Navigation – Plan du site
Réflexions religieuses

Théologie et ecclésiologie chez William Laud (1573-1645), archevêque de Cantorbéry

Theology and Ecclesiology in the Thought of William Laud (1573-1645), Archbishop of Canterbury
Pierre Lurbe
p. 422-434

Résumé

This article argues that William Laud’s theology and ecclesiology are strongly interrelated. A theologian who gave pride of place to sacramental life, and whose forceful rejection of predestination made him close to Arminianism, Laud followed in the footsteps of Saint Cyprian in upholding episcopacy as the proper form of government for the Church.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l’histoire anglaise, l’archevêque de Cantorbéry William Laud tient une place assez peu enviable : celle, si l’on ose dire pour parler d’un archevêque, de l’âme damnée de Charles Ier, dont les initiatives intempestives pour restaurer le crédit et la fortune — au double sens du terme — de l’Église d’Angleterre conduisirent tout droit à la guerre civile, à la disparition de l’Église dans sa forme épiscopale, et accessoirement à la décapitation du roi et de son archevêque.

  • 1  Hugh Trevor-Roper, Archbishop Laud, 1573-1645, Londres : Macmillan, 1940, 422-423.
  • 2  C’est, par exemple, en ces termes que Hugh Trevor-Roper, auteur de la première biographie moderne (...)

2William Laud n’accéda au siège archiépiscopal de Cantorbéry qu’à l’âge de soixante ans, en 1633, et même si son influence sur la conduite de la politique de l’Église, et sur le souverain, était un peu plus ancienne, il était bien tard déjà pour accomplir un programme considérable de restauration ecclésiastique que même un archevêque plus jeune aurait eu du mal à mener à terme. Car l’entreprise de Laud était une entreprise de réaction, et une entreprise de restauration. Réaction contre l’appauvrissement continu de l’Église, et contre la mainmise croissante des laïcs sur les biens d’Église et sur le droit d’attribuer des bénéfices ecclésiastiques, phénomènes qui avait commencé à la dissolution des monastères sous Henri VIII, et n’avait fait que s’amplifier depuis ; restauration de l’Église dans son pouvoir, tant politique que juridique, cependant que son assise financière était rétablie, et que l’insistance nouvelle sur la solennité et la beauté des cérémonies était censée frapper les esprits et édifier les âmes, au grand dam des puritains qui voyaient là une preuve du crypto-papisme de l’archevêque et de ses acolytes. Prêchant l’obéissance passive aux sujets par les canons de 1640, Laud fut en outre accusé de promouvoir l’absolutisme royal. Il commit enfin l’erreur, fatale au sens propre, de prétendre imposer le Livre de la prière commune au royaume du nord — l’Écosse —, précipitant ainsi un conflit anglo-écossais qui contraignit Charles à convoquer un Parlement, après onze années de pouvoir personnel. La suite est connue. On se contentera de rappeler que si l’archevêque de Cantorbéry fut emprisonné dès 1641, son procès ne commença qu’en mars 1644, pour se conclure par sa condamnation à mort et son exécution en janvier 1645. La simple vérité oblige à dire que cette condamnation ne fut obtenue qu’au prix de la falsification des preuves, de la manipulation des témoins, et d’une interprétation créative et audacieuse de la loi sur la trahison1. Il n’est donc pas étonnant que ce soit le Laud politique, ministre de Charles Ier en fait sinon en droit, qui ait retenu pendant longtemps l’attention des historiens2.

3Or, même si, loin de s’opposer, théologie et politique constituent pour lui les deux faces indissociables d’un même projet, Laud est bien d’abord un prélat de l’Église d’Angleterre, dont la théologie et l’ecclésiologie ont une cohérence propre qui valent d’être examinées pour elles-mêmes. Les nombreuses interventions publiques qu’il fut amené à faire au fil de sa carrière permettent de s’en faire une idée précise. S’exprimant devant la Chambre Étoilée en juin 1637, au moment de la condamnation des puritains John Bastwick, Henry Burton, et William Prynne, il déclarait ainsi :

  • 3  William Laud, A Speech Delivered in the Starr-Chamber, Londres, 1637, 4-5.

And I can say it clearly and truly, as in the presence of God, I have done nothing, as a Prelate, to the uttermost of what I am conscious, but with a single heart, and with a sincere intention for the good Government and Honour of the Church, and the maintenance of the Orthodox Truth and Religion of Christ professed, established, and maintained in this Church of England.
For my care of this Church, the reducing of it into Order, the upholding of the Externall Worship of God in it, and the setling of it to the Rules of its first Reformation, are the causes (and the sole causes, whatever are pretended), of all this malicious storme, which hath lowred so black upon me, and some of my brethren3.

  • 4 Ibid., 5 : « And in the meane time, they which are the onely, or the chiefe Innovators of the Chris (...)
  • 5  H. Trevor-Roper, “Laudianism and Political Power”, in H. Trevor-Roper, Catholics, Anglicans and Pu (...)

Dans ce texte, qui sonne déjà comme un plaidoyer pro domo, l’archevêque de Cantorbéry se définit sans ambiguïté comme homme d’Église, et non comme homme d’État, et comme homme d’Église dont le souci constant est de relever l’Église d’Angleterre et d’en restaurer le prestige et l’autorité. Voilà sans doute de quoi alimenter l’argumentaire de ceux qui tiennent Laud pour un conservateur, d’autant qu’il s’oppose explicitement, dès la phrase suivante, à ces dangereux « innovateurs » (le mot est employé) que sont les séparatistes puritains4. Ces derniers ne manquaient d’ailleurs pas de lui retourner le compliment : si l’archevêque de Cantorbéry se considérait comme un conservateur, ses adversaires le tenaient au contraire pour un innovateur, qui cherchait à ériger une forme de gouvernement inédite en Angleterre5. Faut-il vraiment choisir l’un de ces deux termes — conservateur, innovateur — pour caractériser William Laud ? En réalité, ni l’un ni l’autre ne rendent parfaitement compte de ce qu’il était et de ce qu’il voulait ; l’un est trop statique, l’autre trop dynamique pour rendre compte d’une démarche qui est plus subtile à saisir que cela, et que ces deux qualificatifs trahissent de manière complémentaire et symétrique. Puisque cette dichotomie est stérile, et que l’archevêque de Cantorbéry se décrit lui-même comme un réformateur, qui n’eut de cesse de ramener l’Église à l’état qui était le sien au tout début de la Réforme, il est beaucoup plus fécond de se risquer à le prendre au mot.

  • 6  W. Laud, A Speech, op. cit., 31.

4Mais de quelle Réforme s’agit-il ? La Réforme dont il est question dans le discours de Laud n’est pas le mouvement d’ampleur européenne que l’on désigne par ce terme, mais la Réforme anglaise dans ce qu’elle eut de singulier et de spécifique. C’est donc de l’esprit de la Réforme anglaise, qu’elle soit henricienne ou élisabéthaine, que Laud se réclame toujours. Face aux puritains, il n’a de cesse de répéter que les pratiques qu’on lui reproche d’avoir introduites sont historiquement justifiées, car elles sont attestées dès le tout début de la Réforme. Soulignant la nécessité de témoigner de son respect au nom de Jésus, s’il vient à être prononcé à l’église, Laud rappelle que les Injonctions de la reine Élisabeth stipulaient qu’il fallait s’incliner et se découvrir, « So here’s necessity laid upon it, and custom for it, and both expressed by Authority in the very beginning of the Reformation, and is therefore no Innovation now »6. Justifiant le maintien des autels, là où les puritains voulaient les voir remplacés par des tables de communion, Laud écrit encore :

  • 7  Ibid., 53.

To this I answer, That ’tis no Popery, to set a Raile to keepe prophanation from the Holy Table: nor is it an Innovation to place it at the upper end of the Chancel as the Altar stood. […] For in the Kings Royall Chappels, and divers Cathedrals, the Holy Table hath ever since the Reformation stood at the upper end of the Quire, with the large or full side towards the people7.

  • 8  Bernard Roussel, « Réforme/Réformation », in Jean Baubérot et Hubert Bost (dir.), Protestantisme, (...)
  • 9  Ibid., 51 : « “Reformation” est attesté dans la langue française depuis le XIIIe siècle. […] l’acc (...)
  • 10  Ibid., 52 : « la reformatio legum ecclesiasticarum (1549-1551) entreprise sous le règne d’Édouard (...)
  • 11  Henry Wharton (ed.), The History of the Troubles and Tryal of The Most Reverend Father in God, and (...)

5On trouverait bien d’autres références à ces premiers temps de la Réforme, qui pour Laud continuent à faire norme un siècle plus tard, et sur lesquels il prétend régler son action. Mais ce serait assurément faire erreur que de croire que pour l’archevêque de Cantorbéry, la réforme du XVIe siècle est l’indépassable modèle qu’il faut imiter, et auquel il faut ramener l’Église de son temps. Réformer, pour Laud, c’est très clairement, selon l’étymologie même du mot, re-former, ramener à sa forme première, rétablir dans sa forme primitive, refaire, restaurer. Le terme latin reformatio, que l’on reconnaît sans peine dans l’anglais Reformation, « désigne la remise en vigueur d’un droit ancien, éventuellement révisé, dont on attend la restauration des institutions et des valeurs sociales »8. Chez Laud, la valeur juridique de la notion de « reformation »9 est centrale ; on reconnaît sous sa plume la valeur qu’avait le terme dans la reformatio legum ecclesiasticarum entamée sous Édouard VI10. Réformer, pour Laud, ce n’est donc pas innover, comme il le rappelle sèchement aux Écossais qui, précisément, l’accusent d’innovation : « […] I would have them remember, that we live in a Church Reformed, not in one made New »11. Si donc la réforme entendue en ce sens implique bien un mouvement, c’est le mouvement d’un retour aux sources, qui s’arrête de lui-même dès lors que la source est atteinte, et que l’Église dûment réformée, rendue à ses principes premiers, a retrouvé son assiette. Rien donc de plus étranger à l’esprit de Laud que le mot d’ordre « reformata semper reformanda », qui lance l’Église dans le mouvement non pas d’une réforme, mais d’une innovation sans fin, d’une sorte de fuite en avant qui va exactement à l’encontre de ce mouvement de retour — de rebours — aux origines qu’il entend pas « reformatio/reformation ».

  • 12  William Laud, A Relation of the Conference between William Laud, Late Lord Archbishop of Canterbur (...)
  • 13 Ibid., “Epistle Dedicatory to His most sacred Majesty Charles” (1639), xxviii : « The errors of the (...)

6Mais si retour aux origines il doit y avoir, il ne saurait être question pour l’archevêque de Cantorbéry de s’en tenir aux seuls premiers temps de la Réforme anglaise. Il s’agit certes d’un passage obligé, mais ramener l’Église au point où elle en était un siècle plus tôt n’est pour Laud qu’une étape, nécessaire mais insuffisante, pour ramener l’Église à sa pureté primitive. Car il s’agit moins au fond de revenir à la situation juridique et ecclésiale de l’Église d’Angleterre des années 1530, ou 1560, que de retrouver l’esprit même de la « reformation », qui était bien, selon Laud, une tentative pour revenir à l’Église des tout premiers temps, telle qu’elle était avant l’établissement de ce qu’il nomme la « dictature » (« dictatorship »12) pontificale. Pour Laud, la norme ultime n’est donc pas la réforme henricienne, ni élisabéthaine ; c’est l’Église primitive, dont il s’agit de retrouver la doctrine et la pratique. Sous les corruptions et les erreurs de l’Église romaine13, et contre les extravagantes innovations des puritains, il s’agit de retrouver et de rétablir l’Église dans sa vérité, c’est-à-dire telle qu’elle était au commencement.

  • 14  Nicholas Tyacke, Anti-Calvinists. The Rise of English Arminianism, Oxford : Clarendon Press, 1987.
  • 15  Ibid., 269.
  • 16  Olivier Fatio (dir.) et Gabriel Widmer (introduction), Confessions et catéchismes de la foi réform (...)
  • 17  Cité par H. Trevor-Roper, Catholics, Anglicans and Puritans, op. cit., 94.

7Ni conservateur — ce sont les catholiques qu’il faudrait qualifier ainsi —, ni innovateur — ce que sont les puritains —, Laud se définit donc bien comme un réformateur, c’est-à-dire, dans l’acception qu’il en donne, un restaurateur de l’Église dans sa pureté primitive. De plus, il est courant de qualifier l’archevêque de Cantorbéry d’arminien, et dans son ouvrage désormais classique consacré à l’essor de l’arminianisme en Angleterre14, Nicholas Tyacke a montré de façon convaincante la très grande parenté intellectuelle et théologique qui unit Laud et les arminiens de Hollande. Laud partage avec eux la même horreur de la doctrine calviniste de la double prédestination,15 et pour lui comme pour eux, « le Christ a acquis pour tous les hommes, par son sacrifice, la réconciliation et le pardon des péchés »16 ; sa grâce est offerte à tous, libre à chacun de l’accepter ou de la refuser. Au fond, on pourrait suggérer que le cœur de la spiritualité laudienne, c’est l’incarnation. Dans l’expression « le Verbe incarné », c’est l’adjectif incarné qui compte davantage encore pour lui que le Verbe. Au puritain Prynne, il n’affirma pas autre chose : « The altar is the greatest place of God’s residence on earth, greater than the pulpit, for there ’tis hoc est corpus meum, this is my body, but in the other, it is at most hoc est verbum meum, this is my word »17. Pour Laud, la prédication de la parole est seconde par rapport au mystère du sacrement : on mesure ainsi le gouffre qui sépare la spiritualité laudienne de la spiritualité puritaine ; et on mesure aussi à quel point il est insuffisant de dire que Laud, en restaurant les cérémonies de l’Église, ne s’était attaché qu’à remettre de l’ordre et de la décence là où il n’y en avait plus. En outre, on ne peut manquer de relever que cet accent mis sur le corps du Christ et sur l’incarnation n’est pas nouveau dans l’anglicanisme, et qu’il remonte au moins à Richard Hooker. Si donc on peut à bon droit qualifier Laud d’arminien, on n’oubliera pas cependant que cet arminianisme s’est épanoui d’autant plus facilement que le terrain lui était préparé. Il était facile, pour un homme de la génération de Laud, de traduire le message arminien portant sur la grâce offerte à tous dans le langage sacramentel, et eucharistique, qui était déjà celui de l’Église d’Angleterre. Plus encore, c’est le protestantisme lui-même qui se trouve redéfini en des termes sacramentels, au prix de considérations étymologiques que l’on pourrait juger spécieuses :

  • 18  W. Laud, A Relation, op. cit., 111.

Nor is protestation such an unheard of thing in the very heart of religion; for the sacraments, both of the Old and New Testaments, are called by your own school, visible signs protesting the faith. Now if the sacraments be protestantia, signs protesting, why may not men also, and without all offence, be called protestants; since by receiving the two sacraments and by refusing them which are corrupted, they do but protest the sincerity of their faith against that doctrinal corruption which hath invaded the great sacrament of the Eucharist, and other parts of religion? especially since they are men which must protest their faith by these visible signs and sacraments18.

  • 19 Ibid., xxxi : « ceremonies are the hedge that fence the substance of religion from all the indignit (...)

Tout concourt ainsi chez Laud à exalter la valeur proprement théologique des cérémonies du culte, qui servent tout à la fois à protéger de toute profanation la substance même de la religion19, et à manifester au monde la gloire de Dieu. Loin d’opposer l’inauthenticité spirituelle supposée des cérémonies extérieures, à la profondeur et à l’authenticité du vrai culte intérieur, Laud souligne au contraire que les cérémonies viennent exprimer, signifier et attester devant les hommes la profondeur de la foi vécue, tout en rendant à Dieu un hommage digne de lui. C’est donc une coupure artificielle, un démembrement du corps vivant de la foi, pourrait-on dire, que de séparer ainsi le culte intérieur du culte extérieur, alors qu’il s’agit de deux dimensions complémentaires et indissociables de la vie spirituelle :

  • 20 Ibid., xxx.

It is true the inward worship of the heart is the great service of God, and no service acceptable without it; but the external worship of God in his Church is the great witness to the world that our heart stands right in that service of God: take this away, or bring it into contempt, and what light is there left to shine before men, that they may see our devotion, and glorify our Father which is in Heaven20?

Si le culte extérieur est comme vivifié, et authentifié de l’intérieur par le culte rendu en esprit, le culte intérieur a en retour besoin que le culte extérieur le soutienne et lui donne forme. Pour Laud, il n’est pas d’intériorité qui puisse subsister seule, par elle-même, sans le secours d’un culte extérieur qui la canalise et la purifie :

  • 21  H. Wharton, The History of the Troubles and Tryal, op. cit., 156.

But all that I laboured for in this particular was, that the external Worship of God in this Church, might be kept up in Uniformity and Decency, and in some Beauty of Holiness. And this the rather because first I found that with the Contempt of the Outward Worship of God, the Inward fell away apace, and Profaneness began boldly to shew itself21.

  • 22  Défendant la via media anglicane, Laud souligne qu’en matière de cérémonies, il est deux écueils s (...)
  • 23  Elle se tint en 1622, sous Jacques Ier, mais son compte-rendu lui-même ne fut publié que dix-sept (...)
  • 24  W. Laud, A Relation, op. cit., xxxii.

Laud théologien met donc au premier plan les sacrements, et singulièrement celui de l’eucharistie, comme moyens de salut gracieusement offerts à tous les hommes, cependant que les cérémonies du culte, loin d’être un élément adventice, expriment et confortent à la fois le culte intérieur22. Pour l’archevêque de Cantorbéry, la restauration de l’Église revêtait donc une urgence proprement sotériologique, car il s’agissait de rien moins que d’offrir le salut à tous, en remettant au centre la vie sacramentelle et cérémonielle. L’Église n’est donc pas une fin en soi, mais un moyen ; elle est l’institution par laquelle, et grâce à laquelle, le corps du Christ peut être apporté à tous. Mais inversement, sans Église, il n’y a littéralement plus moyen d’offrir le salut aux hommes : il s’agit d’une institution indispensable, et Laud ne put faire l’économie d’une réflexion ecclésiologique. L’exposé le plus complet de sa pensée dans ce domaine se trouve sans doute dans la relation de son débat avec le jésuite Fisher23. Dans la querelle qui l’oppose à son adversaire, Laud maintient très fermement l’idée que le salut est offert à tous, et qu’il n’est donc réservé ni aux tenants de Rome, ni à ceux de Genève. En d’autres termes, pour l’archevêque de Cantorbéry, l’Église universelle, proprement catholique, ne saurait être réduite aux dimensions de la seule Église romaine, ni des conventicules des séparatistes. Certes, hors de l’Église, point de salut, mais en ce sens qu’il n’est pas de salut en dehors de l’Église du Christ, laquelle contient en son sein toutes les Églises particulières, qui n’en sont que les filles (y compris la romaine), et dont aucune n’est investie d’autorité sur les autres : « The Catholic Church of Christ is neither Rome, nor a conventicle. Out of that there is no salvation, I easily confess it; but out of Rome there is, and out of a conventicle too: salvation is not shut up into such a narrow conclave »24.

  • 25 Ibid., 262 : « the Roman Church and the Church of England are but two distinct members of that Cath (...)
  • 26  W. Laud, op. cit., xxviii : « And were not this so, we should never be troubled with that idle and (...)
  • 27  Ibid., 105.

8Ainsi se trouve fondée la pleine légitimité de l’Église d’Angleterre, qui est sous ce rapport l’égale de l’Église romaine25, mais qui à la différence de cette dernière est dûment réformée, alors que l’Église de Rome est encore dans un état de corruption qui la défigure26. Aussi l’Église d’Angleterre peut-elle être définie à la fois comme authentique en son essence, c’est-à-dire comme « a company of men which profess the faith of Christ and are baptized into his name »27, et comme une Église droite, en raison de la pureté de sa doctrine et de son organisation cultuelle, alors que l’Église romaine demeure authentique sans pourtant être droite.

  • 28  Hans von Campenhausen, Les Pères latins, Paris : Éditions de l’Orante, 1969 [1967], 62 : « Elle [l (...)
  • 29 Ibid., 62.

9La distinction entre l’Église catholique véritablement universelle et indivise, répandue sur toute la face de la terre, et la pluralité des Églises qui en sont les filles, pose la question de l’articulation entre ces deux niveaux et de l’origine de cette pluralité. Dans le débat avec Fisher, cette question est d’autant plus centrale qu’il s’agit pour Laud de justifier la légitimité de l’Église d’Angleterre en produisant les titres anciens qui la fondent. De fait, l’ensemble de l’argumentation de Laud provient directement d’une seule source, le De Unitate Ecclesiae de Saint Cyprien. Écrit au troisième siècle, dans le cadre d’une controverse avec Rome, l’ouvrage avait pour but de démontrer deux choses : d’une part, que la diversité des Églises n’est pas contradictoire avec l’unité de l’Église, puisque le rapport entre l’un et le multiple est analogue à celui qui unit le soleil à ses rayons, l’arbre à ses rameaux, et la source aux ruisseaux qui en découlent28 ; d’autre part, que « l’unité de l’Église repose sur l’épiscopat, l’Église [étant] dans l’évêque comme l’évêque dans l’Église »29. Défenseur de la théorie selon laquelle l’Église est gouvernée de manière aristocratique, par un collège d’évêques égaux en droit et en dignité, Laud est si directement l’héritier de Cyprien et de son épiscopalisme, que son premier biographe, Peter Heylyn, intitula Cyprianus Anglicus la biographie qui parut en 1668.

  • 30  W. Laud, A Relation, op. cit., 166.
  • 31 Ibid., 166.

10Qu’en est-il maintenant du gouvernement de l’Église et de l’origine de la pluralité des Églises ? En tant qu’elle est catholique, universellement répandue sur toute la face de la terre, l’Église est gouvernée de manière monarchique, et même à la manière d’une monarchie absolue, car c’est le Christ lui-même, et lui seul, qui en est le chef : « the Church is not monarchical otherwise than the triumphant and militant make one body under Christ the head. And in this sense indeed, and in this only, the Church is a most absolute kingdom »30. Laud ne définit l’Église comme une monarchie que dans le cas précis de l’Église universelle, et exclut qu’elle puisse être caractérisée comme telle dans d’autres cas. Un frein est mis par là aux prétentions pontificales à régenter l’ensemble de la chrétienté, car, poursuit-il, « the Church being as large as the world, Christ thought it fitter to govern it aristocratically by divers, rather than by one viceroy »31. L’argument est d’une extrême importance à plusieurs égards.

  • 32 Ibid., 141 : « Secondly, it is as plain, that in those ancient times of the Church government Brita (...)
  • 33 Ibid., 127 : « […] you see it was then [643, 4th Council of Toledo] catholic doctrine in all Spain (...)
  • 34 Ibid., 139 : « […]not any right given by Christ to make that prelate pastor of the whole Church ».
  • 35  Ibid., 138.

11Il permet d’abord de démontrer que les évêques tiennent leur pouvoir d’ordre comme de juridiction immédiatement de Dieu et du Christ, ce qui leur confère, sinon une complète indépendance — Laud est nuancé sur ce point —, du moins une large autonomie par rapport au souverain temporel. Si l’idée que les évêques sont de droit divin remonte à peine à Bancroft, Laud l’a faite sienne et intégralement assimilée à son ecclésiologie. En fondant ainsi le pouvoir épiscopal, il vise à faire de l’Église, ou à refaire de l’Église, bien plus qu’un simple rouage administratif de l’État : une puissance autonome, de plein droit. L’argument permet ensuite de démontrer que l’Angleterre était reconnue dès les premiers temps de l’Église comme un diocèse autonome de l’Église universelle, gouvernée sur le plan ecclésiastique par son propre primat, que le pape lui-même reconnaissait comme son égal32. La manifestation la plus claire, et la plus incontestable de cette autonomie est le pouvoir dont dispose légitimement un synode national pour trancher des points de doctrine, sans devoir en référer à Rome33. C’est donc de ce pouvoir que purent se prévaloir, à bon droit, le roi d’Angleterre et le clergé national pour réformer l’Église anglaise, au début du XVIe siècle. L’argument permet enfin de prouver que la prétention du pape au gouvernement universel de l’Église est totalement infondée, puisqu’elle ne repose sur « aucun droit conféré par le Christ pour faire de ce prélat le pasteur de toute l’Église »34. Comme l’écrit Laud : « […] the Roman patriarch, by ecclesiastical constitution, might, perhaps, have a primacy of order; but for principality of power, the patriarchs were as even, as equal, as the apostles were before them »35.

  • 36  H. von Campenhausen, Les Pères latins, op. cit., 70 : « Avec sa façon “monarchique” d’envisager l’ (...)
  • 37  W. Laud, A Relation, op. cit., 141 : « every patriarch was supreme in his own patriarchate ».
  • 38 Ibid., 141.
  • 39 Ibid., 139 : « […] always understanding principatus of their spiritual power, and within the limits (...)

12C’est très exactement ainsi que Cyprien décrit le gouvernement de l’Église dans son De Unitate Ecclesiae36. Au pouvoir illégitime des papes, qui relève d’une usurpation, s’oppose le pouvoir légitime des patriarches auxquels les différents diocèses de l’Église universelle ont été confiés. Chacun d’entre eux est réputé suprême dans son propre patriarcat37, la marque indiscutable de cette suprématie, ou de cette souveraineté, étant qu’un jugement prononcé par le patriarche n’est pas susceptible d’appel : « ‘A patriarcha non datur appellatio’ »38. Ce pouvoir est certes limité, tant du point de vue territorial — chaque patriarche n’exerce son pouvoir que dans les limites du diocèse dont il a la charge —, que du point de vue de son domaine d’application — il ne s’agit que de pouvoir spirituel, encore que Laud sera amené à infléchir sa position quand il sera archevêque de Cantorbéry —, mais il n’en est pas moins vrai qu’il s’agit bien d’un pouvoir suprême dans son ordre propre39.

  • 40 Ibid., xxxii : « I have endeavoured to lay open those wider gates of the Catholic Church, confined (...)

13Nous pouvons maintenant préciser en quoi exactement consistait le projet de William Laud, et comment il était inévitable que des questions plus proprement politiques en viennent à se poser. Convaincu que la grâce est offerte à tous les hommes, dans le sacrement de l’eucharistie, Laud conçoit son rôle d’évêque comme une mission, celle de porter à tous la promesse du salut que donne la vie sacramentelle. Cette visée-là est universelle, car il s’agit bien pour lui d’ « ouvrir toutes grandes les portes de cette Église catholique qui n’est confinée à aucune époque, à aucun temps, ni à aucun lieu »40. Mais l’universel ne peut s’appréhender immédiatement ; il ne vient à l’homme que dans et par le particulier, et l’Église universelle a dû, pour accomplir sa mission, se scinder en églises particulières dont chacune, pour reprendre l’image de Cyprien, est comme un rayon émanant du même soleil. L’universel s’incarne dans le particulier, et pour un Anglais, l’accès à l’Église universelle n’est possible, selon Laud, que par la médiation singulière de l’Église d’Angleterre. Il est donc licite de contraindre les Anglais récalcitrants à franchir le seuil de l’Église anglicane, puisque c’est à elle, et à elle seule, guidée par son primat, qu’a été confié par le Christ le soin de cette partie de l’Église universelle : ainsi est franchi le pas qui sépare le théologique du politique, et spécifiquement, d’une politique de contrainte suffisamment peu avisée pour qu’elle contribue à déclencher la série de catastrophes que l’on a évoquée en commençant.

14Réfléchissant à la guerre civile et à ses causes une trentaine d’années après la mort de Laud, Thomas Hobbes dressa le portrait suivant de feu l’archevêque de Cantorbéry :

  • 41  Thomas Hobbes, Behemoth: The History of the Causes of the Civil Wars of England [1682], in William (...)

B- Why did the Scots think there was so much danger in the Archbishop of Canterbury? He was not a man of war, nor a man able to bring an army into the field; but he was perhaps a very great politician.
A- That did not appear by any remarkable event of his counsels. I never heard but he was a very honest man for his morals, and a very zealous promoter of the Church-government by bishops, and that desired to have the service of God performed, and the house of God adorned, as suitably as was possible to the honour we ought to do to the Divine Majesty. But to bring, as he did, into the State his former controversies, I mean his squabblings in the University about free-will, and his standing upon punctilios concerning the service-book and its rubrics, was not, in my opinion, an argument of his sufficiency in the affairs of state
41.

Bon théologien, ou en tout cas homme personnellement intègre, William Laud n’en fut pas moins piètre politicien, qui n’excella guère dans le mélange des genres. Sans doute eût-il été mieux inspiré de méditer davantage la célèbre parole : « Mon royaume n’est pas de ce monde » (Jean, 18, 36).

Haut de page

Bibliographie

Campenhausen Hans von, Les Pères latins, Paris : Éditions de l’Orante, 1969 [1967].

CARLTON William, Archbishop William Laud, Londres et New York : Routledge & Kegan Paul, 1987.

Fatio Olivier (dir.) et Gabriel Widmer (introduction), Confessions et catéchismes de la foi réformée, Genève : Labor et Fides, 1986.

Hobbes Thomas, Behemoth : The History of the Causes of the Civil Wars of England [1682], in William Molesworth(ed.), The English Works of Thomas Hobbes, vol. VI, Londres : John Bohn, 1840.

Laud William, A Relation of the Conference between William Laud, Late Lord Archbishop of Canterbury, And Mr. Fisher the Jesuit, Oxford : Oxford University Press, 1839 [1639].

Laud William, A Speech Delivered in the Starr-Chamber, Londres, 1637.

Roussel Bernard, « Réforme/Réformation », in Jean Baubérot & Hubert Bost (dir.), Protestantisme, Paris : Cerf, et Genève : Labor et Fides, 2000, 51-56.

Trevor-Roper Hugh, Archbishop Laud, 1573-1645, Londres : Macmillan, 1988 [1940].

Trevor-Roper Hugh, “Archbishop Laud in Retrospect”, in HughTrevor-Roper, From Counter-Reformation to Glorious Revolution, Londres : Pimlico, 1993 [1992], 131-149.

Trevor-Roper Hugh, “Laudianism and Political Power”, in HughTrevor-Roper, Catholics, Anglicans and Puritans. Seventeenth-Century Essays, Londres : Secker & Warburg, 1987, 40-119.

Tyacke Nicholas, Anti-Calvinists. The Rise of English Arminianism, Oxford : Clarendon Press, 1987.

Wharton Henry (ed.), The History of the Troubles and Tryal of The Most Reverend Father in God, and Blessed Martyr, William Laud, Lord Archbishop of Canterbury, Wrote by himself, Londres, 1695.

Haut de page

Notes

1  Hugh Trevor-Roper, Archbishop Laud, 1573-1645, Londres : Macmillan, 1940, 422-423.

2  C’est, par exemple, en ces termes que Hugh Trevor-Roper, auteur de la première biographie moderne de Laud, précise l’optique qui est la sienne dans son ouvrage : « We must therefore regard Laud here not as a theologian who must stand or fall by the accuracy of his theological opinions, but as a politician whose material was English society in the early seventeenth century », H. Trevor-Roper, Archbishop Laud, op. cit., 6-7.

3  William Laud, A Speech Delivered in the Starr-Chamber, Londres, 1637, 4-5.

4 Ibid., 5 : « And in the meane time, they which are the onely, or the chiefe Innovators of the Christian world, having nothing to say, accuse us of Innovation; They themselves and their Complices in the meane time being the greatest Innovators that the Christian world hath almoste ever knowne ».

5  H. Trevor-Roper, “Laudianism and Political Power”, in H. Trevor-Roper, Catholics, Anglicans and Puritans. Seventeenth-Century Essays, Londres : Secker & Warburg, 1987, 40.

6  W. Laud, A Speech, op. cit., 31.

7  Ibid., 53.

8  Bernard Roussel, « Réforme/Réformation », in Jean Baubérot et Hubert Bost (dir.), Protestantisme, Paris : Cerf, et Genève : Labor et Fides, 2000, 51.

9  Ibid., 51 : « “Reformation” est attesté dans la langue française depuis le XIIIe siècle. […] l’accentuation ré- n’est attestée qu’en 1740 ».

10  Ibid., 52 : « la reformatio legum ecclesiasticarum (1549-1551) entreprise sous le règne d’Édouard VI renvoie à un sens inclusif du terme : il s’agit de réviser les lois ecclésiastiques du royaume d’Angleterre pour les accorder aux deux principes reconnus alors pour fondamentaux : l’Écriture et le roi, sources de toute juridiction ».

11  Henry Wharton (ed.), The History of the Troubles and Tryal of The Most Reverend Father in God, and Blessed Martyr, William Laud, Lord Archbishop of Canterbury, Wrote by himself, Londres, 1695, 113.

12  William Laud, A Relation of the Conference between William Laud, Late Lord Archbishop of Canterbury, And Mr. Fisher the Jesuit, Oxford : Oxford University Press, 1839 [1639],150.

13 Ibid., “Epistle Dedicatory to His most sacred Majesty Charles” (1639), xxviii : « The errors of the Church of Rome are grown now (many of them) very old; and when errors are grown by age and continuance to strength, they which speak for the truth, though it be far older, are ordinarily challenged for the bringers in of new opinions. And there is no greater absurdity stirring this day in Christendom, than that the reformation of an old corrupted church, will we, nill we, must be taken for the building of a new ».

14  Nicholas Tyacke, Anti-Calvinists. The Rise of English Arminianism, Oxford : Clarendon Press, 1987.

15  Ibid., 269.

16  Olivier Fatio (dir.) et Gabriel Widmer (introduction), Confessions et catéchismes de la foi réformée, Genève : Labor et Fides, 1986, 308.

17  Cité par H. Trevor-Roper, Catholics, Anglicans and Puritans, op. cit., 94.

18  W. Laud, A Relation, op. cit., 111.

19 Ibid., xxxi : « ceremonies are the hedge that fence the substance of religion from all the indignities which profaneness and sacrilege commonly put upon it ».

20 Ibid., xxx.

21  H. Wharton, The History of the Troubles and Tryal, op. cit., 156.

22  Défendant la via media anglicane, Laud souligne qu’en matière de cérémonies, il est deux écueils symétriques à éviter : la surabondance romaine, qui étouffe le culte intérieur au lieu de l’exprimer ; l’excessif dépouillement puritain, qui en empêche l’expression (W. Laud, A Relation, op. cit., xxxi : « too many [ceremonies] over-burden the service of God, and too few leave it naked ».

23  Elle se tint en 1622, sous Jacques Ier, mais son compte-rendu lui-même ne fut publié que dix-sept ans plus tard, en 1639, à la demande de Charles Ier. Voir supra, note 13.

24  W. Laud, A Relation, op. cit., xxxii.

25 Ibid., 262 : « the Roman Church and the Church of England are but two distinct members of that Catholic Church which is spread over the face of the earth ».

26  W. Laud, op. cit., xxviii : « And were not this so, we should never be troubled with that idle and impertinent question of theirs, Where was your Church before Luther ? for it was just there, where theirs is now. One and the same Church still, no doubt of that. One in substance, but not one in condition of state and purity; their part of the same Church remaining in corruption, and our part of the same church under reformation ».

27  Ibid., 105.

28  Hans von Campenhausen, Les Pères latins, Paris : Éditions de l’Orante, 1969 [1967], 62 : « Elle [l’Église] conserve son unité, même après s’être répandue par tout l’univers, “de même que le soleil a beaucoup de rayons et que la lumière est unique, comme l’arbre pousse de nombreux rameaux, et n’a cependant qu’un tronc dont les racines assurent solidement la stabilité, et comme la source donne naissance à plusieurs ruisseaux” ».

29 Ibid., 62.

30  W. Laud, A Relation, op. cit., 166.

31 Ibid., 166.

32 Ibid., 141 : « Secondly, it is as plain, that in those ancient times of the Church government Britain was never subject to the see of Rome; for it was one of the six dioceses of the west empire, and had a primate of its own; nay, John Capgrave, one of your own, and learned for these times, and long before him William of Malmesbury, tell us that ‘Pope Urban the Second, at the council held at Bari in Apulia, accounted my worthy predecessor St Anselm as his own compeer, and said he was the apostolic and patriarch of the other world,’ so he then termed this island ».

33 Ibid., 127 : « […] you see it was then [643, 4th Council of Toledo] catholic doctrine in all Spain that a national synod might be a competent judge in a cause of faith ».

34 Ibid., 139 : « […]not any right given by Christ to make that prelate pastor of the whole Church ».

35  Ibid., 138.

36  H. von Campenhausen, Les Pères latins, op. cit., 70 : « Avec sa façon “monarchique” d’envisager l’Église universelle, Étienne est pour ainsi dire le premier pape. Au contraire, Cyprien, qui se représente un collège d’évêques égaux en droit, solidement mais librement unis par le lien de la charité, demeure le classique doctrinaire de “l’épiscopalisme” ».

37  W. Laud, A Relation, op. cit., 141 : « every patriarch was supreme in his own patriarchate ».

38 Ibid., 141.

39 Ibid., 139 : « […] always understanding principatus of their spiritual power, and within the limits of their several jurisdictions, which perhaps now and then they did occasionally exceed ».

40 Ibid., xxxii : « I have endeavoured to lay open those wider gates of the Catholic Church, confined to no age, time, or place ».

41  Thomas Hobbes, Behemoth: The History of the Causes of the Civil Wars of England [1682], in William Molesworth (ed.), The English Works of Thomas Hobbes, vol. vi, Londres : John Bohn, 1840, 254-255.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lurbe, « Théologie et ecclésiologie chez William Laud (1573-1645), archevêque de Cantorbéry », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VII – n°3 | 2009, 422-434.

Référence électronique

Pierre Lurbe, « Théologie et ecclésiologie chez William Laud (1573-1645), archevêque de Cantorbéry », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VII – n°3 | 2009, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 27 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lisa/127 ; DOI : 10.4000/lisa.127

Haut de page

Auteur

Pierre Lurbe

Professor, (Rennes, France)
Pierre Lurbe is Professor at the Université Rennes 2 - Haute Bretagne. He specialises in the study of religious and political ideas in the 17th and 18th centuries. Recent publications include « Les origines juives à la lumière de l’histoire profane : Origines Judaicae de John Toland (1709) », (XVII-XVIII, Revue de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, n° 64, 2007, 213-230).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals