Navigation – Plan du site

Diasporas, États et développement économique, dans le monde anglophone : opportunités et risques

Diasporas, States and Economic Development in the English-speaking World: Opportunities and Threats
Ondine Aza et Anne Groutel

Français

  • 1 Voir Denise Helly, « Diaspora : un enjeu politique, un symbole, un concept ? », espace populations (...)
  • 2 Voir Robin Cohen, Global Diasporas: An Introduction, Londres, UCL Press, 1997.
  • 3 Terme utilisé par Stéphane Dufoix dans Les diasporas, Paris, Presses Universitaires de France, 2003 (...)
  • 4 Terme utilisé par Chantal Bordes-Benayoun et Dominique Schnapper, Diasporas et Nations, Paris, Odil (...)
  • 5 Voir par exemple : Robin Cohen, Global Diasporas: An Introduction, op. cit.; William Safran, « Dias (...)
  • 6 Voir par exemple : James Clifford, « Diasporas », Cultural Anthropology, vol. 9, no 3, 1994, p. 30 (...)
  • 7 Jean Gottmann, « La généralisation des diasporas et ses conséquences » in Prévélakis Georges (dir.) (...)
  • 8 Voir Tanja Bueltmann, David T. Gleeson et Donald M. MacRaild (dir.), Locating the English Diaspora, (...)

Dans les années 1990, les diasporas sont devenues un champ d’étude à part entière dans le domaine des sciences sociales. Force est cependant de constater qu’en dépit des tentatives de théorisation de la diaspora, il n’existe pas de définition unique1. Les défenseurs2 d’une définition « catégorique »3 ou « étroite »4, judéo-centrée, estiment que les diasporas présentent un petit nombre de caractéristiques précises5. Déracinement, exil dispersion à partir d’un centre, le territoire d’origine, et non-assimilation dans la société d’accueil sont pour eux des éléments-clés. Contrairement à la précédente, l’approche dite « postmoderne » n’a pas pour objectif d’établir une définition unique et restrictive de la diaspora, elle encourage une démarche valorisant la diversité de points de vue et la prise en compte de la parole des minorités. Aussi la notion de territoire d’origine n’est-elle plus déterminante, une expérience douloureuse commune, à l’instar de celle vécue par les esclaves africains peut très bien constituer le ciment d’une diaspora6. Nous privilégierons une définition « maximaliste » du terme diaspora à l’instar de Jean Gottmann qui part de la définition « étroite » mais l’élargit à un grand nombre de phénomènes migratoires dont les migrations hispaniques, portugaises ou britanniques dans le cadre des Empires coloniaux7. Le « monde anglophone », qui s'est construit à partir des frontières de l'Angleterre depuis le xvie siècle, accompagnant la montée en puissance de l'Empire britannique, a été largement marqué par le fait diasporique8.

Les diasporas anglophones se distinguent des autres diasporas à la fois par le nombre d'individus qu'elles ont pu concerner à travers les siècles et par l’ampleur de la dispersion géographique (le sens premier du verbe grec diaspeírô). À partir du milieu originel que constituaient les Îles britanniques (Angleterre, Ecosse, pays de Galles, Irlande), des collectivités anglophones se sont en effet progressivement établies en Amérique du Nord, en Inde, en Asie, en Australie, en Afrique. Ce qui fut, d'abord, un espace colonial devint ensuite un ensemble d'États-nations au fur et à mesure que les territoires concernés accédèrent à l'indépendance. Le fait que l'anglais soit devenu langue officielle dans nombre de ces pays et que ceux-ci aient conservé nombre d'institutions les distinguant des pays des mondes francophone, hispanophone ou lusophone, ou encore de la sinosphère, peut apparaître comme un héritage de ce passé colonial et du rôle que les diasporas ont joué, à côté des pouvoirs publics, dans la constitution du monde anglophone.

Les territoires du monde anglophone sont par ailleurs eux aussi devenus des terres d'accueil pour des diasporas issues de mondes non anglophones, certains d'entre eux — États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande — ayant largement dû leur croissance démographique et économique à l'apport de diasporas issues d'Afrique, d'Europe continentale et de Russie et, plus récemment, d'Asie et d'Amérique latine. Certaines d’entre elles ont contribué et, dans certains cas, continuent de contribuer au développement de relations économiques entre le monde anglophone et les États dont elles sont issues.

  • 9 The Economist, 19 novembre 2011.

En effet, les réseaux commerciaux et les liens sociaux que les « diasporés » entretiennent avec le territoire d’origine fluidifient la circulation de renseignements sur les marchés de leurs terres d’accueil. Aujourd’hui, les informations parviennent à destination quasiment en temps réel grâce aux nouvelles technologies de la communication. Ces réseaux facilitent également l’instauration de relations de confiance entre leurs membres et donc leurs transactions9.

  • 10 En 1984, Soros lança en Hongrie l’Open Society Foundations (OSF), un réseau de fondations destiné à (...)

La ressource précieuse que constituent les diasporas n’a pas échappé aux États dont elles sont originaires. En effet, il arrive fréquemment que les États d’origine cherchent à faire revenir leurs concitoyens expatriés, en leur offrant des avantages, afin que leur expérience et leur savoir puissent être mis à profit. Par ailleurs, les hommes d’affaires qui ont prospéré dans leur pays d’accueil ou dans une économie mondialisée sont susceptibles d’investir dans des entreprises de leur pays d’origine, dans des projets de développement d'infrastructures ou bien devenir de généreux donateurs pour des causes qui leur tiennent à cœur à l’image du milliardaire George Soros10.

  • 11 C’est notamment le cas de Samuel Huntington qui estime que l’action des diasporas peut remettre en (...)

Ils peuvent aussi fournir des contacts et des informations sur les marchés des sociétés d’accueil. En outre, les « diasporés » proches du pouvoir décisionnel peuvent influencer « en douceur » la politique économique ou étrangère de leur société d’accueil au profit de leur territoire d’origine, raison pour laquelle ces influences sont parfois vues avec une certaine méfiance par les observateurs11.

  • 12 Grégoire Normand, « Hongrie : Orbán veut expulser les ONG financées par Soros », La Tribune, 13 jan (...)

En effet, si utiliser le potentiel des diasporas au nom du développement économique peut, à première vue, sembler simple, la réalité est plus complexe. Les groupes qui constituent une diaspora, dispersés géographiquement, ne réussissent pas de la même façon en fonction des sociétés d’accueil. Par ailleurs, avoir recours aux diasporas peut être un instrument à double tranchant. Si ces dernières participent au développement économique de leur territoire d’origine e, il y a fort à parier que leur influence, tant au niveau économique que politique, ira croissant. Elles peuvent par exemple véhiculer le modèle économique et social du pays d’accueil vers le territoire d’origine, ce qui est loin d’être anodin. En outre, les autorités du territoire d’origine pourraient être contraintes de satisfaire les demandes, voire les revendications, émanant de leur diaspora si elles veulent continuer à bénéficier de leurs « loyaux services ». Mais il arrive que certains dirigeants politiques refusent de se laisser dicter leur conduite comme Victor Orbán12, Premier ministre de Hongrie, qui, en menaçant d’expulser les ONG financées par George Soros très impliquées dans les affaires politiques, s’expose aux représailles du milliardaire.

  • 13 Ivan Light, « Transnational Entrepreneurs in an English-Speaking World », Die Erde, vol.141, no 1-2 (...)
  • 14 Jean Gottmann, op. cit.
  • 15 Bertrand Badie, « Le jeu triangulaire », in Pierre Birnbaum (dir.), Sociologie des nationalismes, P (...)

Les relations entre diasporas et États ou territoires d'origine ont longtemps été principalement organisées selon une structure de réseau en étoile (hub and spoke), comme le souligne Ivan Light13, le pays d'origine constituant le point central de la structure. Les diasporas établies dans le reste du monde constituaient les communautés par l'intermédiation desquelles s'établissaient les liens des individus entre leur pays d'origine et leur pays d'accueil. À partir des années 1980, toutefois, l'accélération de la mondialisation bouleversa les cartes en favorisant l'essor du transnationalisme dont la conceptualisation met en avant, plutôt que l'appartenance d'un individu à une communauté d'origine, la pluralité de réseaux auquel celui-ci peut se rattacher dans sa trajectoire de vie personnelle et professionnelle, Gottmann parle de « diasporas d’affaires » et de « diasporas très diverses de spécialistes et de cadres »14 Ainsi, pour citer Bertrand Badie, « l'individu serait désormais sujet à trois appels concurrents, celui de son État-nation d'appartenance, celui des acteurs transnationaux auxquels il est susceptible de s'associer et celui des entrepreneurs identitaires derrière lesquels il tend à se mobiliser et s'engager »15. En prenant le cas exemplaire du monde anglophone, dans quelle mesure ces « trois appels concurrents » auxquels seraient aujourd'hui soumis les individus « diasporés », tout comme l'accélération des migrations internationales et des flux d'échanges et d'investissements accompagnant la mondialisation contemporaine nous amènent-ils à reconsidérer le rôle des diasporas dans le monde du xxie siècle ? Sont-ils de nature à infléchir les rapports entre diasporas, États, et développement économique ? Ne comportent-ils pas tout autant d'opportunités que de risques pour les pays concernés ?

Seront bienvenues les propositions de communication traitant, entre autres, des questions suivantes dans le cadre d’une ou plusieurs études de cas :

  • Importance du contexte historique dans l’émergence du désir de la part de la diaspora de contribuer au développement économique du territoire d’origine ;

  • Politiques menées par les États pour tirer profit des compétences et du potentiel économique de leur diaspora dans leur pays d’accueil ou pour la faire revenir ;

  • Étude du discours utilisé par les États pour se faire entendre et rallier leur diaspora ;

  • Les réseaux économiques des diasporas ;

  • Contribution de la diaspora à l’économie du territoire d’origine et/ou à celle de la société d’origine ;

  • Influence de la diaspora sur les autorités du pays d’origine et sur leurs choix en matière de politique économique ;

  • Les diasporas : une menace pour le pouvoir en place ?

  • Diaspora et philanthropie : altruisme ou ingérence ?

Les propositions (maximum 250 mots), en anglais ou en français, peuvent être adressées à Ondine Aza (ondine.aza@ut-capitole.fr) ou Anne Groutel anne.groutel@univ-paris1.fr avant le 30 juin 2020. Les articles d’une longueur comprise entre 5000 et 9000 mots devront être soumis avant le 1er octobre 2020.

English

  • 16 See Denise Helly, “Diaspora : un enjeu politique, un symbole, un concept?”, Espace populations soci (...)
  • 17 See Robin Cohen, Global Diasporas: an Introduction, London, UCL Press, 1997.
  • 18 The word ‘catégorique’ is used in French by Stéphane Dufoix in Les diasporas, Paris, Presses Univer (...)
  • 19 The word ‘étroite’ is used in French by Chantal Bordes-Benayoun et Dominique Schnapper, Diasporas e (...)
  • 20 See for example: Robin Cohen, Global Diasporas: an Introduction, op. cit.; William Safran, “Diaspor (...)
  • 21 See for example: James Clifford, “Diasporas”, Cultural Anthropology, vol. 9, no 3, 1994, p. 306.
  • 22 Jean Gottmann, “La généralisation des diasporas et ses consequences,” in Prévélakis Georges (Ed.), (...)
  • 23 See Tanja Bueltmann, David T. Gleeson and Donald M. MacRaild (Eds.), Locating the English Diaspora, (...)

Since the 1990s, diaspora studies have become an academic field in its own right within social sciences. Nonetheless, despite attempts to develop a theoretical framework, no single definition for the term “diaspora” has emerged.16 For those in favour17 of a “categorical”18 or “narrow”19 definition, centered on the Jewish experience, diasporas share very few, specific characteristics.20 Key features include uprooting, exile, a scattering from a central location, the homeland, and non-assimilation into the hostland. Conversely, the so-called “postmodern” approach does not try to pin down the concept of “diaspora” to a single, narrow definition, preferring instead to take into account the diversity of viewpoints and the voice of minorities. Consequently, the idea of a country of origin is no longer essential and a painful shared experience, such as that endured by African slaves, can clearly be the cement that binds a diaspora.21 We will adopt a broad definition for the concept, in line with Jean Gottmann who retains the narrow definition but widens its scope to embrace a variety of experiences, including the Spanish, Portuguese and British migrations, as colonial empires expanded.22 Thus, the “English-speaking world” which spread beyond the borders of England from the 16th century onwards along with the rise of the British Empire owed much to diasporas from the British Isles.23

English-speaking diasporas differ from other diasporas both by the number of people they have comprised throughout the centuries and by the extent of their scattering all over the world (the Greek word diaspeírô means “dispersion”). Leaving behind the home environment of the British Isles (England, Scotland, Wales, Ireland), English-speaking communities indeed settled in North America, India, Asia, Australia and Africa. What was once a colonial empire eventually became a collection of Nation States as the various territories gained independence. English became the official language in many of these countries and their institutions inherited from colonisation set them apart from former French, Spanish or Portuguese colonies and from Chinese-speaking territories. These features can be seen as a legacy of their colonial history and of the role that diasporas have played, along with public authorities, in the making of the English-speaking world.

Moreover, diasporas from non-English speaking territories also live in English-speaking ones. In some countries, such as the United States, Canada, Australia and New Zealand, the diasporas from Africa, Western Europe and Russia and more recently, from Asia and Latin America, have substantially contributed to population and economic growth. Some of them have played a role in the development of economic ties between the English-speaking world and their home countries.

  • 24 The Economist, 19th November 2011.

Undoubtedly, information on the markets of the host countries travels faster nowadays thanks to new communication technologies, trade networks and the social relationships that their members sustain with their home countries. Participation in those networks promotes trust between their members and thus makes their business dealings easier.24

  • 25 In 1984 in Hungary, Soros launched the Open Society Foundations (OSF), a network of foundations tha (...)

States are aware that their diasporas may represent a valuable resource for them. In fact, they often provide incentives to their expatriates to persuade them to come back so that the experience and knowledge of the latter may benefit their country of origin. Furthermore, businessmen who have met with success in their host countries or in a globalised economy may invest in companies in their home countries or in the development of infrastructures or sometimes, as seen with the billionaire George Soros, they may donate generously to causes that are important to them.25

  • 26 For instance, this is the opinion of Samuel Huntington who believes that initiatives by diasporas c (...)

They can also provide contacts and information on the markets of the host countries. In addition, members of the diaspora who are close to decision-makers can use soft power to shape the economic or foreign policy of their country of residence in favour of their country of origin. This explains why their influence is sometimes looked upon warily.26

  • 27 Grégoire Normand, “Hongrie : Orbán veut expulser les ONG financées par Soros,” La Tribune, 13th Jan (...)

Indeed, if using the potential of diasporas to further economic development can seem fairly straightforward at first sight, in practice, things are more complex. The different groups composing a diaspora are scattered geographically and, depending on their host countries, they are not equally successful. Furthermore, reaching out to the diasporas can be a double-edged instrument. If they contribute to the economic development of their country of origin, chances are they will play an increasingly powerful role in both economic and political spheres. For instance, they can promote the economic and social model of their host country in their home country, which is far from insignificant. In addition, the authorities in the home country could be compelled to give in to the requests of its diaspora, and indeed, to its claims, if they want to continue to benefit from their “loyal service.” However, some political leaders have refused to bow to the demands of elite members of the diaspora, as in the case of Hungary’s Prime Minister Victor Orban27 who faced retaliatory measures from George Soros after threatening to expel NGOs funded by the politically active billionaire businessman.

  • 28 Ivan Light, “Transnational Entrepreneurs in an English-Speaking World,” Die Erde, vol.141, no 1-2, (...)
  • 29 Jean Gottmann, op. cit.
  • 30 Bertrand Badie, “Le jeu triangulaire, ” in Pierre Birnbaum (Ed.), Sociologie des nationalismes, Par (...)

As Ivan Light28 points out, the relations between diasporas and States or home countries have long been characterised by what can be described as a “hub and spoke” structure, the hub being the home country. The diasporas that had settled throughout the world acted as a bridge between their home country and their host country. Since the 1980s, however, accelerating globalisation has brought along radical changes by paving the way for more transnationalism. Instead of thinking of individuals as belonging to a community of origin, transnational studies focus on the multiple networks a person can relate to in his or her personal and professional life. Gottman talks about “business diasporas” and “a very diverse diaspora of experts and executives.”29 Consequently, as Bertrand Badie puts it, “henceforth, a person is potentially subjected to three competing calls, that of the Nation State to which he or she belongs, that of the transnational actors to which he or she might relate and that of the identity entrepreneurs whom he or she will support and emulate.”30 Focusing on the English-speaking world, submissions will consider to what extent these “three competing calls” addressed to members of a diaspora, along with accelerating international migrations and trade and investment flows which are an integral part of globalisation today, should lead us to reassess the role of diasporas in the 21st century. Do they have the potential to modify the ties between diasporas, States and economic development? Do they not hold as many opportunities as threats for the countries involved?

We invite proposals on one or more case studies dealing with any of the following topics:

  • How historical circumstances can account for the growing desire of diasporas to contribute to the economic development of their home country;

  • Policies that States implement with a view to either tapping into the skills and economic potential developed by their diasporas in their host countries, or getting them to return to their home country;

  • Analysing the discourse that States use to address their diasporas and to mobilise them;

  • The economic networks of diasporas;

  • How diasporas can contribute to the economic development of their countries or communities of origin;

  • How diasporas can influence the authorities of their countries of origin and shape their economic policies;

  • Diasporas: are they a threat to the ruling powers?

  • Diasporas and philanthropy: are philanthropists purely altruistic or do they mean to interfere in the home country's domestic affairs?

Submissions for papers should be in the form of an abstract (maximum 250 words), in English or in French. These should be sent to Ondine Aza (ondine.aza@ut-capitole.fr) and Anne Groutel (anne.groutel@univ-paris1.fr). The deadline for abstract submission is June 30 2020. The full paper (between 5000 and 9000 words) will be expected by October 1st 2020.

Notes

1 Voir Denise Helly, « Diaspora : un enjeu politique, un symbole, un concept ? », espace populations sociétés, 2006/1, page consultée le 03 mars 2020 <https://journals.openedition.org/eps/960>.

2 Voir Robin Cohen, Global Diasporas: An Introduction, Londres, UCL Press, 1997.

3 Terme utilisé par Stéphane Dufoix dans Les diasporas, Paris, Presses Universitaires de France, 2003, p. 24-26.

4 Terme utilisé par Chantal Bordes-Benayoun et Dominique Schnapper, Diasporas et Nations, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 178.

5 Voir par exemple : Robin Cohen, Global Diasporas: An Introduction, op. cit.; William Safran, « Diasporas in Modern Societies: Myths of Homeland and Return », Diaspora, vol. 5, no 1, 1991, p. 83-99.

6 Voir par exemple : James Clifford, « Diasporas », Cultural Anthropology, vol. 9, no 3, 1994, p. 306.

7 Jean Gottmann, « La généralisation des diasporas et ses conséquences » in Prévélakis Georges (dir.), Les réseaux des diasporas, Paris, L’Harmattan-KYKEM, 1996, p. 22.

8 Voir Tanja Bueltmann, David T. Gleeson et Donald M. MacRaild (dir.), Locating the English Diaspora, 1500-2010, Liverpool, Liverpool University Press, 2012.

9 The Economist, 19 novembre 2011.

10 En 1984, Soros lança en Hongrie l’Open Society Foundations (OSF), un réseau de fondations destiné à promouvoir les droits de l’homme et la démocratie, voir à ce sujet la une de Time Magazine du 1er septembre 1997 qui titrait « Saint George and his Unlikely Crusades ». Soros a fait don de 32 milliards de dollars à l’OSF, aujourd’hui deuxième organisme philanthropique mondial.

11 C’est notamment le cas de Samuel Huntington qui estime que l’action des diasporas peut remettre en question la sécurité et, à terme, l’intégrité des États-nations. Samuel P. Huntington, « Diasporas, Foreign Governments and American Politics: An Excerpt from « Merging America with the World », in Who Are We? The Challenges to America’s National Identity, Military Review, vol. 98, no 2, 2018, p. 24-39, page consultée le 12 février 2020 <https://www.armyupress.army.mil/Portals/7/military-review/Archives/English/Huntington-Diasporas-and-American-Politics.pdf>.

12 Grégoire Normand, « Hongrie : Orbán veut expulser les ONG financées par Soros », La Tribune, 13 janvier 2017.

13 Ivan Light, « Transnational Entrepreneurs in an English-Speaking World », Die Erde, vol.141, no 1-2, 2010, 1-16.

14 Jean Gottmann, op. cit.

15 Bertrand Badie, « Le jeu triangulaire », in Pierre Birnbaum (dir.), Sociologie des nationalismes, Paris, PUF, 1997, 447-462.

16 See Denise Helly, “Diaspora : un enjeu politique, un symbole, un concept?”, Espace populations sociétés, 2006/1, page accessed on 3rd March 2020, <https://journals.openedition.org/eps/960>.

17 See Robin Cohen, Global Diasporas: an Introduction, London, UCL Press, 1997.

18 The word ‘catégorique’ is used in French by Stéphane Dufoix in Les diasporas, Paris, Presses Universitaires de France, 2003, p. 24-26.

19 The word ‘étroite’ is used in French by Chantal Bordes-Benayoun et Dominique Schnapper, Diasporas et Nations, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 178.

20 See for example: Robin Cohen, Global Diasporas: an Introduction, op. cit.; William Safran, “Diasporas in Modern Societies: Myths of Homeland and Return,” Diaspora, vol. 5, no 1, 1991, p. 83-99.

21 See for example: James Clifford, “Diasporas”, Cultural Anthropology, vol. 9, no 3, 1994, p. 306.

22 Jean Gottmann, “La généralisation des diasporas et ses consequences,” in Prévélakis Georges (Ed.), Les réseaux des diasporas, Paris, L’Harmattan-KYKEM, 1996, p. 22.

23 See Tanja Bueltmann, David T. Gleeson and Donald M. MacRaild (Eds.), Locating the English Diaspora, 1500-2010, Liverpool, Liverpool University Press, 2012.

24 The Economist, 19th November 2011.

25 In 1984 in Hungary, Soros launched the Open Society Foundations (OSF), a network of foundations that support human rights and democracy. See the front cover of the Time Magazine dated 1st September 1997 which bears the headline “Saint George and his Unlikely Crusades.” Soros donated 32 billion dollars to the OSF, now the world’s second largest philanthropic organisation.

26 For instance, this is the opinion of Samuel Huntington who believes that initiatives by diasporas can threaten the security and ultimately the integrity of Nation-States. Samuel P. Huntington, “Diasporas, Foreign Governments and American Politics: an Excerpt from ‘Merging America with the World,’” in “Who Are We? The Challenges to <America’s National Identity,” Military Review, vol. 98, no 2, 2018, p. 24-39. https://www.armyupress.army.mil/Portals/7/military-review/Archives/English/Huntington-Diasporas-and-American-Politics.pdf>, accessed on 12th February 2020.

27 Grégoire Normand, “Hongrie : Orbán veut expulser les ONG financées par Soros,” La Tribune, 13th January 2017.

28 Ivan Light, “Transnational Entrepreneurs in an English-Speaking World,” Die Erde, vol.141, no 1-2, 2010, p. 1-16.

29 Jean Gottmann, op. cit.

30 Bertrand Badie, “Le jeu triangulaire, ” in Pierre Birnbaum (Ed.), Sociologie des nationalismes, Paris, PUF, 1997, p. 447-462.

Haut de page
  • OpenEdition Journals