Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Bernard, Matière à réflexion, Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains

Valérie Morisson
Référence(s) :

Catherine Bernard, Matière à réflexion, Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2018. 362 p. ISBN : 979-10-231-0596-4

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, Catherine Bernard, professeure de littérature anglaise et d’études visuelles (Paris Diderot) s’intéressant de longue date à l’analyse trans-artistique, dresse un bilan de la création littéraire, la production artistique et la réflexion critique en Angleterre des années 1980 à nos jours. Dans l’introduction de l’ouvrage, après avoir posé les grands jalons de la pensée critique de l’après-guerre à nos jours, évoqué l’ironie qui sous-tend le postmodernisme et le relativisme historique accompagnant le post-structuralisme, l’auteure conclut que la question du rapport de l’œuvre au monde semblait, dans les années 1980, inepte. Or, et c’est tout le propos de l’ouvrage, dépassant le binarisme opposant le modernisme avide d’expérimentation au réalisme et à son impératif de représentation, la production littéraire et artistique des années 1980 et suivantes fonde un nouveau régime d’historicité répondant à « l’impératif pour la fiction de médier l’expérience individuelle, notre être au monde historique » (10). Appuyée sur une méthodologie aussi claire que rigoureuse, l’analyse de cette période est centrée sur la notion de corps politique et montre l’enchevêtrement de l’individuel et du collectif, de l’intime et du commun. Romans, pièces de théâtre et arts visuels sont mis en regard d’un contexte historique marqué par les trois mandats de Margaret Thatcher (désindustrialisation, fracture économique et dislocations sociales et territoriales). Entre les œuvres littéraires et visuelles se dessinent des points de convergences forts : un travail sur la mémoire historique (chapitres 1 et 2) ; une réflexion sur la manière dont l’histoire imprègne les corps (chapitre 3) ; enfin, l’expérience de pertes et de déréliction (chapitres 4 et 5). Colonne vertébrale de cette analyse matérialiste, le corps est le lieu où s’articulent l’expérience (le sentiment, la sensation, l’affect) et le politique. Amorcée par les cultural studies, le travail de Michel Foucault et celui de Frederic Jameson, l’analyse détaillée du lien des structures au monde met au jour « des formes de transactions, dans lesquelles le concept et l’expérience s’ajointent pour produire une praxis tout à la fois incarnée et critique » (16). C’est notamment chez des écrivains comme Graham Swift, Martin Amis, Will Self, Harry Parker, Peter Ackroyd, A.S. Byatt, Kazuo Ishiguro ou Sunjeev Sahota que Catherine Bernard étudie la façon dont la forme romanesque travaille le contexte historique. Ce lien n’est nullement direct, il ne s’agit aucunement d’un retour à la mimesis : le réalisme étant vaste, instable et adaptable, les productions littéraires et artistiques opèrent des « effets complexes de réfraction » (15) en mettant en œuvre des dispositifs mimétiques ou des « structures de sentiment » (17). Si le roman réaffirme la nécessité de se frotter à la réalité, il entend aussi refonder le pacte référentiel, proposant une forme défamiliarisée résultant de projections imaginaires. Non linéaire, polyphonique, fragmenté, le récit sourd d’une réalité qu’il réfracte sans imiter. Pas plus que la fiction, l’œuvre visuelle n’opère de manière isomorphique, inventant sans cesse de nouvelles praxis et « expériences de pensée incarnée » (65).

2Les apports de l’ouvrage sont multiples. Premièrement, le nombre et la diversité des romans, pièces de théâtre et œuvres visuelles évoquées et analysées offrent un panorama de la production des années 1980 à 2018 particulièrement riche et prouve que le ‘réalisme’ est en effet protéiforme. L’auteure rend saillants les points de convergence entre des ouvrages de registres divers mais travaillant le réel de manière parallèle. Deuxièmement, chaque chapitre propose un bilan de la pensée critique (dans et en dehors des champs strictement littéraire et artistique) et de la manière dont les productions, replacées dans leur contexte, construisent leur rapport au monde et leur propre historicité. L’originalité de l’approche est de souligner systématiquement l’interdépendance des symptômes historiques, hantises ou courants souterrains irrigant l’époque définie (que ce soit la déliquescence du tissu social et les crises économiques et immobilières, le spectre d’une apocalypse nucléaire ou la crise écologique, la déconstruction de la figure du héros ou l’avènement du post-humain), les œuvres littéraires ou visuelles et leurs formes, ainsi que la pensée critique déployant un réseau d’approches dense et pluriel. Ces trois fils d’analyse sont étroitement tressés, comme l’illustre le premier chapitre (« La fin des fins ? Et encore après… »), qui articule les réalités d’une société en crise au motif de la ruine et au régime de l’allégorie théorisé par Craig Owens. De la même manière, dans des romans ou des œuvres qui placent l’histoire à hauteur d’homme, donnent un sens collectif aux affects et se centrent sur la figure du témoin (chapitre 2, « Un art de / en guerre »), la persistance propre au trauma induit répétitions, rémanences, dislocation des formes. Au fil des chapitres, Catherine Bernard n’a de cesse de souligner la réversibilité de l’expérience et de la représentation : « Le concept se noue à la sensation, la spécularité à la chair du monde, en un renversement infini » écrit-elle (305). C’est le court-circuit des sens et de l’intellection qu’elle travaille tout au long de l’ouvrage, examinant avec une exigence constante le « moment instable où la matière devient réflexive et l’intellection sensible » (70).

3Les analyses d’œuvres visuelles, moins nombreuses que celles d’œuvres littéraires mais faisant naître des échos passionnants, renforcent l’impression de convergences entre les arts autour de structures de sentiment et permet de réaffirmer la centralité de la sensation et de la matérialité organique, manifestes chez Francis Bacon ou Damien Hirst. Penser par la sensation permet d’interroger notre être au monde. Une quarantaine d’artistes sont présents, qui emploient des techniques et des modes et lieux d’intervention divers : peinture, sculpture, installation, performance, cinéma, photographie. Il est assez rare de voir s’ébaucher des dialogues entre analyse littéraire, pensée critique et art contemporain pour que l’on se réjouisse des résonnances soulignées, qui font comprendre à la fois l’essence d’une période et le régime d’historicité construit par les œuvres. Les chapitres 4, « Corps habités / corps habitants » et 5, « Multitude et communauté », proposent un véritable équilibre entre littérature et arts visuels. Les retours au contexte politique et social (la dislocation des lieux du commun, la rupture du contrat social, la question de l’identité nationale, l’effondrement du marché immobilier) rendent saillante la capacité des arts à se faire « génératrice de conscience », selon les termes d’Henri Lefebvre (230). Ce parcours à travers une période de création sombre nous amène à l’émergence de praxis permettant de réinventer une forme de résistance collective. L’esthétique relationnelle, mise en œuvre par Jeremy Deller ou Gillian Wearing par exemple, est en effet porteuse d’espoirs. Le titre de la dernière section du livre, « Bruissement du nous », vibre comme le murmure d’affects citoyens ou solidaires.

4L’ouvrage se clôt sur une bibliographie extrêmement riche distinguant les œuvres de littérature des textes critiques. Elle constitue aussi un panorama très utile de la critique.

5Foisonnant et dense, le livre s’adresse davantage au lecteur averti qu’au grand public ; il s’agit d’un texte clé pour saisir les enjeux de la création contemporaine. L’ouvrage permet d’appréhender de manière sensible et profonde le concept incarné de corps politique qui se situe à la croisée de nombreuses disciplines et media.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morisson, « Catherine Bernard, Matière à réflexion, Du corps politique dans la littérature et les arts visuels britanniques contemporains », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVII-n°1 | 2019, mis en ligne le 12 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/11167

Haut de page

Auteur

Valérie Morisson

Valérie Morisson, Maître de Conférences en anglais à l’Université de Bourgogne, Dijon, est l’auteure d’une thèse portant sur l’art irlandais contemporain et ses rapports à l’identité nationale. Elle a publié plusieurs articles relatifs à la culture visuelle irlandaise (arts visuels, photographie et illustration, bande-dessinée) mettant en exergue le passage du nationalisme au postnationalisme culturel. Ses recherches sur la photographie contemporaine irlandaise et sur l’œuvre d’artistes féministes montrent que l’art et les pratiques artistiques interrogent l’histoire, la mémoire et les pouvoirs de l’image au sein de sociétés en constante mutation. Ses recherches actuelles se concentrent sur l’art contemporain, irlandais et britannique, et accordent une importance particulière au processus créatif.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals