Navigation – Plan du site
Le monde de Trump
Droit, violations des lois et usages

Donald Trump et les services de renseignement : une relation sous tension

Donald Trump and the Intelligence Services: a Strained Relationship
Gildas Le Voguer

Résumés

Le processus de décision en matière de politique étrangère est influencé par les services de renseignement depuis au moins 1947 et le vote du National Security Act, qui permit la mise en place de la Central Intelligence Agency. Depuis le 11 septembre, le rôle joué par le renseignement a en fait été renforcé et, avec un budget annuel avoisinant les 70 milliards de dollars, les services de renseignement sont un acteur essentiel de la Global War on Terror. Aucun président ne peut ignorer cela, pas même Donald Trump, qui entretient une relation conflictuelle avec les services de renseignement depuis son élection. L’objectif de cette analyse n’est pas d’étudier l’« affaire russe » parce que l’enquête visant à déterminer l’éventuelle manipulation de l’élection présidentielle de 2016 est toujours en cours. Il s’agit plutôt de voir comment Trump, en dépit de son ignorance et de sa méfiance en la matière, attend des services de renseignement qu’ils fassent preuve de loyauté et soient plus combatifs dans leur lutte contre le terrorisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Donald Trump in Adam Entous, Ellen Nakashima & Gregg Miller, « Secret CIA assessment says Russia wa (...)

1Le 9 décembre 2016, peu après son élection, Donald Trump vilipendait les agences de renseignement américaines, s’en prenant tout particulièrement à la CIA : « These are the same people that said Saddam Hussein had weapons of mass destruction. The election ended a long time ago in one of the biggest Electoral College victories in history. It is time to move on and ‘Make America Great Again’ »1. Le nouveau président réagissait ainsi à la publication par le Washington Post, ce même jour, d’un article relatant une audition à huis clos qui s’était tenue au Congrès quelques jours auparavant et durant laquelle des représentants de ces agences avaient indiqué aux parlementaires que la Russie s’était employée à soutenir le candidat Trump au détriment de son adversaire, Hillary Clinton. Les mots choisis par le nouveau président étaient volontairement blessants pour une agence qui, certes, s’était lourdement trompée en 2002 à propos de l’existence d’armes de destruction massive en Irak mais s’était depuis efforcée de faire amende honorable.

2En fait, les propos de Trump traduisaient son exaspération vis-à-vis des services de renseignement, qui, depuis juillet 2016, répétaient à l’envi que la Russie s’était immiscée, à son avantage, dans la campagne présidentielle américaine. À la fin de ce même mois, le FBI avait même lancé une enquête afin de faire toute la lumière au sujet des liens qui existaient entre certains associés de Donald Trump et la Russie. Le président-élu considérait donc qu’il avait de bonnes raisons de manifester son irritation de manière véhémente à l’endroit de ces services.

3Au-delà des circonstances du moment et de ce que l’on peut désormais nommer l’« affaire russe », qui empoisonne son mandat, la colère de Trump trahissait son manque d’information en matière de renseignement ainsi que sa profonde méfiance vis-à-vis des agences, qu’il souhaite mettre au pas et dont il exige une réactivité à toute épreuve ainsi qu’une loyauté à sa personne proche de l’allégeance. Trump comprend qu’il lui faudra composer avec cet instrument incontournable de la politique étrangère qu’est le renseignement, à condition toutefois qu’il vienne conforter plutôt que remettre en question ses convictions.

Un profane à Langley

4Si les informations fournies de manière confidentielle au Congrès par des représentants des agences de renseignement américaines le 9 décembre 2016 avaient provoqué la colère de Donald Trump, la publication, le 6 janvier 2017, d’un rapport émanant de l’Office of the Director of National Intelligence (ODNI) allait décupler celle-ci. Dans ce document, trois agences, la CIA, la NSA et le FBI, indiquaient à nouveau qu’elles disposaient de suffisamment d’éléments pour confirmer l’immixtion russe dans la campagne présidentielle et répétaient qu’elle avait avant tout profité au candidat Trump. La réaction de ce dernier ne tarda pas, avec la diffusion d’un tweet rageur accusant les agences de propager de fausses informations : « Intelligence agencies should never have allowed this fake news to ‘leak’ into the public. One last shot at me. Are we living in Nazi Germany? »2. Ainsi, avant même de prendre ses fonctions, avec ces propos sacrilèges, le président Trump profanait les employés du renseignement, ne comprenant pas à quel point leur mission est devenue un instrument essentiel au service du pouvoir exécutif.

  • 3 Christopher Andrew, For the President’s Eyes Only: Secret Intelligence and the American Presidency (...)
  • 4 Ibidem, 350.
  • 5 Stansfield Turner, Burn Before Reading: President, CIA Directors, and Secret Intelligence, New York (...)

5Certes, depuis l’adoption en 1947 du National Security Act, qui permit la mise en place d’un service de renseignement permanent, les présidents n’ont pas toujours eu les meilleurs rapports avec la CIA. Ainsi, Lyndon Baines Johnson entretenait une relation orageuse avec l’agence, l’accusant d’avoir conspiré contre lui lors de la convention démocrate de 1960 afin de faciliter la désignation de son adversaire, John Fitzgerald Kennedy3. De même, Richard Nixon, qui considérait que l’agence était un repaire d’Ivy League Liberals, jugeait qu’elle lui avait fait perdre l’élection présidentielle cette même année4. Bill Clinton, quant à lui, ne rencontrait que très rarement le directeur de la CIA, James Woolsey. En septembre 1994, après qu’un petit avion privé s’était écrasé dans les jardins de la Maison-Blanche, des plaisantins eurent tôt fait de dire que le pilote n’était autre que Woolsey, qui suppliait ainsi le président de lui accorder audience, comme le rappelle Stansfield Turner5, directeur de la CIA de 1977 à 1981. Cela dit, jamais la relation du pouvoir exécutif avec les services de renseignement n’avait commencé sous d’aussi funestes auspices. Cependant, peu après son investiture, Donald Trump s’est rendu au quartier général de la CIA à Langley en Virginie.

6Le 21 janvier 2017, donc, le pourfendeur des fake news arrivait dans ce lieu qui se présente comme le « temple de la vérité ». En effet, sur l’un des murs du rez-de-chaussée, on peut lire la devise non officielle de l’agence : « And ye shall know the truth and the truth shall make you free ». C’est Allen Dulles, fils d’un pasteur presbytérien et troisième directeur de l’agence, qui y avait fait graver cette sentence tirée de l’évangile selon Saint-Jean. Avec cette visite à Langley, le président Trump espérait sans doute réparer les dégâts que ses tweets et ses déclarations avaient provoqués, ses conseillers lui ayant certainement rappelé qu’il convenait de ménager les services de renseignement. En effet, en l’absence d’une véritable relation de confiance entre le président et les services, ces derniers seraient peu enclins, le moment venu, à prendre des risques pour lui. Disposant par définition de nombreux renseignements, certains agents pourraient également être tentés d’orchestrer des fuites gênantes pour le pouvoir exécutif. Enfin, par dépit, certains agents pourraient être conduits à aller exercer leurs talents dans le secteur privé. À l’occasion de sa visite à Langley, Trump a dit de vive voix aux membres du personnel à quel point il les « aimait » et, surtout, qu’il ne fallait pas croire ce que les médias colportaient à son sujet.

  • 6 Michaell J. Morell, « There is a second sacred wall at the CIA. Trump disrespects that one every da (...)
  • 7 Donald Trump a proposé le nombre de vingt-neuf avant d’être corrigé par l’un de ses conseillers, qu (...)

7Mais pour Michael Morell, directeur par intérim de la CIA de 2012 à 2013, la présence même de Trump dans cette enceinte était une insulte à la devise de l’agence6 et ce dernier était à jamais condamné à demeurer hors du temple. Il est vrai que lors de cette visite à Langley, Trump avait à nouveau démontré qu’il était vraiment profane en matière de renseignement. Au début de son allocution, lorsqu’il a voulu rendre hommage aux agents morts en service, représentés par des étoiles sur le wall of honor derrière lui, en hasardant un chiffre erroné à propos des martyrs de la CIA7, Trump a symboliquement profané le sanctuaire que forme le hall de la CIA. Surtout, il confirmait à nouveau son ignorance en matière de renseignement, qu’il a continué de manifester dans les mois qui ont suivi.

  • 8 Donald Trump in Matthew Rosenberg, « Trump misleads on Russian meddling: why 17 intelligence agenci (...)

8Ainsi, au début du mois de juillet 2017, lors d’une conférence de presse à Varsovie, alors que les journalistes lui demandaient ce qu’il pensait des affirmations du renseignement américain à propos d’une éventuelle immixtion de la Russie dans l’élection présidentielle, Trump a commencé par s’interroger au sujet du nombre d’agences de renseignement américaines : « Let me just start off by saying I heard it was 17 agencies. I said, ‘Boy, that’s a lot.’ Do we even have that many intelligence agencies, right? Let’s check it » 8. Ce faisant, il souhaitait désamorcer une question qu’il jugeait embarrassante, mais sa réponse attestait également une certaine méconnaissance en ce qui concerne la composition des services de renseignement. Qu’un président « débutant » ne dispose pas d’une connaissance détaillée de toutes les agences de renseignement n’est pas en soi rédhibitoire. D’ailleurs, hormis Dwight Eisenhower, Richard Nixon et George Herbert Walker Bush, les prédécesseurs de Donald Trump n’avaient qu’une connaissance limitée du monde du renseignement lors de leur entrée en fonction. Mais, lors de cette intervention, le nouveau commandant-en-chef aurait pu donner l’impression qu’il avait envie d’apprendre. Son comportement n’allait guère dans ce sens.

  • 9 Donald Trump in Jay Elwes, « Spooked: Trump’s war against U.S. intelligence », Prospect, 10 février (...)

9Déjà, en février de cette même année, il déclarait qu’il n’avait pas l’intention de se soumettre au rituel du President’s Daily Brief : « I’m like a smart person. I don’t have to be told the same thing in the same words every single day »9. Or il est d’usage que, six jours par semaine, l’un des hauts responsables du renseignement américain se rende à la Maison-Blanche afin de remettre et de commenter le President’s Daily Brief, un condensé des principaux renseignements liés à la sécurité nationale. Si la volonté affichée par le président Trump de s’affranchir de ce rite n’est pas coupable en soi, il en va tout autrement de sa légèreté dans l’utilisation de documents à caractère confidentiel.

  • 10 Ronen Bergman, « Can Trump screw up the world’s best intelligence relationship? », The New York Tim (...)

10Le 15 mai 2017, la presse américaine révélait que Trump, lors d’un entretien à la Maison-Blanche avec Sergueï Lavrov, ministre des Affaires Étrangères russe, avait montré à ce denier des documents confidentiels, probablement d’origine israélienne. Quelques jours plus tard, Ronen Bergman, spécialiste du Mossad, rapportait les propos d’un ancien agent de ce service de renseignement israélien : « If indeed Trump, out of innocence or ignorance, leaked information to the Russians, then there is a real danger to sources that it took years to acquire, and to our working methods. We have to rethink what to give the Americans. Until we are sure that this channel is as secure as can be, we must not hand over our crown jewels »10. Cette source israélienne admettait que l’erreur de Trump pût être celle d’un novice quand un critique moins charitable aurait pu l’interpréter comme un geste de défiance vis-à-vis d’une d’experts pour lesquels Trump nourrit en effet une profonde méfiance.

Une profonde méfiance

  • 11 Richard Gid Powers, Secrecy and Power: The Life of J. Edgar Hoover, New York : The Free Press, 1987 (...)
  • 12 Ibidem, 185.
  • 13 Walter Judd in Grover S. Williams, Legislative History of the Central Intelligence Agency as Docume (...)
  • 14 Glenn Greenwald, No Place To Hide: Edward Snowden, the NSA, and the U.S. Surveillance State, New Yo (...)

11L’ignorance de Trump en matière de renseignement ne signifie pas qu’il n’en ait pas une certaine perception, au contraire. Tout d’abord, à l’instar de bon nombre d’Américains, il se méfie des agences de renseignement qu’il assimile parfois, comme on l’a vu plus haut, à une police politique. Il s’agit là d’une vielle crainte ancrée dans la culture politique américaine. En 1908 déjà, le tout nouveau Bureau of Investigation fut comparé par certains à l’Okhrana, le service d’espionnage de la Russie impériale11. De même, en 1935, lors de la transformation de ce service en un Federal Bureau of Investigation, Ray Tucker du magazine Colliers n’hésitait pas à assimiler la future agence à la Tcheka soviétique12. En juillet 1947, lors du débat parlementaire qui conduisit à la mise en place de la CIA, le représentant Walter Judd, se faisant pour l’occasion le porte-parole de ses concitoyens, déclarait : « They are afraid, in this particular instance, over the possibility that there might be some sort of Gestapo set up in this country »13. Trump partage cette profonde méfiance vis-à-vis du renseignement, que les révélations d’Edward Snowden ces dernières années à propos des programmes de surveillance mis en place par la NSA ont bien entendu confortée14, et cela explique en partie ses commentaires peu amènes.

  • 15 La « communauté du renseignement » américaine est composée d’1 agence indépendante, la CIA, de 7 ag (...)
  • 16 Citation de Donald Trump que l’on retrouvera dans la chronologie établie par Hannah Levintova, « Th (...)

12Avec ses seize agences15, la « communauté du renseignement » est perçue par certains critiques, notamment Donald Trump, comme une hydre dont les multiples têtes s’immiscent dans les recoins de la vie privée des individus. Le 4 mars 2017, il a accusé l’administration de Barack Obama de l’avoir placé sur écoute pendant la campagne présidentielle : « Terrible ! Just found out that Obama has my ‘wires tapped’ in Trump Tower just before the victory. Nothing found. This is McCarthyism »16. À l’instar de Joseph McCarthy, qui n’a jamais fourni la liste des noms prouvant que l’administration américaine était pénétrée par des communistes, Trump n’a pas à ce jour apporté la preuve démontrant que l’administration Obama a ordonné aux services de renseignement de le mettre sur écoute. Lorsqu’il a fait cette déclaration, Trump avait certainement à l’esprit le FBI et plus particulièrement son directeur James Comey, qui refusait de clore son enquête au sujet de l’« affaire russe ». L’attitude du patron du FBI confortait Trump dans son opinion négative du renseignement américain, perçu comme toujours prêt à s’ingérer dans la vie des citoyens. Sa réaction à un épisode récent témoigne de la profondeur de sa méfiance.

  • 17 Il s’agit du dossier établi par Christopher Steele, ancien agent de renseignement britannique, à pr (...)
  • 18 <https://twitter.com/realdonaldtrump/status/951431836030459905>, consulté le 31 mars 2018.
  • 19 L’amendement USA RIGHTS est un acronyme signifiant Uniting and Strengthening America by Reforming a (...)
  • 20 Intervention de Mike Pompeo dans le cadre du Aspen Security Forum le 20 juillet 2017. Le texte de c (...)

13Le 11 janvier 2018 au matin, Donald Trump a diffusé le tweet suivant : « ‘House votes on controversial FISA ACT today’. This is the act that may have been used, with the help of the discredited and phony Dossier17, to so badly surveil and abuse the Trump Campaign by the previous administration and others? »18. Il réagissait ainsi au prochain vote de la Chambre des Représentants au sujet du renouvellement de la Section 702 du Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA). Cette loi de 1978 requiert que les demandes d’écoutes soient préalablement examinées par la Foreign Intelligence Surveillance Court. En 2008, avec la Section 702, le Congrès a assoupli les règles de la loi FISA, facilitant notamment les possibilités d’écoute du FBI. En formulant ce tweet, dont les premiers mots reprenaient le bandeau diffusé par Fox News le matin-même, Trump laissait entendre qu’il soutenait l’amendement USA RIGHTS19 proposé par Ron Wyden et Rand Paul, respectivement Sénateur démocrate de l’Oregon et Sénateur républicain du Kentucky. Contrairement à la Section 702, cet amendement avait pour objectif de limiter considérablement les écoutes, ce qui explique pourquoi l’entourage du président s’est empressé d’apporter un démenti à ses propos incendiaires. Manifestement, Trump n’avait pas écouté l’intervention du directeur de la CIA, Mike Pompeo, le 20 juillet 2017 : « [T]here is going to be a big decision at the end of the year on a provision called Section 702 that would reduce our capacity to collect foreign intelligence. I hope Congress will reauthorize that through – the people’s representatives will reauthorize that »20.

  • 21 Shane Harris & Carol E. Lee, « Spies keep intelligence from Donald Trump on leak concerns », The Wa (...)
  • 22 Joseph Fitsanakis, « Top aide to Trump’s security adviser denied security clearance by CIA », Intel (...)

14En plus de confirmer sa connaissance limitée du renseignement américain et la vision orwellienne qu’il en a, la méprise de Trump témoigne de sa profonde méfiance vis-à-vis d’une administration qui ne cesserait de le défier. Il est vrai qu’avant même le début de son mandat, à deux reprises pendant la campagne électorale, en mars puis en août 2016, des figures importantes des services de renseignement avaient publié deux lettres ouvertes dans lesquelles ils mettaient en garde les électeurs américains contre la menace que représentait le candidat Trump pour la sécurité nationale. La seconde lettre, publiée le 8 août, était signée par d’anciens dirigeants du renseignement américain tels Michael Hayden, directeur de la CIA de 2006 à 2009, et John Negroponte, directeur du renseignement national de 2005 à 2007. Une fois au pouvoir, la défiance était toujours de mise, en témoigne le fait que le renseignement a refusé à plusieurs reprises de confier certaines informations au président21. De même, le refus de la CIA d’accorder une habilitation de sécurité à Robin Townley22, un proche du conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, a envenimé une relation déjà passablement tendue et conforté l’aversion de Trump pour l’administration en général.

  • 23 Julie Hirschfeld Davis, « ‘Deep State’? Until now, it was a foreign concept », The New York Times, (...)
  • 24 Steve King in ibid.
  • 25 Dans un récent sondage pour ABC News et le Washington Post, la notion de deep state était sommairem (...)
  • 26 Donald Trump, « State of the Union Speech », 30 janvier 2018. Disponible en ligne :<https://www.whi (...)

15Car ce ne sont pas tant les services de renseignement dont Trump se méfie que la structure à laquelle ils appartiennent et qui est constituée des principales administrations de l’État américain. Avant d’être renvoyé, Steve Bannon, conseiller à la stratégie, avait indiqué devant les membres de la Conservative Political Action Conference (CPAC) que l’un des objectifs de la Présidence Trump était de « déconstruire l’État administratif »23. Ce dessein est partagé par certains membres du Congrès, tel Steve King, représentant républicain de l’Iowa, qui a récemment déclaré : « We are talking about the emergence of a deep state led by Barack Obama, and that is something that we should prevent. […] [Mr Trump] needs to purge the leftists within the administration that are holdovers from the Obama administration, because it appears that they are undermining his administration and his chances of success »24. Si le président Trump s’est jusqu’à présent gardé de reprendre à son compte l’expression deep state25, il a néanmoins indiqué, lors de son discours sur l’état de l’Union le 30 janvier 2018, que l’administration américaine devait être purgée : « All Americans deserve accountability and respect – and that is what we are giving them. So tonight, I call on the Congress to empower every Cabinet Secretary with the authority to reward good workers – and to remove Federal employees who undermine the public trust or fail the American people »26. Le président Trump entend conserver la maîtrise de l’agenda politique et, s’il le faut, se débarrasser de ceux qui auraient l’audace de se mettre en travers de son chemin.

Loyauté et combativité

  • 27 Allen Dulles in Jami Miscik, « Intelligence and the presidency: how to get it right », Foreign Affa (...)
  • 28 Paul R. Pillar, Intelligence and U.S. Foreign Policy, New York, Columbia University Press, 2011, 12 (...)

16C’est précisément ce que Trump a fait en limogeant le directeur du FBI le 9 mai 2017, au motif que son agence n’avait pas mené correctement l’enquête concernant le hacking des courriers électroniques d’Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle de 2016 ! Ce prétexte était fallacieux, mais il confirme l’adage formulé par l’ancien directeur de la CIA Allen Dulles : « Intelligence is the servant, not the master » 27, même si l’histoire des services de renseignement montre que ce n’est pas toujours le cas. En dépit des apparences, non seulement les services de renseignement sont soumis aux caprices du pouvoir politique, mais ils savent aussi que leurs avis risquent de rester souvent lettre morte s’ils ne sont pas en adéquation avec l’idéologie du moment, comme le remarque Paul Pillar : « As a shaper of policy, ideology decisively trumps intelligence » 28. Au-delà des circonstances spécifiques qui ont conduit au limogeage de Comey, cette décision reflète une volonté plus large de mise au pas des services de renseignement. Le 8 juin 2017, lors de son audition devant les membres du Select Committe on Intelligence du Sénat, James Comey a déclaré qu’à l’exigence de loyauté formulée par le président Trump il avait répondu par une promesse d’honnêteté, qui n’a manifestement pas été jugée suffisante par l’hôte de la Maison-Blanche. Cette exigence d’une loyauté personnelle est en effet le premier élément de l’agenda de Trump pour les employés du renseignement.

  • 29 Avant d’être nommé à la tête de la CIA, Mike Pompeo a été membre du House Permanent Select Committe (...)
  • 30 Mike Pompeo, « Keynote Speech at Conference on Ethos and Profession of Intelligence at George Washi (...)
  • 31 Mike Pompeo, « Remarks at UT Austin National Security Forum », 12 octobre 2017. <https://www.cia.g (...)
  • 32 Jay Elwes, op.cit.
  • 33 Alberto Mora, « Gina Haspel is a torturer. What else does the Senate need to know? », Politico, 15 (...)

17Le principal critère de sélection retenu par Trump pour procéder à ses nominations n’est donc pas nécessairement la compétence. Ainsi, c’est autant l’expertise de Mike Pompeo en matière de renseignement que son appartenance au Tea Party qui explique sa nomination à la tête de la CIA29. Le fait que Pompeo veuille lui aussi en finir avec les lourdeurs administratives au sein de l’agence constitue un autre motif de satisfaction pour Trump. Le 4 octobre 2017, Pompeo déclarait : « [CIA officers] need us to remove the bureaucratic barriers that prevent them from taking swift, aggressive action »30. Une semaine plus tard, le même Pompeo rappelait que ses agents ne craignaient pas de se salir les mains au service de la sécurité nationale : « The CIA doesn’t always get invited to the swanky parties or to hobnob with global elites. We’re fine with that. When those who fear the grittiness of what we do touching them and they are touched by our enemies, the CIA is always invited to the party and always shows up … in force »31. La posture combative affichée par Pompeo ne pouvait que plaire au président Trump, qui dans sa campagne, n’avait pas hésité à se déclarer favorable à l’utilisation de la torture par les services32. D’ailleurs, c’est sans état d’âme qu’il a choisi Gina Haspel, directrice-adjointe de la CIA, pour succéder à Pompeo, promu Secrétaire d’État en mars 2018. Cette dernière, qui elle est une véritable professionnelle du renseignement, aurait été responsable d’un lieu de détention en Thaïlande où la torture était monnaie courante33.

  • 34 Donald Trump, « Remarks on the strategy in Afghanistan and South Asia », 21 août 2017. Disponible e (...)
  • 35 Erich Schmitt & Matthew Rosenberg, « C.I.A. seeks further powers in Afghanistan », The Internationa (...)
  • 36 La dénomination officielle de ces régions tribales est Federally Administered Tribal Areas (FATA). (...)
  • 37 Lancée en 2013, l’opération Timber Sycamore avait pour objectif d’apporter une aide opérationnelle (...)

18L’utilisation de la torture pendant la présidence de George W. Bush a trop sérieusement détérioré l’image de la CIA pour qu’elle envisage d’y recourir à nouveau, mais les nominations successives de Pompeo et Haspel indiquent que l’administration Trump souhaite apporter une réponse plus musclée à la menace terroriste. Le 21 août 2017, dans une allocution consacrée aux enjeux de sécurité en Afghanistan et en Asie du sud, Trump a très clairement affiché cet objectif : « [W]e will also expand authority for American armed forces to target the terrorist and criminal networks that sow violence and chaos throughout Afghanistan. These killers need to know they have nowhere to hide, that no place is beyond the reach of American might and American arms. Retribution will be fast and powerful » 34. Le discours de Trump se référait avant tout au combat mené sur le terrain par les forces militaires, mais il savait que le directeur de la CIA souhaitait lui aussi la levée de certaines restrictions imposées par l’administration précédente35. Depuis 2013 et la nomination de John Brennan à la tête de la CIA en 2013, l’agence avait, à la demande d’Obama, limité son recours à l’action paramilitaire et aux frappes de drones, notamment dans les régions tribales du Pakistan, une zone de non droit qui sert de base arrière à divers groupes islamistes insurgés36. Avec Pompeo et bientôt Haspel, on assiste à un retour en force de l’action clandestine même si la décision, en juillet 2017, de mettre un terme à l’opération Timber Sycamore37 semble contredire cette hypothèse.

  • 38 Scott Lucas, « Recognizing politicization: the CIA and the path to the 2003 war in Iraq », Intellig (...)
  • 39 Mike Pompeo, « Remarks at UT Austin National Security Forum », 12 octobre 2017, op.cit.

19De toute évidence, avec Pompeo et Haspel, Trump a choisi des responsables dévoués pour diriger la CIA et la mettre au diapason de ses opinions. Cette entreprise, qui consiste pour l’administration Trump à avoir à sa disposition des services soumis de manière inconditionnelle à son agenda, constitue une forme de politisation du renseignement. Cette dérive, dont l’un des exemples les plus manifestes a été l’affaire des prétendues armes de destruction massive irakiennes en 2002, ne se limite pas à la manipulation d’informations à des fins politiques. Il y a également politisation du renseignement lorsque le pouvoir s’ingénie à disposer d’un réseau administratif soumis à ses objectifs politiques, comme le résume Scott Lucas : « First and foremost, the story of politicization is a story of bureaucratic power » 38. L’administration Trump a engagé cette épreuve de force bureaucratique, Mike Pompeo et maintenant Gina Haspel ayant pour mission de veiller à ce que le renseignement américain accepte son programme. Ainsi, lorsque Mike Pompeo dénonce la menace iranienne39 et semble remettre en cause l’accord sur le nucléaire négocié avec Téhéran, et à la négociation duquel la CIA a participé, il se comporte moins en analyste du renseignement qu’en agent politique du président. C’est d’autant plus facile en ce qui concerne l’Iran que Pompeo et le président partagent la même opinion. En revanche, en ce qui concerne la Russie, cela risque d’être un peu plus difficile, car le directeur de la CIA, à la différence du président, a toujours prôné la plus grande fermeté vis-à-vis de ce pays.

  • 40 Cette loi a été complétée, en 2016, par le Global Magnitsky Human Rights Accountability Act. Elle r (...)
  • 41 Cette commission, qui est également nommée Commission on Security and Cooperation in Europe (CSCE) (...)
  • 42 Putin’s Asymmetric Assault on Democracy in Russia and Europe: Implications for U.S. National Secur (...)

20Comme l’indiquent les mots d’Allen Dulles cités plus haut, les services de renseignement proposent et le pouvoir politique dispose. Mais, en matière de renseignement et de politique étrangère, le pouvoir aux États-Unis ne se résume pas au seul exécutif. Il faut également compter avec le législatif. Or, à propos de la Russie, le Congrès a adopté depuis plusieurs années une posture punitive, qui l’a conduit à plusieurs reprises à imposer des sanctions à ce pays, à commencer par le Sergeï Magnitsky Rule of Law Accountability Act de 201240. Cette loi a été votée à l’initiative notamment de Benjamin Cardin, Sénateur démocrate du Maryland et membre de la United States Helsinki Commission41. Il participe également au Senate Committee on Foreign Relations et, à ce titre, a récemment élaboré un rapport dénonçant l’offensive russe contre les démocraties occidentales, dans lequel est soulignée la pusillanimité de l’administration Trump vis-à-vis de la Russie42.

21À la fin du mois de juillet 2017, le Congrès a imposé, à la quasi-unanimité, de nouvelles sanctions à la Russie. Le résultat du vote était sans appel, 419 Représentants et 98 Sénateurs se prononçaient pour leur adoption, rappelant ainsi au président que le pouvoir législatif conserve d’importantes prérogatives en matière de politique étrangère. C’est avec satisfaction que Benjamin Cardin a entendu Mike Pompeo définir, le 12 avril 2018, lors de son audition devant le Senate Committee on Foreign Relations, la relation qu’il envisage d’entretenir avec la Russie en sa nouvelle qualité de secrétaire d’État :

  • 43 Mike Pompeo, « Statement for the Record before the U.S. Senate Committee on Foreign Relations », 12 (...)

Russia continues to act aggressively, enabled by years of soft policy toward that aggression. That’s now over. The list of this administration’s actions to raise the cost for Vladimir Putin is long. We are rebuilding our already strong military and recapitalizing our nuclear deterrent. We have imposed tough sanctions and expelled more Russian diplomats and intelligence officers from the U.S. than at any time since the Cold War. We are arming brave young men and women resisting Russian expansionism in Ukraine and Georgia. This list is much longer, and I’m confident I’ll have the opportunity to add to it today. But the actions of this administration make clear that President Trump’s national security strategy, rightfully, has identified Russia as a danger to our country. Our diplomatic efforts with Russia will prove challenging, but as in previous confrontations with Moscow, must continue43.

22De toute évidence, la mainmise du président Trump sur le renseignement américain ne lui suffira peut-être pas pour imposer son agenda au sujet de la Russie et ne lui permettra pas non plus de maîtriser l’« affaire russe » dans laquelle il est empêtré. Certes, il peut compter sur le soutien inconditionnel de Devin Nunes, qui préside le House Permanent Select Committee on Intelligence (HPSCI), et de quelques parlementaires pro-russes tel Dana Rohrabacher, élu républicain de Californie à la Chambre des Représentants qui s’efforce d’obtenir l’abrogation de la loi Magnitsky. Mais les réactions à sa récente rencontre avec Vladimir Poutine démontrent amplement que la partie n’est pas gagnée.

23Le 13 juillet, à la veille de cette rencontre à Helsinki, le ministère de la Justice américain a annoncé que douze agents du GRU, c’est-à-dire le service de renseignement militaire russe, ont été inculpés à la demande de Robert Mueller, directeur du FBI de 2001 à 2013, et, depuis mai 2017, procureur spécial chargé de mener l’enquête visant à déterminer l’éventuelle ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016. Selon Mueller, ces douze agents russes auraient pénétré les ordinateurs du Democratic National Committee (DNC), confirmant ainsi l’immixtion russe. Pourtant, trois jours plus tard, le 16 juillet, lors de la conférence de presse de Trump et de son homologue russe, le président américain a désavoué publiquement ses services de renseignement :

  • 44 Dan Coats est Director of National Intelligence (DNI) et, à ce titre, dirige l’ensemble du renseign (...)
  • 45 Donald Trump, « Remarks by President Trump and President Putin of the Russian Federation in joint p (...)

My people came to me – Dan Coats44 came to me and some others – they said they think it’s Russia. I have President Putin; he just said it’s not Russia. I will say this: I don’t see any reason why it would be. […] So I have great confidence in my intelligence people, but I will tell you that President Putin was extremely strong in his denial today45.

24En accordant autant de crédit au démenti de Poutine qu’aux affirmations de ses services de renseignement, Donald Trump a provoqué un véritable tollé politico-médiatique aux États-Unis, y compris parmi ses plus fervents partisans.

25Ainsi, le jour-même, Newt Gingrich a réagi sur Twitter : « President Trump must clarify his statements in Helsinki on our intelligence system and Putin. It is the most serious mistake of his presidency and must be corrected – immediately »46. Dès le lendemain, le 17 juillet, Trump s’est exécuté, déclarant que lors de la conférence de presse à Helsinki, sa langue avait fourché : « The sentence should have been ‘I don’t see any reason why it wouldn’t be Russia,’ sort of a double negative. So you can put that in, and I think that probably clarifies things pretty good »47 alors qu’il voulait dire : « I don’t see any reason why it wouldn’t be. » Mais en ajoutant ensuite que d’autres parties s’étaient peut-être également ingérées dans la campagne présidentielle, Trump n’a pas levé toutes les ambiguïtés. Le 19 juillet, lors du forum annuel organisé par le Aspen Institute, Dan Coats s’est efforcé d’être rassurant en affirmant que le président avait clarifié les choses à propos de l’ingérence russe et ainsi rétabli le nécessaire climat de confiance entre lui et les services de renseignement. Jusqu’au moment où le directeur du renseignement américain a été soudain interrompu par l’un des journalistes, qui informait l’auditoire que Donald Trump venait d’annoncer qu’il recevrait bientôt Vladimir Poutine à Washington. La surprise du directeur du renseignement américain n’était pas feinte et l’on peut aisément en déduire qu’il n’a pas été préalablement informé de cette décision48.

26On le voit, aussi fantasque qu’il puisse être, le président Trump peut aussi faire preuve de constance dans certaines de ses orientations en matière de politique étrangère. Depuis la campagne présidentielle, il répète inlassablement que les États-Unis doivent rétablir une meilleure relation avec la Russie et, lors de sa conférence de presse avec Poutine à Helsinki, il a insisté à nouveau sur la nécessaire coopération entre les deux puissances. Mais tant que l’« affaire russe » se poursuit, cet objectif paraît inatteignable car les éléments d’enquête fournis par les services de renseignement alimentent la méfiance vis-à-vis de la Russie, qui demeure particulièrement vive au Congrès y compris dans les rangs des Républicains.

Haut de page

Bibliographie

ANDREW Christopher, For the President’s Eyes Only: Secret Intelligence and the American Presidency from Washington to Bush, New York : HarperPerennial, 1996.

BERGMAN Ronen, « Can Trump screw up the world’s best intelligence relationship? », The New York Times, 18 mai 2017. <https://www.nytimes.com/2017/05/18/opinion/trump-israel-russia-intelligence.html>, consulté le 23 juillet 2018.

BROWDER Bill, Notice rouge – Comment je suis devenu l’ennemi numéro 1 de Poutine, Paris : Éditions 10/18, 2016.

COATS Dan, « A look over my shoulder : the DNI reflects and foreshadows », Aspen Institute Security Forum, 19 juillet 2018. <https://aspensecurityforum.org/media/transcripts/>, consulté le 24 juillet 2018.

ELWES Jay, « Spooked: Trump’s war against U.S. intelligence », Prospect, 10 février 2017. <https://www.prospectmagazine.co.uk/magazine/spooked-donald-trump-intelligence-agencies>, consulté le 31 mars 2018.

ENTOUS Adam, Ellen NAKASHIMA & Gregg MILLER, « Secret CIA assessment says Russia was trying to help Trump win White House », The Washington Post, 9 décembre 2016. <https://www.washingtonpost.com/world/national-security/obama-orders-review-of-russian-hacking-during-presidential-campaign/2016/12/09/31d6b300-be2a-11e6-94ac-3d324840106c_story.html?noredirect=on&utm_term=.3db17917b896>, consulté le 23 juillet 2018.

FITSANAKIS Joseph, « Top aide to Trump’s security adviser denied security clearance by CIA », Intelnews, 13 février 2017. <https://intelnews.org>, consulté le 31 mars 2108.

GLENNON Michael, « National Security and Double Government », Harvard National Security Journal, vol. 5, 2014, 1-114.

GREENWALD Glenn, No Place To Hide: Edward Snowden, the NSA, and the U.S. Surveillance State, New York : Metropolitan Books, Henry Holt & Co., 2014.

HARRIS Shane & Carol E. LEE, « Spies keep intelligence from Donald Trump on leak concerns », The Wall Street Journal, 16 février 2017. <https://www.wsj.com/articles/spies-keep-intelligence-from-donald-trump-1487209351>, consulté le 23 juillet 2018.

HIRSCHFELD DAVIS Julie, « ‘Deep State’? Until now, it was a foreign concept », The New York Times, 7 mars 2017. <https://www.nytimes.com/2017/03/06/us/politics/deep-state-trump.html>, consulté le 31 mars/2108.

JERVIS Robert, « Why intelligence and policymakers clash », Political Science Quarterly, vol. 125, n° 2, 2010, 185-204.

KNIGHT Amy, « The Magnitsky Affair », The New York Review of Books, 22 février 2018, 25-27. <https://www.nybooks.com/articles/2018/02/22/the-magnitsky-affair/>, consulté le 31 mars 2018.

LANDLER Mark & Maggie HABERMAN, « A besieged Trump says he misspoke on Russian election meddling », The New York Times, 17 juillet 2018. <https://www.nytimes.com/2018/07/17/world/europe/trump-putin-summit.html>, consulté le 27 juillet 2018.

LEVINTOVA Hannah, « The long, twisted, and bizarre history of the Trump-Russia scandal », pour le site Internet du magazine Mother Jones. <https://www.motherjones.com/politics/2018/04/exhaustive-history-donald-trump-russia-scandal-timeline/>, consulté le 31 mars 2018.

LOGFREN Mike, The Deep State: The Fall of the Constitution and the Rise of a Shadow Government, New York : Penguin, 2016.

LUCAS Scott, « Recognizing politicization: the CIA and the path to the 2003 war in Iraq », Intelligence and National Security, vol. 26, n° 2-3, avril-juin 2011, 203-227.

MARRIN Stephen, « Why strategic intelligence analysis has limited influence on American foreign policy », Intelligence and National Security, vol. 32, n° 6, 2017, 725-742.

MAZZETTI Mark, Adam GOLDMAN & Michael S. SCHMIDT, « Behind the sudden death of a $1 billion secret C.I.A. war in Syria », The New York Times, 2 août 2017. <https://www.nytimes.com/2017/08/02/world/middleeast/cia-syria-rebel-arm-train-trump.html>, consulté le 31 mars 2018.

MISCIK Jami, « Intelligence and the presidency: how to get it right« , Foreign Affairs, mai/juin 2017, 57-64.

MORA Alberto, « Gina Haspel is a torturer. What else does the Senate need to know?« , Politico, 15 mars 2018. <https://www.politico.com/magazine/story/2018/03/15/gina-haspel-is-a-torturer-thats-all-the-senate-needs-to-know-217641>, consulté le 31 mars 2018.

MORELL Michaell J., « There is a second sacred wall at the CIA. Trump disrespects that one every day », The Washington Post, 29 janvier 2017. <https://www.washingtonpost.com/opinions/there-is-a-second-sacred-wall-at-the-cia-trump-disrespects-that-one-every-day/2017/01/29/d1961480-e675-11e6-bf6f-301b6b443624_story.html?utm_term=.95e3a1705047>, consulté le 23 juillet 2018.

PILLAR Paul R., Intelligence and U.S. Foreign Policy, New York : Columbia University Press, 2011.

POWERS Richard Gid, Secrecy and Power: The Life of J. Edgar Hoover, New York : The Free Press, 1987.

ROSENBERG Matthew, « Trump misleads on Russian meddling: why 17 intelligence agencies don’t need to agree », The New York Times, 6 juillet 2017. <https://www.nytimes.com/2017/07/06/us/politics/trump-russia-intelligence-agencies-cia-fbi-nsa.html>, consulté le 23 juillet 2018.

SCHMITT Erich & Matthew ROSENBERG, « C.I.A. seeks further powers in Afghanistan », The International New York Times, 18 septembre 2017. <https://www.nytimes.com/2017/09/15/us/politics/cia-drone-strike-authority-afghanistan.html>, consulté le 31 mars 2018.

STRUYK Ryan, « What you need to know about the ‘Deep State’ », ABC News, 29 avril 2017. <http://abcnews.go.com/Politics/deep-state/story?id=47086646>, consulté le 31 mars 2018.

TRUMP Donald, « Remarks by President Trump and President Putin of the Russian Federation in joint press conference », 16 juillet 2018. <https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/remarks-president-trump-president-putin-russian-federation-joint-press-conference>, consulté le 24 juillet 2018.

TURNER Stansfield, Burn Before Reading: President, CIA Directors, and Secret Intelligence, New York : Hyperion, 2005.

UNITED STATES SENATE, Putin’s Asymmetric Assault on Democracy in Russia and Europe: Implications for U.S. National Security, A minority staff report prepared for the use of the Committee on Foreign Relations, U.S. Government Publishing Office, 10 janvier 2018, 1-200.

WILLIAMS Grover S., Legislative History of the Central Intelligence Agency as Documented in Published Congressional Sources, Washington D.C. : Library of Congress, Congressional Research Service, 1975.

Haut de page

Notes

1 Donald Trump in Adam Entous, Ellen Nakashima & Gregg Miller, « Secret CIA assessment says Russia was trying to help Trump win White House », The Washington Post, 9 décembre 2016. < https://www.washingtonpost.com/world/national-security/obama-orders-review-of-russian-hacking-during-presidential-campaign/2016/12/09/31d6b300-be2a-11e6-94ac-3d324840106c_story.html?noredirect=on&utm_term=.3db17917b896>, consulté le 23 juillet 2018.

2 <https://twitter.com/realdonaldtrump/status/819164172781060096>, consulté le 31 mars 2018.

3 Christopher Andrew, For the President’s Eyes Only: Secret Intelligence and the American Presidency from Washington to Bush, New York : HarperPerennial, 1996, 309.

4 Ibidem, 350.

5 Stansfield Turner, Burn Before Reading: President, CIA Directors, and Secret Intelligence, New York : Hyperion, 2005, 226.

6 Michaell J. Morell, « There is a second sacred wall at the CIA. Trump disrespects that one every day », The Washington Post, 29 janvier 2017. <https://www.washingtonpost.com/opinions/there-is-a-second-sacred-wall-at-the-cia-trump-disrespects-that-one-every-day/2017/01/29/d1961480-e675-11e6-bf6f-301b6b443624_story.html?utm_term=.95e3a1705047>, consulté le 23 juillet 2018.

7 Donald Trump a proposé le nombre de vingt-neuf avant d’être corrigé par l’un de ses conseillers, qui a fourni celui de vingt-huit. Sur ce mur, on compte en fait cent vingt-cinq étoiles.

8 Donald Trump in Matthew Rosenberg, « Trump misleads on Russian meddling: why 17 intelligence agencies don’t need to agree », The New York Times, 6 juillet 2017. <https://www.nytimes.com/2017/07/06/us/politics/trump-russia-intelligence-agencies-cia-fbi-nsa.html>, consulté le 23 juillet 2018. Le nombre de 17 agences est celui qui a été proposé dans un premier temps de manière erronée par les médias américains, qui l’ont ensuite corrigé indiquant qu’il s’agissait en fait de seulement 4 agences.

9 Donald Trump in Jay Elwes, « Spooked: Trump’s war against U.S. intelligence », Prospect, 10 février 2017. <https://www.prospectmagazine.co.uk/magazine/spooked-donald-trump-intelligence-agencies>, consulté le 31 mars 2018.

10 Ronen Bergman, « Can Trump screw up the world’s best intelligence relationship? », The New York Times, 18 mai 2017. <https://www.nytimes.com/2017/05/18/opinion/trump-israel-russia-intelligence.html>, consulté le 23 juillet 2018.

11 Richard Gid Powers, Secrecy and Power: The Life of J. Edgar Hoover, New York : The Free Press, 1987, 133.

12 Ibidem, 185.

13 Walter Judd in Grover S. Williams, Legislative History of the Central Intelligence Agency as Documented in Published Congressional Sources, Washington D.C., Library of Congress, Congressional Research Service, 1975, 158.

14 Glenn Greenwald, No Place To Hide: Edward Snowden, the NSA, and the U.S. Surveillance State, New York : Metropolitan Books, Henry Holt & Co., 2014.

15 La « communauté du renseignement » américaine est composée d’1 agence indépendante, la CIA, de 7 agences nationales comme le FBI et de 8 agences militaires, parmi lesquelles on trouve la NSA. Depuis 2004 et le vote de l’Intelligence Reform and Terrorism Prevention Act (IRTPA), l’ensemble est chapeauté par l’Office of the Director of National Intelligence (ODNI).

16 Citation de Donald Trump que l’on retrouvera dans la chronologie établie par Hannah Levintova, « The long, twisted, and bizarre history of the Trump-Russia scandal », pour le site Internet du magazine Mother Jones. <https://www.motherjones.com/politics/2018/04/exhaustive-history-donald-trump-russia-scandal-timeline/>, consulté le 31 mars 2018.

17 Il s’agit du dossier établi par Christopher Steele, ancien agent de renseignement britannique, à propos des liens de Donald Trump avec la Russie.

18 <https://twitter.com/realdonaldtrump/status/951431836030459905>, consulté le 31 mars 2018.

19 L’amendement USA RIGHTS est un acronyme signifiant Uniting and Strengthening America by Reforming and Improving the Government’s High-Tech Surveillance Act.

20 Intervention de Mike Pompeo dans le cadre du Aspen Security Forum le 20 juillet 2017. Le texte de cette intervention, « The view from Langley », est <http://aspensecurityforum.org/media/transcripts/>, consulté le 31 mars 2018).

21 Shane Harris & Carol E. Lee, « Spies keep intelligence from Donald Trump on leak concerns », The Wall Street Journal, 16 février 2017. <https://www.wsj.com/articles/spies-keep-intelligence-from-donald-trump-1487209351>, consulté le 23 juillet 2018.

22 Joseph Fitsanakis, « Top aide to Trump’s security adviser denied security clearance by CIA », Intelnews, 13 février 2017. <https://intelnews.org>, consulté le 31 mars/2108.

23 Julie Hirschfeld Davis, « ‘Deep State’? Until now, it was a foreign concept », The New York Times, 7 mars 2017. <https://www.nytimes.com/2017/03/06/us/politics/deep-state-trump.html>, consulté le 31 mars 2108.

24 Steve King in ibid.

25 Dans un récent sondage pour ABC News et le Washington Post, la notion de deep state était sommairement décrite ainsi : « Military, intelligence and government officials who try to secretly manipulate government policy ». 48% des personnes sondées répondaient qu’elles pensaient qu’un tel « état profond » existait. Voir Ryan Struyk, « What you need to know about the ‘Deep State’ », ABC News, 29 avril 2017. <http://abcnews.go.com/Politics/deep-state/story?id=47086646>, consulté le 31 mars 2018. Consulter également : Mike Logfren, The Deep State: The Fall of the Constitution and the Rise of a Shadow Government, New York, Penguin, 2016. Lire aussi l’article de Michael Glennon, « National Security and Double Government », Harvard National Security Journal, vol. 5, 2014, 1-114. <https://papers.ssm.com/sel3/papers.cfm?abstract_id=2376272>, consulté le 31 mars 2018.

26 Donald Trump, « State of the Union Speech », 30 janvier 2018. Disponible en ligne :<https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/president-donald-j-trump-state-union-address/>, consulté le 31 mars/2108.

27 Allen Dulles in Jami Miscik, « Intelligence and the presidency: how to get it right », Foreign Affairs, mai/juin 2017, 57.

28 Paul R. Pillar, Intelligence and U.S. Foreign Policy, New York, Columbia University Press, 2011, 120. Voir également Stephen Marrin, « Why strategic intelligence analysis has limited influence on American foreign policy », Intelligence and National Security, vol. 32, n°6, 2017.

29 Avant d’être nommé à la tête de la CIA, Mike Pompeo a été membre du House Permanent Select Committee on Intelligence (HPSCI).

30 Mike Pompeo, « Keynote Speech at Conference on Ethos and Profession of Intelligence at George Washington University », 4 octobre 2017.<https://www.cia.gov/news-information/speeches-testimony/2017-speeches-testimony/pompeo-delivers-keynote-at-conference-on-ethos-and-profession-of-intelligence-at-gw-university.html>, consulté le 31 mars 2018.

31 Mike Pompeo, « Remarks at UT Austin National Security Forum », 12 octobre 2017. <https://www.cia.gov/news-information/speeches-testimony/2017-speeches-testimony/pompeo-delivers-remarks-at-ut-austin-national-security-forum.html>, consulté le 31 mars 2018.

32 Jay Elwes, op.cit.

33 Alberto Mora, « Gina Haspel is a torturer. What else does the Senate need to know? », Politico, 15 mars 2018. <https://www.politico.com/magazine/story/2018/03/15/gina-haspel-is-a-torturer-thats-all-the-senate-needs-to-know-217641>, consulté le 31 mars 2018.

34 Donald Trump, « Remarks on the strategy in Afghanistan and South Asia », 21 août 2017. Disponible en ligne:<https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/remarks-president-trump-strategy-afghanistan-south-asia/>, consulté le 31 mars/2108.

35 Erich Schmitt & Matthew Rosenberg, « C.I.A. seeks further powers in Afghanistan », The International New York Times, 18 septembre 2017. <https://www.nytimes.com/2017/09/15/us/politics/cia-drone-strike-authority-afghanistan.html>, consulté le 31 mars 2018.

36 La dénomination officielle de ces régions tribales est Federally Administered Tribal Areas (FATA). Selon le Long War Journal, les frappes de drones qui y ont eu lieu s’établissent ainsi : 2010 : 117 ; 2011 : 64 ; 2012 : 48 ; 2013 : 26 ; 2014 : 24 ; 2015 : 11 ; 2016 : 3. Chiffres disponibles en ligne : <https://www.longwarjournal.org/us-airstrikes-in-the-long-war>, consulté le 31 mai 2018. Le Bureau of Investigative Journalism, organisation britannique, fournit quant à lui les chiffres suivants : 2010 : 128 ; 2011 : 75 ; 2012 : 50 ; 2013 : 27 ; 2014 : 25 ; 2015 : 13 ; 2016 : 3. Chiffres disponibles en ligne : <https://www.thebureauinvestigates.com/projects/drone-war>, consulté le 31 mai 2018.

37 Lancée en 2013, l’opération Timber Sycamore avait pour objectif d’apporter une aide opérationnelle aux rebelles syriens mais, avant la fin du deuxième mandat de Barack Obama, son efficacité était déjà sérieusement remise en question. Consulter Mark Mazzetti, Adam Goldman & Michael S. Schmidt, « Behind the sudden death of a $1 billion secret C.I.A. war in Syria », The New York Times, 2 août 2017. <https://www.nytimes.com/2017/08/02/world/middleeast/cia-syria-rebel-arm-train-trump.html>, consulté le 31 mars 2018.

38 Scott Lucas, « Recognizing politicization: the CIA and the path to the 2003 war in Iraq », Intelligence and National Security, vol. 26, n° 2-3, avril-juin 2011, 222.

39 Mike Pompeo, « Remarks at UT Austin National Security Forum », 12 octobre 2017, op.cit.

40 Cette loi a été complétée, en 2016, par le Global Magnitsky Human Rights Accountability Act. Elle résulte très largement du travail de lobbying effectué par Bill Browder après le décès dans les geôles russes de son avocat fiscaliste, Sergeï Magnitsky, en 2009. Bill Browder, Notice rouge – Comment je suis devenu l’ennemi numéro 1 de Poutine, Paris, Éditions 10/18, 2016. Lire également Amy Knight, « The Magnitsky Affair », The New York Review of Books, 22 février 2018, 25-27. <https://www.nybooks.com/articles/2018/02/22/the-magnitsky-affair/>, consulté le 31 mars 2018.

41 Cette commission, qui est également nommée Commission on Security and Cooperation in Europe (CSCE) a été mise en place en 1975. Elle est composée de neuf sénateurs, neuf membres de la Chambre des Représentants, et trois responsables appartenant au département d’État, au ministère de la défense et au ministère du commerce.

42 Putin’s Asymmetric Assault on Democracy in Russia and Europe: Implications for U.S. National Security, A minority staff report prepared for the use of the Committee on Foreign Relations, United States Senate, 10 janvier 2018. <http://www.gpoaccess.gov/congress/index/index.html>, consulté le 31 mars 2018.

43 Mike Pompeo, « Statement for the Record before the U.S. Senate Committee on Foreign Relations », 12 avril 2018. <https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/excerpts-cia-director-pompeos-prepared-remarks>, consulté le 13 avril 2018.

44 Dan Coats est Director of National Intelligence (DNI) et, à ce titre, dirige l’ensemble du renseignement américain.

45 Donald Trump, « Remarks by President Trump and President Putin of the Russian Federation in joint press conference », 16 juillet 2018. <https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/remarks-president-trump-president-putin-russian-federation-joint-press-conference>, consulté le 24 juillet 2018.

46 <https://twitter.com/newtgingrich/status/1018967261418344450>, consulté le 24 juillet 2018.

47 Donald Trump in Mark Landler & Maggie Haberman, « A besieged Trump says he misspoke on Russian election meddling », The New York Times, 17 juillet 2018. <https://www.nytimes.com/2018/07/17/world/europe/trump-putin-summit.html>, consulté le 27 juillet 2018.

48 Dan Coats, « A look over my shoulder : the DNI reflects and foreshadows », Aspen Institute Security Forum, 19 juillet 2018. <https://aspensecurityforum.org/media/transcripts>, consulté le 24 juillet 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gildas Le Voguer, « Donald Trump et les services de renseignement : une relation sous tension », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVI-n°2 | 2018, mis en ligne le 11 septembre 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/10076 ; DOI : 10.4000/lisa.10076

Haut de page

Auteur

Gildas Le Voguer

Gildas Le Voguer est professeur de civilisation américaine à l’Université Rennes 2 et ses travaux de recherche portent sur les aspects historiques et politiques du renseignement américain. En 2014, il a publié aux PUR un ouvrage intitulé Le Renseignement américain – Entre secret et transparence, 1947-2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals