Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 19-n°52RecensionJacqueline Fromonot, Figures de l...

Recension

Jacqueline Fromonot, Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Étude stylistique

Max Véga-Ritter
Référence(s) :

Jacqueline Fromonot, Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Étude stylistique, PUR, 2021, 250 pages. ISBN : 978-2-7535-8198-2

Texte intégral

De l’instabilité dans le rapport à la Vérité, et de ses vertus créatrices, et de ses défauts

1Madame Jacqueline Fromonot vient de publier Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Étude stylistique. Il faut du courage pour s’attaquer à cette figure de « Janus Bifrons » comme Jacqueline Fromonot le qualifie elle-même, à une époque où celle-ci paraît injustement vouée à glisser dans l’oubli. Elle le fait en s’étant armée des sciences « dernier cri » de la critique littéraire, en écartant d’emblée celles qui paraissent le plus en défaveur, la psychanalyse et même la psychobiographie. Elle s’en tient au texte qu’elle scrute impitoyablement, sous tous les angles, armée de son souci d’objectivité et de sa connaissance de l’œuvre de W.M. Thackeray, qu’elle possède à fond.

2Appuyée sur une culture classique solide, elle saisit la figure de l’auteur dans ce qui constitue son essence, en « tension entre les figures tutélaires d’Horace et de Juvenal, entre l’irénisme d’un narrateur tolérant vis-à-vis des figures humaines et l’agonisme d’un moraliste intransigeant, adepte d’un humour léger « charitable », mais aussi de l’ironie typique d’un eiron sapant les certitudes de l’alazon arrogant » (20). C’est ainsi qu’après avoir salué la culture classique de l’auteur, elle analyse avec subtilité et rigueur son penchant pour les recours à « l’anticlimax et ses chutes imprévisibles », savamment rendues telles, qui constituent le fond de sa méthode favorite, faite de contradictions et d’oppositions, savamment tendues au lecteur.

3L’auteur procède à l’analyse des manières dont W.M. Thackeray construit son pouvoir quasi absolu d’auteur-narrateur dans le roman, tout en affectant de n’en revendiquer quasiment aucun, tantôt se présentant modestement comme un auteur qui refuse de revendiquer toute autorité, pour mieux la reprendre, voire la confisquer tout simplement, ce que Jacqueline Fromonot démontre admirablement dans son commentaire, un modèle du genre, du célèbre mot de Thackeray à propos de Vanity Fair « a novel without a hero » (51). Elle repère la tension entre une force centripète resserrant les fils sur l’intrigue et une force centrifuge dilatoire et vagabonde. Elle analyse l’art subtil avec lequel il reprend les fils tout en imprimant à son discours une portée prédicatrice pleine d’humour.

4Son travail reprend la difficulté qui nargue le lecteur depuis le lieu où elle se dissimule, celle de la Vérité, comme l’avait noté Raymond Las Vergnas, notre maître commun, qui voyait en Thackeray « un homme sensible au pour et au contre, accablé par la partialité des choses et qui nous présente à chaque instant le spectacle d’un homme double chez qui la contradiction s’est imposée en maîtresse ». L’autrice marque l’impossibilité d’atteindre à la vérité absolue, « d’où découlent deux plans irréconciliables, réfractaires à toute peinture unifiée » (75).

5Jacqueline Fromonot note avec piquant que, pour illustrer son propos, Thackeray utilise l’image du cadavre dans le placard, dans The Newcomes (« skeletons rôtis » [76]), entre autres, avec le risque de suggérer quelque secret inavouable. Oui, mais quel secret ? On aurait aimé que l’auteur s’attaque à cette question qui renvoie immanquablement à la biographie de l’écrivain, sujet tabou dans la méthode adoptée par l’écrivain du livre. Dommage. De la part d’une autrice dont l’information surabonde et qui nous aurait réservé quelques surprises, à coup sûr.

6C’est dans le chapitre 3 « Trouble dans les langues » qu’elle ménage pour le lecteur quelques bonnes surprises. Si elle relève que la langue de l’auteur est sans détour ni bizarreries, et pourtant pleine d’interventions saillantes, elle note sa polyglossie, et son « pérégrinisme », terme par lequel elle évoque le détour par la langue étrangère. Elle montre son aisance dans l’utilisation des langues étrangères, du français, qui coule de source dans son emploi, mais pas seulement, de l’allemand aussi, de l’hindou etc. Elle y voit la volonté de se présenter lui-même, mais aussi un monde européen comme allant de soi, naturels, par opposition à des britanniques engoncés dans leur langue et leur conscience de soi.

7Peut-on parler d’un auteur véritablement européen, par la culture et sa connaissance intime des langues européennes (et non européennes) ? La question méritait d’être posée.

8Dans la formule célèbre de Virgile, reprise par W.M. Thackeray, « Sure, love vincit omnia » dans Pendennis (441), l’anglais donne un sujet naturel au verbe latin et l’intégration s’accomplit. Cependant, Jacqueline Fromonot cite des cas plus difficiles. Ces liens peuvent alors se révéler antagonistes et opposés irréductiblement (98).

