Navigation – Plan du site

AccueilNuméros85Variation linguistique dans des s...

Variation linguistique dans des sources du début du 16e siècle provenant de Morat (Suisse)

Linguistic variation in the sources of the early 16th century from Morat
Elisabeth Berchtold

Résumés

De l’histoire linguistique de Morat (en allemand Murten), nous connaissons des jalons, mais les sources qui nous sont parvenues n’ont été jusqu’ici que peu étudiées d’un point de vue linguistique. Morat est une ville qui se situe à la frontière linguistique entre l’allemand et le français, les dialectes alémaniques et les dialectes francoprovençaux. Sur la base des différents types de sources, nous avons analysé la présence et les rôles de ces différentes langues avec le latin dans des documents datant du 16e siècle, ainsi que la manière dont elles s’articulent entre elles.

Haut de page

Texte intégral

1Aucun texte privé provenant de Morat et datant du 16e siècle ne nous est parvenu. En revanche, il est possible d’adopter une approche par le bas pour étudier des sources administratives attribuables à des scripteurs individuels dont les usages peuvent être comparés à travers différents types de documents. Le cas de Morat est particulièrement intéressant parce que le français y cohabite avec quatre autres langues dont le statut et les fonctions varient. En effet, cette ville se situe à la frontière linguistique entre l’allemand et le français, ou, à l’oral, entre dialectes alémaniques et francoprovençal. À cela s’ajoute le latin plus ou moins présent en fonction du type de document. Ces sources ne reflètent pas l’usage oral du passé, mais elles en comportent des traces.

  • 1 Selon Gossen (1957 : 429), le déclin de la scripta régionale en Suisse romande débute à la fin du 1 (...)

2Dans un premier temps, je donnerai un bref aperçu de la situation linguistique de la ville à cette époque avant de présenter les sources qu’on a à disposition. J’aborderai ensuite la question du choix de la langue d’écriture dans ces écrits et la manière dont le plurilinguisme apparaît dans ces sources. On peut déjà en particulier noter que malgré la date relativement tardive de ces sources1, on peut encore y observer des traits francoprovençaux et ce, pas seulement de manière sporadique. Je présenterai enfin quelques traits francoprovençaux et les conditions dans lesquelles ils apparaissent dans un corpus plus réduit.

1. La situation linguistique à Morat au début du 16e siècle

3Au début du 16e siècle, la ville de Morat se situe à la frontière linguistique entre le français et les dialectes francoprovençaux d’un côté, et l’allemand et les dialectes alémaniques de l’autre. À cela s’ajoute le latin, qui continue à occuper une place importante à l’écrit. Dans cette situation de pentaglossie, se pose la question de savoir quelles sont fonctions qu’occupent ces différentes langues, et leur importance respective.

4En 1273, au moment de déterminer, sur la base de critères linguistiques, le rayon d’action du couvent dominicain de Lausanne et de celui, nouvellement fondé, de Berne, c’est à Lausanne que Morat est attribué (Zimmerli, 1895 : 31 s. ; Flückiger, 1953 : 22). L’appartenance de la ville à l’espace linguistique galloroman ne semblait alors pas faire de doute. Deux siècles plus tard, dans un récit du siège de la ville par Berne et Fribourg en 1475, il est question d’une minorité de langue allemande qui aurait été suffisamment importante pour convaincre les autres habitants de se rendre (Schnegg, 1948 : 122 ss. ; Flückiger, 1953 : 23).

5Ce changement amorcé se confirme après la bataille du 22 juin 1476 et la défaite de Charles le Téméraire, quand Berne et Fribourg soumettent Morat et Lugnorre à leur administration commune. En 1484, la souveraineté exclusive sur ces territoires leur est attribuée contre le dédommagement monétaire des Confédérés. Morat devient alors baillage commun de Berne et de Fribourg, et ce jusqu’à l’invasion française en 1798. La position favorable à l’allemand est encore renforcée quand, après l’adoption de la Réforme en 1530, les domaines scolaire et religieux tombent sous la seule autorité de Berne. En 1565, le conseil de Berne décrète que ceux de Morat devaient rédiger leurs actes publics en langue allemande (Welti, 1925 : 308).

6À 17 km au sud de Morat, également sur la frontière linguistique entre les domaines romans et germaniques, se trouve la ville de Fribourg. L’histoire linguistique de cette ville est riche, mouvementée et beaucoup mieux étudiée que celle de Morat, mais elle présente néanmoins des parallèles avec cette dernière. Il s’y est en effet développé au 14e siècle une scripta fortement marquée par le francoprovençal, du moins dans certains genres textuels (Fuhrer, 2020). Au cours du 15e siècle, l’allemand y a pris de plus en plus d’importance et est devenu la langue du gouvernement en 1483 (Schnetzer, 1979/80), deux ans après l’entrée de Fribourg dans la Confédération suisse (qui était alors entièrement germanophone, et ce jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en 1798). Lüdi (1985, 1989a, 1989b) a consacré plusieurs articles aux manifestations textuelles du contexte plurilingue dans les écrits fribourgeois de la période de transition aux 14e et 15e siècles.

7En se basant sur les travaux de l’historien local Ernst Flückiger (1950, 1953) et de Jakob Zimmerli (1895 : 32), qui évoquent des documents qui seraient « sprachlich gemischt », (‘linguistiquement mélangés’), Andres Kristol a émis l’hypothèse qu’on pouvait observer des phénomènes similaires à ce que Lüdi (loc. cit.) décrit pour Fribourg, à travers l’examen de sources plus tardives provenant de Morat (Kristol, 2005 : 52 et note 4, p. 64). Le présent article est basé sur un mémoire de licence (équivalent d’un travail de master) dont l’objectif était de vérifier cette hypothèse en consultant les sources en question et en analysant la présence et l’articulation des différentes langues en contact dans ces documents (Berchtold, 2010).

2. Contact de langues : français, allemand et latin

2.1. La langue des comptes du burgermeister (BR) (1480-1526)

8Les premiers documents consultés sont les comptes de la mairie sur lesquels Jakob Zimmerli (1895 : 32) s’était basé pour donner une idée des usages linguistiques de l’administration de Morat. Ces données présentent l’avantage d’être conservées depuis 1439, mais il s’agit d’énumérations de dépenses et de rentrées d’argent assez répétitives et peu développées. Les comptes sont en langue vernaculaire romane jusqu’en 1478, à l’exception de ceux de 1465 et 1466 (qui sont en latin) et de quatre autres datant entre 1467 et 1470 (qui sont en roman et en latin). Les comptes de 1480 sont les premiers en allemand. Par la suite, les langues romane et allemande alternent. Ce que Zimmerli (loc. cit.) qualifie de « sprachlich gemischt » est en fait le résultat d’une alternance des deux langues d’un compte au suivant et non de leur mélange, car les deux langues sont toujours bien distinctes. Le passage d’une langue à l’autre a lieu d’un compte à l’autre et jamais à l’intérieur du même compte, en dehors de quelques notes se trouvant sur la page de titre ou à la fin. À partir de 1524, les comptes sont entièrement rédigés en allemand.

  • 2 Il est possible que leurs compétences ou préférences linguistiques aient exercé une certaine influe (...)

9Entre 1480 et 1526, on observe une certaine corrélation entre le burgermeister ‘maire’ en place et la langue employée dans les comptes (voir tableau 1). La situation est dailleurs assez équilibrée : six maires semblent favoriser le français, six autres lallemand, mais il y en a aussi cinq pour qui on a des comptes dans chacune des deux langues.2

Tableau 1 : Langue des burgermeister ayant rédigé des comptes entre 1480 et 1526

en français:

dans les deux langues:

en allemand:

Rychard Rossel

1483-1484

Werlinus Felga

1485, 1486

Jakob Germann

1486-1489

Johan Chastel

1487-1488

Hensli Chieri

1491-1493, 1495-1496

Jacob Andert

1507

Johan Tissot

1480, 1494, 1502

Niccod Götschi

1500-1501, 1506

Pierre Summer

1508-1511

Girard de Montet

1503, 1518-1519

Hans Summer

1520-1523

Jacob Chatel

1497-1499

Benedicht Gselli

1504-1505

Hans Mäder

1512-1514

Hentz Schneuli

1515-1517

Jacob Gotschi

1524

Claude Chiere

1525-1526

2.2. La langue des procès-verbaux du conseil (RMM) (1518-1534)

10Le premier volume de procès-verbaux du conseil qui nous est parvenu englobe les années s’échelonnant de 1518 à 1534 (sans 1519 et 1526 qui manquent, et 1535 dont la plus grande partie se trouve dans le volume suivant). Un décompte sommaire des pages écrites dans chacune des langues et de celles où l’on rencontre les deux permet de se faire une idée générale des proportions du français et de l’allemand dans ce type de document (voir figure 1).

11L’allemand domine par rapport au français, mais la part relative du français augmente à l’intérieur de la section choisie. La part du latin y est négligeable. Elle se limite principalement à des dates, des éléments de datation ou encore aux introductions. Les parties en allemand et celles dans les deux langues se comportent de manière inversement proportionnelle. On peut noter aussi que dans la période analysée, les deux langues sont, dans des proportions très variables, toujours présentes. Aucune n’est absente pendant plus de quelques pages. S’agissant de procès-verbaux, il est possible que le secrétaire se servait de la langue dans laquelle avaient lieu les délibérations et que le texte reflète au moins dans une certaine mesure l’oralité du conseil. À la différence des BR, qui sont des documents écrits sans lien apparent avec une situation de communication orale, les RMM rapportent des délibérations orales, mais malgré cela, le choix de la langue d’écriture peut être différent de celle employée à l’oral.

Figure 1 : La langue des RMM

12Quand on compare les proportions des langues employées par les trois secrétaires en fonction à l’époque en question, à savoir Jean Tschachti (1518 et 1521), Jean Lando (1520 et 1522 à 1525) et Pierre Gilliard (1527 à 1534), on observe que les ratios sont très similaires entre les deux derniers, mais que Tschachti emploie beaucoup plus l’allemand que les deux autres, très peu le français et qu’on trouve moins souvent, chez lui, du français et de l’allemand sur une même page (voir figure 2).

Figure 2 : La langue des RMM en fonction du secrétaire

2.3 La langue des registres de notaires (RN) (1504-1554)

13Les registres des notaires de Morat sont déposés aux archives cantonales de Fribourg. Le premier registre conservé date de 1393. Les RN sont le plus souvent en latin et ce plus tardivement que d’autres types de documents du même lieu tels que les procès-verbaux du conseil qui sont, à de rares exceptions près, rédigés en langue vernaculaire.

14Dans les registres de Jacques Chastel, datés entre 1465 et 1484, le seul passage relevé en langue vernaculaire est un nom de personne avec deux noms de lieu allemands :

(1) Peter Hentklis von Burtelsried prochie de Möllenberg (RN 3399, fol. 275v)

15Prochie de (‘proche de’) reflète le phonétisme francoprovençal (cf. ci-dessous 4.2.). Même ce bref passage isolé à l’intérieur d’un texte en latin est un témoin de l’identité bilingue de la région.

16Au début du 16e siècle, six notaires étaient actifs à Morat (voir tableau 2).

Tableau 2 : La langue des RN (1504-1554)

Notaire

Années

N° RN

Langues

Jean Lando

1504-1535

3408-3416

60-80 % lat.; fr., all.

Jean Tschachti

1509-1522

3454, 3455, 3456

60 % fr., 20 % all., fr. et all., très peu de lat.

Pierre Teyserens

1517-1527

3452, 3453

surtout lat., mais aussi fr. et all.

Pierre Gilliard

1520-1554

3403, 3404-3406

env. 70 % latin; all., fr.

François Colomb

1533-1540

3400

lat.

Hieronimus Steck

1544-1545

3451

fr., lat., all.

17Les usages linguistiques de Jean Tschachti se distinguent de nouveau nettement de ceux de ses confrères de la même période. À côté de la faible présence du latin, on observe chez lui une progression des parties en français, alors que l’allemand recule (voir figure 3).

Figure 3 : La langue des RN de Tschachti

18Les trois types de documents, BR, RMM et RN, se font le reflet du plurilinguisme moratois, mais chacun à sa manière. Le français et l’allemand sont présents dans les trois types, mais alors que les BR sont des documents monolingues et que les changements de langue n’interviennent que d’un compte à l’autre, on trouve du discours bilingue avec des phénomènes d’alternance de code dans les RN. Les RMM occupent une position intermédiaire, avec des changements de langue d’un paragraphe à l’autre.

3. Analyse de traits francoprovençaux

19Tant l’allemand que le français écrits dans nos sources sont influencés par les dialectes alémaniques et francoprovençaux pratiqués dans la région. Quand on compare la langue des différents documents, de nettes tendances se dégagent de nouveau, d’une part en fonction du genre (procès-verbaux ou registres de notaires), d’autre part en fonction de l’auteur. Les habitudes scripturales de Jean Tschachti, notamment, se distinguent de celles des autres notaires et secrétaires de la ville.

3.1 Corpus

20Pour pouvoir analyser ces phénomènes, un corpus plus restreint a été constitué. Ce sous-corpus comprend les RMM de Morat de 1518 dressés par Jean Tschachti et de ceux de 1520 par Jean Lando, à savoir les deux premières années pour lesquelles ces documents sont conservés, car l’année 1519 manque. Les actes datant de 1520 du registre RN 3456 de Jean Tschachti ainsi que les actes rédigés entièrement ou en partie en français par Jean Lando entre 1518 et 1520 ont également été transcrits. Le corpus comprend environ 50 pages (interligne 1,5, Times New Roman, 12 pts). Environ la moitié correspond aux RMM (13 p. pour Tschachti, 11 p. pour Lando, basées respectivement sur 34 et 24 p. dans le manuscrit). Pour les RN, la proportion est plus déséquilibrée : 2,5 pages transcrites pour Lando contre 23 pages pour Tschachti.

3.2. Le traitement des voyelles atones finales

21Le traitement particulier des voyelles atones finales fait partie des principaux traits définitoires du francoprovençal (Ascoli, 1878 : 75-76 ; Hafner, 1955 : 1). Leur variation dans les deux types de documents et chez les deux auteurs présente des tendances très marquées. La voyelle finale ‑a atone non précédé de palatale est conservé en francoprovençal (Hafner, 1955 : 126 ss. ; Gossen, 1967 : 299). Dans les RN, Tschachti maintient systématiquement ‑a dans un certain nombre de mots, d’autres présentent une alternance des deux formes et d’autres encore sont toujours écrits avec ‑e (voir tableau 3).

Tableau 3 : Traitement de ‑a final atone dans les RN de Tschachti

  • 3 Notons que la seule occurrence de lettre en ‑e est attestée suivie d’un adjectif où -a est conservé (...)

toujours a :

acausa (56 occurrences), accausa, chapalla, corbaz, curtina, direta, espellta (2), femma (30), fema (2), grana, principalla, rata, renda, responsa, rueta, sachanta, suivanta, seillaz (2), seilla, sepultura (2), terra (3), touta (2)

majoritaire-ment a :

censa (18)

lettra (6), letra

publiqua (5)

saulva (11)

cense, sence

lettre3

publique

saulve

majoritaire-ment e :

anualla

autra (4)

chascuna

mesura (4)

parthyaz

posa (7)

sisa (5)

anuelle (10)

aultre (2)

chascune (2)

mesure, mesoure

parthye

pose (12)

sise (8)

toujours e :

aulcune, aulcunes, basse, bone (5), bise (4), byse (44), cope (2), coppe, costume (3), coustume, cure (4), cursable (2), cuverte, deßmande, dießme, diesme, faite (3), feste (2), messe (3), monoye (4), perpetuelle (6), plaine (2), prochaine (29), reculliete (2), some (5), ville (5), salle, simaine, une (43)

22À cela s’ajoutent certaines séries de mots qui se terminent le plus souvent en ‑:

nombres en ‑enta : trenta (8), quaranta (17), sosanta (2), sussante, septanta (2), nonanta, face à une seule occurrence de trente ;

prénoms féminins : Gueta, Guetta, Jacqueta, Jacquina (2), Jana, Jonetha, Luysa (2), Marguerita (8) ;

noms de familles : Derrivaz (2), de Rivaz, Seillaz (3) ;

toponymes : Aultariva, Ballarivaz (5), Berna, Bernna, Cothantina (3), face à Berne, Bernne, Broye (2).

23Dans les RN de Lando, aucune occurrence de conservation de ‑a atone final n’a été relevée. Même les prénoms féminins présentent systématiquement une terminaison française (Marguerite, Trine). Dans les RMM, Tschachti écrit toujours acausa (2) et censa (3), ainsi que directa et repreisa, mais acustume et laquelle. Lando note toujours ‑e, à deux exceptions près. Ces exceptions consistent en une occurrence d’accausa à côté de 10 d’accause, et une occurrence de seillaz ‘seigle’ qui coexiste avec seille.

24Concernant le traitement de ‑a final atone précédé de palatale, seules des formes françaises ont été relevées chez Lando, alors que chez Tschachti, on rencontre également des graphies représentant l’aboutissement francoprovençal en ‑i (Hafner, 1955 : 126 ss. ; Gossen, 1967 : 299). Dans les RMM, on relève tiercy (2), mais recognossance (2). Dans les RN, il semble avoir une préférence selon les mots, mais le nombre d’occurrences est trop bas pour en tirer des conclusions fermes. Seule la terminaison de ‘vigne’ varie (vignie (6), wignie, wignies ; vigne (9), wigne). Les mots savants en ‑ance se présentent systématiquement sous leur forme française (cognoissance (3), guerence (3), melliorance (2), puysance, puyssance), avec l’exception notable de fiancy ‘garant ; garantie’, qui est attesté 11 fois sous sa forme francoprovençale. Grange (9) et place (3) sont uniquement attestés avec cette graphie. ‘Fille’ (fillie (11), filly (2)) et ‘paroisse’ (perrochy (6), perrochis (2)) apparaissent uniquement sous leur forme francoprovençale, tout comme viegly, rochy (2) et le prénom féminin Angilly. Les noms propres sont souvent plus conservateurs, ce qui est encore plus notable pour le ‑o comme voyelle d’appui.

25Le ‑o comme voyelle d’appui (Hafner, 1955 : 131 ss. ; Gossen, 1967 : 299), caractéristique du francoprovençal, apparaît dans nos documents dans les noms propres, et ce même chez Lando et dans les procès-verbaux du conseil, alors qu’il a été remplacé par ‑e partout ailleurs. On relève plusieurs prénoms, des noms de famille et le toponyme Dompierro. Ils sont tous notés avec ‑o final, à l’exception de quelques attestations de Pierre chez Lando (voir tableau 4).

Tableau 4 : Maintien de ‑o final atone comme voyelle d’appui

 

‑o

‑e

RMM Lando

Glaudo (3), Jehannod, Pierro (2)

Pierre (3)

RMM Tschachti

Glaudo, Pierro (2)

 -

RN Lando

 -

Pierre (5)

RN Tschachti

Glaudo, Hanso (4), Jehanno(d) (5), Pierro (64),

Lacho(z) (7), Pueto(z) (2), Wuerro (3)

Dompierro

 -

3.3. Morphologie verbale : désinences de la 3e personne du pluriel

26Gossen écrit dans ses « Considérations sur la scripta ‘para-francoprovençale’ » que « les désinences de la 6e p. ‑ont à l’indicatif présent, ‑iont à l’imparfait ind. et au conditionnel, ‑(i)ont, ‑eont, ‑iant au présent subj. se révèlent particulièrement résistantes » (Gossen, 1970 : 339). Dans les registres notariaux de Jean Tschachti, ces désinences sont largement majoritaires, alors que dans les autres types de sources, seules des désinences françaises en ‑ent sont attestées (voir tableau 5).

Tableau 5 : Morphologie verbale – désinences de la 6e personne

 

-(i)on(t)

-ent

RMM Lando

-

doivent (4), peulvent, demeurent, devisent

subj. prés.: doigent

RMM Tschachti

-

ignorent, doivent

subj. prés.: ayent, soient

RN Lando

-

imp.: souloient

subj. prés.: doigent, soient

RN Tschachti

assignon, avont, confesson (15), deßvont (5), doivont (4), disont,

moront, pouont, prometont, viegnont, volont

imp.: aviont

subj. prés.: diont, pouiont, soiont

eßlient (2)

subj. prés.: doigent (3), tiengent

3.4. Synthèse

  • 4 Tous les phénomènes phonétiques relèvent du vocalisme et parmi les traits morphologiques, on peut é (...)

27Nous n’avons abordé que trois traits phonétiques et un trait morphologique, mais d’autres phénomènes présentent des tendances similaires (Berchtold, 2010 : 105-1064) ; ce qui permet de conclure que la langue des procès-verbaux et des registres notariaux de Lando n’est que faiblement teintée régionalement, alors que celle de Jean Tschachti abonde en formes francoprovençales. Il est difficile de savoir si cela résulte d’un choix délibéré ou si cela pourrait être dû par exemple à un relâchement de l’attention. La raison n’est certainement pas l’incompétence, car Tschachti démontre dans les RMM qu’il est capable de se servir d’une norme différente. Dans aucun cas, cette interférence dialectale n’a été corrigée. Ces phénomènes se distinguent en cela des alternances codiques entre allemand et français qu’on rencontre occasionnellement dans les registres notariaux de Tschachti et qui sont systématiquement corrigées :

(2) […] ung muys de espellta a la mesura de Frybourg oder [oder est barré] ou ung escuz. (RN 3456, l. 53 s.)

28On peut en déduire que les traits francoprovençaux sont au moins considérés comme acceptables dans ce type de document et que l’auteur ne fait pas d’effort particulier pour les éviter.

29Quant aux raisons qui font que les écrits de Tschachti se distinguent autant de ceux de ses contemporains – tant pour la faible proportion de latin dans les RN que pour sa plus grande tolérance face aux traits francoprovençaux – il est fort probable qu’il ait suivi une autre formation que ses confrères, mais nous n’en savons malheureusement pas plus.

4. Conclusion

30Les sources étudiées nous donnent un aperçu de changements en cours dans les habitudes scripturales dont la chronologie et les modalités varient en fonction du type de document ainsi qu’entre scripteurs :

l’abandon progressif du latin, qui est plus tardif dans les RN que dans les autres sources ;

la progression de l’allemand, qui toutefois est loin d’être linéaire, notamment dans les RMM, à l’intérieur desquels il est possible de trouver des passages en français encore au 17e siècle (Flückiger, 1953 : 30) ;

la scripta romane, qui s’aligne sur une norme moins régionale mais où des traits francoprovençaux apparaissent encore de manière régulière dans certains documents d’un des scripteurs. Il peut cependant aussi s’agir là d’un cas individuel et isolé plutôt que d’un reflet d’une tendance générale.

31Il serait intéressant à ce titre d’analyser plus en détail les BR qui sont conservés depuis 1439 et qui sont en grande partie en langue romane jusquà fin du 15e siècle et encore pour certains au début du 16e siècle.

Haut de page

Bibliographie

ASCOLI, G. I., 1878, « Schizzi franco-provenzali », Archivio glottologico italiano 3, p. 61-120.

BERCHTOLD, E., 2010, Bilinguisme et francoprovençal dans les documents des notaires et secrétaires de la ville de Morat du début du XVIe siècle, Mémoire de licence, Université de Neuchâtel.

FLÜCKIGER, E., 1950, Die Stadtschulen von Murten. Zur Hundertjahrfeier der Sekundarschule von Murten, Morat, Stadt Murten.

FLÜCKIGER, E., 1953, « Die Sprachgrenze im Murtenbiet », Freiburger Geschichtsblätter 45, p. 21-47.

FUHRER, L., 2020, Les scriptae de lespace francoprovençal au Moyen Âge (13e-15e siècles). Lélaboration dune norme de chancellerie à Fribourg (Suisse), thèse de doctorat, Universités de Strasbourg et de Neuchâtel.

GOSSEN, C. T., 1957, « Die Einheit der französischen Schriftsprache im 15. und 16. Jahrhundert », Zeitschrift für romanische Philologie 73, p. 427-459.

GOSSEN, C. T., 1967, Französische Skriptastudien. Untersuchungen zu den nordfranzösischen Urkundensprachen des Mittelalters, Vienne, Kommissionsverlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften.

GOSSEN, C.-T., 1970, « Considérations sur la scripta ‘para-francoprovençale’ », Revue de Linguistique Romane 34, p. 326-348.

HAFNER, H., 1955, Grundzüge einer Lautlehre des Altfrankoprovenzalischen, Berne, A. Francke.

KRISTOL, A., 2005, « Politiques et discours linguistiques explicites en Suisse occidentale (XVe-XVIIIe siècles) », dans Sprachendiskurs in der Schweiz vom Vorzeigefall zum Problemfall ? Berne, Académie suisse des sciences humaines et sociales, p. 49-64.

LÜDI, G., 1985, « Mehrsprachige Rede in Freiburger Ratsmanualen des 15. Jahrhunderts », Vox Romanica 44, p. 163-188.

LÜDI, G., 1989a, « Ein historisches Beispiel für Polyglossie: Stadtsprachen in Fribourg/Freiburg i. Ue. im XIV./XV. Jahrhundert », dans NELDE, P. H. (éd.), Historische Sprachkonflikte, Bonn, Dümmler, p. 37-55.

LÜDI, G. 1989b, « Un exemple de polyglossie : Fribourg i. Ue. aux XIVe/XVe siècles », dans WEIL, D., FUGIER, H. (éds), Rencontres régionales: Actes du troisième colloque régional de linguistique. Strasbourg 28-29 avril 1988, Strasbourg, Université des sciences humaines, p. 257-276.

SCHNEGG, A., 1948, Les Entreprises du Duc de Bourgogne contre les Suisses. Édition critique. Thèse présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Neuchâtel, Bâle, Imprimerie E. Birkhaeuser & Cie S. A.

SCHNETZER, P., 1979/80, « Das Eindringen des Deutschen in die Stadtkanzlei Freiburg (1470-1500) », Freiburger Geschichtsblätter 62, p. 85-135.

WELTI, F. E., 1925, Die Rechtsquellen des Kantons Freiburg. Erster Teil : Stadtrechte. Erster Band : Das Stadtrecht von Murten, Aarau, Sauerländer.

ZIMMERLI, J., 1895, Die deutsch-französische Sprachgrenze in der Schweiz. II. Teil Die Sprachgrenze im Mittellande, in den Freiburger-, Waadtländer- und Berner-Alpen, Bâle / Genève, Verlag von H. Georg.

Haut de page

Notes

1 Selon Gossen (1957 : 429), le déclin de la scripta régionale en Suisse romande débute à la fin du 13e siècle pour s’achever autour de 1500.

2 Il est possible que leurs compétences ou préférences linguistiques aient exercé une certaine influence, mais ce n’est pas certain car le choix de la langue est avant tout une décision politique.

3 Notons que la seule occurrence de lettre en ‑e est attestée suivie d’un adjectif où -a est conservé : lettre principalla.

4 Tous les phénomènes phonétiques relèvent du vocalisme et parmi les traits morphologiques, on peut évoquer les formes de l’article défini masculin défini et indéfini (le/lu/lo ; ung/ong), des prépositions articulées (p. ex. au/ou, du/do/dou) et certains pronoms (elle/illy ; eulx/leur).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La langue des RMM
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 2 : La langue des RMM en fonction du secrétaire
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 3 : La langue des RN de Tschachti
URL http://journals.openedition.org/linx/docannexe/image/9311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Berchtold, « Variation linguistique dans des sources du début du 16e siècle provenant de Morat (Suisse) »Linx [En ligne], 85 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/linx/9311 ; DOI : https://doi.org/10.4000/linx.9311

Haut de page

Auteur

Elisabeth Berchtold

Glossaire des patois de la Suisse romande, Université de Neuchâtel

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search