Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 20-n°53Testimonies and MemoriesLe Carnet de campagne du colonel ...

Testimonies and Memories

Le Carnet de campagne du colonel de Villebois-Mareuil : journal de bord d’un « volontaire » d’extrême-droite troublé

Richard Tholoniat

Résumés

Dans les récits concernant la deuxième guerre sud-africaine, ou « guerre des Boers », (1899-1902), le colonel (et comte) de Villebois-Mareuil (1847-1900) est présenté comme l’officier le plus célèbre de la centaine de volontaires français partis se battre aux côtés des Boers contre les Britanniques. L’anglophobie de ce militaire, l’un des fondateurs de l’Action française, relève bien du nationalisme de l’extrême-droite fin de siècle : après la défaite de 1870 qui entraîne la perte de l’Alsace-Lorraine et l’avènement de l’Empire allemand, la France va se heurter aux Britanniques dans ses visées coloniales à l’heure où s’effectue le partage de l’Afrique. De plus, l’humiliation de la France accusée d’injustice aux yeux du monde par l’affaire Dreyfus ravive les accusations de complot judéo-anglo-saxon. En France, la droite nationaliste et l’extrême-droite prennent le parti des Boers afin de vivre par procuration une vengeance contre l’ennemi héréditaire depuis la guerre de Cent Ans jusqu’à Waterloo et Fachoda afin de raviver un nationalisme malmené dans la dernière décennie du xixe siècle. Après sa mort à Boshof (Afrique du Sud), Villebois-Mareuil est présenté par une majorité de Français comme un héros, honoré par une cérémonie à Notre-Dame, des monuments, des noms de rues, des représentations iconographiques et des ouvrages et articles à sa mémoire. Cependant la lecture du Carnet de Campagne (1902) révèle une surprenante remise en question des certitudes du militant et, par là même, incite à l’examen du « combat douteux » des idéologies et des hommes en Afrique du Sud… et en France tandis que les traces de sa mémorialisation interrogent à l’heure de la culture de la protestation (« cancel culture »).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Prononcer « bour ».

1Qui est donc le colonel de Villebois-Mareuil, mort le 4 avril 1900 à Boshof en Afrique du Sud lors de la guerre des Boers1 ? De nos jours, une trentaine d’odonymes, de monuments et de bâtiments lui est encore dédiée, surtout dans l’Ouest de la France. Son départ pour l’Afrique australe, en novembre 1899, s’explique par sa vie inextricablement liée à la situation nationale et internationale des dernières décennies du xixe siècle, plus particulièrement au tournant du xxe siècle, quand les républicains progressistes au pouvoir doivent compter avec une opposition de droite et d’extrême droite antidreyfusarde et anglophobe alors que les gouvernants recherchent une entente avec le Royaume-Uni, entre autres sur les tensions coloniales, afin de se concentrer sur la reconquête des territoires perdus au profit de l’Allemagne en 1871.

  • 2 C’est le terme uniquement utilisé alors pour « Royaume-Uni » dans les écrits examinés ici. Il sera (...)
  • 3 Michel Denis, « Il y a cent ans, un héros de l’Ouest dans la guerre des Boers : le colonel de Ville (...)
  • 4 Né en 1847, il sort de Saint-Cyr en 1867.

2Villebois-Mareuil va contribuer indirectement ou activement aux tensions de la politique intérieure et extérieure de la France dans les trois dernières décennies du xixe siècle. Les événements vont le mettre au centre des rivalités continentales et coloniales entre la France, l’Allemagne et l’Angleterre2. Il est né à Nantes, le 22 mars 1847, dans une famille originaire de la Mayenne qui se réclame de vieille noblesse d’épée, monarchiste légitimiste, de l’Ouest de la France3. Dès 1870, jeune officier à l’armée de la Loire, il est grièvement blessé en défendant Blois contre les Allemands4. La perte de l’Alsace-Lorraine, qui permet l’unification de l’Allemagne grâce à l’humiliant traité de Versailles (1871), explique son hostilité à ce nouvel État. Par la suite, sa germanophobie est renforcée par un autre grief : avant 1894, Berlin aurait bénéficié de l’espionnage du capitaine Dreyfus.

3À partir de 1881, Villebois-Mareuil poursuit sa carrière militaire et participe à l’aventure coloniale qui permet à la partie la plus nationaliste de la population et aux militaires de retrouver l’estime d’eux-mêmes. Il participe à des expéditions ou des consolidations coloniales outre-mer : d’abord la Cochinchine en 1867, dont son oncle est gouverneur, puis la Tunisie, ensuite l’Algérie. Il y est promu, en 1892, à 45 ans, plus jeune colonel de l’armée avant de s’engager dans la Légion étrangère avec l’espoir de participer à la conquête de Madagascar (1894-95). Le refus répété d’y être envoyé (et l’espoir sans doute perdu d’une promotion) l’exaspère : il démissionne de l’armée en 1897.

4Les choix professionnels et politiques du colonel s’expriment dans son Carnet de Campagne publié deux ans après sa mort. Le Carnet confirme la cohérence des convictions de Villebois-Mareuil mais les dissonances qu’on y remarque autorisent des interrogations sur la valeur éthique ou politique de son intervention dans une guerre peu connue aujourd’hui.

Un militant d’extrême-droite dans la France fin de siècle

  • 5 Amaury Lorin et Christine de Gemeaux (dir.), L’Europe coloniale et le grand tournant de la Confére (...)
  • 6 Pour le détail de ces épisodes de tension au xixe siècle : Richard Tholoniat, « La caricature angl (...)

5Les campagnes précédentes n’ont certes pas mis Villebois-Mareuil en contact conflictuel avec l’Angleterre, mais ce militaire de longue tradition familiale anglophobe a ressenti Fachoda (1898) comme une humiliation. En effet, après Waterloo, la rivalité avec « l’ennemie héréditaire » n’a jamais cessé sur quatre continents tout au long du siècle malgré des épisodes de rapprochement sous Louis-Philippe et Napoléon III. Les tensions apparaissent surtout en Afrique après son « partage » à la conférence de Berlin (1885) entre puissances européennes, dont l’Allemagne et l’Angleterre5. En 1898, les visées expansionnistes Ouest-Est de la France, de Dakar à Djibouti, interrompues par la reculade de Fachoda, vont être contrées par celles, Nord-Sud, du Royaume-Uni, du Caire au Cap6.

  • 7 Sur l’origine du conflit : Jean-Guy Pelletier, L’opinion française et la guerre des Boërs 1899-190 (...)
  • 8 Andris Barblan, L’Image de l’Anglais en France pendant les querelles coloniales (1882-1904), Berne  (...)
  • 9 Surnom insultant donné à la République depuis les guerres de Vendée (1794-96).
  • 10 Pour la période 1899-1904 : Laurent Joly, « Les débuts de l’Action française (1899-1914) ou l’élab (...)
  • 11 Ces deux journaux recevront des subventions boers : Jean-Guy Pelletier, op. cit., 153-154 ; 486-487

6Quand, dans cette dernière région, la guerre éclate en 1899 entre l’Angleterre et les républiques du Transvaal et de l’Orange7, en France les éléments catholiques et militaristes incarnés par la droite nationaliste et monarchiste vont trouver dans ce conflit l’espoir de se débarrasser des images négatives associées à l’armée après Fachoda et l’Affaire Dreyfus. Le soutien aux Boers constituera une bonne raison de venger la reculade imposée au commandant Marchand à Fachoda et de sortir de la mise au ban internationale de la France à la suite de la condamnation injuste de l’officier juif. Par ailleurs le régime républicain, stabilisé après 1879, doit affronter dans les décennies suivantes scandales financiers et crises économiques et politiques. L’Affaire Dreyfus, en particulier, a révélé une forte contestation antiparlementaire et surtout une opposition entre deux France : l’une aspire à la transformation rationnelle de la vie politique et sociale par la foi en la démocratie et la science ; elle approuve donc l’évolution du pays qui devient urbain, industrialisé, laïc et démocratique. Il s’agit là, à bien des égards, d’un modèle britannique qu’acceptent plus ou moins socialistes, républicains progressistes et droite libérale8. Ils s’opposent à l’autre France des droites et de l’extrême-droite en particulier, qui, dans la modernisation technologique et la modernité idéologique, voit la fin de l’unité organique de la nation, basée sur la religion catholique, des chefs plébiscités plutôt qu’élus, une « race » attachée à son terroir. Les rebondissements de l’Affaire vont par ailleurs conforter l’opinion des ennemis de la « Gueuse9 » excédés par les scandales politico-financiers de cette fin de siècle : krach de la Société générale (1882), trafic de décorations (1887), corruption liée au projet de percement du canal de Panama (1892), attentats anarchistes (1893-94) qui suscitent la formation de ligues d’extrême-droite, d’abord la Ligue des patriotes de Déroulède (1882) puis celle de l’Action française en 1898. La plupart des membres de cette dernière sont monarchistes et anglophobes. Dans cette haine les rejoignent les républicains conservateurs nationalistes, soutenus au parlement par le Groupe colonial fondé en 189010. Leurs analyses anti-anglaises sont confortées par les deux plus forts tirages de la presse : Le Petit Journal et Le Petit Parisien11.

  • 12 Ibidem, 148.
  • 13 Ibid., 114-115.
  • 14 Colette Capitan Peter, Charles Maurras et l’idéologie d’Action française. Étude sociologique d’une (...)
  • 15 Bréon sera l’un des deux juges (sur sept) à réclamer l’acquittement de Dreyfus. Joseph Reinach, His (...)
  • 16 Son nom est alors associé à la guerre des Boers pour la première fois. Jean-Guy Pelletier, op. cit.(...)
  • 17 Cité par G. Félix, Le colonel de Villebois-Mareuil et la guerre sud-africaine, Tours, A. Cattier, 1 (...)
  • 18 Le Petit Parisien (supplément littéraire illustré), 22 avril 1900, page 2.

7Redevenu civil, Villebois-Mareuil écrit, entre autres12, des essais militaires et se lance en politique. Il crée alors l’Union des sociétés régimentaires, association patriotique d’anciens soldats13. Il participe aux réunions des comités royalistes de la Seine, adhère à la Ligue antisémite d’Édouard Drumont, est présent aux débuts de l’Action française fondée par Charles Maurras, mouvement antirépublicain, antimaçonnique, anti-anglo-saxon, antiprotestant, xénophobe et antisémite14. Ainsi tente-t-il à maintes reprises de convaincre son cousin, le commandant de Bréon, que l’acquittement de Dreyfus au procès du Conseil de guerre de Rennes en septembre 1899 mettrait en danger l’Armée et l’Église15. Mais en juin 1899 une majorité de républicains progressistes a été élue au parlement : Waldeck-Rousseau, nouveau ministre de l’Intérieur, met aussitôt les ligues au pas. La grâce de Dreyfus par Loubet le 19 septembre 1899 finit d’irriter le colonel. Aussi, lorsqu’est lancé le Comité français des Républiques sud-africaines en octobre 1899, il y adhère16. Entretemps, Villebois-Mareuil manifeste ses idées maurrassiennes dans des organes de droite (L’Action française, Le Correspondant, La Liberté). Il y préconise une guerre pour sortir la France de son anomie et décide de continuer son action par l’épée. La veille de son départ, il déclare : « Je ne sais quel genre de concours je pourrai donner à ce petit peuple [les Boers], mais du moins j’aurai la joie de servir utilement mon pays en portant des coups à l’Anglais17 ». Son séjour austral n’arrête pas ses envois à la presse : ainsi, dans le numéro du Petit Parisien qui annonce sa mort18 figure un article « Chez les Boërs [sic] » au contenu lénifiant comparé à celui du Carnet de Campagne.

Le Carnet : convictions et déceptions

  • 19 Les chiffres entre parenthèses dans le texte renvoient à l’édition originale (1902) du Carnet de Ca (...)

8« Ici tout est nouveau pour moi : le pays, les hommes et la situation. Cependant j’ai trop couru la terre et trop vécu pour que rien soit absolument surprenant pour mes yeux » (75)19. Ce n’est pas tout à fait vrai. L’environnement naturel le déroute, les hommes qui devraient être considérés inamicaux ne le sont pas, ceux qu’il souhaitait aider le déçoivent.

9Commençons par les paysages, qui l’incitent rarement à la contemplation :

[…] nous nous trouvons en face du drift [gué] le plus poétique que j’aie vu ici : à droite, sous d’épais ombrages, s’en vient la rivière, qui passe une petite barre de rochers noirs ; à gauche, elle s’élargit entre de superbes saules et, malgré l’agitation d’hommes et d’animaux dont sont couvertes ses rives, dans son encaissement, elle garde une apparence de retraite mystérieuse, emplie d’oiseaux. En face, un troupeau de bœufs roux et noirs sort lentement de s’abreuver et remonte la berge. (173-174)

  • 20 Seuls les souvenirs d’Algérie appellent des comparaisons (178-180).

10Le plus souvent, le colonel pose le regard prédateur de l’homme occidental sur la nature (cultures, ressources en eau, gibier à chasser) (190-191) ou montre l’intérêt de l’ex-légionnaire de Sidi Bel Abbès20 pour l’approvisionnement et le cantonnement de troupes et pour de potentiels avantages stratégiques (pâturages, cours d’eau, collines escarpées). Il est surpris par un environnement hostile aux chevaux et animaux de trait (42, 130), pénible aux hommes qui souffrent des extrêmes de chaleur ou de pluie, de la végétation vénéneuse ou lacérante (passim). Très souvent Villebois-Mareuil se plaint d’être fiévreux, trempé ou en loques, contraint d’effectuer d’épuisantes et dangereuses marches de nuit (121, 357). Quand il parle des villes, ses valeurs rurales lui font préférer la verdoyante et coquette Bloemfontein aux « sévérités lourdes de Pretoria » (165-166).

11Quand il s’intéresse aux civils boers, son estime va aux hommes mûrs comme Reitz ou Krüger, qui incarnent les valeurs de droite chères au colonel : religion, travail, famille, patrie ; il respecte les chefs ou pater familias à l’autorité incontestée (31, 37, 101,193) et à la distinction patricienne de sa classe (112, 206). Pour les jeunes combattants, il reprend un compliment plutôt adressé alors aux adolescents anglais :

  • 21 Il attribue à ce jeune Boer les qualités des élèves des public schools britanniques louées par l’an (...)

C’est déjà un soldat, il a douze ans ; il est armé d’une carabine Mauser ; depuis un mois il est au front [sic], et je voudrais voir beaucoup de jeunes Français aussi débrouillards, complaisants, intelligents, hardis cavaliers que cet enfant avec qui on peut causer comme avec un homme (332)21.

  • 22 En fait ces protestants français furent vivement encouragés par les colons hollandais à abandonner (...)

12Sa vision des femmes reprend des stéréotypes conservateurs : les jeunes filles boers trouvent grâce à ses yeux si elles refusent toute coquetterie, les veuves si elles restent dignes (211-212). Il rapporte les démonstrations d’amitié et l’hospitalité large (204, 221) que lui prodiguent des Boers, selon lui heureux d’évoquer une partie de l’origine de leur peuple : des protestants français chassés par l’abrogation de l’Édit de Nantes s’étaient réfugiés en Hollande puis en Afrique australe au xviie siècle (32, 128, 273)22.

13Mais il lui arrive de nuancer son admiration :

  • 23 La xénophobie des Boers est généralement passée sous silence par leurs partisans, idem, 299.

[…] je prétends que les Boers sont restés avec les idées libres et militaires des anciens gentilshommes, naturellement soldats et hostiles à toute gêne, à tout impôt, égalitaires entre eux, mais aristocratiques à l’égard des étrangers (66-67)23.

  • 24 Structure de stéréotype exactement inverse et complémentaire du « caractère national » français. An (...)
  • 25 Ibidem, 117-124.

14De surcroît, Villebois-Mareuil les accable du même mépris attaché alors au xénotype anglais24 : l’absence d’appréciation du beau, privilège exclusif des Français.es25 ; la cuisine des Boers répugne, leur conversation et leur dimanche ennuient, leurs costumes civils utilitaires attristent (65, 115, 224, 301).

15En parlant des civils britanniques rencontrés, son jugement combine anglomanie et anglophobie : il loue le confort de leurs habitations (400), reconnaissant par ailleurs leurs qualités de bâtisseurs de route et d’ingénieurs (200, 211) tout en parsemant son texte de vocables anglais. En même temps, il ressort ou rapporte volontiers les préjugés français d’alors sur la cupidité des classes possédantes britanniques : « À l’hôtel du Free State, les Anglais qui le tiennent ont fermé, mais nous livrent l’écurie moyennant money, nous le verrons en partant » (321) ou la démoralisation des ouvriers d’outre-Manche : « [Un Français] me raconte l’exode des Anglais et me dit que leurs ouvriers dépensent tout leur salaire et ne font aucune économie » (31).

16Villebois-Mareuil prétend partager avec Autrichiens, Hollandais, Irlandais, Russes et Allemands, établis en Afrique australe ou récemment arrivés à l’occasion de la guerre, la complicité d’une formation militaire et de valeurs européennes d’intelligence, de courtoisie et d’excellente nourriture (196, 281-282, 286). Cependant, pour la dernière nationalité, il soupire : « [entre la France et l’Allemagne] il reste l’intransigeance d’une patrie mutilée » (84-85).

17Sa réaction envers les juifs est encore plus surprenante. D’une part la vieille accusation de cupidité « sémite » ressort au moindre incident :

[Il nous faut] camper près d’un store [sic], probablement [appartenant] à un Juif, qui nous fait une scène parce qu’il nous trouve dînant sur une caisse vide, près d’un hangar qui lui appartient […]. Je l’insulte avec tout ce que ma connaissance de l’anglais me fournit, refuse de bouger (364).

18Il essaie aussi de convaincre des interlocuteurs boers, troublés par le fait que Dreyfus soit soutenu par leurs coreligionnaires (protestants) français, que les soutiens de Dreyfus sont en fait de potentiels espions :

Les Boers ont toujours sur le cœur la révocation de l’Edit de Nantes ; toute réaction contre les protestants leur est cruelle ; mes nouveaux amis y ont fait allusion à propos de l’affaire Dreyfus. Il est assez difficile de leur faire admettre qu’il y a une différence considérable entre les protestants étrangers qui se sont introduits en France et nos protestants français, différence qu’on ne fait pas assez chez nous […] (32).

  • 26 Il est chargé de l’entretien du canon français du Creusot acheté par les Boers en 1896.

19Mais, d’autre part, il fait preuve d’une véritable amitié envers Léon, ingénieur juif26, en particulier lorsque celui-ci est grièvement blessé (32, 47, 152-153, 255). D’autres Français, entrepreneurs ou religieux, recueillent son estime pour leur hospitalité et leur contribution à l’image positive de la France qu’ils propagent (24, 63,160) selon lui.

  • 27 Passim ; il leur reproche également d’assassiner quand il reprend des accusations de Krüger (37).

20Après les Boers, les « Cafres » [Noirs] sont la population civile qu’il mentionne le plus souvent. Alors ses préjugés racistes se déchaînent. Il ne peut littéralement pas les sentir : « Bréda préfère s’allonger, fût-ce parmi les Cafres ; moi je crains énormément leur odeur » (334 ; v. aussi 95, 319) ; leurs habits d’emprunt sont grotesques (240) ; il attribue leur « infirmité morale » (95) à leur fainéantise, à leur imbécillité superstitieuse, à leur inertie, qui ne les empêche pas de voler27. Pour lui, menacer, voire brutaliser, représente la seule façon de s’en faire obéir : « Léon saute à bas de son cheval et va caresser avec une cravache de rhinocéros les reins de l’abruti, cause de l’écroulement [d’un chariot] » (169 ; 199, 216). Il remarque, sans la commenter favorablement, la contribution de ces autochtones au travail des mines, de la terre, à la poursuite de la guerre (26-27 ; 45 ; 223). À l’arrivée d’un « lot de Cafres convenables », dans un campement de l’armée boer, il déclare sans ironie : « nous n’aurons plus à travailler comme des noirs [sic] » (119).

  • 28 Richard Tholoniat, « De Fachoda à l’Entente cordiale : romans de la guerre anglo-afrikaner (1899-1 (...)
  • 29 D’où les Français ont été évincés par les Britanniques en 1882.
  • 30 Vocable afrikaans pour « étrangers ».
  • 31 Michel Maubrey, « Les Français et le ‘veau d’or’ : la question sud-africaine (1896-1902) » in Danie (...)
  • 32 Et occidentale, en particulier parce qu’il s’agit de la première guerre coloniale opposant des Blan (...)
  • 33 Pour la typologie des familles politiques ou intérêts divers français en faveur (ou défaveur) des B (...)

21Mais, du point de vue de la mission qu’il s’était assignée, Villebois-Mareuil déchante : il arrive dans la première phase de la guerre qui est souvent présentée dans les écrits français de l’époque comme opposant deux sociétés, l’une pastorale (les Boers), l’autre industrielle (les Anglais)28. En fait, en 1898, le quart de la production mondiale d’or provient des républiques boers du Transvaal et de l’Orange qui risquent de dominer économiquement les colonies britanniques du Cap et du Natal et, politiquement, d’empêcher le rêve (entre autres celui de Cecil Rhodes), d’une continuité territoriale coloniale vers l’Égypte29. L’espoir anglais réside dans l’anglicisation du pays par les Uitlanders30, chercheurs d’or et de diamants, en majorité britanniques. Devenus démographiquement dominants dans la population blanche des deux républiques, ils restent exclus de tout droit de citoyenneté mais sont lourdement taxés par les autorités boers. Ils bénéficient du soutien des compagnies minières étrangères exaspérées par l’impéritie du gouvernement local. Cette conjugaison d’intérêts financiers31 et politiques provoque le conflit dans lequel la majorité de l’opinion publique française32 prend fait et cause pour les Boers33.

  • 34 Il entre en 1877 dans cet établissement fondé en 1873 après la défaite contre l’Allemagne.
  • 35 Ces balles expansives, très vulnérantes, seront interdites après la conférence pour la paix de La H (...)
  • 36 Alimenté respectivement par la France et l’Allemagne : le commerce des armes s’internationalise alo (...)

22Le Carnet reflète d’abord l’intérêt de Villebois-Mareuil, passé par l’École supérieure de guerre34, pour les nouveaux moyens de combat et de destruction annonciateurs de la première guerre mondiale : trains blindés, estafettes cyclistes, balles dumdum35, services de santé, de télégraphe et du renseignement, ainsi que mitrailleuses Maxim et pièces d’artillerie lourde pour les troupes anglaises, canon du Creusot et fusil Mauser36 pour les Boers (124, 161, 251).

  • 37 Sauf Cronje, avant sa reddition (182 ; 246 ; 272).
  • 38 Jean-Guy Pelletier, op. cit., 274-275, 305-306.

23Très vite il se désole : « […] c’est la guerre immobile, celle d’il y a deux cents ans, car tout est antique dans les idées comme dans les procédés des Boers » (83). Il n’estime guère leurs chefs37, qui font le choix de la défense, non de l’attaque, afin d’épargner les hommes : « les Boers ne veulent absolument qu’une guerre avec le moins de casse possible » (90) car les généraux songeraient à leur carrière politique (65, 70, 354). Il subodore le népotisme des grandes familles boers (140)38. De plus, il déplore les délibérations d’officiers démocrates qui interdisent les décisions rapides que nécessite une guerre de mouvement servie par un commandement hiérarchique (qu’il préconise). Enfin il rage contre l’absence de prévision : indifférence des Boers aux cartes géographiques, amateurisme du ravitaillement, du renseignement, absence des reconnaissances, de la garde de contact (au plus près des positions anglaises), minceur des lignes de défense (passim).

  • 39 Il mentionne les lanciers qui, à Elandslaaagte, le 21 octobre 1899, un mois avant son arrivée en Af (...)
  • 40 Enrôlés ou volontaires, Australiens, Canadiens, Indiens participent au conflit.

24Il reconnaît cependant que les Boers sont de remarquables cavaliers et tireurs (même s’ils gaspillent leurs munitions) (297). Il ne met pas en doute leur patriotisme et admire leur générosité envers leurs adversaires prisonniers ou blessés (11 ; 60) à la différence, selon lui, des troupes britanniques composées d’officiers privilégiés et de soldats mercenaires, prompts à la reddition ou à la cruauté39, sauf quelques régiments d’élite comme le Black Watch (11, 58, 217). Il reconnaît facilement que les Britanniques imposent leur supériorité technologique, par l’utilisation des trains blindés et du télégraphe, et stratégique, en obligeant les Boers à une guerre de position (218). Très vite, il constate également la supériorité numérique des troupes britanniques, expression de la puissance d’un empire gouvernant le quart des terres du monde et de sa population40. Il admet aussi la supériorité de la Navy qui sécurise un réseau de câbles télégraphiques qui enserre terres et océans et permet la maîtrise de l’information militaire (38, 187). Constat aggravant, mais qui confirme l’anglicisation démographique du pays boer, des Anglais opèrent le service du « chiffre » boer, ayant donc accès au contenu des dépêches secrètes. Sont-ils loyaux, s’inquiète le colonel ? (115).

  • 41 Le gouvernement français, discrètement, leur fournira un document leur évitant de perdre leur nati (...)
  • 42 Sur les volontaires étrangers : Fabrice Serodes, op. cit., 104-105.
  • 43 Sur le nombre, les motivations, la réception des volontaires français et les écrits de certains d’e (...)

25À la différence des Français établis, entrepreneurs ou religieux qui font « honneur à la France » (5, 24, 160, 255), Villebois-Mareuil, le plus célèbre d’entre eux, n’a que peu d’estime pour les volontaires arrivés de la métropole. Soutenus par des comités nationaux et quelques journaux de droite, ils ne le sont certainement pas par le gouvernement français soucieux de ménager son opinion publique en ne condamnant pas l’initiative des volontaires mais désireux de ne pas s’aliéner l’Angleterre41. Sur les quelques deux-cent quarante volontaires français42 d’origines sociales variées la plupart, d’après Villebois, seraient motivés par l’aventure plus que par l’héroïsme malgré une anglophobie affichée. Villebois-Mareuil est une exception, ce qui explique qu’il soit choqué par leur manque de savoir militaire qui leur fait considérer leur séjour comme une formation facile, ou pire, par leur sans-gêne et parasitisme envers leurs hôtes (359, 365, 367, 374)43.

  • 44 Et très conscient de sa valeur (95, 231).

26Dernier grief envers les Boers, Villebois-Mareuil donne l’impression de ne pas être entendu par le haut commandement (149, 184, 234, 359). Cependant son dévouement, ses compétences, voire l’intérêt de bénéficier du prestige d’un officier français, photographié, interviewé (46, 56, 85)44 convainquent le président Krüger de le nommer général chargé des volontaires étrangers un mois avant sa mort. Mais le nouveau promu est tué par un éclat d’obus. Une semaine après, la Légion des étrangers que Villebois-Mareuil commandait est dissoute.

Une postérité problématique

  • 45 La Vie illustrée, 23 novembre 1900, 124 (photo de Nadar).
  • 46 C’est l’évêque de Laval qui a célébré la messe à Grez-en-Bouère, le cardinal Richard à Notre-Dame ; (...)
  • 47 Quelques exemples : « Honneurs rendus par les Anglais au général de Villebois-Mareuil », Le Petit (...)

27Aussitôt sa mort va être « récupérée » par les protagonistes du conflit : le commandant en chef des troupes britanniques, lord Methuen, l’enterre avec les honneurs militaires. En novembre, lors de la visite du Président Krüger en France, la petite-fille de ce dernier se recueille sur la tombe de la belle-famille de Villebois-Mareuil à Marseille45. En France toutes les familles politiques le mentionnent : le colonel a explicitement demandé à être enterré là où il tomberait mais la Ligue de la Patrie française organise une messe à Notre-Dame de Paris, à laquelle participent dix mille sympathisants, cérémonie suivie de heurts avec la police à la suite de cette manifestation nationaliste et antidreyfusarde46. Plus généralement lui sont consacrés articles et illustrations dans la presse, pièces littéraires, cartes postales et même des protège-cahiers47.

  • 48 Richard Tholoniat, « De Fachoda à l’Entente cordiale : romans de la guerre anglo-afrikaner (1899-19 (...)
  • 49 Des chansons lui sont dédiées dont celle de Théodore Botrel « le Vendéen du Transvaal », la droite (...)
  • 50 Hommage plus curieux, des sculptures de l’abbé Fouré où figure Villebois-Mareuil ornent encore de n (...)
  • 51 Fabrice Serodes, op. cit., 43.
  • 52 Dans Le Petit Journal, et Le Petit Parisien (cités en note 47), la scène (imaginée) de la mort de V (...)
  • 53 Elle permet le déchaînement des caricatures antianglaises : Richard Tholoniat, « La guerre des Boer (...)
  • 54 Émile Driant, écrivain sous le nom de plume de Capitaine Danrit, à la carrière et aux idées semblab (...)
  • 55 Sur les protagonistes français et britanniques qui œuvrèrent au rapprochement : Christine Geoffroy, (...)

28L’histoire de France, maintenant bien connue grâce à l’école de la République, est convoquée : on rappelle qu’un de ses ancêtres a combattu à Bouvines, bataille, précise-t-on, constitutive de la formation de la nation française. On l’adoube digne successeur de Bayard et de La Fayette. Il apparaît même dans les romans suscités par la guerre48. Les catholiques sont plus sensibles à un idéal vu comme chevaleresque, à une mort comparée au sacrifice du Christ ; de Voguë déclare, dans la préface du Carnet : « il s’est croisé » et parle de la « Vendée africaine » (iv)49. Un trois-mâts barque, le Colonel Villebois-Mareuil, est lancé dès novembre 1900. La statuomanie de ces décennies s’empare du personnage : un buste en bronze (dans la rue à son nom) à Grez-en-Bouère (Mayenne) en 1901, un monument sur la place de la Bourse à Nantes en 190250 ; entre 1900 et 1905 une quarantaine de villes inaugureront une rue à son nom51. Cependant sa mort est déjà quelque peu éclipsée par l’ouverture de l’Exposition universelle à Paris52. Plus précisément, le rêve du rétablissement d’une France monarchiste, catholique, « réactionnaire » s’estompe : la République honnie par Villebois-Mareuil a, en quelques décennies, instauré la liberté de la presse et d’association (1881)53, l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, et bientôt l’adoption de la séparation de l’Église et de l’État puis l’impôt sur le revenu. Ces décisions vont enraciner à terme le régime qui bénéficie également d’une relative prospérité économique54. Les Loubet, Delcassé, Cambon n’ont cessé d’œuvrer au rapprochement franco-anglais, seul moyen de sortir la France de son isolement européen, convaincus que l’alliance avec l’Allemagne ne viendra jamais à bout de la puissance militaire britannique. Le règlement sur l’Égypte et autres colonies potentielles sources de conflits conduira à l’Entente cordiale de 190455.

29D’ailleurs toute la droite colonialiste n’était pas favorable à l’intervention de la France dans la guerre des Boers, préférant la consolidation à l’aventure ; ainsi Eugène Étienne, chef du parti colonial à l’Assemblée, récuse-t-il d’avance l’entreprise de Villebois-Mareuil quand il écrit l’article suivant :

  • 56 « L’Angleterre devant l’Europe » dans Le Figaro, reproduit dans La Dépêche coloniale du 8 novembre (...)

Ah ! certes, il n’appartient pas à notre pays d’être l’éternel don Quichotte de l’Europe ; il a versé trop de son sang pour la sauvegarde des autres, pour qu’il soit encore – quelque douleur qu’il éprouve d’assister inactif à cet horrible duel – le champion de la cause transvaalienne […]. Mais si la France ne peut et ne doit pas intervenir dans ce sanglant conflit, n’a-t-elle pas des intérêts à défendre, des droits à faire respecter56.

30Il insiste sur une rapide entente avec l’Angleterre sur le « nord-ouest de l’Afrique et en Asie ». À Tanger, l’Angleterre soutiendra la présence française au Maroc face à l’Allemagne (1905), enfin l’alliance militaire franco-anglaise se concrétisera en 1914.

  • 57 E. C. Therrode, The Official Attitude of France Towards South Africa in the Years of Crisis 1899-19 (...)
  • 58 Jean-Guy Pelletier, op. cit., 435.

31Sur le plan intérieur, l’Affaire Dreyfus, les problèmes sociaux, les relations tendues de l’Église et de l’État signifient qu’une guerre avec l’Angleterre serait suicidaire pour la survie du régime et du modèle de société envisagé57. Heureusement, de l’autre côté de la Manche, Édouard VII, son secrétaire d’État aux Affaires étrangères, lord Lansdowne, et une opinion publique inquiète des ambitions coloniales et surtout maritimes de l’Allemagne en plein essor économique, favorise un rapprochement franco-anglais après la paix de Vereeniging qui met fin au conflit en 1902. Cependant, à sa mort, même la gauche reconnaît qu’au moins Villebois-Mareuil a agi pour ses idées58.

Mourir… pour quelles idées ?

  • 59 Il s’agit d’ascendants de Göring et Mengele ; Leonor Faber-Jonker, Le premier génocide du xxe siècl (...)
  • 60 On peut rapprocher cette situation de celle des Africains-Américains entre la fin de la guerre de S (...)

32Les convictions racistes, antisémites et anglophobes de Villebois-Mareuil seront bientôt reprises par d’autres. Au cours de la deuxième phase de la guerre (octobre 1900-mai 1902), afin d’isoler les combattants-guérilleros boers, Kitchener fait installer des camps dits de « re/concentration » qui jettent définitivement l’opprobre sur les Anglais. Certes, ce sont des camps de regroupement de populations séparées (boers et noires) mais épidémies et malnutrition provoqueront la mort de plus de vingt mille femmes et enfants et probablement d’autant de Noirs. Les Anglais seront bientôt imités, mais de façon plus cruelle, par les Allemands, leurs voisins européens en Afrique du Sud. Le premier génocide du vingtième siècle, celui des Namas et des Hereros (dans l’actuelle Namibie), entre 1904 et 1908, s’accompagne de regroupement des survivants après des campagnes d’extermination cette fois-ci, campagnes où officieront des soldats dont les noms deviendront tristement célèbres pendant la Deuxième Guerre mondiale59. Pendant ce temps, les provinces du Cap et du Natal (britanniques) et les républiques de l’Orange et du Transvaal formeront l’Union sud-africaine en 1910, la réconciliation des Blancs sanctionnant une double colonisation des Noirs. Leur situation n’y sera pas meilleure qu’avant et l’instauration de l’apartheid en 1949 ne fera que l’aggraver60.

  • 61 Le 27 janvier 1945, à Lyon, à l’énoncé du verdict le condamnant pour « intelligence avec l’ennemi » (...)
  • 62 Roy Macnab, The French Colonel: Villebois-Mareuil and the Boers 1899-1900, Cape Town : OUP, 1975 ; (...)

33Les vicissitudes de la réputation du colonel vont dorénavant suivre les péripéties de l’Histoire. En France, c’est avec la Deuxième Guerre mondiale que Villebois-Mareuil est à nouveau évoqué. Les Nazis épargnent sa statue et son buste tandis que les idées antisémites et anglophobes de Maurras, réveillées au milieu des années vingt, étayent l’idéologie pétainiste et les déportations de juifs61. Après 1945, les biographies qui sont consacrées à Villebois-Mareuil du temps de l’apartheid, écrites plutôt par des historiens de droite62, magnifient le rôle du colonel aux côtés des Boers pour détourner l’attention de la situation des Noirs.

34Depuis, c’est tantôt la méconnaissance qui caractérise les mentions du personnage, tantôt la dépréciation. Ainsi certains l’ont présenté comme « baroudeur » et aventurier :

  • 63 Sylvain Venayre, La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne 1850-1940, Paris : Aubier, (...)

Seules les guerres présentées telles des guérillas ont alors pu apparaître comme des occasions d’aventures. Il en va ainsi des guerres d’Indiens de Mayne-Reid ou de Gustave Aimard, de la guerre des Boers – espace des aventures de Churchill, du colonel de Villebois-Mareuil […]63.

35En fait, le colonel combattit dans l’armée régulière boer et mourut avant l’épisode de guerre de guérilla à partir d’octobre 1900.

  • 64 Susan Lloyd, A Life of Edmond Rostand, Creator of Cyrano de Bergerac, Minehead (UK) : The Genge Pre (...)
  • 65 Célèbre coureur cycliste français des années 1960-1970, surnommé l’« éternel second » du Tour de Fr (...)

36On évoque également son « panache » : son cousin par alliance, Edmond Rostand, se serait inspiré du personnage pour la truculence attribuée aux cadets de Gascogne… et non à une quelconque représentation héroïque de sa mort comme il est souvent écrit : en effet la première de Cyrano date de 189764. De son côté Michel Winock inclue indirectement Villebois-Mareuil dans un discours décliniste sur la France lorsqu’il pointe la prégnance du « mythe de Poulidor65 » dans la mémoire française :

  • 66 La promotion 1900-1901 de l’école de sous-officiers de Saint-Maixent prend le nom de Villebois-Mare (...)
  • 67 Michel Winock, « le complexe de Poulidor » in Chronique des années soixante, Paris : Seuil, 1987, (...)

Drôle de pays […] qui applaudit les vaincus, chérit les deuxièmes, donne des noms de défaite à des promotions de saint-cyriens66… et siffle les lauréats, les gagneurs, les conquérants quand ceux-ci n’ont pas sacrifié à l’obligation de panache67.

  • 68 Voir le document en ligne : <https://www.saint-cyr.org/medias/editor/files/1865-1867-50e-promotion- (...)
  • 69 Michel Maubrey, op. cit., 54 n. 100.
  • 70 Les Boers se sont installés dans le Transvaal et l’Orange après leur « Grand Trek » de 1835-1836, r (...)
  • 71 Michel Maubrey, op. cit., 66. Dans l’Afrique du Sud post-Mandela, sa présence n’est pas pour l’heur (...)
  • 72 François Crouzet, « Problèmes de la communication franco-britannique aux xixe et xxe siècles », in (...)

37Même l’armée française ne le revendique pas comme héros, le site de Saint-Cyr commentant sobrement : « il meurt au combat, sinon pour la France68 ». Plus récemment on parle plutôt de sa « piteuse équipée69 » dans une guerre qui opposait au camp impérialiste anglais le camp colonialiste boer70 laissant les adversaires meurtris, obérant un possible développement paisible de la société sud-africaine71. De nos jours, en plein débat mémoriel sur l’histoire coloniale de l’Europe, faut-il reconsidérer, par exemple, la présence de sa statue à Nantes ? La ville natale de Villebois-Mareuil s’attache depuis des années à rééquilibrer le récit de son passé jugé mythique et partial. Faudrait-il jeter sa statue dans la Loire comme l’a été, en 2020, la statue d’Edward Colston, marchand d’esclaves, dans le port de Bristol, ville qui partage avec Nantes un triste passé de traite négrière ? Son racisme, son antisémitisme, son anglophobie le rendent peu sympathique à celles et ceux qui souhaitent un monde débarrassé de ces préjugés mortifères. Toutefois Villebois-Mareuil reste bien un témoin des guerres franco-françaises dans un moment critique de l’histoire contemporaine de son pays. Il confirme la remarque de François Crouzet qu’en France, de 1815 aux années 1960 : « L’extrême droite et l’extrême gauche, qu’elles qu’aient été leurs étiquettes successives, ont été anglophobes, les groupes modérés qui les séparent anglophiles72 ». Certes, anglophobie et germanophobie ont perdu de leur force depuis les années 1960, ce qui explique l’oubli de la guerre des Boers dans l’imaginaire français aujourd’hui. Il est aussi loisible de penser que les très nombreux noms de rues et de bâtiments associés à Villebois-Mareuil pourraient être remplacés par ceux d’hommes et de femmes qui ont lutté contre le racisme et la xénophobie.

38Par ailleurs, à Bristol, la statue a été déplacée dans un musée et un cartel donne le contexte de son érection et déboulonnage. On peut imaginer le même sort pédagogique pour la statue du colonel : la contextualisation (cartels, QR code ?) de ce monument permettrait la poursuite de l’étude des débats et disputes qui ont permis les traces publiques ou non de son souvenir, puis, au moins, assurerait l’interrogation sur la complexité des décisions de commémoration et les partis pris de mémoires de guerre.

Haut de page

Bibliographie

Barblan Andris, L’Image de l’Anglais en France pendant les querelles coloniales (1882-1904), Berne : H. Lang, 1974.

Crouzet François, « Problèmes de la communication franco-britannique aux xixe et xxe siècles », in Fabrice Crouzet (dir.), De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’Économique et l’Imaginaire xviie-xxe siècles, Paris : Perrin, 1985.

Denis Michel, « Il y a cent ans, un héros de l’Ouest dans la guerre des Boers : le colonel de Villebois-Mareuil », La Mayenne, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne, no 23, 2000, 217-220.

Faber-Jonker Leonor, Le premier génocide du xxe siècle, Herero[sic] et Nama dans le Sud-Ouest africain allemand, 1904-1908, Livret de l’exposition, Paris : éd. Mémorial de la Shoah, 2017.

Félix G., Le colonel de Villebois-Mareuil et la guerre sud-africaine, Tours : A. Cattier, 1908.

Geoffroy Christine, Les coulisses de l’Entente cordiale, Paris : Grasset, 2004.

Girardet Raoul, Le Nationalisme français, 1871-1914, Paris : Seuil, 1983.

Guiffan Jean, Histoire de l’anglophobie en France, Dinan : Terre de Brume, 2004.

JOLY Laurent, « Les débuts de l’Action française (1899-1914) ou l’élaboration d’un nationalisme antisémite », Revue historique, Paris : Presses universitaires de France, no 639 « Religion et société »,‎ juillet 2006, 695-717.

Lloyd Susan, A Life of Edmond Rostand, Creator of Cyrano de Bergerac, Minehead (UK): The Genge Press, 2002.

Lorin Amaury, DE Gemeaux Christine (dir.), L’Europe coloniale et le grand tournant de la Conférence de Berlin (1884-1885), Paris : Le Manuscrit, coll. “Carrefours d’empires”, 2013.

Lugan Bernard, Villebois-Mareuil, le héros de l’Afrique du Sud, Monaco : ed. du Rocher, 1990.

Macnab Roy, The French Colonel: Villebois-Mareuil and the Boers 1899-1900, Cape Town: OUP, 1975.

Maubrey Michel, « Les Français et le “veau d’or” : la question sud-africaine (1896-1902) » in Daniel Bach (dir.), La France et l’Afrique du Sud. Histoire, mythes et enjeux contemporains, Paris : Karthala, 2003.

Montoya Gabriel, « IX. Villebois-Mareuil » in La Moderne Épopée. Les Boërs, Raon-L’Etape et Paris : Geisler et Flammarion, 1903.

Pelletier Jean-Guy, L’opinion française et la guerre des Boërs 1899-1902, thèse d’histoire 3e cycle, dir. P. Vigier, Paris X, juin 1972.

Peter Colette Capitan, Charles Maurras et l’idéologie d’Action française. Étude sociologique d’une pensée de droite, Paris : Seuil, « Esprit. La Condition humaine », 1972.

Reinach Joseph, Histoire de l’Affaire Dreyfus, vol. 5, Rennes, 1905.

Serodes Fabrice, Anglophobie et politique. De Fachoda à Mers el-Kebir, Paris : L’Harmattan, 2010.

Teulié Gilles, Les Afrikaners et la guerre anglo-boer (1899-1902). Étude des cultures populaires et des mentalités en présence, Montpellier : Université Paul-Valéry, 2000.

Therrode E. C., « The Official Attitude of France Towards South Africa in the Years of Crisis 1899-1902 », M.A. Thesis, University of Cape Town, avril 1973.

Tholoniat Richard, « De Fachoda à l’Entente cordiale : romans de la guerre anglo-afrikaner (1899-1906) », Guerre et littérature dans le monde anglophone, Le Mans : Université du Maine, nov. 1988, 195-208.

Tholoniat Richard, « La guerre des Boers dans les journaux satiriques français (1898-1906) », Cahiers victoriens & édouardiens, Montpellier : no 43, avril 1996, 185-193.

Tholoniat Richard, « La caricature anglophobe de Fachoda à l’Entente cordiale », in François Poirier (dir.), Cordiale Angleterre. Regards transManche à la Belle Epoque, Paris : Ophrys, 2010, 19-32.

Vaïsse Maurice (dir.), L’Entente cordiale de Fachoda à la Grande Guerre, Paris : Complexe, 2004.

Venayre Sylvain, La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne 1850-1940, Paris : Aubier, 2002.

Winock Michel, « le complexe de Poulidor » in Chronique des années soixante, Paris : Seuil, 1987, 141-142.

Haut de page

Notes

1 Prononcer « bour ».

2 C’est le terme uniquement utilisé alors pour « Royaume-Uni » dans les écrits examinés ici. Il sera employé génériquement dans le reste du texte.

3 Michel Denis, « Il y a cent ans, un héros de l’Ouest dans la guerre des Boers : le colonel de Villebois-Mareuil », La Mayenne, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne, n° 23, 2000, 217-220.

4 Né en 1847, il sort de Saint-Cyr en 1867.

5 Amaury Lorin et Christine de Gemeaux (dir.), L’Europe coloniale et le grand tournant de la Conférence de Berlin (1884-1885), Paris, Le Manuscrit, coll. “Carrefours d’empires”, 2013.

6 Pour le détail de ces épisodes de tension au xixe siècle : Richard Tholoniat, « La caricature anglophobe de Fachoda à l’Entente cordiale » in François Poirier (dir.), Cordiale Angleterre. Regards transManche à la Belle Époque, Paris : Ophrys, 2010, 20-22 et, plus généralement, Jean Guiffan, Histoire de l’anglophobie en France, Dinan : Terre de Brume, 2004.

7 Sur l’origine du conflit : Jean-Guy Pelletier, L’opinion française et la guerre des Boërs 1899-1902, thèse d’histoire 3e cycle, dir. P. Vigier, Paris X, juin 1972, 14-20. À ce jour (2022), cette thèse demeure le travail le plus complet sur les réactions françaises à la guerre des Boers ; voir aussi notes 28-33. Gilles Teulié, Les Afrikaners et la guerre anglo-boer (1899-1902). Étude des cultures populaires et des mentalités en présence, Montpellier, Université Paul-Valéry, 2000, 22-181.

8 Andris Barblan, L’Image de l’Anglais en France pendant les querelles coloniales (1882-1904), Berne : H. Lang, 1974, 193-194 ; 217-219.

9 Surnom insultant donné à la République depuis les guerres de Vendée (1794-96).

10 Pour la période 1899-1904 : Laurent Joly, « Les débuts de l’Action française (1899-1914) ou l’élaboration d’un nationalisme antisémite », Revue historique, Paris, Presses universitaires de France, no 639 « Religion et société »,‎ juillet 2006, 695-717.

11 Ces deux journaux recevront des subventions boers : Jean-Guy Pelletier, op. cit., 153-154 ; 486-487.

12 Ibidem, 148.

13 Ibid., 114-115.

14 Colette Capitan Peter, Charles Maurras et l’idéologie d’Action française. Étude sociologique d’une pensée de droite, Paris, Seuil, « Esprit. La Condition humaine », 1972.

15 Bréon sera l’un des deux juges (sur sept) à réclamer l’acquittement de Dreyfus. Joseph Reinach, Histoire de l’Affaire Dreyfus, vol. 5, Rennes, 1905, 340.

16 Son nom est alors associé à la guerre des Boers pour la première fois. Jean-Guy Pelletier, op. cit., 398.

17 Cité par G. Félix, Le colonel de Villebois-Mareuil et la guerre sud-africaine, Tours, A. Cattier, 1908, 8.

18 Le Petit Parisien (supplément littéraire illustré), 22 avril 1900, page 2.

19 Les chiffres entre parenthèses dans le texte renvoient à l’édition originale (1902) du Carnet de Campagne du Colonel de Villebois-Mareuil, avec portrait, carte, fac-similés et préface de E.-M. de Vogüe, Paris : Société d’éditions littéraires et artistiques, librairie Paul Ollendorff. Rédigé à partir du 24 novembre 1899, le Carnet s’arrête le 6 mars 1900, un mois avant la mort du colonel.

20 Seuls les souvenirs d’Algérie appellent des comparaisons (178-180).

21 Il attribue à ce jeune Boer les qualités des élèves des public schools britanniques louées par l’anglophile Edmond Demolins dans son best-seller À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons (1897) : grâce à l’éducation par le sport et l’exercice précoce des responsabilités, les public schools développeraient les qualités de chefs dont manqueraient les élèves français cloîtrés dans les lycées, préoccupés par l’argent facile d’une dot ou d’un statut de fonctionnaire, dépourvus des vertus viriles nécessaires pour reconquérir « les provinces perdues ». Andris Barblan, op. cit., 184-185.

22 En fait ces protestants français furent vivement encouragés par les colons hollandais à abandonner l’usage de leur langue et à oublier leur patrie d’origine : Jean-Guy Pelletier, op. cit., 304.

23 La xénophobie des Boers est généralement passée sous silence par leurs partisans, idem, 299.

24 Structure de stéréotype exactement inverse et complémentaire du « caractère national » français. Andris Barblan, op. cit., 207-220.

25 Ibidem, 117-124.

26 Il est chargé de l’entretien du canon français du Creusot acheté par les Boers en 1896.

27 Passim ; il leur reproche également d’assassiner quand il reprend des accusations de Krüger (37).

28 Richard Tholoniat, « De Fachoda à l’Entente cordiale : romans de la guerre anglo-afrikaner (1899-1906) », in Guerre et littérature dans le monde anglophone, Université du Maine, nov. 1988, 200-201 ; ou le commentaire de la couverture de L’Assiette au Beurre du 28 septembre 1901 in Maurice Vaïsse (dir.), L’Entente cordiale de Fachoda à la Grande Guerre, Paris : ed. Complexe, 2004, 34-35. À l’Exposition de Paris 1900, les Boers mettent en avant cet aspect de leur société dans leur pavillon : Jean-Guy Pelletier, op. cit., 445-446.

29 D’où les Français ont été évincés par les Britanniques en 1882.

30 Vocable afrikaans pour « étrangers ».

31 Michel Maubrey, « Les Français et le ‘veau d’or’ : la question sud-africaine (1896-1902) » in Daniel Bach (dir.), La France et l’Afrique du Sud. Histoire, mythes et enjeux contemporains, Paris : Karthala, 2003, 37-66.

32 Et occidentale, en particulier parce qu’il s’agit de la première guerre coloniale opposant des Blancs en Afrique.

33 Pour la typologie des familles politiques ou intérêts divers français en faveur (ou défaveur) des Boers. Jean-Guy Pelletier, op. cit., et Fabrice Serodes, Anglophobie et politique. De Fachoda à Mers el-Kebir, Paris : L’Harmattan, 2010, ainsi que Raoul Girardet, Le Nationalisme français, 1871-1914, Paris : Seuil, 1983.

34 Il entre en 1877 dans cet établissement fondé en 1873 après la défaite contre l’Allemagne.

35 Ces balles expansives, très vulnérantes, seront interdites après la conférence pour la paix de La Haye de 1899 où, par ailleurs, les Britanniques avaient refusé l’entremise de la nouvellement créée Cour permanente d’arbitrage pour régler le conflit sud-africain. Il n’est pas sûr que les Anglais aient utilisé ces balles mais la rumeur les en accable.

36 Alimenté respectivement par la France et l’Allemagne : le commerce des armes s’internationalise alors en Afrique.

37 Sauf Cronje, avant sa reddition (182 ; 246 ; 272).

38 Jean-Guy Pelletier, op. cit., 274-275, 305-306.

39 Il mentionne les lanciers qui, à Elandslaaagte, le 21 octobre 1899, un mois avant son arrivée en Afrique australe, achevèrent des Boers qui se rendaient (13).

40 Enrôlés ou volontaires, Australiens, Canadiens, Indiens participent au conflit.

41 Le gouvernement français, discrètement, leur fournira un document leur évitant de perdre leur nationalité et rapatriera certains d’entre eux blessés ou prisonniers rendus par les Anglais v. Pelletier, 411-423.

42 Sur les volontaires étrangers : Fabrice Serodes, op. cit., 104-105.

43 Sur le nombre, les motivations, la réception des volontaires français et les écrits de certains d’entre eux : Jean-Guy Pelletier, op. cit., 411-424 ; 535-548.

44 Et très conscient de sa valeur (95, 231).

45 La Vie illustrée, 23 novembre 1900, 124 (photo de Nadar).

46 C’est l’évêque de Laval qui a célébré la messe à Grez-en-Bouère, le cardinal Richard à Notre-Dame ; dans l’Ouest de la France d’autres offices sont célébrés en son honneur : Michel Denis, op. cit., 216.

47 Quelques exemples : « Honneurs rendus par les Anglais au général de Villebois-Mareuil », Le Petit Journal, supplément illustré, dernière page, 29 avril 1900 ; « La mort d’un brave -Le colonel de Villebois-Mareuil au Transvaal » [dessin de F. Meaulle] en première page du Petit Parisien (supplément littéraire illustré), 22 avril 1900 ; « Bilan-Inscrivez donc la paix à l’autre page, nous l’avons bien méritée », L’Assiette au beurre, 26 juin 1902 ; Gabriel Montoya « IX. Villebois-Mareuil » in La Moderne Épopée. Les Boërs, Raon-L’Etape et Paris : Geisler et Flammarion, 1903, 42-[43 dessin de L. Bombled] 1902 ; « Mort héroïque du général français de Villebois-Mareuil » in La Guerre au Transvaal, série instructive recommandée pour les écoles, no 23.

48 Richard Tholoniat, « De Fachoda à l’Entente cordiale : romans de la guerre anglo-afrikaner (1899-1906) », in Guerre et littérature dans le monde anglophone, Université du Maine, nov. 1988, 195-208. Curieusement, au vu des circonstances de la mort de cet officier de la Légion étrangère, la mention de Camerone (1863) eût été de circonstance mais ce fait d’armes ne sera commémoré qu’à partir de 1906, au Tonkin (où le colonel a débuté sa carrière militaire).

49 Des chansons lui sont dédiées dont celle de Théodore Botrel « le Vendéen du Transvaal », la droite monarchiste ne se privant jamais de faire des rapprochements avec les massacres républicains de 1794 à 1796.

50 Hommage plus curieux, des sculptures de l’abbé Fouré où figure Villebois-Mareuil ornent encore de nos jours les rochers à Rothéneuf (Côte d’Armor).

51 Fabrice Serodes, op. cit., 43.

52 Dans Le Petit Journal, et Le Petit Parisien (cités en note 47), la scène (imaginée) de la mort de Villebois-Mareuil et une vue de l’exposition ont droit à une pleine première et dernière page.

53 Elle permet le déchaînement des caricatures antianglaises : Richard Tholoniat, « La guerre des Boers dans les journaux satiriques français (1898-1906) », Cahiers victoriens et édouardiens, no 43, avril 1996, 185-193.

54 Émile Driant, écrivain sous le nom de plume de Capitaine Danrit, à la carrière et aux idées semblables à celles de Villebois-Mareuil, combattra, lui, du côté des Anglais dans la Première Guerre mondiale.

55 Sur les protagonistes français et britanniques qui œuvrèrent au rapprochement : Christine Geoffroy, Les coulisses de l’Entente cordiale, Paris : Grasset, 2004.

56 « L’Angleterre devant l’Europe » dans Le Figaro, reproduit dans La Dépêche coloniale du 8 novembre 1899.

57 E. C. Therrode, The Official Attitude of France Towards South Africa in the Years of Crisis 1899-1902, M.A. Thesis, University of Cape Town, avril 1973.

58 Jean-Guy Pelletier, op. cit., 435.

59 Il s’agit d’ascendants de Göring et Mengele ; Leonor Faber-Jonker, Le premier génocide du xxe siècle, Herero [sic] et Nama dans le Sud-Ouest africain allemand, 1904-1908, Livret de l’exposition, Paris : éd. Mémorial de la Shoah, 2017. Placée sous protectorat allemand depuis 1884, la Namibie est confiée, après le traité de Versailles, à l’Union sud-africaine qui introduit, aux dépens des Noirs, spoliation des terres dès 1919 et ségrégation en 1928.

60 On peut rapprocher cette situation de celle des Africains-Américains entre la fin de la guerre de Sécession et les années 1960… au moins.

61 Le 27 janvier 1945, à Lyon, à l’énoncé du verdict le condamnant pour « intelligence avec l’ennemi », Maurras s’indigne « Dreyfus a gagné ! ».

62 Roy Macnab, The French Colonel: Villebois-Mareuil and the Boers 1899-1900, Cape Town : OUP, 1975 ; Bernard Lugan, Villebois-Mareuil, le héros de l’Afrique du Sud, Monaco: ed. du Rocher, 1990.

63 Sylvain Venayre, La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne 1850-1940, Paris : Aubier, 2002, 238.

64 Susan Lloyd, A Life of Edmond Rostand, Creator of Cyrano de Bergerac, Minehead (UK) : The Genge Press, 2002, 27.

65 Célèbre coureur cycliste français des années 1960-1970, surnommé l’« éternel second » du Tour de France.

66 La promotion 1900-1901 de l’école de sous-officiers de Saint-Maixent prend le nom de Villebois-Mareuil.

67 Michel Winock, « le complexe de Poulidor » in Chronique des années soixante, Paris : Seuil, 1987, 141-142.

68 Voir le document en ligne : <https://www.saint-cyr.org/medias/editor/files/1865-1867-50e-promotion-de-venetie.pdf>, consulté le 08/10/2020.

69 Michel Maubrey, op. cit., 54 n. 100.

70 Les Boers se sont installés dans le Transvaal et l’Orange après leur « Grand Trek » de 1835-1836, refusant l’abolition de l’esclavage que les Anglais leur imposaient en 1833.

71 Michel Maubrey, op. cit., 66. Dans l’Afrique du Sud post-Mandela, sa présence n’est pas pour l’heure contestée : à l’Anglo-Boer War Museum (Musée de la guerre des Boers), à Bloemfontein, un tableau en faïence vernissée l’honore à côté de ceux de célébrités boers.

72 François Crouzet, « Problèmes de la communication franco-britannique aux xixe et xxe siècles », in François Crouzet (dir.), De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’Économique et l’Imaginaire xviie-xxe siècles, Paris : Perrin, 1985, 443.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Tholoniat, « Le Carnet de campagne du colonel de Villebois-Mareuil : journal de bord d’un « volontaire » d’extrême-droite troublé »Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. 20-n°53 | 2022, mis en ligne le 20 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lisa/14110 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lisa.14110

Haut de page

Auteur

Richard Tholoniat

Richard Tholoniat est professeur émérite à Le Mans Université, membre de l’équipe 3LAM, auteur d’une thèse d’État Londres vue par les voyageurs français au XIXe siècle (1814-1914). Sa recherche s’organise autour des rapports franco-britanniques : voyages français en Écosse, pays de Galles, villes anglaises, Australie ; caricatures et bandes dessinée ; guerre des Boers, voyageurs et résidents britanniques en France (XIX-XXIe siècles).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search