9Cette opposition, dans ces cas, peut se révéler créatrice. En faisant de Becky Sharp une française d’origine (aujourd’hui une binationale), en lui faisant rejeter par la portière de la voiture qui l’emmène de l’école, le Dictionnaire du Dr Johnson, Becky Sharp pose un geste fondateur. Elle reproduit à sa manière l’acte du régicide français dont elle est pour sa part l’héritière. W.M. Thackeray répudie l’acte et reconnaît tout à la fois la part révolutionnaire qui l’habite intimement. Le personnage illustre l’élément irréductible et contradictoire de Thackeray dans Becky Sharp, et le récuse. Mais l’opinion peut être tentée de rejeter Amelia comme trop prude, et se détourner des deux. La duplicité de Becky Sharp lui nuit-elle dans l’esprit des lecteurs ? L’a-t-il trop chargée ? Ou celle de W.M. Thackeray se retourne-t-elle contre lui-même ? Cependant, le personnage de Becky Sharp met en lumière par contre- coup les défauts de la société victorienne, sa corruption notamment.

10À vrai dire, la démarche de Becky Sharp dans Vanity Fair est porteuse d’un élément novateur qui va faire son chemin nuitamment et trouvera un écho, quelque temps plus tard, avec la décision du refus d’une princesse de partager son royal époux avec sa maîtresse, dans le ménage. L’opposition entre la vérité et le mensonge trouvait, là, un épilogue qui n’aurait pas dû surprendre les lectrices et lecteurs de W.M. Thackeray. Les observateurs de la société britannique avaient déjà noté que W.M. Thackeray avait relevé la place centrale qu’occupait le conflit entre l’Aristocratie anglaise et sa bourgeoisie avide de pouvoir, en particulier en raison du fait que les Gentlemen « forment une sorte d’enclave dans la bourgeoisie à l’usage de la Gentry en même temps qu’ils servent de tremplin pour les bourgeois en marche vers la upper class » (François Bedarida, La Société Anglaise, 1851-1973), dans un processus de renouvellement et de remise en question des institutions. Il faut remarquer, bien sûr, qu’arracher les masques aux mensonges pouvait exposer leurs auteurs à quelque déconvenue en raison même de la place stratégique qu’ils occupaient dans la société.

11En limitant volontairement son propos au monde imaginaire, « figuré », de W.M. Thackeray, en excluant tout recours à la biographie, pour discuter de sa vérité romanesque, Jacqueline Fromonot ne s’est-t-elle privée délibérément d’un volet important ? La longue discussion sur le concept de vérité, de vraisemblance qui occupe son dernier chapitre incline le lecteur à poser la question. Est-il raisonnable de laisser de côté, en raison de sa durée sans doute relativement brève, son mariage avec Isabella Shawe et sa fin dramatique, ou encore la personnalité de l’auteur et les épisodes de sa relation agitée avec ses amis : Jane and William Brookfield, à laquelle l’époux mit un terme. Peut-on nier que l’essentiel de son œuvre se situe entre Vanity Fair et Henry Esmond ?

12Faudrait-il voir dans l’ensemble des romans de W.M. Thackeray un « Jeu de reflets » (219) comme l’affirme un des sous titres de l’œuvre de madame Fromonot, dans son dernier chapitre ? Ce serait suivre le romancier dans ses fantaisies dont il perdait le fil, lui-même, mais comme à dessin, comme le montre le travail de l’autrice. Ce serait réduire l’écrivain à être un raconteur d’histoires, ou de sornettes dont il serait le maître arbitraire. Oui, si l’on coupe ses romans de la réalité qu’elle prétend copier et recréer, celle de la Société Victorienne, à laquelle elle s’oppose et qu’elle prétend révéler à elle-même, et dont elle critique la réalité de toutes ses forces, où elle puise pourtant sa sève et sa substantifique moelle, à qui elle donne son sens et contre laquelle elle s’arcboute de toutes ses forces dans une protestation violente mais dont elle recherche l’acquiescement du fond d’elle-même. C’est à mes yeux toute sa noblesse.

13La question de la vérité se pose dans l’œuvre de W.M. Thackeray, parce que telle est la volonté de l’écrivain. Avec ce rapport à elle, le critique butte sur une faille fondamentale dans la personnalité de l’auteur. Le travail de Jacqueline Fromonot met en exergue avec profondeur et justesse le rôle capital joué dans son œuvre par l’anticlimax comme moyen de mettre en œuvre une vérité ou de nier son apparition tout en lui faisant une place. Il s’agit de la mettre au centre de façon paradoxale, sans puritanisme. Le grand mérite de l’œuvre publiée et sa contribution au savoir est d’avoir mis en lumière son rôle et avoir ainsi éclairé le débat sur son œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Véga-Ritter, « Jacqueline Fromonot, Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Étude stylistique »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. 19-n°52 | 2021, mis en ligne le 19 novembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lisa/13750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.13750

Haut de page

Auteur

Max Véga-Ritter

Max Véga-Ritter est Professeur des universités retraité de l’Université Clermont-Auvergne. Après un doctorat d’état inspiré de la psychanalyse sur les structures imaginaires dans l’œuvre de Charles Dickens d’Oliver Twist à David Copperfield et de William Makepeace Thackeray de Barry Lyndon à Henry Esmond, il a publié de nombreux articles sur Charles Dickens et William Makepeace Thackeray, mais aussi sur Emily Brontë, Charlotte Brontë, George Eliot, Virginia Woolf, James Joyce, Joseph Conrad, Hanif Kureishi, etc., et dernièrement “Débats et imaginaires algériens”.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search