Navigation – Plan du site
Recensions
12

Melissa E. Buron (dir.), Truth & Beauty: The Pre-Raphaelites and Their Sources of Inspiration

Yves Laberge
Référence(s) :

Melissa E. Buron (dir.), Truth & Beauty: The Pre-Raphaelites and Their Sources of Inspiration; San Francisco, Londres, Munich, New York: Prestel / Fine Arts Museums of San Francisco / Legion of Honor / DelMonico Books, 2018, 293 p.

Texte intégral

1Résultant d’un partenariat entre quatre coéditeurs provenant de trois pays distincts mais aussi avec l’aide généreuse de la Fondation Andrew Mellon, cet immense catalogue sous jaquette rend compte du courant préraphaélite ayant eu cours en Angleterre durant la dernière moitié du xixe siècle. Cet ouvrage luxueux accompagnait une exposition unique présentée au Palais de la Légion d’honneur de San Francisco, en 2018. Richement illustré, il ne s’agit pourtant pas d’un ouvrage à feuilleter uniquement pour ses jolies reproductions, mais bien d’un recueil d’une vingtaine d’études savantes émanant de chercheurs en Arts visuels et d’historiens de l’Art issus du monde anglophone. Leur but commun est de montrer, images à l’appui, les diverses influences ayant inspiré ce courant artistique qui s’apparente en certains points au Romantisme allemand et au Symbolisme (par exemple pour ce thème baudelairien de la quête de l’idéal), mais sans pour autant s’y confondre. De même, on ne saurait réduire le mouvement préraphaélite à l’art victorien pris dans son ensemble; seulement quelques artistes anglais se réclamaient de cette mouvance allant à contre-courant des canons de l’académisme et des normes esthétiques de cette époque.

2Comme son nom le laisse entendre, une définition du préraphaélisme pourrait être de renouer avec l’esprit de l’Art italien d’avant Raphaël (1487-1520) et, de ce fait, d’avant l’avènement des conventions esthétiques apportées par son école et ses continuateurs. L’introduction de l’ouvrage revient de façon appropriée sur la volonté ferme de cette poignée d’artistes anglais d’être résolument moderne, sans pour autant embrasser les thèmes de la modernité d’alors — comme l’urbanisation et l’industrialisation (13). En d’autres termes, le préraphaélisme veut retrouver une forme créatrice pure et exempte de règles imposées, plutôt que d’imiter servilement les œuvres de la Renaissance ou le style de toute autre époque, y compris l’Impressionnisme. Le plus célèbre représentant de ce mouvement esthétique de l’époque victorienne est probablement le peintre Dante Gabriel Rossetti (1828-1882), résolument anglais mais ayant des ancêtres italiens. Les autres figures emblématiques du préraphaélisme sont John Millais et William Hunt (15), et par la suite Edward Burne-Jones (1833-1898). En outre, une femme-artiste ne devrait pas pour autant être négligée dans ce panorama: la poétesse Elizabeth Siddal (1829-1862), qui en plus de ses propres créations servit souvent de modèle — envoûtant — aux plus belles toiles des artistes préraphaélites (99). Celle-ci devait d’ailleurs épouser le peintre Dante Gabriel Rossetti en 1860 et devenir momentanément son modèle exclusif, car ce dernier trouvait en la mystérieuse Elizabeth Siddal une figure fascinante et inspirante, pour lui l’équivalente de Béatrice Portinari, la muse mythifiée ayant inspiré l’écrivain Dante Alighieri (1265-1321), l’auteur de la Divine Comédie (20). Entre autres, la belle et mystérieuse Elizabeth Siddal a servi de modèle pour des dizaines de tableaux préraphaélistes (99). À lui seul, on pourrait avancer que le visage idéalisé, tantôt nonchalant, parfois extatique, d’Elizabeth Siddal constituerait presque entièrement l’incarnation féminine du préraphaélisme (99).

3Les premières pages de l’indispensable Introduction de la conservatrice Melissa Buron rappellent les bases conceptuelles et l’historique de la « PRB », c’est-à-dire la « Pre-Raphaelite Brotherhood » (la confrérie préraphaélite), initiée en 1848 (13). D’emblée, les quatre principes fondamentaux du préraphaélisme sont exposés succinctement; nous les résumerons succinctement: « (1) une recherche d’idées originales, donc nouvelles; (2) une étude de la nature prise dans son entièreté; (3) une appréciation de ce qui est direct, sérieux et ressenti, en évitant ce qui serait conventionnel; (4) une volonté de produire de bonnes toiles et statues » (16).

4Parmi les plus instructifs de tout ce collectif, les chapitres respectifs de Jonathan Nelson à propos de l’influence de Botticelli sur les préraphaélites (138-161) et celui de Margaretta Frederick sur la synergie créatrice (175-205) réussissent à montrer éloquemment ces oppositions et ces continuités entre des œuvres choisies du xve siècle et du xixe siècle (180-193). Présents dans le titre de l’ouvrage, les thèmes conjoints de « vérité » et de « beauté » rappellent une conception esthétique un peu oubliée depuis un siècle quant à la mission première de l’Art, qui serait primordialement au service de l’édification de son appréciateur.

5En soi, le livre Truth & Beauty: The Pre-Raphaelites and Their Sources of Inspiration permet d’établir un foisonnement d’influences assumées entre différents courants artistiques européens; la majorité des auteurs mettent en évidence ces similitudes, le plus souvent en opposant les pages de gauche (pour l’inspiration italienne ou flamande) et celles de droite (pour les artistes préraphaélites qui se sont inspirés directement des précédents). Cette approche comparative est immédiatement et infiniment efficace. Ainsi, selon ce principe de présentation comparée repris par plusieurs contributeurs dont Julian Cox dans la deuxième partie, on peut observer un portrait de Raphaël (« La Gradiva », 1506) à gauche, et à droite, similairement, une toile du xixe siècle de l’Anglais Henry Howard montrant un modèle semblable dans la même pose et portant une robe presque identique et de la même couleur (« Marguerite », 1819) (92-93). Beaucoup d’autres exemples reprennent ce procédé exemplaire d’un chapitre à l’autre pour l’appliquer éloquemment à différents cas.

6L’étude comparée de ces réseaux d’influences artistiques intéressera particulièrement les doctorants des domaines de l’anglistique mais également les chercheurs en histoire des idées et en sociologie de l’art. Sur le plan méthodologique, pratiquement tous les auteurs convoqués adoptent une approche qualitative et comparative appliquée aux domaines de l’esthétique et des études visuelles selon des perspectives résolument transdisciplinaires, ce qui en soi semblera assez innovateur pour le lecteur non-anglophone. On peut constater que les œuvres ayant inspiré ces artistes britanniques proviennent d’une multitude de courants artistiques et de contrées, allant de l’Italie de la Renaissance (comme Le Titien et Véronèse) jusqu’aux peintres des Pays-Bas (14). En somme, le principal apport du présent ouvrage est de mettre à jour des influences insoupçonnées ayant marqué ces créateurs anglais, par exemple celles des artistes des pays nordiques ayant précédé la génération préraphaéliste; pensons par exemple à des artistes comme Van Eyck et Hans Memling (14).

7Les formes artistiques choisies pour illustrer ce magnifique catalogue sont multiples. Si les peintures sont représentées et étudiées en premier lieu dans ce collectif, dautres modes d’expression ne sont pas pour autant négligés dans la dernière section : tapisseries, eaux-fortes, enluminures, vitraux, mobilier et même quelques photographies d’époque (206 et sq.). Fait inhabituel, les encadrements de ces toiles occupaient une place particulière et étaient considérés comme des parties constituantes des toiles de cette mouvance; les cadres ont souvent été planifiés, choisis ou créés par les artistes eux-mêmes, en continuité avec les toiles en soi (27).

8Sur le plan éditorial, Truth & Beauty: The Pre-Raphaelites and Their Sources of Inspiration ravira les esthètes les plus exigeants: couverture rigide, papier soigné et épais, reproductions de large format occupant souvent une pleine page. La révision linguistique est impeccable. C’est possiblement le plus beau livre sur cette période de l’art anglais à être paru en 2018, si on exclut les publications de langue française. Plus d’une centaine d’œuvres d’Art européen sont ici étudiées méticuleusement, contextualisées et comparées entre elles, dans un langage accessible même pour les non-initiés. On ne peut que souhaiter qu’une traduction en français de ce Truth & Beauty soit un jour publiée, car il n’existe pas dans notre langue d’ouvrage similaire adoptant cette approche comparative sur l’art pré-raphaélique tout en offrant un support visuel aussi soigné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Melissa E. Buron (dir.), Truth & Beauty: The Pre-Raphaelites and Their Sources of Inspiration », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. 18-n°50 | 2020, document 12, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lisa/11774

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Détenteur d’un doctorat en sociologie et rattaché à l’Université d’Ottawa, Yves Laberge est membre chercheur régulier du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté (Centr’ÉRE-UQAM) et fait partie du comité scientifique de huit revues universitaires, dont la revue Canadian Review of American Studies.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals