Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. VI – n°4Les Femmes britanniques et la Deu...Le discours parlementaire sur l’e...

Les Femmes britanniques et la Deuxième Guerre mondiale : La place des femmes en temps de guerre, points de vue internes et externes

Le discours parlementaire sur l’emploi et les droits des femmes en temps de guerre (1939-1945)

A Sensitive Issue: the Parliamentary Debates on Women’s Rights and Employment during the Second World War
Martine Stirling
p. 111-130

Résumé

Right from the beginning of the Second World War, the government called upon women: first of all by asking them to house mothers and their children from large cities during the evacuation period; then, by calling upon volunteers for war work and later by enlisting first single women and later married women. Many MPs worried about the impact of such a measure on family and social order. The call to mothers was even more controversial: who was going to look after the children and the home until the men came home?
Parliamentary debates of the time show the extent to which the redefinition of the role of women, in a society in crisis, perturbed mentalities and habits, even among women MPs. Although some of them campaigned actively beyond political allegiance in favour of women's work and their improved legal status, others did not hesitate to support measures like the closing down of nurseries even though they could have had a positive long term impact on the future of British women. The animated debates transcribed by Hansard reveal these divisions and open a window on a whole new line of thinking which started during these difficult years on the position and role of women in British society. In this sense, they are an essential primary source on gender issues.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Loi qui autorise les femmes à se présenter aux élections parlementaires et à siéger à la Chambre d (...)
  • 2 House of Commons Information Factsheet M4, Appendix A.

1En 1939, un peu plus de vingt ans après le Parliament (Qualification of Women) Act1 et l’élection de Nancy Astor, les femmes ne sont encore qu’une toute petite minorité à la Chambre des Communes puisqu’elles représentent moins de 2% de l’effectif total2. Pourtant, leur participation aux débats est loin de s’en trouver amoindrie. Au contraire, les années de guerre et le besoin croissant en main-d’œuvre féminine vont donner à leurs interventions une vigueur accrue. S’appuyant sur les associations et les syndicats de femmes, mais aussi sur les ouvrières et les mères de famille, elles vont être amenées à défendre, souvent avec succès, les droits des femmes notamment dans le monde du travail. Les quelques milliers de pages des Hansard Debates pour la période 1939-1945 constituent, en ce sens, une source primaire précieuse qui mérite d’être analysée en profondeur. Reflets non seulement des préoccupations sociales et politiques du moment, ils nous font aussi découvrir les tribulations d’un peuple et de ses représentants appelés à remettre en question ses institutions traditionnelles comme le partage des rôles au sein de la famille et la place des femmes dans la société dans des discussions qui n’ont rien perdu de leur actualité.

Des débuts hésitants

  • 3 “It seems to me, when I hear the Minister of Labour or even the Prime Minister approach the questio (...)

2C’est à partir de février 1940 que l’on trouve dans Hansard les premières grandes discussions sur la participation des femmes à l’effort de guerre. On ne parle pas encore de mobilisation mais de volontariat et elles sont invitées à s’inscrire dans les bureaux de recrutement du gouvernement. Toutefois, aucune disposition n’a été prise pour la formation de ces travailleuses et leurs conditions d’emploi restent nébuleuses, ce qui fera dire à la députée indépendante Eleanor Rathbone, en décembre 1941, que le Premier ministre et le Ministre du Travail ont peur des femmes 3.

  • 4 “Those women who are fit and willing but from whom the Government are asking too much, when it is p (...)
  • 5  Plus précisément 10 shillings et six pence pour le premier enfant et huit shillings et six pence à (...)

3Déjà, la députée travailliste Edith Summerskill s’était fait l’écho des plaintes qu’elle recevait des femmes chargées d’accueillir les familles évacuées. Elle avait sollicité une allocation supplémentaire pour ces femmes pleines de bonne volonté mais dont le gouvernement exigeait trop en leur demandant de s’occuper des enfants des autres pendant deux ou trois ans, sans aucune rémunération4. Cette obligation se traduisait par un surcroît de tâches ménagères que la plupart d’entre elles devaient assumer seules; de plus, l’allocation gouvernementale de 8 à 10 shillings par enfant5 était insuffisante pour couvrir les frais occasionnés. Pendant toute la durée de l’évacuation, les demandes réitérées des députées pour aider les femmes en question se soldèrent par un échec.

4Bien que de nombreux historiens aient souligné le peu d’empressement des femmes à s’engager dans les premiers temps, la lecture des débats suggère au contraire, qu’elles étaient enthousiastes mais rapidement découragées par la confusion qui régnait dans les bureaux d’embauche. La suggestion de plusieurs députées en juin 1940 qui voulaient s’associer pour former un comité de gestion de l’emploi des femmes suscita l’hilarité de la Chambre. Ce n’était pas là un début très encourageant pour une population qui avait fait ses preuves pendant la Première Guerre. Toutefois, la suite des événements vint rapidement forcer la main du gouvernement dans ce domaine.

  • 6 “I have to tell the women that I cannot offer them a delightful life […] They will have to suffer s (...)

5Très vite en effet, il apparut que les besoins en main-d’œuvre dans l’industrie navale, l’aéronautique et la production agricole ne pouvaient être satisfaits par les hommes qui étaient mobilisés à quelques exceptions près. Les usines de munitions manquaient aussi de personnel : une grande partie de leurs employés avaient été progressivement transférés vers les services de l’armée et dans la défense civile. Le 10 mars 1941, le Ministre du Travail Ernest Bevin lança un appel solennel repris par la presse nationale6. Il annonça également que le gouvernement comptait mettre en place des infrastructures pour permettre aux mères de famille de travailler. Toutefois, les femmes hésitaient encore et beaucoup se plaignaient du manque de précisions sur les salaires et les horaires :

  • 7 Mass Observation Report, No. 615, mars 1941, cité par Dorothy Sheridan, Wartime Women, London: Phoe (...)

The question that every interested woman was asking was ‘What sort of wages will I be paid?’ To this the Ministry of Labour’s answer reads as follows: ‘It is impossible to answer this question exactly … Another brilliant answer to the question ‘What are the working hours?’ The answer: ‘They will vary at different factories.’ Women are not brainless dolts…only a small minority will voluntarily go into anything blind7.

6En décembre 1941, le gouvernement se résolut donc, mais à contrecœur, à décréter la conscription obligatoire pour les femmes. Elles seraient engagées dans l’armée, les services de défense civile ou l’industrie de guerre ou affectées à des emplois de première nécessité. Quant aux mères, elles pourraient être mises à contribution, mais leur participation serait volontaire, et leur lieu de travail proche de leur domicile.

  • 8  Malcolm Stewart McCorquodale, (1901 – 1971), Joint Parliamentary Secretary, Ministère du Travail d (...)

7Le résultat ne se fit pas attendre. Dès 1942, Malcolm McCorquodale8, Secrétaire d’État au ministère du Travail et depuis peu Président du Women’s Consultative Committee, la commission chargée de gérer l’emploi et le recrutement des femmes, se félicitait de l’ardeur avec laquelle les jeunes femmes étaient prêtes à participer à la guerre : 50% des recrues optaient pour les forces armées et la défense civile et il y avait beaucoup moins d’objecteurs de conscience chez les filles que chez les garçons.

  • 9  Les Wrens (Women’s Royal Naval Service) travaillaient souvent comme opératrices radio. Comme les h (...)

8De leur côté, les employeurs se disaient surpris de l’efficacité des femmes qui opéraient dans tous les secteurs ; elles faisaient même de la manutention dans les docks, creusaient des tranchées ou réparaient les camions. Dans l’armée, elles étaient souvent chargées de la défense anti-aérienne et du transport des vivres et des munitions, à côté de fonctions plus traditionnelles comme celles d’infirmières. On les trouvait aussi dans la Royal Navy9 et dans la Royal Air Force ainsi que dans la Land Army, où elles travaillaient dans l’agriculture et la production alimentaire. Enfin, sur le Home Front, ainsi que dans l’Auxiliary Territorial Service et les services de défense civile, elles portaient les premiers secours lors des bombardements. Le seul domaine d’où elles étaient exclues était le maniement des armes ; mais elles restaient exposées au danger dans les zones sensibles (les docks et les usines où elles jouaient le rôle de vigies) ou comme infirmières sur le champ de bataille.

  • 10  Angus Calder, The People’s War, London: Pimlico, 1996, 331.

9À partir de janvier 1943, les femmes âgées de 19 à 40 ans furent également sollicitées et dès juillet, à la demande de Churchill qui voulait libérer du personnel féminin pour l’industrie aéronautique, la conscription s’étendit aux femmes de moins de 51 ans, faisant de la Grande-Bretagne le premier pays où les femmes étaient les plus mobilisées : plus de sept millions d’entre elles (dont près de trois millions de femmes mariées et de veuves) avaient désormais un emploi. La proportion des femmes dans l’armée, les usines de munitions et autres industries « essentielles » avait doublé par rapport à 191810.

Le recrutement des épouses et des mères : un problème épineux

  • 11  HL, Volume 120, Woman-Power, 22 October 1941, col. 378.
  • 12 “The vexed question […] of married women – a very vexed question”. HC, Volume 376, 4 December 1941, (...)

10En octobre 1941, Lord Moyne déclara au cours d’un débat animé sur le recrutement des femmes qu’il fallait oublier les préjugés traditionnels à leur égard : loin d’être fragiles, elles étaient souvent plus robustes que les hommes. Mais que deviendraient les foyers ainsi privés de leurs gardiennes11? Pendant les débats sur le même thème, cette fois à la Chambre des Communes, en décembre 1941, le Ministre du Travail évoquait de son côté la question « fort contrariante » du recrutement des femmes mariées12.

  • 13 Ibid., col. 1082.
  • 14 Ibid., col. 1205.
  • 15  HC, Volume 376,col. 1079.
  • 16 Ibid., col. 1310.

11De fait, l’opinion publique et les députées étaient divisées. Irene Ward, députée conservatrice, et Eleanor Rathbone, députée indépendante, pensaient que sans la mobilisation des femmes, la victoire serait impossible13. Mais pour Nancy Astor, députée conservatrice, il serait injuste de mobiliser de force les célibataires qui avaient peut-être des parents âgés à charge, alors que les femmes mariées sans enfants ne seraient pas inquiétées14. Agnes Hardie, députée travailliste de Glasgow Springburn, était également opposée à la mobilisation des femmes ; elle y voyait une nouvelle forme d’exploitation d’une section de la population qui avait déjà largement payé son dû15. C’était aussi l’opinion du député de Glasgow Gorbals, George Buchanan, qui déclara qu’une telle mesure était une véritable honte pour le Parti travailliste : autant demander aux femmes de participer à des matchs de boxe16.

  • 17  Ibid., cols. 1339, 1341, 1342.
  • 18  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 833.

12La controverse sur la mobilisation des femmes mariées était amplifiée par des rumeurs exploitées par l’ennemi pour démoraliser les troupes, selon lesquelles le Gouvernement britannique contraignait les femmes à travailler et les maltraitait en l’absence des pères et des maris17. La résistance psychologique à l’emploi des femmes fut décuplée quand il s’agit d’enrôler les mères. En mars 1942, face à la pression croissante exercée sur les mères de famille, la députée conservatrice Irene Ward s’indigna : pouvait-on demander un sacrifice de plus aux veuves de la Première Guerre qui avaient élevé leurs enfants seules pour les voir repartir au front et qui allaient elles-mêmes être mobilisées18?

  • 19  À titre d’exemple, à Birmingham, le nombre des naissances hors mariage avait triplé entre 1940 et (...)
  • 20  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 2 December 1941, Col. 1089.
  • 21 Ibid., col. 1081.

13Mais un autre souci alimentait les inquiétudes des responsables syndicaux et des députés : la crainte de l’immoralité et la possibilité d’une grossesse hors mariage19. Tandis qu’Eleanor Rathbone mettait en garde contre les rumeurs « mal fondées » sur le libertinage dans les camps de recrues, elle insistait sur la nécessité d’un encadrement sérieux afin d’éviter toute dérive20. Agnes Hardie, pour sa part, fit remarquer que la plupart des jeunes filles seraient incapables de se plier à une discipline militaire et de résister aux tentations de la vie dans les camps. En conséquence, il ne fallait y envoyer que les plus laides et les plus vieilles21.

  • 22 Ibid., col.1206.

14Même les mères, qui souhaitaient travailler et se plaignaient du manque de soutien de leurs époux, s’opposaient souvent à la conscription de leurs filles. Les journaux attisaient parfois leurs craintes : Nancy Astor, brandissant avec indignation une photo de The Evening Standard où des jeunes filles de l’ATS étaient accoudées au comptoir d’un bar, proposa de censurer la presse pour éviter une propagande défavorable22.

  • 23  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 884.
  • 24 They Also Serve, dir. Ruby Grierson, Ministry of Information, 1940.

15Les dilution agreements, qui permettent d’envoyer des groupes de jeunes femmes vers d’autres régions en manque de personnel, suscitaient de vives critiques. Plusieurs députés, dont Agnes Hardie, accusèrent le gouvernement d’encourager le dépeuplement de régions comme l’Ecosse en enlevant à la population locale toutes les filles en âge de se marier23. Pourtant, en temps de guerre, la société avait plus que jamais besoin de se raccrocher à l’image rassurante de la mère au foyer, comme l’illustrait le court-métrage de la réalisatrice Ruby Grierson pour le Ministère de l’Information24.

  • 25  Mass Observation Reports (1941), cités par Gail Braybon and Penny Summerfield, Out of the Cage: Wo (...)

16Dans cette logique, le personnel des bureaux de recrutement ménageait souvent les femmes mariées. Telle épouse, pourtant sans enfant, était dispensée de travail parce que son mari rentrait manger à midi et avait besoin d’un repas chaud25. L’appel aux femmes, soulignait fréquemment Ernest Bevin, était dicté par les circonstances ; à ce titre, il était temporaire et ne pouvait bouleverser à long terme les habitudes de vie traditionnelles du peuple britannique.

Condescendance des recruteurs et compétences sous-utilisées

  • 26  En 1940, le bilan gouvernemental sur la formation mentionne 6 000 hommes stagiaires pour le seul m (...)
  • 27  « Je crois que beaucoup de femmes, pas seulement dans notre pays mais aussi dans tout l’Empire, se (...)
  • 28  HC, Volume 378, Woman-Power,5 March 1942, col. 848.
  • 29  Sir George Broadbridge (1869-1952), Lord Maire de Londres de 1936 à 1937. Député conservateur de l (...)

17Cette ambivalence des politiciens se traduisait, dans les faits, par certaines carences dans le mode de recrutement, notamment la sous-utilisation des capacités intellectuelles des femmes qui fit l’objet de nombreuses plaintes des députées et organisations féministes. Le Ministère du Travail leur proposait avant tout des tâches manuelles et des emplois de type domestique. Contrairement aux hommes, et malgré les demandes répétées des députées, elles avaient rarement droit à une formation et, dans la plupart des cas, celle-ci ne débouchait pas sur des responsabilités accrues ou un salaire plus élevé26. De même, en dépit des promesses du Ministre de la Guerre qui s’était engagé à nommer une femme à un poste-clé dans chaque commandement, en juillet 1940 aucune mesure en ce sens n’avait encore été prise. Même les femmes hautement qualifiées, comme les médecins, étaient le plus souvent reléguées à des postes subalternes. Dix-huit mois plus tard, Nancy Astor lançait un avertissement au Premier ministre : l’électorat féminin se souviendrait de cette omission lors des prochaines élections27. Quelques mois après, Edith Summerskill constatait de nouveau que seuls les représentants du sexe masculin exerçaient leur pouvoir de décision : “I am beginning to feel that the war is being prosecuted by both sexes but directed only by one”28. Les femmes semblent même exclues des domaines où elles seraient, a priori, plus compétentes que les hommes, expliqua le député conservateur Sir George Broadbridge29 :

  • 30  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 842.

In all our buildings – houses, blocks of flats, and so on – it is only men who design those structures and the result is that when women go to see whether there is anything that suits them, they remark at once, “if only a woman had been consulted, this would have been done and that would have been done, and then the place would have been ideal”30.

  • 31  Henry Willink, (1894-1973), juriste et député conservateur de Croydon North de 1940 à 1945 ; Minis (...)
  • 32  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 851.

18La situation était identique dans les forces armées. En 1938, Nancy Astor avait demandé au Secrétaire d’État à la Guerre de nommer une femme à la tête de l’Auxiliary Territorial Service, mais sa demande avait été refusée. Plus étonnant encore, lorsqu’en mars 1942 Winston Churchill envoya une députation aux municipalités pour les convaincre de l’utilité publique de créer des crèches, c’est un homme, Henry Willink31, qui fut chargé de cette mission32.

  • 33  Les Women’s Consultative Committees sont des comités de femmes (composés essentiellement de député (...)
  • 34  Députée conservatrice de Wallsend, 1931-1945 : “I have never heard it publicly said that in any of (...)

19Pendant toute la guerre, le même reproche fut répété encore et encore : on préférait se passer des compétences des femmes plutôt que de leur donner des responsabilités. Le gouvernement reconnaissait pourtant que le Women’s Consultative Committee33avait fourni une aide essentielle au Ministère du Travail, mais l’initiative n’avait pas été étendue à d’autres départements. La demande des députées qui voulaient créer des commissions du même type auprès du Ministère de la Santé et du Ministère de l’Alimentation resta sans réponse. Enfin, les femmes étaient exclues des commissions chargées de la reconstruction, détail significatif qui n’avait pas échappé à l’attention de la députée conservatrice Irene Ward34.

  • 35  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 3 December 1941, col. 1196-1197.
  • 36  HC, Volume 376, 2 December 1941, col. 1088.

20La députée libérale, Megan Lloyd George, dénonça à plusieurs reprises, en 1941 et en 1942, le « gaspillage total» des capacités des femmes qui étaient, disait-elle, automatiquement affectées à des tâches répétitives dont les hommes ne voulaient pas35, tandis qu’Eleanor Rathbones’en prenait aux arguments réducteurs employés par le gouvernement à l’intention des recrues, comme ces photos de femmes en uniforme dans le magazine Vogue pour convaincre de brillantes étudiantes d’Oxford ou de Cambridge de s’engager dans l’ATS36.

  • 37 Millions Like Us, dir. Frank Launder and Sidney Gilliat, Gainsborough Pictures, 1943.

21De fait, les slogans faisaient invariablement appel à la coquetterie et au besoin féminin de séduire, parfois sous sa forme la plus niaise. Ainsi, une affiche pour l’ATS de 1943 montreune jolie fille, sourire aux lèvres et yeux aguicheurs qui déclare : “It’s time I got a new hat”. Elle veut être opératrice radio – “A man-size job, with all a man’s opportunities” – mais elle hésite car elle est très tentée par les leçons de cuisine. Sur une autre affiche, également de 1942 (Enjoy your War Work), une jeune femme coquette, en équilibre sur le marchepied du car dont elle est le contrôleur, énumère les principaux avantages de son travail : un salaire correct, un uniforme gratuit et un travail intéressant. Contrairement aux publicités destinées aux hommes, on ne mentionne pas les possibilités de promotion ni les perspectives d’avenir. Dans le film Millions Like Us37, sorti en 1943, deux jeunes filles qui souhaitent s’engager dans l’armée évoquent les avantages respectifs de l’armée de l’air (WAAF)et des services territoriaux (ATS) : leur principale motivation est d’y rencontrer leur futur mari. Enfin, dans un épisode de la célèbre bande dessinée du Daily Mirror, “Jane at War”, on peut voir la très jolie héroïne qui utilise son pouvoir de séduction à des fins d’espionnage initier une autre recrue, sérieuse mais sans attrait physique, à l’art de la coquetterie.

  • 38  Voir, par exemple, les archives du Age Exchange Theatre Trust à Blackheath, Londres SE3 .

22Dans les médias comme dans la propagande officielle, les femmes, même en temps de guerre, devaient garder le souci des apparences et rester attrayantes pour soutenir le moral des troupes : séductrices, non, mais séduisantes, oui. En dépit du rationnement, les magazines de l’époque ne manquaient d’ailleurs pas de recettes : le jus de betteraves remplaçait le rouge à lèvres, la ligne noire tracée à l’encre à l’arrière de la jambe simulait la couture d’un bas de soie. On était bien loin du visage des ouvrières à l’air fatigué sanglées dans des blouses sans forme que renvoyaient de nombreuses photos des quartiers populaires de la fin des années trente38. Ces nouvelles mascottes, dont beaucoup étaient issues des classes moyennes, semblaient au contraire élégantes et détendues.

23Cette dualité de l’image féminine, entre travailleuse efficace, employée à des tâches masculines, et mannequin de mode, se retrouvait dans de nombreux courts métrages du Ministère de l’Information. Night Shift, un film de quinze minutes tourné en 1942, raconte une nuit dans une fabrique de tanks, vue par les ouvrières. On y voit des femmes fumer, rire à gorge déployée, le visage maculé de cambouis et penchées sur leurs machines dans des postures masculines. Toutefois, le coup de peigne passé en hâte devant le miroir nous rappelle que pour être ouvrières, elles n’en restent pas moins femmes.

  • 39 They Keep the Wheels Turning, prod. Ministry of Information, 1942.

24Dans un autre court métrage de 1942, They Keep the Wheels Turning39, un garagiste horrifié commence par refuser les femmes que lui envoie le Ministère du Travail pour réparer les camions de marchandises. Mais leur énergie et leur volonté d’apprendre finissent par triompher de son scepticisme. Pourtant, tout en montrant qu’elles peuvent arriver à maîtriser les principes de base de la mécanique, le film insiste du même coup sur le côté incongru de la présence des femmes dans un univers d’hommes.

  • 40 “Miss Mary Allen who masquerades in semi-masculine attire and is a known fascist”. (Mr. Glenvil Hal (...)

25Déjà en 1940, l’un des griefs majeurs évoqués contre Mary Allen, qui dirigeait le Women’s Auxiliary Service, était qu’elle paradait « habillée un peu comme un homme », un fait qui indignait le député Glenvil Hall autant que ses sympathies pour les fascistes40.

Inégalités et injustices

  • 41  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 3 December 1941, col. 1199.

26Malgré l’importance accordée par la propagande officielle à la féminité sur le lieu de travail, rien n’avait non plus été prévu, dans les premiers temps, en termes d’installations sanitaires ni de vestiaires. Megan Lloyd-George voyait dans ce refus de fournir aux femmes un cadre approprié une façon détournée de leur rappeler qu’elles n’étaient pas à leur place41.

  • 42 “They were under service orders and under these orders, if they were called out, they had to make t (...)
  • 43  L’allocation annuelle en juin 1941 était de 66 coupons de textiles par adulte. Il en fallait 14 po (...)

27Par ailleurs, elles se voyaient souvent imposer des tâches domestiques sans rapport avec le travail pour lequel elles avaient été recrutées. Les ambulancières londoniennes, par exemple, devaient préparer le thé et laver la vaisselle des hommes entre deux missions. Si elles oubliaient, elles étaient réprimandées42. De plus, les vêtements de travail, attribués d’office aux hommes, ne leur étaient pas toujours fournis : beaucoup de femmes, notamment dans les services de secours, devaient les acheter elles-mêmes43.

  • 44 “No expense has been spared in lay-out and amenities to make a really first-class job of the factor (...)
  • 45  HC, Volume 376, 27 Novembre 1941, col. 866.

28De même, l’inégalité des salaires, problème déjà soulevé sans succès en 1936, se posait de nouveau. Même les femmes dans des postes d’encadrement étaient invariablement sous-payées et, dans la plupart des cas, percevaient un montant inférieur à celui des jeunes hommes qu’elles formaient44. Elles avaient moins de droits que les ouvriers étrangers temporaires qui, depuis novembre 1941, bénéficiaient des mêmes conditions de travail que les ouvriers britanniques45.

29Bevin, dans une logique travailliste, avait proposé de laisser le patronat et les syndicats négocier ensemble les salaires. Mais ces accords, loin d’assurer une rémunération égale pour tous, donnèrent souvent lieu à des arrangements parcellaires et vagues, avec de nombreuses zones d’ombre échappant à la vigilance ou à l’intérêt des syndicats et dont des employeurs opportunistes avaient vite fait de tirer parti.

30Dans cette situation nouvelle et difficile, les femmes étaient d’ailleurs peu soutenues par les syndicats qui tenaient un discours parfois contradictoire sur l’égalité des salaires. Si les femmes gagnaient autant que les hommes, à travail égal, elles mettaient en cause leur statut masculin. Si elles gagnaient moins, elles risquaient de concurrencer les hommes pour les emplois disponibles et de faire baisser l’ensemble des salaires. Par ailleurs, ils se faisaient le plus souvent les porte-parole des maris au front, qui craignaient qu’elles ne négligent leur foyer et côtoient d’autres hommes sur le lieu de travail. L’insatisfaction des ouvriers qui revenaient le soir dans une maison froide et déserte est illustrée avec humour dans le film Millions Like Us où un veuf rentre chez lui à la tombée de la nuit et déballe en maugréant ses fish and chips devant l’âtre où ne brûle aucun feu, car ses deux filles sont au travail.

  • 46 “Negotiations with the National Union of Sheet Metal Workers began about June, 1940, and that it wa (...)
  • 47  Steven Cherry, Our History – a Pocket History of the Labour Movement in Britain, Norwich: Universi (...)

31Dans la métallurgie ou les docks, bastions jusqu’ici exclusivement masculins, la réaction frisait l’agressivité et tout était fait pour chasser les intruses. En mars 1942, Eleanor Rathbone s’en prit publiquement à la National Union of Sheet Metal Workers, dont les membres refusaient d’accepter des adhérentes depuis près de deux ans, laissant les employées sans protection syndicale46. Le nombre des femmes syndiquées entre 1939 et 1943 eut beau passé rapidement de 970 000 à 1 870 00047, leurs droits restaient dans l’ensemble inférieurs à ceux des hommes et leur participation ne servait souvent qu’à renforcer la position des collègues masculins dans les négociations, en gonflant les effectifs.

  • 48 “One complaint was of the wasteful use being made of the women trained in Government factories. One (...)

32Dans les centres de formation du gouvernement, les femmes débutaient à 38 shillings, les hommes à 60 shillings et 6 pence par semaine ; à la fin de leur période de formation, les femmes étaient payées 46 shillings par semaine ; mais dès qu’elles étaient embauchées, leur paye, contrairement à celle des hommes, retombait à 38 shillings – 43 shillings dans le meilleur des cas, avec le bonus lié à la productivité. Eleanor Rathbone rapporta le nombre élevé de plaintes qu’elle avait reçu à ce propos48.

33Le gouvernement de Churchill était bien conscient de ces différences : en 1941, une enquête du Ministère du Travail avait chiffré à 50 shillings par semaine la différence moyenne entre le salaire d’un homme et celui d’une femme. Mais rien n’avait été fait pour modifier cet état de choses, par crainte d’une poussée inflationniste et des répercussions d’une hausse des salaires féminins sur les dépenses publiques.

  • 49  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 897.

34En mars 1942, le Ministère du Travail finit par annoncer de nouvelles directives pour limiter les disparités salariales entre hommes et femmes49. Il y était plus ou moins contraint : le salaire des ouvrières dans certaines usines sous contrat avec le gouvernement était parfois inférieur à celui des entreprises qui n’étaient pas indispensables à la guerre.

35En matière de recrutement, l’opportunisme du gouvernement était parfois proche du cynisme. Faute de personnel masculin dans l’administration ou les écoles, on encourageait vivement les femmes mariées et les mères de famille à reprendre les postes qu’on les avait obligées à abandonner lors de leur mariage. Mais cette fois, elles étaient embauchées à titre provisoire et à l’échelon salarial le plus bas, sans les avantages habituels liés à la profession. Quand Ernest Bevin, en juin 1942, appela les femmes à entrer en plus grand nombre dans l’enseignement, Mavis Tate lui rappela qu’il était temps que le gouvernement légifère contre le marriage bar qui assimilait le fait de prendre un époux à une faute professionnelle. Elle dut attendre l’Education Act de 1944 pour obtenir gain de cause : dans l’immédiat, le gouvernement se refusa à introduire un changement lié à des besoins temporaires en personnel.

La lutte pour les crèches

  • 50  Professor Archibald Hill (1886-1977). Prix Nobel de médecine en 1922. Membre du conseil scientifiq (...)
  • 51  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 4 December 1941, col. 1291.
  • 52 Ibid., 2-3 December 1941, col. 1205-1081.
  • 53 Ibid.,Schoolchildren (Mothers on War Work), 27 November 1941, col. 869.

36Le recrutement des mères posait un problème particulier. Celles qui avaient des enfants de moins de 14 ans n’avaient jamais été obligées de travailler, mais leur participation était vivement encouragée. Par milliers, elles se présentaient dans les centres d’embauche, soulevant ainsi la question de la garde des enfants, qui traditionnellement en Grande-Bretagne relevait du domaine privé. Pour le Conservateur Archibald Hill50, il n’y avait aucun doute que la place de la mère était au foyer. Rien ni personne ne pouvait se substituer à elle51. Ce sentiment était partagé par une partie des députées, dont Nancy Astor et Agnes Hardie ; celle-ci déplorait le fait qu’à Glasgow, des dizaines d’enfants en bas âge, sales et mal nourris, traînaient dans les rues, pendant que leurs mères étaient à l’usine52. Les députés exigeaient également des mesures pour les enfants scolarisés qui restaient souvent des heures à attendre leur mère dans la rue après l’école53.

  • 54  HC, Volume 395, col. 502.

37Jusqu’en décembre 1941, les initiatives gouvernementales furent quasi inexistantes en dépit des demandes répétées notamment pendant les questions parlementaires. Les trois ministères – Éducation, Santé et Travail – chargés de la question se renvoyaient sans cesse le dossier. Tandis que le Ministère du Travail s’en remettait à la bonne volonté des employeurs et des syndicats, le Ministère de la Santé encourageait le bénévolat et la participation de la famille, des amis et des voisins, ou suggérait de placer les enfants chez des nourrices agréées qui étaient en nombre nettement insuffisant : des rumeurs circulaient selon lesquelles, dans certains quartiers londoniens, une nourrice se voyait confier jusqu’à 40 enfants. Quant aux crèches privées, leur coût était excessif : une place à plein temps pouvait atteindre 36 shillings par semaine, le salaire moyen d’une ouvrière54.

  • 55  COI, Women at Work - Wartime Social Survey, London: June 1944.
  • 56  HC, Volume 376, 2 December 1941, col. 1083 – 1084.
  • 57 Ibid., col. 1198.

38Dans ces conditions, beaucoup de mères, épuisées par des journées de dix heures auxquelles s’ajoutaient les temps de transport et les tâches ménagères, tombaient malades. D’autres « sautaient » simplement des journées de travail. En nombre croissant, les employeurs se plaignaient de l’absentéisme qui, le samedi, touchait presque un tiers du personnel féminin55. La députée conservatrice Mavis Tate dénonçait l’apathie du Ministère de la Santé qui se refusait à créer des crèches et des écoles maternelles supplémentaires et se contentait de faire appel « aux grand-mères et aux tantes56 », tandis que la députée libérale, Megan Lloyd-George, réclamait la mise en place d’une autorité centrale chargée spécifiquement de l’accueil des enfants dont les mères travaillaient57.

  • 58  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 837.

39Nancy Astor rappella que la garde des enfants ainsi que leur santé et leur alimentation, étaient des priorités : les femmes des classes laborieuses payaient le plus lourd tribut devant la pénurie de crèches. La travailliste Jennie Adamson cita le cas d’une mère de huit enfants, employée à creuser des tranchées, qui devait confier son plus jeune bébé aux voisins pour pouvoir travailler. L’amour maternel, conclut-elle, était aussi fort que l’amour de la patrie et pour mobiliser les femmes, le gouvernement se devait de fournir des structures de garde appropriées58.

  • 59  L’origine de ces assemblées, le mot parlement étant ici utilisé sans son sens étymologique (parley (...)

40Une initiative sans précédent vint donner plus de poids aux revendications des femmes dans ce domaine. Dès 1941, les ouvrières, frustrées de ne pouvoir se faire entendre créèrent des « Parlements de femmes»59 qui se réunissaient plusieurs fois par an dans des villes comme Londres ou Glasgow. Seul le nom évoquait le Parlement de Westminster, dans la mesure où il n’y avait ni système bicaméral, ni hiérarchie. Il s’agissait plutôt de s’exprimer librement et de s’unir pour demander de meilleures conditions de vie et de travail.

  • 60  La Women’s Library (London Metropolitan University) à Londres détient le compte-rendu d’une sessio (...)
  • 61  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 889.

41Ces parlements, dont il subsiste peu de traces en dehors de quelques bulletins60, connurent rapidement un grand succès et devinrent de véritables plates-formes d’échanges entre déléguées syndicales, députées de différents partis, représentantes d’associations diverses, mères de famille et ouvrières. Le Parlement de femmes de Londres, qui se réunit pour la première fois en juillet 1941, passa de 90 000 à 280 000 membres en l’espace de trois mois. Ces femmes exercèrent une pression sans relâche pour obtenir des cantines scolaires, des crèches, des augmentations de salaires, de meilleurs transports en commun. Elles constituèrent des dossiers détaillés, contactèrent les médias, firent pression sur les politiques et les municipalités et réussirent à transmettre leurs doléances au plus haut niveau, par l’intermédiaire des députées de tous les partis, de Megan Lloyd George à Mavis Tate. En mars 1942, Eleanor Rathbone exprima son admiration pour cette organisation « magnifique » créée à l’initiative des employées des usines de munitions61.

  • 62  HC, Volume 376, col. 870 et Volume 406, col. 1356.

42Le travail non rémunéré que les femmes accomplissaient en temps ordinaire dans un anonymat total devint ainsi un souci public. En mai 1941, le Ministère de la Santé commença à créer des crèches ouvertes 24 heures sur 24. L’encadrement y était élevé – un adulte pour quatre enfants. Chaque crèche comptait une infirmière diplômée, avec une assistante et une enseignante pour les crèches de plus de 40 enfants. Les mères payaient six pence par jour. En dépit des plaintes au sujet de la lenteur du programme de construction pour des raisons évidentes – manque d’ouvriers, de matériaux et parfois de terrains dans les zones bombardées, leur nombre progressa rapidement, de 8 000 places en novembre 1941 à 72 118 trois ans plus tard. La part de ces crèches dans le budget de l’État totalisait presque 3,5 millions de livres, une somme inégalée à ce jour62.

  • 63  HC, Volume 408, 9 March 1945, War-time Nurseries.
  • 64  HC, Volume 408, 9 March 1945, War-time Nurseries, col. 2446-2447.
  • 65  Type de débat considéré comme d’ordre secondaire au parlement ; il a lieu à la demande d’un député (...)

43Toutefois, cette réalisation, tout comme les Parlements de femmes, ne survécut pas à la fin de la guerre. Dès novembre 1944, le Ministère de la Santé ordonna à toutes les municipalités de fermer les crèches dès que possible. Deux mois plus tard, un terme fut mis au programme de formation et de recrutement des puéricultrices. La nouvelle inquiéta les mères qui redoutaient la perte de leur nouvelle indépendance et des revenus supplémentaires que procurait leur emploi. À la demande du député travailliste Hector McNeil soutenu, entre autres, par le conservateur Sir Derrick Gunston et les députés libéraux Geoffrey Mander et Sir Percy Harris, un débat s’engagea le 9 mars 1945 pour le maintien des crèches après la guerre63. Mais il avait lieu un vendredi et la plupart des députés étaient absents. Le Ministre de la Santé, Henry Willink, s’était déjà refusé à toute concession. Quant aux députées, force est de constater leur silence ce jour-là, y compris celui d’Edith Summerskill qui s’était pourtant exprimée en faveur du maintien des crèches, quelques mois plus tôt. Mavis Tate et Nancy Astor souhaitaient pour leur part privilégier la création de classes de maternelle, projet que soutenait Florence Horsbrugh, Secrétaire d’État à la Santé. Pendant toute la guerre, elle avait d’ailleurs critiqué les crèches, sources de propagation des maladies contagieuses et néfastes pour les jeunes enfants. Ce fut la seule voix féminine ce jour-là : imperturbable face aux arguments avancés par McNeil, qui expliquait la valeur pédagogique et sociale des crèches, en particulier pour les familles défavorisées, elle réitéra l’argument financier de son ministère, selon lequel les crèches n’étaient qu’une initiative temporaire liée à la guerre. Les femmes, expliqua-t-elle, n’utilisaient guère les crèches dans beaucoup de régions ; les pétitions reçues pour le maintien des crèches n’étaient que des manœuvres politiques qui ne concernaient en rien les intérêts de la population64. Ce dispositif, qui aurait pu constituer une avance radicale en matière de droits de femmes, disparut ainsi, brutalement, sans aucune autre discussion à part les quelques pages de débats qui subsistent aujourd’hui dans Hansard. En tant qu’adjournment debate65, il ne fit même pas l’objet d’un vote. À ce jour et en dépit des initiatives récentes du gouvernement de Tony Blair, la garde des enfants en Grande-Bretagne reste d’ailleurs majoritairement une question privée.

Invalidité : le corps des femmes vaut moins cher

  • 66  Les associations qui se sont plus particulièrement manifestées à ce sujet étaient la British Feder (...)
  • 67  HC, Volume 379, Oral Answers, 7 May 1942, col. 1386

44Une injustice criante mobilisa, plus que toute autre, les organisations féministes et les députées66. Il s’agissait de l’indemnité hebdomadaire versée aux femmes blessées en action qui ne totalisait que les deux tiers de ce que recevait un homme en pareil cas, c’est-à-dire 7 à 11 shillings de moins. Le Personal Injuries (Emergency Provisions) Act de 1939 appliquait le même taux à l’indemnisation des civils blessés par l’ennemi. Le taux maximum de pension pour invalidité, par exemple dans le cas d’une amputation des deux bras, était de 27 shillings et 6 pence pour une femme et de 37 shillings et 6 pence pour un homme67. La discrimination touchait toutes les catégories de postes, même ceux qui étaient à risque élevé, dans les services d’alerte et de prévention des incendies (fire-watchers), où les femmes surveillaient un point stratégique et étaient les dernières à rejoindre les abris en cas de bombardement.

  • 68  HC, Volume 380, Oral Answers, 25 June 1942, col. 2134.

45En juin 1941, Mavis Tate demanda un amendement de la loi qui fut rejeté à 80 voix contre 30. Eleanor Rathbone en appela à son tour au Chancelier de l’Échiquier, en mars 1942, lors d’un débat sur le recrutement des femmes. Un montant compensatoire égal pour les deux sexes en cas d’invalidité aurait un impact minime sur les finances de l’état, expliqua-t-elle, mais un impact psychologique majeur sur l’électorat qui ne pourrait être que bénéfique. Mais Sir Walter Womersley, Ministre des Retraites, fit la sourde oreille. Trois mois plus tard, la question revenait à l’ordre du jour : Edith Summerskill évoqua le mécontentement croissant de l’opinion publique tandis que se multipliaient manifestations, lettres aux députés et pétitions au gouvernement68.

  • 69  HC, Volume 380, Oral Answers, 25 June 1942, col. 2133 - 2135.
  • 70  HC Volume 310, Supply: Civil Estimates, 1 April 1936, col. 2032.

46Il incomba à la féministe et députée travailliste de Jarrow, Ellen Wilkinson, ancienne secrétaire d’État aux Retraites et désormais à la Sécurité Nationale, de défendre la position du gouvernement. Selon elle, un amendement était à exclure car il ouvrirait la porte à une série de revendications à tous les niveaux69. Détail ironique, elle avait elle-même réfuté ce type d’argument quelques années plus tôt, lorsqu’elle avait présenté sa proposition de loi en avril 1936 sur l’égalité des salaires dans la fonction publique70.

  • 71 “Can any human being justify that – that old age pensioners, while in perfect health, in possession (...)

47Le débat fut repris en novembre par Mavis Tate. Soutenue par la majorité des députées, elle expliqua que les indemnités pour blessures et invalidité étaient financées par les impôts sur le revenu payés par les femmes comme par les hommes. Il n’y avait donc aucune raison légale de les pénaliser71. Quelque temps plus tard, des femmes blessées en action et munies de membres artificiels furent invitées à la Chambre des Communes pour exposer leur cas. Le lendemain, Edith Summerskill évoqua l’avenir sombre de ces patriotes courageuses qui étaient retournées à leur poste dès que possible, malgré leur handicap, mais dont le sacrifice n’était pas reconnu à sa juste valeur :

  • 72 Ibid., col. 759 – 760.

Those women, who have to exist on 27s. or 28s. awarded for permanent injury, blinded, with lost limbs, know what their end will be – in a back room eking out their miserable existence on public assistance or living with some relatives in order to try and stretch out these few shillings72.

  • 73  229 députés contre 95.
  • 74  HC, Volume 388, 7 April 1943, col. 624.

48Si le vote, à l’issue du débat, s’opposa majoritairement à la proposition de Mavis Tate73, le soutien de la Chambre était en revanche suffisant pour que le gouvernement forme une commission de 15 députés chargés d’enquêter sur la question. Parmi ceux-ci, cinq femmes, Edith Summerskill, Megan Lloyd George, Mavis Tate, Agnes Hardie et Thelma Cazalet-Keir, défendirent avec acharnement la nécessité d’une réforme. La force de leurs arguments et le soutien du public furent tels qu’elles finirent par avoir raison de la résistance de Sir Walter Womersley et le 7 avril 1943, il déclara que, désormais, les indemnités seraient les mêmes pour les deux sexes, qu’il s’agisse de personnes en activité ou sans travail, de femmes célibataires ou mariées74. Cet épisode, rarement évoqué dans l’histoire du féminisme, est pourtant une victoire importante qui a été obtenue grâce à la ténacité et la coopération des députées au-delà de toute appartenance politique.

Conclusion

  • 75  Voir Helen Jones, Women in British Public Life 1914-1950 , Harlow: Pearson Education Ltd, 2000, 21 (...)

49L’historienne Helen Jones, à propos de toute cette période, insiste sur le rôle du gouvernement qui dressait un barrage quasi infranchissable contre toutes les tentatives des femmes en faveur de l’égalité des sexes75. Il est vrai que la guerre n’aura pas révolutionné les mœurs dans ce domaine. Les députées, dans l’ensemble, n’ont d’ailleurs jamais cherché à mettre en question le partage des tâches au sein du ménage, ni la vocation de base des femmes en tant qu’épouses et mères de famille : toute discussion sur des questions fondamentales comme la garde des enfants mettait en relief des désaccords profonds entre les intervenantes qui ont empêché un changement durable à ce niveau. Néanmoins, le rôle joué par les femmes pendant la guerre aura été à la source d’une prise de conscience collective – bien que transitoire – de leur importance économique et sociale. Dans un long débat, en juillet 1943, l’ensemble de la Chambre s’interroge collectivement sur le rôle des femmes dans la société britannique : que veulent-elles, quelles sont leurs vraies aspirations ? Dans un magnifique plaidoyer en faveur des mères des classes laborieuses et de leur contribution qui n’est ni reconnue, ni récompensée, Edith Summerskill demande un salaire pour toutes les femmes au foyer tandis que l’ancien mineur James Griffiths souligne le danger qu’elles courent en mettant au monde des enfants et en assurant la survie de la nation. La remarque de James Murray résume la teneur générale des discours ce jour-là :

  • 76  HC, Volume 396, 16 July 1943, col. 581.

If we want mothers to bear children, there is a price to be paid. There is a condition of mind that must be changed […] It is not the closed fist and the clutching hand that will change these conditions76.

  • 77  Démission obligatoire en cas de mariage.

50Le droit des femmes à une éducation, à une carrière, à la contraception furent aussi longuement débattus. Bien que ces appels soient restés, pour la plupart, lettre morte pendant les années d’après-guerre où les femmes ont été renvoyées dans leurs foyers, la mobilisation a créé une synergie nouvelle. Elle se traduira, entre autres, par la victoire en 1945 des députées contre le gouvernement pour que les nouvelles allocations familiales soient versées aux mères et non aux pères. Elle a posé les jalons d’une série de réformes comme la fin du marriage bar77pour les enseignantes en 1944 etl’égalité des salaires dans la fonction publique en 1946. La même année, les hôpitaux universitaires de Londres (teaching hospitals) ouvrent leurs portes aux étudiantes et en 1949, le Legal Aid and Advice Act offrira un soutien juridique et financier aux femmes qui souhaitent divorcer. Il reste encore beaucoup à faire : elles devront encore attendre 1958 pour entrer à la Chambre des Lords et 1967 pour le droit à l’avortement. Quant à l’égalité des salaires, la loi ne sera votée qu’en 1970 et elle ne sera pas appliquée avant 1975. Toutefois, la position des femmes en tant qu’actrices politiques et économiques est désormais établie.

Haut de page

Bibliographie

COI, Women at Work - Wartime Social Survey, London: June 1944.

HANSARD Parliamentary Debates, Official Reports, Fifth Series: London, HMSO, House of Commons, Volumes 344 à 411; House of Lords, Volumes 110 à 136.

BRAYBON Gail and SUMMERFIELD Penny, Out of the Cage: Women’s Experiences in Two World Wars,London: Pandora, 1987.

CALDER Angus, The People’s War, London: Pimlico, 1996.

CHERRY Steven, Our History - a Pocket History of the Labour Movement in Britain, Norwich: University of East Anglia, 1981.

JONES Helen, Women in British Public Life 1914-1950, Harlow: Pearson Education, 2000.

SHERIDAN Dorothy, Wartime Women, London: Phoenix Press, 2000.

Filmographie

Night Shift, 1942, Paul Rotha Productions etMinistry of Information, 15 minutes.

They Keep the Wheels Turning, 1942, 9 m.

They Also Serve, 1940, dir. Ruby I. Grierson, Realist, 8m.

Millions Like Us, 1943, dir. Frank Launder et Sidney Gilliatt, Gainsborough Pictures.

Haut de page

Notes

1  Loi qui autorise les femmes à se présenter aux élections parlementaires et à siéger à la Chambre des Communes, votée le 21 novembre 1918.

2 House of Commons Information Factsheet M4, Appendix A.

3 “It seems to me, when I hear the Minister of Labour or even the Prime Minister approach the question of women that a certain note of hesitation and timidity creeps into their voices. They seem frightened of women”. HC, Volume 376, 2 December 1941.

4 “Those women who are fit and willing but from whom the Government are asking too much, when it is proposed that they should go on for two or three years looking after strange children in their houses without some remuneration”. HC, Volume 356, Oral Answers, 1 February 1940, col. 1247.

5  Plus précisément 10 shillings et six pence pour le premier enfant et huit shillings et six pence à partir du deuxième.

6 “I have to tell the women that I cannot offer them a delightful life […] They will have to suffer some inconveniences. But I want them to come forward in the spirit of determination to help us through”. Ernest Bevin, cité par le Manchester Guardian, 10 mars 1941.

7 Mass Observation Report, No. 615, mars 1941, cité par Dorothy Sheridan, Wartime Women, London: Phoenix Press, 2000, 127-128.

8  Malcolm Stewart McCorquodale, (1901 – 1971), Joint Parliamentary Secretary, Ministère du Travail de 1942 à 1945 et député conservateur de Sowerby de 1931 à 1945 et d’Epsom (Surrey) de 1947 à 1955. Il entra à la Chambre des Lords en 1955.

9  Les Wrens (Women’s Royal Naval Service) travaillaient souvent comme opératrices radio. Comme les hommes, elles furent souvent tuées ou blessées au combat, ou faites prisonnières.

10  Angus Calder, The People’s War, London: Pimlico, 1996, 331.

11  HL, Volume 120, Woman-Power, 22 October 1941, col. 378.

12 “The vexed question […] of married women – a very vexed question”. HC, Volume 376, 4 December 1941, col. 1345.

13 Ibid., col. 1082.

14 Ibid., col. 1205.

15  HC, Volume 376,col. 1079.

16 Ibid., col. 1310.

17  Ibid., cols. 1339, 1341, 1342.

18  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 833.

19  À titre d’exemple, à Birmingham, le nombre des naissances hors mariage avait triplé entre 1940 et 1945. Il y eut plus de 47 000 naissances hors mariage entre 1941 et 1945 en Angleterre et au Pays de Galles dont 6860 à des mères âgées de 15 à 19 ans. National Statistics, FM1 Historical Series, Births: 1938-2003, Maternities outside Marriage, England and Wales.

20  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 2 December 1941, Col. 1089.

21 Ibid., col. 1081.

22 Ibid., col.1206.

23  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 884.

24 They Also Serve, dir. Ruby Grierson, Ministry of Information, 1940.

25  Mass Observation Reports (1941), cités par Gail Braybon and Penny Summerfield, Out of the Cage: Women’s Experiences in Two World Wars, London: Pandora, 1987, 160–161.

26  En 1940, le bilan gouvernemental sur la formation mentionne 6 000 hommes stagiaires pour le seul mois de juin et aucune femme.

27  « Je crois que beaucoup de femmes, pas seulement dans notre pays mais aussi dans tout l’Empire, seront déçues par le discours que [le Premier ministre] a fait hier. C’est la première fois qu’il avait la chance dans sa carrière de faire un discours inspiré sur les femmes et il ne l’a pas saisie. Il s’est uniquement contenté de déclarer qu’il était contraint d’obliger les femmes à s’engager et à remplir leur devoir en temps de guerre », HC, Volume 376, Maximum National Effort, 3 December 1941, col. 1200.

28  HC, Volume 378, Woman-Power,5 March 1942, col. 848.

29  Sir George Broadbridge (1869-1952), Lord Maire de Londres de 1936 à 1937. Député conservateur de la City (Londres) de 1938 à 1945.

30  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 842.

31  Henry Willink, (1894-1973), juriste et député conservateur de Croydon North de 1940 à 1945 ; Ministre de la Santé de 1943 à 1945. Ses propositions formèrent la base du programme de santé publique repris en 1945 par le gouvernement travailliste.

32  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 851.

33  Les Women’s Consultative Committees sont des comités de femmes (composés essentiellement de députées), formés pendant la guerre et rattachés au Ministère de l’Emploi, qui ont pour rôle de conseiller le gouvernement en matière de recrutement et d’emploi des femmes tout en défendant leurs droits.

34  Députée conservatrice de Wallsend, 1931-1945 : “I have never heard it publicly said that in any of the plans for after-the-war reconstruction, either by the late Minister for Reconstruction or the new Minister, the Government have really decided to give women a part in the planning of policy”. HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 826-830.

35  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 3 December 1941, col. 1196-1197.

36  HC, Volume 376, 2 December 1941, col. 1088.

37 Millions Like Us, dir. Frank Launder and Sidney Gilliat, Gainsborough Pictures, 1943.

38  Voir, par exemple, les archives du Age Exchange Theatre Trust à Blackheath, Londres SE3 .

39 They Keep the Wheels Turning, prod. Ministry of Information, 1942.

40 “Miss Mary Allen who masquerades in semi-masculine attire and is a known fascist”. (Mr. Glenvil Hall to the Secretary of State for the Home Department). HC, Volume 361, Oral Answers, 12 December 1940, col. 1255.

41  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 3 December 1941, col. 1199.

42 “They were under service orders and under these orders, if they were called out, they had to make tea for the men after they came back, and had to wash up. On one occasion, when they had been out for hours on end, they came back and made tea. The men were so tired that […] they could not drink it, but the girls were reprimanded for leaving the washing-up to the oncoming shift”. London County Council Ambulance Service, Calling All Women, Report of the 2nd Session of the London Women’s Parliament, 26/10/1941, 30.

43  L’allocation annuelle en juin 1941 était de 66 coupons de textiles par adulte. Il en fallait 14 pour un manteau de femme.

44 “No expense has been spared in lay-out and amenities to make a really first-class job of the factory, and then, when you ask how much the woman personnel officer is getting, you find that she is receiving probably around £250 a year, has no status and has had relatively little training”. HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 829.

45  HC, Volume 376, 27 Novembre 1941, col. 866.

46 “Negotiations with the National Union of Sheet Metal Workers began about June, 1940, and that it was then set out in writing – I have a copy of the agreement here – that they did not provide for the admission of women dilutees. As late as two or three months ago the negotiations were still going on, and trade unions were still holding out, and would not admit, even in principle, women dilutees”. HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 888.

47  Steven Cherry, Our History – a Pocket History of the Labour Movement in Britain, Norwich: University of East Anglia, 1981.

48 “One complaint was of the wasteful use being made of the women trained in Government factories. One said that the management were averse to employing women who had done their training owing to the fact that they asked for higher rates of pay than untrained women. Another said that untrained girls were put to work on machines while girls from Government training centres were kept on work at the filing bench”. HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 889.

49  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 897.

50  Professor Archibald Hill (1886-1977). Prix Nobel de médecine en 1922. Membre du conseil scientifique du cabinet de Guerre (War Cabinet Scientific Advisory Committee). Député conservateur indépendant de l’Université de Cambridge de 1940 à 1945.

51  HC, Volume 376, Maximum National Effort, 4 December 1941, col. 1291.

52 Ibid., 2-3 December 1941, col. 1205-1081.

53 Ibid.,Schoolchildren (Mothers on War Work), 27 November 1941, col. 869.

54  HC, Volume 395, col. 502.

55  COI, Women at Work - Wartime Social Survey, London: June 1944.

56  HC, Volume 376, 2 December 1941, col. 1083 – 1084.

57 Ibid., col. 1198.

58  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 837.

59  L’origine de ces assemblées, le mot parlement étant ici utilisé sans son sens étymologique (parleys), remonte à 1907 et à la lutte pour le suffrage des femmes. C’était un système de conférences à l’initiative de la Women’s Social and Political Union et notamment de Emmeline et de Christabel Pankhurst où non seulement le droit de vote, mais aussi d’autres thèmes en rapport avec l’inégalité entre les hommes et les femmes étaient abordés.

60  La Women’s Library (London Metropolitan University) à Londres détient le compte-rendu d’une session en octobre 1941 et un document sur la création de crèches de 1944. Le People’s Palace à Glasgow dispose de quelques documents sur le Parlement de femmes de Glasgow.

61  HC, Volume 378, Woman-Power, 5 March 1942, col. 889.

62  HC, Volume 376, col. 870 et Volume 406, col. 1356.

63  HC, Volume 408, 9 March 1945, War-time Nurseries.

64  HC, Volume 408, 9 March 1945, War-time Nurseries, col. 2446-2447.

65  Type de débat considéré comme d’ordre secondaire au parlement ; il a lieu à la demande d’un député de base, en fonction du temps qui reste en fin de journée et de semaine, une fois que les questions à l’ordre du jour ont été débattues.

66  Les associations qui se sont plus particulièrement manifestées à ce sujet étaient la British Federation of Business and Professional Women, la London and National Society for Women’s Service (Report October 1938 - March 1943), l’Open Door Council (13th Annual Report, 1939)et la British Federation of University Women (Annual Report, 1939 - 1940).

67  HC, Volume 379, Oral Answers, 7 May 1942, col. 1386

68  HC, Volume 380, Oral Answers, 25 June 1942, col. 2134.

69  HC, Volume 380, Oral Answers, 25 June 1942, col. 2133 - 2135.

70  HC Volume 310, Supply: Civil Estimates, 1 April 1936, col. 2032.

71 “Can any human being justify that – that old age pensioners, while in perfect health, in possession of their senses and their limbs, are getting exactly the same income, but should a German bomb injure them […] from that moment they are given an unequal rate?”, HC, Volume 385, Women’s Compensation, 25 November 1942, col. 754.

72 Ibid., col. 759 – 760.

73  229 députés contre 95.

74  HC, Volume 388, 7 April 1943, col. 624.

75  Voir Helen Jones, Women in British Public Life 1914-1950 , Harlow: Pearson Education Ltd, 2000, 215.

76  HC, Volume 396, 16 July 1943, col. 581.

77  Démission obligatoire en cas de mariage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Stirling, « Le discours parlementaire sur l’emploi et les droits des femmes en temps de guerre (1939-1945) »Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°4 | 2008, 111-130.

Référence électronique

Martine Stirling, « Le discours parlementaire sur l’emploi et les droits des femmes en temps de guerre (1939-1945) »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°4 | 2008, mis en ligne le 20 août 2009, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lisa/1086 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.1086

Haut de page

Auteur

Martine Stirling

(Nantes, France)
Martine Stirling is a Senior Lecturer at the University of Nantes, specialising in 20th century British social and political history. She completed her doctorate in 2005. Her area of research is gender studies and the representation of women in British parliamentary debates between 1928 and 1967. She has presented a number of papers in these domains in both Great Britain and France, amongst them: « La mère-fantôme dans les débats parlementaires 1936–1942 », Centre de Recherches sur les Iles Britanniques (CRIB), Université Paris 7, June 2003; “Politics and the Working Woman in Great Britain 1928–1939”, Women, History and the Business Environment, The Women’s Library/London Metropolitan University, London, February 2004.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search