Navigation – Plan du site
Les Femmes britanniques et la Première Guerre mondiale : Ingérences féminines en milieux militaires et civils

Le droit de vote accordé aux femmes britanniques à l’issue de la Première Guerre mondiale : une récompense pour les services rendus ?

Women’s Suffrage in 1918: a Reward for Wartime Services?
Véronique Molinari
p. 71-87

Résumé

The fact that 8.5 million British women obtained the right to vote at the end of the First World War has often been attributed to women’s war work and presented as a kind of reward for services rendered to the nation. Such an opinion, however, is difficult to maintain. While some people may have changed their view of the value of women when confronted with their participation in the war effort, prejudice certainly did not disappear as quickly as both the press and politicians would have liked people to believe – mainly for propaganda purposes. Besides, many elements contradict the idea of the vote as a reward: the mass dismissal of women workers at the end of the war and the volte-face of the press in the following years, the age restriction imposed by the Representation of the People Act that left most women war-workers out of the electorate because they were under 30, or again the reluctance of the government to include women in an electoral reform made necessary to allow soldiers to vote. For one should not forget that the electoral reform of 1918 was never meant for women and that women’s suffrage was, in fact, the only measure in the whole bill not to be approved unanimously.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Suffragiste » est le nom donné à tous les partisans du vote des femmes, « suffragette » le sobri (...)

1Lorsque, peu de temps avant la fin de la Première Guerre mondiale, près de 8,5 millions de femmes britanniques obtinrent le droit de vote, de nombreux observateurs de l’époque attribuèrent cette décision du gouvernement à l’appréciation par les hommes politiques du travail accompli par les femmes au cours du conflit. Celles-ci avaient en effet répondu massivement à l’appel de leurs dirigeants en remplissant par milliers les usines d’équipements et de munitions indispensables à la guerre et en remplaçant les hommes – qui pouvaient ainsi être libérés pour le front – dans des activités traditionnellement masculines. Les organisations suffragistes1 elles-mêmes qui, depuis plus de cinquante ans, n’avaient cessé de lutter pour le droit de vote des femmes avaient, dès le début du conflit, suspendu leurs activités pour se mettre au service de la nation.

  • 2  “Their performance on the home front won Englishwomen the vote”, W. L. O’Neill, The Woman Movement(...)
  • 3 Ce militantisme accru venait en réponse au rejet, à trois reprises successives (1910, 1911 et 1912) (...)
  • 4  “Let us remember that if the Bill is once passed, whether we like it or not, it will be attributed (...)

2Certains historiens acceptèrent cette explication d’un droit de vote accordé comme récompense pour les services rendus2, ajoutant que la suspension de la campagne suffragiste durant le conflit avait permis à de nombreux hommes politiques de revenir sur leur opposition au suffrage féminin. Cette dernière hypothèse est sans doute justifiée : les années d’avant-guerre avaient en effet été marquées par une escalade de la violence au sein de la Women’s Social and Political Union dirigée par Emmeline et Christabel Pankhurst3 et les grèves de la faim, tout comme les actes de vandalisme perpétrés par les suffragettes, avaient fourni aux anti-suffragistes une excuse très commode pour justifier leur opposition au vote des femmes, à savoir qu’accéder à la demande des suffragettes à un tel moment reviendrait à céder au chantage4. Attribuer la réforme électorale de 1918 à un changement des mentalités et à la gratitude du gouvernement britannique envers les travailleuses de guerre est en revanche beaucoup plus difficile pour différentes raisons.

Des changements de mentalités limités

  • 5  Millicent Garrett Fawcett, The Women’s Victory - and After, London: Sidwick & Jackson, 1920, 112. (...)
  • 6  “Their work is absolutely indispensable”, “our armies have been saved and victory assured by the w (...)
  • 7  Voir par exemple : “Munitions Girls’ Pay”, Daily News, 06/01/1917 et “Furs and Finer”, Daily News, (...)

3Tout d’abord, les changements de mentalités ne furent pas aussi spectaculaires que la presse et les hommes politiques voulurent bien le laisser croire. Certes, les journaux vantèrent pendant quatre ans les capacités « merveilleuses », « époustouflantes », « extraordinaires » des femmes dans les différents secteurs où elles remplaçaient les hommes5 et les ministres des Munitions successifs usèrent des mêmes termes élogieux pour reconnaître le service rendu à la nation (« Leur travail est absolument indispensable »,déclara Lloyd George en 1915, et Edwin Samuel Montagu, qui lui succéda en juillet 1916, d’affirmer : » Ce sont les femmes des usines de munitions qui ont sauvé nos armées et assuré la victoire »)6. Toutefois, outre le fait qu’il servit avant tout un but de propagande, notamment durant les premières années du conflit, cet enthousiasme relatif au succès des ouvrières et autres travailleuses de guerre ne semble pas avoir été unanime. Celles-ci furent également accusées d’être surpayées, de dépenser leur salaire pour des articles de luxe, ou encore de travailler vite et mal, allant jusqu’à saboter les machines afin de pouvoir se reposer7. D’autres rumeurs circulèrent concernant les enfants négligés par leurs mères, les naissances illégitimes et l’alcoolisme des épouses de soldat, toutes supposées illustrer les effets néfastes de l’abandon de leur foyer par les femmes. Sur leur lieu de travail, les ouvrières durent enfin parfois faire face à une certaine hostilité de la part de leurs collègues, qui sentaient leur position menacée par une main-d’œuvre non qualifiée et notoirement mal payée.

4De même, en dépit des éloges publiés dans la presse, les femmes en uniforme ne furent jamais réellement acceptées par la population, qui avait tendance à les considérer comme des suiveuses de camp, plus motivées par la proximité des soldats que par des considérations patriotiques, une image bien différente de celle présentée par les affiches de propagande qui les avait incitées à s’engager au début de la guerre. Les WAACs (Women’s Army Auxiliary Corps)et les VADs (Voluntary Aid Detachments), sans doute parce qu’elles s’étaient trouvées en France avec les soldats, furent plus que toutes autres, les victimes de nombreuses rumeurs concernant leur moralité. Ainsi, lorsque Vera Brittain, après avoir servi deux ans comme infirmière dans les VADs en France, décida de reprendre ses études à Oxford, elle comprit rapidement qu’elle n’était pas la bienvenue :

  • 8  “I was the only woman returning, bringing with me [...] – terrifying thought – the psychological f (...)

J’étais la seule femme de retour de la guerre et ramenais avec moi [...] – pensée terrifiante – le fruit psychologique de mes embarrassantes expériences. Durant la guerre, les rumeurs sur l’immoralité de certaines VADs, tout comme de certaines WAACs, avaient été consommées avec une horreur vorace par les lecteurs anglais ; qui savait dans quelle fange [...] j’avais pu me vautrer ? Qui pouvait savoir dans quelle terrible mesure je ne risquais pas de corrompre la moralité de mes innocentes cadettes ?8

  • 9  M. G. Fawcett, op. cit., 115.

5Enfin, les déclarations d’anti-suffragistes convertis doivent être prises avec une certaine circonspection. En 1916-1917, se souvient Millicent Garrett Fawcett, ces « conversions » étaient légion9. Toutefois, ainsi qu’Herbert Asquith, l’un des plus farouches opposants au suffrage féminin avant la guerre, nous en fournit l’exemple, elles n’étaient pas toujours motivées par un changement profond d’attitude envers les femmes. L’ancien Premier ministre, exposant au Parlement, en mars 1917, les raisons pour lesquelles il soutenait désormais l’octroi du droit de vote aux femmes, avait déclaré :

  • 10  “My opposition to woman suffrage has always been based, and based solely, on consideration of publ (...)

Mon opposition au suffrage féminin a toujours été basée, et basée uniquement, sur des considérations d’intérêt public. Je crois m’être hasardé, il y a quelques années, à utiliser l’expression : » C’est aux femmes qu’il revient de trouver les solutions pour assurer leur propre salut ». Eh bien, assurément, elles se sont mises au travail pendant cette Guerre et elles y sont parvenues. Comment aurions-nous pu poursuivre la Guerre sans elles ? […] Mais ce qui, je l’avoue, m’incite plus encore à revoir ma position sur cette question, est le problème, une fois la Guerre finie, de la reconstruction. Les questions qui se poseront alors nécessairement à propos du travail des femmes […] sont des questions au sujet desquelles j’estime, pour ma part, impossible, par esprit de justice ou de convenance, de refuser aux femmes le pouvoir et le droit de faire entendre leur voix directement10.

6Trois ans plus tard, toutefois, certains extraits de sa correspondance personnelle révèlent un point de vue largement inchangé depuis une trentaine d’années. Il y tient ainsi, en 1920, au sujet des électrices de la circonscription de Paisley, des propos qui ne laissent aucun doute quant à la piètre opinion qu’il a des femmes et du rôle qu’elles sont susceptibles de jouer en politique :

  • 11  “There are about 15,000 women on the Register – a dim, impenetrable, for the most part ungetatable (...)

Il y a environ quinze mille femmes inscrites sur le registre électoral – une masse épaisse, impénétrable, et en grande partie inaccessible – dont tout ce que l’on sait est qu’elles sont pour la plupart profondément ignorantes des affaires politiques, crédules au plus haut point et aussi constantes dans leurs opinions qu’une flamme agitée par le vent 11.

  • 12  “We know that those who cry ‘Hosanna’ today will cry ‘crucify’ tomorrow”, “A Contrast and Caution” (...)

7D’ailleurs, s’il n’est guère surprenant que, face aux louanges de la presse et du gouvernement, certains aient pensé que les capacités des femmes étaient enfin reconnues et que les attitudes avaient définitivement changé, d’autres avaient compris que cet enthousiasme n’était dicté que par un intérêt provisoire. Dès 1915, le Women’s Dreadnought publié par Sylvia Pankhurst prédisait avec clairvoyance : « Nous savons que ceux qui, aujourd’hui, crient : ‘Hosanna’, crieront demain : ’Crucifiez-les !’« 12. De fait, dès que commença à apparaître le problème de la démobilisation, le gouvernement s’empressa de faire voter une loi pour le rétablissement des pratiques industrielles d’avant-guerre et de licencier massivement les femmes pour laisser la place aux hommes, qu’ils aient ou non combattu. Quant à la presse, celle-ci ne tarda pas, une fois la guerre finie, à passer des louanges aux critiques les plus acerbes, exhortant celles-là même qu’elle avait encouragées à rejoindre les usines de munitions à retourner à leurs fourneaux et accusant celles qui s’y refusaient de voler le travail des hommes.

Une réforme destinée aux hommes

8Il est peu probable, donc, que l’octroi du droit de vote aux femmes, en 1918, soit le résultat d’un changement d’opinion profond face à la valeur du travail accompli par les femmes. Par ailleurs, si l’on doit considérer le droit de vote comme une récompense pour les services rendus, comment expliquer la restriction d’âge imposée par la réforme électorale, qui éliminait d’office les jeunes femmes ayant participé à l’effort de guerre, et le renvoi massif d’ouvrières à la fin de la guerre ? Le fait est que le Representation of the People Act de 1918 ne fut à aucun moment une mesure destinée aux femmes mais fut occasionné par la nécessité de modifier les registres électoraux afin de pouvoir faire voter les hommes partis au combat, car ceux-ci ne remplissaient plus l’obligation de résidence exigée par la précédente loi électorale.

  • 13  Ray Strachey, The Cause, A Short History of the Women’s Movement in Great-Britain, [1928] Bath: Re (...)

9Le système électoral britannique était, en effet, au début de la guerre, encore régi par les lois de 1884 et 1885 selon lesquelles tout individu de sexe masculin devait, afin de jouir du droit de vote, justifier de l’occupation d’un logement de manière ininterrompue pendant les douze mois précédant le 15 juillet écoulé. Lorsque le conflit éclata, en août 1914, la Grande-Bretagne comptait ainsi 8 millions d’électeurs, sur un total de 12,5 millions d’hommes de plus de 21 ans. En 1916, toutefois, les déplacements importants de population entraînés par la guerre obligèrent le gouvernement à reconsidérer les critères selon lesquels les derniers registres électoraux avaient été établis : en partant se battre en Europe ou en rejoignant les usines de munitions dans d’autres régions du pays, plusieurs millions d’hommes avaient, en effet, cessé de remplir l’obligation de résidence exigée par la loi et avaient, par conséquent, perdu leur droit de voter. Bon nombre de ceux qui risquaient alors leur vie au front ne l’avait même jamais eu. La révision annuelle du registre électoral entreprise en 1915 ayant, quant à elle, été suspendue durant l’été, le seul registre disponible était celui de 1914. Or, moins d’un homme sur cinq se trouvait désormais là où il avait été enregistré et moins d’un homme sur cinq était suffisamment sédentaire pour être enregistré de nouveau13. En cas d’élections, les registres existants auraient donc été absolument inutiles ; si, par ailleurs, on avait décidé d’en établir des nouveaux selon les anciens critères, les soldats n’auraient pas pu en faire partie.

10La question devint particulièrement litigieuse avec l’adoption de la conscription en mai 1916 : si un homme pouvait être obligé d’offrir sa vie pour son pays, il devait pouvoir également exercer une certaine influence, en tant qu’électeur, sur la politique qui appelait à ce sacrifice. C’est à ce moment-là qu’Arthur Henderson et Lord Robert Cecil, qui avaient tous deux rejoint le gouvernement de coalition l’année précédente, décidèrent de soulever la question plus générale d’une réforme électorale qui inclurait les femmes. Ils encouragèrent également Millicent Garrett Fawcett, dirigeante de la National Union of Women’s Suffrage Societies, à écrire au Premier ministre, ce qu’elle fit le 4 mai 1916, expliquant à ce dernier qu’il n’était pas dans l’intention des suffragistes de demander le droit de vote si le gouvernement ne faisait que réinscrire sur les registres électoraux les hommes qui avaient perdu leur qualification en raison de leur départ pour l’armée, mais que si les bases même du registre devaient être modifiées et inclure un service national, militaire ou industriel, tout serait fait pour mettre en avant les services rendus par les femmes.

La Speaker’s Conference

  • 14 Une note exposant les arguments que les membres de la NUWSS souhaitaient voir soulever circula tout (...)

11Si l’on en juge par les documents disponibles, seuls ces deux ministres, Henderson et Cecil, défendirent réellement l’inclusion, dans un tel projet de loi, du vote des femmes, allant jusqu’à menacer de démissionner s’il en était exclu. La plupart des membres du gouvernement auraient préféré limiter le projet de loi à la création d’un registre spécial pour lequel les soldats auraient bénéficié d’une période de qualification considérablement plus brève que les douze mois requis. Les débats durèrent plusieurs mois, jusqu’à ce que Walter Long, Ministre de l’Administration locale, propose de nommer une commission composée de membres des deux Chambres et représentant les trois partis qui, sous la présidence du Speaker de la Chambre des Communes, serait chargée de soumettre au Parlement une série de propositions. La Speaker’s Conference se réunit pour la première fois le 12 octobre 1916 sous la présidence de J. W. Lowther. Ce dernier, bien qu’anti-suffragiste notoire, avait, en sélectionnant les trente-deux membres qui composeraient la commission, fait en sorte de respecter un certain équilibre entre défenseurs et opposants du suffrage féminin. Les délibérations furent conduites dans le plus grand secret et, malgré la requête avancée par la NUWSS, sans aucune représentation féminine14. Avant même que la conférence ne publie son rapport, une crise gouvernementale favorable aux suffragistes provoqua la chute du gouvernement d’Asquith et l’arrivée au pouvoir, à la mi-décembre, d’un sympathisant de la cause féminine : Lloyd George. Ce changement n’affecta pas le déroulement des débats mais représenta, néanmoins, une cause d’optimisme pour les suffragistes, tout comme le soutien du magnat de la presse, Lord Northcliffe, et de ses différents journaux (The Times, Daily Mail, Daily Mirror).

12La question du vote des femmes, compte tenu des controverses qu’elle était susceptible d’entraîner, et afin de ne pas entraver le bon déroulement des débats, fut la dernière à être abordée, le 10 janvier 1917. Les membres de la commission se déclarèrent à cette occasion par 15 voix contre 6 favorables au suffrage féminin mais refusèrent par 12 voix contre 10 que ce dernier soit établi suivant les mêmes conditions que le suffrage masculin. Le député libéral W. H. Dickinson réitéra alors la proposition qu’il avait déjà faite en 1913 d’accorder le droit de vote à toute femme déjà inscrite sur les listes électorales pour les élections municipales ou dont c’était le cas du mari. La proposition fut acceptée par 9 voix contre 8, les partisans de la cause des femmes gagnant ainsi, par une faible majorité, le droit de faire figurer le suffrage féminin dans le rapport que le Speaker présenterait au Parlement. Restait à faire en sorte que les électrices ne soient pas supérieures ou égales en nombre aux électeurs. La proposition de Dickinson aurait en effet accordé le droit de vote à environ 8 millions de femmes, ce qui était plus que la majorité des membres de la commission n’étaient prêts à accepter, chaque parti craignant que le nouvel électorat ne soutienne massivement le parti adverse. Il fut décidé d’imposer une limite d’âge de trente ou trente-cinq ans – la décision revenant au Parlement – ce qui, pensait-on, accorderait le droit de vote à un maximum de 6 millions de femmes. Personne ne sembla alors s’offusquer du fait que cette limite d’âge éliminait d’office les jeunes femmes qui avaient, en grande majorité, travaillé dans les usines de munitions, rejoint les services auxiliaires de l’armée et s’étaient engagées comme infirmières.

  • 15  “At the same time, our chief concern was for the safety of the whole scheme. We emphasized this, s (...)

13Les suffragistes furent bien évidemment déçues par la limite d’âge imposée mais le sentiment prédominant fut néanmoins le soulagement : la proposition, si elle était loin d’être parfaite, n’en était pas moins concrète et bénéficiait d’un fort appui officiel. Une mesure qui donnerait le droit de vote à 6 millions de femmes valait certainement la peine d’être appliquée, d’autant qu’après une réforme de cette importance, qui accordait le droit de vote à la majorité des hommes, il y avait peu de chances que le Parlement reconsidère une réforme électorale avant de nombreuses années. Ainsi que Mrs Fawcett le reconnut en 1920 : « […] nous préférions un projet de loi imparfait qui pourrait être voté à la mesure la plus parfaite du monde qui ne pourrait jamais l’être »15.

14Non seulement la question du vote des femmes ne fut qu’un ajout tardif à un projet visant à élargir l’électorat masculin, elle fut également la seule, de toutes les propositions de la Speaker’s Conference à ne pas faire l’unanimité. Le rapport de la commission, rendu public le 30 janvier 1917, témoigna en effet d’un soutien unanime envers la totalité des propositions, à l’exception de la section 8 concernant le vote des femmes. De fait, si l’inclusion d’une mesure concernant le suffrage féminin dans le rapport représentait une première victoire, elle ne garantissait pas pour autant son adoption dans le cadre du projet de loi qui en serait issu. Faire en sorte que ce soit le cas devint l’une des priorités de Millicent Garrett Fawcett durant les deux mois qui suivirent. Au mois de février, une délégation de vingt-deux sociétés suffragistes fut reçue par Walter Long auquel il fut promis que si le gouvernement acceptait d’inclure les propositions du rapport de la Speaker’s Conference dans son projet de loi, les suffragistes les accepteraient telles quelles et ne feraient pas campagne pour une réforme plus égalitaire. Long, malgré son opposition au suffrage féminin, recommanda au Cabinet d’accepter l’offre afin d’éviter les conséquences d’une campagne pour des changements plus radicaux. Là encore, toutefois, une forte opposition de la part de certains ministres conservateurs retarda le processus législatif et il fallut attendre la proposition d’Asquith de soumettre une motion à la Chambre des Communes sur l’adoption du rapport pour que la situation se débloque : l’acceptation d’une telle motion signifierait en effet que la législation serait introduite à l’initiative du Parlement et non à celle du gouvernement, ce qui permettrait d’éviter une crise ministérielle. Bien que divisé, le Cabinet accepta la proposition et la motion fut présentée et votée par la Chambre des Communes le 28 mars.

Les débats au Parlement

  • 16  “We have been told that the War has made a very considerable alteration in the situation. I should (...)
  • 17  MacCallum Scott, Ibidem., col. 1687. Sir Charles Hobhouse fit la même remarque.

15Les débats du Parlement eux-mêmes, lors des discussions relatives au projet de loi qui suivirent, contredisent la thèse selon laquelle la victoire de la cause suffragiste en 1918 serait attribuable aux services rendus par les femmes durant la guerre. Le rôle des femmes pendant la guerre fut maintes fois mentionné au cours des débats du 19 juin 1917 mais l’argument du vote en tant que récompense fut rejeté par tous, suffragistes comme anti-suffragistes16. Comment pouvait-il en être autrement alors que, comme le fit remarquer un député libéral17, les femmes, que l’on aurait été censé remercier, étaient celles-là même qui, du fait de leur âge, étaient exclues de l’électorat ?

  • 18  Almroth Wright déclarait en 1913 : “Now it is by physical force alone and by prestige – which repr (...)
  • 19  Mrs Fawcett, qui ne souhaitait pas trop impliquer son organisation dans le mouvement pacifiste, av (...)

16 D’autres arguments furent donc avancés en faveur du suffrage féminin : tout d’abord, les femmes avaient prouvé que, contrairement à ce qu’avaient toujours soutenu les anti-suffragistes, elles pouvaient être utiles en temps de guerre18. Par ailleurs, depuis la fin du dix-neuvième siècle, l’un des arguments contre le vote des femmes avait été que si les femmes pouvaient voter, elles s’opposeraient à la guerre (l’échec du gouvernement australien au début du conflit à imposer la conscription semblait en offrir la preuve). Or, non seulement aucun des principaux groupes suffragistes ne s’associa officiellement à la cause pacifiste19 mais l’investissement des Pankhurst dans la propagande patriotique, le rôle actif des suffragistes modérées dans les œuvres de secours (hôpitaux, restaurants à bas prix, distribution de vêtements aux nécessiteux…) et la contribution de milliers de femmes à l’effort de guerre invalidaient de tels arguments. Ensuite, et ce fut là-dessus que les suffragistes insistèrent le plus, les femmes qui occupaient un emploi devraient, la guerre finie, pouvoir faire entendre leur voix et auraient besoin d’un certain pouvoir politique afin de défendre la nouvelle place qu’elles occupaient dans l’industrie :

  • 20  “The war has brought into existence great classes of women who, after the War, will have interests (...)
  • 21  “You have got now tens of thousands, hundreds of thousands, and even millions of women who are wor (...)

La Guerre a fait naître de nombreuses catégories de femmes qui, après la Guerre, verront certains de leurs intérêts affectés par la législation indépendamment de leur mari, de leur père, ou autres hommes de la famille [...] Nous voulons qu’il soit conféré aux femmes occupant un emploi dans l’industrie la sécurité la plus élémentaire, celle que le droit de vote confère, afin qu’elles ne soient pas négligées ou opprimées par le Parlement 20.
Il y a aujourd’hui des dizaines de milliers, des centaines de milliers, et même des millions de femmes qui travaillent dans l’industrie et qui n’y étaient pas avant que la Guerre commence [...] Dès l’instant où nous nous efforcerons de retrouver des conditions de paix, la question se posera : quelle doit être la situation de ces femmes ? [...] Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que justice soit rendue à cette partie de l’armée industrielle qui est composée de femmes si vous n’accordez à chaque membre du Parlement qu’un électorat exclusivement masculin21.

17Enfin, de nombreux députés, sans être particulièrement favorables au droit de vote des femmes, furent d’avis qu’on ne pouvait pas compromettre la totalité du projet de loi pour un point de désaccord :

  • 22  “Every Member of this House has two alternatives, and, in my judgement, there is no third. You can (...)

Chaque Membre de cette Chambre a deux alternatives et il n’y en a, à mon avis, pas de troisième. Vous pouvez soit faire opposition à toutes les recommandations de la Commission dans leur ensemble et consacrer toute votre influence et tout votre pouvoir parlementaire à les détruire, soit vous décider à les soutenir dans leur intégralité22.

18De fait, un amendement réclamant que la restriction d’âge de trente ans soit supprimée fut proposé, non pas par des suffragistes mais par un groupe de farouches opposants au projet qui espéraient ainsi ébranler la majorité en sa faveur. Dans le débat qui s’ensuivit, certains suffragistes se retrouvèrent ainsi obligés de s’opposer au suffrage universel tandis que les partisans de l’amendement en question dénonçaient le caractère illogique d’une loi qui privait du droit de vote non seulement les jeunes « munitionnettes », mais également les veuves de moins de trente ans dont le nombre augmentait de jour en jour. Ils savaient pertinemment que si le compromis qui consistait à accorder le droit de vote à 6 millions de femmes était acceptable par une majorité, il était en revanche peu probable qu’une proposition plus radicale réussisse le même tour de force. Sir George Cave, le Ministre de l’Intérieur, dut d’ailleurs déclarer à cette occasion que, si un tel amendement devait être voté, le gouvernement devrait alors reconsidérer l’intégralité du projet de loi, l’une des raisons sans doute pour lesquelles les suffragistes votèrent majoritairement contre l’amendement en question.

19Il est donc évident que la clause IV, relative au vote des femmes, profita de ce qu’elle faisait partie d’un projet de réforme général considéré comme essentiel par le gouvernement. Nombre de députés acquiescèrent en l’occurrence à des clauses qu’ils désapprouvaient par simple souci de préserver le projet dans sa totalité, ce qui explique en partie qu’autant de voix aient été accordées à la mesure concernant le suffrage féminin. Eût-elle constitué un projet isolé, il est peu probable qu’un aussi grand nombre l’aurait soutenue.

  • 23  Le chef de la majorité ministérielle, Lord Curzon, était lui-même président de la National League (...)
  • 24  “I shall never forget the destruction perpetrated upon some of our most ancient and valuable build (...)
  • 25 “Electoral Reform - The Vote for Women Agreed To - House of Lords, Thursday, January 10th, The Tim (...)

20De même, l’approbation de la Clause IV par la Chambre haute, traditionnel bastion de la ligue anti-suffragiste23, n’eut lieu qu’après trois jours de débats et ne doit rien à un quelconque changement de position de la part des Lords. Les actions des suffragettes furent mentionnées à différentes reprises, certains, tels que Lord Balfour de Burleigh, voyant en elles un argument contre le suffrage féminin (« Je n’oublierai jamais la destruction perpétrée sur certains de nos plus anciens etplus précieux monuments d’Ecosse. Les responsables [...] méritent, à mon avis, une infamie éternelle »24), d’autres, tels que le Marquis de Crewe, se déclarant au contraire enclins à soutenir la mesure afin que de semblables événements ne se reproduisent pas une fois la guerre finie. Mais l’argument majeur qui convainquit les Lords d’accepter d’accorder le droit de vote aux femmes fut que si la clause IV, et par conséquent l’intégralité du projet, était rejetée, la Chambre des Lords serait fortement critiquée, non seulement par la Chambre des Communes et par les femmes, mais également par les militaires qui seraient ainsi privés du droit de vote25.

  • 26  “You give the vote to boys of nineteen because they have fought; you give the vote to women of thi (...)
  • 27 Idem.

21Lord Curzon rejeta lui aussi l’argument de la participation des femmes à l’effort de guerre (« Vous accordez le droit de vote à des garçons de dix-neuf ans parce qu’ils ont combattu ; vous accordez le droit de vote à des femmes de trente ans alors qu’elles n’ont pas combattu »)26. En dépit de son opposition au suffrage féminin qu’il continuait de justifier par la notion de séparation des sphères et l’argument de la force physique, il déclara toutefois devoir lui-même s’abstenir de voter sur la question : en tant que chef de la majorité ministérielle, expliqua-t-il, il ne pouvait pas prendre la responsabilité de provoquer un conflit entre les Lords et les Communes, ce qui ne manquerait pas de se produire en cas de rejet27. Une douzaine de pairs s’abstinrent avec lui et le projet de loi fut voté par une majorité de plus de 60 voix. Le 6 février 1918, la loi électorale reçut l’assentiment royal et accorda aux femmes, avec d’importantes restrictions, le droit de vote.

  • 28  “I do not believe we should have won the vote just when we did, except for the fact that it was ab (...)
  • 29  “Their Name Liveth”, Manchester Guardian, 13/11/1929, in Berry et Bishop (ed), Testament of a Gene (...)
  • 30  Evelyn Sharp, Unfinished Adventure, London : John Lane, 1933, 155-6.

22« Je ne crois pas que nous aurions obtenu le droit de vote à ce moment précis », écrivit plus tard Millicent Garrett Fawcett, « si ce n’est qu’il était absolument nécessaire d’introduire une loi afin d’empêcher que ne soient totalement privés de leurs droits électoraux les millions d’hommes qui étaient partis servir leur pays à l’étranger, dans la Marine et dans l’Armée, ou dans des usines de munitions et d’autres emplois, et qui avaient été éloignés de leur lieu habituel de résidence »28. La dirigeante de la NUWSS ne fut pas la seule féministe à rejeter l’idée selon laquelle la victoire de la cause suffragiste en 1918 pouvait être attribuée aux services rendus par les femmes durant la guerre. Pour Vera Brittain, écrivain et journaliste, la loi électorale de 1918, tout comme les réformes qui suivirent, était la conséquence logique du mouvement féministe, et la guerre n’avait fait que hâter sa venue29. Quant à Evelyn Sharp, ancienne suffragette, elle écrivit plus tard que le rôle joué par les femmes durant la guerre n’avait contribué à la victoire suffragiste de 1918 que dans la mesure où il avait offert aux anti-suffragistes au sein du gouvernement une excuse pour revenir sur une position qui, déjà avant la guerre, était de plus en plus difficile à tenir30, idée également défendue par le député J. H. Thomas :

  • 31  “I do not agree with [...] those who believe that women established their right to full citizenshi (...)

Je ne suis pas d’accord avec […] ceux qui pensent que les femmes ont établi leur droit à une pleine citoyenneté durant cette guerre […] Les femmes avaient démontré le bien-fondé de leur revendication longtemps avant cette guerre. Tout ce que cette guerre a fait a été de fournir à un grand nombre de personnes uneexcuse commode pour se sortir de façon diplomatique d’une situation impossible31

  • 32  “Since the War began, now nearly three years ago, we have had no recurrence of that detestable cam (...)

23Outre le travail accompli par les femmes durant ces années de guerre, le fait que les organisations suffragistes, dès le début du conflit, suspendirent leurs activités pour se mettre au service de la nation, loin de porter préjudice à la cause suffragiste, permit également sans doute à de nombreux hommes politiques, en 1916, de réviser leur opinion sans perdre la face et sans donner l’impression de céder au chantage. « Depuis que la Guerre a commencé, il y a maintenant près de trois ans, nous n’avons assisté à aucune répétition de cette campagne détestable qui a défiguré les annales de l’agitation politique dans ce pays », fit ainsi remarquer Asquith à la Chambre des Communes lorsqu’il présenta sa motion sur l’adoption du rapport de la Speaker’s Conference, « et personne ne peut désormais prétendre que nous cédons à la violence ce que nous avons refusé d’accorder à la discussion »32. L’absence de campagne de la part des organisations suffragistes fut également mise en avant par Sir Alfred Mond, au cours des débats du 19 juin, en réponse à ceux qui prétendaient qu’il n’existait pas, parmi les femmes, de réelle demande pour le droit de vote :

  • 33  “We may be told there is no great agitation in favour of the suffrage. That is true, but it would (...)

On peut nous dire qu’il n’y a pas une grande agitation en faveur du suffrage. C’est un fait. Toutefois, il serait injuste d’en déduire que ce dernier n’est pas souhaité. La manière loyale dont toutes celles […] qui ont combattu pour le droit de vote ont, depuis le début de la Guerre, subordonnée toutes leurs activités à l’effort de guerre est […], je pense, une marque de grande noblesse qui devrait être reconnue33.

24Il est indéniable que la réforme électorale de 1918, en permettant à 8,47 millions de femmes britanniques (soit 39,6% de l’électorat) de s’inscrire sur les registres électoraux, représenta un progrès considérable en matière de droits politiques. Les changements occasionnés par la guerre, et notamment la plus grande indépendance dont purent jouir les femmes ainsi que la façon dont elles surent remplacer les hommes dans des emplois auxquels elles n’auraient auparavant jamais pensé avoir accès, contribuèrent par ailleurs sans doute à rendre pour beaucoup l’idée d’une participation des femmes à la vie politique moins choquante. Ainsi qu’on l’a vu, peu d’éléments semblent toutefois accréditer la thèse d’un droit de vote comme récompense. Si le rôle des femmes durant la guerre fut mis en avant lors des discussions relatives au projet de loi, ce fut principalement par les organisations suffragistes. Ni le gouvernement ni le Parlement ne retinrent quant à eux cet argument. La restriction d’âge et la décision de lier les droits de l’épouse à ceux de son mari sont par ailleurs la preuve, si besoin est, que cette mesure n’avait rien de révolutionnaire : la femme, même munie du droit de vote, restait avant tout une mère et une épouse (ce que l’on attendait d’une femme de plus de trente ans) tandis que les jeunes femmes que la guerre avait rendues plus indépendantes, celles que l’on surnommerait bientôt les “flappers”, se voyaient refuser toute voix dans la reconstruction du pays. Le fait que de nombreux hommes politiques, lorsqu’on leur demanda de voter sur la question du suffrage féminin, soutinrent la proposition ne signifie pas pour autant qu’ils avaient changé d’opinion. Sans l’intervention des sociétés suffragistes au moment où commença à être évoquée la possibilité d’une réforme électorale et la crainte d’une reprise de l’agitation suffragiste après-guerre, rien ne permet en fait de penser que le gouvernement aurait décidé d’inclure les femmes dans son projet de réforme électorale.

Haut de page

Bibliographie

  

Sources primaires

BRITTAIN Vera, Testament of Youth, [1933] London : Virago, 1993.

DAILY MAIL,“Munitions Girls are not too well paid”, 13/04/1916.

DAILY NEWS, “Munitions Girls’ Pay”, 06/01/1917; “Furs and Finer”, 10/03/1917.

FAWCETT Millicent Garrett, “Progress of the Women’s Movement in the United Kingdom”, in Ida Husted Harper (ed.), History of Woman Suffrage, vol. 6, 725-51,New York : National American Woman Suffrage Associations, 1922.

FAWCETT Millicent Garrett, The Women’s Victoryand After, London : Sidwick & Jackson, 1920.

HANSARD, House of Commons Debates, 5th series: Vol. 36 (28 March 1912).

Vol. 94 (19 June 1917).

HANSARD, House of Lords Debates, 9 January 1918.

NATIONAL UNION OF WOMEN SUFFRAGE SOCIETIES minutes, 18/03/1915.

SHARP Evelyn, Unfinished Adventure, London : John Lane, 1933.

STRACHEY Ray, Our Freedom and Its Results, London : Hogarth Press, 1936.

THE TIMES, “Electoral Reform—The Vote for Women Agreed To”, 11/01/1918.

WOMEN’S CITIZEN ASSOCIATION, “The Citizenship of Women”, 1933, Rapport de la réunion d’inauguration de 1918.

WOMEN’S DREADNOUGHT, “A Contrast and Caution”,03/04/1915.

WRIGTH Almroth, The Unexpurgated Case Against Women’s Suffrage, London : Constable, 1913.

Sources secondaires

BERRY Paul & Alan BISHOP (eds.), Testament of a Generation, The Journalism of Vera Brittain and Winifred Holtby, London: Virago, 1985.

BUTLER David, The Electoral System in Britain 1918-1951, Oxford: Clarendon Press, 1953.

CLOSE David H., “The Collapse of Resistance to Democracy: Conservatives, Adult Suffrage and Second Chamber Reform 1911-1928”, The Historical Journal, 20, 4, 1977, 89-99.

HARRISON Brian, Separate Spheres: the Opposition to Women’s Suffrage in Britain, London: Croom Helm, 1979.

HARRISON Brian, “Women’s Suffrage at Westminster 1866-1928”, in BENTLEY M. & J. STEVENSON, High and Low in Modern Britain, Oxford: Blackwell, 1983.

PUGH Martin, “Politicians and the Woman’s Vote, 1914-1918”, History, 59 (1977), 358-374.

PUGH Martin, Electoral Reform in War and Peace, 1906-1918, London: Routledge, 1978.

PUGH Martin, Women and the Women’s Movement, London: Macmillan, 1992.

STRACHEY Ray, The Cause, A Short History of the Women’s Movement in Great-Britain, [1928] Bath: Redwood Press, 1974.

Haut de page

Notes

1  « Suffragiste » est le nom donné à tous les partisans du vote des femmes, « suffragette » le sobriquet donné par la presse (et repris par les intéressées elles-mêmes) aux membres de la Women’s Social and Political Union, créée en 1903 par Emmeline Pankhurst et ses deux filles, Christabel et Sylvia.

2  “Their performance on the home front won Englishwomen the vote”, W. L. O’Neill, The Woman Movement, Chicago: Quadragnel, 1969, 79.

3 Ce militantisme accru venait en réponse au rejet, à trois reprises successives (1910, 1911 et 1912), d’un projet de loi visant à accorder aux femmes le droit de vote.

4  “Let us remember that if the Bill is once passed, whether we like it or not, it will be attributed to the militant methods”, Viscount Hemsley, discours à la Chambre des Communes, House of Commons Debates, vol. 36, 28 March 1912, col. 642.

5  Millicent Garrett Fawcett, The Women’s Victory - and After, London: Sidwick & Jackson, 1920, 112. Ray Strachey confirme : “Middle-aged women who had been quiet mothers of families were suddenly transformed into efficient plumbers, chimney sweepers, or grave-diggers, flighty and giggling young girls turned into house-painters and electricians; ladies whose lives had been spent on the hunting field turned into canal boatmen and ploughmen, and through their steady work and toil, the life of the country was carried on [...] Big shipbuilders openly announced that they could build ironclads with no labour but that of women; technical teachers discovered that some women had really great mechanical abilities. Bank managers trusted them with serious financial responsibilities and even farmers [...] allowed them to manage stock. A chorus of exaggerated praise arose, and nothing was too good to be said and believed.” Ray Strachey, Our Freedom and Its Results, London : Hogarth Press, 1936, 128.

6  “Their work is absolutely indispensable”, “our armies have been saved and victory assured by the women in the munitions factories”, Ibid., 112.

7  Voir par exemple : “Munitions Girls’ Pay”, Daily News, 06/01/1917 et “Furs and Finer”, Daily News, 10/03/1917 ;“Munitions Girls are not too well paid”, Daily Mail, 13/04/1916 etc. Ces réactions semblent, toutefois, avoir été autant le fait de préjugés de classe que de préjugés sexuels : beaucoup de gens, y compris parmi les femmes, acceptaient mal le fait que des femmes de la classe ouvrière parviennent à obtenir une certaine indépendance financière, notamment en quittant les emplois qui avaient été les leurs, tels que ceux d’employées de maison.

8  “I was the only woman returning, bringing with me [...] – terrifying thought – the psychological fruit of my embarrassing experiences. During the war, the tales of immorality among VADs, as among WAACs, had been consumed with voracious horror by readers at home; who knows in what cesspools of iniquity I had not wallowed? Who could calculate the awful extent to which I might corrupt the morals of my innocent juniors?”, Vera Brittain, Testament of Youth, [1933], London : Virago, 1993, 476-477.

9  M. G. Fawcett, op. cit., 115.

10  “My opposition to woman suffrage has always been based, and based solely, on consideration of public expediency. I think that some years ago I ventured to use the expression ‘Let the women work out their own salvation’. Well, Sir, they have worked it out during this War. How could we have carried on the War without them? […]...But what I confess moves me still more in this matter is the problem of reconstruction when the War is over. The questions which will then necessarily arise in regard to women’s labour and women’s functions and activities [...] are questions in regard to which I, for my part, feel it impossible, consistently either with justice or with expediency, to withhold from women the power and the right of making their voice directly heard. “Politicians and the Woman’s Vote, 1914-1918”, Martin Pugh, History, 59 (1977), 358-374.

11  “There are about 15,000 women on the Register – a dim, impenetrable, for the most part ungetatable element – of whom all that one knows is that they are for the most part hopelessly ignorant of politics, credulous to the last degree, and flickering with gusts of sentiment like a candle in the wind”, “Letters from Lord Oxford to a friend”, [1933], 125-6, in Martin Pugh, Women and the Women’s Movement, London : Macmillan, 1992, 40.

12  “We know that those who cry ‘Hosanna’ today will cry ‘crucify’ tomorrow”, “A Contrast and Caution”, Women’s Dreadnought, 03/04/1915.

13  Ray Strachey, The Cause, A Short History of the Women’s Movement in Great-Britain, [1928] Bath: Redwood Press, 1974, 352.

14 Une note exposant les arguments que les membres de la NUWSS souhaitaient voir soulever circula toutefois parmi les membres de la commission et un certain nombre de résolutions féministes en provenance d’associations politiques, de conseils municipaux, de syndicats et de sociétés suffragistes furent envoyées au président de la commission.

15  “At the same time, our chief concern was for the safety of the whole scheme. We emphasized this, showing how we preferred an imperfect Bill which could pass to the most perfect measure in the world which could not”. M. G. Fawcett, op. cit., 146.

16  “We have been told that the War has made a very considerable alteration in the situation. I should be the last person to deny that women have done well, and have been of very great assistance to us during the years of trial, but I fail to see any reason in that for giving them the vote […] While it is indisputable that women have rendered valuable service during the War, there is no ground for assuming that the women who want the vote and the women who have done the work are the same […] I do not think there can be any doubt that there are a large number of women engaged on war work who do not want the vote, and I would like to ask whether the anti-suffragists are to find, as a penalty for their patriotism, that it is made the very ground on which the revolutionary change which they do not want is to be thrust upon them?”, Sir Frederick Banbury (anti-suffragiste), Hansard, House of Commons Debates, vol. 94, 19 June 1917, col. 1642. “I have heard that parody, and a very insulting parody, of the real argument put forward, but I have never heard it put forward by a supporter of woman’s suffrage. It is not an argument which any woman suffragist would desire to put forward; it is not a true argument at all. We all feel deeply the splendid part played in this time of national emergency, but […] we are really grossly insulting the real character of the argument now presented in 1917 as justifying change of view if anyone were to suppose that it proceeds on this line that women have rendered splendid service and the vote is due reward for their service”, Sir John Simon (suffragiste), col. 1675. Voir aussi l’intervention de Sir Charles Hobhouse (anti-suffragiste), col. 1652 et Lord Hugh Cecil (suffragiste), col. 1659.

17  MacCallum Scott, Ibidem., col. 1687. Sir Charles Hobhouse fit la même remarque.

18  Almroth Wright déclarait en 1913 : “Now it is by physical force alone and by prestige – which represents physical force in the background – that a nation protects itself against foreign interference, upholds its rule over subject populations, and enforces its own laws. And nothing could in the end more certainly lead to war and revolt than the decline of the military spirit and loss of prestige which would inevitably follow if man admitted woman into political co-partnership”. Sir Almroth Wrigth, The Unexpurgated Case Against Women’s Suffrage, London : Constable, 1913, 67.

19  Mrs Fawcett, qui ne souhaitait pas trop impliquer son organisation dans le mouvement pacifiste, avait refusé d’envoyer des déléguées au Congrès International des Femmes, tenu en avril 1915 à La Haye, insistant qu’il s’agissait d’un congrès pour la paix et que l’exécutif de l’Union Nationale n’avait aucun mandat pour travailler dans une telle direction. Elle craignait en réalité surtout que la présence de déléguées ne porte atteinte à la réputation de l’Union en indiquant un manque de patriotisme. Un compromis fut atteint, selon lequel les membres pourraient assister au congrès, à condition que ce ne fût pas en tant que représentantes de l’organisation (NUWSS minutes, 18/03/1915).

20  “The war has brought into existence great classes of women who, after the War, will have interests affected by legislation independently of their husbands or fathers or other male relations [...] We want to have the ordinary security given to women engaged in industrial work — the ordinary security that the vote gives, that they shall not be neglected or oppressed by Parliament. Lord Hugh Cecil, Hansard, House of Commons Debates, vol. 94, 19 June 1917, cc. 1661-1662.

21  “You have got now tens of thousands, hundreds of thousands, and even millions of women who are working in industry, who were not so doing before the War began […] The moment that we endeavour to return to the conditions of peace the question will at once arise, What is to be the position of these women? [...] You cannot expect justice to be done to that part of the industrial army which consists of women if you provide every Member of Parliament with an exclusively male electorate.” Sir John Simon, Ibid., col. 1678-1680.

22  “Every Member of this House has two alternatives, and, in my judgement, there is no third. You can either oppose all the recommendations of the Speaker’s Conference root and branch, and devote all your Parliamentary influence and power to destroy them or you can make up your mind that you shall support them in their entirety.” Sir Frederick Smith (Attorney General), Ibid., col. 1672.

23  Le chef de la majorité ministérielle, Lord Curzon, était lui-même président de la National League for Opposing Women’s Suffrage.

24  “I shall never forget the destruction perpetrated upon some of our most ancient and valuable buildings in Scotland. Those who did it [...] in my opinion merit perennial infamy”, Hansard, House of Lords Debates, vol. 26, 9 January 1918, col. 435 et col. 448.

25 “Electoral Reform - The Vote for Women Agreed To - House of Lords, Thursday, January 10th, The Times, 11/01/1918, 8.

26  “You give the vote to boys of nineteen because they have fought; you give the vote to women of thirty though they have not fought”, discours de Lord Curzon à la Chambre des Lords le 10 janvier 1918, in Brian Harrison, Separate Spheres, The Opposition to Women’s Suffrage in Britain, London : Croom Helm, 1979, 218.

27 Idem.

28  “I do not believe we should have won the vote just when we did, except for the fact that it was absolutely necessary to introduce legislation in order to prevent the almost total disfranchisement of many millions of men who had been serving their country abroad, in the Navy and Army, or in munitions or other work which had withdrawn them from places where they usually resided...”, M.G. Fawcett, “Progress of the Women’s Movement in the United Kingdom”, in Ida Husted Harper (ed.), History of Woman Suffrage, vol. 6, 725-51, New York : National American Woman Suffrage Associations, 1922.

29  “Their Name Liveth”, Manchester Guardian, 13/11/1929, in Berry et Bishop (ed), Testament of a Generation, The Journalism of Vera Brittain and Winifred Holtby, London : Virago, 1985, 208.

30  Evelyn Sharp, Unfinished Adventure, London : John Lane, 1933, 155-6.

31  “I do not agree with [...] those who believe that women established their right to full citizenship by their services during this war [...] Women had established their claim long before this war. All that the war did was to give a convenient excuse to a large number of people to diplomatically get out of an impossible position”, WCA, “The Citizenship of Women”, 1933, Rapport de la réunion d’inauguration de 1918, 4.

32  “Since the War began, now nearly three years ago, we have had no recurrence of that detestable campaign which disfigured the annals of political agitation in this country, and no one can now contend that we are yielding to violence what we refused to concede to argument, Martin Pugh, op. cit., 367.

33  “We may be told there is no great agitation in favour of the suffrage. That is true, but it would be unfair to argue from that that there is no demand for it. The loyal way in which all those interested in the movement who fought for it have, since the beginning of the War, subordinated all their activities to the purpose of helping to win the War [...] is, I think, a feature of great nobility which ought to be recognised, Sir Alfred Mond, Hansard, House of Commons Debates, 19 June 1917, col. 1715-1716.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Molinari, « Le droit de vote accordé aux femmes britanniques à l’issue de la Première Guerre mondiale : une récompense pour les services rendus ? », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°4 | 2008, 71-87.

Référence électronique

Véronique Molinari, « Le droit de vote accordé aux femmes britanniques à l’issue de la Première Guerre mondiale : une récompense pour les services rendus ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°4 | 2008, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1070 ; DOI : 10.4000/lisa.1070

Haut de page

Auteur

Véronique Molinari

Grenoble, France)
Véronique Molinari is Senior Lecturer at the University Stendhal-Grenoble III, where she teaches British history and civilisation. Her research focuses on women’s and gender history in Britain (19th and 20th centuries), in particular the women’s movement in Edwardian and Inter-War Britain, as well as women’s participation in politics. Her publications include Le vote des femmes et la Première Guerre mondiale en Angleterre (L’Harmattan, 1996) and Les conséquences du droit de vote des femmes dans l’entre-deux-guerres en Angleterre (Presses universitaires du Septentrion, 2001 and Les femmes dans l’Angleterre victorienne et édouardienne (L’Harmattan, 2008).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals