhotique à l'initiale). Les données typologiques discutées précédemment nous amènent à considérer que ce phénomène de neutralisation des deux rhotiques au profit de la vibrante à l'initiale de mot doit être analysé comme relevant d'un trait aréal ou substratique puisqu'on ne le trouve pas, à notre connaissance, en dehors de l'aire pyrénéo-ibérique15. Nous concluons donc que c'est par un effet de contact (Sprachbund) ou par un effet de substrat, que toutes les langues de cette aire possèdent deux réalisations rhotiques, l'une vibrante l'autre battue, qui contrastent en position médiane de mot, mais une seule en position initiale, toujours la vibrante.

73Cette approche n'est pas incompatible avec notre réanalyse du r vibrant gascon comme correspondant phonologiquement à la gémination du r battu, bien au contraire. Nous faisons l'hypothèse que comme les langues de la péninsule ibérique, avec plusieurs desquelles il est en contact direct depuis des siècles, le gascon des origines réalisait automatiquement un allophone vibrant à l'initiale, et que cette réalisation doit s'interpréter comme relevant d'un phénomène substratique ou aréal. Cette vibrante initiale qu'on trouvait originellement dans des mots latins comme rem, rivu(m) etc. dans la zone pyrénéo-ibérique en est venue, en gascon, à être réinterprétée comme l'expression d'une gémination. La différence entre r battu et r géminé résidant principalement dans le nombre de battements et la durée de la rhotique, même si le nombre de vibrations varie selon le locuteur, le registre, le débit etc., il est naturel qu'un r perceptuellement long soit réinterprété comme une géminée spécialement dans une langue où les géminées sont licites. C'est d'ailleurs ce qui explique que la seule géminée possible en initiale de mot en gascon soit le /r/, et aucune des autres consonnes, alors même que d'autres consonnes géminées que /r/ existent en position interne de mot dans cette langue. Les autres consonnes gasconnes n'avaient pas, à l'origine, d'allophone positionnel long en initiale de mot (voir cependant l'analyse de Jungemann 1955:182, 286-287, qui s'inspire de Martinet, et développe l'idée que les sonantes du roman occidental, gascon inclus, avaient des allophones fortis « articulés énergiquement » et procédant de leurs correspondantes géminées étymologiques, comme dans les langues celtiques).

5.3. La prothèse vocalique comme stratégie d'évitement d'une géminée initiale en gascon: comparaison avec les dialectes suisses allemands, le sarde de Campidano et l'italien de Salento

74Le troisième aspect méritant commentaire concerne l'apparition en gascon d'une voyelle prothétique précédant les mots latins ou d'autres origines commençant par une rhotique. Cette caractéristique se retrouve en basque, mais pas en catalan ni en espagnol, pas plus qu'en portugais (sauf marginalement).

75Comme nous l'avons dit plus haut, la prothèse gasconne avant #r_ est généralement interprétée en philologie occitane comme une influence d'un substrat basque ou aquitanien. L'analyse développée dans ce travail et les données typologiques éclairent d'un jour différent cette explication traditionnelle. Nous pensons que la question du substrat se pose de manière nouvelle au moins pour ce trait lorsque l'on sait que les langues qui réparent les rhotiques initiales au moyen d'une voyelle prothétique représentent un type assez courant sur le plan typologique.

76Le point que nous voudrions plus particulièrement reconsidérer concerne le caractère secondaire du développement de la voyelle prothétique par influence supposément substratique. En effet, si l'on suit l'analyse présentée dans cet article, les r initiaux gascons sont des r géminés. Il s'ensuit selon nous que la voyelle prothétique avant rhotique s'explique davantage comme une prothèse visant à réparer une géminée initiale que comme une prothèse visant à réparer une rhotique initiale per se. S'il en est bien ainsi, alors, comme nous l'avons expliqué en 4-viii, le gascon n'est donc plus une langue typologiquement 'déviante' pour avoir développé de manière secondaire le trait *#r mais une langue typologiquement 'banale' qui évite une gémination initiale en introduisant une voyelle prothétique. Même si nous supposons que c'est d'abord pour éviter la géminée initiale que la voyelle prothétique est introduite, il fait peu de doute que le fait que cette géminée soit une rhotique et que les rhotiques initiales constituent des structures marquées n'a fait que renforcer la dynamique. Le gascon a, pour ainsi dire, deux bonnes raisons d'éviter la structure /rr/ à l'initiale : parce qu'il s'agit d'une géminée, et accessoirement, parce qu'il s'agit d'une rhotique. Nous considérons toutefois que c'est l'évitement d'une géminée initiale qui constitue la cause principale du recours à la voyelle prothétique parce que nous savons que les langues qui développent de manière secondaire un évitement de rhotique initiale sont inattestées à l'échelle de notre échantillon, et qu'elles sont donc soient inexistantes, soit extrêmement rares, dans les langues du monde.

77Bien entendu, on ne peut exclure l'influence basquaise sur le développement et surtout, sur le maintien (la stabilisation) de la voyelle prothétique jusqu'à l'époque contemporaine dans les variétés gasconnes pyrénéennes, mais la fréquence de ce phénomène à l'échelle des langues du monde fait qu'un développement indépendant du basque et propre au gascon n'est pas à exclure, d'autant que les variétés du gascon présentant le plus de a- prothétiques ne sont pas toutes en contact immédiat avec le domaine bascophone.

78Il est intéressant, enfin, de porter le regard sur des langues indo-européennes occidentales qui, en dehors de l'aire pyrénéo-ibérique, présentent des similarités avec le gascon pour ce qui est de la présence conjointe des deux traits qui nous intéressent ici : l'existence de géminées initiales, et le recours à une voyelle prothétique avant rhotique initiale. Il s'agit des dialectes suisses germaniques (Muller 2001, Kraehenmann 2001, 2011, Bolter 2021), du sarde du Campidano (Bolognesi 1998, Lai 2015) et de l'ensemble dialectal italien méridional (Romano 1999). Dans ces trois groupes linguistiques, on doit noter, d'une part, que des consonnes géminées initiales existent (rhotiques ou autres types de consonnes), et que d'autre part, des prothèses vocaliques initiales se sont développées de manière secondaire avant les mots commençant par des rhotiques. Il est à noter que dans les langues qui possèdent des géminées initiales autres que rhotiques, c'est seulement avant la rhotique qu'apparaissent les voyelles prothétiques, pas avant les autres types de géminées initiales. Ce qui nous intéresse dans ces données c'est le fait que les prothèses vocaliques apparaissent avant des rhotiques dans les quatre cas, qu'elles sont d'un développement secondaire (au sens défini ici), et que les langues concernées possèdent aussi toutes des géminées initiales. Ceci suggère un lien structurel fort entre les trois traits, dont une compréhension fine reste à développer, car il faudrait vérifier si les rhotiques initiales subissant la prothèse sont aussi à interpréter systématiquement comme des géminées dans les langues citées, travail que nous ne pouvons pas mener à l'échelle de cet article, mais nous ferons l'hypothèse que oui.

79Appréhendées dans leur globalité, ces données suggèrent qu'en gascon, c'est bien la nature géminée du r qui entraîne la prothèse vocalique, et non uniquement la rhoticité per se.

80Cette analyse diffère de celle proposée par Bolter (2021) qui pose que les voyelles prothétiques en suisse allemand haut valaisan et en sarde du Campidano (et également celles d'autres langues que nous ne discutons pas ici) résulteraient de la phonologisation d'une transition vocalique d'environ 50 ms acoustiquement présente avant les vibrantes initiales (mais non avant les autres types de rhotiques). Bien que la possibilité d'une phonologisation de ce type existe, l'analyse de Bolter ne fait pas de lien entre les géminées initiales et la voyelle prothétique avant r. Bolter (2021) signale également que les langues concernées par son étude sont des langues isolées sur le plan géographique, avec un degré de standardisation graphique faible. L'absence d'orthographe standard aurait selon lui constitué un terrain favorable au développement de nouvelles représentations phonologiques (« mental conceptions ») avec voyelles prothétiques chez les locuteurs concernés. Cette analyse pose toutefois plusieurs problèmes : i) des langues à voyelle prothétique avant une rhotique non vibrante et/ou non coronale existent avec une fréquence non-négligeable dans les langues du monde, par exemple l'arménien, l'ingouche, le yaqui, le tiwi, le yupik (central) (Labrune 2021) ; ii) le gascon est-il vraiment une langue isolée sur le plan géographique ? Nous ne le croyons pas, car il est établi que les populations gasconnes, et donc leur langue, ont entretenu des rapports anciens et étroits avec plusieurs de leurs voisins locuteurs de langues romanes – français, navarrais-aragonais, autres variétés d'occitan – ainsi qu'avec les Vascons et les Basques; il faut mentionner aussi le prestige exercé par le latin des clercs et la langue poétique médiévale d'Oc, durant tout le moyen-âge et même après ; iii) le gascon est une langue qui faisait office, au sein de sa zone d'usage, de ce que l'on pourrait qualifier de variété standard selon les définitions modernes. Elle est écrite dans des documents juridiques dès au moins le XIème siècle. On trouve déjà à cette époque la forme écrite arren 'rien', du latin rem, dans les Coutumes de Corneillan par exemple (datées de 1142/1143), texte dans lequel nous n'avons relevé aucun terme commençant graphiquement par un <r>. Ce fait pourrait conforter l'analyse de Bolter, mais la précocité de ces écrits interroge, car les seules langues romanes écrites un tant soit peu standardisées avec lesquelles les Gascons étaient en contact graphique à l'époque étaient le latin et l'occitan littéraire, qui ne notaient (ni ne prononçaient) aucune voyelle prothétique. Ensuite, à la Renaissance (XVIème et XVIIème siècles), le gascon est utilisé dans la création littéraire, et on observe communément des graphies avec ou sans a prothétique, y compris parfois chez un même auteur. La question graphique et son lien avec les représentations mentales des locuteurs est donc complexe et elle demanderait des recherches beaucoup plus approfondies que nous ne pouvons malheureusement pas mener ici. Mais nous réfutons en tous cas catégoriquement la qualification du gascon comme langue isolée sur le plan géographique.

6. Conclusion

81Cet article a procédé à un tour d'horizon de quelques questions phonologiques touchant les deux rhotiques phonétiques du gascon, [ɾ] et [r], traditionnellement interprétées comme deux phonèmes différents. Après avoir rappelé les données principales touchant à [ɾ] et [r] dans cette langue, nous avons proposé de reconsidérer cette opposition entre les deux éléments comme une opposition entre la version simple et la version géminée d'un seul et unique phonème, que nous notons /r/. Cette approche ramène donc le nombre de phonèmes rhotiques du gascon à un et non à deux. Nous pensons que c'est l'influence de la tradition philologique de l'espagnol qui a très probablement orienté les analyses classiques du gascon vers une approche « à deux rhotiques », mais l'ensemble des données linguistiques que nous avons examinées plaident résolument pour une approche à une seule rhotique.

82Nous avons également discuté quelques questions typologiques, aréales et diachroniques en lien avec la rhotique gasconne. Notamment, nous avons proposé de considérer qu'à l'origine, la rhotique vibrante initiale (avec ou sans voyelle prothétique) que nous interprétons comme une géminée n'en était pas une phonologiquement, mais qu'on avait simplement affaire à un allophone positionnel de la consonne rhotique générique issue du latin, allophonie que nous analysons comme un trait aréal propre à l'aire ibérique. Cette vibrante initiale a ensuite été réinterprétée phonologiquement comme une vraie géminée en gascon. Cette analyse a l'avantage de porter un nouvel éclairage à la question de la prothèse vocalique avant rhotique initiale. Dans notre approche, la prothèse vocalique vise à réparer la géminée initiale, en permettant d'en syllaber la première partie comme coda d'une nouvelle syllabe, afin d'éviter une géminée initiale, structure typologiquement peu répandue.

83Nous avons également convoqué des données typologiques générales afin d'éclairer la situation des langues de l'aire ibérique par rapport à ce que nous voyons comme un trait aréal caractéristique robuste : la présence de deux rhotiques apicales s'opposant uniquement par le nombre de battements, et la neutralisation en faveur de la vibrante en position initiale. En dehors du gascon, de l'occitan, de l'espagnol, du catalan, du portugais-galicien et du basque, nous n'avons connaissance d'aucune autre langue parlée sur la planète qui présenterait un même sous-inventaire des rhotiques avec le même jeu de neutralisation. Nous proposons de catégoriser ces traits comme des traits aréaux propres à la zone pyrénéo-ibérique. En revanche, la question du recours à une voyelle prothétique avant r initial, telle qu'elle s'observe en basque et en gascon, ne doit pas, selon nous, être nécessairement considérée comme un fait aréal ou substratique, dans la mesure où l'on peut démontrer que cette stratégie d'évitement d'une rhotique initiale est extrêmement répandue dans les langues du monde et aucunement limitée à la zone pyrénéenne.

  • 16 Même si certains néo-locuteurs mettent un point d'honneur à les utiliser, ce qui pose la question d (...)

84Il reste bien entendu un certain nombre de questions à explorer plus en détail, parmi lesquelles nous mentionnerons prioritairement les changements en cours affectant les rhotiques sur tout le domaine occitan. On observe en effet que les rhotiques apicales sont en franc recul16. Dans de nombreuses zones, les réalisations des rhotiques traditionnelles sont en cours de remplacement par la rhotique uvulaire empruntée au français, selon des patrons variables (cf. ALG, carte 2181) : soit r uvulaire remplace les deux rhotiques traditionnelles, soit c'est uniquement la vibrante qui est remplacée par l'uvulaire, la battue se maintenant au point apical (ce même type de remplacement s'observe également dans les variétés de basque du nord). Une étude sociolinguistique de ces phénomènes serait également nécessaire.

85Il faudra aussi procéder à un réexamen complet des rhotiques de l'occitan méridional (languedocien et provençal), afin de vérifier si une analyse sur le modèle de celle développée ici pour le gascon serait envisageable, comme le laissent penser certaines remarques de Ronjat (1930-1941) ou de Bec (1968), sans que des études vraiment détaillées n'aient été menées à notre connaissance.

Haut de page

Bibliographie

ALG = Séguy, Jean, Ravier, Xavier, 1956-1973, Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, CNRS, Paris.

ALLIERES, Jacques, 1995, « Les scriptæ occitanes, V. Gascogne, Béarn » dans G. Holtus (éd.), Lexikon der Romanistischen Linguistik, v. II 2, Niemeyer, Tübingen, p.450.

Allières, Jacques, 2001, Manuel de linguistique romane, Champion, Paris.

ARNAUDIN, Félix, 1994, Contes populaires de la Grande-Lande, Confluences/Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, Bordeaux.

BARéS, Dominique, 2013, Entram Milhars e Shenh: ger, ué, deman / Entre Millas et Chein: hier, aujourd'hui, demain, Association Ninaròlas, collection "oralitat de Gasconha", vol. 17, Chein Dessus.

Bec, Pierre, 1968, Les Interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans : essai d'aréologie systématique, PUF, Paris.

Bec, Pierre, 1970, Manuel pratique de philologie romane, t.1, Picard, Paris.

Bec, Pierre, 1973, Manuel pratique d'occitan moderne, Picard, Paris.

Bianchi, André, Viaut, Alain, 1995, Fiches de grammaire d'occitan gascon normé, volume 1. Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux.

BIANCHI, André, ROUMIEU, Maurice, 2005, Gramatica de l'occitan gascon contemporanèu, PUB, Pessac.

BIRABENT, Jean-Pierre, SALLES-LOUSTAU, Jean, 1989, Mémento grammatical du gascon, Pau, Escòla Gaston Febus/Nosauts de Bigòrra, Pau.

Bolognesi, Roberto, 1998, The Phonology of Campidanian Sardinian : a unitary account of a self-organizing structure, HIL dissertations, Leiden.

Bolter, David, 2021, « Vowel prothesis before /r/ revisited: acoustics and typology ». Glossa, 6(1), 22.

BOURCIEZ, Édouard, 1892, La langue gasconne à Bordeaux, Municipalité bordelaise, bordeaux.

BOURCIEZ, Édouard, 1895, Recueil des idiomes de la région gasconne, inédit, Bibliothèque Universitaire de Bordeaux (17 vol.).

Bradley, Travis G., 2006, « Spanish rhotics and Dominican hypercorrect /s/ », Probus, 18(1), p. 1-33. https://doi.org/10.1515/PROBUS.2006.001

BRÈTHES, Jean Pierre, PUYAU, Jean-Marie, 2010, Comprendre, parler, lire, écrire le Gascon de Chalosse et Tursan, Princi Negue Editour, Cressé.

Burov, Ivaylo, 2013, Les phénomènes de sandhi dans l'espace gallo-roman, Edition de l'Université Saint Clément d'Ohrid, Sofia.

Cardaillac KELLY, Reine, 1973, A Descriptive analysis of Gascon, Mouton, The Hague, Paris.

Chambon, Jean-Pierre, Greub, Yan, 2002, « Note sur l'âge du (proto)gascon », Revue de linguistique romane, 66, p. 473-495.

Darrigrand, Robert, 1974, Initiation au Gascon (4ème édition revue et corrigée), Per Noste, Orthez.

DRYER, Matthew S., HASPELMATH, Martin (éds.), 2013, The World Atlas of Language Structures Online. Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig.
http://wals. info

FIELD, Thomas, 2009, « Présent et passé de la langue de Gascogne », in La voix occitane, Actes du VIIIe Congrès de l'Association Internationale d'Études Occitanes, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux.

Fougeron Cécile, 1998, Variations articulatoires en début de constituants prosodiques de différents niveaux en français. Thèse de doctorat. Univ. Paris III.

Fougeron, Cécile, et Keating, Patricia, 1997, « Articulatory strengthening in prosodic domain-initial position », UCLA Working Papers in Phonetics. 92, p. 61-87.

GOLDSMITH, John, 1979, Autosegmental phonology, Outstanding dissertations in linguistics, Garland Pub., New York.

GROSCLAUDE, Michel, 2000, 70 clés pour la formation de l'occitan de Gascogne, Per Noste, Orthez.

Harris, James, 1969, Spanish Phonology, The MIT Press, Cambridge, Ma.

Harris, James, 1983, Syllable Structure and Stress in Spanish, The MIT Press, Cambridge, Ma.

Harris, James, 2002, « Flaps, trills, and syllable structure in Spanish », dans Aniko Csirmaz, Zhiqiang Li, Andrew Nevins, Olga Vaysman and Michael Wagner (éds.), Phonological Answers: MIT working papers in linguistics 42, MIT, Cambridge, MA, Department of Linguistics, p. 81-108.

HEATH, Jeffrey, 1984, Functional grammar of Nunggubuyu, Australian Institute of Aboriginal Studies ; Atlantic Highlands, Canberra

Jungemann, Frederick Henry, 1955, La teoría del sustrato y los dialectos hispano-romances y gascones, Editorial Gredos, Madrid.

Kraehenmann, Astrid, 2001, « Swiss German Stops: Geminates all over the word ». Phonology18(1), 109-145.

Kraehenmann, Astrid, 2011, « Initial geminates », dans Marc van Oostendorp, Colin J. Ewen, Elizabeth Hume, Keren Rice (éds), The Blackwell companion to phonology (vol. 2), Wiley-Blackwell, Oxford / Malden.

Labrune, Laurence, 2021, « Word-initial rhotic avoidance: a typological survey », Glossa, 6(1), 9.

Ladefoged, Peter, Maddieson, Ian, 1996, The Sounds of the World's Languages, Blackwell, Oxford.

Lai, Rosangela, 2015, « Word-initial geminates in Sardinian », Quarderni di Linguistica e Studi Orientale, 1, p. 37-60.

LARTIGUE, Philippe, 1998, Les racines de la langue gasconne, Princi Néguer: Belin-Beliet.

Lloret, Maria-Rosa et Prieto, Pilar, 2022, « Catalan », dans Christoph Gabriel, Randall Gess et Trudel Meisenburg (éds), Manual of Romance Phonetics and Phonology, Berlin/Boston: De Gruyter, p. 743-778.

LUCHAIRE, Achille, 1877, Origines linguistiques de l'Aquitaine, Pau, imprimerie et lithographie Veronese.

LUCHAIRE, Achille, 1881, Recueil de textes de l'ancien dialecte gascon, Paris, Maisonneuve et Cie.

MADDIESON, Ian, 1984, Patterns of Sounds, Cambridge University Press, Cambridge.

MAURAND, Georges, 1974, Phonétique et phonologie du parler occitan d'Ambialet (Tarn), thèse de doctorat, Université Toulouse le Mirail.

MERLAN, Francesca, 1982, Mangarayi, Lingua Descriptive Studies, Amsterdam / North Holland.

Michelena, Luis, 1961 (réed. 1990), Fonética histórica vasca. Anejos del Anuario del Seminario de Filología Vasca "Julio de Urquijo", IV, Gipuzkoako Foru Aldundia, Donostia / San Sebastián.

Millardet, Georges, 1910a, Petit atlas linguistique d'une région des Landes, Privat & Picard, Toulouse & Paris.

MILLARDET, Georges, 1910b, Recueil de textes des anciens dialectes landais, Honoré Champion, Paris.

MIRÓ LOZANO, Joël, en préparation, Système des pronoms clitiques en gascon, thèse de doctorat, Université de Toulouse Jean Jaurès.

Mooney, Damien, 2014, « Béarnais (Gascon) », Journal of the International Phonetic Association, 44(3), p. 343-350. doi:10.1017/S002510031400005X

MORÀ, Pèir, 1994, Diccionari occitan-francés segon los parlars de Gasconha, Princi Negre, Artigues près Bordeaux.

MOREUX, Bernard, PUYAU, Jean-Marie, 2002, Dictionnaire Français-Béarnais, Pau, Princi Negue Editor, Pau.

Muller, Jennifer, 2001, The phonology and phonetics of word-initial geminates, Thèse de doctorat, Ohio State University. https://etd.ohiolink.edu/apexprod/rws_etd/send_file/send?accession=osu1364226371&disposition=inline

Núñez Cedeño, Rafael, 1989, « La /r/, único fonema vibrante del español: Datos del Caribe », Anuario de Lingüística Hispánica, 5, p. 153-171.

Núñez Cedeño, Rafael, 1994, « The alterability of Spanish geminates and its effects on the Uniform Applicability Condition », Probus 6, p. 23-41.

Padgett, Jaye, 2009, « Systemic contrast and Catalan rhotics », The Linguistic Review, 26(4), p. 431-463. https://doi.org/10.1515/tlir.2009.016

Palay, Simin, 1974, Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes, CNRS, Paris.

Rohlfs, Gerhard, 1970, Le gascon, études de philologie pyrénéenne, Niemeyer / Marrimpouey, Tübingen / Pau.

ROMANO, Antonio, 1999, Analyse des structures prosodiques des dialectes et de l'italien régional parlés dans le Salento, Université de Grenoble, thèse de doctorat.

RONJAT, Jules, 1930-1941, Grammaire istorique [sic] des parlers provençaux modernes, 4 vol. Montpellier, Société des Langues Romanes.

Séguy, Jean, Ravier, Xavier, 1956-1973, Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, 6 volumes, CNRS, Paris.

Selkirk, Elisabeth, 1982, « The syllable », dans van der Hulst, H et Smith N (éds), The structure of phonological representations, Foris, Dordrecht, p. 337-383.

Thurgood, Graham, 1993, « Geminates : a cross-linguistic examination », dans J. A. Nevis, G. McMenamin, G. Thurgood (éds), Papers in honor of Frederick H. Brengelman, p. 129-139. California State University, Fresno.

Topintzi, Nina, 2006, Moraic onsets, Thèse de doctorat, University College, Londres.

Haut de page

Notes

1 Il s'agit du gascon béarnais de la fin du XIXè siècle et du début du XXè. Cette variété fournit les formes les plus fréquemment invoquées comme référence et sert en quelque sorte d'étalon aux autres variétés.

2 Les données phonétiques sont basées sur des relevés faits à l’oreille.

3 Les transcriptions données ici correspondent aux réalisations relevées à Chein. Elles émanent de deux locuteurs différents : le locuteur de Arricard utilise des uvulaires, celui de Arrenault une vibrante apicale. De manière tout à fait intéressante, on observe que la voyelle prothétique n'est pas liée à la réalisation apicale de la rhotique et qu'elle peut survenir aussi dans des mots français d'emprunt récents tel que le nom de marque très courant Ricard, dont les locuteurs ont forcément entendu la forme sans prothèse, et dont ils connaissent la graphie originale sans voyelle prothétique. Le locuteur de Arricard maintient donc un trait extrêmement conservateur du gascon, la prothèse, en le combinant avec une réalisation innovante, la rhotique uvulaire.

4 Nous avions pu observer chez les promoteurs de la conservation de l’occitan dans les Hautes-Pyrénées une tendance nette à l’adjonction de la prothèse. Par exemple, l’écrivain Jan Loís Lavit, né en 1959 à Lourdes, donc en dehors de la zone d’emploi systématique contemporain chez les locuteurs naturels, utilise dans son roman Blind date (publié en 2005 aux éditions Reclams, Pau), le substantif arreportatge 'reportage' (au lieu de reportatge) ou l’adjectif arrasseguranta 'rassurante' (au lieu de rasseguranta), arreconeishença 'reconnaissance', arreinas 'reines' ; cependant, le même auteur emploi radiator 'radiateur' et non arradiator, resisténcia 'résistence' et non arresisténcia ou encore renovelada 'renouvelée'. Pourtant, le petit dictionnaire français-gascon haut-pyrénéen Atau qu'es ditz, publié en 1998 par l'association Parlem et le Cercle Occitan de Tarbes, donne systématiquement le choix d’employer ou pas la prothèse en présentant les traductions comme suit : (ar)radiator, (ar)resisténcia, etc. Il n’en demeure pas moins que l’on observe dans ce texte une présence massive de termes commençant par arr- et ainsi, le mot patrimonial rebat, qui signifie 'reflet' et n’est mentionné que sous cette forme dans les dictionnaires, apparaît dans le roman sous la forme arrebat.

5 Luchaire justifie ce choix en introduction par « une répugnance » particulière de « l’organisme gascon » à prononcer l’r initial « répugnance qui se retrouve à plus haut degré encore en basque qu’en gascon [et qui n’est] certainement point un fait spécial à ces deux langues : mais elle n’existe dans aucun idiome néo-latin aussi prononcée, aussi générale et aussi constante que dans la France du Sud-Ouest ».

6 Voir toutefois les travaux de Harris (1969 : 46-56, 1983, 2002), qui posent une opposition entre /r/ simple et /r/ géminé à l’intervocalique en espagnol, contra la tradition de la phonologie de l’espagnol qui pose deux segments distincts, ainsi que ceux de Núñez Cedeño (1989, 1994). Comme nous le signale un commentateur anonyme, une analyse similaire aurait été proposée récemment pour le Catalan (Lloret & Prieto 2022).

7 Le chercheur peut être perturbé par une affirmation curieuse de Bec (1973: 171) : celui-ci écrit dans une note concernant la chute de l’aspiration dans le groupe hr, note située dans la partie de l’ouvrage consacrée au gascon, qu’« il faut signaler la réalisation en [r] bref du groupe hr- ; à telle enseigne que l’opposition r̅/r n’est pas neutralisée à l’initiale, le gasc. opposant par ex. : ret [rret/arret] ‘filet de pêche’ / hred [rét] ‘froid’ ; rai [rray] ‘rayon’ / hrair [ray] ‘frère’». Nous avons cherché ces termes dans les dictionnaires et l’ALG. Le 'filet de pêche' n’apparaît que sous la forme arrèt dans le dictionnaire de Palay (1974: 67) avec la mention (GM) pour ‘Gascogne maritime’ et comme [aˈrœt] dans l’ALG (carte nº1210) en seulement trois points de l’extrême sud-est des Landes, au nord de Bayonne. Pour le mot ‘froid’, dans cette zone, l’enquêteur de l’ALG, Théobald Lalanne, note [ɾœt], comme dans toute l’aire de parler noir (carte nº1017). Lalanne semble avoir du mal à distinguer la vibrante à l’initiale, pour ce terme, comme pour d’autres, il transcrit la rhotique initiale comme une battue en indiquant qu’elle serait vibrante sur quatre points isolés et éloignés les uns des autres ; Millardet (1910a) note systématiquement ces rhotiques comme vibrantes, c’est le cas de <hred> [ret/rœt]. Ce mot peut d’ailleurs être écouté dans les enregistrements de la Parabole de l’enfant prodigue effectués sur chacun des points d’enquête de l’ALG dans les années 60. Même problème pour la carte ALG nº157 ‘frêne’, où Lalanne note [r] à l’initiale (i.e. [ɾ]) et non [r̅] (i.e. [r]), c’est-à-dire qu’il note la battue là où les autres enquêteurs perçoivent très majoritairement une vibrante dans les parties du territoire où ils relèvent le même terme. De Lalanne, un enquêteur ayant, certes, toujours baigné dans la langue, Jean Séguy explique, dans le complément explicatif au vol. VI de l’ALG (page 10) qu' « Il semble qu’en finale, /-r/ et /- r̅/ (i.e. /ɾ/ et /r/) sont allophones : les paires minimales que nous avions notées dans les Landes kor̅ ‘cor au pied’ ~ kor ‘corne’ sont illusoires et dues à une simplification de Lalanne, qui ne distinguait pas les deux sons en finale ». Nous pensons qu’il éprouvait la même difficulté à l’initiale, c’est-à-dire en position non contrastive. Quant à la supposée paire minimale <hrair>/<rai> [ɾaj] / [raj], ils se trouve que les deux termes sont aussi répertoriés sur l’ALG et que dans la partie du domaine où 'frère' (carte nº1481) se traduit par <hrair> et non <frair>, le mot 'rayon' (carte nº362) est toujours doté de la prothèse : <arrai> ; c’est d’ailleurs la forme absolument dominante en Gascogne, la variante sans prothèse occupant seulement un espace courant, à partir du Médoc, le long du faisceau d’isoglosses principal marquant la frontière du domaine gascon et où, en tout cas, <frair> est la seule possibilité pour ‘frère’, loin du territoire de <hrair>. Là encore, Millardet (1910a, carte nº213) et les ouvrages lexicographiques indiquent une initiale vibrante, alors que, curieusement, l’enquêteur du tome IV de l’ALG (Xavier Ravier, cette fois) note majoritairement une initiale vibrante mais pense entendre la laryngée sur une partie des points des Landes occidentales et transcrit alors un h devant le r, ce qui n’est fait pour aucun autre terme issu d’un étymon présentant fr- à l’initiale. Le folkloriste Félix Arnaudin, décédé en 1921 et source fondamentale pour la connaissance du gascon dans la Grande-Lande, notait d’ailleurs ce mot <ray>. Jacques Boisgontier, en indiquant les règles de lecture de la graphie employée dans l’édition qu’il a préparée des Contes populaires de la Grande-Lande de Félix Arnaudin (1994, page XXVI), graphie phonographique différente de la graphie occitane, écrit précisément qu’à l’initiale, le R « a toujours le son fort » et cite précisément comme exemples « ray, frère, ret, froid, roumën, froment » (en graphie occitane <hrair>, <hred>, <hroment>). En synthèse, on a [raj] et [arˈraj] et non [ɾaj] et [raj] comme le voudrait Bec. Toutes les autres sources que nous avons consultées, Bianchi et Roumieu (2005), Bianchi et Viaut (1995), Birabent et Salles-Loustau (1989), Brèthes et Puyau (2010), Darrigrand (1974), Morà (1994), Moreux et Puyau (2002) et Palay (1974) vont exactement dans le même sens que nous, aucune ne relevant de réalisation battue initiale quel que soit l’étymon. La connaissance de l’étymologie peut aussi conduire à vouloir identifier dans un souffle un son qui n’en est pas un, cas du supposé [ˈhɾaj] des Landes.

8 Burov (2013:326) analyse la voyelle prothétique comme une voyelle flottante. Nous adhérons à cette interprétation, même s'il faut considérer que certaines de ces voyelles originellement flottantes ont ensuite été réinterprétées comme des voyelles fixes. On peut d'ailleurs apporter un argument supplémentaire : en effet, la voyelle prothétique est prosodiquement transparente, puisque le mot dissyllabique arre 'rien' n'est pas accentué sur la syllabe pénultième, comme on s'y attend, mais sur la syllabe finale. La raison en est selon nous que la syllabe pénultième a pour noyau un a prothétique de développement secondaire, destiné à réparer la structure syllabique, correspondant à une voyelle flottante, et qui de ce fait demeure prosodiquement inerte ou transparent. Il est intéressant de signaler en outre que la prothèse semble mieux résister dans les mots dissyllabiques que dans les mots plus longs au sein des territoires où elle a pourtant reculé (Gironde…), car dans ces zones, outre arren, on trouve aussi arrai (voir la note 7).

9 Dans Labrune (2021), la catégorisation d'une langue comme « langue *#r » (dénommée dans l'article original langue WIRA, acronyme de Word Initial Rhotic Avoidance) suppose que cette langue possède au moins un phonème rhotique dans son inventaire phonologique et que l'un de ces phonèmes au moins n'apparaisse pas au niveau surfaciel dans les mots du lexique natif de la langue, soit parce qu'aucun mot du lexique natif ne commence phonologiquement par une rhotique, soit parce que certains mots du lexique natif commencent par une rhotique, mais cette rhotique subit une mutation ou une prothèse, qui font qu'elle n'apparaît pas phonétiquement à l'initiale.

10 Lorsqu’une langue possède plus d’une seule rhotique, la première est généralement une vibrante ou une battue apicale et la seconde une approximante de type /ɹ/, une rétroflexe de type /ɽ/ ou /ɻ/ ou bien un /r/ ou un /ɾ/ pourvu d’une articulation secondaire (palatalisation, glottalisation, vélarisation principalement).

11 Les langues qui possèdent plus de deux rhotiques de n'importe quel mode ou point d'articulation ne sont pas majoritaires dans l’échantillon : 36 langues, soit 18% ont 2 rhotiques, 1 en a 3 et 1 en a 4.

12 Les observations de Maddieson (1984 :85) pointent la même tendance. Quand une langue possède à la fois une vibrante et une battue, ces deux sons sont généralement des allophones d’un même phonème.

13 On trouve plusieurs langues australiennes dans cette série car ce sont des langues qui sont nombreuses à posséder plusieurs rhotiques phonologiques.

14 Dans une bonne partie du domaine occitan, l'articulation française uvulaire de la rhotique vient se substituer aux deux rhotiques, éliminant l'opposition entre les deux mais ce phénomène est très récent.

15 On pourrait concevoir que le remplacement de [ɾ] par [r] résulte d’un phénomène de fortition à l’initiale de mot, un processus courant dans les langues pour certaines consonnes, également connu sous le nom de renforcement prosodique (Fougeron et Keating 1997, Fougeron 1998:39 sq). La rhotique vibrante étant plus longue et plus sonore que la battue, elle représenterait la réalisation optimale en initiale de mot, dans un contexte où, de surcroît, la différence entre les deux rhotiques ‒ si deux rhotiques il y a ‒ est neutralisée. La plupart des gasconistes, au premier plan desquels Bec (1968:173) formulent l'hypothèse que c'est l'exagération de l'effort articulatoire en initiale de mot qui a provoqué un allongement de la rhotique, lequel a ensuite causé l'apparition de la voyelle prothétique. Bien que l'hypothèse d'un renforcement prosodique ne soit pas totalement à exclure, et qu'elle n'entre pas en contradiction avec celle que nous proposons, elle ne paraît pas non plus à privilégier en raison de sa rareté typologique s'agissant des rhotiques.

16 Même si certains néo-locuteurs mettent un point d'honneur à les utiliser, ce qui pose la question du statut sociolinguistique de la différenciation entre [ɾ], [r] et les uvulaires [ʀ] et [ʁ] au niveau de l'enseignement et de l'acquisition.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Divisions internes du domaine occitan (Langue d'oc, Bec 1970)
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre D'après Lartigue (1998), à partir de Bourciez (1895)
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 3. Faisceau d'isoglosses « extérieur »
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 4. Faisceau d'isoglosses « intérieur »
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 5. Ensembles des isoglosses considérées (Fig. 3 + Fig. 4)
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 6. [f] latin > [h] gascon
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 7. [ll] → [ɾ] / V_V (d'après ALG 2122)
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 8. Ø → [a] / # _ r (ALG 2130 - Champ gradient)
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-10.png
Fichier image/png, 5,5k
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-11.png
Fichier image/png, 41k
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-12.png
Fichier image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-13.png
Fichier image/png, 5,5k
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-14.png
Fichier image/png, 9,3k
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9159/img-15.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Labrune et Joël Miró-Lozano, « Les consonnes rhotiques du gascon revisitées »Linx [En ligne], 84 | 2022, mis en ligne le 20 novembre 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/linx/9159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/linx.9159

Haut de page

Auteurs

Laurence Labrune

Université Bordeaux Montaigne, CLLE & Université de Bordeaux, CLLE

Joël Miró-Lozano

Université Bordeaux Montaigne, CLLE & Université de Bordeaux, CLLE

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search