Navigation – Plan du site
Postface

Radiohead et le rock progressif : histoire d’un malentendu

Radiohead and progressive rock: the story of a misunderstanding
Michel Delville

Résumés

Au milieu des années 1990, Radiohead entre dans le cercle restreint des groupes rock dont la capacité de réaliser la synthèse créative de leur époque leur permet d’accéder au statut enviable de groupe expérimental adulé par un large public, à l’instar des Beatles ou de Pink Floyd, auxquels ils sont (trop) souvent comparés. Évoquer le parcours de Radiohead dans sa relation au rock progressif revient à se poser un certain nombre de questions fondamentales sur les genres, sources et influences de la musique populaire, sur les relations entre culture de masse et culture savante, ou encore sur la place qu’occupent les groupes dits « alternatifs » sur la scène pop-rock.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Daniel Beauvallet, « Radiohead – Computer World », Inrockuptibles, 25 février 1998.
  • 2 Hugo Cassavetti, « Radiohead : un retour lumineux », Télérama, le 9 mai 2016.
  • 3 Alain Brunet, « A Moon Shaped Pool de Radiohead : le cycle orchestral », La Presse, 9 m (...)
  • 4 « Progressive not for time sig complexity but progressive simply because mainstream non progr (...)

1Quelques mois après la sortie du troisième album studio de Radiohead, Jean-Daniel Beauvallet écrivait : « Face aux chansons lacérées et tortueuses de OK Computer, les mauvaises langues dirent alors : “Radiohead fait du rock progressif.” Non : c’était le rock qui faisait des progrès1 ». Envisager une œuvre musicale née au début des années 1990 dans sa relation à l’histoire du rock progressif n’est pas chose aisée, tant les divergences des spécialistes du genre sont nombreuses et induisent des définitions souvent contradictoires. Dans le cas précis de Radiohead, cette entreprise comporte un certain nombre de risques additionnels dans la mesure où l’appellation « rock » en elle-même est appliquée à un groupe qui s’est progressivement détaché des formats habituels de la chanson pop-rock au profit de l’exploration des ressources électroniques de production et de manipulation du son : le virage electro démarré avec Kid A en 2000 (et dont on peut déjà détecter les premiers balbutiements sur OK Computer) n’a cessé de s’accentuer jusqu’aux beats et ambiances sonores synthétiques qui dominent The King of Limbs (2011), le projet Atoms for Peace de Thom Yorke (Amok, 2013) et, dans une certaine mesure, A Moon Shaped Pool (2016). À la sortie de ce dernier album en date, la presse généraliste n’a pas manqué de souligner les rapports entretenus entre la musique de Radiohead et le rock progressif. Tandis que certains situent A Moon Shaped Pool « dans la lignée des stylistes et défricheurs britanniques, entre pop et progressif, qui l’ont précédé, tels Pink Floyd, Kate Bush ou The Cure2 », d’autres en soulignent l’instrumentation « plus space rock/post rock/prog rock qu'électro3 ». Quant au site progarchive.com, il le range dans la catégorie assez nébuleuse du « crossover prog » en soulignant au passage l’abondance de « progressions harmoniques à la Tony Banks [le claviériste de Genesis] » dans cet opus : « Progressif pas pour la complexité de ses signatures rythmiques mais simplement parce que le rock mainstream non progressif ne s’embarrasse pas d’autant de profondeur et de subtilité musicale4 ».

  • 5 Mac Randall, Exit Music: The Radiohead Story, Londres : Omnibus, 2011, 198.
  • 6 Dale Griffiths, OK Computer, Londres : Bloomsbury, 2004, 44.

2Ces hésitations taxonomiques ne datent pas d’hier. Au cours du dernier quart de siècle, de nombreux critiques et commentateurs ont tenté de rapprocher la musique de Radiohead – d’un point de vue formel, thématique et/ou sociologique – de différents courants et mouvances tels que l’indie rock, le psychédélisme, le jazz rock, le post-rock, le trip-hop ou encore le space rock. Les musicologues qui se sont penchés sur OK Computer ne font pas exception. Mac Randall a fait remarquer l’influence croissante exercée par le drum’n’bass et le krautrock, que Randall qualifie au passage de « rock allemand progressif5 ». Pour Dai Griffiths, « il est possible d’identifier certains éléments de rock progressif chez Radiohead : des albums conceptuels-unifiés (peut-être), des pistes plus longues, des éléments de matière musicale, et de la virtuosité instrumentale6 ».

3Notre propos consistera à explorer ces tentatives de catégorisation d’un point de vue critique en montrant comment les emprunts faits à différents styles leur ont permis de proposer une œuvre véritablement novatrice et échapper ainsi aux tentatives de cantonnement.

La matière sonore

4Quelles que soient les réserves que l’on peut opposer au constat de Griffiths, on ne peut que lui donner raison sur le premier point : bien que dénué d’une trame narrative linéaire et clairement identifiable, OK Computer, nous le verrons plus loin, peut être considéré comme un concept album traversé de bout en bout par des thèmes dystopiques récurrents revisités et déclinés de manières multiples et dotant l’ensemble d’une indéniable cohérence interne. La question de la longueur des pistes est plus délicate dans la mesure où l’album ne contient que deux chansons (« Paranoid Android » [6’23’’] et « The Tourist » [5’24’’]) dont la durée excède cinq minutes, ce qui situe la moyenne très loin des longues suites épiques polyrythmiques qui sont une des marques de fabrique de l’âge d’or du prog. Quant à la « virtuosité » des membres de Radiohead, elle est toute relative. Si « virtuosité » il y avait, elle serait située aux antipodes des contorsions acrobatiques des solistes de Genesis, Yes et autres Emerson, Lake & Palmer. Elle porterait dès lors principalement sur l’usage subtil et réfléchi de la matière sonore en tant que telle, comme en témoignent les passages au mellotron (lequel constitue à lui seul un des grands poncifs du prog) ou, plus fondamentalement encore, la maîtrise des effets de modulation et de distorsion, parfois extrêmes et confinant au bruitisme, entre autres exemples caractéristiques de la recherche sonores de Radiohead depuis ses débuts.

  • 7 Marion Tatom Letts, “How to Disappear Completely”: Radiohead and the Resistant Concept Albu (...)
  • 8 Le mellotron est également présent sur « Airbag » (0:45-0:59), « Exit Music (For a Film) » (...)
  • 9 Christophe Conte, « Ce que nous pensions de “Ok Computer” de Radiohead à sa sortie en 1997  (...)

5À cet égard, il serait tentant de conclure avec Marianne Tatom Letts que « les traits prog de OK Computer sont le plus souvent de nature organique, plutôt que cérébrale7 ». Letts mentionne l’usage du mellotron en tant que générateur de textures sonores, le situant aux antipodes de son équivalent prog, lequel serait destiné avant tout à la production de solos. Ce constat trouve rapidement ses limites dans la mesure où bon nombre de groupes progressifs utilisent l’instrument de manière similaire dans les années 1970. On songe, entre autres exemples, à King Crimson, avec qui le quintet d’Oxford a parfois été comparé. Du côté des critiques, la longueur inhabituelle (6’23’’) de « Paranoid Android » et la tortueuse complexité de la version figurant sur OK Computer n’ont pas manqué de susciter, au grand dam du groupe, des comparaisons avec le rock progressif. Au-delà de toute considération formelle, la présence massive du son très « seventies » du mellotron dans la section chorale y est pour quelque chose8. Quand les Inrocks décrivent « Paranoid Android » comme un « premier single aussi époustouflant que sombrement masochiste, qui frise les sept minutes lyriques et liturgiques à la façon d’une Bohemian Rhapsody en camisole9 », la comparaison avec Queen n’est pas seulement structurelle (le morceau de Queen contient lui aussi une section chorale suivie d’explosions sonores à la guitare saturée) ; elle met le doigt sur cette synthèse d’expérimentation avant-gardiste et de référence au passé qui fait de OK Computer un album qui a, a priori, tout pour plaire au plus grand nombre. Résolument ancré dans le présent tout en revisitant les pages les plus glorieuses du pop-rock des années 1960 et 1970, OK Computer est un album qui appartient autant à son époque – celle du grunge, de la transe et du trip-hop – qu’à celle de Can (fleuron du krautrock allemand dont Radiohead reprendra le morceau « The Thief » en tournée à de nombreuses reprises au début des années 2000), de Pink Floyd ou du double album blanc des Beatles.

  • 10 Tim Footman, Radiohead: Welcome to the Machine, New Malden : Chrome Dreams, 2007, 1 (...)
  • 11 Le journaliste américain a qualifié l’album de « flop du mois » (« Dud of the month(...)

6Tim Footman a comparé l’imagerie et la thématique de OK Computer au Wish You Were Here de Pink Floyd10. Et il faut bien reconnaître que les parallèles ne manquent pas, tant d’un point de vue formel que thématique, ce qu’a souligné, entre autres, Robert Christgau dans un compte-rendu dévastateur paru dans Village Voice11. Selon Christophe Pirenne ces rapprochements entraînent leur lot de comparaisons embarrassantes, à la fois pour les critiques et pour les musiciens du groupe :

  • 12 Christophe Pirenne, Une histoire musicale du rock, Paris : Fayard, 2011, 536.

[…] il ne faut pas attendre longtemps pour que le groupe soit présenté comme l’instigateur d’une renaissance du rock progressif. Pour la plupart des journaux attachés à la défense du rock indépendant, ces parallélismes avec un genre contre lequel ils ont parfois construit leur propre esthétique créent une situation schizophrénique. Comment parler avec passion et discernement d’une musique comportant manifestement des traits hérités d’un genre détesté ? L’exercice sera délicat et de nombreux chroniqueurs en seront réduits à de grands écarts dialectiques12.

  • 13 Dai Griffiths, OK Computer, Londres : Bloomsbury, 2004, cited in Tim Footman, Radiohead: We (...)
  • 14 Tim Footman, Radiohead: Welcome to the Machine, op. cit., 55.
  • 15 James Doheny, Radiohead: The Stories Behind Every Song, Londres : Carlton Books, 2012, 68.
  • 16 « Wall of sound » : expression utilisée dans les années 1960 par le producteur américain P (...)

7Parmi les critiques qui ont souligné, avec une prudence justifiée, les liens qui unissent Radiohead et le rock progressif, d’aucuns ont mis en avant certaines similitudes formelles et structurelles entre « Paranoid Android » et le « I Know What I Like » de Genesis13, « A Plague of Lighthouse-Keepers » du Van der Graaf Generator14, « Stairway to Heaven » de Led Zeppelin ou encore la « Bohemian Rhapsody » de Queen15. « Paranoid Android » (dont le titre fait référence à Marvin, le robot dépressif du Guide du voyageur galactique (1979) de Douglas Adams) raconte l’histoire d’une plongée dans l’angoisse et la folie causées par les sonorités acouphéniques des « voix de fœtus de poulets » (« unborn chicken voices ») tourmentant la conscience du narrateur. Bestiaire halluciné, la chanson vire à la critique sociale dès le début du second mouvement en 7/8, dont il convient de préciser au passage qu’il s’agit de la signature fétiche du rock progressif des années 1970. Elle prend alors pour cible un « petit cochon Gucci hurlant » (« squealing Gucci little piggy ») représentant la classe honnie des yuppies rendus « hideux » (« ugly ») par l’ambition et la cupidité. Au sein du « mur de son16 » paranoïaque suscité par ces visions, la partie chorale centrale offre une aire de repos sonore bienvenue dont la grâce polyphonique semble littéralement pleuvoir sur le morceau (« raindownraindown ») comme si sa fonction était de purifier le monde entier de son horreur, de sa vacuité et de sa corruption morale. La verticalité sublime et triomphante de cette section, soutenue par la synthèse des voix en canon de Yorke et O’Brien, dont les notes hautes se voient démultipliées sur fond de vagues de mellotron, constitue un des points culminants des performances vocales du disque.

  • 17 Mac Randall, Exit Music: The Radiohead Story, op. cit., 150-151.

8Les membres de Radiohead ont tenté à plusieurs reprises de contrer les arguments plaidant en faveur d’une influence du rock progressif, et ce, quelle que soit la pertinence des similitudes et rapprochements structurels évoqués plus haut. Ainsi, Thom Yorke précise que ce n’est pas la « Bohemian Rapsody » de Queen mais bien « Happiness is a Warm Gun » de John Lennon qui aurait inspiré la structure tripartite de « Paranoid Android17 » :

  • 18 « It really started out as three separate songs and we didn’t know what to do with them. Th (...)

Au départ, on avait trois chansons séparées et on ne savait pas trop quoi faire avec. Puis, on s’est souvenu de « Happiness (Is A Warm Gun) » – là aussi, il s’agissait de trois parties différentes que John Lennon avait reliées – et on s’est dit « Pourquoi ne pas essayer ?18 ».

  • 19 Cité dans James Doheny, Radiohead: The Stories Behind Every Song, op. cit., 69.

9L’idée de départ était de pousser encore plus loin le processus d’assemblage de matériaux disparates en insufflant au morceau un souffle épique que le groupe s’est efforcé de restreindre par la suite. Selon O’Brien, la version originale durait plus de onze minutes et comprenait des sections exécutées au Hammond et au glockenspiel19.

« Paranoid Android » : du grunge au prog ?

  • 20 Style de rock alternatif inspiré par le punk et le heavy metal apparu vers le milieu des a (...)

10Les précisions apportées par O’Brien concernant la genèse de « Paranoid Android » auraient plutôt tendance à alimenter les thèses identifiant un virage radical amorcé dans la foulée de The Bends, album annonçant dès 1995 une émancipation du modèle grunge20 des débuts :

  • 21 « At the time of the first album, Pablo Honey, and the successful single, “creep”, Radiohea (...)

A l’époque de leur premier album, Pablo Honey, et de leur single « Creep », Radiohead était mis dans le même sac que Nirvana et Pearl Jam, celui du mouvement grunge (principalement parce qu’ils avaient l’air malheureux et que leur musique sonnait comme s’ils avaient écouté Sonic Youth dans leur prime jeunesse). En 1995, avec la sortie de The Bends, Radiohead a été mis dans la catégorie Britpop (Oasis, Blur) parce qu’ils étaient britanniques et jouaient de la guitare ! Maintenant, avec OK Computer […], le groupe semble vouloir développer une dimension plus globale, concoctant une critique de la société moderne trébuchant vers le nouveau millénaire, éblouie par les néons de la banalité du capitalisme global21.

  • 22 L’influence d’Orwell continuera à dominer la musique de Radiohead, entre autres dans (...)

11De fait, OK Computer s’acharne à dénoncer le caractère répétitif, mécanisé et aliénant de nos vies quotidiennes, particulièrement en ce qui concerne notre relation aux machines (ordinateurs, voitures, avions, trams, radios, systèmes d’alarme, airbags, fours à micro-ondes, stations de lavage auto, réfrigérateurs, appareils de fitness, etc.), un thème qui domine les textes de Thom Yorke, parolier attitré du groupe depuis ses débuts. Si l’on prend en compte le soin apporté à la progression narrative des pistes (on sait que Thom Yorke a passé un temps considérable à ordonner les pistes sur son MiniDisc, soumettant des versions au groupe avant de s’accorder sur la structure que nous connaissons aujourd’hui), force est de constater que OK Computer a bien plus que des allures de concept album, à l’instar de The Wall (1979) de Pink Floyd, avec lequel le troisième disque de Radiohead partage des thèmes récurrents, tels que l’aliénation consumériste, l’emprisonnement idéologique et, de manière plus générale, le modèle orwellien du contrôle médiatique total de la pensée unique22. Ces considérations thématiques et structurelles nous rapprochent – ou nous éloignent – des liens entretenus entre OK Computer et le rock progressif selon que l’on considère ou pas que la notion de concept album est historiquement liée à l’histoire du prog (sans parler de la question délicate du statut générique de Pink Floyd, de ses « débuts » psychédéliques à son intronisation en tant que fleuron du prog à dater de The Wall).

  • 23 Cyrille Delanlssays, « Christophe Pirenne se met à table » : <www.amarokprog.net/articles_1 (...)
  • 24 Can figure parmi les influences principales citées par Yorke dans un article du Mel (...)

12Christophe Pirenne apporte un élément de réponse à cette question en affirmant dans un entretien accordé en 2007 que « s’il y a une nouvelle vague dans le rock progressif, c’est surtout vis-à-vis de tentatives marginales ou expérimentales. Avec des groupes qui ne se considèrent pas comme progressifs eux-mêmes mais qui en ont pourtant la démarche comme Radiohead23 ». Or, si le rock progressif a exercé une quelconque influence sur Radiohead, c’est précisément au travers de tendances elles-mêmes périphériques de la galaxie prog, telles que la scène de Canterbury (Thom Yorke est un admirateur de Robert Wyatt) ou encore le krautrock24, des courants situés aux antipodes de ce que Jonny Greenwood a décrit comme une des « grandes erreurs » de l’histoire du rock, à savoir la tentative « désespérée » de fusionner les modèles de la musique classique et du rock qui constitue selon lui l’essence du prog, ou du moins de sa variante symphonique :

  • 25 « I think progressive rock was a very big mistake, to be honest. The idea that rock music a (...)

Pour être tout à fait honnête, je pense que le rock progressif était une erreur monumentale. C’était une méprise de penser que le rock et la musique classique se valaient et de tenter désespérément de les fusionner. Je ne pense pas que c’est ce que nous faisons, nous sommes tout simplement las; las de ce qu’on entend et de ce qu’on voit autour de nous. Nous ne cherchons pas à éduquer les gens, ou à faire évoluer les choses, nous cherchons seulement à dissiper l’ennui, c’est tout25.

  • 26 Greenwood a reconnu par ailleurs avoir été influencé par Genesis lors de la composition de (...)

13Quels que soient les points de vue adoptés, et en dépit des réticences émises par Greenwood26, il semble difficile de nier que la singularité de Radiohead réside en partie dans le fait que sa musique soit issue d’une synthèse entre influences classiques, jazz et rock. (Comme l’indique la liste des groupes et albums favoris du quintet, publiée en août 1993 dans le Melody Maker, ses membres sont autant fascinés par Olivier Messiaen, Art Blakey ou Miles Davis que par les Cranberries, Strangelove ou Sonic Youth.)

14Les paragraphes qui précèdent ont tenté d’apporter quelques éléments de réponse à la question de savoir ce qui pourrait constituer la « démarche » progressive évoquée par Christophe Pirenne, au-delà des malentendus produits par la question des genres et sous-genres constitués et en prenant garde à ne pas succomber au « démon de l’analogie » dénoncé par Stéphane Mallarmé dans son célèbre poème en prose. Dissiper le « malentendu » généré par la question des influences progressives sur OK Computer nécessiterait une lecture rapprochée de l’ensemble de l’œuvre du groupe. Un tel projet se devrait aussi d’examiner la complexité du paysage des musiques progressives dans toute sa richesse et sa complexité (le statut du krautrock et de la scène de Canterbury, souvent relégués aux marges du canon progressif, en est un exemple saillant). Dans l’attente d’une telle étude, qu’il nous soit permis de conclure, de manière très provisoire, que OK Computer peut être situé dans la lignée d’une tendance syncrétique et « fusionnelle » dont le rock progressif et le psychédélique furent les initiateurs à la fin des années 1960 et au début des années 1970. A cet égard, OK Computer constitue, avant tout, un savant mélange de revisitation de styles antérieurs et d’incorporation de l’environnement contemporain sous-tendu par un désir d’anticipation des musiques à venir.

Haut de page

Bibliographie

BEAUVALLET Jean-Daniel, « Radiohead – Computer World », Inrockuptibles, 25 février 1998.

BRUNET Alain, « A Moon Shaped Pool de Radiohead : le cycle orchestral », La Presse, 9 mai 2016.

CASSAVETTI Hugo, « Radiohead : un retour lumineux », Télérama, le 9 mai 2016.

DELANLSSAYS Cyrille, « Christophe Pirenne se met à table ». <www.amarokprog.net/articles_120_0.html>, consulté le 29 septembre 2019.

DOHENY James, Radiohead: The Stories Behind Every Song, Londres : Carlton Books, 2012.

FOOTMAN Tim, Radiohead: Welcome to the Machine, New Malden : Chrome Dreams, 2007.

FOOTMAN Tim, « Hyperreally Saying Something », in Brandon W. Forbes et George A. Reisch (dir.), Radiohead and Philosophy: Fitter Happier More Deductive, Chicago : Open Court, 2009.

RANDALL Mac, Exit Music: The Radiohead Story, Londres : Omnibus, 2011.

GRIFFITHS Dai, OK Computer, Londres : Bloomsbury, 2004.

LETTS Marion Tatom, “How to Disappear Completely”: Radiohead and the Resistant Concept Album, thèse de doctorat non publiée, The University of Texas at Austin, 2005.

PIRENNE Christophe, Une histoire musicale du rock, Paris : Fayard, 2011.

RANDALL Mac, Exit Music: The Radiohead Story, Londres : Omnibus, 2011.

Haut de page

Notes

1 Jean-Daniel Beauvallet, « Radiohead – Computer World », Inrockuptibles, 25 février 1998.

2 Hugo Cassavetti, « Radiohead : un retour lumineux », Télérama, le 9 mai 2016.

3 Alain Brunet, « A Moon Shaped Pool de Radiohead : le cycle orchestral », La Presse, 9 mai 2016.

4 « Progressive not for time sig complexity but progressive simply because mainstream non progressive rock has no use for so much intricacy and depth of musicianship. », rogerthat, Progachive.com, le 7 juin 2016 : <http://www.progarchives.com/review.asp?id=1576303>, consulté le 15 septembre 2017. Toutes les citations anglaises ont été traduites par l’auteur de l’article.

5 Mac Randall, Exit Music: The Radiohead Story, Londres : Omnibus, 2011, 198.

6 Dale Griffiths, OK Computer, Londres : Bloomsbury, 2004, 44.

7 Marion Tatom Letts, “How to Disappear Completely”: Radiohead and the Resistant Concept Album, thèse de doctorat non publiée, The University of Texas at Austin, 2005, 30.

8 Le mellotron est également présent sur « Airbag » (0:45-0:59), « Exit Music (For a Film) » (1:26-2:18 et 3:21-4:08), « Lucky » (1:53-3:06 et 3:46-4:08), et « The Tourist » (1:35-2:17 et 3:22-5:01).

9 Christophe Conte, « Ce que nous pensions de “Ok Computer” de Radiohead à sa sortie en 1997 », Les Inrocks, 1/07/1997. <https://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/ok-computer/>, consulté le 25 septembre 2019.

10 Tim Footman, Radiohead: Welcome to the Machine, New Malden : Chrome Dreams, 2007, 129.

11 Le journaliste américain a qualifié l’album de « flop du mois » (« Dud of the month »). Robert Christgau, « Consumer Guide Sept. 1997 », Village Voice, 23/09/1997. <http://www.robertchristgau.com/get_album.php?id=2857>, consulté le 25 septembre 2019.

12 Christophe Pirenne, Une histoire musicale du rock, Paris : Fayard, 2011, 536.

13 Dai Griffiths, OK Computer, Londres : Bloomsbury, 2004, cited in Tim Footman, Radiohead: Welcome to the Machine, op. cit., 55.

14 Tim Footman, Radiohead: Welcome to the Machine, op. cit., 55.

15 James Doheny, Radiohead: The Stories Behind Every Song, Londres : Carlton Books, 2012, 68.

16 « Wall of sound » : expression utilisée dans les années 1960 par le producteur américain Phil Spector pour désigner l’effet accumulatif d’instruments enregistrés successivement et soumis à une réverbération intense.

17 Mac Randall, Exit Music: The Radiohead Story, op. cit., 150-151.

18 « It really started out as three separate songs and we didn’t know what to do with them. Then we thought of “Happiness”—which was obviously three different bits that John Lennon put together—and said, “Why don’t we try that?” », Guitar World, septembre 1998.

19 Cité dans James Doheny, Radiohead: The Stories Behind Every Song, op. cit., 69.

20 Style de rock alternatif inspiré par le punk et le heavy metal apparu vers le milieu des années 1980 à Seattle et dont les principaux représentants sont Nirvana, Pearl Jam, Alice in Chains et Soundgarden.

21 « At the time of the first album, Pablo Honey, and the successful single, “creep”, Radiohead were lumped together with Nirvana and Pearl Jam in the then-current grunge movement (for no better reason than that they looked unhappy, and sounded as if they might have listened to Sonic Youth when they were young). By 1995, with the release of The Bends, Radiohead were often classified as Britpop (see Oasis, Blur), because they were British and had guitars! Now, [with OK Computer] […], the band seemed to be striving for a bigger picture, concocting a critique of modern society stumbling towards the new millennium, dazzled by the banal neon of global capitalism. ». Tim Footman, « Hyperreally Saying Something », in Brandon W. Forbes and George A. Reisch (dir.), Radiohead and Philosophy: Fitter Happier More Deductive, Chicago : Open Court, 2009, 253-254.

22 L’influence d’Orwell continuera à dominer la musique de Radiohead, entre autres dans l’album Hail to the Thief (2003), qui s’ouvre sur un morceau intitulé « 2+2=5 », référence directe à la dictature de la double- pensée dénoncée dans 1984.

23 Cyrille Delanlssays, « Christophe Pirenne se met à table » : <www.amarokprog.net/articles_120_0.html>, consulté le 15 septembre 2017.

24 Can figure parmi les influences principales citées par Yorke dans un article du Melody Maker daté de 2003, et l’influence du krautrock continuera à hanter des compositions ultérieures telles que « The National Anthem » (Kid A), ou encore « 15 Step » (In Rainbows). Quant au « Dollars and Cents » d’Amnesiac, il s’agit d’un « edit » issu d’une improvisation de onze minutes tentant de reproduire le « chop-chop-chop » rythmique du jeu de basse de Holger Czukay.

25 « I think progressive rock was a very big mistake, to be honest. The idea that rock music and classical music were as good as each other, and trying desperately to fuse the two was very misguided. I don’t think we’re doing that, we’re just really bored; bored of what we hear and bored of what’s around. We’re not trying to educate people, or push things forward,we’re just alleviating boredom, really. », Jonny Greenwood cité dans Tim Footman, Radiohead: Welcome to the Machine, op. cit., 53-54.

26 Greenwood a reconnu par ailleurs avoir été influencé par Genesis lors de la composition de « Paranoid Android », particulièrement en ce qui concerne l’usage du mellotron : <https://www.rollingstone.com/music/features/radioheads-ok-computer-an-oral-history-w485753>, consulté le 15 septembre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Delville, « Radiohead et le rock progressif : histoire d’un malentendu », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVII-n°1 | 2019, mis en ligne le 12 novembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/10938 ; DOI : 10.4000/lisa.10938

Haut de page

Auteur

Michel Delville

Michel Delville enseigne la littérature anglaise et la littérature comparée à l’Université de Liège (Belgique), où il dirige le Centre Interdisciplinaire de Poétique Appliquée (CIPA). Il est l’auteur ou le co-auteur d’une centaine d’articles scientifiques et d’une trentaine d’ouvrages portant principalement sur les relations entre la littérature, la musique et les arts visuels. Parmi ses publications les plus récentes, on peut citer The American Prose Poem (University Press of Florida, 1998), J.G. Ballard (Northcote House, 1998), Hamlet & Co (avec Pierre Michel, Presses Universitaires de Liège, 2003), Frank Zappa, Captain Beefheart, and the Secret History of Maximalism (avec Andrew Norris, Salt Publishing, 2005), Food, Poetics and Aesthetics of Consumption: Eating the Avant-Garde (Routledge, 2008), Crossroads Poetics: Text, Image, Music, Film, & Beyond (Litteraria Pragensia, 2013), Radiohead: OK Computer (Densité, 2015), Undoing Art (avec Mary Ann Caws, Quodlibet, 2016) et The Political Aesthetics of Hunger and Disgust (Routledge, 2017). En tant que guitariste, Michel Delville a également tourné et enregistré avec de nombreux musiciens issus des scènes rock et jazz dont Dave Liebman, Chris Cutler, Elton Dean, Harry Beckett et Dagmar Krause.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals